Navigation – Plan du site
Notes de lecture

La science économique comme idéologie

À propos de L’Économie du bien commun de Jean Tirole
Emmanuelle Bénicourt

Texte intégral

1Selon Tirole, L’Économie du bien commun a pour objectif de « communiquer sur sa discipline sans pour autant sacrifier la rigueur » (p. 12). L’ouvrage expose, dans cette perspective, sa conception de l’économie (enseignement, évaluation de la recherche, recrutement des enseignants, « consensus » sur la méthode scientifique) – tout en proposant ses analyses sur certaines questions macroéconomiques importantes (ayant trait au rôle de l'État en ce qui concerne le réchauffement climatique, la lutte contre le chômage, la réglementation de la finance) ou « industrielles » (économie numérique, questions relatives à la propriété intellectuelle).

2Malgré son titre, l’ouvrage ne permet pas d’en savoir beaucoup plus sûr qu’est le « bien commun », si ce n’est que l’économiste le prend « comme une donnée » et « développe les outils pour y contribuer » (p. 18). C’est donc à ces « outils » – leur signification, leur portée, mais aussi leur enseignement et la place qu’ils occupent dans la recherche – que l’ouvrage est consacré pour l’essentiel.

1. La dimension académique de l’économie

3La première partie d’Économie du bien commun expose ainsi de manière assez détaillée les positions de Tirole en matière d’enseignement, de recherche, d’évaluation de la recherche, de politiques salariales, de recrutement des enseignants-chercheurs. C’est d’ailleurs sur ces positions que Tirole a demandé à la ministre de l'Enseignement Supérieur de retirer le projet de création d’une nouvelle section « Économie et Société » au CNU – ce qu'elle fit.

1. 1. L’enseignement

4Pour Tirole, l’enseignement de l’économie devrait être plus « pragmatique et intuitif », « reposant à la fois sur un cadre conceptuel éprouvé et simplifié à des fins pédagogiques, et sur l’observation empirique » (p. 47). Ce qu’on ne peut qu’approuver, sauf en ce qui concerne le cadre conceptuel, réduit au seul cas néoclassique, comme s’il allait de soi.

5Ainsi, lorsqu’il aborde la question de l’enseignement de l’économie dans le secondaire, il se félicite de « l’amélioration récente des programmes et des épreuves du bac » qui mettent d’avantage l’accent sur l’enseignement des concepts de base de la microéconomie (néoclassique), au détriment de l’histoire de la pensée.

6Tirole reconnaît que la France forme des étudiants de qualité – mais regrette que ceux-ci aillent s’expatrier à l’étranger pour leur vie professionnelle. Il signale ainsi que sur les 25 économistes influents distingués par le FMI en 2014, 7 étaient français mais que « tous avaient obtenu leur doctorat dans des universités de pays anglo-saxons », et que seul Thomas Piketty résidait encore en France. Pour Tirole, cela constitue « un sujet d’inquiétude », non parce qu’il souhaite voir Thomas Piketty s’expatrier lui aussi, mais en raison de la « vraie perte de capital humain » (p. 53) occasionnée, puisque « la fuite vers l’étranger concerne surtout les meilleurs talents » (p. 82).

1. 2. Les conditions de travail des enseignants-chercheurs

  • 1 Pourtant, il reconnait aussi que « le nombre de chercheurs européens s’expatriant est faible » (p.  (...)

7Le problème1 de la France serait d’abord salarial : « en France le chercheur gagne beaucoup moins (parfois 3 à 5 fois moins) que ce qu’il ou elle gagnerait dans les grands pays scientifiques comme les États Unis, le Royaume Uni ou la Suisse » (p. 102). Bien sûr, les motivations financières ne sont pas primordiales dans le choix de faire de la recherche, mais les scientifiques ne sont pas pour autant « insensibles à leur rémunération » et complètent donc leur salaire par des activités diverses (dans le secteur privé ou public). C’est là, selon Tirole, « le prix à payer » pour les conserver sur le territoire national. (p. 103) – mais cela peut les conduire à négliger leur mission principale.

8La position défendue par Tirole est ici explicite :

[…] un chercheur qui néglige sa recherche au profit d’activités externes et ne publie plus depuis longtemps dans les grandes revues internationales ne devrait pas bénéficier des mêmes termes – salaire, charge d’enseignement, et plus généralement conditions de travail – que son collègue qui, lui, sera resté fidèle à sa mission (p. 103).

9On retrouve ici des positions proches des mesures présentes dans la LRU, et contre lesquelles les enseignants-chercheurs français s’étaient élevés il y a 10 ans. Peut-on différencier les conditions de travail des enseignants-chercheurs selon le seul critère des publications dans les « grandes revues internationales » ? La « charge d’enseignement » doit-elle être considérée comme une sanction ? L’« excellence scientifique » ne doit-elle pas être mise en balance avec les autres fonctions administratives qui permettent à l’Université de fonctionner (direction de formations, conception des emplois du temps, participations aux jurys et conseils) ? On n’en saura pas plus sur ces questions ayant trait au fonctionnement concret des instances de formation françaises – Tirole se limitant à présenter la manière dont les enseignants-chercheurs doivent être évalués et recrutés.

1. 3. Évaluation et recrutement des enseignants-chercheurs

10Pour Tirole, l’évaluation des enseignants par les étudiants est cruciale (p. 103), mais au-delà de cette mission, c’est sur l’évaluation de leur recherche qu’il insiste. Il argumente, à de nombreuses reprises, sur la nécessité d’une évaluation reposant sur la bibliométrie. Elle constitue un « outil indispensable pour identifier les centres d’excellence » (p. 134) malgré les limites que Tirole souligne lui-même.

  • 2 « Le travail des revues scientifiques est de vérifier la qualité des données et l’intégrité de leur (...)
  • 3 « Gérard Debreu, prix Nobel 1983, n’était pas très ‘productif’, mais l’article qu’il produisait tou (...)
  • 4 « A ce jeu, Maurice Allais, dernier grand économiste non anglophone écrivant dans sa langue natale (...)
  • 5 Tirole plaide contre les recrutements locaux et souhaite que « l’endogamie » (sic p. 139) soit inte (...)

11Il insiste donc sur « la validation des travaux par les grandes revues scientifiques internationales » (p. 111) en présentant, pour le lecteur profane (que cela intéresse sans doute peu), le processus de « validation par les pairs » des revues scientifiques à comité de lecture (p. 136)2. La question essentielle pour Tirole est celle de la qualité de ces revues, car « il y a publication et publication ; une publication dans Nature ou Science n’est pas équivalente à une publication dans un journal peu réputé » (p. 133). En économie, « les cinq revues généralistes les plus lues par la communauté scientifique sont aussi les plus sélectives pour la publication d’un article (le taux d’acceptation des articles varie entre 5 % et 10 %) ; elles ont également les indices de citation des articles les plus élevés. » (p. 111-112). Bien sûr, Tirole reconnaît les limites d’une évaluation reposant sur la bibliométrie : la « qualité » de la revue ne peut être assimilée à la qualité de l’article lui-même (p. 133), la « productivité » d’un chercheur n’atteste pas de sa qualité3, et la langue de publication influe sur les résultats dans les indices de citations4. Mais il ignore ici ouvertement les débats qui animent la communauté des économistes en France – depuis quelques années maintenant – qui soulignent l’hégémonie de l’approche néoclassique dans les classements des revues – et ses conséquences sur l’évaluation et le recrutement5 des enseignants-chercheurs se réclamant d’autres courants de pensée.

2. L’idéologie de Jean Tirole

  • 6 Le « Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel » a été créé en 1 (...)

12Comme tout scientifique qui se respecte, Tirole récuse l’appartenance à un courant de pensée particulier. Les « étiquettes » (« de gauche », « de droite », « keynésien », « néoclassique », « libéral », « antilibéral ») contribuent, selon lui, à « détourner l’auditoire de la substance de l’argument » et, ce qui est plus grave encore, « font courir à la science économique le risque d’être perçue comme une science sans consensus, des enseignements de laquelle on peut sans conséquences s’affranchir ». C’est, poursuit Tirole, « oublier que les économistes de haut niveau (quelles que soient leurs opinions personnelles, qui sont diverses) sont d’accord sur beaucoup de sujets, au moins sur ce qu’il ne faut pas faire, à défaut de toujours s’accorder sur ce qu’il faut faire ». (p. 108). On aurait bien aimé un ou deux exemples d’accord consensuel sur ce qu’il faire ou ne faut pas faire – par exemple en s’en tenant aux seuls « prix Nobel »6 d’économie, dont on peut penser qu’ils sont de « haut niveau ».

2. 1. La méthode scientifique

13Quelle est donc cette méthode sur laquelle il y a accord ou consensus généralisé ? Pour Tirole, « l’approche économique est celle de l’‘individualisme méthodologique’, selon lequel les phénomènes collectifs résultent des comportements individuels et à leur tour affectent ces derniers » (p. 123). Il est trivial que « les phénomènes collectifs résultent des comportements individuels ». En revanche, un partisan de l’individualisme méthodologique récuse l’existence même de « phénomènes collectifs » - à moins de les identifier à des individus. La question se pose alors de savoir par où commencer ? Faut-il partir des individus « hors sol » qui produisent des « phénomènes collectifs » - en gros, la société – qui viennent en retour les affecter, et ainsi de suite ? Ou alors, il faut commencer par les « phénomènes collectifs » qui « affectent » les individus, qui à leur tour produisent des « phénomènes collectifs » et ainsi de suite. C’est le problème de la poule et de l’œuf, que notre polytechnicien semble ignorer.

14Tirole affirme également qu’il y a « accord sur la nécessité d’une approche quantitative (théorie formalisée et tests empiriques de ces théories), accord sur l’importance de la causalité et insistance concomitante sur l’aspect normatif de l’économie, destinée à servir à la prise de décision. » (p. 138). Le problème en économie, c’est précisément qu’il n’y a pas d’accord sur cette causalité. Ni en macroéeconomie – où s’affrontent des modèles opposés (par exemple sur l’existence ou l’importance de l’effet multiplicateur, sur les dépenses publiques, sur la politique monétaire), ni en microéconomie (dont Tirole se réclame). Le théorème de Sonnenshein-Mantel-Debreu a en effet mis fin à tout espoir de trouver une relation causale entre les variations de paramètres (dotations, techniques, goûts) et celles des valeurs d’équilibre (du modèle), sans parler même de l’instabilité des équilibres.

15Pourtant, après avoir formulé la banalité usuelle :

[…] le modèle […] n’est jamais la représentation exacte de la vérité ; ses hypothèses sont simplificatrices et ses conclusions ne pourront jamais expliquer la réalité dans son ensemble (p. 118)

16Il précise que « le modèle sera donc au mieux une métaphore, au pire une caricature de la réalité. » (p. 122). Tout le problème réside donc dans la « métaphore » retenue. Donne-t-elle une représentation, même très approximative, de la « réalité » pour reprendre les termes de Tirole ? On verra plus loin qu’il n’en est rien, du moins en ce qui concerne le noyau de base de la théorie dont il se réclame. Ce qui invalide une bonne partie de ses analyses, y compris celles qu’il présente comme « consensuelles ».

  • 7 Il renvoie même, en note de bas de page, à un article d’Andreux Chang et Phillip Li intitulé « Is E (...)

17Pour Tirole, l’économie est une science mais, encore une banalité, ses prédictions « n’ont pas et de loin, la précision, par exemple, des calculs de mécanique céleste. » (p. 128). Les raisons de cela se trouvent dans l’existence de « prophéties autoréalisatrices » (p. 129) ce qui est une façon savante de dire que n’importe quoi, ou presque, peut arriver, en raison du rôle joué par les croyances des agents économiques au moment de la prise de décision. Le caractère fluctuant de ces croyances, mais aussi des humeurs des individus, fait que les résultats empiriques sont très difficilement reproductibles ou « réplicables ». Ce que Tirole admet sans difficulté7.

18Il y a là de quoi faire douter toute personne se réclamant de la démarche scientifique de l’intérêt et de la « véracité » d’une théorie qui ne satisfait pas les canons de base de la science. Mais il semble que ce ne soit pas le cas de Tirole pour qui le paradigme dominant, néoclassique, est le seul à pouvoir prétendre au titre de scientifique.

2. 2. Le marché et ses bienfaits

19Tirole parle tout le temps des marchés dans son livre. Ce qui est a priori normal quand on traite des économies dites « de marché ». Mais, en tant qu’adepte de la démarche scientifique, on aurait attendu de sa part une définition de ce qu’il entend par « marché » - surtout de la part de quelqu’un dont la conférence Nobel porte sur les « défaillances du marché ». Or, il n’en est rien. Il se contente d’utiliser des métaphores vagues qui toutes laissent entendre que, en règle générale et si on les laisse faire, « les marchés » conduisent à une affectation efficace des ressources. Il écrit par exemple que :

[…] le marché, s’il est suffisamment concurrentiel, augmente le pouvoir d’achat des ménages en réduisant les prix, en créant des incitations à la baisse des coûts de production, en stimulant l’innovation et en ouvrant les échanges au commerce international. […] Il protège les citoyens du discrétionnaire, des lobbies et du favoritisme si présents dans les mécanismes centralisés d’allocation des ressources. (p. 56).

20Tel est le postulat fondamental qui est à la base des écrits de Tirole, qui consistent d’ailleurs à étudier les cas où il ne s’applique pas – en raison de diverses « imperfections » qui viennent perturber leur fonctionnement ou de situations qui ne font pas l’objet d’un marché (les externalités, notamment). Il découle de ce postulat que tout doit être fait pour se ramener au cas idéal – ou, du moins, s’en rapprocher – en supprimant les « imperfections » ou en « marchandisant » tout ce qui ne l’est pas.

21Le marché est présenté comme « un mode de gestion de la rareté » (p. 40-41) parmi d’autres (file d’attente, tirage au sort, attribution administrative, corruption, violence…). On voit bien ce qu’est une file d’attente ou un tirage au sort, mais on ne voit pas comment opère concrètement ce « mode gestion de la rareté » qui, selon Tirole, permet une allocation efficace des ressources, contrairement aux autres modes de gestion.

22Il nous gratifie alors des petits exemples usuels qui montrent combien les rationnements, ou la « gestion centralisée », mènent à une mauvaise utilisation des ressources. Alors que si on « laisse faire le marché », tout est pour le mieux. Pas un mot sur les innombrables gaspillages dus à son mode de fonctionnement – fluctuations anarchiques, capacités de production excédentaires, longues chaînes d’intermédiaires qui prélèvent leur obole, publicité, marketing, etc.

  • 8 Tirole précise simplement, en note de bas de page : « Si les entreprises bien sûr ne font pas face (...)

23Un des rares exemples concrets – non inventé de toutes pièces – que donne Tirole est celui de l’attribution des fréquences hertziennes par l’administration américaine. Ce faisant, il passe du cas des marchés « spontanés », tel qu’ils sont, à celui des marchés organisés centralement – en l’occurrence, par l’État ! – tels qu’ils doivent être (pour le bien de l’État). Il envisage alors diverses options possibles – loterie, audition des candidats, enchères. Pour Tirole, les deux premières méthodes ne permettent pas d’allouer les fréquences de manière efficace (l’aléa de la loterie ne récompensant pas nécessairement le candidat le plus motivé ou nécessiteux ; la compétence, quant à elle, ne serait pas un gage « de bonne gestion ou de bon plan stratégique » (p. 44). En revanche, les enchères seraient un « moyen efficace de s’assurer que les licences seront attribuées aux acteurs qui les valorisent le plus, tout en récupérant pour la collectivité la valeur de la ressource rare, le spectre » (p. 44). Le critère n’est donc plus ici celui de la bonne gestion, ou du plan stratégique, mais celui de la valorisation – et des gains que cela représente pour la collectivité. Tirole poursuit : « lorsque l’État essaye d’allouer le spectre hertzien gratuitement à ceux qu’il juge les plus aptes à l’exploiter, il confond souvent ce qu’il voudrait faire et ce qu’il peut faire en oubliant qu’il ne dispose pas de l’information nécessaire. L’information est au cœur de l’allocation des ressources. Elle est révélée par le mécanisme de marché » (p. 45). Le mécanisme miraculeux… Mais comment savoir si les participants jouent le jeu ? Ou qu’ils se méprennent sur leurs capacités, s’endettent (lourdement)8 et se lancent dans des programmes qu’ils ne pourront terminer – avec ce que cela suppose comme retards et gaspillages de ressources ? Le fait de « valoriser le plus » une ressource ne veut pas dire que cette valorisation est la bonne, ou la plus appropriée. Et invoquer le marché, tel un Deus ex machina, ne change rien à l’affaire.

2. 3. Le modèle concurrentiel

24C’est après avoir évoqué le marché, et ses vertus, à moult reprises que Tirole consacre (enfin, dira-t-on) un encadré au « modèle concurrentiel » - sans toutefois se référer à un auteur particulier. Le modèle concurrentiel est donc présenté comme un modèle dans lequel « les acheteurs et les entreprises sont supposés trop petits pour pouvoir affecter les prix des marchandises sur lesquels ils échangent (…) leur comportement individuel n’a qu’un effet négligeable sur le prix du marché). Ils ont une connaissance parfaite des prix en vigueur et de la qualité des produits, et ils se comportent de façon rationnelle et selon leur libre choix, les acheteurs maximisant le surplus de l’échange, et les entreprises leur profit. » (p. 143). En résumé, les agents sont preneurs de prix, ils ont une information parfaite et cherchent à maximiser leurs fonctions respectives.

25Tirole poursuit sa présentation en affirmant que « ce modèle était appliqué pour expliquer comment l’offre et la demande s’équilibrent sur les différents marchés, ce qui permet d’étudier les phénomènes d’“équilibre général” » (p. 143) Ce modèle, bien qu’étant une « étape importante du développement de la théorie économique » (p. 143) présente toutefois deux limites. D’abord « l’absence de friction (marchés concurrentiels, information symétrique, rationalité, etc.) fait que les marchés sont efficaces », ce qui limite drastiquement la place possible pour la politique publique. D’autre part, « ce modèle ne dépeint pratiquement aucune des situations que j’aborde dans ce livre ». (p. 143). La présentation qui est faite du modèle de concurrence parfaite oublie cependant de préciser d’où viennent les prix, qui sont considérés comme des données, par les différents agents économiques et sur la base desquels ils établissent leurs plans.

  • 9 « There will be m + n + 1 participants, the m consumption units, the n production units, and a fict (...)

26Dans le modèle de concurrence parfaite (par exemple, dans l’article d’Arrow et Debreu, référence s’il en est sur l’équilibre général), un agent fictif – « the market participant » - affiche les prix et centralise les offres et les demandes, tout cela bénévolement9 (Arrow et Debreu, 1954, p. 274, 275, 278). Cette hypothèse cruciale est pourtant passée sous silence par Tirole – qui préfère s’en tenir à la ritournelle habituelle des manuels sur les agents « petits » (sic) qui n’influenceraient pas les prix. Dire clairement que le modèle qui représente les économies de marché suppose une forte centralisation c’est s’attirer la critique que Robert Solow fait dans son article de 1956, et cité par Tirole dans son ouvrage en matière de méthode scientifique :

Une hypothèse « cruciale » est une hypothèse sur laquelle reposent les conclusions, et il est important que les hypothèses cruciales soient raisonnablement réalistes. Lorsque les résultats d’une théorie semblent découler spécifiquement d’une hypothèse cruciale, alors, si l’hypothèse est douteuse, les résultats sont suspects (p. 148).

27L’hypothèse « preneur de prix », avec des prix forcément « donnés » par une entité centrale, étant absolument cruciale dans le modèle « concurrentiel » dont parle Tirole, les résultats de ce modèle sont bien plus que suspects – ils ne concernent pas le monde dans lequel nous vivons.

3. La théorie et la pratique chez Tirole

28La référence de Tirole au cas idéal, « concurrentiel », fait partie du rituel des économistes (néoclassiques). Il est entendu que la « solution par le marché » est généralement la plus efficace, mais il peut arriver des situations où il existe des obstacles, institutionnels ou autres, à sa mise en œuvre. C’est ce dont traite Tirole dans nombreux de ses livres et articles – et cela concerne les « défaillances » des marchés qui appellent d’une façon ou d’une autre l’intervention publique.

29Ces défaillances peuvent concerner des problèmes d’information (« la monétisation d’un bien peut détruire sa valeur en altérant sa signification »), des externalités (existence d’un cout imposé par un échange à une tierce partie) ou des « internalités » (un individu qui va contre son propre intérêt). Elles peuvent parfois être corrigées par des politiques incitatives, mais pas toujours. Par exemple, en matière de dons d’organes, la monétisation ne semble pas souhaitable pour plusieurs raisons. La solution que propose Tirole passe par « le prélèvement facilité sur des personnes décédées » et par les « dons croisés » (p. 68), « une nouvelle approche [conçue] dans le but d’accroître le nombre de transplantations sans introduire de rémunération ». Cette solution, élaborée notamment par Alvin Roth et Lloyd Shapley, « prix Nobel » 2012, fut ensuite mise en pratique. Elle consiste, comme le signale à juste titre Tirole, à apparier les différents protagonistes « par un mécanisme centralisé d’échange » (p. 70). Pour Tirole :

[…] les économistes peuvent promouvoir le bien commun en construisant de meilleurs mécanismes d’allocation, comme le prouvent les travaux d’Alvin Roth et plus généralement des chercheurs travaillant sur ce qu’on appelle aujourd’hui l’organisation du marché (market design) (p. 71)

30Sans doute. Mais il se trouve que ce « mécanisme d’allocation » relève plus de la planification centralisée que de la « spontanéité » des marchés. Pratiquement tous les exemples donnés par Tirole supposent l’existence d’une forme ou autre de contrôle, régulation ou d’intervention centrale destinée à promouvoir, ou améliorer, l’allocation des ressources. On aimerait que Tirole nous donne quelques exemples de « marchés » qui ne comporteraient aucune sorte de « défaillance » ou d’« imperfection » et qui ne seraient pas soumis, de près ou de loin, à une forme de surveillance ou de contrôle par l’autorité publique.

31Pour Tirole, le modèle « sans frictions » a été amélioré, peaufiné, raffiné – « travail de longue haleine mais qui porte ses fruits » (sic p. 144) – pour le faire davantage correspondre aux observations. Les deux domaines qui ont particulièrement contribué à faire avancer la théorie économique sont la théorie des jeux – qui « permet de représenter des situations d’affrontement stratégique très importantes » (p. 156) – et la théorie des incitations, aussi appelée théorie des contrats ou du signal ou encore théorie principal agent – qui constitue « un cadre unificateur de la théorie moderne » (p. 158) et qui permet de raisonner sur la manière d’organiser les diverses défaillances de marché.

32On aurait aimé des exemples concrets pour lesquels la théorie des jeux permet d’y voir plus clair. On se contentera ici de rappeler ce que dit Ariel Rubinstein, spécialiste respecté de la théorie des jeux, à son propos :

In my view, game theory is a collection of fables and proverbs. Implementing a model from game theory is just as likely as implementing a fable. A good fable enables us to see a situation in life from a new angle and perhaps influence our action or judgment one day. But it would be absurd to say that “The Emperor’s New Clothes” predicts the path of Berlusconi. (Rubinstein, 2013).

  • 10 Faut-il rappeler que le modèle de concurrence parfaite fait l’hypothèse « preneur de prix » pour év (...)

33Quant à la théorie principale agent (mandant mandataire) elle a pour tare fondamentale de concerner une négociation bilatérale, dont l’issue est par nature indéterminée – à moins de rajouter des hypothèses ad hoc, comme le fait Tirole dans ses modèles10.

34Par ailleurs, pour montrer que les économistes sont capables de tenir compte de la réalité dans toute sa complexité (en vrais scientifiques), Tirole consacre un chapitre de son livre (le 5e) aux rapports avec la psychologie, le droit, la sociologie – qui permettraient de mieux cerner le comportement des individus. On peut ainsi agir à l’encontre de notre intérêt personnel (p. 167) en procrastinant, en ayant des croyances erronées, en éprouvant de l’empathie, par altruisme, etc. (p. 172). Les comportements dépendent aussi de la confiance, des stéréotypes, des normes sociales, des droits et des devoirs. Fort bien. Mais que reste-t-il alors de la théorie, de l’homo economicus, ou strategicus, qui maximise (tout bêtement) sa fonction-objectif ? Quel est alors cet objectif ? Où est la (grande) nouvelle théorie qui intégrerait tous ces facteurs ? À moins qu’ils ne soient pas très importants. Mais alors pourquoi en parler, en faisant croire que les « économistes » les prennent en compte, alors qu’il n’en est rien – et que ce n’est pas possible sans changer radicalement leurs modèles ?

Conclusion

  • 11 Tirole admet que « les théoriciens peuvent travailler sur des cadres sans application directe. Les (...)

35L’ouvrage de Tirole s’adresse à un large public – il paraît qu’il se serait vendu à plus de 80 000 exemplaires. Sans mathématiques, avec beaucoup d’anecdotes et de petites histoires, il se lit assez facilement. Le lecteur a l’impression que les économistes maîtrisent de plus en plus leur sujet, leur discipline ayant fait – grâce à des gens comme Tirole – de grandes avancées, en traitant un nombre croissant de questions, dans les domaines les plus divers. Le style allusif de l’ouvrage, qui aborde une multitude de sujets, ne permet pas de se faire une idée sur ce que l’on sait exactement dans cette science que serait l’économie. Quel est ainsi l’« apport » de Tirole ? Y a-t-il un seul « théorème », une « règle », une « découverte » ou quelque chose de semblable attaché à son nom et qui expliquerait le prestige qui lui est accordé par l’attribution du « prix Nobel » – comme cela arrive dans les autres sciences ou on peut clairement identifier l’apport fait par le récipiendaire ? On a beau consulter ses livres – par exemple ceux sur la théorie de l’organisation industrielle (Tirole, 2015), sur la théorie des incitations (Laffont & Tirole, 1993), ou sur la théorie des jeux (Fundenberg & Tirole, 1991) – on ne trouve pas de réponse à ces questions11. Une multitude de petits modèles purement théoriques, remplis de mathématiques, aucune donnée ni exemple concret, dont les « résultats » dépendent systématiquement du contexte (les règles du jeu) et des croyances (anticipations, conjectures) des acteurs envisagés. Tirole a été récompensé pour les conseils qu’il aurait prodigués à diverses instances – autorités de régulation, groupes d’intérêt, etc. – mais comment savoir si les « solutions » préconisées, à supposer qu’elles aient été appliquées, étaient les meilleures possible – pour cela il aurait fallu pouvoir les comparer avec des solutions alternatives.

36Dans la même perspective on peut se demander à quel titre Tirole prodigue ses conseils sur des questions relatives au marché du travail, ou du carbone ? De quelle règle ou résultat (l’optimalité de l’équilibre « concurrentiel » ?), de quelle expérience, peut-il se prévaloir pour traiter de ces questions ? Est-ce en raison de l’obtention du « prix Nobel » ? Le comité qui le lui a attribué ne souffle pourtant mot sur ses éventuels « travaux » sur la question. Le communiqué qui annonce l’attribution du prix est à lui tout seul très parlant quand il expose la raison de son choix : « The best regulation or competition policy should therefore be carefully adapted to every industry's specific conditions. In a series of articles and books, Jean Tirole has presented a general framework for designing such policies and applied it to a number of industries, ranging from telecommunications to banking » (Royal Swedish Academy of Science, 2014).

37En attendant de connaître ce « cadre général » et la façon dont il a été « appliqué » avec une appréciation de ses résultats, on ne voit pas pourquoi on donnerait plus d’importance à la parole de Tirole qu’à celle d’autres « experts », orthodoxes ou hétérodoxes.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. et Rebérioux A. (2004), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

André C. (1995), « État providence et compromis institutionnalisés. Des origines à la crise contemporaine », in Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Boyer R. et Saillard Y., Paris, La Découverte, p. 144-152.

Boyer R. et Orlean A. (1991), « Les transformations des conventions salariales entre théorie et histoire. D’Henry Ford au fordisme », Revue économique, vol. 42, no 2, mars, p. 233-272.

Arrow K. et Debreu G. (1954), «Existence of an equilibrium for a competitive economy», Econometrica, vol. 22, no 3, juillet, p. 265-290.

Fundenberg D. et Tirole J. (1991), Game Theory, MIT Press

Laffont J-J. et Tirole J. (1993), A Theory of Incentives in Procurement & Regulation, MIT Press.

Royal Swedish Accademy of Science (2014), Press Release, 13 October 2014: https://www.nobelprize.org/nobel_prizes/economic-sciences/laureates/2014/press.html

Tirole J. (2015), Théorie de l’organisation industrielle, Paris, Economica

Rubinstein A. (2013), «How game theory will solve the problems of the Euro Bloc and stop Iranian nukes», in Frankfurter Allgemeine, 27/03/2013 : http://www.faz.net/aktuell/feuilleton/debatten/game-theory-how-game-theory-will-solve-the-problems-of-the-euro-bloc-and-stop-iranian-nukes-12130407.html )

Haut de page

Notes

1 Pourtant, il reconnait aussi que « le nombre de chercheurs européens s’expatriant est faible » (p. 82) et que « le manque de données fiables et le faible niveau des études empiriques laissent libre cours aux idées toutes faites de part et d’autre ». (p. 81).

2 « Le travail des revues scientifiques est de vérifier la qualité des données et l’intégrité de leur traitement statistique, la cohérence logique et l’intérêt de leur théorie, et la nouveauté de leur contribution. » (p. 136).

3 « Gérard Debreu, prix Nobel 1983, n’était pas très ‘productif’, mais l’article qu’il produisait tous les trois ou cinq ans avait beaucoup d’influence. (p. 134)

4 « A ce jeu, Maurice Allais, dernier grand économiste non anglophone écrivant dans sa langue natale et premier prix Nobel français d’économie (1987) n’aurait pas brillé dans les indices de citations. » (p. 134)

5 Tirole plaide contre les recrutements locaux et souhaite que « l’endogamie » (sic p. 139) soit interdite. Les relations entre professeurs qui ne se « battraient plus pour caser ‘leur’ étudiant dans leur département » seraient ainsi apaisées, l’étudiant pourrait « découvrir de nouvelles idées » et son département « s’y ouvrir en accueillant des maitres de conférences qui ne sont pas coulés dans le moule » (p.139). Tout cela est bien vrai, à condition de savoir ce qu’est « ne pas être coulé dans le moule ». Or, de ce point de vue, l’ouverture d’esprit de Tirole est très limitée.

6 Le « Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel » a été créé en 1968 pour célébrer le tricentenaire de la Banque. Contrairement aux autres prix Nobel (chimie, littérature, médecine, paix, physique), l’économie ne figurait pas dans le testament d’Alfred Nobel. Régulièrement, des voix se font entendre pour démanteler ce « prix Nobel », notamment parce qu’il contribue à conférer à l’économie le statut de science au même titre que la chimie ou la physique.

7 Il renvoie même, en note de bas de page, à un article d’Andreux Chang et Phillip Li intitulé « Is Economics Research replicable ? Sixty Published Papers from Thirteen Journals Say ‘Usually Not’ » (Federal Reserve Board, 2015)

8 Tirole précise simplement, en note de bas de page : « Si les entreprises bien sûr ne font pas face à des contraintes de financement, une situation qui a été analysée par les chercheurs pour étudier la manière dont les enchères doivent être modifiées en l’espèce » (p. 45) et ne donne, en revanche, pas les références précises de ces travaux.

9 « There will be m + n + 1 participants, the m consumption units, the n production units, and a fictitious participant who chooses prices, and who may be termed the market participant » (Arrow et Debreu, 1954, p. 274).

10 Faut-il rappeler que le modèle de concurrence parfaite fait l’hypothèse « preneur de prix » pour éviter justement d’avoir à traiter des négociations bilatérales ?

11 Tirole admet que « les théoriciens peuvent travailler sur des cadres sans application directe. Les remarques qui suivent sont à la fois très abstraites et nombrilistes (car elles décrivent l’objet de mes propres recherches, ce dont je prie le lecteur de bien vouloir m’excuser) et n’ont pour objet que de faire percevoir au lecteur la diversité des travaux d’un chercheur en économie » (p. 161-162)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Bénicourt, « La science économique comme idéologie », Revue de la régulation [En ligne], 20 | 2e semestre/ Autumn 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://regulation.revues.org/12151

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Bénicourt

Maître de conférences, Université de Picardie Jules Verne, CRIISEA, emmanuelle.benicourt@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page