Navigation – Plan du site
Opinions - débats

L’euro ou l’oubli de la politique

Entretien avec Frédéric Lordon
Frédéric Lordon, Thomas Lamarche, Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot

Texte intégral

1RR : Selon vous, quelle est la nature de la crise actuelle de l’euro ? S’agit-il d’une crise liée à une politique monétaire ou à un taux de change inapproprié ? Ou bien, plus fondamentalement, s’agit-il d’une crise monétaire structurelle, essentielle et politique ?

2Frédéric Lordon : D’emblée, donc, la question fondamentale ! Il n’y aurait rien de pire, en effet, que la vue exclusivement, étroitement économiciste sur la crise de l’euro. Assurément, cette vue a-t-elle sa part de pertinence. Elle tient pour l’essentiel dans l’idée qu’une politique monétaire unique, interne et externe est vouée à être dysfonctionnelle dans une zone spatialement hétérogène où les régions, de structures disparates, appellent des actions de régulation conjoncturelle différenciées. C’est l’argument classique des Zones Monétaires Optimales. Décréter que « one size fits all », c’est se vouer à ce que « one size fits nobody » (ou bien seulement les pays dominants qui pèsent le plus sur les orientations de la politique monétaire), spécialement en l’absence de tout autre mécanisme d’ajustement. On sait maintenant parfaitement que les taux d’intérêt, qui ont été largement fixés sous l’influence des pays du Nord, étaient inadaptés aux pays du Sud et y ont causé une explosion de l’endettement des agents, notamment privés, qui a conduit par exemple à l’énorme crise immobilière espagnole ou à l’accumulation des créances douteuses dans les banques grecques. Il est évident également que bon nombre des pays du Sud (catégorie assez vague puisqu’on pourrait sans doute y inclure la France) ont pâti de l’absence de degré de liberté du change. En moyenne période, sa médiocre position dans la division internationale du travail, renforcée par les effets de polarisation propres à une zone d’intégration commerciale, interdisait à la Grèce de soutenir l’inclusion dans un espace de concurrence « libre et non faussée » sans disposer par ailleurs de la possibilité d’ajuster son taux de change. Il est bien évident que la sortie de l’euro a d’abord pour vertu de reconstituer les instruments de la politique monétaire interne et externe, et de restaurer les degrés de liberté perdus du policymix — dans une période de récession comme celle qui s’est ouverte depuis 2008, ça n’est vraiment pas du luxe.

  • 1 L’OMT consiste en la possibilité pour la BCE d’intervenir sans limite aucune sur le marché secondai (...)

3Mais, bien sûr, ça n’est là que la part pour ainsi dire « technique » et, à ce titre, superficielle de la crise de l’euro, qui est en réalité d’une tout autre nature : une crise en effet profondément politique, qui nous rappelle que la monnaie est une construction sociale et politique. D’un certain point de vue d’ailleurs, il ne faut pas céder à une dichotomie analytique trop tranchée de « l’économique » et du « politique ». L’échec de régulation économique (je prends ici le mot « régulation » au sens faible de l’action régulatrice conjoncturelle du policy-mix) produit inévitablement des effets politiques par mise en cause du pouvoir d’État dont le privilège à gouverner a pour contrepartie légitimatrice la fourniture de certaines prestations, au nombre desquelles, en régime capitaliste, le maintien de l’activité économique et de l’emploi. Que s’est-il passé en Grèce sinon l’opération de ce mécanisme de rappel élémentaire ? Du moment où la mise en place de l’OMT (Outright Monetary Transaction1) par la BCE en septembre 2012 a cassé la dynamique proprement spéculative qui conduisait à l’effondrement endogène (au sens de l’endogénéité économique) de l’euro par et dans la sphère des marchés de capitaux, ce sont les mécanismes politiques qui ont pris le relais. Bien sûr leurs seuils de déclenchement sont beaucoup plus éloignés, et leur inertie plus grande — du fait notamment de tous les effets de découplage que produisent les institutions de la représentation, également du cadenassage de l’offre politique et de la difficulté qu’y apparaisse une nouvelle proposition. Mais ils ont fini par jouer — avec 25 % de récession, 25 % de taux de chômage, plus de 20 % de chute du revenu disponible moyen, ça devait bien finir par se produire en Grèce. C’est un mécanisme similaire qui vient de jouer avec la coalition inédite à gauche au Portugal. On l’a espéré également en Espagne avec Podemos. Ça n’est pas le lieu d’entrer ici dans l’analyse des échecs, déjà consommés ou prévisibles, de ces expériences, mais on peut au moins constater qu’elles ont su frayer leurs voies jusqu’au pouvoir — après… —, et c’est déjà quelque chose. Quelque chose, donc, qui n’est pas seulement le symptôme d’un échec fonctionnel de régulation macroéconomique mais d’une malfaçon politique beaucoup plus fondamentale. Dont le lieu est la souveraineté.

4Il est désormais évident que la promesse d’un arasement transitoire des souverainetés nationales en vue de leur reconstitution à l’échelle territoriale étendue de l’Union était mensongère. On pouvait en avoir l’intuition, davantage même, dès le tout début. La malfaçon est inscrite dans le traité de Maastricht même, reconduite, confirmée et aggravée dans tous les traités subséquents (Lisbonne, TSCG) : elle consiste évidemment en la constitutionnalisation de toute une série de dispositions relatives à la politique économique, auxquelles il était injustifiable de donner pareil statut. On peut difficilement arguer de l’inexistence d’instances auxquelles les confier : a priori, une section du parlement européen spécifique à l’eurozone pouvait en tenir lieu, et à défaut le conseil Ecofin ou le conseil de l’Europe, même si ce sont des lieux non pas proprement fédéraux mais intergouvernementaux. En réalité, mais pour des raisons que nous évoquerons plus tard, la sanctuarisation « constitutionnelle » d’un modèle de politique économique n’était pas un défaut adventice en attente de sa correction future, mais bien un propos tout à fait délibéré auquel, je crois, tout progrès institutionnel vraisemblable ne changera rigoureusement rien. En attendant voici l’état des choses : dans une construction politique qui déclare en ses textes les plus solennels se recommander du principe démocratique, une part de première importance des politiques publiques, la politique économique, est soustraite à toute démocratie pour être confiée à des règles sur lesquelles aucune souveraineté, quel qu’en soit le lieu, n’a plus prise — le seul élément de souveraineté restant étant bien sûr la BCE, manque de chance elle est indépendante. Quand bien même ils en tolèrent des réalisations nationales extraordinairement imparfaites, les peuples ont gardé très vivace à l’esprit (si l’on peut parler ainsi) l’idée générale de la souveraineté, qui s’assimile en tout à celle de la démocratie, et il est un stade de déni, allègrement franchi par les institutions de l’eurozone, au-delà duquel des réactions politiques, prenant très explicitement le thème de la souveraineté pour motif, sont vouées à se faire connaître. La chose est d’autant plus probable dans des situations de crise qui appellent des réponses de politique économique discrétionnaires et flexibles, là où la sanctuarisation constitutionnelle prend nécessairement la forme de la règle, donc de la rigidité, et ne détermine qu’à un seul type d’ajustement, en l’occurrence le plus catastrophique. Il est logique, dans ces conditions, que la discussion sur la dysfonctionnalité de la politique économique européenne (ou des politiques économiques nationales déterminées par l’intégration européenne) remonte d’un cran en généralité, pour mettre en question ce qui détermine vraiment cette inefficacité « technique », à savoir la neutralisation de tout pouvoir discrétionnaire souverain — et, d’économique, la discussion se fait inévitablement politique.

5RR : Pensez-vous que d’autres crises de l’euro sont vouées à se reproduire dans un futur proche ?

6Frédéric Lordon : Les mêmes causes entraînant les mêmes effets, et le paysage des causes demeurant soit inchangé soit aggravé, on ne voit pas comment, à quelque échéance, on pourrait y échapper. Aggravé du côté de la finance privée puisque : d’une part, l’explosion des passifs des banques centrales pour sauver le secteur bancaire a conduit à mettre en circulation des volumes de liquidité sans précédent, en quête des meilleurs emplois spéculatifs, donc voués à reformer une ou des bulles, on ne sait trop où (pour l’heure marchés émergents et secteurs des valeurs technologiques) ; d’autre part, la consolidation bancaire consécutive à la crise de 2007-2008 a conduit à la formation d’établissements non plus too big to fail, mais too huge to fail ! ; enfin, aucune régulation sérieuse n’a vu le jour, ni aux États-Unis avec un Dodd-Frank Act vidé de sa substance avant même d’avoir été mis en œuvre, ni, évidemment en Europe, avec une Union bancaire Potemkine. Car voilà l’horrible vérité : le seul progrès institutionnel accompli par l’Union européenne en cette matière n’en est pas un. Son dispositif de surveillance repose sur un principe totalement inadéquat, en son fond le même que celui des variantes successives des accords de Bâle, qui n’ont rien empêché, et pour cause : les ratios de solvabilité, quelles qu’en soient les définitions et quels qu’en soient les seuils réglementaires, ne font jamais que mesurer, très imparfaitement d’ailleurs, la supposée résistance des banques à une crise de marché… c’est-à-dire ne touchent en rien aux mécanismes qui sont à l’origine de ces crises. Comme l’épisode de 2007-2008 l’a abondamment montré, les crises bancaires en univers de marché sont, non pas des crises de solvabilité mais des crises de liquidité, contre lesquelles, par construction, même des ratios de solvabilité étincelants ne pourront jamais rien. Par ailleurs, le fonds de garantie bancaire, qui, par construction lui aussi, est voué à venir après la bataille, est d’une taille lilliputienne relativement aux volumes de ce qu’il y aura à garantir en cas d’accident systémique — 60 milliards d’euros à comparer aux milliers de milliards d’euros qui font les passifs bancaires privés (même si seuls les dépôts sont à y garantir), ça n’est même plus dérisoire, c’est carrément grotesque. Dans ce genre de circonstances d’ailleurs, il est très clair qu’aucun fond n’est capable d’être à la hauteur de la situation et que des garanties d’une telle ampleur passent nécessairement par des concours de liquidité de la banque centrale. Et si c’est pour monter un fond capable de rattraper des faillites bancaires ponctuelles, les fonds nationaux étaient sans doute bien suffisants.

7La situation générale de prise d’otage des régulateurs et des institutions publiques par le secteur financier privé n’a pas été modifiée d’un iota, elle s’est même aggravée, les volumes de liquidité en circulation n’ont jamais été aussi astronomiques, les institutions financières jamais aussi grosses ni si puissantes, attendons donc avec confiance le prochain gadin. Quand il surviendra, le modèle européen de politique économique, lui aussi inchangé, produira les mêmes effets catastrophiques d’amplification de la récession, et nous devrions être en proie à un étonnant sentiment de déjà-vu.

8RR : Vous vous êtes prononcé en faveur d’une sortie de la Grèce de la zone euro. Comment expliquez-vous que 84 % des Grecs, selon un sondage publié cet été, ne souhaitent pas abandonner la monnaie unique ? Si l’euro est réellement à l’origine des maux économiques et sociaux en Europe, pourquoi l’opinion est-elle majoritairement favorable (57 % en mai 2015, selon l’eurobaromètre) à l’euro ? Les peuples sont-ils aveugles, les agents économiques irrationnels ? L’euro est-il vraiment un instrument contre la démocratie si les peuples lui sont favorables ?

9Frédéric Lordon : Pour tout vous dire, je n’ai jamais compris qu’on puisse accorder quelque considération à ce genre d’argument, pur produit de la rhétorique médiatique qui donne les sondages pour de la connaissance expérimentale. On sait bien pourtant que ce que disent les sondages est profondément conditionné par la formulation de la question même — et si l’on avait interrogé les Grecs en ces termes : entre la prolongation de l’austérité et la sortie de l’euro, que choisissez-vous ? — et du climat médiatique ambiant qui accommode à sa manière une question distordue dès l’origine… en la distordant davantage encore. Mais il faudrait surtout opposer aux sondages, comme l’avait fait Pierre Bourdieu il y a déjà longtemps, leur inanité congénitale : inanité de questions (mal) posées de but en blanc à des individus séparés qui n’ont eu aucun moyen, notamment temporel, d’y réfléchir. En janvier 2005, les sondages indiquent que le traité constitutionnel va l’emporter à plus de 60 %. Cinq mois plus tard, comme on sait, le non passe à 55 %. Que s’est-il passé entre temps ? Il s’est passé un débat. Le corps politique s’est pour de bon emparé de la question et l’a travaillée. Tous ceux qui se sont peu ou prou engagés pour le non pendant cette période se souviennent avec émotion de l’effervescence intellectuelle et politique qui a fait de ce débat constitutionnel européen l’un des rarissimes moments de démocratie en France depuis des décennies. Le seul sondage qui vaille, c’est celui qui vient clore un débat et non pas celui qui l’inaugure. À défaut, on ne le sait que trop, c’est le bruit de fond de l’oligopole des locuteurs autorisés, qui fait la réponse et on sait ce qu’il dit d’habitude. On observera qu’en Grèce, d’une part les sondages ont commencé à bouger quand Syriza est arrivé au pouvoir (le maintien dans l’euro est descendu de plus de 80 % à 70 %), et surtout, d’autre part, que le débat de la sortie n’a jamais vraiment eu lieu. Tsipras ne voulait en aucun cas l’ouvrir, et les seuls qui auraient pu le porter, à savoir la Plateforme de gauche, s’en sont abstenus au nom de la solidarité gouvernementale. Mais on pourrait aussi considérer, comme Stathis Kouvelakis l’a suggéré, que le référendum du 5 juillet a offert l’esquisse d’un sondage en vraie grandeur : car le camp du oui n’a cessé de marteler que voter pour le non c’était voter pour la sortie ! Les électeurs ne sont pas totalement idiots et il en est sans doute un bon nombre qui ont maintenu leur vote pour le non en toute connaissance de cause.

10Mais plus généralement, il y a lieu en effet de se demander ce qui rive les peuples à l’euro en dépit de ses tares économiques et politiques avérées. La réponse tient à deux effets de verrouillage assez bien identifiés, spécialement puissants dans le cas de l’euro : en premier lieu l’absence, dans le spectre de l’offre politique, d’une proposition significative endossant cette ligne et permettant de faire vivre la question dans le débat public, ailleurs que dans ses marges. Or il est manifeste qu’aucun parti, hormis le Front national — et lui, monte ! —, ne porte cette perspective, notamment à gauche où le Parti de gauche a été jusqu’à il y a peu en proie à toutes sortes d’atermoiements, et le PC résolument hostile. [S’agissant du cas de la France (et pas seulement d’elle d’ailleurs), il faudrait s’interroger longuement sur les blocages idéologiques qui ont empêché la gauche (la vraie), normalement porteuse des alternatives dans le paysage politique, de s’emparer de la sortie de l’euro, plus encore si l’on mesure à quel point la contrainte européenne fait radicalement obstacle à toute politique progressiste possible. Mais il faudrait entrer, ou plutôt plonger, dans la discussion sur les oppositions supposées (et en réalité controuvées) de la « souveraineté nationale » et de l’« internationalisme », sur le rabattement systématique (et frauduleux) de la sortie de l’euro sur les solutions d’extrême-droite, et la totalité de notre entretien n’y suffirait pas].

11En Grèce, on sait ce qu’il en a été : l’équivoque Syriza a été dissipée en six mois d’exercice du pouvoir et de confrontation à la réalité institutionnelle de l’eurozone. En Espagne, Podemos a d’emblée indiqué que la question de la sortie de l’euro était exclue de son agenda — il est manifeste que le spectacle de l’échec de Syriza ne lui fait pas du bien… Au Portugal, la coalition de gauche récemment arrivée au pouvoir est sous la domination du parti socialiste, tout est donc dit. Nous vivons sans doute un moment intermédiaire dans lequel, objectivement, des alternatives font leur apparition sur la scène politique, mais de manière vacillante, mal-assurée, et toutes terrorisées par l’énormité du tabou qui pèse sur la question de l’euro — la sortie étant assimilée à la renaissance inévitable des nationalismes fascistes (l’argument est tout à fait explicite dans la bouche, par exemple, des deux ministres des finances grecs, Yanis Varoufakis et Euclide Tsakalotos, et aussi de tant d’autres…). Le mécontentement qui monte dans les populations s’exprime donc de manière confuse faute de trouver dans l’offre politique des relais qui puissent lui donner une expression clarifiée et convenablement dirigée, ou bien conséquente. Par défaut — et voilà le deuxième effet de verrouillage —, c’est l’oligopole du discours public (personnalités politiques, éditorialistes, experts, etc.) qui impose ses effets d’intimidation — j’ai évoqué à l’instant le procédé d’assimilation de la sortie de l’euro à l’extrême-droite — et se charge, sans trop d’effort, de barrer le débat en renvoyant aux marges et à l’irresponsabilité les voix dissidentes.

12Se peut-il par ailleurs que le bloc hégémonique connaisse un jour la fracture ? Rien ne permet de l’écarter a priori, même si en évaluer la probabilité est une autre affaire. On sait très bien en tout cas qu’il est une partie du capital, notamment sa fraction industrielle, et parmi elle les PME, qui, mesurant les dégâts d’une politique d’austérité et les avantages de la dévaluation, pourrait très bien envisager une sortie de l’euro, exactement de la même manière qu’une de ses fractions, mais minoritaire, s’était rebellée dans les années 1990 contre la politique de désinflation compétitive. Le rapport de force à l’intérieur de cet ensemble du capital est incertain mais on ne peut pas du tout exclure qu’il vienne à changer si la récession dure. Il est probable qu’un discours hostile à l’euro mais porté par des locuteurs considérés comme « légitimes » aurait un réel impact, forçant notamment sa reprise dans les médias, et pouvant augurer possiblement d’un retournement de plus grande ampleur à l’intérieur de la sous-classe « parlante ». Avec, bien sûr, le risque, si ce discours gagnait en consistance de déboucher sur une sortie « à l’anglaise » : le néolibéralisme (peut-être même l’austérité !) poursuivi hors de l’euro… à moins que ce ne soit la gauche qui parvienne à exploiter la libération du thème de la sortie et fasse sa sortie à elle (on peut toujours rêver…). Observons quand même qu’en Grèce aucun de ces détours n’a été nécessaire pour qu’une force qu’au départ on pouvait dire réellement de gauche émerge et soit en position de — à défaut d’en faire quelque chose. En tout cas, et comme nous y invite Razmig Keucheyan par son travail de relecture, il faut sans doute ici être gramscien : la défense de l’euro se joue bien dans les « tranchées » et dans les « fortifications », ces ceintures extra-économiques de protection de l’ordre économique.

13RR : Envisagez-vous la possibilité politique d’une sortie unilatérale de l’euro par un État membre ? Une autre hypothèse serait la sortie de l’Allemagne de l’euro puisque d’un certain point de vue c’est l’Allemagne qui fait figure de cas atypique dans l’UE. Qu’en pensez-vous ?

14Frédéric Lordon : À part une grande négociation de dissolution générale de la zone, qui d’ailleurs ne serait pas sans bonnes propriétés, je ne vois pas comment une sortie pourrait être autre qu’unilatérale. Le point décisif en cette matière tient à la désynchronisation a priori des conjonctures politiques. C’est bien d’ailleurs (entre autres) ce qui faisait la faiblesse stratégique de la position de gauche militant pour « un autre euro », pour une transformation de l’euro de l’intérieur. Celle-ci supposait en effet l’arrivée au pouvoir d’un nombre suffisant de gouvernements de gauche décidés à lutter ensemble pour obtenir cette transformation. Mais quand on sait ce qu’est la probabilité d’occurrence d’une telle arrivée au pouvoir pour un seul gouvernement, on voit bien ce qu’il en est de la propriété jointe de l’arrivée simultanée de quatre ou cinq d’entre eux ! La seule conséquence à en tirer est que celui se trouve le premier en position doit passer à l’acte sans attendre les autres.

15Ceci étant dit, il y a en effet la question de l’Allemagne, qui est très opportune. Contrairement à l’idée reçue, il me semble que les tensions centrifuges au sein de la zone euro sont les plus fortes, non pas dans les pays maltraités, comme on serait spontanément porté à le penser, mais dans le sous-ensemble des pays dominants, en particulier la Finlande, mais également, oui, l’Allemagne. Dans la liste des candidats à la sortie, Grexit, Brexit (même s’il s’agit de l’UE), etc., la tache aveugle c’est le Gerxit, la sortie de l’Allemagne, dont je crois tout à fait qu’elle pourrait, évidemment dans certaines conditions très particulières, envisager d’abandonner l’euro. Abandon paradoxal, et par là toujours refoulé, puisque c’est l’ultra-dominant lui-même qui quitterait l’ordre institutionnel faisant sa domination. Cependant, cet abandon paradoxal pourrait survenir, non pas tant du fait d’un alourdissement de la facture des plans de sauvetage, mais du moment — peu probable pour les raisons que je viens d’indiquer — ou se ferait connaître une coalition d’États membres décidés à modifier significativement les principes organisateurs de la zone. Car ces principes sont ses principes. L’Allemagne en avait fait la condition sine qua non de sa participation à la monnaie unique européenne, mais ce coup de force des commencements a en fait été prolongé comme un ultimatum continué, si bien que toute entorse pourrait être de nature à lui faire reconsidérer très sérieusement sa participation. Une sortie de l’euro conduirait-elle à une réévaluation du néo-deutschemark ? Je pense qu’entre la diminution temporaire des excédents commerciaux et l’intégrité de leurs principes, les élites allemandes n’hésiteront pas un instant. Au demeurant, c’est là l’un des autres arguments qui me paraît condamner la perspective de « l’autre euro possible » : du moment où elle commencerait à se matérialiser, je veux dire que se formerait une coalition transformatrice avec des chances significatives de succès, c’est l’Allemagne, probablement pas seule, qui prendrait le large… et le projet de « l’autre euro » échouerait au moment précis où il s’apprêtait à réussir, ou plus exactement encore : il échouerait du fait même qu’il s’apprêtait à réussir.

16RR : Les effets de contagion d’une sortie d’un pays autre que l’Allemagne, la Grèce par exemple, sur le Portugal, puis l’Italie ou l’Espagne pourraient-ils être contrôlés ? Comment ?

17Frédéric Lordon : La vérité, c’est qu’on n’en sait rien, et qu’on ne peut que spéculer à ce sujet. D’abord de quels effets de contagion parle-t-on ? Il y a en premier lieu la contagion proprement monétaire-financière, spéculative, par les marchés de capitaux. Il est bien certain que ces derniers ne resteraient pas indifférents ! Je crois que les partisans de la solution consistant à pousser les Grecs dehors n’ont pas bien mesuré la révision qu’un tel événement occasionnerait dans l’ensemble des croyances des investisseurs : tout simplement que l’UEM n’est plus une construction irrévocable mais de nouveau une sorte de club de changes fixes d’où des sorties, ou des expulsions, redeviennent possibles. C’est dire que réapparaît un type de possibilité autrefois éliminé. Mais un type de possibilité, c’est un ensemble d’événements futurs contingents, donc probabilisables, et même « spéculables ». Comme on sait les marchés n’aiment rien tant qu’aller tester les limites des configurations monétaires, comme une manière d’extraire de l’information quant à la fonction d’utilité des institutions qui sont censées les défendre. Par ailleurs, comme l’ont abondamment montré les crises financières internationales précédentes, dès qu’un événement survient qui réalise un certain type de possibilité, les marchés s’empressent de dresser la liste des événements subséquents. Si donc la Grèce sortait, il est tout à fait certain que la liste des « candidats suivants » serait aussitôt dressée, et les heureux élus dûment attaqués dans l’ordre.

18En théorie, le dispositif de l’OMT, mis en place par la BCE en septembre 2012, est là pour contrer toute contagion spéculative. Mais en théorie seulement, car de lourdes hypothèques pèsent sur son activation réelle en cas de besoin. On n’en revient pas qu’ait fait si peu de bruit cet épisode proprement invraisemblable qui a vu la Bundesbank poursuivre en justice la BCE (auprès de la Cour constitutionnelle allemande) pour tenter de faire annuler cette disposition dont il faut bien admettre qu’elle a été la seule à pouvoir enrayer l’explosion de l’euro sur les marchés. Du reste, la Cour de Karlsruhe s’est défaussée de la décision sur la CJUE, laquelle n’a pas tranché très clairement. À l’intérieur même de la BCE, il y a donc une force dissidente — et quelle force : le président de la Bundesbank ni plus ni moins ! — qui s’oppose frontalement au seul dispositif susceptible de contrer une contagion spéculative. Il ne faut pas douter que toute perspective de l’utilisation de l’OMT déclencherait aussitôt un débat extrêmement intense en Allemagne — avec quelles conséquences, notamment sur l’opinion des marchés ? nul ne peut le dire.

19Mais il y a aussi la contagion politique. Celle-ci est encore plus imprévisible que la précédente. Sur le coup il est très probable que l’événement majeur de la sortie d’un des États membres entraînerait aussitôt une effervescence du débat sur l’euro dans toute l’Europe. Cependant, tant que les échéances électorales demeurent le seul débouché politique, la conversion de cette effervescence en alternance est remise au calendrier constitutionnel. Or cet effet retardateur peut être lourd de conséquences. Par exemple, supposons que la Grèce soit sortie, disons en février 2015. Quel en aurait été l’effet sur les élections portugaises de novembre et les élections espagnoles de décembre ? Tout porte à croire que l’économie grecque se serait retrouvée à ce moment-là au plus dur de la période transitoire où les bénéfices de la sortie ne se sont pas encore manifestés et que seuls ses coûts intermédiaires sont visibles. On peut imaginer que la situation grecque n’aurait pas donné un exemple très fameux, et même que tout aurait découragé les électeurs d’une possible émulation.

20RR : Si l’on vous suit dans cette idée de sortie de la Grèce de la zone euro, quelles devraient être selon vous les conditions politiques et techniques de cette sortie pour qu’elle soit réussie ? Devrait-elle être négociée ? Si oui, quels devraient être les éléments clés de la négociation de part et d’autre ?

21Frédéric Lordon : Je ne vois pas bien l’eurozone avoir la grandeur d’âme de négocier quoi que ce soit pour améliorer les conditions de sortie de l’un de ses membres qui l’abandonnerait... Et ceci d’autant moins que, pour des pays comme la Grèce, si on se jette dans un grand saut pareil, autant ne pas faire les choses à moitié : en l’occurrence, la sortie serait pour elle l’évidente occasion de faire défaut sur une bonne partie de sa dette. Il n’est pas certain que la BCE, le MES et les autres États membres apprécieraient…

22Maintenant, pour ce qui est des conditions techniques, la plus importante tient évidemment à la mise en place d’un contrôle des capitaux. C’est à la fois une mesure d’urgence mais qui ne doit pas être vue comme une mesure transitoire seulement. Dans l’extraction hors de l’euro, il y va aussi de cette possibilité cruciale de réviser la forme de l’insertion de l’économie nationale dans la circulation internationale des capitaux. Je trouve toujours sidérante l’objection, venue notamment de la gauche alter-européiste, qui consiste à dire « mais le retour à la monnaie nationale ne tiendra pas face aux tempêtes spéculatives qui s’abattront aussitôt ». Merci bien, c’est une évidence qui n’a échappé à personne. C’est bien pourquoi la sortie de l’euro n’a pas de sens hors d’une refonte complète du modèle de politique économique, y compris de la structure de ses contraintes. Aussi peut-on dire de la sortie de l’euro qu’elle nécessite, mais surtout qu’elle permet enfin, de revenir sur la mondialisation financière supposément « obligée ». La chose est donc à la fois éminemment souhaitable en soi et la (l’une des) condition(s) nécessaire(s) de réussite de la manœuvre.

23Mutatis mutandis, on pourrait sans doute dire la même chose à propos du régime commercial de l’échange des biens et services. Une économie comme la Grèce, à position faible dans la division internationale du travail, qui plus est dont la base industrielle a été détruite par cinq années de récession, verrait la sortie de l’euro d’abord mettre la balance courante en sérieux déficit. Pour éviter que celui-ci ne prenne trop d’ampleur, il n’y aura pas d’autre moyen que de contingenter les importations de certains biens qui ne sont pas de première nécessité. Mais là encore, c’est une occasion de remettre en question, plus tard, à froid, le degré auquel l’économie se soumet aux accords de libre-échange et à la concurrence libre et non faussée — de ce point de vue la sortie de l’euro se prolongerait vraisemblablement en sortie de l’UE.

24Dans l’ordre des mesures « techniques », mais en fait éminemment politiques, il entre aussi la nationalisation des banques pour disposer d’un pôle unifié capable de piloter une relance coordonnée du crédit à l’échelle macroéconomique. Pour ma part, je considère qu’un tel pôle bancaire public ne peut être qu’une configuration transitoire, et qu’il doit muter ensuite sous la forme d’un « système socialisé du crédit » qui réalise le principe de « déprivatisation » du crédit mais sous une tout autre modalité que la nationalisation (étatisation).

25RR : Les difficultés rencontrées par la gouvernance de l’euro reposent-elles sur une forme d’hégémonie monétaire de l’Allemagne ? Les différences de conceptions de la monnaie et de l’Europe entre les pays de la zone euro ne jouent-elles pas un rôle ?

26Frédéric Lordon : C’est la question centrale, et c’est la question infernale. Il faut tenir pour une indication d’époque qu’une question aussi élémentaire et aussi légitime ne puisse plus être posée, en tout cas dans le débat public politique, sans faire aussitôt l’objet d’un tombereau d’imputations délirantes. On entend aussitôt hurler à la germanophobie (ce qui ne doit certainement pas occulter qu’on entend parfois sur, ou contre, l’Allemagne des propos consternants), les demi-habiles s’offusquant eux bruyamment en disant « essentialisme » ou « essentialisation », croyant par-là se propulser dans la stratosphère de la pensée. Mais tout ceci est simplement navrant. Pour le coup, y répondre dans une revue de sciences sociales, spécialement celle de la Régulation devrait récréer les conditions d’une discussion analytique un peu raisonnable. Spécialement celle de la Régulation en effet, car la Régulation est riche en travaux ayant éclairé la particularité de l’investissement collectif dont la monnaie a été, est encore, l’objet en Allemagne — on pense évidemment aux travaux d’André Orléan, mais aussi à celles des analyses qui lui sont consacrées dans l’ouvrage La monnaie éclairée par ses crises coordonné par Bruno Théret. Or c’est peu dire que tous ces travaux ont conduit à dégager ce qu’il est bien permis d’appeler une idiosyncrasie monétaire allemande, d’ailleurs dans la droite ligne d’analyse de la Régulation qui, précisément, renonçant à la fausse généralité des lois-économiques-les-mêmes-partout, a cherché dès le début à cerner la particularité des arrangements institutionnels faisant « modèle » (mode de régulation), le plus souvent à l’échelle d’un groupe de pays réunis en « classe d’équivalence », mais aussi à l’échelle nationale. Qu’il y ait des formations symboliques de longue période repérables à l’échelle nationale, c’est une trivialité que n’importe quelle science historique est par essence disposée à voir. Y en a-t-il une en matière monétaire en Allemagne ? Oui. Est-elle toujours à l’œuvre ? Oui. Pour combien de temps encore ? On ne sait pas.

27En réalité, comme on le sait, il faut élargir le spectre de l’idiosyncrasie allemande au-delà de la seule question monétaire jusqu’à la doctrine ordolibérale dont elle est une composante. La caractéristique centrale de l’ordolibéralisme, qui nous reconnecte à votre toute première question, est sans doute à localiser dans sa phobie du discrétionnaire, à son intention de tenir en respect le discrétionnaire, conçu comme porte ouverte à l’abus. On voit bien où mène immanquablement cette préoccupation : à la neutralisation de la souveraineté elle-même puisque, par définition, la souveraineté, c’est la discrétion… Une bonne partie de l’hostilité britannique à l’Union européenne s’exprime, comme on sait, dans le camp conservateur, et néanmoins elle tient notamment à cette question. Lorsqu’on met de côté le travail des intérêts matériels, très réels, comme soustraire la City à toute emprise régulatrice de Bruxelles, et qu’on s’intéresse à la part idéologique de la chose, on rencontre symptomatiquement des réaffirmations du principe de souveraineté, compris (adéquatement) comme le principe démocratique même, auquel l’UE attente d’une manière incontestable (et rendue encore moins contestable après la crise grecque de 2015). Ainsi Ambrose Evans-Prtichard, chroniqueur au Telegraph, journal pas exactement progressiste écrit-il :

  • 2 Ambrose Evans-Pritchard , “Greek debt crisis is the Irak War of finance”, Telegraph, 19 juin 2015.

Personnellement, je suis un conservateur burkéen, partisan du libre-marché. Idéologiquement, Syriza n’est pas ma tasse de thé. Cependant, nous autres, burkéens, nous aimons la démocratie — et nous n’avons que faire des juntes monétaires — même quand la démocratie amène l’élection d’un gouvernement de gauche radicale2.

28En tout cas, l’on comprend mieux dans ces conditions que la construction économique et monétaire européenne, importatrice brute de la conception allemande en la matière, soit affligée d’une économie générale de la souveraineté aussi défaillante, on voit mieux en particulier que la chose n’a rien d’accidentel, qu’elle était nécessaire dès lors que les autres États membres ont fait droit au coup de force inaugural des Allemands (coup de force réel même si dans les faits il n’est pas apparu comme tel puisque ces autres États membres, eux-mêmes emportés par la vague de l’idéologie néolibérale, ont validé comme conforme à leurs propres orientations ce qui leur était ainsi soumis par l’un d’eux). Il n’y a pas à chercher très loin pour rendre raison historique de cette hantise de la discrétion qui est comme l’arrière-plan spectral de l’ordolibéralisme : deux expériences traumatiques de l’abus discrétionnaire hantent l’histoire allemande, l’hyperinflation de 1923, archétype de l’excès discrétionnaire monétaire, et le nazisme bien sûr, abus généralisé et monstrueux de la discrétion étatique. Faire rempart à la discrétion conçue comme abus prévisible, en fait quasi certain, me semble être la caractéristique commune à bon nombre des principales institutions allemandes : l’État fédéral a été explicitement agencé comme antidote à la concentration des pouvoirs en l’État central ; la banque centrale indépendante a évidemment vocation à retirer au pouvoir politique la possibilité de la discrétion monétaire ; l’ordolibéralisme lui-même, comme modèle de politique économique est la réalisation du principe rule vs discretion, la réduction de la conduite du policiy-mix à une automatique. L’intensité de la mémoire historique des épisodes traumatiques, attestée par le fait même qu’elle continue d’être active par-delà le renouvellement des générations, donne sa particularité à la doctrine ordolibérale qui revêt un caractère métapolitique. La doctrine n’a pas le statut d’une idéologie politique ordinaire, luttant contre ses contradictrices dans le champ politique. Comme croyance sociale de niveau supérieur, elle détermine plutôt l’épure « méta-idéologique » à l’intérieur de laquelle se tiennent ensuite les conflits entre différenciations idéologiques secondaires. Le consensus social dans ce qu’on appellera pour faire vite la croyance monétaire allemande est d’une tout autre nature que l’indifférenciation « gauche » — droite, désormais bien identifiée, à l’œuvre dans presque tous les autres pays. Cette indifférenciation-là demeure politique au sens commun du terme, ses principes s’ils sont très solidement représentés dans les politiques publiques actuelles pourraient être renversés par le travail idéologique « ordinaire » (incluant bien sûr toutes ses déterminations matérielles). Dans le cas allemand, il s’agirait de bien autre chose : la liquidation d’un élément de l’imaginaire collectif de longue période, un peu comme si on demandait à la société française de revenir sur la séparation de la religion et de l’État. Rien n’interdit de penser la chose en principe (qu’on pense par exemple au dernier roman de Houellebecq…) : créées par l’histoire, les formations symboliques, même de longue période, sont vouées à passer par l’histoire. La question est celle de l’horizon temporel et aussi de ce qu’il en coûte en quelque sorte d’énergie collective, de travail sur soi de la société, pour produire de tels remaniements. C’est pourquoi la même conjoncture de crise économique qui pourrait conduire sans trop de difficultés certains pays à se débarrasser de certains principes de l’eurozone (« et si on autorisait la mise en déficit délibérée pour conduire des politiques contracycliques ? Et si on autorisait la banque centrale à des financements monétaires ouverts de certains agents, notamment publics, ou de certains programmes ? », etc.), sera insuffisante à produire en Allemagne de semblables révisions, et même la simple tolérance à des entorses, vécues comme un risque jurisprudentiel inacceptable.

29L’ordolibéralisme allemand s’est idéalement coulé dans le mouvement général du néolibéralisme initié à partir de la fin des années 1970. C’est bien pourquoi, je l’ai dit, l’adoption de ses principes par la construction européenne s’est faite sans heurt ni imposition apparente : tous les autres gouvernements ont pu s’y reconnaître et les valider comme leurs. Cependant, cette coïncidence inaugurale a masqué la particularité de l’investissement allemand, qui ne réapparaît qu’en situation de tension, où l’on voit ce qu’il en coûte à qui d’abandonner quoi. Si donc il y a un « problème » général du néolibéralisme en Europe, il n’y en a pas moins une complication particulière allemande. De là, en effet, la plausibilité de l’hypothèse du Gerxit si un basculement de majorité doctrinale menaçait de survenir dans l’eurogroupe.

30RR : Les crises successives de la zone euro montrent le caractère ténu du sentiment européen. N’est-ce pas l’une des premières limites à la construction d’une union fédérale ? Pour sortir de la situation actuelle, vous semble-t-il possible de dépasser la dimension nationale ?

31Frédéric Lordon : L’idiosyncrasie allemande amène en effet à se poser la question des conditions de possibilité de la coexistence d’hétérogénéités — la problématique même de la formation des communautés politiques. Dans le cas de l’eurozone, cette coexistence s’est organisée de manière asymétrique-hégémonique sous le primat allemand, masquée par la convergence ordo/néo-libérale des premiers temps mais remise à l’épreuve en temps de crise lorsque l’idiosyncrasie de l’hegemon commence à attenter violemment à celle de certains autres. La crise grecque est typiquement la manifestation du franchissement d’un seuil d’incompatibilité intolérable. Ce que je trouve absolument extravagant dans le discours européiste, aussi bien celui des libéraux que celui de la gauche alter, internationaliste, c’est le degré d’absence de toute problématisation des conditions de possibilité de l’intégration politique d’hétérogénéités initiales en une communauté de rang supérieur. La chose est supposée aller de soi, elle n’est jamais pensée comme telle. Que ce type d’intégration soit possible, la chose est avérée, l’histoire en a donné maints témoignages. Les unifications nationales italiennes et allemandes sont même tout à fait récentes. Seul le roman national français a pu faire oublier l’ampleur des diversités qu’il a fallu réduire pour produire la nation… et la violence des procédés qu’a déployés le constructivisme étatique pour y parvenir. La nation s’est formée en grande partie sous la férule de l’État et par arasement de tout ce qui dépassait pour parvenir à l’homogénéisation linguistique, monétaire, fiscale, métrologique, éducative, etc. Or il semble assez évident que ce type de procédé n’est plus disponible pour reproduire la manœuvre à une échelle territoriale élargie. Alors quoi ? À part l’analyse méticuleuse de l’état des compatibilités et des incompatibilités, je ne vois pas. Cette analyse ne produira aucun verdict fataliste. S’il y a des incompatibilités, il y a sans doute des choses à faire pour les réduire, mais en sachant au moins que ça ne se fera pas par décret intellectuel, ni par coercition politique, mais par un travail forcément long de dépassement, d’accommodation, etc. De toute façon, le réel des conditions de possibilité méprisées est voué à faire retour, et le plus souvent de la pire des manières. C’est bien ce que découvre, sidérée, l’eurozone.

32C’est sur cet obstacle également que buteront immanquablement les projets en chambre de dépassement fédéraliste mal pensés, notamment sous la forme du « parlement de l’euro ». C’est bien beau de planter quelque part un nouveau parlement, mais il faudrait aussi penser à la disponibilité des arrière-plans nécessaires à son fonctionnement, car les constructions juridiques purement formelles n’ont jamais été autosuffisantes : elles ont besoin de quelques ancrages « substantiels », le plus souvent inaperçus, pour fonctionner. En l’occurrence cet ancrage tient aux conditions passionnelles de possibilité de l’acceptation de la loi majoritaire. C’est que la démocratie parlementaire suppose en permanence ce préréquisit invisible par lequel la fraction mise en minorité ne prend pas aussitôt la tangente et, quoique défaite, persiste dans son appartenance au groupe. Ce préréquisit ne va nullement de soi, comme le Royaume-Uni a failli s’en apercevoir avec le référendum écossais de 2014 : l’une des fractions de l’Union, lassée d’être systématiquement mise en minorité a très sérieusement envisagé de s’en aller ! C’est donc bien, en effet, la présence d’un affect commun d’appartenance suffisamment puissant qui peut seule faire accepter le désaccord interne sans aussitôt mettre en question l’existence même du groupe et le menacer de sécession-décomposition : voilà sur quoi repose la possibilité des communautés politiques démocratiques. Or c’est peu dire que cette condition de possibilité est manquante dans le cas européen et, au moins pour la raison indiquée à l’instant : il y a dans l’« Union » une idiosyncrasie, allemande, qui, pour l’heure, refuse catégoriquement de transiger, d’accommoder, et demande que la cohérence du tout soit produite par strict alignement des parties sur sa propre particularité.

33On peut toujours, bien sûr, créer un parlement qui laisse tout ce qu’il y a à discuter dans les traités et ne discute de rien. Mais ça s’appelle un parlement Potemkine, et il n’est pas certain que le saut fédéraliste ainsi exécuté ait le moindre effet politique sur la profonde crise présente. Et sinon, je demande que soient posées les deux questions suivantes :

  1. L’Allemagne est-elle prête à accepter que : le statut de la banque centrale ; la nature de ses missions ; la définition des politiques budgétaires ; le traitement des dettes souveraines ; la forme de l’insertion dans la circulation internationale des capitaux, etc., soient déconstitutionnalisés pour être rendus à la délibération parlementaire ordinaire ?

  2. L’Allemagne est-elle prête à être mise en minorité sur l’un ou l’autre de ces sujets ?

Tant qu’on n’est pas capable de répondre oui avec un haut degré de certitude à ces deux questions, l’idée d’un « parlement de l’euro » est simplement nulle et non avenue.

34RR : Que répondez-vous à ceux qui considèrent que l’euro est une monnaie incomplète et qu’il suffit de compléter l’institution monétaire par d’autres institutions pour sortir des difficultés récurrentes ? Les transferts budgétaires intra-zone, ou les eurobonds, sont-ils en mesure de corriger les déséquilibres internes à la zone euro ? S’il faut plus que cela, que faut-il ? Une refonte de la zone euro autour d’un Institut Budgétaire Européen ? Une règle d’or budgétaire profondément renouvelée ? La création d’une agence européenne de la dette ?

35Frédéric Lordon : Dans le « il suffit… », j’entends toujours « si ma tante en avait… ». Le « il suffit » est la sténographie d’un oubli systématique — celui des conditions de possibilité —, l’autre nom du wishful thinking idéaliste. Au demeurant, le seul objet admissible du « il suffit », serait celui qui restituerait à la construction européenne un caractère enfin démocratique, et toujours par le même truchement : la déconstitutionnalisation intégrale des politiques publiques. Mais on vient de voir ce qu’il peut en être, en tout cas pour l’heure. Maintenant, votre question évoque différentes idées qui appellent différents jugements. Une union de transfert, par exemple sous la forme d’une assurance-chômage européenne, bien sûr c’est une bonne idée en soi puisque ça réinstitue un mécanisme d’ajustement macroéconomique alternatif à la dévaluation interne. Après, la question est de savoir quelle en serait l’ampleur : marginale et ornementale, ou bien significative. Les eurobonds, c’est une autre affaire — en passant, toutes ces choses qui commencent par « euro — » ou qui dégagent un parfum fédéraliste sont jugées univoquement bonnes, quel que soit leur contenu réel. Or, si l’union de transfert est une bonne idée, les eurobonds, à mes yeux, ne le sont pas du tout. J’y vois une démonstration exemplaire de l’incapacité à prendre conscience du problème le plus fondamental de la construction européenne : le problème de la souveraineté, le problème d’une économie générale de la souveraineté défaillante. Or c’est ce problème même que, ne le voyant pas, les eurobonds reconduisent sous sa pire forme. Quand on voit les immenses difficultés du montage des plans de sauvetage particuliers, il faut imaginer les contreparties qu’exigeraient les pays dominants, et spécialement l’Allemagne, pour entrer dans un mécanisme général de garantie solidaire ! La réponse est évidente : un approfondissement de l’automatique des politiques économiques, avec un raffinement sans précédent de la liste de leurs objectifs-consignes, et surtout un durcissement extrême de toutes les procédures de contrôle avec une activation avancée des mécanismes de tutelle « troïkienne » au moindre écart d’avec les trajectoires nominales. Soit la transformation des pays « à problème » en véritables protectorats économiques, rendus au dernier degré de l’hétéronomie et de la dépossession — exactement ce qu’il faut répondre au problème de la souveraineté !

36RR : Vous intervenez de plus en plus dans les médias et les débats citoyens sur la contestation de l’euro. Quel pouvoir performatif escomptez-vous d’une telle démarche ?

37Frédéric Lordon : Faible. De toute façon, il faut bien mesurer les servitudes de l’intervention politique sous la condition minoritaire. La seule chose qui soit en notre pouvoir, finalement, c’est de préparer le terrain. Préparer le terrain pour que lorsque se produira une modification de conjoncture, sur laquelle d’ailleurs nous n’avons pas barre, les conditions aient été créées pour rendre plus probable qu’il se passe quelque chose. Je tiens ce discours sur l’euro depuis le tout début de la crise européenne, en 2010 — dans une remarquable ambiance d’adversité, notamment auprès du public au sein duquel mes analyses ont d’abord vocation à circuler, la gauche critique qui, depuis le début, s’est arcboutée sur sa position alter-européiste (elle avait été la mienne en 2005 au moment du TCE). Cinq années passent ainsi à discourir dans le vide, ou disons à ne progresser que dans les marges, sous les écrans radars — ce qui n’est pas rien d’ailleurs : dans bon nombre d’organisations, beaucoup de militants ont commencé à se poser sérieusement des questions à propos de l’euro, sur lesquelles les directions ont vissé le couvercle. Survient la crise grecque, je veux dire le moment Syriza. Pour ma part, elle n’apporte aucun élément de nouveauté d’un point de vue analytique. J’écris une semaine environ avant l’arrivée de Tsipras au pouvoir qu’il n’arrivera à rien et que ça se terminera mal — on me l’a suffisamment reproché… à ce moment-là. Mais ce que six mois de crise grecque apportent, c’est la force affectante du spectacle : la démocratie bafouée, les gouvernants grecs légitimes rossés, l’espoir anéanti, la violence institutionnelle sans fard, toutes ces choses sont là, exposées, incontestables, hideuses. Et les spectateurs n’en sortent pas indemnes. Quand survient un événement comme ça, le travail préalable, obscur, contracyclique, se met à payer. Il y a une sorte de validation rétrospective par les faits qui peut provoquer des remaniements intellectuels, stratégiques, parce qu’une analyse adéquate à la « nouvelle » conjoncture — je redis que ce qui s’est passé en Grèce en 2015 n’a rien apporté de nouveau, sinon l’effet de mise à nu — est disponible et s’était déjà fait entendre. Le discours minoritaire, pour connaître une extension, ne peut en définitive jamais compter que sur la force des événements.

Haut de page

Notes

1 L’OMT consiste en la possibilité pour la BCE d’intervenir sans limite aucune sur le marché secondaire des dettes souveraines pour contenir les spreads de taux dans certaines limites (estimées par la BCE elle-même). C’est la clause d’illimitation potentielle de l’intervention qui a impressionné les marchés et endiguer la spéculation qui était en train de faire exploser l’euro.

2 Ambrose Evans-Pritchard , “Greek debt crisis is the Irak War of finance”, Telegraph, 19 juin 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Lordon, Thomas Lamarche, Pepita Ould Ahmed et Jean-François Ponsot, « L’euro ou l’oubli de la politique », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/11534

Haut de page

Auteurs

Frédéric Lordon

Directeur de recherche au CNRS et chercheur au Centre de Sociologie Européenne, frederic.lordon@gmail.com

Articles du même auteur

Thomas Lamarche

Articles du même auteur

Pepita Ould Ahmed

Articles du même auteur

Jean-François Ponsot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page