Navigation – Plan du site
Renouveler la macroéconomie postkeynésienne ? Les modèles stock-flux cohérent et multi-agents
Notes de lecture sur l'ouvrage de Marc Lavoie

Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations

Chapitres 2, 3, 4
Robert Boyer
Référence(s) :

Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics : New Foundations, chapitres 2, 3, 4, Edward Elgar Publishing Ltd, 2014, 688 pages

Texte intégral

Chapitre 2. Théorie du choix

1Ce chapitre est essentiel car il entend jeter les bases épistémologiques et méthodologiques du courant postkeynésien. Dans un premier temps, les diverses acceptions de l’incertitude radicale sont présentées puis synthétisées par un petit nombre de propositions que l’auteur souhaite voir partager par la majorité de ce courant théorique. Il en dérive ensuite une conception de la rationalité comme cohérence avec l’environnement ce qui lui permet dans un troisième temps de proposer une théorie du choix des consommateurs. En conclusion, il rejoint quelques grands thèmes classiques des postkeynésiens, concernant par exemple la domination des effets de revenus par rapport aux effets de prix dans les déterminants de la consommation. Reprenons brièvement ces trois thèmes.

2La première section du chapitre fournit une remarquable synthèse de la variété des positions qui s’échelonnent d’une situation de certitude à celle de risque pour culminer avec une analyse serrée des diverses acceptions du terme « incertitude radicale » pierre fondatrice de l’édifice postkeynésien. Marc Lavoie distingue ainsi deux variantes. D’un côté, l’incertitude est ontologique lorsque l’innovation et la créativité des individus, la complexité des interdépendances et le fait que nous ne connaissons pas ce que nous ne connaissons pas sont à l’origine d’un processus non ergodiques, l’auteur le plus radical en la matière étant Shackle. D’un autre côté, l’incertitude est épistémique lorsque le manque d’information interdit de mobiliser le principe néoclassique de rationalité ou lorsque les individus manquent de compétences pour la mettre en œuvre, de sorte qu’ils ont recours à des procédures alternatives à l’optimisation sous contrainte, valable seulement dans un monde certain ou stationnaire soumis à des chocs dont on connaît la distribution de probabilité.

3Pour l’auteur, la tâche des postkeynésiens est d’explorer un espace intermédiaire entre l’hyper rationalité de la théorie néoclassique et le nihilisme qu’implique le fondamentalisme de Shackle. En effet, face aux défis de l’incertitude fondamentale, les individus développent des stratégies pour la surmonter. C’est bien sûr le cas de la rationalité procédurale de Simon et plus encore des conventions qui résultent du mimétisme des agents en situation d’incertitude. On trouve au passage la référence aux travaux d’André Orlean, convergence intéressante avec l’école française des conventions.

4L’analyse débouche, logiquement, sur la présentation de quatre grandes conceptions de la rationalité. Elle est substantielle chez Lucas. C’est une réponse aux limites de l’optimisation chez Sargent. Ou encore une illusion cognitive pour la nouvelle économie behavioriste à la Kahneman qui insiste sur les multiples imperfections qui empêchent les individus d’appliquer le principe de rationalité substantielle. On en trouve une variante dans la reprise par Akerlof et Shiller de la notion d’esprits animaux de Keynes. Toutes ces problématiques ont en commun de continuer à adopter le modèle néoclassique comme référence, les observations récurrentes de son invalidation ne remettant pas en cause sa centralité. Or, face à l’incertitude, les agents doivent trouver des comportements raisonnables, la rationalité pour les postkeynésiens se définit alors comme l’accord avec l’environnement, au demeurant variable dans le temps et l’espace rajouterait un chercheur régulationniste.

5L’auteur passe alors en revue l’ancienne économie behaviouriste et quelques travaux fondateurs des postkeynésiens pour avancer sept principes : celui de rationalité procédurale, de saturation des besoins, de leur séparabilité, de leur hiérarchie, de leur croissance, de leur non indépendance et de leur hérédité. On est frappé par la qualité de l’argumentation et le caractère très complet de la revue de littérature. Ces principes sont si nombreux qu’ils n’ont bien sûr pas la simplicité que postule le modèle néoclassique du consommateur. Mais divers exemples en montrent l’intérêt par exemple en matière d’économie de l’environnement : une fois saturés les besoins essentiels, un certain nombre d’individus peuvent exprimer une préférence lexicographique en faveur de la conservation de l’environnement naturel. Dans ce cas aucune compensation monétaire n’est capable de faire basculer le choix de l’individu, message important à une époque où le traitement des problèmes écologiques est conçu comme résultant de bonnes incitations de marché à travers le mécanisme de prix (des services de l’environnement, du carbone, de la diversité…).

6Le chapitre se clôt sur l’esquisse d’une formalisation de la consommation en mobilisant par exemple les travaux de Lancaster pour lequel un même bien, par ses caractéristiques, peut satisfaire divers besoins. Dans un modèle qui distingue entre besoins de base et choix plus discrétionnaires, ceci permet de formaliser un certain degré de substituabilité au sein d’un même ensemble de besoins ou de désirs. Pourtant, compte tenu du principe de subordination, c’est le revenu qui est la variable essentielle dans les décisions de consommation. L’auteur recommande alors aux macroéconomistes de fuir l’hypothèse d’agent représentatif pour adopter une désagrégation de fonction des classes de revenu et pourquoi pas des groupes sociaux dans les économies tant développées qu’en développement. Au passage, Marc Lavoie mentionne une homologie avec la théorie de Sraffa quant à la formation des prix et du taux de profit : seul le changement dans les techniques de production des biens fondamentaux – en l’occurrence ceux contribuant à la reproduction des salariés – affecte le taux de profit et par voie de conséquence tous les autres prix de production. La théorie postkeynésienne de la consommation postule une hiérarchie équivalente mais à partir d’une autre définition des biens fondamentaux.

7Ce chapitre propose un lien assez évident avec les théories institutionnalistes. D’abord, il reconnaît le rôle des habitudes, si ce n’est des habitus dans la structuration de la consommation. Ensuite, il partage deux hypothèses : toute rationalité est contextuelle pas seulement en matière de qualité et de disponibilité de l’information mais aussi d’environnement institutionnel. Enfin, on peut concevoir les institutions comme réductrices d’incertitude. Cet ensemble de facteurs contribue à la possibilité de régimes dotés de certaines régularités, alors même que l’incertitude fondamentale inciterait à conclure à une instabilité structurelle. Il est intéressant que Marc Lavoie mentionne que les crises se caractérisent par l’épuisement d’une convention, autre opposition avec la nouvelle macroéconomie classique qui persiste à confondre chocs stochastiques défavorables et crise.

Chapitre 3. Théorie de la firme

8Partant de la constatation que la séduisante symétrie entre consommateur et producteur de la théorie standard hypothèque sa pertinence, Marc Lavoie présente une théorie de la firme à partir d’hypothèses plus réalistes que peuvent partager tous les postkeynésiens. Il parcourt ainsi successivement les objectifs de la firme et la forme des fonctions de coûts, les raisons de la sous utilisation des capacités de production, les diverses modalités de formation des prix par les firmes et enfin il examine la relation de ses propositions avec les prix de production à la Sraffa.

9Le chapitre discute d’abord si la théorie doit s’appliquer à la firme géante ou si elle est aussi pertinente pour d’autres formes d’entreprise et conclut qu’elle s’applique à une significative diversité de firmes. Ainsi, les prix administrés sont la règle, même pour des entreprises de taille petite et moyenne, ils ne sont donc pas spécifiques aux oligopoles. Marc Lavoie conteste même la théorie des marchés contestés car elle sous-estime le degré d’autonomie de la formation des prix et surestime le rôle d’une mythique concurrence, au demeurant souvent potentielle. Alors que dans la théorie standard la firme ne fait que répondre aux signaux du marché, la théorie postkeynésienne avance que les pratiques des firmes définissent le régime de compétition.

10L’auteur aborde alors les objectifs de la firme et avance une conception proche de celle des régulationnistes : le pouvoir de la firme sur son environnement, ses concurrents, les autorités publiques, les normes et des législations est son objectif ultime. À la suite de Galbraith, les postkeynésiens traitent du pouvoir dans les économies. Ce principe se décline ensuite selon diverses stratégies et objectifs intermédiaires des firmes tels que la croissance, les parts de marché, car ce sont autant de moyens pour étendre leur pouvoir. Marc Lavoie discute alors si la financiarisation change réellement la nature de la firme et il conclut sa discussion par une prise de position finalement assez éclectique puisqu’il pense que le profit est le but ultime, la croissance le moyen, la survie l’impératif et la résilience une propriété essentielle.

11Il est permis de discuter cette équivalence générale de tous les objectifs intermédiaires des firmes et on peut développer deux critiques. D’un côté il est dommage que ne soient pas mobilisés les travaux de Mashiko Aoki et son opposition de la firme américaine A et japonaise J, dont le comportement est différent et se manifeste par des relations d’emploi contrastées. En outre chez cet auteur selon la plus ou moins grande volatilité de l’environnement l’une ou l’autre aura une meilleure performance. D’un autre côté les analyses en termes de modèles productifs menés à partir de la théorie de la régulation ont insisté sur la nécessaire correspondance entre une forme de compromis de gouvernement d’une firme et la configuration des formes institutionnelles qui régissent le régime de croissance. On note ici une différence d’approche entre postkeynésiens et régulationistes : les premiers cherchent une théorie générale à opposer à la théorie standard, les seconds préfèrent développer des modèles ad hoc en fonction du contexte institutionnel et de l’époque historique.

12Une contribution importante de ce chapitre est de fournir un modèle de croissance de la firme à travers la prise en compte de la double relation entre profit et croissance. D’un côté le profit conditionne l’accès au crédit et au financement externe donc l’extension des capacités de production. D’un autre côté la frontière d’expansion de la firme décrit comment le taux de croissance détermine l’évolution du profit, d’abord croissant puis décroissant selon une courbe en cloche. On examine la différence entre une maximisation du profit et une maximisation de la croissance et l’on traite de la financiarisation comme déplacement du sentier de croissance, sans que soit altérés les objectifs des firmes. L’auteur a l’honnêteté de reconnaître que ce n’est qu’un traitement partiel de l’impact de la financiarisation.

13Le chapitre se poursuit par la construction d’une alternative à la théorie néoclassique qui postule tant des coûts marginaux croissants qu’une pleine utilisation des capacités de production. L’incertitude sur le niveau futur de la demande, le caractère sensiblement constant des coûts marginaux et la capacité de répondre à de nouveaux entrants expliquent l’existence de surcapacités.

14La section la plus difficile pour le lecteur est sans doute celle qui porte sur la formation des prix en effet si l’auteur remplit la tâche utile de présenter toutes les hypothèses avancées par les postkeynésiens (application d’un taux de marge au coût, coût intégral, coûts normaux, coûts normaux historiques ou formation des prix en fonction d’un taux de rendement cible), il en résulte une discussion assez fastidieuse dans laquelle l’auteur hésite à faire intervenir le résultat des études de statistiques et économétriques, alors que cela serait une solution pour discriminer entre approches théoriques a priori équivalentes. On mesure à nouveau comment la volonté de construction d’une théorie postkeynésienne intégrée tend à minorer la variabilité des méthodes de formation des prix des firmes en fonction de l’environnement, en particulier institutionnel.

15Le chapitre s’achève par la mise à l’évidence d’une correspondance, voire d’une homologie, entre la théorie post keynésienne qui forme les prix à partir des coûts et la théorie des prix de production à la Sraffa car ces deux approches ont en commun de dériver les prix d’un principe de reproduction dans des conditions normales et non pas d’un équilibre de court terme de l’offre et de la demande. Seule change le niveau d’attraction, celui de la firme ou de l’économie.

Chapitre 4. Le crédit, la monnaie et les banques centrales

16C’est par ce chapitre que s’ouvre la partie macroéconomique de l’ouvrage, car le principe de la demande effective qui fait l’objet du chapitre suivant ne peut s’expliquer que dans le contexte d’une économie monétaire de production. Une première section s’attache à opposer terme à terme l’école post keynésienne et l’économie standard. La monnaie est endogène et déterminée par la demande, ce sont les crédits qui font les dépôts, un rationnement du crédit peut venir du manque de confiance. Le taux d’intérêt contribue à la répartition du revenu, il n’existe pas de taux d’intérêt naturel et la banque centrale a la capacité de fixer les taux de base, à partir duquel les préférences pour la liquidité déterminent la hiérarchie des taux d’intérêt. Au plan macro-économique, l’analyse monétaire précède celle de l’économie réelle, fondamentalement l’investissement est déterminé par l’épargne et la croissance des agrégats monétaires répond à la croissance et à l’évolution des prix.

17La longue section qui présente les arguments en faveur d’une monnaie endogène est spécialement intéressant car son hypothèse centrale rejoint celle des travaux mené par André Orléan et Michel Aglietta : la monnaie est fondatrice du marché et cette dernière dérive de l’activité de crédit qui peut s’organiser selon une grande variété de configurations institutionnelles : une économie de crédit pur à laquelle on ajoute progressivement diverses caractéristiques telles la possibilité de crédits non performants, l’interaction entre une multiplicité de banques, le recours à la titrisation, l’existence ou non d’une chambre de compensation, l’introduction d’une banque centrale. Ainsi monnaie et crédit s’organisent à travers un système qu’il importe de décrire avec précision, car par exemple les effets d’une politique monétaire dépendent des instruments utilisés en fonction des caractéristiques du système financier.

18Marc Lavoie reprend alors une distinction introduite par John Hicks qui oppose les économies d’endettement, dans lesquelles est possible un découvert de crédit bancaire et celles pour lesquelles au contraire seule la vente d’actifs financiers permet d’accéder à la liquidité. À travers divers exemples pédagogiques, il applique cette distinction à la compréhension des politiques monétaires comparées dans l’espace (Europe vs États-Unis), et dans le temps (tout particulièrement avant et après 2008). La lecture n’est pas facile mais elle est éclairante car la théorie postkeynésienne livre une alternative au simplisme de la théorie standard, à partir de la prise en compte rigoureuse des caractéristiques de chaque système financier. Il est remarquable que cette approche livre au passage nombre d’interprétations suggestives de l’histoire des politiques monétaires jusqu’aux années les plus récentes. En effet, elles ont enregistré des innovations majeures, par exemple en matière de mise en œuvre d’une politique fondée sur la fixation de taux d’intérêt directeurs. On recommande la lecture de l’analyse consacrée aux buts et aux effets des politiques hétérodoxes, poursuivies après 2008 sous le nom de Quantitative Easing. Au demeurant elles ne sont pas aussi nouvelles que cela puisqu’elles ont été déjà menées dans le passé mais pas dans un contexte de crise systémique.

19Tout au long du chapitre, l’auteur s’attache à passer en revue un grand nombre de travaux postkeynésiens, sans dissimuler la variété de leurs points de vue mais en cherchant en permanence à trouver une voie médiane et un consensus à un certain niveau de généralité. Trop souvent les hétérodoxes et parfois les régulationnistes citent abondamment les travaux de l’économie standard pour les critiquer, sans chercher à construire un socle commun à partir des recherches menées au sein de leur propre paradigme. Ainsi après discussion des différents modèles de choix en matière de portefeuilles financiers et de conceptions de la liquidité, Marc Lavoie aboutit à un modèle synthétique traitant, sous une forme graphique simple, l’interaction entre crédit, dépôts et réserves, pour une économie régie par l’intermédiation via les banques.

20La suite du chapitre introduit l’hypothèse d’instabilité financière à partir des travaux de Minsky, et va jusqu’à inclure le phénomène contemporain de l’essor de système bancaire de l’ombre, c’est-à-dire qui se développe hors du contrôle des autorités en charge de la stabilité financière. On note cependant une certaine discontinuité avec les développements précédents car le lecteur aurait souhaité que Marc Lavoie propose une formalisation du fonctionnement d’une économie de marché financier, qui soit le symétrique de celui d’une économie d’endettement. Certes, il livre des outils permettant de modéliser ces régimes, en mobilisant les résultats d’un certain nombre de formalisations dans la lignée des travaux fondateurs de Godley et Cripps, poursuivis par Marc Lavoie lui-même. Le point de départ est en effet l’identité comptable qui régit les flux financiers au niveau d’une économie tout entière, contrainte essentielle dans tout effort de prévision. La prise en compte exhaustive du flux de transactions entre tous les agents permet de s’assurer de la cohérence entre les stocks et les flux, critère totalement absent des modèles macro-économiques inspirés par la théorie standard, ce qui explique entre autres leur remarquable faiblesse.

21L’intuition fondatrice de ce courant postkeynésien est que les contraintes de cohérence comptable stock/flux déterminent très largement les propriétés de leur modèle auquel il suffirait d’ajouter un petit nombre de relations causales. À juste titre Marc Lavoie émet, en conclusion de son chapitre, quelques doutes vis-à-vis de cette vision quelque peu optimiste, car le choix entre variables endogènes et exogènes, la formalisation exacte de telle ou telle équation de comportement ou encore la façon de boucler le modèle, diffèrent très largement selon les auteurs. D’autant plus que l’on reconnaît la diversité des formes d’organisation et d’institutionnalisation des systèmes financiers, ce qui ne manque pas de se répercuter sur l’investissement, la consommation et toutes les variables caractéristiques de l’économie dite « réelle ».

22Ce chapitre est une invitation à réfléchir à nouveau sur les relations entre les postkeynésiens et les régulationnistes, objet d’une précédente livraison de la Revue de la régulation. Pour certains fondamentalistes keynésiens, il est possible de trouver des mécanismes génériques qui régissent la macro-économie et qui sont indépendants du cadre institutionnel. Marc Lavoie insiste sur la dépendance de la politique monétaire par rapport aux caractéristiques du système bancaire et financier donc il reconnaît que la macro-économie doit être indexée par rapport à une caractérisation du régime socio-économique et une configuration institutionnelle. Pour leur part, les travaux inspirés par la théorie de la régulation sont construits à partir de l’hypothèse centrale d’une dépendance des types de rationalité et des comportements par rapport aux configurations institutionnelles. Il peut exister des classes de modèles qui partagent les mêmes propriétés mais il est hors de portée d’imaginer trouver un modèle général car le capitalisme est accumulation de déséquilibres, innovation et crises.

Conclusion

23L’objectif de ces quelques pages conclusives est de convaincre le lecteur que le courant postkeynésiens est en train de développer un programme de recherche prometteur dès lors qu’il dépasse l’exégèse des textes des grands maîtres, qu’il renonce à chercher influencer l’orthodoxie, qu’il vise au contraire à établir des liens avec les approches institutionnalistes, évolutionnistes, écologistes et le marxisme, enfin qu’il ose affirmer son programme de politique économique .

24L’auteur adhère complètement à cette orientation, qui vaut aussi pour la théorie de la régulation, mais il n’est pas sûr de partager l’optimisme de Marc Lavoie. Certes la crise financière mondiale (Global Financial Crisis) a réintroduit dans le débat médiatique des auteurs postkeynésiens tels que James Galbraith, Steve Keen et Randy Wray, mais il avance qu’il faudra sans doute attendre la prochaine grande crise (Global Depression) pour que cela ne soit pas un simple intermède avant que se réaffirme une orthodoxie pourtant intellectuellement en faillite. C’est sous-estimer la force et la cohésion des organisations professionnelles qui régissent la partie la plus élitiste de la profession des économistes : il suffit de se référer aux récents prix « Nobel » d’économie pour constater que l’orthodoxie s’affirme, elle trouve même de nombreux relais dans la conduite des politiques économiques post crises qui visent à restaurer la vigueur des mécanismes de marché, pourtant défaillants, spécialement dans le domaine financier. Suffira-t-il d’espérer le succès de l’Institute for New Economic Thinking (INET) ou la percée de l’Association française d’Économie politique (AFEP) dans sa demande de création d’une nouvelle discipline universitaire, « économie et société » ?

25Second argument de Marc Lavoie, les départements d’économie perdent leurs étudiants au profit de disciplines voisines (l’administration publique, les études sociales, les relations professionnelles, la sociologie économique et l’économie politique internationale) et le manifeste de Mai 2014 « un appel international des étudiants en faveur du pluralisme en économie » témoigne de l’insatisfaction des étudiants à l’égard de l’organisation actuelle de l’enseignement de l’économie, trop formalisé et mathématisé, loin des problèmes contemporains. Une telle protestation fut le précoce en France : dès juin 2000, le mouvement contre l’autisme en économie revendiqua une réforme d’ensemble de l’enseignement de l’économie à l’université. Depuis lors, peu de choses ont changé et nombre de rebelles ont pu mesurer le pouvoir de normalisation de l’orthodoxie. Pire encore, l’enseignement en sciences économiques et sociales a été réformé afin d’introduire les mêmes cours dans le secondaire que ceux que critiquaient vivement les protestataires de l’an 2000 : le recours intensif à la micro-économie remplace l’articulation avec les sciences sociales et la référence à l’histoire économique. Pour reprendre l’expression de Steve Marglin, l’économiste orthodoxe se fait ainsi prédicateur et demande au système scolaire de lui livrer des étudiants capables de prendre pour argent comptant ses hypothèses d’économie fiction favorites.

26C’est toute la question du pouvoir dans le champ académique et universitaire, que l’on retrouve lorsque Marc Lavoie place ses espoirs dans la pertinence des propositions de politique économique des postkeynésiens. Il ne fait pas de doute qu’ils ont développé tout un ensemble de propositions qui font l’objet d’un assez large consensus. L’accentuation de l’inégalité des revenus a compromis la formation de la demande qui n’a été compensée que par le recours accru à l’endettement ; en conséquence la gestion du salaire minimum, la limitation de la hiérarchie des revenus au sein de l’entreprise, la progressivité de l’impôt sont autant d’outils à la disposition des gouvernements afin d’éviter la répétition de la crise ouverte en 2008… pour autant qu’ils soient convaincus par les postkeynésiens, configuration rare à l’échelle internationale. De même l’objectif central de la politique économique qu’est devenue la cible d’inflation devrait être remplacé par celui d’un retour au plein emploi. Ou encore les dangers de la titrisation devraient être clairement reconnus… et pourtant certains responsables européens n’espèrent-ils pas recourir à ce mécanisme pour amplifier l’impact de la politique monétaire ? Afin de réduire la volatilité du cours des matières premières, il pourrait être intéressant de revenir à la proposition avancée par Kaldor d’un fonds international de stabilisation… mais ce n’est pas la position des pays exportateurs de ces matières premières.

27Il est remarquable qu’à aucun moment Marc Lavoie ne se pose la question de la nature des processus démocratiques et des alliances politiques susceptibles d’adopter les propositions des postkeynésiens. C’est sur ce problème que travaillent, depuis près de deux décennies, les régulationnistes : comment opèrent les processus qui gouvernent la formation des coalitions politiques et plus fondamentalement la transformation et l’émergence de formes institutionnelles ? En effet que se passe-t-il si la transformation de la société décompose l’alliance politique qui est à la base du régime antérieur sans qu’apparaisse une autre, soutenant une ré-institutionnalisation des relations sociales ?

28Pour Marc Lavoie, une troisième source d’espoir tient à une alliance avec l’économie écologique, car dit-il c’est un domaine qui attire l’intérêt des jeunes générations. Il plaide ainsi pour une introduction de la macro-économie dans les analyses écologiques et symétriquement de l’écologie dans la théorie postkeynésienne. Force est de reconnaître que l’intention est louable mais la mise en pratique fort difficile. D’abord parce que la théorie néoclassique trouve à nouveau un terrain d’application dans la perception – vraie ou fausse – d’une butée sur la contrainte de rareté des ressources non renouvelables, alors que l’approche postkeynésienne insiste au contraire sur la reproduction, de sorte que l’invocation du progrès technique intervient comme un deus ex machina pour tenter de convertir énergie et matières premières en des produits typiques, c’est-à-dire renouvelables. Ensuite la plupart des recherches écologiques portent sur des niveaux micro-économiques – à l’exception de l’énorme question du changement thématique qui est clairement systémique avec les difficultés que l’on sait–, alors que la préoccupation des postkeynésiens est principalement macroéconomique. Enfin, en matière de conseil de politique économique, l’auteur reconnaît bien volontiers que son courant de pensée présente un biais en faveur de la croissance alors que la communauté des écologistes envisage sérieusement l’abandon de la croissance voire plaide en faveur de l’organisation de la décroissance. Mais alors comment assurer le plein emploi, objectif central des postkeynesiens, dans un tel contexte macro-économique ?

29Cette réévaluation des espoirs de Marc Lavoie, n’est pas spécifique à la théorie postkeynésienne puisque le diagnostic précédent pourrait s’appliquer à la plupart des approches hétérodoxes y compris la théorie de la régulation. Nous pouvons ensemble attendre la prochaine grande crise qui nul doute sera encore plus dramatique que la présente. Mais serons-nous prêts collectivement à fournir analyses pertinentes et propositions de politique qui correspondent à la fragmentation et la balkanisation des sociétés ? Ne peut-on redouter un retour à un mythique passé, très probablement hors d’atteinte et porteur de dangereuses illusions ?

Un ouvrage de référence qui devrait faire date

30Les critiques qui ont été formulées au fil des chapitres ne sauraient dissimuler les apports considérables de l’ouvrage. Il se présente en effet comme un manuel bien construit, qui jette les bases tant micro que macroéconomiques d’une théorie générale qui entend prolonger la percée de John Maynard Keynes, à la lumière d’une masse de recherches dont il livre une synthèse fouillée et accessible. C’est une alternative crédible aux manuels de l’économie standard : la pertinence de ses hypothèses de base en fait tout l’intérêt mais rend la présentation beaucoup plus complexe. Un étudiant pressé risque de préférer le simplisme d’une théorie pourtant maintes fois invalidée à la pertinence d’une construction beaucoup plus exigeante mais qui semble ad hoc, au mauvais sens du terme.

31Du point de vue de la théorie de la régulation, les convergences sont notables en matière de conception générale de la monnaie et du crédit, de l’analyse de la firme et de la nature des processus macro-économiques. L’approche du système financier est de fait institutionnaliste lorsque l’on oppose au moins deux grands régimes, économie d’endettement et économie de marché financier, et que l’on décortique les modalités concrètes d’intervention des banques centrales en montrant leur importance, ce qui permet par exemple de caractériser les notables différences entre les États-Unis et la zone euro par exemple. Ce pourrait être une invitation à une collaboration entre ces deux programmes de recherche autour de questions telles que : « Quelles étaient les formes institutionnelles implicites à la théorie générale de Keynes ? », « Dans quelle mesure la théorie postkeynésienne incorpore-t-elle les changements institutionnels intervenus depuis lors ? » « A-t-on pris en compte le rôle des institutions en matière de travail, d’innovation, de couverture sociale et intervention publique ? » « La recension des travaux empiriques et statistiques permettrait-elle de diagnostiquer certaines grandes configurations soutenant un petit nombre modèles macro-économique types ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Boyer, « Marc Lavoie, Post-Keynesian Economics: New Foundations », Revue de la régulation [En ligne], 16 | 2e semestre / Autumn 2014, mis en ligne le 18 décembre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/11058

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page