Navigation – Plan du site
Régulations agricoles et formes de mobilisation sociale

Le gouvernement économique de la filière sucre-énergie : blocages sectoriels et territoriaux des perspectives de développement au Brésil

The Economic Government of the Sugar-Energy Chain: Sectoral and Territorial Blocking of Development Perspectives in Brazil
El gobierno económico del sector azúcar-energía : bloqueos sectoriales y territoriales de las perspectivas de desarrollo en Brasil
Mathieu Fruleux

Résumés

Ce travail analyse le poids de l’agrobusiness comme une des variables explicatives du caractère insoutenable de l’inflexion distributive du régime de croissance du Brésil. Il précise son importance dans le mode de régulation par celle qu’il recouvre dans ce qu’on appelle un gouvernement économique du jeu des acteurs. Ce concept définit l’ensemble des dispositifs cherchant à modifier les caractéristiques des acteurs économiques, leurs interactions et leurs relations aux autorités en fonction d’objectifs qui renvoient à une intentionnalité gouvernementale donnée. Il est montré que se conforme ainsi une gouvernance des acteurs de l’agrobusiness qui assure la reproduction de son pouvoir dans des régulations sectorielles et territoriales. L’étude de cette gouvernance relie son action institutionnelle et organisationnelle à celle de la gouvernementalité en caractérisant le rôle des croyances et modèles théoriques érigés en référentiels de politiques publiques. Cette analyse s’articule en trois parties. Une première révise la littérature sur les limites de la croissance en même temps qu’elle en caractérise l’influence comme référentiel de la politique économique. Une seconde développe une étude de cas de la filière sucre-énergie, l’une des principales de l’agrobusiness. Celle-ci met au jour les changements organisationnels et institutionnels ainsi que les incertitudes de la filière qui ont été induites par sa gouvernance nouvelle. On conclut que l’intentionnalité distributive du gouvernement économique du Parti des Travailleurs n’a pas donné lieu à une gouvernance correspondante des acteurs d’une réindustrialisation, à l’opposé de l’objectif de croissance des exportations primaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La notion brésilienne d' « agronegócio », issue du terme états-unien « agribusiness », se substitue (...)

1En février 2015, The Economist représentait le Brésil englué dans un marécage vert, symbolisant une fragilité fondamentale du modèle de développement national. En 2013, le même hebdomadaire considérait les fermiers comme une force salvatrice de l’économie nationale, malgré leur insertion dans les formes clientélistes de gouvernement. En écho à ces positions, nous interrogeons la mesure dans laquelle l’agronégoce participe des problèmes macroéconomiques structurels du Brésil1. Mettre en lien la force de l’agriculture capitaliste avec les difficultés de réforme du gouvernement implique de mettre au jour les forces qui transforment les institutions du capitalisme au Brésil, du point de vue du poids déterminant que recouvre l’action collective du secteur agro-exportateur dans la définition du mode de développement national. Cet examen se place dès lors dans le cadre de la Théorie de la Régulation. L’analyse est réalisée sur la base d’une conception sociétale des limites à la croissance partant des travaux de Théret (1992a et 1992b). Ceux-ci modélisent la société en trois ordres de pratiques distincts – l’économique, le politique et le symbolique. L’étude de leurs co-variations permet de préciser le changement institutionnel à l’œuvre dans le changement de régime économique. Pour cerner le poids national de l’agronégoce, notre analyse repose sur une étude de cas de l’agronégoce sucrier. Au fondement de l’exploitation économique du sol au Brésil, cette filière marque l’État brésilien depuis sa genèse. Elle maintient jusqu’à nos jours une forte représentation au sein du personnel politique, et une place significative dans l’imaginaire social national. On observe en outre qu’elle constitue un pilier de la nouvelle diplomatie économique des années 2000.

  • 2 Le syndrome hollandais ou malédiction des matières premières est un phénomène économique liant l'ex (...)

2Dans cette perspective de compréhension de la fragilité du modèle de développement du Brésil, les caractéristiques macroéconomiques de l’économie brésilienne soulèvent des questions centrales : quels liens établir entre la faiblesse de l’investissement productif, la forte valorisation de la monnaie et le retour de la contrainte externe ? Le débat de macroéconomie est loin d’être tranché. La controverse scientifique recouvre des prises de décision politique. L’orthodoxie, appuyée sur la théorie néoclassique du commerce international et de la croissance, conteste toute désindustrialisation de l’économie. L’hétérodoxie, réunissant néo-développementistes et keynésiens, s’accorde sur le fait que l’orthodoxie de la politique monétaire et de change produit financiarisation et « syndrome hollandais »2. Les néo-développementistes cherchent à élaborer un nouveau système théorique basé sur les expériences réussies de croissance rapide à partir d’une méthode historico-déductive. Les aspects sociaux et politiques constituent donc des composants essentiels de cette théorie orientée vers la compréhension des pays à revenu intermédiaire (Bresser Pereira, 2015). Ces divergences indiquent que les problèmes de compétitivité du taux de change et de déficit de politique industrielle renvoient à l’établissement de compromis institutionnalisés. En effet, les coalitions politiques, dont le rôle est essentiel dans la fragilité du mode de développement brésilien, sont armées par les instruments de gouvernement que constituent les politiques économiques. Ces instruments correspondent à une orthodoxie. Une conception de politique alternative de dévaluation fédérant une nouvelle coalition favorable au développement du marché interne semble moins probable. La responsabilité en incombe au premier chef au lock-in que constitue le renforcement du « ruralisme » rentier. L’atonie des acteurs industriels dans la crise de la stratégie d’industrialisation par substitution des importations (ISI) n’a pu être véritablement surmontée. Les capitalistes agraires ont en revanche recouvré leur poids historique dans la phase de libéralisation politique et de stabilisation économique du Brésil (1980-2000). Ce poids s’accroît encore dans les années 2000, malgré un discours à nouveau teinté de développementisme.

  • 3 Le gouvernement économique est un nouveau concept qui prolonge celui de gouvernementalité proposé p (...)
  • 4 Il convient ici de préciser que la polysémie de la notion de secteur renvoie à une réalité polymorp (...)

3Un fait stylisé paradoxal central pointe les contradictions du gouvernement économique de l’action collective, entendu comme un ensemble de dispositifs cherchant à modifier, en fonction d’un objectif propre, les caractéristiques mêmes des acteurs et des interactions sur lesquelles porte son action3. La résolution du manque de compétitivité de l’agronégoce ne semble pas régler le problème de la contrainte externe. Le fait est étonnant au regard des analyses du système économique qui associaient précisément le problème des déficits à un manque de compétitivité de ce secteur4. Ce manque de compétitivité résolu, le déficit revient. Le Brésil apparaissait donc touché par le « syndrome hollandais ».

Graphique 1 : Évolution annuelle des soldes de la balance commerciale de l’agronégoce et de la balance courante globale (en milliards de USD)

Graphique 1 : Évolution annuelle des soldes de la balance commerciale de l’agronégoce et de la balance courante globale (en milliards de USD)

Source : ministère de l’Agriculture et Banque Centrale du Brésil

  • 5 Les règles locales de gouvernance, en tant que dispositifs destinés à canaliser le comportement des (...)

4La redéfinition du référentiel de politiques économiques, comme corpus de représentations constitutives d’un modèle du monde majoritairement adopté par les agents, produit un renouvellement du discours sur le développement national depuis les années 1980. Cela s’est accompagné d’une redéfinition des structures de gouvernance locale, ce qui implique une recomposition des acteurs collectifs5.Cette dernière est simultanément une reformulation des représentations légitimatrices de leur insertion dans la société.

  • 6 Cette vision, relayée par la presse financière internationale, mettait à nouveau en lumière un appo (...)
  • 7 Autrement dit, de préciser comment un acteur politiquement constitué, l'agronégoce exportateur, int (...)

5Ce constat conduit à reposer la question de la régulation sectorielle et territoriale sous un jour nouveau. Les rapports entre référentiels global et sectoriel mobilisent des dispositifs de gouvernementalité, soit « l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique […] de pouvoir qui a pour cible principale la population, pour forme majeure de savoir l’économie politique » (Foucault, 1994). L’enjeu est ici d’« analyser la formation d’un certain type de savoir […] en termes de pouvoir » (Foucault, 1976). La définition opérationnelle qui en est retenue dans cette analyse – l’ensemble des dispositifs cognitifs qui se traduisent en gouvernance via l’expertise – éclaire les mécanismes politiques et cognitifs de l’articulation méso-macro. La nouvelle vision du développement national doit beaucoup aux lobbies de l’agronégoce sucrier. Au cours des années 2000, l’image de l’éthanol comme vecteur de développement domine les représentations de la place de l’agronégoce dans le modèle de développement, et par extension, de celle du Brésil dans l’économie mondiale6. Caractériser les modalités du pouvoir du lobby agro-industriel permet d’éclairer les limites au développement du Brésil7. Le renouvellement des privilèges de l’agro-export est un facteur du syndrome hollandais. Il tient à des racines sociétales, cristallisées dans les institutions et réactivées à l’occasion de l’élaboration d’un nouveau modèle de développement, non encore consolidé.

1. Limites du débat sur la croissance et référentiel de politique économique

6Les transformations de l’économie brésilienne depuis la libéralisation ont donné lieu à un débat sur les limites du régime de croissance. On révise ici ce que revêt ce débat en tant que dimension cognitive et intellectuelle de la fragilité du modèle de développement. La mise en rapport de ces limites aux compromis institutionnalisés implique un repérage des empreintes des coalitions socio-politiques sur le mode de développement. Le modèle de développement est analysé dans sa dimension performative, posée en termes de gouvernement économique.

1. 1. Les changements structurels et les limites à la croissance de l’économie brésilienne en débats

7La révision des débats sur la nature du changement structurel de l’économie brésilienne contemporaine, centrés sur la question de l’existence ou non d’un processus de désindustrialisation, permet de caractériser l’écho qu’ils donnent au pouvoir discursif de l’agronegócio. Ces débats soulignent en outre les limites des analyses macroéconomiques hétérodoxes.

8La restructuration territoriale de l’appareil productif brésilien révèle que la nouvelle forme d’insertion internationale, promue par les politiques de libéralisation des années 1990, induit une réduction des disparités de développement économique entre macro-régions. La déconcentration industrielle se réalise par le bas en termes d’intensité technologique (Saboia et Kubrusly, 2008), ce qui impose de recentrer la discussion macroéconomique sur les facteurs explicatifs du changement structurel. Les thèses identifiées quant aux causes de cette restructuration constituent un matériau d’analyse de la dimension cognitive et performative des théories économiques. La thèse de la financiarisation de l’économie soutient que la ponction rentière sur le produit est soutenue par une politique monétaire favorable aux créanciers (Bruno, 2008). L’économie brésilienne connaît une perte de son potentiel productif depuis l’épuisement du modèle de développement antérieur, à la fin des années 1970. Le taux de financiarisation du capital s’accroît, en corrélation avec le taux d’intérêt de base. Financiarisation et désindustrialisation vont de pair dans l’économie brésilienne. La thèse de la « maladie hollandaise » fait des rentes ricardiennes sur les produits de base la principale cause de surévaluation de la monnaie nationale. En l’absence d’une taxation des commodities et d’une politique d’administration du taux de change, cette tendance à la surévaluation gêne l’industrialisation (et la croissance) en limitant les opportunités d’investissement (Bresser Pereira, 2009). Une troisième thèse articule les deux premières. La « maladie hollandaise », facteur de désindustrialisation « descendante » au sens où elle n’est pas le résultat de l’apparition de nouvelles activités productives, provient d’une nouvelle stratégie de politique économique et d’insertion internationale, dont le référentiel doctrinal a pour origine les théories néoclassiques du commerce international et de la croissance (Palma, 2005).

9La désindustrialisation et la réorientation de l’exportation sur les secteurs des commodities altèrent les paramètres du régime de croissance. Au-delà des modèles courants qui caractérisent les sentiers de croissance, il faut souligner l’importance du lien entre modifications du système productif et articulation macroéconomique d’ensemble. Le débat macroéconomique est focalisé sur la question du solde des transactions courantes. Les postkeynésiens incriminent le désalignement de change et l’inefficacité de la politique monétaire : la préoccupation excessive de la Banque Centrale quant à l’inflation a produit une baisse de l’élasticité-revenu des exportations et donc du taux de croissance à long terme (Oreiro et Feijó, 2010). Les modèles économétriques postkeynésiens révèlent le rôle pivot du taux de change pour caractériser le régime de croissance. Les néo-développementistes incriminent également le piège de l’articulation du taux de change et du taux d’intérêt (Bresser Pereira, 2007). Le recours aux données sectorielles signale la nécessité de dépasser l’analyse centrée sur les grands agrégats macroéconomiques.

10Ces données révèlent que l’investissement productif est orienté de façon croissante vers les secteurs intensifs en ressources naturelles, au détriment, principalement, des branches de l’industrie manufacturière et de transformation, ce qui implique des écarts également croissants des évolutions des productivités sectorielles.

Tableau 1 : Productivité moyenne sectorielle (valeur ajoutée/emploi) (en BRL de 1995)

Tableau 1 : Productivité moyenne sectorielle (valeur ajoutée/emploi) (en BRL de 1995)

Source : élaboré d’après Marconi et Rocha (2011)

  • 8 Le régime de change fixe avec bandes de fluctuations, éventuellement ajustables, dit crawling peg e (...)

11Du point de vue de l’économie politique cognitive (Lordon, 1999), la crise financière de 1998 et le changement de régime de change en 1999 ont mis un terme à l’atonie des acteurs industriels dans les débats de politique macroéconomique. Ces acteurs revendiquent alors que les politiques monétaires et de change ne se limitent pas à assurer la stabilité des prix mais promeuvent également l’avancement industriel selon une stratégie qui vise le développement et le changement structurel (Diniz et Bresser Pereira, 2013)8. Les intellectuels liés aux intérêts de l’agronégoce ont riposté dès le milieu des années 2000 en soulignant que la restructuration industrielle avait produit une déconcentration de l’éventail des produits manufacturés exportés. La dégradation continue du solde commercial de l’industrie à partir de 2006 finira par mettre un terme à cette controverse. La question fait place à celle de la spécialisation régressive de l’économie en termes technologiques. La focalisation du débat académique sur l’existence ou non d’un processus de désindustrialisation va de pair avec l’abandon de la problématique autrefois mise en avant des ressorts sectoriels de l’accumulation et de son lien avec les déséquilibres régionaux du développement industriel. Le constat de la réduction de ces derniers conduit désormais à ignorer les limites à la croissance qui en résulte par la perte d’effets d’entraînement sectoriels.

12Dans le cadre des analyses hétérodoxes, on peut considérer comme établi le fait que les deux principaux facteurs d’une dynamique macroéconomique limitant l’investissement, à l’exception de l’exploitation des ressources naturelles, sont l’appréciation du taux de change favorisant la rente financière et la forte expansion des commodities. Au-delà de ces conclusions, la révision du débat hétérodoxe pointe des divergences qui démontrent la nécessité de prendre en compte les dimensions territoriales et sectorielles de l’action collective, par lesquelles se nouent des compromis institutionnalisés façonnant un mode de développement insoutenable. La présentation des analyses (au niveau macro et sociétal) de cette action collective instituante et instituée constitue une étape préliminaire.

1. 2. L’empreinte des coalitions socio-politiques sur le mode de développement et le gouvernement de l’action collective au Brésil

13L’action collective est introduite dans la Théorie de la Régulation comme moteur de la dynamique de changement/inertie des institutions. Une première approche appliquée au Brésil contemporain consiste à analyser les empreintes des coalitions socio-politiques sur la configuration des formes institutionnelles, en particulier la structuration de l’État (Bizberg et Théret, 2012). La gouvernance qui en résulte conforme le caractère performatif du modèle de développement (Marques Pereira, 2012). Un mode de développement se concrétise – comme gouvernement (économique) de l’action collective – dans la formation d’anticipations. Le gouvernement du Parti des Travailleurs repose sur la promesse de maintien de la conciliation de modèles de développement alternatifs – libéral et néo-développementiste – et sur les nouvelles promesses de redistribution des revenus.

  • 9 Selon Gonçalves (2011), le national-développementisme est un projet de développement économique qui (...)
  • 10 On note que la faillite de plusieurs de ces banques publiques des États du Nordeste dans les années (...)
  • 11 Une part du patronat agro-industriel, notamment au sein de la filière sucre-énergie, a participé ac (...)

14Le repérage des coalitions socio-politiques dominantes réalisé par Bizberg et Théret souligne que la coalition à la base du développement brésilien à partir des années 1930 s’appuie partiellement sur les vieilles oligarchies. Elle ne peut démanteler les structures traditionnelles de domination ni ébaucher une réforme agraire. L’État de compromis qui se met alors en place cherche à asseoir sa légitimité sur le développement du marché interne, porté par l’idéologie du « desenvolvimentismo »9. « Le développement de l’industrie s’est fait sans discrimination à l’égard des intérêts agricoles auparavant dominants, notamment ceux du sucre et du café. » (Bizberg et Théret, 2012). Depuis les années 1980, la coalition structuraliste – regroupant entrepreneurs, militaires et fonctionnaires des ministères économiques et sociaux, syndicalistes – aurait résisté à l’offensive néo-libérale. La coalition libérale qui lui succéda au pouvoir dans les années 1990 incluait des industriels régionaux « libéral-développementistes » dont l’intégration aurait limité le retrait de l’État de l’économie. Le gouvernement Lula (2003-2010), en conjonction avec un courant d’opinion du patronat industriel, aurait stoppé l’approfondissement d’un modèle libéral-monétariste. Ce seraient là des indices que le Brésil a pu se repositionner comme puissance émergente autonome. Ce diagnostic s’appuie sur les empreintes des coalitions socio-politiques dominantes sur les formes institutionnelles. Dans le domaine des relations de travail, le syndicalisme aurait réussi, avec l’appui du gouvernement Lula, à imposer des mesures en faveur des travailleurs et à pénétrer le secteur agricole. Au sein du système financier, un régime monétaire accommodant et décentralisé, avec de puissantes banques contrôlées par les États fédérés, aurait favorisé le développement du pays10.Le Brésil a conservé plusieurs de ces grandes banques publiques. Dans le domaine de la structure organisationnelle de l’État, Bizberg et Théret (2012) notent une certaine résistance au retrait des interventions de l’État. Cette résistance s’expliquerait par le caractère atomisé du système politique, par la présence d’une organisation syndicale d’opposition appuyée sur un parti discipliné (le Parti des Travailleurs) et par la résistance d’une société civile active. Cette opposition aurait permis de préserver des noyaux d’expertise technique et bureaucratique, lesquels auraient depuis procédé à des réformes plus cohérentes avec les instruments aux mains de l’État et avec la structure économique du pays11. La forme du fédéralisme, combinée à celle du régime politique, impacte la capacité de l’État à mener ses politiques. Ainsi au Brésil, du fait d’une fédération décentrée composée de trois ordres de gouvernement, les situations économiques régionales se reflètent dans un système fragmenté de partis politiques. Les coalitions territoriales jouent un rôle significatif, pouvant être plus important que celui des coalitions entre forces sociales.

  • 12 C'est notamment le cas de Singer (2012) qui note que la durabilité du modèle « luliste » dépend, d' (...)

15Le niveau de développement économique du Brésil serait dû à une conformation particulière de son système socio-politique, lequel permettrait, grâce à l’inachèvement de la rupture des coalitions développementistes, de capitaliser les acquis de l’industrialisation. Le processus de démocratisation aurait renforcé mutuellement l’État et la société civile, ainsi que le système des partis, sur une base pluraliste. Cet héritage expliquerait la réémergence du Brésil. Les travaux des économistes et des politologues marxistes et néo-développementistes brésiliens ne confortent pas l’optimisme de Bizberg et Théret12. C’est le cas également des travaux régulationnistes centrés sur les limites du régime d’accumulation et du modèle de développement comme élément central de consolidation d’un mode de développement insoutenable.

16L’arrivée au pouvoir du PT a ébauché un changement du régime gouvernemental. L’évolution économique et celle du compromis distributif ont conduit à une modification du régime de croissance. Les analyses régulationnistes en dynamique (Bruno et al., 2011 ; Marques Pereira, 2012) montrent que l’impératif de redistribution se heurte au compromis industrie/finance au centre de la hiérarchie des formes institutionnelles. La dimension politique de la hausse de tous les revenus se heurte à la contrainte externe en l’absence d’une politique d’offre au niveau national. Autrement dit, la composition de la demande sociale n’est pas validée par l’évolution tendancielle des capacités de production : la société brésilienne investit excessivement dans les commodities. Les objectifs de redistribution et de stabilisation de la politique économique entrent donc en contradiction. La bonanza agro-exportatrice est essentielle au maintien sous contrôle de ces tensions, mais le caractère soutenable de la stratégie d’insertion internationale technologiquement « régressive » est incertain. Le taux de change développe ses effets pervers sur la structure industrielle. Ce prix macroéconomique définit les limites du compromis distributif – aussi bien du côté de la demande que du côté de l’offre – et par là celles du régime de croissance (Marques Pereira, 2012). La question est d’emblée politique, car c’est d’une nouvelle intermédiation politique des intérêts que dépend l’évolution de l’arbitrage fiscalité/endettement public. La place du secteur agro-industriel dans cet arbitrage reste à préciser.

  • 13 Le rôle des intérêts agro-industriels dans la préservation de ce régime monétaro-financier est impo (...)

17Le resserrement de la contrainte externe depuis 2006 traduit une incohérence inter-temporelle de la politique de change. Cette incohérence traduirait, à son tour, la nécessité gouvernementale de concilier un impératif redistributif et la préservation du pouvoir monétaire de la finance dans la gestion de la dette publique. Ce compromis a engagé une nouvelle dynamique politique, dont Bruno et al. (2011) interrogent la capacité à lever la limite de « l’impératif doxique de rigueur »13. L’augmentation du stock de la dette publique constitue la pièce centrale des effets distributifs du taux de change. Un nouveau compromis distributif qui inciterait à la valorisation productive implique, au-delà de la remise en cause du pouvoir monétaire de la finance, celle du pouvoir monétaire et territorial des oligarchies agro-industrielles bénéficiaires de rentes sur le crédit public et la propriété du sol. Par ailleurs, de nombreux indices signalent que les gains de productivité dépassent la croissance des salaires réels dans le secteur des commodities, contrairement à ce qui est observé au niveau de l’économie nationale. C’est là le signe d’un risque de renforcement du caractère dual du mode de développement engendré par l’exportation d’une part significative de ces gains hors du système économique. Une étude du poids que recouvre le secteur primo-exportateur dans cette économie politique permet d’approfondir la compréhension de l’évolution en cours et à venir du Brésil, dès lors que l’extension des gains de productivité au-delà du seul secteur des biens intensifs en ressources naturelles dépend d’une nouvelle intermédiation politique des intérêts par la politique économique.

18L’analyse des coalitions politiques proposée par Bizberg et Théret tend à accréditer, sur la base de leur histoire, la possibilité d’une transition vers une intermédiation des groupes d’intérêt soutenant le projet dit néo-développementiste, et donc la préservation du potentiel de développement industriel du pays. À l’inverse, les analyses de MM. Bruno et Marques Pereira indiquent que la politique monétaire et de change constitue un facteur de blocage de ce projet identifiable dans la dynamique macroéconomique et qu’elle révélerait le poids dominant et complémentaire des intérêts rentiers liés à l’accroissement de la dette publique et à l’expansion de l’agronégoce. Le pouvoir acquis par ces groupes d’intérêt a impliqué l’abandon par l’État du projet d’un développement industriel capable de fonder les gains de compétitivité sur une dynamique intersectorielle générant un cercle vertueux entre gains de productivité et progression des salaires. Il y a eu réorientation de l’action gouvernementale.

19Les incertitudes quant aux réponses possibles à apporter au caractère insoutenable du régime de croissance, devenu désormais manifeste, mettent dès lors en question la nature du pouvoir de ces groupes d’intérêt. Les analyses mentionnées ne font qu’en repérer les effets macroéconomiques : elles en cernent la marque sur la politique économique mais on demeure sans connaître par quels mécanismes s’est constitué ce pouvoir. Bizberg et Théret ont pointé l’importance que recouvre historiquement la structuration territoriale des intérêts, dans la conformation des coalitions, du fait de la nature fédérale du système politique brésilien.

20Les divergences entre analyses hétérodoxes sur les limites de la croissance indiquent la nécessité de considérer les limites de la macroéconomie postkeynésienne au-delà de sa posture épistémologique normative (Boyer, 2011). D’autres analyses conduisent à interroger le régime de croissance au regard des évolutions sectorielles de la productivité, de leur expression territoriale, et de ce que ces dernières révèlent de la marque d’une vision du développement reposant sur une conception libérale des gains de compétitivité, agricole et industrielle, réputés résoudre la contrainte externe. La question devient de comprendre comment cette vision s’est imposée aux gouvernants. Cela implique d’analyser la construction du pouvoir de l’agronégoce, en tant qu’articulation de l’échelle méso et macroéconomique de la fabrique des compromis institutionnels, et de réviser sur cette base la nature de la coalition politique. Aborder ces questions en termes d’action collective paraît d’autant plus nécessaire que, dans cette perspective, le gouvernement du PT semble bien consolider la rupture avec l’héritage de la période développementiste. Les choix gouvernementaux révèlent le poids déterminant des idées orthodoxes en ce qui concerne la politique de compétitivité. En considérant le débat économique comme un champ cognitif de construction d’un dispositif de gouvernementalité, la fragilité du modèle de développement relève alors pour une large part de la structure de gouvernance de l’agronégoce. On montre à la suite comment le jeu organisationnel et institutionnel entre État et nouveaux lobbies de l’agronégoce sucrier mobilise au premier chef des ressources idéologico-discursives.

2. La dimension cognitive de la régulation de l’agronégoce sucrier, creuset d’une vision du développement national

  • 14 Elle met en lumière la nécessité de mieux cerner les mécanismes de gouvernement de l'action collect (...)
  • 15 Elle semble actualiser le mythe d'origine adopté par l'Empire brésilien : l'Eldorado, consubstantie (...)

21L’instabilité macroéconomique n’engage pas qu’une réflexion sur la politique économique ad hoc, mais également sur ses racines sociétales. L’étude de cas de l’agronégoce sucrier met au jour la fragilité de la gouvernance sectorielle. Cette fragilité pointe la dimension à la fois politique et intellectuelle de l’incertitude macroéconomique résultant du modèle « libéral-développementiste »14. La question de la cohérence des règles de gouvernance de l’agronégoce qui se sont établies dans les années 1990 va se reposer à nouveaux frais dans les années 2000, au regard de l’évolution de l’environnement international et de la modification du régime de change. Les tensions liées au retour à un solde courant négatif sont aiguisées par le blocage des négociations commerciales multilatérales. L’empreinte des intérêts du capitalisme agraire est une variable décisive de l’insertion internationale et du régime monétaro-financier. Le lien entre gouvernance des acteurs et mode de régulation soulève la question du modèle de développement référent. Des incertitudes persistent, relatives à la place de l’éthanol dans la matrice énergétique nationale, mais aussi en termes idéologiques, quant à la capacité des acteurs de la filière de trouver la parade aux critiques de dumping social et environnemental qui entachent les négociations commerciales. Ces incertitudes institutionnelles peuvent être précisées au travers l’étude du jeu organisationnel et cognitif des acteurs. Dans le sillage d’une conception extensive de la régulation (Boyer, 2015), la dimension cognitive de la régulation locale de l’agronégoce sucrier représente un dispositif central en termes symboliques. C’est dans cette dimension de l’action collective que s’est forgée une vision à vocation hégémonique du développement du Brésil comme pôle mondial d’agro-ressources15. Cette analyse du jeu des acteurs privés et publics implique de caractériser le gouvernement économique de l’action collective de l’agronégoce. L’analyse de la filière sucrière que nous développons à la suite dans cette perspective se justifie moins par son importance économique (voir encadré) que par son poids particulièrement significatif dans le régime des idées et leur expression politique qui réaffirment la vocation agro-exportatrice du Brésil.

Encadré 1 : Données sur la filière sucre-énergie du Brésil

Encadré 1 : Données sur la filière sucre-énergie du Brésil

Sources : Institut Brésilien de Géographie et de Statistique (IBGE), ministère de l’Agriculture (MAPA), Agence Nationale du Pétrole (ANP), Union des Industries de la Canne à sucre (UNICA)

2.1. La recomposition des acteurs collectifs et le gouvernement sectoriel

22La conquête de la liberté d’association dans les années 1980 a produit une reconfiguration de l’action collective. L’implication de l’État dans la transformation de l’acteur capitaliste agraire, dont dépendait l’obtention d’un excédent commercial, a été essentielle dans ce changement sociétal. La transformation organisationnelle de l’agronégoce doit être prise en compte dans l’évolution des formes institutionnelles, ce que soulignent les transformations de la structure de gouvernance de la filière sucrière.

  • 16 Au Brésil, une « bancada » désigne à la Chambre des Députés ou au Sénat Fédéral la représentation d (...)

23L’accélération du processus de démocratisation (1979-1985) a produit un retour de la question agraire qui a divisé plus nettement les organisations représentatives des capitalistes agraires. La violente Union Démocratique Rurale évincée, un front ample de l’agro-pastoralisme brésilien s’est formé au Congrès Constituant en 1986. Il s’est fédèré autour de la notion d’agronégoce. Les nouvelles formes de représentation ont abouti à une relative recentralisation du pouvoir des intérêts agro-industriels. Les germes d’une « bancada ruralista » sont plantés et se consolideront sur la période 1990-201016. Une nouvelle organisation des intérêts agraires se constitue, entre sédimentation et mutation.

  • 17 « Les raisons de cet appui sont fondamentalement liées à l'insertion des dirigeants sucriers au sei (...)
  • 18 Cette région concentre environ 90 % de la production nationale de la filière, contre environ 10 % p (...)

24Dans la filière sucrière, la recomposition des intérêts apparaît comme une manifestation de plus du poids historique que recouvre le monde sucrier dans les transformations du mode de développement brésilien17. Repérer le renouvellement des mécanismes politiques de cette centralité permet de préciser la structure de gouvernance de la filière. Le maintien de privilèges exorbitants a différé l’irruption de conflits entre les organisations patronales. En 1997, la création du Conseil Interministériel du Sucre et de l’Alcool (CIMA) redéfinissait les modalités de gouvernement « sectoriel ». Le soutien aux producteurs d’alcool et au segment de la région Nordeste se poursuivait, mais l’État mettait en scène des difficultés à prolonger son mode d’administration, réactivant des conflits historiques. Les producteurs du Centre-Sud (région comprenant les États de Rio Grande du Sud, Santa Catarina, Paraná, São Paulo, Rio de Janeiro, Espirito Santo, Minas Gerais, Goiás et les deux Mato Grosso) luttaient pour la libéralisation des exportations, s’opposant au système de quotas soutenu par les producteurs du Nordeste (région composée des États d’Alagoas, Bahia, Ceará, Maranhão, Paraíba, Pernambuco, Piauí, Rio Grande du Nord et Sergipe). Un changement institutionnel par sédimentation était à l’œuvre. La modification de la politique de filière se heurtait à sa structure de pouvoir interne : le pouvoir politique devait modifier le leadership sectoriel (Jobert et Muller, 1987). La recomposition de l’acteur collectif sucrier intervient au cours de la libéralisation de la filière (1996-2002). L’UNICA, organisation d’industriels de la filière en faveur de la libéralisation, unifiant système corporatiste semi-public et système associatif privé, prenait le leadership du monde sucrier à São Paulo puis dans le Centre-Sud18. Au cours du premier mandat de Lula (2003-2006), l’architecture institutionnelle et organisationnelle de la filière est stabilisée.

  • 19 Cette question importe dans une représentation « structurale » des modes de régulation : la dimensi (...)

25La relative libéralisation politico-économique achevée, des forums de formulation des politiques agricoles par filières ont été ouverts en 2004. Cela a conduit la littérature à s’interroger sur l’émergence d’un néo-corporatisme dans l’agronégoce et dans la filière sucrière. La quasi-éviction des représentants des travailleurs et la dispersion territoriale des capitalistes agraires suggèrent plutôt l’hypothèse d’un pluralisme restreint19.

  • 20 L'évolution de la représentation de la filière sucrière de São Paulo plaide pour cette lecture. Il (...)
  • 21 Notons que la prise de décision de politique économique (lato sensu) n'est pas imperméable à cette (...)

26Le retour de l’importance du Congrès dans la vie politique avait fait progresser le jeu du lobbying. L’administration Cardoso (1995-2002), en supprimant les chambres sectorielles, révélait son intention de transformer les clientèles en lobbies concurrentiels et de promouvoir ainsi le pluralisme. La création de l’Association Brésilienne d’Agribusiness, la réforme de la Confédération Nationale de l’Agriculture (CNA) et le renforcement de la « bancada ruralista » étaient le signe de cette promotion du pluralisme dans l’agronégoce. La réactivation de structures institutionnelles de concertation sous Lula aurait donc rapproché les formes de représentation politique d’un système néo-corporatiste20. La voie corporatiste traditionnelle reste néanmoins le canal d’accès aux structures de concertation pour les travailleurs formels. La compétition est in fine restreinte. L’organisation de la société civile et la structuration de partis politiques (le PT en premier lieu) au niveau national ne semblent pas remettre en cause la thèse de l’existence d’un pluralisme limité au Brésil (Schmitter, 1971). L’étude de la filière sucrière permet d’en caractériser les modalités actuelles21.

  • 22 Haggard et Kaufman (1992), qui ont popularisé cette idée d'insularité en sciences politiques, en on (...)
  • 23 Selon les responsables de la CNA, l’UNICA dispose de ressources économiques importantes, mais le po (...)
  • 24 Le succès brésilien dans le différend du sucre à l’OMC a également reposé sur l'action des think ta (...)

27La fragmentation de la filière sucrière en deux grandes régions et l’hétérogénéité de sa structure productive posent en termes directement politiques la question de sa gestion. Les formes de représentation de la filière sont régionalement différenciées. Au Nordeste, aucune nouvelle élite sectorielle n’est observable : dans les années 2000, l’expansion a succèdé à la crise des années 1990. Au Centre-Sud, les formes hybrides de représentation ont progressé : l’expansion de la filière dériverait vers un scénario de mutation. La relative réouverture bureaucratique sous Lula - par opposition à la notable « insularité » sous l’administration Cardoso de la prise de décision de politique économique qui l’isole de l’influence des groupes d’intérêt a produit un renforcement du clientélisme fiscal, soutenu par la création de nouvelles associations de planteurs traditionnels du Nordeste22. Le système hybride de représentation politique a favorisé le fonctionnement en réseaux des organisations. Mais le leadership de l’UNICA est contesté. Les conflits entre producteurs des différents États ont seulement été mis en sourdine par le boom des commodities23. En somme, le lobbying a complété le poids du corporatisme clientéliste et a à la fois été contesté par ce dernier. La professionnalisation de lobbies proches des objectifs du gouvernement a facilité leur alliance dans la stratégie qui vise à établir une nouvelle géographie du commerce mondial. Le rôle de l’expertise dans cette stratégie commune est primordial24. En soutenant activement l’idée d’une nouvelle diplomatie économique, l’UNICA a maintenu son statut d’organisation leader de la filière, voire de l’agronégoce.

28L’analyse de forme du gouvernement de l’action collective permet de préciser l’importance de la filière quant à son mode de fonctionnement dans la sphère politique. La subordination des relations de travail et l’opacité des privilèges que garantit le régime monétaro-financier doivent être mises en rapport avec des formes de relations État-société encore marquées par l’héritage colonial. Les réformes néolibérales ont peu entamé le caractère restreint du pluralisme. L’importance de la dimension territoriale de ces relations État-société et particulièrement la dépendance entre producteurs ruraux et administration pose la question du retour d’un corporatisme privé. Le modèle de corporatisme privé prévalait jusqu’aux années 1930 (Leopoldi, 2000). Il advient du fait que l’État n’intervient pas dans le processus d’organisation des acteurs économiques. La possibilité d’un tel modèle émerge dans un contexte où l’État n’est pas dans un processus d’expansion rapide, et dans lequel les relations entre acteurs économiques et État se font par le biais de leaders qui parviennent à obtenir des mandats au Congrès, organe qui formule la politique du tarif. Ainsi les deux derniers ministres de l’Agriculture sont des entrepreneurs ruraux ayant exercé la fonction de Sénateur Fédéral d’États de la frontière agricole. Le siège de ministre du Développement, de l’Industrie et du Commerce a été occupé de 2011 à 2016 par un industriel de la filière sucre d’un territoire de colonisation ancienne.

29Les privilèges des agro-exportateurs donnent lieu à un régime de croissance difficilement soutenable sans reformulation du mode de régulation. C’est là une configuration spécifique des rapports de force qui se jouent dans l’articulation méso-macro. Les reformuler suppose au premier chef la conception de modèles de développement alternatifs. Or en matière de production de référentiels, les intérêts agraires et sucriers ont été actifs dans la décennie 2000-2010. Peu d’espace a été laissé aux discours qui préconisent des coalitions socio-politiques alternatives.

2.2. Nouveau référentiel de politique et gouvernementalité au prisme du régime discursif des acteurs collectifs

  • 25 Il transforme en cela celui qu'avait instauré à partir de 1975 le Programme National de l'Alcool (P (...)

30L’évolution du modèle de développement du Brésil met en question la dimension idéologico-discursive de l’économie politique de l’agronégoce. En effet, les théories à la base d’un discours sur le développement participent au changement institutionnel. Au paradigme de l’ajustement structurel compétitif s’ajoute, dans les années 1990, celui du développement durable, lequel acquiert une importance croissante dans les représentations de l’insertion des activités agraires dans la société. La filière sucrière est un cas d’école de l’agro-export, par la représentation qu’elle construit sur la durabilité de ses systèmes agro-industriels et de ses effets sur le développement. Le nouveau référentiel s’oriente vers les perspectives d’exportation25.

  • 26 L'opposition entre agriculture capitaliste et agriculture familiale met en lumière la concurrence e (...)

31La reformulation des discours « ruralistes » est liée aux réaménagements des positions de pouvoir dans le système économique. L’ouverture internationale a renforcé l’intégration cognitive des revendications sociales et écologiques. Selon une littérature sociologique sur la construction politique du mot « agronégoce », le patronat agraire présente un modèle unifié qui fonde son pouvoir symbolique. Il produit simultanément une représentation dualiste du monde rural laquelle dévalorise la production pour le marché interne, indice d’adhésion à une coalition socio-politique « globaliste ». La synonymie entre modernité et vocation agricole du pays contribue à former un pacte politique conservateur, dit libéral-dépendant. Ce pacte est appuyé, dans le champ de la macroéconomie, sur l’orthodoxie conventionnelle, entendue comme l’ensemble des diagnostics et des politiques conçues pour les pays en développement qui trouvent leur origine à Washington et à New York (Bresser Pereira, 2007). Ce type de référentiel est ratifié par les publications du ministère de l’Agriculture : la situation agricole mondiale et la disponibilité de sols du pays sont facteurs de compétitivité. L’idée-force du rapport global-sectoriel consiste à assimiler que tout facteur favorable au capitalisme rural est également bénéfique pour le pays : la formation de capital dans ce secteur suffirait au développement économique. Les risques pour la croissance à long terme que signifie cette représentation sont importants par leur effet cognitif. Le succès de l’agronégoce est un mythe en termes de niveau de productivité. L’image binaire du rural limite un débat compréhensif qui équilibre les nécessités d’exporter et de dynamiser les marchés ruraux26. L’héritage latifundiaire construit des systèmes de connaissance valorisant la « grande » agriculture. L’alliance historique entre capital financier et propriété foncière n’est pas remise en cause par un discours portant un projet national de développement industriel-salarial. La filière sucrière, en revanche, se représente en promotrice du développement national et global durable.

  • 27 Rappelons qu'un référentiel de politiques publiques est une totalité cognitive structurée. Il doit (...)
  • 28 Pour plus de détails, se reporter à notre thèse de doctorat (Fruleux, 2015), en particulier le chap (...)

32La sociologie économique souligne une substitution du terme « alcool » par celui d’« éthanol » (Mundo Neto, 2010). Indice d’internationalisation de l’espace social sucrier, cette substitution l’est aussi de la formation d’un nouveau référentiel pour la filière27. Référentiel et terminologie ne sont cependant pas stabilisés. Ils font l’objet de conflits d’intérêts et de disputes intellectuelles. Ces tensions affleurent lorsqu’est mise au jour la dépendance cognitive du système politique à l’expertise produite par la filière. Un référentiel s’installe à l’articulation d’un domaine de la production symbolique et d’une coalition des intérêts dominants du moment. L’analyse des productions discursives de l’UNICA révèle, en les confrontant avec les discours des décideurs politico-administratifs, une collaboration étroite entre ces acteurs28. L’expertise publique sur la filière est limitée : le ministère de l’Agriculture et le pouvoir législatif dépendent largement de celle élaborée par l’UNICA. La dépendance cognitive acquiert une tournure plus théâtrale dans la voix de la tête de l’Exécutif.

33L’expertise de l’UNICA révèle la double dimension du référentiel : normative, il faut produire de l’énergie et se placer davantage sur les marchés externes ; cognitive, représenter la filière en intégrant le paradigme du développement durable. Schématiquement, la compétitivité relève des gains de productivité : les investissements produisent une croissance soutenable. Ainsi la filière construit des mythes : elle produit des externalités positives sur l’emploi et l’environnement au niveau global. La politisation du débat, forte, est niée sous la couverture du paradigme de la gouvernance. Le nouveau modèle de gouvernance de la filière serait essentiellement autogéré : les bonnes pratiques seraient le fait de l’absence d’interférence du politique. La construction d’une image moderne de la filière vise, après avoir contesté les pratiques déloyales sur le marché du sucre, à faire valoir sa position sur celui de l’éthanol. Cette géopolitique a participé à mettre en scène un gouvernement de la filière sans gouvernement. Il apparaît que l’idée de développement durable a supplanté celle de développement national. Le paradigme de la gouvernance progresse également dans le discours des décideurs de l’administration fédérale.

  • 29 Dans les faits, ce processus est extrêmement lent, comme le confirme des études récentes de la BNDE (...)
  • 30 La CONAB intervient dans la filière sucrière depuis le milieu de la première décennie de 2000 avec (...)

34Au ministère de l’Agriculture, les documents de vulgarisation de l’UNICA sont relayés par les responsables de la politique de filière. Le rôle énoncé de l’administration est d’animer le réseau d’acteurs. L’environnement est présenté comme radieux avec les perspectives ouvertes de remontée de filière vers la chimie verte29. Si le taux de change gêne les exportations, il ne pose aucun problème de désindustrialisation. À la « Companhia Nacional de Abastecimento » (CONAB) en revanche, le problème de la clarté de la politique de l’éthanol est soulevé30. Une nouvelle vision réorganisatrice de la filière est nécessaire car dans les faits il manque d’alcool pour le marché interne en 2010.

  • 31 Dont la force symbolique est certaine dans un gouvernement de l'action collective et donc dans l'in (...)
  • 32 État du Nordeste, le moins étendu de la fédération, mais aussi le plus sucrier et celui doté des in (...)
  • 33 Tocantins, dans la région Nord, à la convergence des deux fronts pionniers agricoles sud et est, si (...)

35L’étude de la publicité du système politique permet de révéler la doctrine de politique sectorielle. La proximité des agendas législatifs et de la doctrine de politique de la filière avec l’évolution des discours des Présidents de la République successifs, tant ceux de Lula que de Dilma Rousseff31, confirme le mode clientéliste des échanges entre pouvoir exécutif et législatif. La commission des biocarburants du Sénat Fédéral, dirigée par un élu d’Alagoas32, tient des positions proches de celles de l’UNICA et mobilise son instrumentation idéologico-discursive. Le « policy network » est donc capable d’une division socio-régionale du travail politique. Les discours parlementaires révèlent que la bonanza agro-exportatrice renforce le poids politique des ministères et des commissions parlementaires de l’Agriculture et des Mines-Énergie. C’est là un nouvel indice d’une modification de la structure de pouvoir au sein de l’État. La « bancada » du PT doit composer avec la « ruraliste » dans le débat politique sur l’expansion sucrière, peu publicisé. La dualité des représentations soutient la schizophrénie au sein du PT, et cela d’autant plus que dans le régime politique, souvent qualifié de « présidentialisme de coalition » (Santos, 2003), le pouvoir exécutif est contraint d’intégrer les revendications des oligarchies agraires. Ainsi la pragmatique du pouvoir a conduit Lula à promouvoir en 2007 les industriels sucriers (usineiros) en « héros nationaux », alors qu’il les qualifiait en 1998 de « bandits de l’agronégoce ». Le changement de discours signale l’évolution politico-intellectuelle du PT. Au point que Mme Rousseff, à la tête de la République depuis 2011, a nommé au poste de Ministre de l’Agriculture la Présidente de la CNA et Sénatrice Fédérale du denier né des États de la Fédération33. Rousseff souligne que la filière sucrière est capable de dialogue. Pour comprendre la publicisation de cette nouveauté implicite, il convient de considérer la dépendance réciproque entre « usineiros » et gouvernement fédéral : les accusations internationales de dumping social de la filière ont requis de mettre en scène des échanges tripartites de dialogue social. Ces forums sont tolérés par le patronat dès lors que les travailleurs disposent de peu de voix, dans un corporatisme en voie de privatisation. Les pratiques historiques de la filière limitent l’établissement d’un discours crédible et d’une politique fiable du sucre et de l’agro-énergie. En revanche, son patronat a réussi à s’adapter cognitivement et à récupérer symboliquement le paradigme du développement durable.

  • 34 Il convient de noter que c'est à la suite du Traité d’Asunción de 1991, dans le cadre des négociati (...)
  • 35 Il faut observer, par ailleurs, que la politique économique menée depuis 1995 se fonde sur le parad (...)

36La dimension cognitive de la régulation locale se repère dans l’élaboration par les lobbies et les think tanks d’une image de la filière sucre-énergie conciliant compétitivité et développement durable. Moins publicisée, la production de biodiesel de la filière soja a suivi une trajectoire similaire. Elle a en outre bénéficié de l’image positive des agrocarburants construite par la filière sucrière. L’hypothèse vaut donc plus largement pour l’ensemble de l’agronégoce. Cette dimension de la régulation façonne un nouveau rapport entre référentiels global et sectoriel. L’expertise « ruraliste » présente l’avenir du Brésil comme celui d’un fournisseur compétitif de produits agricoles à haute teneur énergétique, soutenant une croissance économique saine. Ce dispositif oriente le renforcement de la forme d’insertion internationale, au travers d’une nouvelle diplomatie économique centrée sur les marchés de commodities. Les négociations commerciales multilatérales priment désormais sur le projet de développement d’un marché continental comme levier des gains de compétitivité industrielle, ce que fut au départ le projet du MERCOSUR (Bruno et al., 2011)34. Cette représentation du développement faisant de l’exploitation des ressources naturelles le principal vecteur de la compétitivité de l’économie a pour corollaire implicite la vision d’une production industrielle nationale considérée comme un coût. Les décideurs publics sont perméables à ces représentations. Cela soulève la question de leur absence d’autonomie vis-à-vis des visions du développement produites par les nouveaux think tanks des secteurs agraires et financiers. Le cas sucrier révèle clairement leur pouvoir de conviction en ce qui concerne la régulation sectorielle35.

37Ce constat plaide pour une nouvelle lecture des rapports de force politiques dans l’articulation macro-méso, à l’aune des dispositifs de gouvernementalité. La vision du développement national produite dans le jeu des acteurs de la filière a en effet une résonance nationale. La géopolitique agro-énergétique et la promesse d’une transition vers l’usage de ressources renouvelables complètent le paradigme de la compétitivité. La dominance de cette conception a été favorisée par l’émergence de nouvelles formes politiques de concurrence-coopération. L’expertise au service de l’agronégoce se manifeste dans une réorganisation de l’arène de décision qui en étend le champ de compétence au-delà du secteur proprement dit. En témoigne au premier chef le poids de la représentation parlementaire inter-partis de l’agronégoce. Le mode de développement qui s’est constitué a fait dépendre la croissance du solde commercial que permet l’agronégoce en imposant la croyance en la capacité du secteur primaire de couvrir le déficit des échanges industriels. La mise au jour de l’action collective à la base d’une telle croyance montre en outre que le pouvoir d’influence cognitif et politique de l’agronégoce constitue un lock-in institutionnel. Ce résultat que livre l’analyse du gouvernement économique conduit à réviser l’analyse régulationniste de la dépendance au sentier du changement institutionnel.

3. Dépendance au sentier du changement institutionnel et innovation politique : le lock-in de la constitution d’une coalition néo-développementiste par l’agronégoce

38La compréhension de la fragilité du modèle de développement du Brésil est éclairée du point de vue d’un gouvernement de l’action collective marqué par le poids politique et cognitif de l’agronégoce sucrier. Cette approche permet, à un niveau théorique, d’enrichir la méthode d’analyse régulationniste du rapport méso/macro en l’articulant avec une représentation topologique de la régulation.

3.1. Une conception extensive de la régulation sectorielle et territoriale

39La Théorie de la Régulation permet de saisir les limites d’un mode de développement national dans son articulation à un gouvernement économique sectoriel territorialisé. Ce niveau méso d’analyse est nécessaire au passage à un niveau macro, plus abstrait, du régime assurant la fermeture circulaire d’un système de formes structurelles (Théret, 1998). C’est le niveau de la mise en ordre des formes de niveau intermédiaire et du régime historique de leur reproduction d’ensemble. Il permet de saisir les modalités de l’intégration systémique d’ordres de pratique spécifiquement finalisés (économique, politique et symbolique). Pour autant, la compréhension de cette articulation implique une analyse au niveau encore supérieur, celui sociétal du mode de régulation, articulant divers régimes d’ordre et permettant de saisir le type d’équilibration des tensions entre ces divers régimes. Cette problématique éclaire la question des tensions à l’œuvre dans la hiérarchie institutionnelle. L’analyse du gouvernement économique de l’action collective menée au niveau méso met en évidence la nécessité de considérer la dimension idéologico-discursive du gouvernement dans une perspective cognitive des politiques publiques : les croyances et les référentiels cognitifs informent la constitution de la hiérarchie des formes institutionnelles par leur (in)capacité à fonder une symbolique intégratrice traversant les diverses médiations (Boyer, 2015). La croyance dans un Brésil « ferme du monde », croyance adossée au dogme de la concurrence avec sa déduction des avantages compétitifs issue de l’orthodoxie conventionnelle, a orienté les anticipations et les projets stratégiques des acteurs. Cela a contribué à façonner les formes institutionnelles via des interactions entre les différents ordres de pratiques sociales. Ces interactions se déclinent en termes sectoriels et territoriaux, au niveau des règles de base et des organisations élémentaires des acteurs. Schématiquement, la filière sucrière illustre le dysfonctionnement du financement de l’économie, qu’il faut rapporter à la forme de l’État, et à son régime gouvernemental. Il en est de même en ce qui concerne la forme prise par le rapport salarial qui se perpétue dans le monde rural. Ces observations conduisent à discuter l’analyse des médiations institutionnelles de la régulation sociale au Brésil qu’ont proposée Marques Pereira et Théret (2001 et 2004).

3.2. Héritage institutionnel et innovation politique : enseignements de la filière sucrière

  • 36 La dialectique de la libéralisation économique et de la démocratisation politique s'est imposée sel (...)

40Le constat d’une évolution du régime de représentation des intérêts qui relève probablement d’un pluralisme restreint doit être analysé quant à ses implications sur la trajectoire du mode de développement. L’étude de l’agronégoce sucrier conduit à penser que l’ajustement interne et la libéralisation au Brésil depuis les années 1990 se sont réalisés au détriment du processus de démocratisation et d’ajustement externe, alors que Marques Pereira et Théret (2004) montraient que la dépendance de sentier de la trajectoire de développement du Brésil expliquait la priorité donnée à l’ajustement externe en réponse à la crise de la dette dans les années 198036. La capacité structurelle d’adaptation de l’ordre politique (impliquant alors la démocratisation) devait s’avérer complémentaire à la résilience de l’ordre économique poussant à préserver le potentiel de développement lié au marché interne. Or cette complémentarité est remise en cause par la profonde révision du rôle économique de l’État. Ces transitions de régime s’inscrivent dans un schéma simplifié, tridimensionnel, de la configuration institutionnelle de la régulation (Marques Pereira et Théret, 2001).

Schéma 1 : Trajectoire de la régulation sociale au Brésil

Schéma 1 : Trajectoire de la régulation sociale au Brésil

Source : schéma élaboré d’après Marques Pereira et Théret (2001)

  • 37 Le structuralisme est conçu comme le degré zéro de monétarisme : l’émission monétaire est soumise a (...)
  • 38 Cette dimension de l'espace analytique de la régulation porte sur le registre des pratiques politic (...)
  • 39 Ainsi Marques Pereira et Théret (2001) notent-ils que ces trajectoires institutionnelles déductives (...)

41Sur l’axe économique des degrés de monétarisme, la libéralisation des marchés aurait dû produire un déplacement des politiques structuralistes du Brésil vers un keynésianisme structurel37. Sur l’axe politique des degrés de corporatisme, le déplacement devait s’opérer du clientélisme vers le pluralisme de lobbies concurrentiels, lequel impliquait une bureaucratisation wébérienne de l’administration et la décentralisation favorisant le lobbying régional38. La rationalisation de l’État agirait également sur l’axe symbolique, en tant que condition d’amélioration de la compétitivité du pays. Sur ce même axe des degrés de nationalisme, l’intégration à un marché commun devait substituer le nationalisme économique de l’ISI. Les échecs et l’illégitimité des expérimentations néolibérales au Brésil auraient montré que les réquisits combinés de la cohérence d’ensemble des changements institutionnels et de la dépendance de sentier constitueraient des forces de rappel portées par l’action collective39. Les innovations politiques nécessitent des acteurs dont les stratégies s’inscrivent dans le cadre des cohérences institutionnelles héritées.

42Au niveau de la politique industrielle, l’affaiblissement du contrôle économique du capital par l’État dans la filière sucrière reflète la difficulté à revenir d’un keynésianisme libéral au niveau macro, c’est-à-dire d’une gestion publique destinée à régulariser le cycle des affaires en dehors de toute politique de structure. L’intégration privée du capital industriel et financier, via le changement de statut juridique des entreprises sucrières, produit une restructuration du capital réductrice de la fragmentation des intérêts capitalistes. Cette évolution s’exprime territorialement par une division du travail politique des élites sucrières. Ces dernières se renouvellent à la marge au Nordeste. Cela reproduit un statu quo quant au poids politique national des élites régionales. L’atomisation des intérêts sociaux qu’organise le système politique est réduite dès lors que le nouveau lobbying se conjugue sans difficulté avec une intégration à l’État – via les réseaux de clientèles locales et le système corporatiste. Le corporatisme hybride atténue le nationalisme économique, au point que la poursuite de l’ouverture économique unilatérale est toujours d’actualité (Cruz, 2016). Ces éléments témoignent que la perte de cohérence de la structure productive s’est poursuivie sous l’effet d’un libéralisme à peine teinté de développementisme.

43Le fait que le paradigme de la politique économique reste libéral sous les gouvernements du Parti des Travailleurs, malgré une relance de la demande domestique, doit être mis en rapport avec une transition très partielle du clientélisme au pluralisme. C’est là un enseignement important de l’étude du gouvernement de l’agronégoce sucrier. D’un point de vue de sociologie politique, l’administration a cherché à mettre en place un néo corporatisme, mais la résistance des élites a fait déboucher cette tentative sur un corporatisme hybride. Il y a lieu de s’interroger, dans cette perspective de pluralisme restreint, sur l’échec du Mercosur tel qu’il fut conçu dans les années 1980 comme redéploiement à l’échelle continentale du projet d’achèvement de l’ISI (Marques Pereira, 1999). En effet, la combinaison des dimensions politique et symbolique de la régulation sociale constitue sans doute une condition essentielle d’un renversement de la perte de cohérence de la structure productive du pays et du marché commun que provoque le syndrome hollandais.

44Ces résultats pointent un renouvellement de la force des planteurs latifundistes et du capitalisme agraire. Leur distance à l’égard d’une possible coalition développementiste est révélée par leur indifférence significative à l’égard de la politique de valorisation de la monnaie nationale dans les années 2000, mais aussi par leur éloignement des valeurs de développement économique et de progrès social à long terme. La libéralisation a réactivé l’héritage de la plantation comme moyen de la stabilisation dans les années 1990, et de la croissance dans les années 2000, à un niveau supérieur à ceux connus depuis la crise du mode de développement antérieur. La soutenabilité de ce régime de croissance peut être interrogée, dès lors que la flexibilité du système politique brésilien est restreinte par la force renouvelée du capitalisme agraire-rentier-territorial.

Conclusion

45Le poids croissant de l’agronégoce latifundiaire ne permet pas de résoudre le problème de l’équilibre externe et participe au caractère insoutenable de l’inflexion distributive du régime de croissance du Brésil. Finalement, une politique alternative à l’orthodoxie échoue car elle n’a pas su mettre en œuvre des dispositifs de gouvernementalité. La coalition développementiste potentielle demeure peu visible, voire inexistante. La dévaluation n’est pas inscrite à l’ordre du jour politique. Il s’agit bien là d’une économie politique qui transcende la question du taux de change. L’étude des dimensions politique et cognitive du gouvernement de l’action collective de l’agronégoce éclaire la fragilité du modèle de développement brésilien actuel. La représentation topologique fournit un cadre conceptuel qui permet d’interpréter à l’échelle de la régulation d’ensemble les observations empiriques éclairant la dynamique du changement institutionnel sectoriel en termes de gouvernance et de gouvernementalité. Une gouvernance combinant syndicalisme officiel et associations de droit privé, héritée du système politique, conduit à un corporatisme privatisé. Couplé à l’action publique décisive - le gouvernement de l’action collective de la filière, appuyé idéologiquement sur les universités et les experts qui produisent la vision du développement durable, le modèle de développement devient donc réellement primaire exportateur, ce dont témoigne l’absence de politique industrielle. Ce qui s’est précisément joué sans doute lorsque le déni de désindustrialisation dominait le débat, alors que le déficit limité des transactions courantes permettait encore une gestion de type « paz e amor » étayant une coalition de gouvernement large. L’incertitude quant à la compétitivité de l’agronégoce depuis 2013 induit une incertitude totale sur l’équilibre externe, restauré depuis lors par une croissance négative. Cette conjoncture conduit à une implosion de la coalition de gouvernement et appelle une réévaluation du gouvernement de l’action collective de l’agronégoce.

Haut de page

Bibliographie

Bizberg I. et Théret B. (2012), « La diversité des capitalismes latino-américains : les cas de l’Argentine, du Brésil et du Mexique », Revue de la régulation [En ligne], 11 | 1er semestre / Spring 2012. URL : http://regulation.revues.org/9658

Boyer R. (2011), « Post-keynésiens et régulationnistes : Une alternative à la crise de l’économie standard ? », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011. URL : http://regulation.revues.org/9377

Boyer R. (2015), Économie politique des capitalismes, Paris, La Découverte.

Bresser Pereira L. C. (2007), Macroeconomia da estagnação. Crítica da ortodoxia convencional no Brasil pós-1994, São Paulo, Editora 34.

Bresser Pereira L.C. (2009), « A tendência à sobreapreciação da taxa de câmbio no Brasil », in Crise Global e o Brasil, Rio de Janeiro, Editora FGV, p. 127-151.

Bresser Pereira L.C. (2015), “Reflecting on new developmentalism and classical developmentalism”, Working Paper 395, São Paulo, FGV School of Economics.

Bruno M. (2008), « Régulation et Croissance Économique au Brésil après la libéralisation : un régime d’accumulation bloqué par la finance », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre/Autumn 2008. URL : http://regulation.revues.org/4103

Bruno M. et al. (2011), « Les défis de l’influence de la Chine sur le développement du Brésil : Avantages comparatifs et conflit distributif », Revue Tiers Monde, no 208, Paris, Armand Colin.

Cruz V. (2016), “Para que alguns vivam, outros tem que morrer, diz Kátia Abreu sobre protecionismo”, Folha de São Paulo, 25 janvier.

Diniz E. et Bresser Pereira L.C., (2013), “Os empresários industriais brasileiros depois do fim da hegemonia neoliberal”, Texto para discussão, no 321, EESP, FGV.

Foucault M. (1976), Histoire de la sexualité, t. I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

Foucault M. (1994), Dits et écrits, t. III. 1976-1979, Paris, Gallimard.

Fruleux M. (2015), La dimension sectorielle du blocage d’une redéfinition du mode de régulation et les perspectives de développement au Brésil. Une étude de cas de la filière sucre-énergie, Thèse de doctorat, Amiens/Recife, UPJV/UFPE.

Garcia Jr. A. (1993), « Reconversion des élites agraires. Du pouvoir local au pouvoir national », Études Rurales, 131-132, p. 89-106.

Gonçalves R. (2011), “Nacional-desenvolvimentismo as avessas”, Anais do I circuito de debates acadêmicos, IPEA.

Haggard S. et Kaufman R. (1992), The Politics of Adjustment. International Constraints, Distributive Conflicts and the State, Princeton, Princeton University Press.

Jobert B. et Muller P. (1987), L’État en action. Politiques publiques et corporatismes, Paris, PUF.

Jullien B. et Smith A. (2012), « Le gouvernement d’une industrie. Vers une économie politique renouvelée », Gouvernement et action publique, 2012/1 (no 1).

Leopoldi M.A. (2000), Política e interesses na industrialização brasileira. As associações industriais, a politica econômica e o Estado, São Paulo, Paz e Terra.

Lessa C. (2008), “Nação e nacionalismo a partir da experiência brasileira”, Estudos Avançados 22 (62), p. 237-256.

Lordon F. (1999), « Vers une théorie régulationniste de la politique. Croyances économiques et pouvoir symbolique », L’Année de la régulation, vol. 3, p. 169-207.

Marconi N. et Rocha M. (2011), « Desindustrialização precoce e sobrevalorização da taxa de câmbio », Texto para Discussão, no 1681, Rio de Janeiro, IPEA.

Marques Pereira J. (1999), « Souveraineté monétaire, légitimité politique et société salariale : l’enjeu du Mercosur à la lumière de la construction européenne », Cahiers des Amériques Latines, no 30, p. 127-147.

Marques Pereira J. (2012), « La monnaie, la politique et la possibilité d’un mode de développement à nouveau fondé sur le marché intérieur au Brésil et en Argentine », Revue de la régulation [En ligne], 11 | 1er semestre / Spring 2012. URL : http://regulation.revues.org/9622

Marques Pereira J. et Théret, B. (2001), « Régimes politiques, médiations sociales de la régulation et dynamiques macroéconomiques : Quelques enseignements pour la théorie du développement d’une comparaison des caractères nationaux distinctifs du Brésil et du Mexique à l’époque des régimes d’industrialisation par substitution des importations », L’Année de la régulation, 5, 2001-2002, Paris, Presses de Sciences Po., p. 105-143.

Marques Pereira J. et Théret B. (2004), « Régimes politiques, médiations sociales et trajectoires économiques. A propos de la bifurcation des économies brésilienne et mexicaine depuis les années 1970 », in Brésil, Mexique. Deux trajectoires dans la mondialisation, Lautier B. et Marques Pereira J. (dir.), Paris, Karthala, p. 25-83.

Mundo Neto M. (2010), “Atores na construção do mercado de etanol : as organizações de representação de interesses como foco da análise”, Revista Pós Ciências Sociais, vol. 7, n. 13.

Navarro Z. (2010), “A agricultura familiar no Brasil: política e transformações da vida econômica”, in A Agricultura Brasileira. Desempenho, desafios e perspectivas, Gasques J. G. et al., Brasília, IPEA.

Nieddu M. et Gaignette A. (2000), « L’agriculture française entre logiques sectorielles et territoriales (1960-1985) », Cahiers d’Économie et de Sociologie Rurales, vol. 54, p. 47-87.

Oreiro J.L. et Feijó C.A. (2010), “Desindustrialização: conceituação, causas, efeitos e o caso brasileiro”, Revista de Economia Política, vol. 30, no 2 (118), p. 219-232.

Palma J.G. (2005), “Quatro fontes de ‘desindustrialização’ e um novo conceito de ‘doença holandesa’ , Trabalho apresentado à Conferência de Industrialização, Desindustrialização e Desenvolvimento, FIESP/IEDI, 46 p.

Palma J.G. (2006), « Stratégies actives et stratégies passives d’exportation en Amérique Latine et en Asie Orientale. La croissance liée à la composition particulière des produits et à la spécificité des institutions », Revue Tiers Monde, no 186, Paris, Armand Colin, p. 249-280.

Palma J.G. (2013), “Was Brazil’s recent growth acceleration the world’s most overrated boom?” Cambridge Working Papers in Economics, CWPE 1248.

Saboia J. et Kubrusly L. (2008), “Diferenças regionais e setoriais na indústria brasileira”, Economia Aplicada, vol. 12, n. 1, São Paulo, p. 125-149.

Sallum Jr. B. (2010), « Ébauche d’un nouveau type d’État au Brésil : les présidences de Cardoso et de Lula », Alternatives Sud, vol. 17, p. 55-76.

Santos F. (2003), O Poder Legislativo no Presidencialismo de Coalizão, Belo Horizonte, UFMG/IUPERJ.

Schmitter P. (1971), Interest Conflict and Political Change in Brazil, Stanford, Stanford University Press.

Singer A. (2012), Os sentidos do lulismo. Reforma gradual e pacto conservador, São Paulo, Companhia das Letras.

Szmrecsanyi T. et Ramos P. (2006), « La sucrerie de canne dans la politique économique du Brésil au XXe siècle », Économies et Sociétés, AF, no 34 (2), p. 279-321.

Théret B. (1992a), Régimes économiques de l’ordre politique. Esquisse d’une théorie régulationniste des limites de l’état, Paris, PUF.

Théret B. (1992b), « Esquisse d’une conception topologique et régulationniste de l’interdépendance entre le rapport salarial et l’État-Providence », Cahiers du GRETSE, no 11, Université de Montréal/UQAM.

Théret B. (1998), « La régulation politique : le point de vue d’un économiste », in Les métamorphoses de la régulation politique, Commaille J. et Jobert B. (dir.), Paris, LGDJ, p. 83-118.

118.métamorphoses de la régulation politique, Commaille J. et Jobert B., Paris, LGDJ, -118.

Haut de page

Notes

1 La notion brésilienne d' « agronegócio », issue du terme états-unien « agribusiness », se substitue dans les années 1990 à celle, plurielle, de « complexes agro-industriels ». Elle inclut les secteurs en amont et en aval des agro-industries et se structure à partir de la notion de filières qu'elle unifie en termes symboliques et organisationnels.

2 Le syndrome hollandais ou malédiction des matières premières est un phénomène économique liant l'exploitation de ressources naturelles, ou une politique économique orientée vers l'obtention d'excédents commerciaux non-industriels (Palma, 2013), et le déclin de l'industrie manufacturière locale. Le terme apparaît dans les années 1960, en référence à la situation des Pays-Bas en conséquence de la découverte de champs de gaz et de pétrole en Mer du Nord.

3 Le gouvernement économique est un nouveau concept qui prolonge celui de gouvernementalité proposé par Michel Foucault. Il est ici utilisé dans sa définition stipulée dans le projet de recherche collectif du Centre de Recherche sur l'Industrie, les Institutions et les Systèmes économiques d'Amiens (CRIISEA). Cette conception de l'action gouvernementale sur l'économie est très proche de celle développée par Jobert et Muller (1987) d'une production politique de l'acteur. Marques Pereira (2012) considère qu’un gouvernement économique de l’action collective suppose une orientation gouvernementale de la formation sociale des anticipations des divers types de revenus (salaires, profits et rentes) par un modèle de développement.

4 Il convient ici de préciser que la polysémie de la notion de secteur renvoie à une réalité polymorphe. Notre étude révèle qu'un secteur économique, dominé par une logique d'exportation, donne lieu à une classe, qu'il faut définir au-delà de sa base économique, par sa capacité à se constituer en acteur collectif pour imposer à l'ensemble de la société sa vision du développement.

5 Les règles locales de gouvernance, en tant que dispositifs destinés à canaliser le comportement des acteurs (collectifs), constituent, avec les usages, un mode de régulation, via des structures de gouvernance. Cette option méthodologique centrée sur la dynamique d'action collective vise à « retrouver à travers la façon dont se nouent les formes institutionnelles locales, des projets stratégiques de développement et les groupes sociaux dans lesquels ils sont ʻ enchâssés ʼ alors qu'ils n'ont pas produit de régime d'accumulation stable » (Nieddu et Gaignette, 2000).

6 Cette vision, relayée par la presse financière internationale, mettait à nouveau en lumière un apport constant de la sociologie politique historique brésilienne : le monde sucrier marque le développement du Brésil depuis la colonisation européenne. Le caractère prédateur du monde sucrier en matière environnementale est une constante historique. L'héritage esclavagiste marque la dimension sociale de la plantation de canne à sucre. Économiquement, l'entreprise sucrière n'est traditionnellement pas créatrice de marché interne. De surcroît, la région Nordeste, berceau historique de la plantation sucrière brésilienne, est au cœur de la construction de l’État-nation (Garcia Jr., 1993). De ce point de vue, la fabrique des compromis institutionnalisés peut être replacée au niveau d’une filière et d’un territoire, la production sucrière étant segmentée schématiquement en deux territoires : le Nordeste et São Paulo.

7 Autrement dit, de préciser comment un acteur politiquement constitué, l'agronégoce exportateur, intervient dans les domaines de négociation de l'action publique en faveur d'un secteur productif (agro-industrie), essentiel à la reproduction d'une classe, l'oligarchie foncière, laquelle emporte un secteur de la société, le bloc agro-industriel.

8 Le régime de change fixe avec bandes de fluctuations, éventuellement ajustables, dit crawling peg est abandonné au profit d'un régime flottant. La dévaluation du real est immédiate. La monnaie connaît une nouvelle dévalorisation en 2002, liée à la crainte de la fuite des capitaux lors de l'élection de Lula. Cette conjoncture favorise la compétitivité internationale de la production industrielle brésilienne. Mais la dépréciation est vite résorbée du fait du boom mondial des commodities.

9 Selon Gonçalves (2011), le national-développementisme est un projet de développement économique qui repose sur le trinôme industrialisation substitutive d'importations, interventionnisme étatique et nationalisme économique.

10 On note que la faillite de plusieurs de ces banques publiques des États du Nordeste dans les années 1990 est le fait de l'impossibilité de recouvrir les dettes de la filière sucrière.

11 Une part du patronat agro-industriel, notamment au sein de la filière sucre-énergie, a participé activement de cette résistance aux niveaux sectoriel et territorial, atténuant la restructuration productive et spatiale de la filière. Des noyaux extrêmement restreints d'expertise publique ont été réactivés au cours des années 2000, notamment à la Companhia Nacional de Abastecimento (CONAB, Entreprise publique d'approvisionnement) en charge de la régulation des marchés agricoles.

12 C'est notamment le cas de Singer (2012) qui note que la durabilité du modèle « luliste » dépend, d'un point de vue économique, de la poursuite du boom des commodities. D'un point de vue politique, la question essentielle qui reste en suspens est celle de la capacité d'alliance entre prolétariat et sous-prolétariat, dans la mesure où l'auteur montre que le conflit entre coalition productiviste et coalition rentière joue également un rôle important dans ces possibilités d'alliance, le sous-prolétariat étant davantage porté au soutien de la coalition rentière, tout comme l'est d'ailleurs la classe moyenne. Bresser Pereira aborde la question des coalitions politiques sous l'angle des pactes politiques et de leur lien avec la théorie économique (Bresser Pereira, 2007). Depuis 1990, ce pacte serait libéral-dépendant, fondé sur l'orthodoxie conventionnelle. Ce pacte ne permettrait pas de fonder un véritable accord national. L'auteur s'interroge sur la possibilité que s'établisse un nouvel accord national sur la base d'une coalition alternative, et juge la place des intérêts agro-industriels comme indéfinie.

13 Le rôle des intérêts agro-industriels dans la préservation de ce régime monétaro-financier est important. Si l'impératif de rigueur a pu être adouci au cours du deuxième mandat de Lula, les pratiques des acteurs du secteur des agro-industries exportatrices, dans leurs interactions avec celles des décideurs publics, indiquent qu'une contre-réforme fiscale permanente est à l'œuvre, renforçant le caractère régressif de la fiscalité. En outre, les financements du Trésor aux secteurs agro-industriels creusent la dette publique.

14 Elle met en lumière la nécessité de mieux cerner les mécanismes de gouvernement de l'action collective qui caractérisent la fragilité ou la possibilité de consolider les alliances de classe et les coalitions socio-politiques au-delà du cycle économique. Un tel agenda de recherche implique donc une étude précise de ces mécanismes au-delà de la filière envisagée. Au niveau macro-social, Sallum Jr. (2010) définit le libéral-développementisme comme une reformulation de l'idéologie « national-développementiste » dans la nouvelle perspective d'insertion compétitive du Brésil.

15 Elle semble actualiser le mythe d'origine adopté par l'Empire brésilien : l'Eldorado, consubstantiel à l'or des mines et au vert des forêts (de canne à sucre, de soja, d'eucalyptus ou de palmiers à huile), idée qui contient la promesse permanente d'un futur magique (Lessa, 2008). Cette idée s'est constituée en élément de légitimation du gouvernement de l'industrie sucrière dans les années 2000 (Jullien et Smith, 2012).

16 Au Brésil, une « bancada » désigne à la Chambre des Députés ou au Sénat Fédéral la représentation d'un Parti ou d'un État. La « bancada ruralista » est un rassemblement inter-parti thématique au Congrès Fédéral de représentants auto-déclarés des intérêts « ruralistes ».

17 « Les raisons de cet appui sont fondamentalement liées à l'insertion des dirigeants sucriers au sein des élites politiques et économiques qui dirigent et contrôlent les destinées de la société brésilienne dès avant l'indépendance » (Szmrecsanyi et Ramos, 2006).

18 Cette région concentre environ 90 % de la production nationale de la filière, contre environ 10 % pour les États du Nordeste.

19 Cette question importe dans une représentation « structurale » des modes de régulation : la dimension politique de cet espace analytique est graduée par les degrés de corporatisme qui traduisent la forme structurelle de la représentation politique (Théret, 1992b). Elle l'est aussi pour une lecture des forces vives de l'action collective dès lors qu'on pose la question de savoir si le gouvernement du Parti des Travailleurs modifie les politiques et que l'on cherche à connaître les modalités de « mise en cohérence des politiques sectorielles » à la fois par « le poids des hommes politiques » et en recourant à « l'hypothèse néo-corporatiste » (Jobert et Muller, 1987). On revient sur cette question dans la sous-section 3-2, avec le schéma représentant la trajectoire de la régulation sociale au Brésil.

20 L'évolution de la représentation de la filière sucrière de São Paulo plaide pour cette lecture. Il en va de même d'une intégration des dirigeants des mouvements sociaux ruraux à l’Exécutif fédéral dans les ministères « sociaux », appuyant une lecture néo-corporatiste des modes de relation État-société. Cependant, ces mouvements sociaux ruraux ne trouvent pas de représentation dans les chambres sectorielles au ministère de l'Agriculture, encore moins au Congrès.

21 Notons que la prise de décision de politique économique (lato sensu) n'est pas imperméable à cette organisation des intérêts sociaux, notamment en rapport à la structure du patrimoine, foncier. La forme institutionnelle d'organisation territoriale est donc décisive. Elle repose largement sur les caractéristiques spécifiques du système politique de la fédération brésilienne. L'absence d'une véritable politique de réforme agraire ou la redéfinition du Code Forestier au Congrès en 2012 en sont des exemples.

22 Haggard et Kaufman (1992), qui ont popularisé cette idée d'insularité en sciences politiques, en ont fait la clé du succès des réformes libérales.

23 Selon les responsables de la CNA, l’UNICA dispose de ressources économiques importantes, mais le pouvoir politique de la filière est détenu par le Nordeste.

24 Le succès brésilien dans le différend du sucre à l’OMC a également reposé sur l'action des think tanks récemment constitués, focalisés sur l’insertion de la production rurale brésilienne dans le commerce international. La mise en question par le Brésil du régime commercial sucrier européen en 2005 aura permis d’accroître ses parts du marché mondial d’un niveau qui oscillait de 10 à 20 % entre 1996 et 2002, à environ 45 % dix ans plus tard. En 2016, le régime sucrier thaïlandais est en ligne de mire de l’UNICA et du ministère des Affaires Étrangères.

25 Il transforme en cela celui qu'avait instauré à partir de 1975 le Programme National de l'Alcool (Proálcool), dans le cadre d'un « discours national sur le développement » qui visait à parachever l'industrialisation par substitution des importations. La fragilité du nouveau modèle de développement renvoie aux incertitudes quant aux capacités de l’agro-export à combler le déficit courant. Ces incertitudes sont susceptibles de remettre en cause le rapport global-sectoriel qui s’actualise pleinement dans les années 2000.

26 L'opposition entre agriculture capitaliste et agriculture familiale met en lumière la concurrence entre modèles de développement alternatifs, issus d'une concurrence entre conventions de développement, institutionnaliste restreinte et néo-développementiste, au niveau macro-social. Ainsi, si le gouvernement Lula est à l'origine de l'institutionnalisation de l'agriculture familiale, en 2006, les chantiers d’infrastructures du Plan d’Accélération de la Croissance servent prioritairement les oligarchies agraires.

27 Rappelons qu'un référentiel de politiques publiques est une totalité cognitive structurée. Il doit être saisi dans le fonctionnement de ses institutions concrètes afin de comprendre ce qui l'établit comme connaissance commune et sociale. Le « régime des idées » constitue donc une application locale de l'hypothèse de hiérarchie des institutions (Lordon, 1999), essentielle à la compréhension de la dynamique de changement/inertie des institutions. Le nouveau référentiel de la filière viserait à effacer la mémoire des privilèges à la base du Proálcool.

28 Pour plus de détails, se reporter à notre thèse de doctorat (Fruleux, 2015), en particulier le chapitre 8 dans lequel nous analysons la gouvernementalité de l'agro-industrie du sucre et de l'énergie au prisme du régime discursif des acteurs collectifs.

29 Dans les faits, ce processus est extrêmement lent, comme le confirme des études récentes de la BNDES.

30 La CONAB intervient dans la filière sucrière depuis le milieu de la première décennie de 2000 avec pour seule mission d'effectuer le relevé de la récolte de matière première et de la production industrielle aval. Son expertise révèle qu'avec l'introduction et la subvention aux véhicules flex-fuel dans les années 2000, le besoin de capital circulant des usines de sucre-énergie augmente, en lien avec les nécessités accrues de stockage d'alcool. Cela a produit une crise de liquidité dans la filière dès 2009. La participation des entreprises sucrières aux marchés dérivés a été un autre facteur, non moins important.

31 Dont la force symbolique est certaine dans un gouvernement de l'action collective et donc dans l'intégration sociétale de la filière, d'autant plus que les Présidents du PT étaient crédités d'une forte popularité jusqu’en 2013.

32 État du Nordeste, le moins étendu de la fédération, mais aussi le plus sucrier et celui doté des indicateurs de développement humain les plus faibles.

33 Tocantins, dans la région Nord, à la convergence des deux fronts pionniers agricoles sud et est, située à la charnière des Cerrados et de l'Amazonie.

34 Il convient de noter que c'est à la suite du Traité d’Asunción de 1991, dans le cadre des négociations de mise en œuvre du marché commun, que la notion d'agriculture familiale fait son entrée au Brésil (Navarro, 2010).

35 Il faut observer, par ailleurs, que la politique économique menée depuis 1995 se fonde sur le paradigme des gains de compétitivité industrielle stimulés par la concurrence.

36 La dialectique de la libéralisation économique et de la démocratisation politique s'est imposée selon des modalités et des rythmes spécifiques, conformant une particularité des enchaînements entre recompositions socio-politiques et économiques qui marque le changement institutionnel et est susceptible de déterminer une voie spécifique de développement. Éclairer la question de la dépendance des trajectoires de croissance au chemin implique donc de typologiser les configurations institutionnelles qui sont à l'origine d'une telle dépendance, au-delà du seul jeu des institutions économiques. L'histoire longue de la construction de l’État et de ses formes particulières sur un territoire doit être prise en compte. Marques Pereira et Théret (2001) affirment que des années 1970 aux années 1990, le Brésil reste sur une voie de « desde adentro », orientée vers le marché interne, en termes de paris économiques. L'ajustement externe a pris la forme de la dévaluation, conduisant à « l'hyperinflation rampante », du fait de la combinaison de transformations politiques démocratiques et d'un conservatisme économique (dans le sens de conservation des structures économiques existantes et donc de résistance à la libéralisation). L'ajustement interne, lié à l'adoption d'une nouvelle unité monétaire, le Real, en 1994, combine baisse des coûts de production et équilibre fiscal. L'inachèvement de l’État-nation limite la capacité institutionnelle du politique de normaliser les relations de travail et la répartition de la richesse nationale. Comme on l'a vu, l'existence de la frontière (agricole) soulève directement cette question de l'achèvement de l’État-nation.

37 Le structuralisme est conçu comme le degré zéro de monétarisme : l’émission monétaire est soumise aux plans et demandes de l’État. Le « keynésianisme structurel », outre une gestion active de la monnaie, « dote l’État d’un rôle d’intermédiation financière dans le cadre d’une planification de l’investissement infrastructurel et social. » (Marques Pereira et Théret, 2001).

38 Cette dimension de l'espace analytique de la régulation porte sur le registre des pratiques politico-juridiques et cherche à évaluer la capacité organisationnelle de contrôle social par l’État (Marques Pereira et Théret, 2001). Deux idéaux-types s'opposent : le clientélisme est une relation directe entre ceux qui personnifient le pouvoir politique et les individus alors que le corporatisme commence quand la relation du politique à la société passe par la constitution de groupes dont les intérêts spécifiques sont reconnus par le politique. Sur cet axe, deux idéaux-types intermédiaires peuvent être identifiés : le pluralisme est l'idéal-type de la démocratie libérale dans laquelle l'intermédiation des intérêts, conçus comme strictement individuels, se fait par le système électoral et par le lobbying ; le néo-corporatisme est l'idéal-type de la sociale-démocratie dans laquelle les intérêts sont conçus d'emblée comme ceux de groupes organisés et sont pris en compte dans l'ordre politique par la représentation électorale et par l'intégration des représentants des organisations sociales dans l'appareil administratif de l’État.

39 Ainsi Marques Pereira et Théret (2001) notent-ils que ces trajectoires institutionnelles déductives ne peuvent être assimilées aux évolutions réellement suivies, en particulier en périodes de crise, pour lesquelles l'initiative d'innovation politique des élites est libérée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Évolution annuelle des soldes de la balance commerciale de l’agronégoce et de la balance courante globale (en milliards de USD)
Crédits Source : ministère de l’Agriculture et Banque Centrale du Brésil
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11998/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau 1 : Productivité moyenne sectorielle (valeur ajoutée/emploi) (en BRL de 1995)
Crédits Source : élaboré d’après Marconi et Rocha (2011)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11998/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Encadré 1 : Données sur la filière sucre-énergie du Brésil
Crédits Sources : Institut Brésilien de Géographie et de Statistique (IBGE), ministère de l’Agriculture (MAPA), Agence Nationale du Pétrole (ANP), Union des Industries de la Canne à sucre (UNICA)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11998/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Schéma 1 : Trajectoire de la régulation sociale au Brésil
Crédits Source : schéma élaboré d’après Marques Pereira et Théret (2001)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/11998/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Fruleux, « Le gouvernement économique de la filière sucre-énergie : blocages sectoriels et territoriaux des perspectives de développement au Brésil », Revue de la régulation [En ligne], 20 | 2e semestre/ Autumn 2016, mis en ligne le 12 décembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/11998

Haut de page

Auteur

Mathieu Fruleux

Chercheur associé, université de Picardie Jules Verne, Centre de Recherche sur l’Industrie, les Institutions et les Systèmes Économiques d’Amiens et Universidade Federal de Pernambuco, Laboratório de Estudos sobre Espaço, Cultura e Politica, mathieu.fruleux@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page