Navigation – Plan du site
Notes de lectures

Deux lectures revigorantes : La pensée monétaire et La pensée économique de Keynes de Frédéric Poulon

Bernard Guerrien
Référence(s) :

Frédéric Poulon, La pensée monétaire, Paris, Dunod, coll. « Les topos », 2016 ; La pensée économique de Keynes, Paris, Dunod, coll. « Les topos », 2000.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Comme le dit Poulon : le « plongeon dans le passé… permet d’y voir plus clair sur le présent et ain (...)

1Les cours, et les livres, d’histoire de la pensée économique peuvent être ennuyeux – ils le sont en général. Ils peuvent être aussi passionnants, s’ils ont un fil conducteur, avec un enjeu qui nous concerne actuellement. Ennuyeux quand ils prétendent nous montrer comment « la science avance » – en fait, comment elle s’est souvent égarée avec une multitude d’auteurs sans intérêt… –, passionnants quand ils nous racontent les débats passés qui, sur bien des points, ressemblent aux actuels1.

2Les deux livres de Frédéric Poulon, dans la collection Topos chez Dunod, La pensée économique de Keynes (2016a) et La pensée monétaire (2016b), relèvent de la deuxième catégorie – celle des livres passionnants. Très agréables à lire, avec juste ce qu’il faut d’anecdotes, de rappels d’histoire et des positions des uns et des autres très instructifs. Ils comportent quelques passages un peu pénibles qu’on peut ignorer – comme la (longue) discussion autour du « cycle monétaire hayékien » (p. 70 à 80 de La pensée monétaire), resté sans suite – et quelques flottements autour de l’approche néoclassique, Poulon cherchant à lui attribuer une théorie de la monnaie qu’elle n’a pas, si on exclut ses variantes « macroéconomiques », entachées d’incohérences.

  • 2 On ne reviendra pas sur le combat mené par Keynes contre les réparations exorbitantes exigées de l’ (...)

3On s’en tiendra ici, pour l’essentiel, à la contribution de Keynes à la théorie monétaire, point de départ de celle dite « du circuit » dont Poulon – représentant éminent de l’« école du circuit » – est un des plus fervents promoteurs, et dont il donne un aperçu succinct et clair à la fin de ses deux livres2.

1. De la difficulté à penser la monnaie

4Il est toujours étonnant de constater combien il en a coûté aux économistes d’intégrer pleinement le rôle de la monnaie dans leurs théories. La lecture des deux Topos de Poulon ne fait que renforcer cet étonnement Après avoir brièvement résumé le débat entre Malestroit et Bodin, au xvie siècle, puis celui entre les partisans du « principe de circulation » et ceux du « principe de banque » au xixe siècle, Poulon donne quelques exemples du niveau élevé d’incompréhension qui régnait encore sur la question de la monnaie dans la première partie du xxe siècle chez les auteurs occupant le devant de la scène comme Keynes, Hayek et Robertson. Hayek parlait ainsi (à juste titre) d’« exposé obscur » à propos du Traité de la monnaie de Keynes, tandis que celui-ci voyait (encore plus à juste titre) dans Prix et production « l’un des plus effroyables embrouillaminis que j’ai jamais lus » (Poulon, 2016b, p. 83). Il n’était pas plus tendre avec son (ex) élève et ami Robertson auquel il a écrit, à propos de son livre Banking Policy and the Price Level (1926) qui vient de paraître : « il sera intéressant de voir si quelqu’un est en mesure de saisir à quoi vous tendez ». Comme si cela ne suffisait pas, Keynes enfonçait le clou : « Vous aurez de la chance si vous avez cinq lecteurs qui le comprendront avant deux ans » (Poulon, 2016b, p. 92). Robertson a dû, de son côté, éprouver une « satisfaction intérieure », comme dit Poulon, en constatant l’échec éditorial du Traité de la monnaie – un livre qui est loin d’être un exemple de clarté –, paru 5 ans plus tard. En fait, Keynes et Robertson, ne purent jamais s’entendre – leurs divergences n’ayant toutefois rien à voir avec le fossé séparant Keynes de Hayek, le premier disant du second qu’« il est mené par une passion » sur laquelle « il ne cesse de s’interroger » (Keynes, cité par Poulon, 2016b, p. 83). « Passion » qui a d’ailleurs conduit Hayek à se détourner, de fait, de l’économie, pour devenir le chantre de l’« ordre spontané » et le pourfendeur du « constructivisme » que porte en soi toute théorisation dans cette discipline – sans aller toutefois jusqu’à renier ses propres « constructions », au risque de se contredire.

5Keynes a mis fin assez rapidement à la controverse avec Hayek – il était clair qu’elle ne lui apportait rien, tellement leurs positions étaient éloignées. En revanche, les échanges avec Robertson lui ont permis de clarifier ses idées et de faire ce que Poulon appelle « sa grande découverte » qui, rétrospectivement, semble aller de soi, mais qui a demandé à Keynes beaucoup d’efforts – comme on le voit à travers son débat passablement confus avec Robertson sur la relation entre épargne et l’investissement.

2. Les aventures de I = S

6La principale divergence entre Robertson et Keynes tourne autour de l’égalité I = S. Tous deux sont d’accord que le problème réside dans la partie de l’épargne qui est thésaurisée – non utilisée pour investir – et que le crédit bancaire doit venir « compenser » d’une façon ou d’une autre. Mais alors que Robertson pense que cette « compensation » doit être à peu près exacte, Keynes penche pour plus de souplesse. Il est, selon Poulon, encore en partie prisonnier de la vision « classique » selon laquelle il existe un stock de fonds prêtables – représenté essentiellement par l’épargne – qui limite les possibilités d’action. Très favorable à une politique de travaux publics, Keynes n’arrivait pas à la justifier dans le cadre théorique existant. Cherchant à s’en libérer, il introduit dans le Traité de la Monnaie une distinction entre le « revenu » E (pour earnings) et la valeur du produit PQ (son volume global évalué au niveau général des prix), leur différence donnant ce que Poulon appelle les « profits d’aubaine » (windfall profits), notés ∏, qui ne sont pas distribués. Le produit global PQ se décomposant en biens de consommation et biens d’investissement (PQ = C + I), le revenu E se répartissant entre consommation et épargne (E = C + S), il s’ensuit que ∏ = PQE = I – S, ce qui permet d’envisager les cas « hors équilibre monétaire » où S n’est pas égal à I.

7Poulon explique que Keynes, adepte alors de la théorie du « taux naturel » de Wicksell – qui a trait à ce qui se passe dans l’économie « réelle » –, attribue la différence entre I et S à des phénomènes d’ordre monétaire. Une approche qu’il abandonnera d’ailleurs assez rapidement.

8Il y a, en revanche, dans le Traité de la Monnaie une « grande nouveauté », qui consiste à considérer l’épargne comme

[…] un méfait social, pour ne pas dire un fléau social : non seulement elle affaiblit la demande de consommation mais surtout, contrairement à ce que prétend la théorie des fonds prêtables, elle peut ne déboucher sur aucun investissement. (Poulon, 2016b, p. 69-70)

9L’intuition est bonne, mais elle laisse encore beaucoup à désirer :

Au final, après avoir avec l’inégalité I – S < 0 rejeté implicitement la théorie des fonds prêtables, Keynes ne donne aucune justification de ce rejet et donc aucune explication de la crise ni de justification des grands travaux publics préconisés par Lloyd George et lui-même depuis 1924. (ibid., p. 70)

10Conscient de cette absence d’explication, Keynes poursuit ses réflexions. Suite aux remarques de Robertson, il finit par intégrer le « profit » ∏ dans le revenu des ménages – l’égalité I = S est alors toujours vérifiée (elle devient une identité comptable). Ce qui, selon Poulon, lui permet de faire un pas de plus vers sa « grande découverte ».

3. Une « grande découverte » qui a eu du mal à émerger

11La pensée monétaire est construite sur l’idée que la théorie de la monnaie a mis des siècles à prendre forme, jusqu’à ce qu’une « grande découverte » faite par Keynes lui ait, enfin, permis d’acquérir une forme appropriée, incontestable. Curieusement, il n’y a pas d’endroit dans le livre où cette « grande découverte » est exprimée de façon claire et succincte. Cela tient peut-être à ce que Poulon, dans une perspective d’histoire de la pensée économique, veut montrer comment Keynes est parvenu progressivement à cette découverte majeure. C’est ainsi qu’il explique dans le chapitre VII – dans une partie intitulée « La controverse sur le Traité et la grande découverte de Keynes » – que tout aurait commencé par la constatation que :

[…] le volume global de la thésaurisation échappe au contrôle du public de même que la quantité totale de monnaie. (Keynes, 1936, cité par Poulon, 2016b, p. 95)

  • 3 Dans La pensée économique de Keynes, il parle de « principe fondamental » (Poulon, 2016a, p. 51).

12Seules les banques, ou le système bancaire, ont le pouvoir de modifier ce volume global. Puis vient la « découverte fondamentale »3 (à distinguer de la « grande découverte ») :

Dès le début des « Notes sur la définition de l’épargne » (1932) jaillit la découverte fondamentale. Toute l’erreur, résume Keynes, vient de ce que l’on s’acharne à soumettre l’investissement à l’épargne. (Poulon, 2016b, p. 97, les italiques sont de Poulon, comme dans toutes les citations qui suivent)

13Alors que « c’est toujours l’investissement qui entraîne l’épargne après lui, au même rythme que lui » (Keynes, cité par Poulon, 2016b, p. 97-98). Cette découverte « fondamentale » est à l’origine de « découvertes successives » qui vont mener à la « grande découverte », qui les englobe toutes, la première étant que « les crédits font les dépôts, et non l’inverse ». Puis, Keynes « étend cette découverte » en posant que c’est « l’investissement tout entier (qu’il soit financé ou non par le crédit) qui commande à l’épargne tout entière (qu’elle soit ou non thésaurisée) » (ibid., p. 98).

14Enfin, « allant encore plus loin dans la généralisation », Keynes « pose que » c’est « la demande tout entière (d’investissement mais aussi de consommation) qui commande à l’offre tout entière (l’offre d’épargne mais aussi de production) » (ibid., p. 98).

15Poulon explique que Keynes donne à « cette généralisation » le nom de principe de la demande effective. Ce « principe » serait donc, en fait, la « grande découverte » dont il parle dans ses deux Topos. Keynes lui aurait donné ce nom en honneur de Malthus, bien que ce soit un peu « paradoxal » puisque « la demande, du point de vue des entreprises, est anticipée : la demande effective serait donc une demande anticipée ! » (ibid. p. 98).

  • 4 Dans La pensée économique de Keynes, Poulon place les anticipations dans les « découvertes compléme (...)

16On apprend donc, un peu par la bande, que les anticipations jouent un rôle important, pour ne pas dire décisif, dans la demande effective4. Pourtant, dans la Théorie Générale, Keynes définit la demande effective par « le montant du ‘produit’ attendu » (Keynes, 1936, p. 49, je souligne).

17Les anticipations des entreprises jouent en fait un rôle essentiel dans le circuit qui est, selon Poulon, « au cœur du paradigme keynésien ».

4. Le circuit, au cœur du « paradigme keynésien »

18À l’origine du circuit il y a

[…] la découverte de 1932 [qui] subordonne l’épargne à l’investissement et, d’un même coup, les ménages aux entreprises. Mais elle laisse pendante la question : puisque ce n’est pas l’épargne qui finance l’investissement, qu’est-ce donc ? La seule réponse est : la création monétaire des banques. (Poulon, 2016b, p. 109)

19Les banques apparaissent donc comme la « troisième catégorie fondamentale d’agents » qui composent le circuit. Elles sont même « en tête de la hiérarchie » entre ces trois catégories. Les banques prêtent aux entreprises qui versent des revenus aux ménages, qui les dépensent en partie en biens de consommation, fournis par les entreprises – le reste étant déposé en banque (ou y restant). Comme le résume Poulon :

En somme, la monnaie partie des banques vers les entreprises revient vers elles au terme de son parcours. Elle a accompli un cycle, qui est le circuit de la monnaie et, en l’espèce, le circuit keynésien. (ibid., p. 109-110).

20Le circuit de la monnaie inclut le « circuit keynésien brut » dans lequel interviennent l’emploi, le revenu global anticipé et les demandes anticipées des entreprises relatives à la consommation et aux investissements – qui sont liées par la chaîne causale circulaire : demandes anticipées → emploi → revenu → demandes anticipées.

21Le « paradigme keynésien » est obtenu en intégrant ces deux circuits, la création monétaire par les banques permettant son l’élargissement ou son rétrécissement – avec l’effet multiplicateur qui accompagne le mouvement.

22Reste un problème : le rôle des anticipations qui sont au point de départ du « circuit brut ». Pour que celui-ci « boucle » à l’identique, qu’il y ait « équilibre » (stationnaire), il faut que les anticipations s’avèrent être correctes. Dans le cas contraire, l’égalité I = S signifie qu’une partie de l’investissement effectué, sur la base d’anticipations erronées, prend la forme de biens invendus, qui viendront gonfler les stocks des entreprises. D’où une modification de leurs anticipations et, donc, de leurs investissements, et ainsi de suite. Le circuit « boucle » toujours, par construction, mais faire la distinction entre le cas où il le fait « à l’identique » (les anticipations étant correctes) et celui où il ne le fait pas (anticipations erronées, et donc modifiées) permettrait de rendre les choses plus claires. Cette distinction est implicite, me semble-t-il, dans la présentation faite par Poulon du « circuit keynésien ». Pourquoi n’est-elle pas explicite ? Peut-être est-ce seulement une question de formulation à moins que ce soit une question d’interprétation de la pensée de Keynes. On ne voit pas, cependant, d’autre interprétation possible, du moins si on s’en tient à l’image du circuit – la seule valable pour une économie monétaire.

5. « Paradigme du circuit » versus « paradigme du marché »

  • 5 Ce qui n’est pas clair pour Poulon, pour lequel en raison de la loi de Walras, « l’équilibre sur to (...)
  • 6 Même si l’argument qui l’a « tuée » quasiment dans l’œuf a porté sur le caractère prétendument ad h (...)

23Poulon oppose le « paradigme du circuit » au « paradigme du marché ». Le premier « englobant Quesnay, Marx et Keynes », le second étant en fait une sorte de fourre-tout, comprenant la théorie « walrasienne » de l’équilibre général, des bribes de Friedman, IS-LM et la théorie dite « du déséquilibre ». Autant le « paradigme du circuit » est cohérent et compréhensible, même s’il est susceptible de plusieurs interprétations, autant celui de « l’équilibre » est un bric-à-brac sans queue ni tête. Poulon fait trop d’honneur à l’approche « classique » – du moins dans sa variante néoclassique – en la présentant comme un « paradigme ». Il donne à penser que la monnaie est intégrée dans le modèle « walrasien » à la base de ce « paradigme », alors qu’il n’en est rien, même si Walras le croit, à tort, comme n’ont pas manqué de le remarquer les néoclassiques eux-mêmes – le modèle d’équilibre général ne concerne strictement que l’économie « réelle »5. Poulon accorde ainsi une certaine place à Patinkin et à son « effet d’encaisses réelles » dans un cadre « walrasien », alors que, depuis belle lurette, aucun néoclassique ne se réclame plus de lui – notamment suite à la constatation (triviale) faite par Frank Hahn (1965) que la monnaie n’avait pas de raison d’être dans ce modèle (son « prix est nul »). Quant à la (défunte) théorie dite « du déséquilibre » de Malinvaud-Bénassy (en fait, des équilibres à prix fixes) – à laquelle Poulon accorde aussi quelque importance –, elle se disqualifie d’office, y compris pour un néoclassique soucieux de cohérence, en faisant de la monnaie un argument dans la fonction d’utilité6. Reste Friedman dont la théorie sur la « demande de monnaie », évoquée également par Poulon, est un bricolage en équilibre partiel que les néoclassiques purs et durs rejettent de ce fait mais, surtout, parce qu’ils la considèrent comme étant « corrompue » par le keynésianisme, Poulon ne semble pas voir, mais il n’est pas le seul, que les néoclassiques n’ont pas de théorie cohérente de la monnaie et, surtout, qu’ils ne peuvent pas en avoir du fait de leur méthode même – basée sur la recherche de « fondements microéconomiques » alors que la monnaie, en tant que relation sociale, n’a de sens que dans une perspective globale, macroéconomique.

24Mieux vaut donc, peut-être, ne pas trop s’attarder sur les passages où Poulon traite des « (néo)classiques » et consacrer, en revanche, toute son attention à ce qu’il dit sur Keynes, un auteur difficile qu’il arrive à présenter de façon vivante et relativement claire – ce qui est, en soi, un petit exploit.

Haut de page

Bibliographie

Hahn F. (1965) « On Some Problems of Proving the Existence of an Equilibrium in a Monetary Economy » in Theory of Interest Rates, Hahn et Brechling (eds), Londres, MacMillan.

Keynes J.M. (1930), A Treatise on Money, Londres, MacMillan

Keynes J.M. (1932), « Notes on the Definition on Savings », The Collected Writings of John Maynard Keynes, vol. XIII, p. 275-289, Londres, MacMillan.

Keynes J.M (1936), Théorie Générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Payot.

Poulon F. (2016a), La pensée économique de Keynes, 4e édition, Paris, Dunod.

Poulon F. (2016b), La pensée monétaire, Paris, Dunod.

Robertson D.H. (1926), Banking Policy and the Price Level Londres, P.S. King & Son.

Haut de page

Notes

1 Comme le dit Poulon : le « plongeon dans le passé… permet d’y voir plus clair sur le présent et ainsi imaginer plus commodément nos lendemains » (Poulon, 2016b, p. 117).

2 On ne reviendra pas sur le combat mené par Keynes contre les réparations exorbitantes exigées de l’Allemagne au sortir de la première guerre mondiale et sur ses propositions pour l’instauration d’un système monétaire international novateur au sortir de la seconde, dont Poulon rend compte de façon vivante et claire.

3 Dans La pensée économique de Keynes, il parle de « principe fondamental » (Poulon, 2016a, p. 51).

4 Dans La pensée économique de Keynes, Poulon place les anticipations dans les « découvertes complémentaires » ayant suivi celle du principe de la demande effective. « Avec l’intervention du principe de la demande effective, leur place va être de premier plan, comme il sied à une théorie qui se veut d’abord une théorie de la demande : du point de vue des entreprises, en effet, la demande est par nature anticipée » (Poulon, 2016a, p. 55).

5 Ce qui n’est pas clair pour Poulon, pour lequel en raison de la loi de Walras, « l’équilibre sur tous les marchés sauf un, en l’occurrence celui de la monnaie, implique l’équilibre sur celui-ci » (p. 36).

6 Même si l’argument qui l’a « tuée » quasiment dans l’œuf a porté sur le caractère prétendument ad hoc de l’hypothèse sur la fixité des prix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Guerrien, « Deux lectures revigorantes : La pensée monétaire et La pensée économique de Keynes de Frédéric Poulon », Revue de la régulation [En ligne], 21 | 1er semestre / Spring 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/12277

Haut de page

Auteur

Bernard Guerrien

Chercheur associé au SAMM, université Paris 1, bguerrien@sfr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page