Navigation – Plan du site
Lectures institutionnalistes de la Chine

Prolétarisation incomplète et miracle économique chinois : entre héritage collectiviste et capitalisme transnational

Incomplete Proletarization and Chinese Economic Miracle: Between Collectivist Heritage and Transnational Capitalism
Jean Mathieu

Résumés

Le régime d’accumulation de la Chine des réformes tire ses principales spécificités dans la rencontre de la trajectoire de développement involutive de longue durée de la Chine avec le processus d’accumulation transnational caractéristique du capitalisme des trente dernières années. L’héritage historique involutif avait créé un vaste bassin de travailleurs excédentaires, mais les réformes depuis 1978 ont permis de dégager ce surplus de main-d’œuvre encastré dans les institutions collectivistes, puis de les mobiliser dans les zones économiques spéciales orientées vers l’exportation, donnant ainsi naissance au phénomène des travailleurs migrants. Alors que les rapports sociaux de propriété ont pris une allure capitaliste dans les zones urbaines et industrialisées, ils sont restés fortement influencés par l’héritage institutionnel du collectivisme en milieu rural. Les interactions entre ces deux régimes de propriété ont été au fondement de la croissance de la Chine depuis 1978, en fournissant au capitalisme transnational une main-d’œuvre abondante à des salaires inférieurs à son coût de reproduction, mais l’expropriation en cours de la paysannerie vient menacer le précaire équilibre sur lequel le régime de croissance chinois était fondé.

Haut de page

Texte intégral

1. Des explications insuffisantes

  • 1 En philosophie des sciences, on distingue l'explanans, c'est-à-dire l'explication proprement dite, (...)

1Les principales approches ayant suggéré des explications au dynamisme économique chinois s’avèrent confrontées à des problèmes empiriques et théoriques importants. Alors que chacune d’entre elles met en avant un explanans1 fondé sur des données empiriques solides et riches, les éléments d’explications qu’elles fournissent se contredisent mutuellement, notamment parce qu’elles accordent respectivement une place prépondérante à des facteurs différents.

2Le premier type d’explication reprend le cadre conceptuel développé par l’économie néoclassique. La croissance des marchés favoriserait une allocation rationnelle des ressources qui serait à son tour la cause du développement économique. Dans cette perspective, les efforts de la Chine pour lever les obstacles au fonctionnement d’un marché libre auraient favorisé l’éclosion de groupes d’entrepreneurs qui seraient au cœur du dynamisme économique chinois, et de manière plus importante encore, auraient permis d’attirer des investissements étrangers considérables en garantissant les droits de propriété (Nee, 1989 ; 1996 ; Yang et Nee, 2000 ; Tian, 2001 ; Nee, Opper et Wong, 2007). Ainsi, l’intégration de la Chine au marché mondial serait le résultat de l’adoption d’un cadre légal et institutionnel libérant les forces du marché. Ce type d’explication s’avère toutefois insuffisant dès lors que l’on constate non seulement l’absence de crises typiquement capitalistes, mais aussi la persistance d’un État développemental fort (Bergère, 2013) et la grande incertitude liée aux droits de propriété (Szelényi, 2010), notamment en ce qui concerne la propriété foncière (Ho, 2001 ; 2014)

3Un deuxième modèle, que l’on pourrait qualifier de dévelopementalisme étatique, se situe à l’opposé de cette perspective néoclassique. Plusieurs analystes soulignent que l’État chinois continue en effet de jouer un rôle majeur dans le développement économique (Oi, 1992a ; So 2006 ; Bolesta, 2007 ; Wang, 2009 ; Bergère, 2013). L’État chinois, développemental et entrepreneurial, serait un chef d’orchestre permettant une transition en douceur vers une économie de marché qui continuerait d’être doublée par un important secteur étatisé. Dans ce modèle, la levée des obstacles au libre marché n’est pas suffisante pour attirer des capitaux : la stratégie de développement économique de la Chine miserait sur la constitution graduelle de zones économiques spéciales fiscalement avantageuses où le développement des infrastructures profiterait aussi d’une aide substantielle de l’État (Naughton 2007). Ici, le succès développemental chinois est identifié à une politique pragmatique de libéralisation contrôlée, ainsi qu’au maintien d’un fort secteur entrepreneurial d’État. La libéralisation lente et contrôlée, couplée au maintien du rôle de l’État dans les secteurs économiques clés permettrait ainsi de préserver une forme de stabilité économique tout en maintenant un processus de modernisation centré sur la transition vers le capitalisme. Or, Nee et ses collaborateurs (2007) supposent qu’une trop grande ingérence de l’État dans l’économie nuit à la performance économique des entreprises. Ainsi, cette approche expliquerait mal pourquoi la stratégie de développement centrée sur l’État échapperait aux problèmes typiques des économies planifiées.

4Le modèle des guanxi, de son côté, postule que le contexte institutionnel et juridique de la Chine rend impossible, dans son état actuel, la constitution d’une économie de marché (Peng et Luo, 2000 ; Xin et Pearce, 1996 ; Krug et Hendrischke, 2008 ; Boisot et Child, 1999). L’absence de règles claires encadrant les affaires, l’imprévisibilité du droit et des marchés financiers déficients déboucheraient sur une importante incertitude qui découragerait les investissements. Les réseaux constitués par la diaspora chinoise auraient alors servi à canaliser les investissements vers la Chine. En construisant des liens personnalisés entre différents acteurs sur différentes échelles, ces réseaux – les guanxi – auraient lié les investisseurs et les entrepreneurs aux fonctionnaires chinois, permettant ainsi aux premiers de protéger leurs investissements par le développement d’une relation de patronage avec un homme politique disposant de certaines ressources institutionnelles. L’avantage chinois aurait alors été centré sur les connexions développées entre les diasporas chinoises capables de mobiliser un capital important et les élites politiques locales, provinciales et nationales capables d’encadrer la pénétration de ces capitaux dans l’espace continental chinois.

5Plusieurs critiques de ces deux dernières approches se rejoignent en soulignant qu’en l’absence d’une société civile pour faire contrepoids au Parti, il est difficile d’empêcher les dirigeants et les fonctionnaires de rechercher une rente et d’utiliser leur contrôle des ressources institutionnelles pour poursuivre des intérêts privés qui peuvent nuire à la performance macroéconomique du pays en induisant une utilisation improductive des ressources (Lu, 1999 ; Ding, 2000a ; Ding, 2000b ; Pei, 2006 ; Xu, 2011). L’État chinois ne pourrait être considéré comme développemental et servirait principalement à la protection des intérêts des dirigeants du Parti (Huang, 2008), ce qui expliquerait le fait que les élites politiques ont, durant la transition, recréé un système de patronage distribuant les ressources institutionnelles en direction de réseaux clientélistes mêlant opportunité économique et allégeance politique (Naughton, 2008).

6En soulignant un problème théorique majeur commun à ces trois approches, Fligstein et Zhang (2011, 41, nous traduisons) ont pointé du doigt une contradiction importante et récurrente, à savoir que « les facteurs qui sont supposés avoir mené à la croissance économique chinoise sont aussi tenus pour responsables de l’avoir ralentie, ou bien les facteurs qui sont supposés l’avoir propulsé à un moment donné sont plus tard devenus une barrière ». C’est à partir d’une telle critique que des auteurs issus de la tradition de la variété des capitalismes ont proposé un changement de regard qui impliquait le glissement d’une approche centrée sur la causalité vers une approche plus typologique, classificatoire et descriptive, dont le pouvoir explicatif pouvait certes être moindre, mais qui devait permettre d’intégrer l’extrême complexité chinoise dans une analyse moins réductrice (McNally, 2007 ; Witt, 2010 ; Ahrens et Jünemann, 2010 ; Fligstein et Zhang, 2011). C’est ainsi que ces auteurs ont tenté, en analysant les relations industrielles, l’éducation et la formation de la main-d’œuvre, les relations inter-firmes, la structure financière ainsi que la gouvernance des entreprises – selon le modèle suggéré par Hall et Soskice (2001) – de placer l’économie chinoise à l’intérieur du continuum caractéristique de l’approche allant des économies de marché libérales (dont l’idéal type sont les États-Unis) aux économies de marché coordonnées (dont l’idéal type serait l’Allemagne).

7Or, comme le soulignent Peck et Zhang (2013, P. 359) les tentatives d’intégration de la Chine dans le cadre théorique de la variété des capitalismes ont débouché sur des résultats contradictoires : alors que Witt (2010) montre que la variété chinoise s’apparente à une économie de marché libérale (LME), d’autres (Ahrens et Jünemann, 2010 ; Fligstein et Zhang, 2011) concluent qu’elle appartient plutôt au modèle des économies de marché coordonnées (CME). Or, Peck et Theodore (2007), contestant la tendance au nationalisme méthodologique de l’approche de la variété des capitalismes, soulignent que ces tentatives écrasent les échelles spatiales multiples et la variabilité interne des économies nationales, masquant ainsi le caractère géographiquement inégal et combiné de la production capitaliste de l’espace. Fidèles à cette critique, Zhang et Peck (2016) décrivent pas moins de cinq modèles de développement capitalistes régionaux établis grâce à l’analyse des mêmes quatre dimensions suggérées par l’approche de la variété des capitalismes, intégrant ainsi une dimension spatiale cruciale dans leurs théorisations.

8Cette grande variabilité géographique est cohérente avec la thèse voulant que le développement économique chinois prenne la forme d’un « corporatisme d’État local » (Oi, 1992b ; Unger et Chan, 1995 ; Peng, 2001 ; Boyer, 2015), dans lequel les élites politiques et les entrepreneurs – des groupes par ailleurs souvent constitués des mêmes personnes et des mêmes réseaux (Bergère, 2013) – utilisent les ressources de l’État et des collectivités locales pour diriger le processus de développement. La compétition entre les divers États résultant de ce type de développement créerait alors non seulement une géographie économique inégale et combinée, mais stimulerait aussi les innovations institutionnelles, donnant ainsi sa forme particulière à la trajectoire du développement chinois depuis 1978.

2. La construction sociale de la force de travail tenue pour acquise

  • 2 En effet, à l'exception du modèle de développement de la « Silicon Valley de l'Est » centré sur Pék (...)

9Toutefois, malgré leurs différences, ces modèles évacuent de leurs analyses les conditions sociales et institutionnelles qui sous-tendent l’avantage comparatif que partagent la grande majorité de ces modèles de développement2, à savoir la présence d’une main-d’œuvre abondante, disciplinée et bon marché que les investisseurs capitalistes sont ensuite en mesure de mobiliser dans la production industrielle (Chan, 2000a ; 2001 ; 2003 ; Chan et Xiaoyang, 2003 ; Taylor et Cantin, 2008). En effet, leurs explanans postulent toutes comme un fait établi et non problématique la présence d’une telle main-d’œuvre.

  • 3 Le hukou est un système d’enregistrement des populations qui attribue aux ménages des statuts rurau (...)

10Même certains des travaux menés par l’école de la régulation, normalement attentifs à la spécificité historique du rapport salarial, semblent prendre pour acquis que le rapport salarial chinois, marqué par une grande inégalité de droit et de fait entre les travailleurs migrants et les travailleurs possédant un hukou urbain3, se fonde sur la complète marchandisation de la force de travail des mingong (Alary 2014 ; Périsse 2014).

11Toujours du côté régulationniste, Aglietta et Guo Bai (2012) offrent une trop rare discussion historiquement située de la trajectoire de développement chinoise et abordent la question des liens entre la construction sociale de la force de travail, la productivité du travail et la structure familiale chinoise. En mobilisant les travaux comparatifs de Pomeranz (2000), ils défendent l’idée voulant que la trajectoire smithienne de développement aboutisse normalement dans ce que l’historien de la Chine Mark Elvin a nommé un « piège d’équilibre de haut niveau » (1973), c’est-à-dire une situation dans laquelle les rendements marginaux décroissants dans l’agriculture exercent une pression à la hausse sur le prix des matières premières agricoles et donc sur les salaires ouvriers, entravant ainsi l’industrialisation. Dans un tel cadre, la structure familiale chinoise aurait encore plus entravé le développement de la productivité agricole parce que les règles de l’héritage conduisaient à la division des terres entre héritiers masculins, ce qui empêchait toute forme d’économie d’échelle, soutiennent-ils. La Chine serait restée bloquée dans ce piège smithien jusque dans les années 1970, date à laquelle la révolution verte aurait enfin rendu possible une hausse suffisante de la productivité agricole pour permettre un réel décollage économique.

  • 4 Les travaux de Feuerwerker (1970 ; 2006a ; 2006b) ont bien montré comment cette production proto-in (...)
  • 5 Par « involution », nous entendons une trajectoire de développement dans laquelle « la production t (...)
  • 6 Ajoutons aussi que leur explication de la stagnation de la trajectoire de développement chinoise re (...)

12Or dans la Chine impériale tardive et jusqu’à la révolution de 1949, nous allons le voir, un fort degré de commercialisation soutenait le développement d’une proto-industrialisation intensive en main-d’œuvre (Rawski, 1985 ; Brandt, Ma et Rawski, 2014). Cette proto-industrie était un phénomène essentiellement paysan dans lequel les rapports de production restaient encastrés dans les rapports de parenté, d’où la présence d’une force de travail au coût d’opportunité pratiquement nul. Dans une telle situation, le principal problème pour les industries naissantes n’était pas le coût trop élevé de la main-d’œuvre ouvrière, mais plutôt la concurrence d’une proto-industrie capable d’allouer du travail à des activités ne couvrant pas le coût de reproduction du travail4, d’où une trajectoire de développement que nous qualifions d’involutive5 et qui a joué un rôle de premier plan dans la création du surplus de main-d’œuvre chinois6.

13Autre fait crucial pour la construction sociale de la force de travail, la Chine collectiviste, celle d’avant les réformes, ne disposait pas du type de main-d’œuvre bon marché nécessaire à la production capitaliste : les travailleurs et les travailleuses n’étaient pas, ni formellement ni pratiquement, séparés des moyens de production (Lü et Perry, 1997), et le travail ne pouvait ni être vendu ni être acheté sur le marché (Andreas, 2008). Sont alors évacués de l’analyse (1) les processus historiques qui ont placé la Chine dans une situation de surplus de main-d’œuvre, ainsi que (2) la reconfiguration des rapports de production et des relations sociales de propriété qui ont permis l’intégration chinoise au marché mondial. C’est seulement au terme d’un processus historique complexe – processus que nous nous proposons d’analyser – qu’a pu émerger un marché du travail capitaliste, principalement dans les zones urbaines centrées sur les exportations, puis graduellement, dans les campagnes.

14Toutefois, dans les zones rurales, l’accès des paysans à la terre continue d’être régulé par des institutions héritées de la période collectiviste, si bien qu’alors que les rapports sociaux de propriété ont pris une allure capitaliste dans les zones urbaines et industrialisées, ils sont restés fortement influencés par des processus non capitalistes en milieu rural. Les interactions entre ces deux régimes de propriété ont été au fondement de la croissance de la Chine depuis 1978, en fournissant au capitalisme transnational une main-d’œuvre abondante se reproduisant partiellement par des moyens non capitalistes, ce qui permet à la Chine de proposer des salaires extrêmement bas aux investisseurs étrangers.

3. Développement involutif et surplus de main-d’œuvre : les origines historiques de l’armée de réserve chinoise

  • 7 La sous-utilisation de main-d'œuvre dans la Chine collectiviste a fait l'objet de plusieurs estimat (...)

15La situation de surplus de main-d’œuvre agricole dans laquelle se trouvait la Chine à la veille des premières réformes de Deng en 19787 s’inscrit dans une tendance séculaire de développement involutif qui trouve sa source dans la configuration particulière des rapports sociaux de propriété propre à la Chine impériale tardive (1368-1911) et à la période collectiviste (1949-1978) (Huang, 1990 ; Brenner et Isett, 2002).

  • 8 Ainsi l'espérance de vie à 15 ans aurait connu un net fléchissement entre 1500 et 1800 (Cartier, 19 (...)

16La présence d’une importante activité commerciale dans la Chine impériale tardive a souvent été présentée comme une preuve que la Chine suivait, jusqu’au xixe siècle, un type de développement économique comparable à l’Europe (Pomeranz 2009 ; Brandt, Ma et Rawski 2014), mais les données empiriques relatives à l’évolution de l’espérance de vie, de la production de grain et de la surface cultivée par personne suggèrent un autre type d’explication centré sur une analyse des contraintes micro-économiques pesant sur les acteurs8. En effet, la stagnation du PIB par personne durant les dynasties Ming et Qing s’accompagne d’une réduction drastique de l’espérance de vie (Cartier, 1973 ; 1995 ; Heijdra, 2008), ce qui suggère que le maintien d’un équilibre économique soutenable dépendait principalement de mécanismes de mortalité de type malthusien.

17La trajectoire de développement de la Chine aurait donc suivi une tendance malthusienne où, à cause de la réduction constante de la taille des exploitations agricoles par leur division entre héritiers, les familles paysannes auraient eu de moins en moins de terres à cultiver et se seraient de plus en plus repliées sur la petite production marchande pour combler le manque à gagner causé par l’érosion séculaire de la taille de leurs exploitations, le tout au détriment de la productivité du travail (Chao, 1986 ; Huang, 1990 ; Brenner et Isett, 2002). Loin d’être issu d’une logique de développement smithienne, dans laquelle la division du travail et la spécialisation insufflent une hausse de la productivité et une amélioration des conditions de vie, le développement commercial chinois était en fait dominé par une rationalité non capitaliste donnant forme à une trajectoire de développement malthusienne.

18En se basant sur les travaux de Chayanov (1986), Huang (1990) a montré comment les familles paysannes chinoises, parce qu’elles disposaient d’un accès direct et non médié à la terre, n’adoptaient pas une rationalité de type capitaliste face aux pressions démographiques. En effet, les fermiers capitalistes cessaient d’utiliser du travail salarié dès que leur retour sur investissement descendait sous le salaire du marché, car cela impliquait un rendement négatif. Par contre, les familles paysannes continuaient à investir du travail tant que les besoins de consommation de la famille n’étaient pas couverts, même si le rendement de ce travail était largement sous le salaire du marché ou s’il n’était que très peu productif (Chayanov, 1986 ; Huang, 1990). Dans une économie paysanne dominée par l’auto-production familiale, un tel comportement est parfaitement rationnel, comme le souligne Huang :

[...] si une famille paysanne dispose de plus de travail que nécessaire dans les conditions optimales, et si ce travail est incapable de (ou ne souhaite pas) trouver un emploi alternatif dans un marché du travail déjà saturé, il serait parfaitement « rationnel » pour cette famille de mettre ce surplus de travail à l’œuvre pour de très faibles retours, puisque ce travail n’a que très peu ou pas du tout de « coût d’opportunité ». (Huang, 1990, p. 11, nous traduisons)

  • 9 En Chine, le droit foncier distingue depuis très longtemps la propriété des couches arables de la p (...)

19Dans le delta du Yangtze, la réduction graduelle de la taille des fermes, conséquence de la division constante des terres entre les héritiers mâles, aurait de plus en plus favorisé ce type d’utilisation du travail, alors que la sécurisation des droits des paysans sur la couche arable des sols aurait empêché l’expulsion des paysans de leurs terres et la création d’un prolétariat agricole typique du mouvement anglais des enclosures (Brenner et Isett, 2002)9. À la fin des Ming puis sous les Qing, l’introduction des cultivars issus du Nouveau Monde, comme le maïs, le tabac et la patate douce, aurait aussi favorisé une intensification de l’agriculture en augmentant la productivité à l’hectare et en stabilisant les rendements, ce qui aurait permis aux familles d’assurer leur pérennité dans un contexte de fractionnement croissant des terres (Mazumdar, 1998). Le type de rationalité économique conditionné à la fois par l’introduction de nouvelles cultures et par la sécurisation des droits de propriété des paysans aurait alors conditionné un développement involutif, dans lequel le volume total de la production augmentait, mais au prix d’un rendement de moins en moins important par journée de travail (Huang, 1990). Confrontées à une pression démographique de plus en plus importante et à la diminution de la taille de leurs exploitations, les familles chinoises auraient donc réagi en allouant de plus en plus de travail à des activités liées à la petite production marchande pour faire face aux besoins de consommation des familles, ce qui aurait soutenu la tendance lourde à la commercialisation de l’économie de la Chine impériale tardive, mais le tout dans une configuration spécifique où la productivité de chaque unité de travail ajoutée diminuait (Huang, 1990).

20À partir du traité de Nankin en 1842, les effets de l’ouverture forcée de la Chine au marché mondial se firent sentir sur la petite production marchande, par la réorganisation des rapports de production autour des interactions entre une économie chinoise riche en main-d’œuvre et une économie occidentale riche en capital (Cantin, 2009). Avant la pénétration des puissances occidentales en Chine, la production commerciale restait fragmentée et n’était pas sous le contrôle des marchands, mais bien sous celui des familles et de leurs organisations coopératives (Mazumdar, 1998). Par conséquent le type de rationalité économique à l’œuvre derrière les décisions liées à la production restait influencé par une dynamique de développement involutive et ne favorisait pas des investissements productifs en capital : elle restait dominée non par la recherche d’une hausse de la productivité du travail, mais par l’intensification de l’usage de la force de travail et des sols (Cantin, 2009 ; Huang, 1990 ; Mazumdar, 1998).

  • 10 Le terme « patricorporation » désigne une institution juridiquement créée par l'État impérial qui c (...)

21S’il est vrai que la petite production marchande domestique restera importante jusque dans les années 1930, l’apparition de textiles manufacturés à la machine va néanmoins exercer une pression de plus en plus forte sur les revenus des patricorporations10 à partir de la deuxième moitié du xixe siècle (Honig, 1992 ; Feuerwerker, 2006a ; Fei et Zhang, 2010). Mais dans la Chine des Qing, l’absence d’une réelle politique de développement couplée à la faiblesse des institutions financières et à l’impossibilité de protéger l’industrie naissante des pressions compétitives en provenance du marché mondial, limitait fortement les possibilités d’une industrialisation endogène, d’autant plus que l’immense masse paysanne, bien que très pauvre et souvent au bord de la famine, avait un accès direct et non médié par le marché à ses moyens de subsistance et n’était donc pas contrainte au travail salarié.

  • 11 Pour Wood (2009), la dépendance au marché pour avoir accès aux moyens de subsistance est un critère (...)

22En fait, jusqu’en 1933, la production artisanale effectuée dans de petites entreprises rurales peu équipées accaparait encore près des deux tiers de la production de marchandises, et employait des paysans qui conservaient leur accès à la terre et à leurs moyens de subsistance (Feuerwerker, 2006b). Bien qu’alimenté par la pauvreté relative des masses paysannes, ce type de marché du travail demeurait une opportunité et non une obligation11, dans la mesure où un emploi salarié restait une possibilité parmi d’autres dans les stratégies de reproduction des ménages. De plus, ce marché du travail restait marqué par les limites traditionnelles imposées par la division sexuelle du travail, qui faisait que les femmes étaient généralement confinées à la production domestique et éloignées du travail salarié, de sorte que la mainmise masculine sur les emplois salariés créait une rareté de main-d’œuvre qui maintenait les salaires relativement élevés (Huang, 1990, p. 111). Aussi, une des conditions nécessaires à une industrialisation endogène de type capitaliste, à savoir la présence d’une force de travail libre de toute attache à la terre et délivrée des obligations coutumières, était-elle manquante. La tendance involutive du développement chinois demeurait lourde, et se trouvait aggravée par la concurrence des produits manufacturés importés par les puissances occidentales.

23L’arrivée au pouvoir du Parti communiste chinois (PCC) en 1949 allait permettre à celui-ci d’aborder le problème de la modernisation de l’économie et de l’agriculture de front, avec des solutions d’abord inspirées du modèle soviétique, puis par la suite caractérisées par une voie plus typiquement chinoise. Le premier plan quinquennal – inspiré du modèle soviétique – avait mis l’accent sur l’industrie lourde et la réforme agraire, puis les campagnes de collectivisations des terres avaient conduit à un degré de collectivisation important suite à un premier « Bond en Avant » préfigurant la stratégie suivie après 1958 (Domenach et Richer, 1995 ; Fairbank, 2010 ; Spence, 1990).

24Lors des premières années du régime, l’élimination des propriétaires terriens avait permis à l’État d’augmenter ses ponctions sur la production agricole pour stimuler la croissance de l’industrie lourde, en accord avec le modèle de développement soviétique (Selden et Jieh-min, 2011 ; Nordhaug, 2012). Mais les résultats de ces politiques ne furent pas au goût des dirigeants qui souhaitaient accélérer l’effort d’industrialisation (Domenach et Richer, 1995). Face à ce problème, les hésitations du régime sur la voie à suivre quant au type de développement économique et à son rythme, ainsi que sur l’évaluation globale du premier plan quinquennal firent surface (Spence, 1990). À l’intérieur du parti, d’âpres débats opposèrent une faction regroupée autour de l’économiste Chen Yun – auquel appartenait Deng Xiaoping – et un autre groupe regroupé autour de Bo Yibo (Bachman, 2006). Le premier groupe souhaitait tabler sur la vitalité traditionnelle de la commercialisation chinoise pour soutenir le développement économique, alors que le second considérait une telle stratégie comme cryptocapitaliste et souhaitait plutôt des collectivisations rapides. Pour la tendance collectiviste, le manque de ressources de l’État allait pouvoir être compensé par la réalisation d’économies d’échelle et en faisant appel à l’enthousiasme des masses. Le volontarisme des masses paysannes était capable, croyait-on, de mobiliser le surplus de main-d’œuvre agricole à des fins productives (Bachman, 2006 ; Spence, 1990 ; Fairbank, 2010).

25Le Grand Bond de 1958-1960 a consacré la victoire politique du deuxième groupe, mais l’énorme pression mise par cette stratégie de développement sur les ressources agricoles finit par faire baisser la ration alimentaire des paysans sous le seuil de la survie, et des conditions naturelles défavorables vinrent s’ajouter au tableau pour créer une tempête parfaite : la famine de 1959-1960 tuera entre 18 et 30 millions de personnes, et sera un des plus grands cataclysmes du siècle (Li et Yang, 2005). La catastrophe du Grand Bond isole politiquement Mao et ses partisans – qui reviendront au pouvoir lors de la révolution culturelle – mais marque aussi la stabilisation du processus d’accumulation basé sur l’extraction des ressources agricoles finançant l’industrialisation.

26À partir de 1962, l’État revint graduellement aux principes qui permettaient le rythme d’accumulation – plus soutenable – atteint lors du premier plan quinquennal. L’État, en s’imposant comme le seul acheteur de la production agricole, pouvait imposer un bas prix lui permettant de s’approprier entre 80 % et 90 % des surplus ruraux au-delà des seuils de subsistance, ce qui permettait de maintenir la croissance de l’industrialisation, mais au détriment des investissements dans l’agriculture (Selden et Jieh-min, 2011). Ainsi, lors du premier plan quinquennal, l’industrie a reçu 52.4 % des investissements et l’agriculture un maigre 7.8 % (ibid.), alors même qu’en 1955 la population urbaine ne représentait qu’un maigre 13.48 % de la population, l’immense majorité (86,52 %) étant rurale (China Statistical Yearbook, 2015). Comme le montre le tableau 1, les réquisitions de produits agricoles par l’État sont restées extrêmement importantes durant toute la période collectiviste.

Tableau 1. Approvisionnements de l’État chinois après réquisitions

Tableau 1. Approvisionnements de l’État chinois après réquisitions

Source : Oi, 1991, p. 34

27Contrairement au modèle de développement soviétique, où les collectivisations forcées furent aussi l’occasion d’exproprier la paysannerie au profit de l’État et de mécaniser l’agriculture (Lewin, 1975), le collectivisme chinois a misé sur une stratégie où les paysans étaient maintenus pratiquement de force dans l’agriculture (Selden et Jieh-min, 2011) et où un système d’assignation à résidence, le hukou, avait été spécifiquement conçu pour faciliter le contrôle des migrations intérieures, pour empêcher l’urbanisation galopante, et permettre une allocation centralisée des approvisionnements en céréales, des services sociaux, des emplois et du logement, créant du même coup les grandes inégalités entre villes en campagnes qui caractérisent encore aujourd’hui la Chine contemporaine (Chan 2009 ; Wu et Treiman 2004 ; Cheng et Selden 1994).

28Toutefois, un fait souvent méconnu et qui est d’importance capitale pour notre argument se trouve dans le lien entre les réformes agraires, les droits de propriété et le hukou. Le socialisme chinois cherchait en effet à s’ériger sur les communautés villageoises traditionnelles (Skocpol, 1976 ; Skocpol, 1979), et avait redistribué les terres saisies aux propriétaires terriens sur la base de l’appartenance des paysans aux communautés villageoises, une appartenance inscrite dans le statut hukou (Andreas et Zhan 2015). Si la constitution de 1954 garantissait à tous un accès à un emploi et des moyens de subsistance, en zones rurales, ce sont les villages qui se virent confier la propriété des terres. Le résultat d’une telle législation fut de créer un régime de propriété où l’accès aux moyens de subsistance passait, pour les paysans, par l’appartenance à un village, appartenance elle-même garantie par l’institution du hukou, qui se trouvait par-là à attacher les paysans à la terre de manière durable.

29En prenant en considération le mode de financement de l’État et la lourdeur des transferts de ressources vers l’industrie, il est possible d’affirmer qu’au niveau macro-économique, la stratégie de développement du PCC durant la période maoïste favorisait l’involution. Comme le souligne Huang (1990, p. 317) :

L’État postrévolutionnaire chinois, de plus, avait un intérêt acquis dans l’involution. Les taxes d’État et les achats obligatoires étaient en fonction de la production totale, et non en fonction des revenus ou de la productivité par unité de travail. Du point de vue de l’État, les approvisionnements étaient maximisés par le plus haut niveau possible de développement involutif, indépendamment du rendement marginal net du travail.

30Au niveau micro-économique, l’organisation du travail collectiviste favorisait aussi cette tendance involutive. La croissance démographique, importante caractéristique des années maoïstes, ainsi que l’absorption de la force de travail féminine par l’agriculture collectiviste ont en effet avalé les gains de productivité qu’avaient permis les améliorations des systèmes d’irrigation, l’introduction de certains fertilisants chimiques et un début de mécanisation (Huang, 1990). À son tour, la surabondance de main-d’œuvre a enlevé toute forme d’incitatifs à l’amélioration de la productivité du travail, d’autant plus que les collectifs ne pouvaient congédier leurs membres, d’où une tendance forte à les mettre au travail peu importe leur productivité marginale (ibid.). La figure 1 montre une stagnation de la rémunération dans un collectif de travail situé dans l’État du Songjiang durant les deux décennies qui suivent le Grand Bond en Avant. Elle illustre bien la conséquence d’une telle dynamique involutive sur le niveau de vie des travailleurs ruraux chinois.

Figure 1. Évolution de la valeur monétaire d’une journée de travail à Xubushanqiao, district de Songjiang

Figure 1. Évolution de la valeur monétaire d’une journée de travail à Xubushanqiao, district de Songjiang

Source : Huang, 1990, p. 239

  • 12 Par sécurité économique, nous entendons ici le fait que la paysannerie s'est vue garantie par le ré (...)

31Le PCC a hérité, en 1949, d’une économie fortement marquée par un millénaire de développement involutif qui voit le PIB réel par personne atteindre un plancher historique en 1950 (Maddison, 2001). La collectivisation avait permis tout de même un relatif redressement des revenus paysans, notamment par la suppression des ponctions effectuées par les propriétaires terriens et par une modeste modernisation de l’agriculture, et avait aussi fourni à la paysannerie une sécurité économique historiquement nouvelle12, au prix, il est vrai, d’une exposition accrue aux effets catastrophiques des erreurs de planification, comme le montre la catastrophe humaine et écologique du Grand Bond en Avant. Toutefois, la croissance démographique a continué d’avaler les gains de productivité agricole, alors que le système de production collectiviste favorisait une allocation du travail sous-optimale et partageait avec la Chine impériale sa tolérance pour la sous-utilisation de la main-d’œuvre. Ainsi se trouvèrent créées les deux conditions historiques qui allaient, durant la période des réformes, soutenir le « miracle » chinois : une abondance de main-d’œuvre et un régime de propriété des terres collectiviste garantissant l’accès à une agriculture de subsistance.

4. Les réformes de Deng dégagent des surplus de main-d’œuvre

32Les causes des profondes transformations économiques qui vont marquer l’histoire de la Chine à partir de 1978 ont fait l’objet de nombreux débats qui dépassent le cadre forcément limité de notre contribution. Toutefois, notons que la première phase des réformes est liée à un changement important dans le mode de légitimation du régime. Autrefois centrée sur la personne charismatique de Mao et sur des principes égalitaires (Andreas, 2007 ; Wu, 2013), la légitimité politique du régime se déplacera vers la capacité des élites à insuffler un développement économique porteur d’enrichissement (Wu, 2013). Les liens étroits entre la légitimité politique, le développement économique et l’expérience historique du Grand Bond en Avant puis de la révolution culturelle poussèrent probablement les élites dirigeantes à adopter une stratégie de réformes pragmatique et graduelle, dans laquelle les innovations furent certes encouragées, mais où leur implantation et leur généralisation se firent de manière prudente et contrôlée.

  • 13 Dans son livre Adam Smith à Pékin, Arrighi considère toutefois que la Chine se situe toujours dans (...)
  • 14 Par exemple, les entreprises acquièrent le droit de louer, sous contrat, une partie de leur proprié (...)

33La première phase des réformes, allant de 1978 à 1992, a créé ce que l’on pourrait décrire comme une « économie de marché non capitaliste » (Andreas, 2008 ; Arrighi, 2009)13. Dans les villes, les entreprises d’État se voient d’abord fixer des objectifs grandissants en matière de productivité et de profitabilité, et le marché commence lentement à remplacer la planification centralisée (Naughton, 2007 ; Naughton, 1992). Toutefois, avant 1992, les responsabilités des danwei en matière de sécurité d’emploi et de services sociaux envers leurs employés demeurent, de sorte que la main-d’œuvre reste attachée à l’entreprise et qu’aucun véritable marché du travail ne voit le jour. Les danwei continuent d’être des propriétés publiques et les mises à pied – bien que les faillites commencent à être permises – demeurent très rares. Après 1984, des incitatifs de marché commencent à être introduits pour remplacer la planification centralisée et pour tenter de contraindre les dirigeants d’entreprises à augmenter les taux de profits14, mais les obligations des danwei envers les travailleurs continuent de limiter les capacités d’accumulation des entreprises, et durant une bonne partie des années 1980, les revenus supplémentaires que les entreprises ont pu conserver ont souvent été canalisés dans la fourniture de services sociaux pour les membres des danwei (Koo, 1990 ; Andreas, 2008).

34L’introduction du système de responsabilité contractuel en 1983, puis une série de règlements en 1986 et 1987 vont aussi marquer une étape importante vers l’individualisation du rapport salarial (Josephs, 1988 ; Piovani et Li, 2011 ; Périsse, 2014). L’objectif poursuivi par ces réformes était de construire un régime de travail où les récompenses matérielles allaient être plus directement liées aux performances individuelles (Josephs, 1988). Pour ce faire, le système de responsabilité contractuelle introduisit le droit, pour le management, « d’engager des employés sous des termes contractuels à durée déterminée plutôt que d’accepter que des travailleurs leur soient assignés par voie bureaucratique » (Josephs, 1995, 564) ainsi que la possibilité pour la direction de négocier certains aspects des relations de travail – par exemple le niveau de rémunération - de manière individuelle. Toutefois, si ces réformes s’écartent assez radicalement des principes au fondement du « bol de riz en acier », il fallut tout de même attendre les années 1990 pour que ces nouveaux principes ne commencent à être appliqués d’une manière généralisée.

35À la campagne, la première phase des réformes amènera une double évolution qui, pour la première fois depuis longtemps, sera en mesure de rompre avec le schéma développemental involutif hérité de la longue histoire impériale et de l’ère collectiviste. Le système de responsabilité familiale va rapidement englober la quasi-totalité de la population rurale. Le tableau 2 montre comment la proportion de la population rurale impliquée dans le système de responsabilité collective passera rapidement à la presque totalité de la population en quelques années à peine.

Tableau 2. Couverture du système de responsabilité familiale

Tableau 2. Couverture du système de responsabilité familiale

Source : McMillan, Whalley et Zhu, 1989, table 5, p. 798

36Dans le système de responsabilité familiale (ci-après SRF), la terre était allouée aux foyers domestiques qui étaient membres du collectif villageois, qui était considéré comme le propriétaire des terres. Les terres étaient attribuées aux familles selon des contrats de durées variables – généralement pour 15 ans – et les familles devaient en échange payer un loyer au collectif et une taxe à l’État pour l’utilisation des terres (Andreas et Zhan, 2015). Les collectifs villageois redistribuaient le plus souvent les terres selon les besoins changeants des membres du village et pouvaient ainsi ajuster l’allocation des terres en fonction des mariages, des naissances et de la mortalité, ou bien les redistribuer lors d’une réallocation globale impliquant tout le village (Brandt et al. 2002 ; Tao Kong et Unger, 2013). Dans cette logique redistributive, le statut hukou est devenu un critère clé pour permettre aux paysans d’avoir accès aux ressources collectives des villages, la terre étant la principale de ces ressources.

37Parallèlement à ces changements majeurs dans le mode d’allocation des ressources agraires, l’économie rurale verra l’émergence des entreprises de bourg et de canton qui modifieront en profondeur la dynamique de développement involutive caractéristique de la Chine depuis des centaines d’années. Héritage de la période maoïste, où elles étaient actives principalement dans la petite production industrielle liée à l’agriculture, les entreprises de bourg et de canton (EBC, ci-après) vont connaître une croissance fulgurante à partir du début des années 1980, avec une valeur réelle de leur production qui progresse à un rythme annuel de 23,5 % entre 1978 et 2003 (Yang, 2005). Dès 1987, la valeur de la production des EBC dépasse celle de l’agriculture et au début des années 2000, les EBC sont devenues les principaux contributeurs au PIB rural, avec 64 % du total, alors qu’elles représentent plus 30 % du PIB national (ibid.).

38Durant la première phase des réformes, les EBC jouent un rôle déterminant dans le renversement de la tendance séculaire à l’involution que le collectivisme avait été incapable de renverser. Ce sont en effet les interactions entre le système de responsabilité familiale, qui permettait une meilleure allocation du travail par les familles paysannes désormais dégagées de l’encadrement des équipes de travail collectivistes, et les entreprises de bourg et de canton naissantes, qui vont absorber productivement les surplus de main-d’œuvre rurale, qui vont permettre une bonne partie de la croissance des revenus paysans constatés durant la période (Huang, 1990). Cette absorption productive de la main-d’œuvre par les EBC est parfaitement visible dans leur taux de croissance annuel en termes d’emploi, qui passe de moins de 5 % en 1978 à presque 60 % en 1984, alors que durant la même période, le revenu annuel par habitant croît au rythme extrêmement rapide de 14,2 % (Yang, 2005), et que la production agricole ne croît que de 7,7 % annuellement (Lin 1992, p. 35, table 1).

5. Des réformes capitalistes

39Alors que les EBC manifestent des signes d’essoufflement et subissent une période de récession, de 1989 à 1991 (Kung et Lin, 2007 ; Yang, 2005), leur capacité à absorber les surplus de main-d’œuvre diminue rapidement. À partir de 1984 en effet, le taux de croissance annuelle des EBC en termes d’emploi chute rapidement, pour devenir pratiquement nul après 1989 (Yang, 2005, p. 5), alors que leur importance relative en termes d’emploi chute de manière proportionnelle, passant d’environ 75 % en 1984 à environ 50 % en 1992, et descendant sous la barre des 10 % en 2004 (Kung et Lin 2007, figure 1).

Figure 2. Part du secteur public dans l’emploi urbain

Figure 2. Part du secteur public dans l’emploi urbain

Source : China Statistical Yearbook, 2007

40Ce déclin des EBC s’accompagne d’un changement majeur des formes de propriété des entreprises, qui se transforment sous l’impulsion de l’approfondissement des réformes à partir de 1992. Alors que les EBC garantissaient durant les années 1980 l’accès à des ressources institutionnelles comme les permis d’exploitations et un accès au crédit, à partir de 1992 les EBC perdent cet avantage institutionnel qui les protégeait de la compétition des entreprises privées. Dans les régions urbaines, les entreprises d’État sont graduellement soumises à des normes de rentabilité capitalistes, puis font l’objet d’une vague importante de privatisations (Andreas, 2007 ; Garnaut, Song et Yao, 2006), si bien que la part des entreprises du secteur public dans l’emploi urbain chute drastiquement, comme le montre la figure 2.

41Cette évolution vers un marché du travail capitaliste avait été favorisée dès le milieu des années 1980, nous l’avons vu, par l’élaboration d’un nouveau cadre juridique modifiant le rapport salarial. En 1994, les règlements en matière de contrat de travail adoptés en 1986 et 1987 sont inscrits dans le Code du Travail et s’appliquent désormais à tout nouveau contrat de travail (Périsse, 2014). Les employés des entreprises d’État qui jouissaient des avantages conférés par l’ancien régime ne perdent pas leurs privilèges, mais les entreprises peuvent maintenant congédier les travailleurs pour des motifs économiques. Ainsi, la fonction de protection sociale jouée par les danwei depuis les débuts du régime est-elle définitivement soumise à des impératifs de performance économique des entreprises. Graduellement, la part des employés soumis aux nouvelles règles contractuelles a augmenté, si bien qu’en 1994 - à peine dix ans après l’introduction du système de responsabilité contractuelle - le département d’État américain l’estimait à environ 40 % (US Department of State, 1995). La privatisation des entreprises publiques, en s’attaquant à ce qui restait des emplois protégés en vertu du bol de riz en acier, accélérera encore plus l’évolution vers un marché du travail capitaliste, fondé sur un contrat de travail individuel et faisant reposer une bonne partie du risque social du chômage sur le dos des salariés.

42Cette chute spectaculaire de l’emploi dans les entreprises publiques est le résultat de la politique du PCC suivie depuis 1992 et qui vise conserver sous le contrôle de l’État les seules entreprises qui ont une valeur stratégique importante pour le développement économique ou pour des raisons politiques, une politique qui va aussi affecter les EBC qui seront graduellement privatisées et perdront leur position dominante en termes d’emplois et de production. Ces vagues de privatisations ont eu pour effet de séparer les travailleurs des moyens de production, et de créer dans les zones urbaines un marché du travail capitaliste dans laquelle la main-d’œuvre pouvait être engagée et congédiée en fonction des nécessités économiques du moment (Andreas, 2008).

43Mais durant les années 1980 déjà commence à émerger, à partir des zones économiques spéciales situées dans les régions côtières, un autre modèle de développement fondé sur la mobilisation des investissements étrangers, l’intégration au marché mondial et la mobilisation de la main-d’œuvre rurale bon marché (Naughton, 2007 ; Yeung, Lee et Kee, 2009). Ces zones avaient d’abord été établies pour attirer les investissements étrangers, favoriser les exportations et les transferts de technologies et permettre d’expérimenter un développement économique capitaliste limité pouvant ensuite être étendu graduellement au reste du pays. L’objectif était de commencer l’intégration de la Chine au marché mondial en facilitant les échanges commerciaux et en mobilisant les investisseurs chinois de Hong-Kong, Macao (Yeung, Lee et Kee, 2009 ; Heartfield, 2005). Le succès de cette politique pragmatique de développement fut rapide : en 1981, les zones économiques spéciales attirent 59.8 % des investissements étrangers en Chine, et si graduellement cette proportion baisse durant les années 1980, le succès est tel qu’à partir de 1984 le gouvernement ouvre un peu plus l’économie en établissant des politiques favorables aux investissements dans 14 villes côtières ouvertes, puis l’année suivante dans plusieurs autres villes du détroit de la rivière des Perles, dans le détroit du Yangtze et au Fujian, alors qu’en 1988 c’est la province entière du Hainan qui devient une zone économique spéciale (Yeung, Lee et Kee, 2009) Le reste de l’histoire est suffisamment connu : quand Deng entreprend sa tournée des provinces du Sud en 1992, c’est aussi le signal politique que désormais, les autorités locales et provinciales ont le feu vert pour généraliser le modèle de développement économique qui a fermenté dans les zones économiques spéciales.

Figure 3 et 4. Exportations et investissements directs étrangers, en millions de dollars

Figure 3 et 4. Exportations et investissements directs étrangers, en millions de dollars

Sources : China Statistical Yearbook (2014) pour les exportations (à gauche) et United Nation Conference on Trade and Development, (2015), pour les IDE (à droite)

44Une telle politique de développement a débouché sur un régime d’accumulation caractérisé par une grande dépendance aux exportations et par une forte présence de capitaux et d’entreprises étrangères, ce qui se manifeste notamment par la part importante des investissements internationaux accaparés par la Chine (Hart-Landsberg et Burket,t 2007), qui croissent par ailleurs au même rythme que les exportations, comme le montrent les figures 3 et 4. Entre 1990 et 2006, le ratio des exportations par rapport au PIB est passé de 16 % à plus de 40 %, alors que la part des exportations produites par des entreprises sous contrôle étranger est passée de 2 % en 1985 à 58 % en 2005, et atteint jusqu’à 88 % dans les domaines des exportations de haute technologie (Hart-Landsberg, 2011, p. 60). Cette dépendance se trouve de plus renforcée par l’intégration croissante de la Chine dans les réseaux de production transnationaux et dans les chaînes de valeurs internationales :

Cette dynamique favorise à la fois une plus grande dépendance commerciale et une expansion des processus de production transfrontaliers, avec la Chine servant d’assembleuse de pièces manufacturées importées des pays voisins et de destination finale de production pour l’activité exportatrice de plus en plus importante de la région. (Hart-Landsberg et Burkett, 2007, p.13, nous traduisons

  • 15 Le coefficient de Gini de la Chine est passé de 0.22 en 1978 à 0.496 en 2006, signalant le passage (...)

45Si la Chine a pu bien s’intégrer dans les chaînes de production transnationales, c’est que les conditions permettant l’émergence d’une économie de marché capitaliste se sont trouvées réunies dans les zones urbaines chinoises. La propriété des moyens de production a été transférée à des acteurs privés par le processus de privatisation des années 1990 et 2000, dans lequel certaines élites politiques proches du pouvoir et plusieurs dirigeants d’entreprises ont pu être en mesure de se voir transférer la propriété d’actifs publics (Ding, 2000b ; Goodman, 2003 ; Garnaut, Song et Yao, 2006). Ainsi a pu se former une classe d’entrepreneurs privés jouant un rôle de premier plan dans l’économie au même moment où les inégalités liées à l’émergence d’une structure de classe capitaliste commençaient à exploser15.

  • 16 Sur l'importance de la rationalité capitaliste et sur la question de la dépendance au marché, voir (...)

46De fait, même si l’État joue toujours un rôle de leader dans le développement économique (Bergère, 2013), la part des entreprises publiques dans l’emploi et dans le PIB se situe maintenant à des niveaux observables dans d’autres économies capitalistes. Désormais soumises à la compétition et dépendantes du marché tant pour leurs approvisionnements que pour leurs revenus, ces entreprises privatisées se voient contraintes d’adopter une rationalité capitaliste qui les pousse à investir constamment dans l’amélioration de la productivité et à cesser de tolérer l’utilisation improductive du travail16.

47De plus, avec le démantèlement des danwei et la privatisation des entreprises publiques, c’est aussi la séparation entre les travailleurs et les moyens de production qui s’est pleinement réalisée : alors que dans les années 1980 les entreprises avaient presque toutes des obligations sociales importantes envers les travailleurs, en fournissant du logement, des services sociaux, des crèches et divers autres avantages, les entreprises n’ont maintenant plus à se préoccuper de la reproduction de la main-d’œuvre (Andreas 2008). Ce sont les familles, et dans une moindre mesure l’État, qui assument ces fonctions, même si on a observé dans la dernière décennie quelques ouvertures de l’État pour améliorer la couverture sociale, cette dernière reste réservée aux détenteurs de hukou urbains, aux membres du parti et aux fonctionnaires (Selden et Jieh-min, 2011).

48Finalement, l’individualisation du contrat de travail et la fragilisation concominante du lien d’emploi ont contribué à la création d’une relation contractuelle d’emploi de type capitaliste, dans laquelle le prolétaire, privé d’un accès direct aux moyens de production, se présente devant « l’homme aux écus » avec sa seule force de travail à échanger. Le marché du travail et le salariat deviennent alors les institutions par lesquelles les travailleurs ont accès à leurs moyens de subsistance. De même, ces réformes démantelèrent l’ancien mode collectiviste d’allocation du travail : le plan joua un rôle de moins en moins important en cette matière dans les zones urbaines. Le travail social est désormais alloué en fonction d’une logique micro-économique de type capitaliste, ce qui permet aux entreprises de maximiser l’utilisation productive de la main-d’œuvre d’une manière qui aurait été difficile à réaliser dans l’ancienne économie collectiviste qui encastrait la reproduction de la force de travail dans la structure des collectifs de travail.

49À la fin des années 1990 et au début des années 2000, il faisait peu de doutes que la stratégie de développement industriel de la Chine tablait sur des coûts de main-d’œuvre extrêmement faibles, entraînant ainsi une course vers le bas pour les salariés produisant pour le marché mondial (Chan 2003 ; Chan et Ross, 2003). Un regard rapide sur « l’atelier du monde » montre que lors de son entrée dans l’OMC en 2001, la Chine avait des coûts salariaux parmi les plus bas au monde, avec un salaire minimum de 20 fois inférieur à celui des États-Unis (Chan 2003). La régulation du travail dans les usines exportatrices reposait aussi sur un travail industriel intensif dans lequel la discipline jouait un rôle important pour accroître l’extraction du surtravail. Cette discipline sévère était au centre des mécanismes de gestion de la conflictualité du travail et comportait un ensemble de mesures qui visaient à maximiser la productivité tout en réduisant au maximum le coût de la main-d’œuvre (Chan et Xiaoyang, 2003 ; Chan, 2000a ; Smith et Pun, 2006 ; Pun et Smith, 2007).

Tableau 3. Compensation horaire moyenne, secteur manufacturier, Chine, en dollars US

Tableau 3. Compensation horaire moyenne, secteur manufacturier, Chine, en dollars US

Source : U.S. Bureau of Labor Statistics, International Labor Comparisons (2002-2009a)

50Depuis le début des années 2000, suite à la montée du militantisme des travailleurs migrants (Chan, 2005 ; Froissart, 2005 ; Chan, 2006 ; Lee, 2002 ; Lee, 2007 ; Froissart, 2011), les salaires se sont légèrement redressés, avec une croissance moyenne annuelle de 12.93 %, soit un taux supérieur à la plupart des pays émergents (Selden et Jieh-min, 2011 ; Périsse, 2014). Toutefois, cette croissance s’est réalisée malgré un déclin important du ratio travail/PIB, celui-ci passant de 53.57 % en 1996 à 39.74 % en 2007 (Selden et Jieh-min, 2011). De même, comme l’indique le tableau 4, le taux de croissance des salaires doit être relativisé en fonction d’un point de départ particulièrement bas.

51En définitive, ce qu’il nous importe ici de constater, c’est que le mode d’intégration de la Chine au marché mondial se fonde toujours sur la présence d’une main-d’œuvre à faible coût qui permet aux investisseurs d’augmenter leurs marges de profit par compression salariale. Malgré les évolutions positives survenues dans la dernière décennie en ce qui a trait à la rémunération, la Chine occupe toujours la même place dans la division internationale du travail, soit celle d’un pays jouissant d’une armée de réserve de travailleurs disponibles à des coûts très faibles. La figure 5, compilée à partir de données du Bureau of Labor Statistics des États-Unis, est particulièrement révélatrice de cette configuration internationale.

Figure 5. Salaires horaires moyens des employer manufacturiers, économies nationales sélectionnées, 2002-2009 (en dollars US)

Figure 5. Salaires horaires moyens des employer manufacturiers, économies nationales sélectionnées, 2002-2009 (en dollars US)

Source : Bureau of Labor Statistics 2002-2009a ; Bureau of Labor Statistics 2002-2009b

6. Les travailleurs migrants : marché du travail segmenté et prolétarisation incomplète

52L’intégration de la Chine au marché mondial a donné lieu à ce qui est considéré comme la plus importante vague de migration de l’histoire (Chan, 2013). La montée en puissance de la Chine est en effet corrélée avec l’apparition d’une population migrante travaillant dans des conditions très difficiles dans les entreprises exportatrices (Chan 2003 ; Andreas, 2012) : dans certaines villes côtières centrées sur les exportations, les migrants constituaient entre 70 % et 80 % de la main-d’œuvre (Chan, 2013). Cette « population flottante », définie comme l’ensemble des personnes dont le lieu de résidence ne correspond pas à leur statut hukou, est passée de 21.4 millions en 1990 (Goodkind et West, 2002) à 253 millions en 2014 (China Statistical Yearbook, 2015).

53Les données démographiques disponibles indiquent qu’il s’agit d’une population jeune, âgée entre 18 et 40 ans, composée d’environ 40 % de femmes (Akgüç, Giulietti et Zimmermann, 2014), dont la présence est concentrée dans les industries exportatrices, alors que les hommes sont surreprésentés dans l’industrie de la construction (Fan 2004). La stratégie de développement chinoise, influencée par l’héritage institutionnel de la période collectiviste, continue dans une certaine mesure de miser sur des inégalités structurelles inscrites dans l’espace. Les autorités rurales ont en effet facilité l’exportation de la main-d’œuvre paysanne vers les villes parce qu’elles profitaient des envois de fonds réalisés par les migrants (Pun, Chan et Chan, 2009), alors que plusieurs organisations gouvernementales ont servi d’agence d’emploi qui sélectionnait, recrutait et dirigeait la main-d’œuvre selon les besoins du marché du travail urbain (Fan, 2004 ; Pun, Chan et Chan, 2009).

54Mais le principal facteur institutionnel reproduisant ces inégalités reste le système du hukou. Le hukou, qui interdisait pratiquement toute forme de migrations campagnes-villes durant l’époque collectiviste, a été flexibilisé par plusieurs réformes depuis 1984 pour permettre la création d’un marché du travail plus ouvert en zones urbaines (Chan et Zhang, 1999 ; Andreas et Zhan, 2015). Le fort clivage entre les droits conférés par un hukou urbain et un hukou rural suggère une grande segmentation du marché du travail chinois, qui maintiendrait les travailleurs migrants sur le marché du travail secondaire où les emplois sont instables, précaires et sous-payés (Chan, 2000b ; Chan, 2003 ; Alexander et Chan 2004 ; Chan 2000a ; Fan 2004) et où l’accès aux services sociaux est limité ou inexistant (Selden et Jieh-min, 2011 ; Jieh-min, 2010). En Chine cette segmentation a des causes institutionnelles : en distribuant une citoyenneté pourvue de droits inférieurs aux travailleurs migrants, l’État chinois créé un marché du travail capitaliste mais segmenté, où les clivages s’organisent notamment autour du hukou, ce qui mène à une situation de citoyenneté duale dans laquelle les détenteurs du statut urbain sont institutionnellement favorisés par rapport aux détenteurs d’un statut rural (Fan 2002 ; Jieh-min, 2010 ; Selden et Jieh-min, 2011 ; Froissart, 2013).

55Depuis le milieu des années 2000, l’État central a tenté d’améliorer la protection juridique dont jouissent les migrants, notamment en légiférant sur le contrat de travail, les licenciements et les contrats collectifs et permettant l’accès à l’éducation aux enfants des migrants (Jieh-min, 2010 ; Périsse, 2014). Toutefois, l’effet réel de telles mesures sur les conditions de vie des migrants reste à évaluer, dans un pays où la tradition de développement économique corporatiste fait en sorte que les employeurs et les dirigeants politiques chargés de l’application des lois partagent souvent des intérêts économiques communs (Périsse, 2014), quand ils ne font pas carrément partie des mêmes réseaux de patronage. Comme le montrent bien les statistiques compilées par l’ONG China Labour Bulletin (2012), en 2010 plus de 70 % des conflits de travail concernaient l’application de droits formellement existants, et non des revendications de nouveaux droits. En l’absence d’un syndicalisme indépendant et dans un contexte politique autoritaire où l’État cible régulièrement les activistes syndicaux, l’application de la loi reste un défi difficile à surmonter pour des travailleurs migrants dénués de ressources et faisant souvent l’objet de discrimination systémique (Roulleau-Berger et Shi, 2005).

7. Les relations sociales de propriété à la campagne : des ressources collectives non capitalistes

  • 17 Évidemment, il ne s'agit pas de nier qu'il existe un marché du travail capitaliste à la campagne, s (...)

56Alors qu’en ville le mode principal d’allocation des ressources passe maintenant par le marché, à la campagne le maintien du système de responsabilité familiale, qui alloue les terres collectives aux familles paysannes sur une base relativement égalitaire, relève plutôt d’un autre mode de distribution des ressources caractéristique de la construction de clôtures sociales et de la mainmise collective sur des ressources17. Ce concept de clôture sociale renvoie aux notions de relations sociales ouvertes et fermées chez Weber :

Nous dirons d’une relation sociale (peu importe qu’elle soit une communalisation ou une sociation) qu’elle est « ouverte » vers l’extérieur [...] lorsque et tant que, d’après les règlements en vigueur, on n’interdit à quiconque est effectivement en mesure de le faire, et le désire, de participer à l’activité orientée réciproquement selon le contenu significatif qui la constitue. Nous dirons par contre qu’elle est « fermée » vers l’extérieur [...] tant que, et dans la mesure où, son contenu significatif ou ses règlements en vigueur excluent, ou bien limitent, la participation, ou la lient à des conditions. (Weber, 2003, p. 82)

57Il est significatif ici de constater que, pour Weber, alors que les relations marchandes se déroulent entre individus égaux, les processus de clôtures sociales sont la plupart du temps liés à des dynamiques de statut. En Chine, le hukou joue effectivement ce rôle institutionnel de créer des clôtures sociales entre les urbains et les ruraux, mais a aussi pour fonction, dans les villages, de définir qui est à l’intérieur et qui est à l’extérieur du groupe qui a accès aux ressources villageoises, la terre étant la plus importante de ces ressources (Andreas et Zhan, 2015). Ainsi, la force de travail migrante dotée d’un hukou rural continue de posséder des droits sur ces ressources foncières possédées par le village et qui font souvent encore l’objet, malgré l’interdiction officielle de la pratique, d’une redistribution fréquente en fonction de besoins des familles. De même, en laissant derrière eux des enfants, des parents, des frères et des sœurs, les travailleurs migrants continuent d’avoir accès, via leurs familles, aux ressources foncières appartenant aux collectivités villageoises. L’attachement des migrants à la terre est donc en lien avec leur appartenance à la communauté villageoise, qui est-elle même institutionnellement codifiée par le hukou (Andreas et Zhan, 2015).

58La stratégie de développement chinoise, en maintenant intacts de tels rapports sociaux de propriété issus de l’ère collectiviste, a institutionnalisé au travers du hukou une différenciation entre la reproduction de la force de travail migrante et son utilisation par la production capitaliste transnationale (Pun, Chan et Chan, 2009 ; Pun et Huilin, 2010). Nous avons montré que les interactions entre le hukou et les rapports sociaux capitalistes en zone urbaine ont mené à la création d’un marché du travail segmenté qui participe de l’exploitation de la force de travail migrante. Nous voudrions maintenant montrer comment le maintien des rapports sociaux de propriété collectivistes à la campagne participe à la reproduction de la main-d’œuvre migrante et contribue ainsi de manière décisive – mais contradictoire - à fournir des travailleurs bon marché au capitalisme transnational.

59Dans son œuvre magistrale sur la naissance du capitalisme en Europe, l’historienne féministe Silvia Federici a bien montré comment l’émergence de ce dernier avait mené à une séparation de l’activité productive, se déroulant sur le marché, de l’activité reproductive, qui vise à « produire » et maintenir en vie la force de travail, et qui se déroulait dans la famille, le tout étant soutenu par une division sexuelle du travail qui assignait les femmes au travail reproductif les hommes au travail salarié (Federici, 2004). Comme l’ont souligné plusieurs auteures féministes, une des conditions préalables au capitalisme reste en effet la reproduction de la force de travail que les employeurs trouvent ainsi toute prête sur le marché du travail capitaliste et qui s’accompagne d’une invisibilisation du rôle économique joué par le travail reproductif, celui-ci étant exclu des relations marchandes (Haug 2010 ; Delphy, 1998).

60Or, l’économie exportatrice de la Chine a besoin de cette main-d’œuvre migrante, mais refuse de lui garantir sa subsistance dans les zones urbaines lors des périodes où elle est sous-utilisée et lorsque la demande en travail subit des fluctuations à la baisse (Pun, Chan et Chan, 2009), de sorte qu’elle est constamment soumise à des processus contradictoires où elle migre tout en se voyant interdire le développement de liens sociaux permanents en milieu urbain. Le résultat d’une telle dynamique de mobilisation de la main-d’œuvre est un schéma de migration circulaire dans lequel la force de travail excédentaire dans les campagnes migre de manière temporaire pour revenir en définitive à son village d’origine (Fan et Wang 2008 ; Andreas et Zhan, 2015).

61Les données quantitatives disponibles soutiennent cette observation, en montrant assez bien que le travail migrant est généralement un phénomène temporaire, spécifique à une période de la vie active comprise en 18 et 40 ans, et que les taux de retour au village sont relativement élevés, ce qui en fait un schéma migratoire circulaire. À partir des données fournies par le Longitudinal Survey on Rural Urban Migration in China, Golley et Meng (2011) ont bien montré que la structure d’âge de ces migrations demeurait très spécifique, avec une forte diminution à partir de 40 ans, comme l’indique la figure 6.

Figure 6. Proportion de la main-d’œuvre rurale ayant migré, par âge et par sexe

Figure 6. Proportion de la main-d’œuvre rurale ayant migré, par âge et par sexe

Source : RUMiCI Migrant Survey, 2008

  • 18 Je voudrais remercier l'évaluateur anonyme qui m'a fait remarquer cet aspect important du phénomène (...)
  • 19 On peut d'ailleurs observer empiriquement (bien qu'indirectement) l'importance d'un tel attachement (...)

62Certains travaux qualitatifs menés vers la fin des années 2000 - notamment (Pun et Huilin, 2010) ont suggéré que la deuxième génération de travailleurs migrants, celle dont les parents ont eux-mêmes été des migrants, aurait moins tendance à suivre ce schéma de migration circulaire et auraient moins de liens ou d’attaches à la campagne18. Prise dans une situation officiellement temporaire, mais en réalité pratiquement permanente, cette deuxième génération serait alors privée à la fois de ses droits urbains et de ses droits ruraux. Si cette évolution semble être encouragée par la volonté affichée des autorités chinoises de réformer le hukou et d’encourager l’urbanisation, les données actuellement disponibles ne permettent pas selon nous de tirer une conclusion définitive sur l’ampleur du phénomène. En effet, d’autres études qualitatives – notamment Fan et Wang (2008) - tendent à montrer un attachement relativement grand de la seconde génération à la ruralité, particulièrement parce que la famille continue de servir de filet de sécurité pour les migrants privés de presque toute forme d’assistance sociale19.

63De même, la proportion de travailleurs qui migrent avec leurs enfants est relativement faible, suggérant que ces derniers restent à la campagne durant leur enfance et leur adolescence, sous la responsabilité de membres de la famille restés au village (Démurger et Xu, 2015). Par conséquent, les ressources alimentaires et immobilières fournies grâce à l’appartenance à une collectivité locale villageoise restent cruciales pour la reproduction de la population de travailleurs migrants, où l’accès à la terre joue à la fois un rôle fondamental en servant de filet de sécurité sociale, en fournissant des ressources alimentaires et de logement non négligeables, notamment pour les enfants, les retraités et les travailleurs salariés ruraux, dont une bonne partie est constituée d’anciens migrants revenus au village (Wang, Weaver et You, 2013 ; Fan et Wang, 2008 ; Andreas et Zhan, 2015).

64Au niveau micro-économique, un tel modèle de prolétarisation partielle soutient l’idée que les travailleurs migrants peuvent se permettre de prendre des décisions risquées, mais qui améliorent (au moins temporairement) la productivité moyenne de leur travail, comme de migrer en ville pour aller travailler dans les zones économiques spéciales, uniquement parce qu’ils possèdent un accès direct aux moyens de leur subsistance. Le travail migrant serait probablement moins attrayant sans la possibilité de se servir d’un accès à la terre comme d’une assurance subsistance dans les périodes de ralentissement économique, durant la vieillesse, ou en cas de maladie (Fan 2009 ; Fan et Wang, 2008).

65En même temps, une telle situation est attrayante pour les capitaux étrangers, qui peuvent compter sur la présence d’un surplus de main-d’œuvre dont les coûts de reproduction se trouvent externalisés, ce qui exerce une pression à la baisse sur les salaires des migrants. Cette persistance d’une certaine forme de reproduction de la main-d’œuvre par des processus non capitaliste est typique des rapports identifiés par Luxemburg (1969) entre le capitalisme et les économies non capitalistes. Comme l’a souligné Wolpe (1972) pour l’Afrique du Sud, une dose bien modulée d’autosubsistance permet de soutenir une partie des salaires : le capitalisme se trouve ainsi à « pomper » le travail non capitaliste pour favoriser l’accumulation. Cette relation de dépendance du capitalisme sur la production non capitaliste n’est probablement pas nouvelle. Perelman (2007), en analysant les idées des économistes anglais des xviiie et xixe siècles, a remarqué que ceux-ci semblaient relativement préoccupés non pas par l’expropriation totale de la paysannerie, mais bien par l’équilibre entre autoproduction, qui fait diminuer les coûts de main-d’œuvre, et expropriation des terres, qui contraint au travail salarié.

8. Un régime de croissance menacé ?

66Depuis une dizaine d’années toutefois, un processus de privatisation des terres collectives est marche, notamment en lien avec des dynamiques complexes liées à l’urbanisation (Ho, 2001 ; Deininger et Jin, 2003 ; Ho et Lin, 2003 ; Ding, 2007 ; Deininger et Jin, 2009 ; Lin, 2009 ; Hsing, 2010 ; Ho, 2014 ; Andreas et Zhan, 2015). Alors que la Chine vient tout juste de passer le seuil du 50 % d’urbanisation, une vague d’expropriations rapide des terres paysannes chinoises pourrait bien menacer le précaire équilibre entre production capitaliste et reproduction de la force de travail collectiviste sur lequel le régime de croissance était fondé.

67Au cœur de ce processus se trouve la volonté affichée par l’État chinois d’améliorer la productivité agricole en développant une agriculture capitaliste et d’accélérer l’urbanisation (Zhang et Donaldson, 2008 ; Andreas et Zhan, 2015). Dans un tel cadre, la propriété collective des terres agricoles telle qu’elle a été institutionnalisée dans le système de responsabilité familiale et le hukou à partir du début des années 1980 est devenue un obstacle à la fois à concentration des terres nécessaire à la transition vers une agriculture industrielle et à l’expansion urbaine :

Les droits de propriétés des terres basés sur le hukou, qui sont au fondement du système de responsabilité familiale, ont entravé le transfert des terres via les mécanismes du marché, particulièrement pour les acheteurs extérieurs aux villages. Même si la réforme agraire et celle du hukou sont généralement présentées comme des processus distincts, la première a entraîné la deuxième parce que son objectif principal est de remplacer les droits de propriété des terres basés sur le hukou par des droits de propriété de type capitalistes. (Andreas et Zhan, 2015, p. 8, nous traduisons)

  • 20 En Chine, la propriété des terres urbaines revient à l'État, qui la confie aux autorités municipale (...)

68Au niveau de l’expansion urbaine, Lin et Ho (Ho et Lin, 2003 ; Lin et Ho, 2005 ; 2009) ont bien documenté comment les interactions entre l’État central, les autorités municipales et de canton et les villageois-paysans ont mené à l’érosion des droits des paysans par une logique institutionnelle qui, au nom des nécessités du développement urbain, fait passer la propriété des terres des villages vers les autorités municipales20. L’alliance entre les autorités municipales et les promoteurs immobiliers se fonde ici sur une dépendance mutuelle : alors que les promoteurs ont besoin du pouvoir politique pour changer la propriété des terres, les autorités municipales ont besoin du développement immobilier pour élargir leur base fiscale. Ce processus d’urbanisation amorcé dans les années 1990 a principalement été soutenu par la conversion des terres agricoles en terres urbaines : entre 1996 et 2006, la superficie des villes a crû de 50 %, et 80 % de cette expansion s’est réalisée au détriment de terres agricoles (He et al., 2009).

69La fragilisation des droits de propriété collectifs des paysans passe aussi par des modifications dans les modes institutionnels de réallocation des terres. Le système de responsabilité familiale prescrivait une redistribution périodique des terres tous les 15 ans, et permettait aussi des réallocations ponctuelles durant cet intervalle en fonction des besoins des familles. Or, depuis 1998, le gouvernement central insiste pour que la durée de l’allocation des terres passe à 30 ans, et a interdit les réallocations ponctuelles. Cette évolution a facilité la création d’un marché des terres rurales, dans lequel les villages, les paysans et les nouvelles entreprises agricoles industrielles – dont le développement est encouragé activement par l’État - ont commencé à échanger les droits d’usage des terres selon une logique marchande (Ho et Lin, 2003 ; Zhang et Donaldson, 2008). Les autorités villageoises voient aussi d’un bon œil de telles transformations qui leur permettent de tirer des revenus de la location des terres aux entreprises agricoles, dans la mesure où l’abolition de la taxe agricole en 2006 a privé les villages d’une de leurs principales sources de revenus (Zhang et Donaldson, 2008 ; Andreas et Zhan, 2015).

70Si certaines familles paysannes ont pu négocier une forme de compensation face à un tel processus de transfert de la propriété des terres – notamment en en tirant des revenus locatifs (Andreas et Zhan, 2015) – plusieurs autres ont été laissées pour compte, soit en étant victimes d’expropriations illégales de la part des autorités (Guo, 2001 ; Yu, 2005 ; So, 2007), en perdant leur hukou rural suite à des changements administratifs de zonage dans le cadre du processus d’urbanisation (Lin, 2009 ; Chan, 2012 ; Svartzman, 2013)ou bien en perdant leur droit d’usage des terres suite à des migrations de travail (Zhang et Donaldson, 2008). Normalement, ces reclassifications de statut hukou auraient dû mener à une certaine forme d’échange entre d’un côté la sécurité économique conférée par l’accès aux terres par un hukou rural et de l’autre la plus grande couverture sociale publique conférée par le hukou urbain. Or, comme l’a montré l’analyse de Chan (2012), les réformes du hukou menées depuis le début des années 2000 semblent avoir eu un effet plus nominal que réel, de sorte que les travailleurs migrants demeurent encore largement exclus du filet de sécurité social public existant dans les zones urbaines. L’expropriation en cours de la paysannerie chinoise menace donc une des bases sur laquelle le régime de croissance chinois est fondé – à savoir sa capacité à fournir une main-d’œuvre abondante sous son coût de reproduction.

Conclusion

71En Chine, le caractère dual de l’économie est fondé sur un héritage historique dans lequel certains rapports sociaux de propriété non capitalistes entrent en interaction avec le processus d’accumulation transnational par lequel la Chine s’insère dans le marché mondial. L’héritage séculaire de plusieurs siècles de développement involutif avait conduit à la création d’un immense surplus de main-d’œuvre dans les campagnes, surplus que les réformes menées depuis 1978 ont permis de dégager, puis de mobiliser dans les zones économiques spéciales orientées vers l’exportation, donnant ainsi naissance au phénomène des travailleurs migrants et au miracle économique chinois. Si les réformes et les privatisations des entreprises d’État ont eu pour effet de créer un marché du travail capitaliste – bien que segmenté – dans les zones urbaines, à la campagne toutefois le mode d’accès à la terre reste régulé par le système de responsabilité familiale, qui continue de garantir aux paysans un accès à la terre et permet encore à l’immense masse paysanne du rang de laquelle ont émergé les travailleurs migrants, véritable fer de lance de l’économie chinoise, de jouir d’une certaine forme de sécurité sociale et de stabilité économique (Hsing, 2010 ; Lin, 2009 ; Wang, Weaver et You, 2013)

72Cet héritage institutionnel conditionne le mode d’intégration de la Chine au marché mondial et façonne son avantage comparatif en fournissant au capitalisme transnational une main-d’œuvre abondante à des salaires sous leur coût de reproduction, et ce parce que le processus de prolétarisation de la paysannerie chinoise demeure incomplet à ce jour. Cette prolétarisation partielle trouve sa source dans la cohabitation entre deux types de rapports sociaux de propriété institutionnalisés dans le hukou, et qui déterminent des modes d’accès différenciés aux moyens de production et au surproduit social. Les frictions entre ces deux régimes sociaux de propriété différenciés contribuent fortement à la production de la dualité entre ville et campagne caractéristique de la Chine contemporaine, tant au niveau du marché du travail que de la protection sociale, structurant ainsi une économie politique conflictuelle caractérisée par des statuts de citoyenneté asymétriques liés à la prolétarisation partielle de la paysannerie.

73Or, le processus d’expropriation en cours de la paysannerie chinoise semble menacer le fragile équilibre sur lequel le régime de croissance chinois reposait depuis 1978. En effet, faute de pouvoir compenser la perte de la capacité d’autoproduction de ses travailleurs migrants semi-prolétarisés, le risque est réel que la Chine subisse une crise de reproduction de la main-d’œuvre dès lors que ralentira la demande de travail issue soit du capitalisme transnational soit du processus de développement endogène chinois. Le spectacle de ces villes chinoises, pratiquement vides, attendant des habitants pourrait alors se transformer en spectre : celui des bidonvilles du tiers-monde brillamment analysé par Davis (2007), caractéristique d’une économie transnationale incapable de fournir une vie décente à sa main-d’œuvre excédentaire.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta, Michel et Guo Bai (2012), La voie chinoise : capitalisme et empire, Paris, Odile Jacob.

Ahrens, Joachim et Patrick Jünemann (2010), Transitional institutions, institutional complementarities and economic performance in China: A Varieties of Capitalism approach, Ordnungspolitische Diskurse.

Akgüç, Mehtap, Corrado Giulietti et Klaus F. Zimmermann (2014), « The RUMiC longitudinal survey: fostering research on labor markets in China », IZA Journal of Labor & Development, vol. 3, no 1, p. 1‑14.

Alary, Pierre (2014), « L’économie politique de l’Asie  : l’influence du modèle chinois et la question du rapport salarial », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, no 15. En ligne. <http://regulation.revues.org.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/10805>. Consulté le 29 mai 2016.

Alexander, Peter et Anita Chan (2004), « Does China have an apartheid pass system? » Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 30, no 4, p. 609‑629.

Andreas, Joel (2007), « The Structure of Charismatic Mobilization: A Case Study of Rebellion During the Chinese Cultural Revolution », American Sociological Review, vol. 72, no 3, p. 434‑458.

——— (2008), « Changing colors in China », New Left Review, no 54, p. 123‑142.

——— (2012), « Industrial restructuring and class transformation in China », in China’s Peasants and Workers: Changing Class Identities, Beatriz Carrillo et David Goodman (eds), Edward Elgar Publishing, p. 102‑123. En ligne, <http://www.elgaronline.com/view/9781781005729.00013.xml>, Consulté le 31 mai 2016.

Andreas, Joel et Shaohua Zhan (2015), « Hukou and land: market reform and rural displacement in China », The Journal of Peasant Studies, vol. 0, no 0, p. 1‑30.

Arrighi, Giovanni (2009), Adam Smith à Pékin les promesses de la voie chinoise. Paris, M. Milo.

Bachman, David (2006), Bureaucracy, Economy, and Leadership in China: The Institutional Origins of the Great Leap Forward, Cambridge University Press.

Bergère, Marie-Claire (2013), Chine : le nouveau capitalisme d’État, Paris, Fayard.

Boisot, Max et John Child (1999), « Organizations as Adaptive Systems in Complex Environments: The Case of China », Organization Science, vol. 10, no 3, p. 237‑252.

Bolesta, Andrzej (2007), « China As A Developmental State », Montenegrin Journal of Economics, vol. 3, no 5, p. 105‑111.

Boyer, Robert. (2015), « A World of Contrasted but Interdependent Inequality Regimes: China, United States and the European Union », Review of Political Economy, vol. 27, no 4, p. 481‑517.

Brandt, Loren, Jikun Huang, Guo Li et Scott Rozelle (2002), « Land Rights in Rural China: Facts, Fictions and Issues », The China Journal, vol. 47, p. 67‑97.

Brandt, Loren, Debin Ma et Thomas G. Rawski, (2014) « From Divergence to Convergence: Reevaluating the History behind China’s Economic Boom », Journal of Economic Literature, vol. 52, no 1, p. 45‑123.

Brenner, Robert (1997), « Economic Backwardness in Eastern Europe in Light of Developments in the West », in Economic development and agricultural productivity, Amit Bhaduri, Rune Skarstein, and Norges teknisk-naturvitenskapelige(eds), universitet Cheltenham, UK , Lyme, US, Edward Elgar Pub.

Brenner, Robert et Christopher Isett (2002), « England’s Divergence from China’s Yangzi Delta : Property Relations, Microeconomics, and Patterns of Development », The Journal of Asian Studies, vol. 61, no 2, p. 609‑662.

Bureau of Labor Statistics. (2002a), « International Labor Comparisons (ILC) ». En ligne. <http://www.bls.gov/fls/ichccaesuppall.xls>, Consulté le 12 décembre 2016.

——— (2002b), « Manufacturing in China ». En ligne. <http://www.bls.gov/fls/china.htm#manufacturing>, Consulté le 12 décembre 2016.

Cantin, Étienne (2009), « Modes of Production, Rules for Reproduction and Gender : the fabrication of China’s textile manufacturing workforce since the late Empire », Third World Quarterly, vol. 30, p. 453‑468.

Cartier, Michel. (1973), « Nouvelles données sur la démographie chinoise à l’époque des Ming (1368-1644) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 28, no 6, p. 1341‑1359.

——— (1995), « Famille et population en Chine du xvie au xviiie siècle à la lumière d’un ouvrage récent de Liu Ts’ui-Jung », Annales de démographie historique, vol. 1995, no 1, p. 149‑159.

Chan, Anita (2000a), « Globalization, China’s free (read bonded) labour market, and the Chinese trade unions », Asia Pacific Business Review, vol. 6, no 3‑4, p. 260‑281.

——— (2000b), « Globalization, China’s free (read bonded) labour market, and the Chinese trade unions », Asia Pacific Business Review, vol. 6, p. 260‑281.

——— (2001), China’s workers under assault: the exploitation of labor in a globalizing economy, M.E. Sharpe.

——— (2003), « Toujours plus bas  ! », Perspectives chinoises, no 75. En ligne. <http://perspectiveschinoises.revues.org/10>, Consulté le 22 novembre 2012.

——— (2005), « Recent Trends in Chinese Labour Issues - Signs of Change », China perpectives, no 57, coll. « Varia », En ligne, <http://chinaperspectives.revues.org/1115>, Consulté le 27 septembre 2011.

Chan, Anita et Robert J. S. Ross (2003), « Racing to the Bottom: International Trade without a Social Clause », Third World Quarterly, vol. 24, no 6, p. 1011‑1028.

Chan, Anita et Zhu Xiaoyang. (2003), « Disciplinary labor regimes in chinese factories », Critical Asian Studies, vol. 35, p. 559‑584.

Chan, Jenny Wai-ling. (2006), « Chinese Women Workers Organize in the Export Zones », New Labor Forum (Routledge), vol. 15, no 1, p. 19‑27.

Chan, Kam Wing (2009), « The Chinese Hukou System at 50 », Eurasian Geography and Economics, vol. 50, no 2, p. 197‑221.

——— (2012), « Crossing the 50 Percent Population Rubicon: Can China Urbanize to Prosperity? », Eurasian Geography and Economics, vol. 53, no 1, p. 63‑86.

——— (2013), « China: internal migration », in The Encyclopedia of Global Human Migration, Blackwell Publishing Ltd, En ligne, <http://onlinelibrary.wiley.com.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/doi/10.1002/9781444351071.wbeghm124/abstract>, Consulté le 16 mai 2016.

Chan, Kam Wing et Li Zhang (1999), « The Hukou System and Rural-Urban Migration in China: Processes and Changes », The China Quarterly, no 160, p. 818‑855.

Chao, Kang (1986), Man and Land in Chinese History: An Economic Analysis. Stanford, California, Stanford Univ Press.

Chayanov, A. V (1986), A.V. Chayanov on the theory of peasant economy, trad. par Daniel Thorner, Basile H. Kerblay, et R. E. F. Smith, Madison, Wis, The University of Wisconsin Press.

Cheng, Tiejun et Mark Selden (1994), « The Origins and Social Consequences of China’s Hukou System », The China Quarterly, vol. 139, p. 644‑668.

China Labour Bulletin (2012), A Decade of Change The Workers’ Movement in China 2000-2010, Hong-Kong.

China Statistical Yearbook (2014), En ligne, <http://www.stats.gov.cn/tjsj/ndsj/2014/indexeh.htm>, Consulté le 11 décembre 2016.

Davis, Mike. (2007) Planet of Slums, Reprint edition, London, New York, Verso.

Deininger, Klaus et Songqing Jin. (2003), « The Impact of Property Rights on Households’ Investment, Risk Coping, and Policy Preferences: Evidence from China », Economic Development and Cultural Change, vol. 51, no 4, p. 851‑882.

——— (2009), « Securing property rights in transition: Lessons from implementation of China’s rural land contracting law », Journal of Economic Behavior & Organization, vol. 70, no 1‑2, p. 22‑38.

Delphy, Christine (1998), L’ennemi principal, « Collection Nouvelles questions féministes », Paris, Syllepse.

Démurger, Sylvie et Hui Xu (2015), « Left-behind children and return migration in China », IZA Journal of Migration, vol. 4, no 1, p. 1‑21.

Ding, Chengri. (2007), « Policy and praxis of land acquisition in China », Land Use Policy, vol. 24, no 1, p. 1‑13.

Ding, X. L. (2000a), « The Illicit Asset Stripping of Chinese State Firms », The China Journal, no 43, p. 1‑28.

——— (2000b), « Systemic Irregularity and Spontaneous Property Transformation in the Chinese Financial System », The China Quarterly, vol. 163, p. 655-676.

Domenach, Jean-Luc et Philippe Richer (1995), La Chine. 1, 1949-1971, Paris, Imprimerie nationale.

Elvin, Mark (1973), The Pattern of the Chinese Past, 1 edition, Stanford, Calif., Stanford University Press.

Fairbank, John King (2010), La grande révolution chinoise 1800-1989, trad. par Sylvie Dreyfus, Paris, Flammarion.

Fan, C. (2004), « The state, the migrant labor regime, and maiden workers in China », Political Geography, vol. 23, p. 283‑305.

Fan, C. Cindy (2002), « The Elite, the Natives, and the Outsiders: Migration and Labor Market Segmentation in Urban China », Annals of the Association of American Geographers, vol. 92, p. 103‑124.

——— (2009), « Flexible work, flexible household: Labor migration and rural families in China », in Work and Organizationsin China Afterthirty Years of Transition, vol. 19, p. 377‑408, coll. « Research in the Sociology of Work 19 », Emerald Group Publishing Limited, En ligne. <http://www.emeraldinsight.com.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/doi/abs/10.1108/S0277-2833(2009)0000019016>, Consulté le 31 mai 2016.

Fan, C Cindy et Wenfei Winnie Wang (2008), « The household as security: Strategies of rural-urban migrants in China », Migration and social protection in China, vol. 14, p. 205.

Federici, Silvia (2004), Caliban and the Witch: Women, the Body and Primitive Accumulation, Autonomedia.

Fei, Xiaotong et Zhiyi Zhang (2010), Earthbound China: a study of rural economy in Yunnan, Abingdon , Routledge.

Feuerwerker, Albert (1970), « Handicraft and Manufactured Cotton Textiles in China, 1871-1910 », The Journal of Economic History, vol. 30, no 02, p. 338–378.

Feuerwerker, Albert (2006a), « Economic trends in the late Ch’ing empire, 1870-1911 », in Cambridge History of China : Late Ch’ing, 1800 - 1911 ; Part 2, John K. Fairbank (ed), vol. 11, 1st publ. coll, « The Cambridge history of China general editors: Denis Twitchett... ; 11 », p. 1‑69.

——— (2006b), « Economic trends, 1912-49 », in Volume 12 Republican China 1912—1949, Part 1, John K. Fairbank (ed), vol. 12, 1st publ. coll. « The Cambridge history of China general editors : Denis Twitchett... ; 12 », p. 1‑69.

Fligstein, Neil et Jianjun Zhang (2011), « A New Agenda for Research on the Trajectory of Chinese Capitalism: Trajectory of Chinese Capitalism », Management and Organization Review, vol. 7, no 1, p. 39‑62.

Froissart, Chloé (2005), « L’émergence de mouvements sociaux parmi les travailleurs migrants », Perspectives chinoises, no 90, coll. « Varia », En ligne. <http://perspectiveschinoises.revues.org/903>, Consulté le 26 septembre 2011.

——— (2011), « La radicalisation des actions collectives chez les travailleurs migrants et ses conséquences politiques », Chronique internationale de l’IRES, no 128, p. 15‑24.

——— (2013), La Chine et ses migrants : la conquête d’une citoyenneté, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Garnaut, Ross, Ligang Song et Yang Yao (2006), « Impact and Significance of State-Owned Enterprise Restructuring in China », The China Journal, no 55, p. 35‑63.

Gates, Hill (1989), « The Commoditization of Chinese Women », Signs, vol. 14, no 4, p. 799‑832.

——— (1996), China’s motor: a thousand years of petty capitalism, Ithaca , Cornell University Press.

Gaulard, Mylène (2014), Karl Marx à Pékin  : Les racines de la crise en Chine capitaliste, Paris , Demopolis.

Golley, Jane et Xin Meng (2011), « Has China run out of surplus labour? », China Economic Review, vol. 22, no 4, p. 555‑572.

Goodkind, Daniel et Loraine A. West (2002), « China’s Floating Population: Definitions, Data and Recent Findings », Urban Studies, vol. 39, no 12, p. 2237‑2250.

Goodman, D. S. (2003), « New entrepreneurs in reform China: Economic growth and social change in Taiyuan, Shanxi », in Capital and Knowledge in Asia: Changing Power Relations, par Heidi Dahles et Otto van den Muijzenberg, p. 187‑197, London, Routledge Curzon, en ligne <https ://opus.lib.uts.edu.au/handle/10453/1338>, Consulté le 7 décembre 2016.

Guo, Xiaolin (2001), « Land Expropriation and Rural Conflicts in China », The China Quarterly, vol. 166, p. 422–439.

Hall, Peter A. et David Soskice (2001), « An Introduction to Varieties of Capitalism », in Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage, par Peter A. Hall et David Soskice, Oxford University Press, p. 1‑68.

Hart-Landsberg, M.  (2011), « The Chinese Reform Experience: A Critical Assessment », Review of Radical Political Economics, vol. 43, no 1, p. 56‑76.

Hart-Landsberg, Martin et Paul Burkett (2007), « China and the dynamics of transnational accumulation: Causes and consequences of global restructuring », Historical Materialism, vol. 14, no 3, p. 3.

Haug, Frigga. (2010), « Sur la Théorie des Rapports de Sexe », Dans Les rapports sociaux de sexe, de Annie Bidet-Mordrel (dir.), Paris, Presses Universitaires de France, p. 44‑59.

He, Shenjing, Yuting Liu, Chris Webster et Fulong Wu (2009), « Property Rights Redistribution, Entitlement Failure and the Impoverishment of Landless Farmers in China », Urban Studies, vol. 46, no 9, p. 1925‑1949.

Heartfield, James (2005), « China’s Comprador Capitalism Is Coming Home », Review of Radical Political Economics, vol. 37, no 2, p. 196‑214.

Heijdra, Martin (2008), « The socio-economic development of rural China during the Ming », in The Ming dynasty, 1368 - 1644 ; Part 2, Denis Twitchett (ed), coll. « The Cambridge history of China general editors , Denis Twitchett ... ; 8 », p. 417‑578.

Hempel, Carl G. et Paul Oppenheim. (1948), « Studies in the Logic of Explanation », Philosophy of Science, vol. 15, no 2, p. 135‑175.

Ho, Peter (2001), « Who Owns China’s Land? Policies, Property Rights and Deliberate Institutional Ambiguity », The China Quarterly, vol. 166, p. 394-421.

——— (2014), « The “credibility thesis” and its application to property rights: (In)Secure land tenure, conflict and social welfare in China », Land Use Policy, vol. 40, coll. « Land Use Policy in China », p. 13‑27.

Ho, Samuel P. S. et George C. S. Lin (2003), « Emerging Land Markets in Rural and Urban China: Policies and Practices », The China Quarterly, no 175, p. 681‑707.

Honig, Emily (1992), Sisters and Strangers: Women in the Shanghai Cotton Mills, 1919-1949, Stanford University Press.

Hsing, You-tien (2010), The great urban transformation: politics of land and property in China, New York , Oxford University Press.

Huang, Philip C (1990), The peasant family and rural development in the Yangzi Delta, 1350-1988, Stanford, Calif , Stanford University Press.

Huang, Yasheng (2008), Capitalism with Chinese characteristics: entrepreneurship and the state, Cambridge, New York, Cambridge University Press.

Jieh-min, Wu (2010), « Rural Migrant Workers and China’s Differential Citizenship: A Comparative-Institutional Analysis », in One country, two societies: rural-urban inequality in contemporary China, Martin King Whyte (ed), coll. « Harvard contemporary China series 16 », Cambridge, Mass, Harvard University Press, p. 55‑81.

Josephs, Hilary K. (1988), « Labor Reform in the Workers’ State: The Chinese Experience », Journal of Chinese Law, vol. 2, p. 201‑284.

——— (1995), « Labor Law in a Socialist Market Economy: The Case of China », Columbia Journal of Transnational Law, vol. 33, p. 559‑582.

Knight, John et Lina Song (1999), The rural-urban divide economic disparities and interactions in China. Coll. « Studies on contemporary China », Oxford, New York, Oxford University Press.

Koo, Anthony Y. C.  (1990.), « The Contract Responsibility System: Transition from a Planned to a Market Economy », Economic Development and Cultural Change, vol. 38, no 4, p. 797‑820.

Krug, Barbara et Hans Hendrischke (2008), « Framing China: Transformation and Institutional Change through Co-evolution », Management and Organization Review, vol. 4, no 1, p. 81-108.

Kung, James Kai-sing et Yi-min Lin. (2007), « The Decline of Township-and-Village Enterprises in China’s Economic Transition », World Development, vol. 35, no 4, p. 569‑584.

Lee, Ching Kwan (2002), « From the Specter of Mao to the Spirit of the Law: Labor Insurgency in China », Theory and Society, vol. 31, no 2, p. 189‑228.

——— (2007), Against the law: labor protests in China’s rustbelt and sunbelt, Berkeley, University of California Press.

Lewin, Moshe (1975), Russian peasants and Soviet power: a study of collectivization, coll. « The Norton library  ; N752 », New York, Norton.

Li, Wei et Dennis Tao Yang (2005), « The Great Leap Forward: Anatomy of a Central Planning Disaster », Journal of Political Economy, vol. 113, no 4, p. 840‑877.

Lin, Chusheng (2009), Developing China: land, politics and social conditions, coll. « Routledge contemporary China series 40 », London, New York, Routledge.

Lin, George C. S. et Samuel P. S. Ho (2005), « The State, Land System, and Land Development Processes in Contemporary China », Annals of the Association of American Geographers, vol. 95, no 2, p. 411‑436.

Lin, Justin Yifu (1992), « Rural Reforms and Agricultural Growth in China », The American Economic Review, vol. 82, no 1, p. 34‑51.

Lü, Xiabo et Elizabeth J. Perry (1997), Danwei: The Changing Chinese Workplace in Historical and Comparative Perspective, M.E, Sharpe.

Lu, Xiaobo (1999), « From rank-seeking to rent-seeking: Changing administrative ethos and corruption in reform China », Crime, Law and Social Change, vol. 32, no 4, p. 347‑370.

Luxemburg, Rosa (1969), « Le protectionnisme et l’accumulation », in Œuvres 4 : L’accumulation du capital II, trad. par Irène Petit, Paris, François Maspero, p. 230. En ligne, <http://www.marxists.org/francais/luxembur/works/1913/rl_accu_k_31.htm>, Consulté le 5 mai 2013.

Maddison, Angus (2001), The world economy: a millennial perspective, coll. « Development Centre studies », Paris, France, Development Centre of the Organisation for Economic Co-operation and Development.

Mazumdar, Sucheta (1998), Sugar and society in China: peasants, technology, and the world market, coll. « Harvard-Yenching Institute monograph series 45 », Cambridge, MA, Harvard University Asia Center.

McMillan, John, John Whalley et Lijing Zhu (1989), « The Impact of China’s Economic Reforms on Agricultural Productivity Growth », Journal of Political Economy, vol. 97, no 4, p. 781‑807.

McNally, Christopher A. (2007), « China’s Capitalist Transition: The Making of a New Variety of Capitalism », in Capitalisms Compared, vol. 24, p. 177‑203. coll. « Comparative Social Research 24 », Emerald Group Publishing Limited, En ligne, <http://www.emeraldinsight.com.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/doi/abs/10.1016/S0195-6310%2806%2924004-3>, Consulté le 19 mai 2016.

Naughton, Barry. (1992), « Implications of the State Monopoly over Industry and its Relaxation », Modern China, vol. 18, no 1, p. 14‑41.

——— (2007), The Chinese economy : transitions and growth. Cambridge Mass, MIT Press.

——— (2008), « A Political Economy of China’s Economic Transition » in China’s great economic transformation, Loren Brandt and Thomas G Rawski (eds), Cambridge, New York : Cambridge University Press, p. 91‑135. En ligne. <http://site.ebrary.com/id/10229671>. Consulté le 19 mai 2016.

Nee, Victor. (1989), « A Theory of Market Transition: From Redistribution to Markets in State Socialism », American Sociological Review, vol. 54, no 5, p. 663‑681.

——— (1996), « The Emergence of a Market Society: Changing Mechanisms of Stratification in China, American Journal of Sociology, vol. 101, no 4, p. 908‑949.

Nee, Victor, Sonja Opper et Sonia Wong (2007), « Developmental State and Corporate Governance in China », Management and Organization Review, vol. 3, no 1, p. 19-53.

Nordhaug, Kristen (2012), « China’s Decentralized and Inegalitarian Developmental State », Forum for Development Studies, vol. 39, no 3, p. 407‑433.

Oi, Jean C. (1991), State and peasant in contemporary China: the political economy of village government, 1st paper. ed. Berkeley : Univ. of California Press.

——— (1992a), « Fiscal Reform and the Economic Foundations of Local State Corporatism in China », World Politics, vol. 45, no 01, p. 99-126.

——— (1992b), « Fiscal Reform and the Economic Foundations of Local State Corporatism in China », World Politics, vol. 45, no 01, p. 99-126.

Peck, J. et J. Zhang (2013), « A variety of capitalism… with Chinese characteristics? », Journal of Economic Geography, vol. 13, no 3, p. 357‑396.

Peck, Jamie et Nik Theodore (2007), « Variegated capitalism », Progress in Human Geography, vol. 31, no 6, p. 731‑772.

Pei, Minxin (2006), « China’s trapped transition », The limits of developmental autocrac, Cambridge.

Peng, Mike W. et Yadong Luo (2000), « Managerial Ties and Firm Performance in a Transition Economy: The Nature of a Micro-Macro Link », Academy of Management Journal, vol. 43, no 3, p. 486‑501.

Peng, Yusheng (2001), « Chinese Villages and Townships as Industrial Corporations: Ownership, Governance, and Market Discipline », American Journal of Sociology, vol. 106, no 5, p. 1338‑1370.

Perelman, Michael (2007), « Primitive Accumulation from Feudalism to Neoliberalism », Capitalism Nature Socialism, vol. 18, no 2, p. 44‑61.

Périsse, Muriel (2014), « Le droit du travail et les migrants ruraux : instituer un nouveau salariat en Chine », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, no 15. En ligne. <http://regulation.revues.org.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/10729>. Consulté le 29 mai 2016.

Piovani, Chiara et Minqi Li (2011), « One Hundred Million Jobs for the Chinese Workers! Why China’s Current Model of Development Is Unsustainable and How a Progressive Economic Program Can Help the Chinese Workers, the Chinese Economy, and China’s Environment », Review of Radical Political Economics, vol. 43, no 1, p. 77‑94.

Pomeranz, Kenneth (2000), The great divergence : China, Europe, and the making of the modern world. Princeton N.J. : Princeton University Press.

——— (2009), The Great Divergence: China, Europe, and the Making of the Modern World Economy. Princeton University Press.

Pun, Ngai, Chris King Chi Chan et Jenny Chan (2009), « The Role of the State, Labour Policy and Migrant Workers’ Struggles in Globalized China ». Global Labour Journal, vol. 1, no 1, p. 132‑151.

Pun, Ngai et Lu Huilin (2010), « Unfinished Proletarianization: Self, Anger, and Class Action among the Second Generation of Peasant-Workers in Present-Day China ». Modern China, vol. 36, no 5, p. 493‑519.

Pun, Ngai et C. Smith (2007), « Putting transnational labour process in its place: the dormitory labour regime in post-socialist China ». Work, Employment & Society, vol. 21, p. 27‑45.

Rawski, Evelyn Sakakida (1985), « Economic and Social Fondations of Late Imperial Culture » in Popular culture in late imperial China, David G Johnson, Andrew J Nathan, Judith A Berling (Eds), American Council of Learned Societies, et Committee on Studies of Chinese Civilization. Berkeley : University of California Press.

Rosenthal, Jean-Laurent et Roy Bin Wong (2011), Before and beyond divergence: the politics of economic change in China and Europe. Cambridge, Mass : Harvard University Press.

Roulleau-Berger, Laurence et Lu Shi (2005), « Les travailleurs migrants à Shanghai ». Perspectives chinoises, no 87, coll. « Varia ». En ligne. <http://perspectiveschinoises.revues.org/729>. Consulté le 23 septembre 2011.

Selden, Mark et Wu Jieh-min (2011), « The Asia-Pacific Journal: Japan Focus January 31, 2011 The Chinese State, Incomplete Proletarianization and Structures of Inequality in Two Epochs ». The Asia-Pacific Journal: Japan Focus, vol. 9, no 5.

Skocpol, Theda (1976), « Old Regime Legacies and Communist Revolutions in Russia and China ». Social Forces, vol. 55, no 2, p. 284‑315.

——— (1979), States and social revolutions: a comparative analysis of France, Russia, and China. Cambridge, New York : Cambridge University Press.

Smith, Chris et Ngai Pun (2006), « The dormitory labour regime in China as a site for control and resistance1 ». The International Journal of Human Resource Management, vol. 17, p. 1456‑1470.

So, Alvin Y. (2006), « The Communist Path of Developmental State: The Chinese Experience » in Globalization and Social Change, Lotus Press, p. 254.

——— (2007), « Peasant conflict and the local predatory state in the Chinese countryside ». The Journal of Peasant Studies, vol. 34, no 3‑4, p. 560‑581.

Spence, Jonathan D (1990), The search for modern China, 1st ed. New York : Norton.

Svartzman, Boris (2013), « Le bond en ville : résistance et transition d’un village chinois face à l’urbanisation ». Perspectives chinoises, no 2013/1, p. 41‑53.

Szelényi, Ivan (2010), « Capitalism in China? Comparative perspectives »in Chinese Capitalisms, Springer, p. 199–223.

Tao Kong, Sherry et Jonathan Unger (2013), « Egalitarian Redistributions of Agricultural Land in China through Community Consensus: Findings from Two Surveys », The China Journal, no 69, p. 1‑19.

Taylor, Jeffrey R (1988), « Rural Employment Trends and the Legacy of Surplus Labour, 1978–86 ». The China Quarterly, vol. 116, p. 736–766.

Taylor, Marcus et Étienne Cantin (2008), « Making the “workshop of the world”: China and the transformation of the international division of labour » in Global economy contested: power and conflict across the international division of labor, Marcus Taylor (ed), coll. « Rethinking globalizations 14 ». London, New York : Routledge, p. 51‑76.

Tian, Xiaowen (2001), « Privatization and economic performance: evidence from Chinese provinces », Economic Systems, vol. 25, no 1, p. 65‑77.

Unger, Jonathan et Anita Chan (1995), « China, Corporatism, and the East Asian Model », The Australian Journal of Chinese Affairs, vol. 33, p. 29‑53.

United Nation Conference on Trade and Development (2015), « Web Table 1, FDI inflows, by region and economy ». En ligne. <unctad.org/Sections/dite_dir/docs/WIR2015/WIR15_tab01.xls>.

US Department of State (1995), China Human Rights Practices, 1994. En ligne. <http://dosfan.lib.uic.edu/ERC/democracy/1994_hrp_report/94hrp_report_eap/China.html>. Consulté le 7 décembre 2016.

Wang, Junmin (2009), « Global-market building as state building: China’s entry into the WTO and market reforms of China’s tobacco industry », Theory and Society, vol. 38, no 2, p. 165‑194.

Wang, Mark (2010), « Impact of the Global Economic Crisis on China’s Migrant Workers : A Survey of 2,700 in 2009 ». Eurasian Geography and Economics, vol. 51, no 2, p. 218‑235.

Wang, Xiaobing, Nick Weaver et Jing You (2013), « The Social Security Function of Agriculture in China ». Journal of International Development, vol. 25, no 1, p. 1‑10.

Weber, Max (2003), Économie et société 1. trad. par Éric de Dampierre, Paris, Pocket.

Witt, Michael A. (2010), China: What Variety of Capitalism? SSRN Scholarly Paper. Rochester, NY : Social Science Research Network. En ligne. <http://papers.ssrn.com/abstract=1695940>. Consulté le 19 mai 2016.

Wolpe, Harold (1972), « Capitalism and cheap labour-power in South Africa: from segregation to apartheid 1 ». Economy and Society, vol. 1, no 4, p. 425‑456.

Wood, Ellen Meiksins (2002), « The Question of Market Dependence ». Journal of Agrarian Change, vol. 2, no 1, p. 50–87.

——— (2009), L’origine du capitalisme. [Montréal] : Lux.

Wu, Xiaogang et Donald J. Treiman (2004), « The Household Registration System and Social Stratification in China: 1955-1996 ». Demography, vol. 41, no 2, p. 363‑384.

Wu, Yiching (2013), « Coping with Crisis in the Wake of the Cultural Revolution : Rehistoricising Chinese Postsocialism ». Historical Materialism, vol. 21, no 4, p. 145‑176.

Xin, Katherine K. et Jone L. Pearce (1996), « Guanxi: Connections As Substitutes for Formal Institutional Support ». Academy of Management Journal, vol. 39, no 6, p. 1641‑1658.

Xu, Chenggang (2011), « The Fundamental Institutions of China’s Reforms and Development », Journal of Economic Literature, vol. 49, no 4, p. 1076‑1151.

Yang, Cao et Victor Nee (2000), « Comment: Controversies and Evidence in the Market Transition Debate ». American Journal of Sociology, vol. 105, no 4, p. 1175‑1189.

Yang, Weiyong (2005), « Réformes, ajustements structurels et revenu rural en Chine ». Perspectives chinoises, no 92. En ligne. <http://perspectiveschinoises.revues.org.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/930>. Consulté le 17 mai 2016.

Yeung, Yue-man, Joanna Lee et Gordon Kee (2009), « China’s Special Economic Zones at 30 », Eurasian Geography and Economics, vol. 50, no 2, p. 222‑240.

Yu, Jianrong (2005), « Social conflict in rural China today: observations and analysis on farmers struggles to safeguard their rights ». Social sciences in China: a quarterly journal, vol. 26, no 3. Coll. « Social sciences in China: a quarterly journal. – Abingdon, Routledge, ISSN 0252-9203, ZDB-ID 4041513. - Vol. 26.2005, 3, p. 125-136 ».

Zhang, Jun et Jamie Peck (2016), « Variegated Capitalism, Chinese Style: Regional Models, Multi-scalar Constructions », Regional Studies, vol. 50, no 1, p. 52‑78.

Zhang, Qian Forrest et John A. Donaldson (2008), « The Rise of Agrarian Capitalism with Chinese Characteristics: Agricultural Modernization, Agribusiness and Collective Land Rights ». The China Journal, no 60, p. 25‑47.

Zhou, Yu (2008), The inside story of China’s high-tech industry: making Silicon Valley in Beijing, coll. « Asia/Pacific/perspectives ». Lanham, Rowman & Littlefield Pub.

Zhou, Yu et Tong Xin (2003), « An Innovative Region in China: Interaction Between Multinational Corporations and Local Firms in a High-Tech Cluster in Beijing ». Economic Geography, vol. 79, no 2, p. 129‑152.

Haut de page

Notes

1 En philosophie des sciences, on distingue l'explanans, c'est-à-dire l'explication proprement dite, et l'explanandum, c'est-à-dire l'ensemble de propositions décrivant le phénomène où l'ensemble de phénomènes qui doivent être expliqués (Hempel et Oppenheim, 1948, p. 136‑137).

2 En effet, à l'exception du modèle de développement de la « Silicon Valley de l'Est » centré sur Pékin (Zhou et Xin, 2003 ; Zhou, 2008), ces modèles partagent tous la caractéristique de profiter d'une main-d'œuvre abondante et peu coûteuse, la plupart du temps migrante (Zhang et Peck, 2016).

3 Le hukou est un système d’enregistrement des populations qui attribue aux ménages des statuts ruraux ou urbains auxquels sont liés la prestation de services sociaux et l’accès aux ressources collectives des villages.

4 Les travaux de Feuerwerker (1970 ; 2006a ; 2006b) ont bien montré comment cette production proto-industrielle a survécu jusque très tard durant le xxe siècle.

5 Par « involution », nous entendons une trajectoire de développement dans laquelle « la production totale s'accroît, mais au coût d'une diminution du rendement marginal par journée de travail ». (Huang, 1990, p. 11, nous traduisons)

6 Ajoutons aussi que leur explication de la stagnation de la trajectoire de développement chinoise repose sur un modèle d'économie duale dans lequel l'industrie est s'est déjà constituée comme un secteur différencié de la production familiale paysanne et qui présuppose donc l'existence d'une économie industrielle urbaine. Or pour la Chine impériale tardive, une telle distinction est anachronique : les villes étaient des centres administratifs et commerciaux, et non industriels (Brenner et Isett, 2002 ; Rosenthal et Wong, 2011). De même, la production agricole et la production proto-industrielle n'étaient pas séparées, les deux types d'activités ayant lieu à l'intérieur de la famille élargie.

7 La sous-utilisation de main-d'œuvre dans la Chine collectiviste a fait l'objet de plusieurs estimations qui suggèrent généralement un surplus de main-d'œuvre de l'ordre de 30 % au tournant de la décennie 1980 (Taylor, 1988 ; Knight et Song, 1999).

8 Ainsi l'espérance de vie à 15 ans aurait connu un net fléchissement entre 1500 et 1800 (Cartier, 1973 ; 1995 ; Heijdra, 2008), passant d'une fourchette (variable en fonction des régions) située entre 57 et 66 ans en 1550 à une fourchette située entre 46 et 51 ans en 1800 (Heijdra, 2008, P.P. 437, figure 9.3). La surface cultivée par personne serait passée de 5 Mu en 1400 à 4,1/3.2 Mu en 1600 (Heijdra, 2008, p. 452, table 9.5) puis à 2,5 Mu en 1850 (Brenner et Isett, 2002, p. 620, table 1). Par conséquent, la production de grains per capita aurait diminué pratiquement de moitié entre 1700 et 1800 (ibid., p. 625, table 3b).

9 En Chine, le droit foncier distingue depuis très longtemps la propriété des couches arables de la propriété du sous-sol (Hsing, 2010). Dans la Chine impériale tardive, le sous-sol est commercialisable et sa valeur est régie par le marché, mais l'usage des couches arables ne l'est pas et demeure régi par la coutume et les édits impériaux. Cela a eu pour effet que les propriétaires terriens pouvaient s'échanger la propriété du sous-sol mais ne pouvaient pas priver les paysans de leurs droits d'usages sur les couches arables. Ainsi, l'achat d'une terre par un propriétaire terrien lui donnait le droit de percevoir un loyer en tant que propriétaire du sous-sol, mais le niveau du loyer lui-même restait lié aux couches arables et était donc soumis à un contrôle coutumier et non aux forces du marché (Brenner et Isett, 2002).

10 Le terme « patricorporation » désigne une institution juridiquement créée par l'État impérial qui constituait l'unité de production principale de la société : il s'agit plus ou moins d'une famille élargie. Ces patricorporations incluaient, mais sans s'y limiter, les liens de parenté : la famille était donc intégrée dans une institution directement subordonnée à l'État (Gates, 1989). À l'intérieur de ces corporations patrilocales, les hommes aînés étaient juridiquement les chefs et se trouvaient politiquement intégrés à l'État en y payant un tribut. Pour plus de détails sur le concept de patricorporation, voir Hill Gates (1989 ; 1996).

11 Pour Wood (2009), la dépendance au marché pour avoir accès aux moyens de subsistance est un critère décisif qui permet de classifier une économie comme étant capitaliste. Dans les sociétés non capitalistes, soutient-elle, le marché est une opportunité parmi d'autres, et s'il peut réellement jouer un rôle important, il n'est pas une contrainte incontournable, les producteurs pouvant toujours se tourner vers l'autoproduction pour assurer leur survie.

12 Par sécurité économique, nous entendons ici le fait que la paysannerie s'est vue garantie par le régime un droit d'accès à la terre historiquement nouveau qui lui permettait de s'engager dans une production de subsistance.

13 Dans son livre Adam Smith à Pékin, Arrighi considère toutefois que la Chine se situe toujours dans une économie non capitaliste. Nous croyons de notre côté que les réformes menées depuis 1992 infirment cette opinion. À ce sujet voir Andreas (2008) et Gaulard (2014), ainsi que la section 5 du présent article.

14 Par exemple, les entreprises acquièrent le droit de louer, sous contrat, une partie de leur propriété, via le système de responsabilité contractuelle. Cette mesure permettait, par un système d'enchères publiques d'allocation des contrats, de lutter contre la sous-utilisation des actifs industriels (Koo, 1990).

15 Le coefficient de Gini de la Chine est passé de 0.22 en 1978 à 0.496 en 2006, signalant le passage d'une des sociétés les plus égalitaires à une des plus inégalitaires au monde (Andreas, 2008).

16 Sur l'importance de la rationalité capitaliste et sur la question de la dépendance au marché, voir Brenner et Wood (Brenner, 1997 ; Wood, 2002 ; Wood, 2009).

17 Évidemment, il ne s'agit pas de nier qu'il existe un marché du travail capitaliste à la campagne, surtout depuis la privatisation des EBC dans les années 1990.

18 Je voudrais remercier l'évaluateur anonyme qui m'a fait remarquer cet aspect important du phénomène migratoire en Chine.

19 On peut d'ailleurs observer empiriquement (bien qu'indirectement) l'importance d'un tel attachement à la campagne dans les données sur les migrations dues au chômage et aux licenciements massifs qui ont suivi l'éclatement de la crise de 2008. Dans son étude quantitative menée auprès de 2700 migrants dans 27 provinces et 143 villages, Wang (2010) montre que près du tiers des 507 migrants à être rentrés au village pour cause de licenciement avaient entre 21 et 25 ans, près de 45 % avaient moins de 25 ans, et plus de 56 % avaient moins de 30 ans, c'est-à-dire qu'ils se situaient dans la tranche d'âge des migrants de seconde génération.

20 En Chine, la propriété des terres urbaines revient à l'État, qui la confie aux autorités municipales, alors que la propriété des terres rurales revient à la collectivité villageoise (Ho, 2001 ; Lin, 2009). Par conséquent, un simple changement administratif de zonage des terres a pour effet d'exproprier les paysans.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Approvisionnements de l’État chinois après réquisitions
Crédits Source : Oi, 1991, p. 34
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/12254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 1. Évolution de la valeur monétaire d’une journée de travail à Xubushanqiao, district de Songjiang
Crédits Source : Huang, 1990, p. 239
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/12254/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 2. Couverture du système de responsabilité familiale
Crédits Source : McMillan, Whalley et Zhu, 1989, table 5, p. 798
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/12254/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 2. Part du secteur public dans l’emploi urbain
Crédits Source : China Statistical Yearbook, 2007
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/12254/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 3 et 4. Exportations et investissements directs étrangers, en millions de dollars
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/12254/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Crédits Sources : China Statistical Yearbook (2014) pour les exportations (à gauche) et United Nation Conference on Trade and Development, (2015), pour les IDE (à droite)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/12254/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 3. Compensation horaire moyenne, secteur manufacturier, Chine, en dollars US
Crédits Source : U.S. Bureau of Labor Statistics, International Labor Comparisons (2002-2009a)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/12254/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 5. Salaires horaires moyens des employer manufacturiers, économies nationales sélectionnées, 2002-2009 (en dollars US)
Crédits Source : Bureau of Labor Statistics 2002-2009a ; Bureau of Labor Statistics 2002-2009b
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/12254/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 6. Proportion de la main-d’œuvre rurale ayant migré, par âge et par sexe
Crédits Source : RUMiCI Migrant Survey, 2008
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/12254/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Mathieu, « Prolétarisation incomplète et miracle économique chinois : entre héritage collectiviste et capitalisme transnational », Revue de la régulation [En ligne], 21 | 1er semestre / Spring 2017, mis en ligne le 20 juin 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://regulation.revues.org/12254

Haut de page

Auteur

Jean Mathieu

Doctorant en sociologie, Université de Montréal, jean.mathieu.2@courrier.uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page