Skip to navigation – Site map
Varia

Les hésitations de la parole autorisée durant la crise de la zone euro

The Hesitations of the Authorized Voice During the Eurozone Crisis
Philippe Légé and Jaime Marques Pereira

Abstracts

In this paper, the evolution of the dominant discourses on the Eurozone crisis is analyzed. The hypothesis of a crisis of these discourses due to their incapacity to deliver a credible vision about on the recovery of growth is advanced. We attribute this incapacity to a cognitive path-dependence, leading to conceive the way out of the crisis by means of a new “governance” supposed to guarantee at last budgetary rigor and structural reforms. The analysis of the evolution of the discourses reveals that this inertia of the doctrine implied a sequence of stutterings in the “authoritative statements” issued by policy-makers. The crisis brought continuing denials of the discourses held by decision-makers. The sequence of theses denials produced first a cognitive dissonance followed by two major controversies on the appropriate rhythm of budgetary consolidation and on the right extension of unconventional monetary policy. Despite partial revisions of these judgments, these controversies are still going on and numerous uncertainties are subsisting. Therefore, in addition to its properly economic dimension, the Eurozone crisis is also a crisis of the persuasion capacity of authoritative statements from Governments, Central Banks and economists.

Top of page

Author's notes

Nous remercions les rapporteurs anonymes et les nombreux collègues dont les remarques nous ont permis d’améliorer le texte. Nous sommes seuls responsables des erreurs ou insuffisances qui pourraient subsister.

Full text

Introduction

  • 1 Sur l’usage en économie de la notion bourdieusienne de « parole autorisée », voir (Lordon 1997 ; Ro (...)

1Décrivant les efforts de persuasion déployés avant l’avènement de l’euro par les défenseurs de la désinflation compétitive, Frédéric Lordon (1997, p. 15) notait que « la classe politico-administrative est à la fois victime et sujet de ce processus, les convertis se faisant prosélytes, mais aussi avec elle, tous ses relais d’opinion ». Il ajoutait que « cette coalition tacite, d’une remarquable efficacité dans la monopolisation de la parole autorisée et le soutien doctrinal inconditionnel » était « menacée de désagrégation » (id.). Comme on le sait désormais, il aura fallu que la crise mondiale issue de l’effondrement du secteur immobilier états-unien mette au jour les contradictions de la zone euro pour que cette menace de désagrégation devienne perceptible. Le présent article a pour objet les hésitations de la parole autorisée durant la crise de la zone euro, c’est-à-dire l’instabilité des discours des acteurs politiques et économiques dominants de la zone euro1. Nous partons de l’hypothèse selon laquelle deux processus se superposent et concourent au développement d’une crise des discours.

  • 2 Voir aussi (Lebaron, 2010, p. 61).

2Premièrement, la crise mondiale a induit des évolutions notables dans les déclarations des dirigeants de tous les grands pays industrialisés. La principale raison est que cette crise « marque un moment de discontinuité dans l’ère néolibérale » (Callinicos, 2012, p. 66). L’ampleur de l’intervention publique a mis à l’épreuve les idées reçues. « Les mêmes interprètes (qui restent dominants) semblent évoluer d’un cadre d’analyse à un autre avec une grande vitesse, ce qui contribue à un sentiment de brouillage » (Lebaron, 2009, p. 32). Le creusement des déficits publics relevait en fait d’un « keynésianisme de circonstance » (Duménil et Lévy, 2012) ; il fut en effet suivi d’un sévère tournant d’austérité budgétaire tandis que les politiques monétaires devenaient, au contraire, de moins en moins conventionnelles.

3Deuxièmement, si l’Europe a également été plongée dans ce moment de discontinuité, la crise y a aussi agi comme révélateur de l’hétérogénéité de la zone euro. La crise des dettes souveraines prenant la forme d’une hausse des écarts de taux d’intérêt constitue un cinglant démenti au discours officiel d’une convergence produite de façon endogène par l’intégration monétaire. Elle génère des prises de positions et interprétations différentes, voire contradictoires, parmi les dirigeants et les économistes détenteurs de la parole autorisée. Les discours dominants sur la crise ont ainsi évolué du déni de sa contagion en Europe à la nécessité de résoudre une « dissonance cognitive » (Festinger et al,. 1956) en réaffirmant la validité de la doctrine des bienfaits attendus de l’euro. Selon Leon Festinger, la survenance d’un évènement qui n’est pas cohérent avec les croyances d’un individu engendre un inconfort qui peut être réduit soit par la modification des croyances soit par une réinterprétation de la situation permettant d’éliminer les contradictions et de renforcer les croyances initiales. Festinger et ses collègues ont étudié cette seconde possibilité à travers le cas de la secte millénariste des Seekers dont les membres annonçaient que le monde serait englouti le 21 décembre 1954. Après cette date, non seulement les membres du groupe n’abandonnèrent pas leurs croyances mais la secte fit de nouveaux adeptes.

  • 3 Pour Hirschman, dans les sociétés à industrialisation tardive, des individus imiteront le « comport (...)
  • 4 Sur le traitement de la notion de dissonance cognitive par Akerlof et Dickens, voir Mirowski (2013, (...)

4La notion de dissonance cognitive a été peu utilisée en économie. Albert Hirschman (1965) l’emploie pour montrer que dans l’histoire économique, l’apparition de traits de « mentalité moderne » est parfois une conséquence, plutôt qu’une cause, de la modification des pratiques3. Dans un registre très différent, George Akerlof et William Dickens ont cherché à intégrer la notion de dissonance dans un modèle de décision « conforme à l’analyse économique standard dans la mesure où les personnes sont complètement informées des conséquences potentielles de leurs actions et prennent leur décision en maximisant leur bien-être individuel » (1982, p. 3184). L’idée selon laquelle la crise de 2007 a engendré une dissonance cognitive parmi « des groupes cruciaux comme les économistes orthodoxes et les membres de l’intellectuel collectif néolibéral » a été avancée par Philip Mirowski (2013, p. 34). Ce dernier note cependant un point intéressant :

le parallèle entre les Seekers et la profession actuelle des économistes d’une part, ou l’intellectuel collectif néolibéral d’autre part, n’est évidemment pas parfait […] Pour les Seekers, le tournant tant attendu ne vint jamais tandis que pour les économistes, la survenue de l’évènement inattendu les prit au dépourvu. Les Seekers n’engrangeaient aucun soutien extérieur pour leurs doctrines […] les économistes, et plus clairement l’intellectuel collectif néolibéral, continuèrent d’être richement rétribués de maintes façons pour rester fidèles à leurs croyances […] (ibid., p. 36).

  • 5 La dissonance cognitive que révèle l’interprétation de la conjoncture pointe la nécessité d’analyse (...)
  • 6 Comme le note Frédéric Lordon, la politique économique a « pour avantage de mettre en évidence de m (...)

5Cet article introduit dans l’analyse économique le rôle des croyances et des discours, resitués comme notions intermédiaires entre les théories économiques et les conventions au sens de Keynes. Nous ne procédons pas à l’analyse sociologique des croyances mais à l’étude des conditions dans lesquelles la représentation de l’économie découlant notamment des estimations de la conjoncture engendre une dissonance cognitive5. La mise au jour des inflexions des discours économiques dominants sur la crise de l’euro relève d’une démarche d’économie politique par laquelle on considère ces discours comme partie intégrante des phénomènes économiques, en l’occurrence la gestion de la crise. Mais la volonté des dirigeants de guider l’évolution de ces phénomènes par des discours opérant une sélection du « pensable », autant que par des actes gouvernementaux, ne doit pas faire oublier que leurs discours sont influencés par des structures institutionnelles et qu’ils se réfèrent eux-mêmes à des faits économiques précis6. Dès lors, ils vont aussi devoir procéder à l’écartement, l’enfouissement de démentis factuels. Rappelons que selon Festinger, l’une des cinq conditions pour que l’infirmation des croyances puisse être expliquée par la dissonance cognitive est l’existence d’une « croyance suffisamment spécifique et suffisamment liée au monde réel [concerned with the real world] de sorte que les évènements puissent la réfuter de façon non équivoque » (Festinger et al., 1956, p. 4). Cette question sera ici abordée principalement en confrontant une interprétation des données macro-économiques à l’attitude de dirigeants qui affirment : « ce qui m’intéresse, moi, c’est la réalité des chiffres » (Mme Lagarde), et qui doivent donc précipitamment modifier leur discours fin 2008-début 2009 en raison de la forte révision des prévisions macroéconomiques. Nous allons en outre confronter le discours officiel européen sur la convergence des pays de la zone et sur les politiques budgétaires et monétaires au scepticisme d’un certain nombre d’économistes.

6Nous effectuons d’abord un repérage de transformations discursives au sein d’un corpus principalement constitué des discours publics du Président de la Banque Centrale Européenne (BCE), de ceux des ministres français et allemand de l’Économie, ainsi que des déclarations de représentants des grandes banques privées (voir en annexe la description du corpus). L’identification des séquences et des points d’inflexion de ces discours nous permettra de montrer comment le déni de la crise a prédominé avant d’être tragiquement démenti au cours de l’année 2009 par la chute brutale de l’activité industrielle, puis par l’envolée des écarts de taux d’intérêt des titres publics.

7Ce démenti va impliquer des décisions nouvelles pour faire face à la crise mais aussi des difficultés pour convaincre de leur pertinence. À partir de 2010, le nouveau discours dominant présente les innovations institutionnelles européennes et le retour à l’orthodoxie budgétaire comme des solutions à la crise spécifique de la zone euro. Les anciens arguments ne sont pas remis en cause. Bien au contraire, ce nouveau discours les renforce sur la base du diagnostic que seule leur application s’est révélée défaillante. La sortie de crise serait garantie par une nouvelle « gouvernance » de la zone euro durcissant les critères budgétaires, sanctionnant leur non-respect, conditionnant l’aide financière à un ajustement budgétaire radical et à la mise en œuvre de réformes structurelles. Une des stratégies de résolution de la dissonance cognitive aura manifestement été de « faire contre mauvaise fortune bon cœur » en tirant parti de la crise pour mettre en œuvre des politiques qui n’avaient pu être imposées en période normale.

  • 7 Si l’ensemble des agents économiques sont visés par ces discours, leurs énonciateurs accordent une (...)

8Afin de comprendre pourquoi le nouveau discours dominant montre des difficultés à engendrer des anticipations optimistes, en particulier parmi les propriétaires de capitaux7, on s’attachera aussi dans ce texte à analyser un second corpus composé de textes d’économistes invoqués dans les débats sur la viabilité de l’euro ou dans ceux sur sa « gouvernance ». Dans ces textes, deux objets de controverse semblent particulièrement décisifs : le timing de l’ajustement budgétaire et l’étendue de la politique non conventionnelle de la Banque Centrale Européenne (BCE). Mais il importe de replacer ces conflits discursifs dans la séquence des changements de discours sur la crise. La succession des dénis (de la divergence dans les années 2000, de l’existence d’une crise structurelle en 2008-2009, puis de l’inefficacité de l’ajustement budgétaire), interroge ce qu’on pourrait appeler l’inertie des illusions. L’infirmation de croyances peut paradoxalement conduire à leur renforcement comme moyen de réduire la dissonance cognitive et de « reconstruire le monde dans sa tête » pour reprendre l’une des définitions de l’idéologie (Engels, 1878, p. 384).

9La première partie de cet article reconstitue brièvement la séquence des redéfinitions du discours dominant qui aboutiront à l’argumentaire de la nouvelle « gouvernance » européenne. La crise du pouvoir mystificateur des discours sur la conjoncture économique y est précisée par l’analyse des illusions ayant conduit au déni de la crise. La seconde partie du texte est centrée sur la nouvelle phase de la crise des discours dominants au cours de laquelle les normes européennes relatives aux politiques budgétaires sont reconfigurées et le rôle de la BCE fait l’objet d’un conflit d’interprétation.

1. Crise de confiance et idéologie

  • 8 À l’occasion du 4e anniversaire du déclenchement de la crise, le Président de la BCE, Jean-Claude T (...)

10Un point extrêmement saillant des discours que nous avons analysés est la référence à la nécessité de rétablir « la confiance8 ». Pour comprendre comment ce problème, dont beaucoup localisent l’origine dans la crise bancaire survenue en août 2007 aux États-Unis, a été traité dans les discours des dirigeants européens, nous exposerons dans cette section les transformations du discours de crise entre août 2007 et février 2009. Cela nous conduira à mettre en évidence le déni de la crise (section 1.1), que nous interrogerons à partir d’une conception marxiste de l’idéologie (Tort, 1988). Nous étudierons ensuite la crise du discours communautaire relatif à la convergence des économies nationales en Europe, afin de comprendre par quels moyens discursifs et au nom de quels fondements théoriques les doutes ont été écartés durant les années 2000 (section 1.2).

1.1 Le déni de la crise

11L’étude des discours tenus par quelques dirigeants européens confirme une profonde sous-estimation de la crise. On peut distinguer deux sous-périodes. La première, ouverte par la panique financière d’août 2007, est constituée d’euphémismes et de dénégations auxquels succèdent, à l’hiver 2008, quelques déclarations plus réalistes. La seconde sous-période est caractérisée par des discours instables et divergents. Elle prend fin au début de l’année 2009 dans l’affolement général concernant l’affaissement de la production et la persistance des risques bancaires.

12Au cours de la panique d’août 2007 survenue aux États-Unis, le taux du marché interbancaire s’envole tandis que les banques ne parviennent plus à émettre de papier commercial à court terme (ABCP) et que les défaillances continuent de se multiplier sur le marché hypothécaire9. Cette situation est immédiatement exposée dans la presse européenne. Le Monde explique par exemple dès le 2 août 2007 que « par un effet domino, la crise du marché immobilier américain semble aujourd’hui menacer la stabilité du système bancaire mondial » (Gatinois, 2007). Les années 1930 sont évoquées. De leur côté, les banquiers minimisent la crise. « Le marché surréagit, c’est certain », assure-t-on à la Société générale (id.). Le 9 août, BNP Paribas a du mal à rassurer. La banque française a gelé le calcul de la valeur liquidative de trois de ses fonds de placement et publié un communiqué expliquant que « la disparition de toute transaction sur certains segments du marché de la titrisation aux États-Unis conduit à une absence de prix de référence et à une illiquidité quasi totale des actifs figurant dans les portefeuilles des fonds quelle que soit leur qualité ou leur rating10 ».

13La réaction des autorités monétaires est immédiate : la BCE annonce qu’en raison de « tensions sur le marché monétaire européen », elle a décidé « de souscrire à 100 % les offres soumises » dans le cadre d’un « appel d’offres rapide ». Dans cette journée du 9 août, 95 milliards d’euros sont ainsi prêtés par la BCE à quarante-neuf banques. M. Trichet a donc eu raison de rappeler que la BCE avait « vite réagi, en [ayant été] la première à mettre en place des mesures non conventionnelles » (Trichet, 2013). Mais il oublie de préciser que ce pragmatisme ne fut pas durable. En effet, la BCE décide, le 3 juillet 2008, d’augmenter ses taux d’intérêt directeur. Son taux de refinancement est ainsi porté à 4,25 %, alors que la Réserve fédérale des États-Unis avait baissé le sien de 6,25 % à 2,25 % entre le 16 août 2007 et le 30 avril 2008. Même le ministre allemand des Finances, d’ordinaire très respectueux de l’indépendance de la BCE, avait prié l’institut de ne pas augmenter le taux directeur. Mais la BCE ne diminuera pas ses taux directeurs avant octobre 2008. Cela tend à montrer que les gouverneurs de la BCE ont immédiatement pris conscience du déclenchement de la crise mais pas de son caractère structurel. On peut aussi considérer que cet épisode illustre les contraintes institutionnelles qui pèsent sur les décideurs : les instruments et les indicateurs utilisés par la BCE tendent « systématiquement à sous-estimer les risques pesant sur la croissance. Ainsi, en 2008, la BCE n’avait pas perçu que la zone euro était en récession dès le deuxième trimestre » (OFCE, 2011, p. 16).

14Comment la décision du 3 juillet, prise à l’unanimité du conseil des gouverneurs, a-t-elle été justifiée ? Le 3 juin 2008, dans un entretien accordé au Monde, Jean-Claude Trichet avait préparé les esprits en se prévalant de l’opinion publique et du consensus :

J’ai souvent été frappé par le décalage existant entre le débat public apparent et le sentiment profond de nos concitoyens s’agissant de la monnaie. Pour eux, la stabilité des prix est un bien en soi, et elle ne va pas à l’encontre de la création d’emplois. (Trichet, 2008a)

15Le 2 juillet 2008, M. Trichet déclare à l’hebdomadaire Die Zeit : « Si nous ne sommes pas déterminés, alors il y a un risque que l’inflation explose ». Le 18 juillet, il persiste, dans un entretien accordé à quatre quotidiens européens :

Notre scénario de base est qu’il y aura un creux dans le profil de croissance dans la zone euro durant les deuxième et troisième trimestres, et par la suite un retour progressif à une croissance modérée […] nous croyons que notre décision de relever notre taux directeur principal de 4 % à 4,25 %, contribuera à assurer la stabilité des prix à moyen terme […] (Trichet, 2008b)

  • 11 Christine Lagarde, le 5 novembre 2007, sur Europe 1.
  • 12 « Transcript of Peer Steinbrück interview », Financial Times, November 29, 2007.

16Pendant dix-huit mois, de l’été 2007 à janvier 2009, les déclarations successives des ministres français et allemand de l’Économie sont assez stables et relèvent essentiellement du déni de réalité. Le diagnostic qu’elles sous-tendent n’est pas radicalement différent de celui des gouverneurs de la BCE. Comme le note Frédéric Lebaron (2015b, p. 70), « la banque centrale est à peu près aussi optimiste que les prévisions des gouvernements, plus optimistes elles-mêmes (en moyenne) que les prévisions du consensus ». Certes, la décision de la BCE est critiquée par la ministre française de l’Économie, Christine Lagarde, et par son homologue allemand, Peer Steinbrück, ministre fédéral des Finances dans le cadre du gouvernement de grande coalition Merkel 1. Mais quel diagnostic avaient-ils véhiculé par leurs discours depuis la panique d’août 2007 ? On peut identifier dans leurs discours deux principaux axes de dénégation de la crise. Le premier consiste à expliquer qu’il s’agit d’une crise purement financière qui ne semble « pas avoir d’effet sur l’économie réelle américaine11 ». En Allemagne, où les établissements Sachsen-LB et IKB ont frôlé la faillite, Peer Steinbrück explique, le 29 novembre 2007, au Financial Times : « Observez les données des derniers mois et dites-moi où vous voyez que ces turbulences financières ont affaibli la croissance au point que je devrais être pessimiste pour 2008. Je ne suis pas optimiste, je suis réaliste12 ».

  • 13 Interrogée le 17 août 2007 au sujet de l’exposition des banques françaises à la crise des subprimes(...)

17Le second axe de dénégation consiste à insister sur les différences entre les États-Unis et l’Europe afin d’accréditer la thèse d’une crise isolée13. Après avoir été louée pendant trois décennies, l’interdépendance des économies du « village global » est passée sous silence. Ces deux éléments sont bien illustrés dans les déclarations effectuées le 22 janvier 2008 par Mme Lagarde, quatre jours après l’annonce, par le Président George Bush, d’un plan de soutien à l’économie américaine représentant 1 % du PIB :

[il faut] éviter les mots spectre, les mots angoisse comme ça […] Ne jouons pas les Cassandre, ni les prophètes, ni les oracles. Ce qui m’intéresse, moi, c’est la réalité des chiffres. Hier avec mes homologues européens, nous avons étudié les fondamentaux européens. Nous ne sommes pas dans la même situation que les États-Unis […] la purge en train de s’appliquer, notamment dans le système financier américain, me parait un mouvement sain et salubre [...] En économie, il n’y a pas de miracle. Il faut travailler. Les fondamentaux des entreprises sont bons [...] il faut libérer la croissance.

18Le 10 février 2008, le G7 Finances de Tokyo – rassemblant les ministres des Finances et gouverneurs de banques centrales des sept pays les plus industrialisés – marque toutefois un point d’inflexion. M. Steinbrück y dévoile en effet une évaluation des pertes liées à la crise des subprimes de 400 milliards de dollars, un chiffre quatre fois plus élevé que les estimations antérieures. En sortant de cette même réunion, Mme Lagarde continue de nier la contagion : « nous ne prévoyons pas de récession dans le cas de l’Europe ». Dès le lendemain, la ministre française livre pourtant son premier constat lucide ou, selon l’interprétation, son premier aveu : « L’Europe sera elle aussi touchée ». Le 18 mars, son homologue allemand explique que « nous faisons face à l’une des plus grosses crises financières depuis des décennies ». Le 4 avril 2008, il déclare que celle-ci va « avoir des répercussions toute l’année et durant la majeure partie de 2009 ».

19L’optimisme revient vite. En mai 2008, après s’être présentée comme « un ministre de l’Économie qui se réjouit et qui jubile » du fait de chiffres meilleurs que prévus, Mme Lagarde dénonce les prévisions européennes des déficits de la France, qu’elle juge « outrageusement pessimistes ». Après la faillite de Lehman Brothers, le 15 septembre 2008, et tout en assurant qu’il n’y a « pas panique à bord », Mme Lagarde explique qu’il « faut absolument rétablir la confiance » (08/10/08). Le 25 octobre 2008, Mme Lagarde parle pour la première fois d’une « phase de contamination de l’économie réelle par la sphère financière ». Mais en décembre 2008, la ministre demeure imperturbable, conteste la note de conjoncture de l’INSEE et maintient une prévision de croissance de 0,2 % à 0,5 % pour la France en 2009. Dans ses vœux exprimés à la presse, Mme Lagarde énonce les « raisons d’être raisonnablement optimiste pour l’année prochaine » (13/01/09).

20Alors qu’il prévoyait encore en octobre 2008 une croissance mondiale de 3 % pour 2009, le FMI prévient, dans son bulletin du 21 janvier 2009, que ses prévisions « seront révisées très sensiblement à la baisse ». Ce sera fait le 28 janvier : -0,5 % pour la croissance mondiale et -1,9 % pour celle de la France. Cinq jours après cette publication du FMI, la ministre française se fait bien plus alarmiste, expliquant à des journalistes que la situation du trimestre précédent constitue du « jamais vu ». Elle parle d’un « effondrement de la production industrielle », ajoute qu’il « faut être réaliste » et avoue pour la première fois qu’elle serait « très étonnée qu’on ait une croissance positive en 2009 ». De fait, le PIB diminuera de 3,1 % en France, de 5,1 % en Allemagne et de 4,4 % dans la zone euro. La production mondiale reculera pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale (-0,6 %).

21On retrouve un déroulement séquentiel similaire, mais plus progressif, au sein de la presse économique. On peut prendre comme exemple l’évolution du discours d’un faiseur d’opinion emblématique, Éric Le Boucher. Le 10 juin 2007, alors chroniqueur économique au journal Le Monde, membre de la commission Attali « pour la libération de la croissance française » et du Conseil pour la diffusion de la culture économique (CODICE), Éric Le Boucher estime que « l’hyper-capitalisme est hyper-sympa mais hyper-compliqué ». Mais quelques mois plus tard, s’inquiétant d’un « triple choc sur l’économie mondiale », il juge qu’une « noire mécanique de crise est en marche, comme impossible à arrêter » et concède qu’il y a « beaucoup de choses à revoir dans l’hyper-finance » (Le Monde, 15/03/08). Puis il constate que « l’autorégulation ne fonctionne pas, les États sont de retour » (Le Monde, 20/04/08).

22Dix mois plus tard, devenu directeur de la rédaction d’Enjeux-Les Échos, Éric Le Boucher rend compte, dans le principal quotidien économique français, des points de vue des industriels et des banquiers concernant la crise. Selon lui, ces derniers sont terrorisés :

Dans le monde de la finance et dans son entourage règne la panique absolue. [Les banques] sont en faillite, toutes, sauf exceptions. Le système financier occidental est sur le point de mourir. Il est donc temps que les gouvernements prennent la mesure de cette dépression qui vient, adoptent des plans de sauvetage monstrueux et, probablement, nationalisent l’ensemble des banques mondiales, ou presque […] (Les Échos, 13/01/09).

23L’ampleur de l’évolution des discours est impressionnante. Comment interpréter le déni ayant précédé la panique ? Parmi les dirigeants, les ministres de l’Économie et les banquiers centraux sont très attentifs à l’influence de leurs propos et affichent fréquemment leur optimisme quant à la conjoncture. Il nous semble que ce phénomène peut être interprété de deux façons.

24On peut d’abord considérer que les dirigeants politiques ont assimilé et utilisé à leur façon un des principaux enseignements de Keynes : en matière économique, la conception pratique du futur s’appuie sur des conventions. La conséquence est la suivante :

[…] la précarité de ses fondements l’expose à des changements soudains et violents. La puissance de la désillusion peut soudain imposer une nouvelle base conventionnelle d’évaluation. Toutes les jolies petites techniques très présentables, destinées à une salle de conférence bien lambrissée ou à un marché merveilleusement bien régulé, menacent de s’enrayer. (Keynes, 1937, p. 250)

25Face à cette menace, le discours des dirigeants politiques procède d’un effort de persuasion. Pour éviter la disparition de l’ancienne base conventionnelle d’évaluation, il faut assurer aux acteurs économiques que la situation est sous contrôle et les convaincre que les difficultés sont anodines ou passagères. C’est particulièrement vrai dans le cas des ministres des finances, dont c’est le rôle attendu. Mais « quand une croyance financière s’effondre, c’est à grand fracas. Toute la question est celle du passage soudain […] de l’inquiétude diffuse à l’inquiétude ouverte » (Lordon, 2008, p. 102). Une première approche pourrait donc consister à interpréter l’évolution des discours des dirigeants comme celle des stratégies discursives visant à contrecarrer le développement soudain de l’inquiétude.

26Dans cette première perspective, les propos optimistes ne sont pas le signe d’une sous-estimation de la crise. En revanche, selon une seconde lecture, l’optimisme des dirigeants en poste reflète leur vision illusoire au sujet de la structure socio-économique qu’ils dominent. En ce sens, la négation de la crise atteste de l’idéalisme des dirigeants. Eux-mêmes victimes du fétichisme de la marchandise, ils sous-estiment la crise parce qu’ils ont tendance à la considérer comme un accident.

27La discussion marxiste de la notion d’idéologie peut servir à étayer l’une et l’autre de ces lectures. En effet, comme l’a montré Patrick Tort (1998), il existe chez Marx deux discours sur l’idéologie. Celle-ci est présentée tantôt comme une mystification calculée et tantôt comme la sincérité d’une illusion. Dans l’œuvre de Marx, la seconde thèse, celle de « l’inconsistance de l’idéologie comme représentation illusoire » l’emporte sur la première, celle de l’idéologie comme instrument de pouvoir et technique d’influence, qui « n’accède jamais à une expression systématique développée » (Tort, 1988, p. 12). Mais les deux thèses sont présentes. Or nous voudrions précisément faire voir de quelle façon la crise éclaire leur articulation.

28Les bégaiements des discours sur la crise peuvent s’interpréter à la fois comme l’effet de la déstabilisation des représentations des dirigeants et des économistes confrontés à une crise majeure, et comme la manifestation de la résistance des croyances, du fait de « l’illusion produite sur la plupart des économistes par le fétichisme inhérent au monde marchand » (Marx, 1867, p. 617). Le marché peut redevenir le fétiche une fois que sa crise est imputée à un simple défaut de « gouvernance » dont la correction garantirait une croissance équilibrée et la convergence entre économies de la zone euro. Mais les conflits doxiques parmi les dirigeants et parmi les économistes autorisés nourrissent le doute quant aux vertus de cette nouvelle gouvernance. Les discours de déni de la crise révèlent une idéologie au sens d’une vision inversée, et donc illusoire, de la réalité matérielle. Quand la crise se déclenche, les efforts de persuasion s’intensifient ; mais lorsque le décalage devient abyssal, ce discours volontariste devient ridicule et donc parfaitement contre-productif. Le maintien d’un tel discours, bien au-delà de son seuil d’efficacité, révèle alors les étroites limites de la pensée dominante : comme l’économie vulgaire elle proclame « comme vérités éternelles les illusions dont le bourgeois aime à peupler son monde à lui, le meilleur des mondes possibles » (Marx, 1867, p. 604). Dans ce monde imaginaire, la concurrence assure le retour à l’équilibre.

29En ce sens, le système en crise est décrit comme harmonieux par ceux qui le perçoivent encore comme tel. Croyant avoir assimilé la leçon de Keynes au sujet du rôle des conventions, les dirigeants pensent leur activité comme déterminante alors qu’elle est aussi et avant tout déterminée. L’idéologie exprime ici une illusion au sujet de l’étendue du pouvoir des idées et des discours. L’optimisme est conçu comme stratégique alors qu’il est d’abord de nature apologétique. On peut se demander si la panique du début 2009 n’a pas été d’autant plus prononcée que la crise avait été initialement sous-estimée par nombre de gouvernants.

1.2 Le discours sur la convergence confronté à l’inégalité du développement

30Après le déni de réalité survient toutefois une période durant laquelle la panique oblige les dirigeants à rendre des comptes. Pourquoi une telle crise ? Les déclarations à partir desquelles nous avons travaillé montrent que la vision dominante de ce qui n’était pas encore « la crise de l’euro », mais celle des pays de la zone euro, a d’abord reposé sur l’idée que la crise était exogène et résultait seulement de l’impact de la crise des subprimes. Pourquoi ce diagnostic fut-il abandonné ?

31Lorsque la crise des subprimes éclate, de grandes banques européennes sont exposées au risque de crédit via leurs filiales américaines et au risque de marché via la titrisation. Mais la crise va prendre dans la zone euro une forme très spécifique. L’existence d’une monnaie unique, l’absence de véritables transferts fédéraux, l’interdiction de financement auprès de la Banque centrale et de solidarité entre les États membres (articles 123 et 125 du Traité) forment un cadre institutionnel dont une des originalités est de rendre les États totalement dépendants des marchés financiers. Or les États européens ont des trajectoires macroéconomiques très hétérogènes.

  • 14 Rappelons qu’Axel Weber annonce sa démission de la présidence de la Bundesbank en février 2011, au (...)

32Les acteurs ne s’en rendent pas compte immédiatement. Au début des années 2000, les écarts de taux d’intérêt des titres des dettes publiques ont presque disparu (Rey, 2005). En juin 2007, le spread le plus élevé sur les taux d’intérêt est de seulement 15 points de base pour les titres publics à 10 ans (4,5 % en Allemagne et 4,65 % en Grèce et en Italie). Mais lorsque la crise mondiale accroît, comme partout ailleurs, les dettes publiques, la crise de la zone euro prend la forme d’une envolée spectaculaire du spread de plusieurs États. Le premier concerné sera la Grèce, fin 2009. Pour éviter l’effondrement du marché des titres de la dette publique, et donc du système bancaire, la BCE inaugure, en mai 2010, une politique non conventionnelle qui suscitera des tensions au sein des classes dirigeantes européennes et contraindra la BCE à un « art du grand écart » afin de « conserver un niveau de réputation élevé auprès des décideurs politiques14 » (Fontan, 2014, p. 114).

33Avec le déclenchement de la crise grecque, le discours dominant s’est focalisé sur la dénonciation de « comportements irresponsables » dans les États les plus endettés. Mais peu à peu, un diagnostic concurrent s’impose : une union économique tronquée est une machine à accroître les divergences. De nombreux économistes « autorisés » mettent alors en avant l’hétérogénéité du développement économique européen et diffusent une interprétation imputant la crise aux relations commerciales intra-européennes qu’a impliquée l’Union monétaire (Wolf, 2010).

  • 15 « There is now a widespread consensus that nancial markets in the eurozone were systematically wro (...)
  • 16 « […] les pays les moins 'vertueux', ces membres du 'Club Med' que l'argot communautaire a affublés (...)

34Au sein même de l’expertise économique, la critique rétrospective de la cécité des années 2000 peut être impitoyable15. La crise mondiale ayant engendré une soudaine révision de l’histoire économique des années 2000, on peut s’interroger sur la force de l’illusion qui a prévalu jusque-là. L’abandon du discours sur la convergence des économies nationales au profit de la représentation d’une Europe divisée en « centre » et « périphérie » n’est pas le simple effet d’un ajustement du discours à une réalité économique nouvelle. En 2008, lorsque la crise s’intensifie aux États-Unis et que les spéculations sur l’évolution de la conjoncture européenne se multiplient, la presse économique emploie fréquemment l’acronyme infamant « PIIGS » pour désigner « Portugal, Italy, Ireland, Greece and Spain ». Il était déjà utilisé depuis la fin des années 1990 mais de façon relativement confidentielle. Un article du Monde, publié le 23 avril 1997, atteste de l’utilisation du terme mais le présente comme faisant partie d’un jargon16.

  • 17 La note interne a été reproduite sur la page d'un contributeur du journal :
  • 18 Mathilde Damgé, Le Monde, 09/05/13.
  • 19 De Fernand Braudel à Paul Krugman, ses usages théoriques sont nombreux et variés.

35En janvier 2010, le Financial Times en a interdit l’utilisation à ses journalistes17. C’est alors le terme de « périphérie » ou « pays périphériques » qui s’impose pour désigner ce sous-ensemble. Mais selon quel critère ces pays sont-ils réunis sous un même vocable ? On lit parfois dans la presse qu’il s’agit d’une innovation lexicale pour désigner des pays à faible croissance : « expression issue de la crise des dettes européennes, la périphérie désign[e] les économies en marge du ‘cœur’ de la croissance européenne18 ». Cette affirmation est doublement erronée. D’une part, ces pays ont connu dans les années 2000 une croissance plus forte que la moyenne de la zone, grâce à des taux d’intérêt réels faibles. D’autre part, l’usage du couple centre/périphérie pour décrire des phénomènes de polarisation économique est ancien19. Une analyse des archives du journal Le Monde révèle en outre que l’emploi des termes « centre » et « périphérie » au sujet d’économies européennes n’a rien de récent. Dans les années 1980 et 1990, des pays sont parfois qualifiés de périphériques pour des raisons purement géographiques (Irlande, Angleterre). À l’inverse, le terme peut aussi désigner un pays ne faisant pas partie de l’Union européenne malgré sa proximité géographique. En ce second sens, c’est l’adhésion à l’UE qui permet de quitter une position périphérique. Mais en un troisième sens, la périphérie désigne les pays européens les moins performants économiquement, par opposition à un « noyau central efficace » incluant l’Allemagne. Le Monde évoque ainsi « une nouvelle division de l’Europe entre ce qu’on appelle aujourd’hui le noyau dur, en pratique une zone mark élargie, et les pays périphériques » (14/03/95). Cette dernière acception est relativement fréquente dans les débats précédents la création de l’euro.

36L’idée d’un développement économique européen hétérogène est donc bien antérieure à la crise. Mais après la création de l’euro, elle est de moins en moins évoquée par les acteurs politiques dominants. Un nouveau développement de la théorie néoclassique de l’intégration monétaire a permis de justifier cette évolution. Les économistes de l’approche dominante – et la plupart des manuels traitant de l’Union Européenne – s’étaient focalisés sur la question de savoir si la zone euro allait constituer une « zone monétaire optimale ». Pour beaucoup d’économistes, la réponse était négative. En 2007, le rédacteur de l’entrée « euro » du New Palgrave Dictionary of Economics rappelait d’ailleurs le scepticisme de nombreux économistes au sujet des bienfaits et de la viabilité de la monnaie unique, avant d’indiquer que « ce sentiment n’a changé que récemment, alors que l’euro fêtait son huitième anniversaire […] et qu’une solide reprise cyclique avait lieu dans la zone euro » (Posen, 2007). Mais dans le champ politique, dès la fin des années 1990 de nombreux dirigeants considéraient que la future zone euro ne remplissait pas les conditions d’optimalité monétaire tout en demeurant optimistes quant aux conséquences économiques de l’adoption de la monnaie unique. La théorie de l’endogénéité des critères de zone monétaire optimale (Frankel et Rose, 1998) était venue à point nommé offrir une vision rassurante : les conditions d’optimalité d’une zone monétaire seraient créées ex post. En stimulant les échanges, l’intégration monétaire produirait une synchronisation des cycles économiques.

37Les rares discours évoquant le développement économique européen hétérogène nient les dangers de celui-ci. La Commission européenne estime depuis longtemps que la convergence des taux d’inflation « n’a pas besoin d’être parfaite » et que les déséquilibres de comptes courants ne sont pas nécessairement problématiques dans la mesure où les pays à faible capital par tête bénéficieront du financement d’une partie de leurs investissements par un afflux de capitaux étrangers (COM, 1990, p. 38-9). En outre, comme le notent Clévenot et Duwicquet (2011, p. 6), le Président de la BCE cite dans plusieurs discours des travaux affirmant, sur la base de l’exemple américain, que les marchés financiers seraient bien plus efficaces qu’un budget fédéral pour absorber les chocs asymétriques (Asdrubali, Sorensen et Yosha, 1996). L’hétérogénéité productive et l’absence de zone monétaire optimale ne poseraient pas de difficulté pourvu que les marchés financiers soient suffisamment développés pour permettre une mutualisation des risques. Jean-Claude Trichet (2007) y voit un argument supplémentaire en faveur de l’accélération de l’intégration financière en Europe.

38On retrouve aussi dans les discours politiques des années 2000 un second type de justification de la monnaie unique issu de l’approche néoclassique : les critères de convergence permettraient d’éviter les comportements de « passager clandestin ». Il s’agit ici d’une transposition de la théorie microéconomique dominante aux choix politiques effectués par les gouvernements nationaux. La monnaie unique est alors assimilée à un « bien collectif » pouvant être mis en danger par des décisions politiques irresponsables.

39Dans les années 2000, le discours officiel européen est toutefois marqué par la montée d’une inquiétude concernant la stratégie de Lisbonne. Élaborée avant le krach de la Nouvelle Economie, celle-ci devait faire de l’UE « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d’ici à 2010 ». Selon cette stratégie, l’UE pourrait contrebalancer les effets de la concurrence mondiale en se spécialisant dans les productions à haute valeur ajoutée. Le progrès technique et le renforcement de la « compétitivité » étaient présentés comme le moyen d’allier croissance durable, amélioration de l’emploi et cohésion sociale. Mais surtout la convergence réelle allait enfin succéder à la convergence nominale.

La doctrine officielle, la fameuse stratégie de Lisbonne, imaginait un cercle vertueux : grâce à la liberté des mouvements de capitaux, dans un espace financier considéré comme efficient, beaucoup d’investissements qui auparavant n’étaient pas productifs pourraient devenir rentables. Une diversification du système productif devait en résulter. On pensait que cela permettrait un rattrapage des pays moins avancés, donc une convergence réelle dans la zone euro. (Aglietta, 2012, p. 30)

  • 20 L'économie de l'UE : bilan de 2004 – Synthèse et conclusions principales, COM, (2004) 723, 26 oct. (...)

40Ce n’est pas ce qui s’est produit. Dès 2001, la crise états-unienne de la Nouvelle Economie a eu un effet très inégal sur les différents pays de la zone euro. Cela a donné une actualité nouvelle à l’idée que les différences structurelles des économies nationales engendrent des divergences en cas de choc uniforme et à la critique d’un taux d’intérêt nominal unique aboutissant à « un taux réel trop élevé dans les pays connaissant un ralentissement marqué comme l’Allemagne et un taux réel trop faible dans les pays subissant de plus fortes pressions inflationnistes » (Mazier et Saglio 2004, p. 38). Mais les institutions européennes avaient alors une tout autre grille de lecture. Dans son bilan de 2004, la Commission notait qu’après la crise états-unienne, la reprise de l’économie de l’UE avait été « relativement tardive et atone par rapport à celle d’autres grandes économies » et que cela ne pouvait être imputé aux politiques macroéconomiques car les taux d’intérêt étaient « à des niveaux historiquement bas » tandis que la politique budgétaire « a été marquée par l’effet atténuateur des stabilisateurs automatiques »20. Outre des incertitudes « nées du manque de volonté de procéder à des assainissements budgétaires, à des réformes structurelles et à la refonte des retraites, ce qui a pesé sur la confiance des consommateurs et sur leurs dépenses », l’explication proviendrait des « rigidités salariales et conditions imparfaites de concurrence » engendrant une « viscosité des prix » et des « ajustements quantitatifs plus onéreux sous la forme d’une réduction de la production et, partant, de l’emploi » (id.). Ce type d’explication est contesté dans le champ théorique car « les différences dans les modes d’ajustement par les prix relatifs sont sources d’asymétries entre les pays de l’UE, non seulement en cas de chocs spécifiques ne concernant qu’un pays, mais aussi en cas de chocs symétriques affectant l’ensemble des pays d’une manière uniforme » (Mazier et Saglio, 2004, p. 40). Certes, avec la disparition de l’instrument du taux de change nominal pour ajuster les déséquilibres internes à la zone euro, et en l’absence de véritable budget fédéral, la variation des salaires est le seul mécanisme d’ajustement envisageable pour dévaluer la monnaie en termes réels. Mais l’ajustement est lent, incomplet, coûteux socialement et très dépendant du degré d’ouverture de chaque pays (id.).

41L’idée d’une convergence réelle découlant ex-post du passage à l’euro fut une illusion légitimatrice. Nous allons voir que cette idée s’accompagnait d’un discours sur les failles de gouvernance qui sera par la suite remobilisé à des fins prescriptives. De nouvelles règles seront alors adoptées mais la question du décalage entre les effets escomptés et les effets observés continuera de se poser.

2. Les apories de la nouvelle gestion de crise de la zone euro

42L’envolée des spreads des taux d’intérêt sur les dettes souveraines des économies périphériques de la zone euro vis-à-vis du taux allemand aura été le révélateur de la crise propre à la zone euro, au-delà de l’effet de contagion que la crise américaine a d’abord eu sur les bourses et les banques. Cette découverte a pris de court les dirigeants, soudainement confrontés à la nécessité d’un sauvetage des États menacés de défaut, ce qui n’avait pas été prévu dans le texte des traités instituant l’Union monétaire. Il fallait s’accorder dans l’urgence sur les moyens de restaurer la solvabilité des États périphériques. L’accord de mai 2010 « signait l’avènement de la troïka : le FMI avait certes déjà travaillé avec la Commission mais jamais avec la Banque centrale européenne » (Légé, 2013, p. 123). Un Fonds européen de stabilité financière (FESF) est créé en mai 2010 puis remplacé par un Mécanisme européen de stabilité (MES) en septembre 2012, mais leur usage est conditionné à l’adoption de mesures d’austérité budgétaire. Leur efficacité est en partie liée à la capacité des discours savants à infléchir le jugement d’insolvabilité.

  • 21 En l’absence de recul suffisant, nous n’aborderons pas ici les controverses que suscite en 2015 le (...)

43Cette évolution témoigne de ce qu’on peut appeler une « dépendance de sentier cognitive » (section 2.1.). Le choc de confiance supposé résulter de l’ajustement budgétaire et structurel s’accompagne de la promesse de rachats par la BCE de titres de dettes souveraines permettant d’engager la baisse de leurs taux d’intérêt (section 2.2). L’incertitude au sujet de l’approbation allemande d’un éventuel rachat massif de dettes publiques par la BCE a été levée par son lancement effectif en mars 201521 mais le doute sur une sortie de crise est entretenu par le débat d’experts que suscite désormais le démenti de l’efficacité de l’ajustement budgétaire.

2.1 La dépendance de sentier cognitive

44Depuis 2010, les discours sur les erreurs de conception du traité de Maastricht pointent souvent la responsabilité de pays qui auraient tablé sur une croissance fondée sur l’endettement privé et/ou public plutôt que sur des réformes structurelles. Cette analyse prolonge les diagnostics établis dans les années 2000 sur le retard de compétitivité et de croissance de l’Union Européenne par rapport aux États-Unis. Les discours autorisés mettaient alors en question la coordination européenne des politiques structurelles. Ils se départageaient entre ceux qui la jugeaient impossible du fait de la tendance des gouvernements nationaux à se défausser de leur responsabilité sur « Bruxelles » (Wyplosz, 2005) et ceux qui souhaitaient « remettre sur le métier la question de la gouvernance de l’union monétaire » en insistant sur la nécessité d’une institutionnalisation de décisions collégiales de politique économique fondées sur une « base objective solide » fournie par la Commission (Aghion et al., 2006, p. 149-50). À l’époque, ces analyses des failles de « gouvernance » passaient sous silence les effets néfastes du gonflement de la consommation par le crédit. La théorie financière de la maîtrise des risques diversifiés régnait en maître et le dégonflement d’une bulle ne devait poser d’autre problème que la réactivité du policy mix pour en limiter les effets récessifs. La gestion apparemment réussie de la crise financière de 2001 en fut considérée comme la preuve.

  • 22 "Ainsi, dans un discours adressé à des lycéens en octobre 2013, Jean-Claude Trichet attribue la cri (...)

45On peut objecter que des réformes structurelles ont eu lieu, que nombre de rigidités du « marché du travail » ont été levées et que, dans les pays périphériques, la hausse de la consommation à crédit explique d’autant plus la dégradation des déficits courants qu’elle impliquait des taux d’inflation supérieurs à la moyenne européenne. Le coût de l’endettement externe qui finançait ces déficits était par ailleurs réduit par la convergence des taux d’intérêt. Ce phénomène est certes considéré dans les discours gouvernementaux comme une des causes de la crise des dettes souveraines mais le problème n’est pas attribué à un effet pervers du passage à l’euro donnant lieu à une convergence des taux nominaux d’intérêt. Le jugement porté par les institutions communautaires sur l’erreur d’évaluation des marchés financiers engagera moins, semble-t-il, leur propre responsabilité que celle des dirigeants politiques de ne pas s’être préoccupés des divergences du coût relatif du travail22. Les effets attendus de l’euro en termes d’amélioration de la compétitivité demeurent un point-clé de l’argumentaire officiel.

46La monnaie unique a été l’indéniable levier d’une forte intégration des marchés obligataires, des papiers commerciaux, des swaps et dérivés et dans une moindre mesure des actions, ce dont se félicitaient les experts23. Il faut toutefois constater que les résultats escomptés de cette intégration en termes d’afflux d’investissements devant accroître la compétitivité se sont avérés inexistants24. Le démenti apporté par la crise fut interprété non pas comme la manifestation d’une erreur de la doctrine selon laquelle l’intégration financière serait le vecteur des gains de compétitivité mais, bien au contraire, comme la preuve d’une défaillance gouvernementale. Dès lors, la nouvelle gouvernance européenne devra préserver le pouvoir de discipline des marchés financiers, notamment sur les finances publiques, et réduire le coût de l’aléa moral de futurs sauvetages.

  • 25 Lire par exemple (De Grauwe, 2011) et la lettre ouverte de Charles Wyplosz à Jens Weidmann, préside (...)

47Si la réaffirmation de la thèse d’une convergence réelle résultant de l’intégration financière exige d’imputer la responsabilité de la crise des dettes souveraines au laxisme budgétaire et au coût trop élevé du travail, cet argumentaire élaboré en 2010 à l’occasion du « sauvetage » de la dette grecque s’avère insuffisant face à la contagion de la défiance envers des pays qui avaient connu avant la crise un endettement public égal (Irlande, Portugal) ou très inférieur (Espagne) à la moyenne de la zone. Cette contagion donnera donc lieu à une première série de nouveaux bégaiements sur les mécanismes de sauvetage qui éviteront d’assigner à la BCE le rôle de prêteur en dernier ressort que jouent alors la Banque d’Angleterre ou la Réserve Fédérale. Ainsi, en 2011, de nombreux économistes de renom dénoncent le fait que la BCE n’assume pas un rôle de prêteur en dernier ressort pour le marché des obligations publiques25.

48Avec le renforcement du contrôle de la Commission sur les budgets nationaux (« semestre européen » adopté en 2010, « 2-pack » en 2011) et le durcissement des critères (« 6-pack » en 2011, TSCG en 2012), le référentiel cognitif de la « gouvernance » de la zone euro n’a pas changé. Il demeure axé sur le principe du grand marché ouvert à la concurrence dont la réalisation est accélérée par l’adoption d’une monnaie unique et dont la fonction première est de forcer à la remise en cause des « rigidités ». Ce référentiel repose aussi sur l’idée que l’absence de règles contraignantes a favorisé des dérapages budgétaires et l’évitement des réformes structurelles supposées accroître la compétitivité. On peut donc estimer que les critiques antérieures à la crise des dettes souveraines inaugurent une dépendance de sentier cognitive orientant le diagnostic vers « l’irresponsabilité budgétaire » et « le retard » des réformes de libéralisation. Remédier à ces failles de gouvernement serait la condition de restauration de la confiance. L’accord des dirigeants sur ce programme impose néanmoins des révisions doctrinales partielles. En outre, en 2012, le retour au calme des marchés financiers ne s’accompagne pas d’une sortie de crise de la zone euro, ce qui augure d’une poursuite des bégaiements de la parole autorisée.

2.2. La confiance et les conditions de sa restauration

49En mai 2010, les modalités du « plan de sauvetage » de la dette grecque répondant à l’envolée des taux d’intérêt laissaient les marchés financiers libres de spéculer sur un possible défaut des économies périphériques. Le prêt de 110 milliards d’euros était conditionné à des mesures de réduction des dépenses, de ventes d’actifs publics et de hausse d’impôts. En outre, « l’idée selon laquelle les créditeurs privés doivent assumer les risques des prêts n’a jamais été prise au sérieux dans les milieux de la politique européenne, ni par conséquent par les marchés financiers » et en 2010 « la restructuration de la dette [grecque] détenue par le secteur privé demeurait tabou » (Mody, 2015, p. 12). Dès 2011, il s’avérera indispensable de mettre en place un second « plan de sauvetage » de la dette grecque, en raison de l’échec du premier. Le principe d’une réduction « volontaire » de la valeur faciale des créances est défendu en juillet 2011 par les gouvernements hollandais, allemand et français comme alternative à la menace que fait peser le risque de non-recouvrement des prêts des États. « Fin juillet 2011, les dirigeants de la zone euro croyaient avoir vu le pire de la crise » (Pisani-Ferry, 2011, p. 23). Une controverse est cependant entretenue par les déclarations de la BCE concernant sa crainte d’une contagion de la défiance aux autres pays périphériques, laquelle se manifeste par l’envolée des taux espagnol et italien. En octobre 2011, la restructuration de la part de la dette grecque détenue par des créanciers privés est néanmoins actée. Elle est mise en œuvre en mars 2012.

50Ni les innovations institutionnelles accumulées entre 2010 et 2012 ni l’extension du financement de la BCE à des opérations de long terme assorti d’un taux fixe de 1 % en décembre 2011 ne s’avéreront suffisants à restaurer la confiance dans la zone euro. La baisse des taux d’intérêt des pays périphériques ne sera obtenue que par la promesse du nouveau Président de la BCE, le 26 juillet 2012, de « faire tout ce qui est nécessaire pour préserver l’euro ». Ce changement de discours se confirme le 2 août 2012 avec l’affirmation du caractère « irréversible » de l’euro, et le 6 septembre avec la description du programme OMT (Opérations Monétaires sur Titres). Ce faisant, Mario Draghi – qui préside la BCE depuis le 1er novembre 2011 - ouvre indubitablement une phase de réinterprétation du mandat de son institution (Mistral 2014), mais ses conséquences pratiques demeurent ambiguës.

51D’un côté, certains économistes saluent avec soulagement « la décision de la BCE en 2012 d’être un prêteur de dernier ressort sur les marchés des obligations d’État » (De Grauwe et Ji, 2013). La seule annonce de l’engagement de la BCE fut d’ailleurs couronnée de succès puisque les taux d’intérêt des pays périphériques amorcèrent une baisse, rendant progressivement possible le retour de plusieurs pays au financement de marché. En outre, en conditionnant son intervention aux règles d’ajustement édictées par la « nouvelle gouvernance », la BCE cherche à mettre fin à la dissonance cognitive que mettaient en scène les bégaiements de la parole autorisée sur la façon d’enrayer la crise des dettes souveraines.

52Mais d’un autre côté, en raison de cette conditionnalité ainsi que de la mise en cause de la légalité de l’éventuelle intervention de la BCE, la fonction de prêteur en dernier ressort n’est pas clairement établie. « Certaines pratiques doivent être clarifiées. La BCE a joué un rôle de prêteur en dernier ressort (des banques et dans une moindre mesure des États) sans que cette fonction ne lui soit précisément attribuée » (Blot, et al. 2014). Il en va de même pour l’Union bancaire (Antonin et Touzé, 2014). Le discours de l’autorité monétaire poursuivit son inflexion26. Mais les nouvelles mesures de la BCE sont critiquées par le Président de la Bundesbank, qui dénonce publiquement l’affaiblissement de la discipline de marché et l’accroissement des risques pesant sur le contribuable de la zone euro. En outre, le programme OMT a fait l’objet d’une controverse juridique qui s’est soldée le 16 juin 2015 par une décision de la Cour de justice de l’Union européenne le déclarant compatible avec le droit de l’Union tant que le programme est mis en œuvre dans des conditions ne lui donnant pas « un effet équivalent à celui de l’acquisition directe d’obligations souveraines auprès des autorités et des organismes publics des États membres27 ».

53Un trait marquant des discours officiels de la période 2010-2013 est qu’en dépit de leurs évolutions, le noyau dur de la doctrine est constamment réaffirmé. Il apparaît par exemple dans l’interprétation que donne le Président de la BCE des conditions d’un retour de la confiance :

There was no alternative to fiscal consolidation, and we should not deny that this is contractionary in the short term. In the future there will be the so-called confidence channel, which will reactivate growth; but it’s not something that happens immediately, and that’s why structural reforms are so important, because the short-term contraction will be succeeded by long-term sustainable growth only if these reforms are in place. (Draghi, 2012)

54Le pari performatif de Draghi est ici explicite : la croyance en une croissance robuste se constituera dans la mesure où la réalisation des réformes structurelles doit mettre fin à la contraction du PIB que provoque à court terme le retour urgent à l’équilibre des finances publiques. Un tel pari repose sur des présupposés théoriques qui sont déjà largement contestés au moment de cet entretien, non plus seulement par les pensées économiques hétérodoxes mais également par nombre d’économistes orthodoxes. En outre, le discours rend public la vision de la conditionnalité d’une sortie de la crise, partagée par la BCE et le Conseil. Le message semble « parlant » comme le suggère son amplification par le terme « choc de confiance », à usage électoral, mais sa capacité à conformer la réalité au modèle théorique est mise à l’épreuve de conflits discursifs qui replongent les publics qu’il s’agit de convaincre dans ce que la psychologie sociale appelle une dissonance cognitive.

55L’explication que donne ici Mario Draghi du lien entre réformes structurelles et ajustement budgétaire radical semble toutefois parer à cette menace si l’on se réfère à l’idée de Walliser (2000, p. 18) qu’une segmentation des croyances économiques favoriserait l’évitement de la dissonance cognitive. Dans cette perspective, le message est que la réussite de l’ajustement budgétaire radical ne peut se vérifier à court terme car elle dépend des réformes structurelles. La complémentarité est soigneusement expliquée : “There is no feasible trade-off between the two. Fiscal consolidation is unavoidable in the present set up, and it buys time needed for structural reforms” (Draghi, 2012).

56Les réformes structurelles sont en outre justifiées en invoquant la nécessité de neutraliser les aspirations sociales. Le modèle social européen devrait être considéré comme injuste et caduc pour deux raisons que révèle la crise : 1) la flexibilité existante du marché du travail est biaisée car elle est complémentaire à la protection d’une part de la population dont la progression des salaires dépend de l’âge et non pas de la productivité, ce qui explique la concentration du chômage sur la classe d’âge des jeunes, 2) le modèle social n’est plus finançable ; « l’économiste Rudi Dornbusch disait autrefois que les Européens sont si riches qu’ils peuvent payer tout un chacun à ne pas travailler, ce temps est révolu » (Draghi 2012). La rhétorique des coûts excessifs, directs et indirects, du travail est par ailleurs mise en rapport avec la dénonciation – par une certaine économie néoclassique – du choix électoraliste de réduire un déficit budgétaire en augmentant les impôts plutôt qu’en réduisant les dépenses courantes de l’État.

57Symétriquement, un argument justifiant le TSCG est la promesse de restauration de la confiance perdue :

[…] on ne peut avoir à la fois un système où l’on peut dépenser comme on veut et demander d’émettre (de la dette) commune […] avant d’en arriver à l’union budgétaire nous devons mettre en place un système dans lequel les pays peuvent faire la démonstration qu’ils peuvent subsister par eux-mêmes [stand on their own] (Draghi, op. cit.).

58La cession de souveraineté nationale permettant l’acceptation de règles budgétaires communes, de leur surveillance et enfin, de leur transcription dans l’ordre constitutionnel, est ainsi présentée comme une réalisation politique majeure qui ouvrirait le chemin du retour à l’optimisme et la voie d’une union budgétaire.

  • 28 Cette hypothèse est confortée par des analyses sociologiques. La permanence de la doctrine de la BC (...)

59Les conflits d’interprétation sur le principe de l’ajustement budgétaire ne se sont pas pour autant éteints. En l’absence d’union budgétaire, est-il seulement possible que les pays périphériques subsistent « par eux-mêmes » mais sans monnaie souveraine ? Beaucoup d’économistes font état de leur scepticisme. En outre, en l’absence de reprise de la croissance, la baisse du ratio dette publique/PIB s’avère sans cesse reportée. La reconnaissance par le FMI de la sous-estimation de la valeur du multiplicateur (Blanchard et Leigh, 2013) alimente le doute sur l’efficacité de l’ajustement budgétaire. Pour de nombreux économistes autorisés, la doctrine justifiant le degré d’austérité en fonction d’une dégradation des fondamentaux est démentie (De Grauwe et Ji, 2013). La résilience de la doctrine de l’ajustement budgétaire apparaît ainsi comme un facteur de perpétuation de la crise. Une nouvelle série de bégaiements des discours gouvernementaux apparaît en raison de l’échec de l’ajustement budgétaire et des réformes structurelles, dont l’application constitue justement la condition de l’intervention de la BCE. Celle-ci occupe une position de pouvoir qui lui confère une place stratégique dans la réduction de la dissonance cognitive28.

Conclusion

60De 2007 à début 2009, les discours des dirigeants européens concernant la crise comportent nombre d’euphémismes et de dénégations. Ils reflètent alors leur volonté de minimiser la gravité de la situation mais aussi et surtout leurs propres illusions au sujet de celle-ci. Fin 2009, l’envolée du taux d’intérêt des titres souverains grecs marque le début de la crise de la zone euro. Celle-ci est d’abord présentée comme le résultat de comportements irresponsables, puis comme la conséquence d’un processus endogène de polarisation de la zone en un centre et une périphérie dû à l’absence des réformes structurelles qui auraient permis à cette dernière de combler son handicap de compétitivité.

  • 29 Standard & Poors, The Eurozone's long, unwinding road, novembre 2013.

61Ce dernier diagnostic contredit le discours communautaire concernant la convergence des économies que devait susciter l’union monétaire. Il met aujourd’hui en évidence le caractère contradictoire du discours du « modèle allemand ». En novembre 2013, Standard & Poors notait que l’Allemagne était critiquée par le FMI, l’OCDE et la Commission pour ne pas suffisamment contribuer à l’indispensable rééquilibrage des comptes externes de l’ensemble des États membres29. Le compte extérieur courant figure d’ailleurs parmi les 10 critères d’équilibre définis par le 6-pack adopté fin 2011. En 2013, avec un excédent courant de 6,7 % de son PIB, l’Allemagne était trop compétitive et sa demande intérieure était trop faible. Le critère s’apprécie sur une durée plus longue : la moyenne mobile sur 3 ans du solde courant doit être comprise entre -4 % et +6 % du PIB. Cependant, selon les dernières estimations, l’excédent courant l’excédent allemand représente 7,8 % du PIB en 2014 et 8,7 % en 2015. En dépit de nombreux recours aux euphémismes - Jens Weidman assurant par exemple le 17 avril 2015 que l’excédent allemand est « mesuré » - force est de constater que dans les discours dominants le « modèle allemand » ne peut plus être présenté comme la préfiguration de ce que deviendra la zone euro sous l’effet de la nouvelle « gouvernance » progressivement mise en place à partir de 2010. Cela affaiblit la stratégie de réduction de la dissonance cognitive.

  • 30 Mario Draghi, discours du 22/08/2014 au symposium annuel des banquiers centraux de Jackson Hole. ht (...)

62La politique de la BCE achète-t-elle « le temps nécessaire aux réformes structurelles » ? Du temps a pu être gagné grâce à la croyance des principaux acteurs des marchés financiers dans les promesses ambiguës du Président de la BCE. La crédibilité de nouvelle gouvernance n’en reste pas moins suspendue au retour de la croissance dont dépend notamment l’évolution du ratio des dettes publiques au PIB. En l’absence de reprise et face à la menace de déflation, la dissonance cognitive prend à présent une nouvelle dimension. En 2014, le président de la BCE a lui-même alerté les gouvernements des limites de la politique monétaire et appelé à un policy mix européen plus favorable à la croissance en tablant sur les marges de manœuvre budgétaires liées à la coordination intra-européenne30. Mario Draghi assortissait alors ses critiques à l’encontre de la politique budgétaire de la zone euro d’une proposition de relance budgétaire par baisse d’impôt, mais il rappelait aussi la nécessité de respecter le traité. Début 2016, il reconnaît l’incapacité du Quantitative easing à conjurer le spectre de la déflation mais il est trop tôt pour déterminer s’il s’agit là d’une nouvelle rupture dans la parole autorisée. De leur côté, les experts de la Commission ont dû prendre acte de l’impact récessif des restrictions budgétaires, sans toutefois remettre en cause la doctrine précédente. Ce point est illustré par le rapport d’un des principaux économistes de l’institution, remettant en cause le rythme de l’ajustement budgétaire et considérant la pertinence d’une relance temporaire en Allemagne (In’t Veld, 2013). Jusqu’ici, seul le FMI défendait un tel point de vue. L’inflexion de la norme budgétaire reviendrait toutefois à remettre en cause le TSCG, élément central de la nouvelle « gouvernance » européenne limitant le déficit structurel de chaque État à 0,5 % du PIB. En outre, il faut noter que l’impératif de réduction des coûts salariaux et de flexibilisation du marché du travail demeure un dogme. La crise des discours semble in fine refléter la négation d’une vérité largement partagée après la deuxième guerre mondiale, à savoir les méfaits de la déflation salariale généralisée.

63La succession des réformes institutionnelles est demeurée marquée par une doctrine associant le potentiel de croissance des économies de la zone euro à plus de libéralisation des marchés. L’illusion des décideurs entretenue par cette doctrine les a condamnés à nombre de bégaiements face au démenti des faits. Dans un premier moment, ils ont dénié la crise. Ensuite, ils ont affiché leurs désaccords sur les modalités de restructuration de la dette grecque. Il en a été de même quant au dosage et au timing de l’ajustement budgétaire. Ces bégaiements soulèvent la question d’une crise des discours économiques savants endossés par les gouvernements. L’hypothèse d’une telle crise est confirmée dès lors que la représentation optimiste du futur, portée par ces discours, tarde à susciter une convention susceptible de restaurer la confiance. À ce titre, la crise des discours pose en termes communicationnels et cognitifs la question de l’inefficacité de la politique économique. La question renvoie notamment au rôle mystificateur de l’idéologie, en suivant certaines lectures de Marx. L’illusion de ce que Marx a appelé « l’économie politique bourgeoise » peut avoir des effets structurants même si elle peut être par ailleurs démentie par les faits. Cela nous conduit à souligner que les effets d’une doctrine économique relèvent à la fois, et de façon inextricable, de dimensions sociologiques (les croyances) et économiques (causalités entre grandeurs). L’analyse des effets structurants des discours économiques ne peut donc être menée indépendamment des clivages doxiques en économie. Certains travaux néoclassiques sont sans aucun doute la source savante d’une « gouvernementalité » économique qui transforme le monde mais la véridiction dont ils peuvent ainsi faire preuve n’est pas vérité. C’est bien ce que suggèrent les effets erratiques de la doctrine à la base de la nouvelle « gouvernance » européenne.

Top of page

Bibliography

Aghion P., Cohen E., et J. Pisani-Ferry, (2006) Politique économique et croissance en Europe, Rapport du Conseil d’Analyse Economique no 59, Paris, La Documentation française.

Aglietta M. (2012), Zone euro : éclatement ou fédération, Paris, Michalon.

Akerlof G. A. and W. T. Dickens (1982), “The Economic Consequences of Cognitive Dissonance”, American Economic Review, vol. 72 (3), p. 307-19.

Antonin C. et Touzé, V. (2014), « Europe bancaire : l’Union fait-elle la force ? », Les notes de l’OFCE, no 46, novembre 2014.

Asdrubali P., Sorensen B. et O. Yosha (1996), “Channels of interstate risk sharing: United States 1963-1990”, Quarterly Journal of Economics, vol. 111.

Blanchard O. and D. Leigh (2013), “Growth Forecast Errors and Fiscal Multipliers”, FMI, Working Paper, no 2013/1, January.

Blot C., Creel J., Hubert, P., et F. Labondance (2014), « Les enjeux du triple mandat de la BCE  », Blog de l’OFCE, 16 juillet 2014.

Callinicos A. (2012), Contradictions of austerity, Cambridge Journal of Economics, 2012, no 36, p. 65-77.

Clévenot M. (2008), « Les difficultés à nommer le nouveau régime de croissance », Revue de la régulation [En ligne], 3/4 | 2e semestre/Autumn 2008, URL : http://regulation.revues.org/7606

Clévenot M. et V. Duwicquet (2011), « Partage du risque interrégional. Une étude des canaux budgétaires et financiers aux États-Unis et en Europe », Revue de l’OFCE, no 119, p. 5-33.

Crespy A. Ravinet, P. (2014), « Les avatars du néo-libéralisme dans la fabrique des politiques européennes », Gouvernement et action publique 2014/2 (N° 2), p. 9-29

De Grauwe P. (2011), “The European Central Bank as a lender of last resort”, Vox, CEPR policy portal, 18 août 2011.

De Grauwe P. et Ji Y. (2012), “Mispricing of Sovereign Risk and Macroeconomic Stability in the Eurozone”, Journal of Common Market Studies, 2012, vol. 50, no 6. p. 866-80.

De Grauwe P. et Y Ji (2013), « Zone euro : l’austérité et la panique », Telos, 7 mars 2013.

Draghi, Mario (2012), “Q&A: ECB President Mario Draghi”, The Wall Street Journal, February 23, 2012.

Duménil G. et Lévy D. (2012), « Dettes souveraines : Limites du traitement keynésien d’une crise structurelle », Actuel Marx, n° 51, avril 2012.

Engels F. (1878), Anti-Dühring, Éditions Sociales, 1977.

European Commission (1990), One market, one money. An evaluation of the potential benefits and costs of forming an economic and monetary union, European Economy, n° 44, oct. 1990.

European Commission (2013), European Economic Forecast, Autumn 2013.

Festinger L., Riecken H. W., et Schachter S. (1956), When prophecy fails, Pinter & Martin, 2009.

Fontan C., (2014) « L’art du grand écart. La Banque centrale européenne face aux dilemmes provoqués par la crise de la zone euro », Gouvernement et action publique 2014, no 2, p. 103-123.

Frankel J. A. and Rose, A. K. (1998), The Endogeneity of the Optimum Currency Area Criteria, Economic Journal, July, p. 1009-25.

Galbraith John K. (1954), La crise économique de 1929, Paris, Payot, 2008.

Gatinois C. (2007), « Le système bancaire mondial est affecté par la crise de l’immobilier américain », Le Monde, 02/08/07.

Hirschman A. O. (1965), “Obstacles to development: a classification and a quasi-vanishing act”, Economic Development and Cultural Change, no 13, p. 385-93.

In’t Veld, F J. (2013), “Fiscal consolidations and spillovers in the Euro area periphery and core, Economic Papers 506, European Commission, October 2013.

Keynes J. M. (1937), « La théorie générale de l’emploi », in La pauvreté dans l’abondance, Gallimard, 2002.

Lebaron F. (2009), « Croyances et discours de crise. Quelques réflexions sociologiques », communication au séminaire de socio-économie du CLERSE, université de Lille 1, 22/10/09.

Lebaron F. (2010), La crise de la croyance économique, Éditions du Croquant.

Lebaron F. (2015a), « La BCE : flexible dans la stabilité ? Éléments pour une sociologie du discours des banquiers centraux européens », Economie et institutions, no 22, p. 35-66.

Lebaron F. (2015b), « Discours d’institutions et pouvoir symbolique : le cas des banques centrales », L’Homme et la Société, no 197, p. 65-78.

Légé P. (2013), « Athènes vue de Bruxelles et de Washington », Recherches Internationales no 96, juillet-septembre 2013, p. 123-134.

Longuet S. et Marques Pereira J. (2015), « Discours de la crise, crise des discours », Économie et institutions, no 22, 1er semestre, p. 7-34.

Lordon F. (1997), Les quadratures de la politique économique, Paris, Albin Michel, coll. « Économie ».

Lordon F. (1999), « Vers une théorie régulationniste de la politique. Croyances économiques et pouvoir symbolique », L’Année de la régulation, vol. 3, p. 169-207.

Lordon F. (2008), Jusqu’à quand ?, Raisons d’Agir Éditions.

MacKenzie D. (2006), Is Economics Performative? Options theory and the construction derivatives markets, Journal of the History of Economic Thought, vol. 28, no 1, March 2006.

Marx K. [1867] (1965), Le Capital, livre I in Œuvres, I, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Mazier J. et Saglio, S. (2004), « Asymétries, ajustement et relations salariales dans l’Union européenne », Revue française d’économie, vol. 19, n° 1.

Mirowski P. (2013), Never Let a Serious Crisis Go to Waste. How Neoliberalism Survived the Financial Meltdown, Verso.

Mistral J. (2014), Guerre et paix entre les monnaies, Paris, Fayard.

Mody A. (2015), “Living (dangerously) without a fiscal union”, Bruegel Working Paper, 24th March 2015.

Muniesa F. et Callon, M. (2009), « La performativité des sciences économiques », in Steiner P. et V. François (dir.), Traité de sociologie économique, PUF, p. 289-324.

OFCE (2011), « Politiques monétaires : l’histoire sans fin », Revue de l’OFCE, n° 119, oct. 2011. http://www.ofce.sciences-po.fr/pdf/revue/13-119.pdf

Orléan A. (2009), De l’euphorie à la panique : penser la crise financière, Éditions Rue d’Ulm, Collection du CEPREMAP.

Pisani-Ferry J. (2011), Le réveil des démons. La crise de l’euro et comment nous en sortir, Paris, Fayard.

Posen A. S. (2007), The Euro, in New Palgrave Dictionary of Economics, (2nd ed).

Rey H. (2005), The Euro and Financial Markets, in A. S. Posen (dir.), The Euro at Five: Ready for a Global Role? Washington, Institute for International Economics.

Roig A. (2007), La monnaie impossible : la convertibilité argentine de 1991, Paris, thèse EHESS.

Stockhammer E. (2008), “Some stylized facts on the finance-dominated accumulation regime”, Competition and Change, 12, p. 189-207.

Streeck W. (2014), Du temps acheté. La crise sans cesse ajournée du capitalisme démocratique, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais ».

Théret, B. (2011), « Du keynésianisme au libertarianisme. La place de la monnaie dans les transformations du savoir économique autorisé », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre/Autumn.

Tort P. (1988), Marx et le problème de l’idéologie, 2nde édition, Paris, L’Harmattan, 2006.

Trichet J.-C. (2007), « Le processus d’intégration économique européenne », Intervention de Jean-Claude Trichet. Dialogue européen de la Fondation Jean Monnet pour l’Europe. Lausanne, 21 septembre 2007. URL : https ://www.ecb.europa.eu/press/key/date/2007/html/sp070921_2.fr.html

Trichet J.-C. (2008a), « La stabilité des prix est un bien en soi », entretien au journal Le Monde, 03/06/08.

Trichet J.-C. (2008b), « Interview with Le Figaro, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Irish Times, Jornal de Negócios », réalisée le 11 juillet et publiée le 18 juillet 2008.

Trichet J.-C. (2013), « Nous sommes encore dans une situation dangereuse », entretien au journal Le Monde, 14/09/13.

Walliser B., (2000) L’économie cognitive, Paris, Odile Jacob.

Wolf M. (2010), “The Grasshoppers and the ants – a modern fable”, Financial Times, 25 May 2010; “The Grasshoppers and the ants – elucidating the fable”, Financial Times, 1st June 2010.

Wyplosz C. (2005), « Les illusions du “plus” d’Europe », in Blanchard O., Pisani-Ferry J. et C. Wyplosz, L’Europe déclassée ? Paris, Flammarion.

Wyplosz C. (2011), « An open Letter to Dr Jens Weidmann », Vox, CEPR policy portal, 18 novembre 2011.

Top of page

Attachment

Top of page

Notes

1 Sur l’usage en économie de la notion bourdieusienne de « parole autorisée », voir (Lordon 1997 ; Roig 2007 et Théret, 2011)

2 Voir aussi (Lebaron, 2010, p. 61).

3 Pour Hirschman, dans les sociétés à industrialisation tardive, des individus imiteront le « comportement moderne » prévalant dans les pays déjà industrialisés : recherche du profit individuel, prise de risque, etc. « Une dissonance s’ensuivra et conduira graduellement à ces changements d’attitudes et de croyances fondamentales dont on pensait qu’elles étaient des conditions préalables aux comportements mentionnés » (Hirschman, 1965, p. 393)

4 Sur le traitement de la notion de dissonance cognitive par Akerlof et Dickens, voir Mirowski (2013, p. 115)

5 La dissonance cognitive que révèle l’interprétation de la conjoncture pointe la nécessité d’analyses sociologiques des différentes positions de pouvoir d’énonciation des prescriptions et de la diffusion de leurs justifications. La présente étude n’est qu’un élément d’une économie politique des discours de la crise que doivent féconder des analyses sociologiques et linguistiques des discours économiques (Longuet et Marques Pereira, 2015). Cela dépasse toutefois le cadre de ce travail dès lors qu’une telle réflexion engage un vaste champ de recherche sur l’instrumentalisation des idées économiques orthodoxes par des acteurs collectifs (Streeck, 2014) ou encore les divers niveaux de décision dans la construction européenne (Crespy et Ravinet, 2014).

6 Comme le note Frédéric Lordon, la politique économique a « pour avantage de mettre en évidence de manière presque idéale la part créatrice des représentations, mais également leur prédétermination structurale », ses objets étant « peut-être plus susceptibles de faire apercevoir qu’il n’y a pas toujours lieu d’abandonner le cognitif au cognitivisme et que l’élaboration des croyances et des visions du monde peut parfois être plus justiciable d’une sociologie que d’une analyse par les modèles mentaux » (1999, p. 171).

7 Si l’ensemble des agents économiques sont visés par ces discours, leurs énonciateurs accordent une attention toute particulière aux acteurs des marchés financiers en raison de la forme du capitalisme contemporain, qu’on décrive celui-ci comme un « régime d’accumulation dominé par la finance » (Stockhammer, 2008) ou comme un « régime de croissance financiarisé » (Clévenot, 2008).

8 À l’occasion du 4e anniversaire du déclenchement de la crise, le Président de la BCE, Jean-Claude Trichet, expliquait par exemple : « Nous avons, d'une manière générale, un problème de confiance dans l'économie internationale. Depuis quatre ans, nous sommes dans une période de tension, pour nous elle a commencé le 9 août 2007 […] Ce qu’il faut, c’est rétablir la confiance, une confiance qui a été entamée […] nous nous considérons nous-mêmes […] comme des ancres de confiance […] La solution du dilemme, c’est précisément la confiance, qui revient avec les bonnes politiques d’une manière générale et, naturellement, avec les bonnes pratiques budgétaires […] Pour qu’il y ait confiance, il faut que les ménages aient confiance, qu’ils consomment et qu’ils investissent. Que les entreprises aient confiance, qu’elles préparent l’avenir et qu’elles investissent. Et, bien entendu, que les investisseurs et les épargnants aient confiance. C’est ça qui fait la croissance. La croissance n’est pas quelque chose d’abstrait. C’est quelque chose qui repose sur la confiance des agents économiques » (9 août 2011, sur radio Europe 1). On retrouve cette idée dans certains discours de son successeur, Mario Draghi, mais aussi dans ceux de nombreux dirigeants politiques.

9 Pour un compte-rendu du déclenchement de la crise, voir (Orléan 2009).

10 http://www.bnpparibas.com/actualites/presse/bnp-paribas-investment-partners-suspend-temporairement-calcul-valeur-liquidative-f

11 Christine Lagarde, le 5 novembre 2007, sur Europe 1.

12 « Transcript of Peer Steinbrück interview », Financial Times, November 29, 2007.

13 Interrogée le 17 août 2007 au sujet de l’exposition des banques françaises à la crise des subprimes, Mme Lagarde répond que « l’industrie bancaire française est solide ». Le 20 août 2007, la ministre estime notamment que le « le gros de la crise est derrière nous » et que les « difficultés » rencontrées par des fonds américains constituent un phénomène « assez classique de l'économie américaine ».

14 Rappelons qu’Axel Weber annonce sa démission de la présidence de la Bundesbank en février 2011, au moment où la BCE reconnaît avoir accumulé 77,5 milliards de titres par le truchement de sa politique non conventionnelle. Sur la démission d’Axel Weber et de Jürgen Stark, cf. (Fontan 2014, p. 104).

15 « There is now a widespread consensus that nancial markets in the eurozone were systematically wrong when during 2001–08 they were charging the same risk premium on Greek and German government bonds despite huge differences in debt-to-GDP ratios of these countries […] We found evidence that a large part of the surge in the spreads of the PIIGS countries during 2010–11 was disconnected from underlying increases in the debt-to-GDP ratios […] The story of the Eurozone is also a story of systematic mispricing of the sovereign debt, which in turn led to macroeconomic instability and multiple equilibria » (De Grauwe et Ji 2012, p. 878-9)

16 « […] les pays les moins 'vertueux', ces membres du 'Club Med' que l'argot communautaire a affublés d'un sobriquet peu élégant dans sa signification anglaise : “pigs”, pour Portugal, Italy, Greece, Spain… » (23/04/97).

17 La note interne a été reproduite sur la page d'un contributeur du journal :

http://ftalphaville.ft.com/blog/2010/02/05/142451/anything-but-porcine-at-barcap/

18 Mathilde Damgé, Le Monde, 09/05/13.

19 De Fernand Braudel à Paul Krugman, ses usages théoriques sont nombreux et variés.

20 L'économie de l'UE : bilan de 2004 – Synthèse et conclusions principales, COM, (2004) 723, 26 oct. 2004, p. 2. http://ec.europa.eu/economy_finance/publications/publication11348_fr.pdf

21 En l’absence de recul suffisant, nous n’aborderons pas ici les controverses que suscite en 2015 le programme d’assouplissement quantitatif de la BCE, pas plus que celles consécutives à l’élection grecque du 25 janvier 2015 et aux négociations entre le gouvernement d’Alexis Tsipras et l’Eurogroupe. Intégrer ces développements de la crise de la zone euro engagerait l’analyse d’un nouveau corpus de discours. Notre corpus porte sur la période 2007-2013 (voir annexe)

22 "Ainsi, dans un discours adressé à des lycéens en octobre 2013, Jean-Claude Trichet attribue la crise de la zone euro d’une part à « la démolition conceptuelle et agressive du pacte de stabilité » par la France et l’Allemagne en 2003-2004 en estimant que les petits pays y ont trouvé un argument pour ne pas respecter les règles budgétaires et, d’autre part, à l’absence de réaction du Conseil européen aux divergences de compétitivité. (voir http://www.challenges.fr/europe/20131007.CHA5277/le-professeur-trichet-defend-son-heritage-devant-les-lyceens-parisiens.html)

23 Voir par exemple le Rapport de la Commission Européenne sur l’intégration financière de 2008. Ce rapport, de même que les précédents et la plupart des travaux d’experts, dénonce toutefois les retards de l’intégration, plus particulièrement quant à la formation de grandes banques européennes.

24 Les rapports annuels sur l’intégration financière européenne ne se sont préoccupés d’analyser les relations observables entre finance et croissance qu’à partir de la crise des dettes souveraines, se bornant jusque-là à invoquer la thèse de leur interaction vertueuse comme une vérité scientifique préétablie.

25 Lire par exemple (De Grauwe, 2011) et la lettre ouverte de Charles Wyplosz à Jens Weidmann, président de la Bundesbank (Wyplosz, 2011).

26 En s’engageant à maintenir les taux directeurs « à leurs niveaux actuels ou à des niveaux plus bas sur une période prolongée », la BCE a inauguré le 4 juillet 2013 un pilotage des anticipations se rapprochant du forward guidance de la Réserve fédérale américaine.

27 http://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2015-06/cp150070fr.pdf

28 Cette hypothèse est confortée par des analyses sociologiques. La permanence de la doctrine de la BCE, repérable dans une structure lexicale inchangée de ses discours, a été de pair avec un surcroît de pouvoir (Lebaron, 2015a). Sa position centrale dans la gouvernance de la zone euro paraît étroitement liée à la sauvegarde de sa réputation de gardienne de l’orthodoxie en dépit des mesures pouvant être tenues pour hétérodoxes (Fontan, 2014).

29 Standard & Poors, The Eurozone's long, unwinding road, novembre 2013.

30 Mario Draghi, discours du 22/08/2014 au symposium annuel des banquiers centraux de Jackson Hole. http://www.ecb.europa.eu/press/key/date/2014/html/sp140822.en.html

Top of page

References

Electronic reference

Philippe Légé and Jaime Marques Pereira, « Les hésitations de la parole autorisée durant la crise de la zone euro », Revue de la régulation [Online], 19 | 1er semestre/ Spring 2016, Online since 27 June 2016, connection on 26 September 2017. URL : http://regulation.revues.org/11814

Top of page

About the authors

Philippe Légé

Maître de Conférences, université de Picardie, CRIISEA, philippe.lege@u-picardie.fr

Jaime Marques Pereira

Professeur des Universités, université de Picardie, CRIISEA, jmarquespereira@noos.fr

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page