Navigation – Plan du site
Varia

Les « retombées » des évènements sportifs sont-elles celles que l’on croit ?

Could the « benefits » of sporting events be those that we expect?
Los derrames de los acontecimientos deportivas, ¿son lo que creíamos?
Patrice Bouvet

Résumés

La théorie des multiplicateurs repose sur deux hypothèses fondamentales : l’épargne d’une partie des revenus nouvellement injectés et la conservation des revenus dépensés. Dans une perspective circuitiste, le nécessaire rejet de ces deux hypothèses permet de fournir une nouvelle explication du « winner’s curse ». Sur la base des résultats des études d’impact économique des grands évènements sportifs, de nombreux États se portent néanmoins candidats à l’organisation de tels évènements. Selon nous, l’intérêt de ces candidatures peut très largement être discuté. Dans les années à venir, les candidatures ne devraient toutefois pas manquer.

Haut de page

Texte intégral

1L’heure est au gigantisme. Certaines grandes compétitions sportives internationales sont devenues des « mégas évènements sportifs ». Si l’on en croit Roche (2000, p. 18), ces évènements sont :

des manifestations culturelles d’envergure (notamment au niveau commercial et sportif) qui ont un caractère dramatique, mobilisent un grand nombre de personnes et ont une importance internationale.

2Plusieurs attributs permettent de les caractériser :

  • une forte attractivité touristique,

  • une possible influence sur l’image du pays (région) visité,

  • un effet dynamisant pour le commerce local,

  • un effet accélérateur pour la construction des équipements (publics) locaux,

    • 1 Selon Horne et Manzenreiter (2006), il s’agit d’un critère particulièrement important. Ainsi, à leu (...)

    une importante couverture médiatique1.

  • 2 Bien évidemment cette classification peut être discutée. Sur ce point voir par exemple : Downward, (...)

3De nombreuses manifestations sportives, générant des retombées économiques et de fortes audiences médiatiques, sont aujourd’hui organisées un peu partout sur la planète. Leur fréquence influe sur leur importance. Il est possible de les diviser en trois catégories : les mégas évènements sportifs, les compétitions internationales récurrentes et les compétitions régulières2. À titre d’exemple, citons respectivement, les Jeux olympiques et la Coupe du monde de football, la Ryder Cup (golf) et le Tour de France cycliste, le championnat du monde de Formule 1 et la Champions’ League de football.

  • 3 Ces dernières sont aujourd’hui souvent privilégiées, principalement parce qu’elles permettent de fa (...)
  • 4 Sur ce point voir : Matheson (2006) et Andreff (2012).
  • 5 Qui plus est, ces études ne se donnent pas pour ambition d’apprécier les effets à long terme : rest (...)
  • 6 L’hypothèse « Winner’s curse » a été introduite dans la littérature par Capen et al. (1971). Selon (...)

4Les motivations des organisateurs de ces compétitions sont multiples et variées (reconnaissance internationale, modernisation des infrastructures, réélection…). Les plus souvent avancées sont d’ordre économique. Puisque c’est l’argument économique qui permet de construire la légitimité de telles opérations, apprécier l’impact économique de ces évènements est présenté comme une nécessité absolue. Toutefois, ce type d’étude conduit souvent à relativiser l’effet d’entraînement supposé de tels évènements. Pour ce faire, deux types de méthodes sont utilisées. En simplifiant, les analyses coûts/bénéfices peuvent être opposées aux études d’impact3. Dans le premier cas, il s’agit de comparer les coûts (C) et les bénéfices monétisés (B) actualisés associés à l’évènement sportif. Si B > C, l’investissement est considéré comme rentable pour la communauté. Dans le second cas, pour un territoire donné, l’objectif est d’apprécier les effets monétaires induits par l’organisation de l’évènement sportif. Ces études peuvent être effectuées avant (ex ante) le déroulement des épreuves ou après (ex post). Les premières se veulent prédictives, elles ont souvent pour objectif de contribuer à la prise de décision. Les secondes sont plus descriptives, elles peuvent avoir une utilité future. L’idéal serait d’avoir systématiquement les deux. C’est rarement le cas. Néanmoins, lorsque ces études existent4, l’impact espéré est rarement au rendez-vous5. Malgré tout les candidats ne manquent pas. Cette situation apparemment paradoxale et la sanction qui l’accompagne souvent est appelée la malédiction du vainqueur : le « winner’s curse » (Leeds et Von Allmen, 2002, p. 8)6. Plusieurs interprétations et indicateurs (Andreff, 2012, p. 39) de cette « malédiction » sont à présent proposées. Au-delà du caractère plus ou moins irrationnel du comportement des acteurs résultant, par exemple, d’une asymétrie de l’information, pour l’analyser, il est possible de se tourner du côté des théories post keynésiennes. Sur la base d’une remise en cause du principe de multiplication, celles-ci permettent de proposer une explication novatrice à certaines observations effectuées par les économistes du sport. Pour cela, après avoir rappelé que les études d’impact ex ante des grands évènements sportifs reposent très largement sur la théorie de la multiplication des revenus (1.), nous critiquerons cette théorie (2.), ce qui nous permettra de proposer une explication du « winner’s curse » (3.), et nous conduira finalement à nous demander si la justification des candidatures à l’organisation des grands évènements sportifs ne doit pas être recherchée à un autre niveau (4.).

1. Le fondement théorique des études d’impact ex ante des grands évènements sportifs : le principe de multiplication

1. 1. Les études d’impact ex ante des grands évènements sportifs

5Organiser un évènement sportif international nécessite d’effectuer de nombreux investissements (équipements sportifs, infrastructures routières, sécurité...). Pour les financeurs, publics et/ou privés, mais aussi et surtout pour les citoyens, la question du bien-fondé de ces investissements est cruciale. Qui doit en supporter le coût ? Qui en sont les bénéficiaires ? L’opération est-elle rentable ? À quelle échéance ? Pour obtenir des réponses à ces questions les organisateurs se tournent vers des consultants et/ou des économistes.

  • 7 Sur ce point voir par exemple les études réalisées par Arthur Andersen (1999), The Boston Consultin (...)

6Les consultants tentent d’apporter des réponses aux interrogations précédentes en utilisant les instruments mis au point dans leur cabinet7. Lorsque des élus décident de se porter candidats à l’organisation d’un grand évènement sportif, ils leur semblent en général nécessaire de justifier leur décision auprès des citoyens. La caution « d’experts » se révèle alors d’un grand secours. Ainsi, si l’on en croit Barget (2001, p. 545), ex-ante, un processus justificatif souvent utilisé peut être schématisé de la façon suivante :

  • 8 Voir peut-être biaisés en cas de conflits d’intérêt comme on a pu le voir avec les agences de notat (...)

7Les résultats obtenus par les consultants, relayés par les médias, apparaissent alors comme une preuve « scientifique » de la nécessité de subventionner les spectacles sportifs. À ce sujet une recherche mériterait d’ailleurs d’être effectuée. Existe-t-il des études de ce type mentionnant la possibilité d’un « non impact économique » d’un grand évènement sportif ? Nous en doutons. Les résultats obtenus sont toujours très optimistes8.

  • 9 Même si elle demeure quelque peu imprécise, la définition suivante proposée par Barget et Gouguet ( (...)

8Les économistes ont le plus souvent recours à une catégorie d’études particulières : les études d’impact. Mais que cache ce terme général pas toujours clairement défini9 ? Une idée simple qui peut être déclinée à plusieurs niveaux. Formuler de façon interrogative, elle prend la forme suivante. Quelles sont les conséquences (retombées) économiques (monétaires) de l’organisation d’un grand évènement sportif pour le territoire (à définir) qui en prend la charge ? Trois types de conséquences retiennent alors l’attention des économistes : les conséquences sur l’emploi, les conséquences sur la demande et les conséquences en termes de revenu. Plus précisément, les trois questions auxquelles essaient de répondre les économistes du sport sont : combien d’emplois vont être créés pour répondre aux besoins générés par l’organisation de l’évènement sportif ? Pour le territoire organisateur, quel va être le supplément de revenu obtenu ? Comment vont se manifester, par l’intermédiaire des relations interindustrielles, les effets des investissements sportifs sur le tissu économique local ?

9Pour aborder la première interrogation, la théorie de la base (Cantillon, 1952) est parfois convoquée. Il s’agit alors de déterminer dans quelle mesure l’augmentation d’une activité basique, dans laquelle sont incluses les grandes compétitions sportives, peut induire une augmentation concomitante des activités non basiques (activités commerciales, services…) et ainsi conduire à la création d’emplois (Barget, 2006, p. 59). Techniquement, en construisant un ratio emploi basique / emploi total, il est possible de calculer le coefficient multiplicateur pouvant être associé à la manifestation et par répercussion d’apprécier « l’impact économique global ». Dans la mesure où dans le domaine sportif l’emploi constitue une mesure très approximative de la variation de l’activité économique, les économistes du sport préfèrent le plus souvent raisonner en termes de revenu.

10Pour traiter la deuxième question, ils font appel à la théorie keynésienne (Keynes, 1936). Si les dépenses liées à l’organisation de l’évènement sportif sont importantes et réparties largement sur le territoire, celles-ci peuvent être considérées comme un investissement exogène. Dès lors, si les propensions marginales à épargner et à importer des consommateurs ne sont pas trop élevées, ces investissements sont censés provoquer des « ondes » de revenus supplémentaires.

11Pour répondre à la troisième interrogation, surtout lorsque les dépenses sont fortement concentrées, le modèle input-output de Leontief (1953) est aussi utilisé. À partir d’hypothèses relatives aux caractéristiques de l’appareil de production et de la fonction de production retenue, il est possible de déterminer la variation sectorielle totale de la production nécessaire pour satisfaire la demande initialement née dans un seul secteur.

12Rapidement présentées, ces trois méthodes peuvent sembler assez différentes. À bien y regarder, elles reposent pourtant sur un même principe.

1. 2. Le recours aux multiplicateurs

  • 10 Sur ce point voir : Richardson (1969), Billings (1969) et Gouguet (1979).
  • 11 Notons cependant que depuis les années 2000 certaines études d’impact sont fondées sur des modèles (...)
  • 12 Le fait que l’injection soit unique ou multiple ne change rien au raisonnement, tout comme l’introd (...)

13Théoriquement, une certaine filiation entre les trois démarches précédentes peut être mise en évidence. Pour certains auteurs10, il existe même une identité entre les trois multiplicateurs. Concrètement, quelle que soit la méthode choisie, le principe du raisonnement est identique11. L’organisation d’un grand évènement sportif nécessite de nombreuses dépenses pouvant être considérées comme une injection de revenu supplémentaire pouvant – devant ? – conduire à la création d’emplois, ces dépenses venant s’ajouter aux dépenses courantes effectuées sur le territoire considéré. Le phénomène qui engendre la demande supplémentaire et donc les revenus additionnels à partir de (des) l’injection(s) initiale(s) est l’induction (Schmitt, 1971). Si l’on appelle i le coefficient inducteur12, k le rapport de l’accroissement total à l’accroissement initial et ΔRx l’accroissement initial de revenu (ici dû aux dépenses inhérentes à l’organisation de l’évènement sportif), mathématiquement, le premier revenu est iΔRx. Comme par hypothèse le revenu induit est lui-même inducteur, le second revenu induit est i2ΔRx et ainsi de suite. La série obtenue est :

14ΔRx + iΔRx + i2ΔRx +…

15Elle a pour limite :

16ΔRx . (1/1-i).

17Dès lors, il vient :

18ΔRx/ ΔR. 1/(1-i)= k= 1/(1-i)

  • 13 À ce sujet il est d’ailleurs intéressant de noter que dans les premiers écrits de Keynes (1929 et 1 (...)

19Ce résultat est bien connu. Deux remarques méritent néanmoins d’être formulées. Même si les grandeurs auxquelles se référent les économistes du sport sont multiples, emploi13, activité, valeur ajoutée, revenu, le principe sur lequel ils s’appuient est toujours celui du multiplicateur. Grâce aux dépenses initiales de nouvelles dépenses doivent voir le jour. Dans ce raisonnement la valeur du coefficient multiplicateur dépend de celui du coefficient inducteur. Si celui-ci est positif, tant qu’une fraction de l’induction initiale est dépensée, l’induction se poursuit. Finalement, le mécanisme prend fin lorsque le montant de l’injection initiale correspond exactement au montant de la « déperdition ».

20Pour un non économiste ce principe est surprenant. Comment, sans intervention humaine autre qu’une dépense, le niveau de richesse engendré dans un système peut-il générer par lui-même une richesse supplémentaire ? La question théorique est celle de l’origine des revenus. Le plus souvent, les spécialistes de l’étude des retombées économiques des évènements sportifs ne s’intéressent pas à cette question. Implicitement, ils admettent donc les deux hypothèses sous-jacentes au principe de multiplication : l’épargne d’une partie des revenus nouvellement injectés et la conservation des revenus dépensés.

1. 3. Les deux hypothèses sous-jacentes au principe de multiplication

  • 14 Résultant des dépenses nécessaires à l’organisation du grand évènement sportif dans le cas qui nous (...)

21Dans la présentation la plus traditionnelle du multiplicateur d’investissement, le résultat suivant est couramment admis. À partir d’un investissement autonome14 (l’injection initiale, ΔI), des « vagues » successives de revenus apparaissent (R’, R’’, R’’’…), auxquelles viennent se soustraite les montants d’épargne correspondant (E’, E’’, E’’’…). Deux questions en résultent. Pourquoi E’, E’’, E’’’… ne donnent-ils pas naissance à de nouvelles vagues d’épargne ? R’, R’’, R’’’... sont-ils des parties de R ou de nouveaux revenus ? La réponse à ces questions permet de mettre en évidence les deux hypothèses sous-jacentes au raisonnement.

22L’absence d’épargne induite a une signification univoque : E’ n’est pas considérée comme une dépense pouvant donner naissance à une épargne supplémentaire. Cette dernière apparaît uniquement lors de la période suivante lorsque R’ s’est substitué à R. Immédiatement une objection vient à l’esprit. Dans nos économies (monétaires) le rôle du système bancaire est précisément de mettre à la disposition des emprunteurs la fraction du revenu que les titulaires souhaitent dépenser dans une période ultérieure. Dès lors la question est déplacée. Les banques prêtent-elles l’intégralité de E’ ? Puisqu’il s’agit d’un supplément d’épargne, le système bancaire a a priori toute latitude pour l’utiliser librement. Mais l’argument n’est pas suffisant. À ce stade du raisonnement, il est théoriquement envisageable qu’une partie de E’ ne soit jamais dépensée. Bien plus, cette partie de l’épargne non dépensée constitue la déperdition nécessaire à l’existence d’une limite au coefficient multiplicateur. En d’autres termes, la première hypothèse sous-jacente au mécanisme du multiplicateur peut être formulée comme suit.

H1 : Le mécanisme de multiplication est théoriquement envisageable si et seulement si une partie du surplus d’épargne fruit de l’injection initiale (résultant des investissements inhérents à l’organisation de l’évènement sportif dans le cas qui nous intéresse) n’est jamais dépensée.

23Intéressons-nous à présent à la deuxième interrogation. Dans la mesure où R’, R’’, R’’’… sont le fruit d’une dépense et pas d’une nouvelle activité, apparemment ils constituent une fraction de ΔI dont l’importance décline au cours du temps. Néanmoins, là encore une question vient à l’esprit. S’il s’agit d’une partie d’un même tout, est-il légitime de les additionner au risque de les comptabiliser plusieurs fois ? Inversement, si R’, R’’, R’’’… sont des nouveaux revenus, l’idée même d’induction doit être abandonnée. Exprimée quelque peu différemment l’alternative est la suivante : la fraction de R dépensée conduit-elle à une destruction du revenu de la période (qui serait alors recréé dans la période suivante) ou est-elle au contraire une simple transmission conduisant à un changement d’identité du titulaire de celui-ci ? L’acceptation de l’idée d’induction oblige à opter pour le deuxième terme de l’alternative précédente. Ainsi la deuxième hypothèse sous-jacente peut être formulée comme suit.

H2 : Le mécanisme de multiplication est théoriquement envisageable si et seulement si les revenus dépensés sont transmis et non détruits lors de leur dépense.

24En économie du sport de nombreux auteurs (Humphreys, 1994 ; Baade et Matheson, 2001 ; Kesenne, 2005 ; Matheson, 2009) n’hésitent pas à formuler des critiques au principe de multiplication. L’une d’entre-elle peut être rapprochée des deux interrogations précédentes.

2. Si les revenus sont détruits lors de leur dépense l’effet de multiplication n’existe pas

2. 1. Les premières critiques adressées à l’utilisation des multiplicateurs en économie du sport

25Les principaux spécialistes de la question sont souvent assez sceptiques quant au réel impact des mégas évènements sportifs. Citons deux des plus représentatifs d’entre eux. Selon Porter (1999, p. 61) :

Investigator bias, data measurement error, changing production relationships, diminishing returns to both scale and variable inputs, and capacity constraints anywhere along the chain of sales relations lead to lower multipliers. Crowding out and price increases by input suppliers in response to higher levels of demand and the tendency of suppliers to lower prices to stimulate sales when demand is weak lead to overestimates of net new sales due to the event. These characteristics alone would suggest that the estimated impact of the mega-sporting event will be lower than the impact analysis predicts. When there are perfect complements to the event, like hotel rooms for visitors, with capacity constraints [benefits are] reduced to zero.

26De façon plus humoristique, en faisant référence au base-ball, Baade et Matheson (2001, p. 322) concluaient leur étude relative à l’impact économique du All-Star Game par la phrase suivante :

Although MLB claims that the All-Star Game is an economic home run, our analyses suggest that MLB’s economic impact estimates of the game are a wild pitch.

27Outre d’autres raisons sur lesquelles nous reviendrons dans ce qui suit, cinq critiques sont formulées par les économistes du sport à l’encontre de l’utilisation des multiplicateurs.

28La première est liée à la difficulté d’apprécier avec précision le montant de l’injection initiale.

29Faut-il comptabiliser l’ensemble des dépenses associées à l’évènement sportif ? Doit-on inclure dans celles-ci les dépenses réalisées durant la période de candidature, uniquement les dépenses relatives à l’organisation stricto sensu, les dépenses d’investissement ? Faut-il prendre en compte l’ensemble des dépenses effectuées par les « fans de sport », une fraction de celles-ci ? Comme l’effet multiplicateur calculé dépend très largement du montant de l’injection initiale cette question est loin d’être négligeable.

30La deuxième concerne la « géographie des dépenses ». Les vagues de revenus faisant suite à l’injection initiale vont-elles bien être dépensées dans la zone géographique où a lieu l’évènement ? Jusqu’à quelle date ? Dans quelles conditions ?

31La troisième concerne l’utilisation de tableaux interindustriels généraux pour apprécier la manière dont le choc initial, circonscrit à certains secteurs, va progressivement profiter à d’autres secteurs. Est-il vraiment légitime d’utiliser ces relations générales dans un cas particulier ? Quelle est la structure des échanges avec les autres régions ? Comment prendre en compte les spécificités sportives ?

32La quatrième est relative à l’identité des bénéficiaires. Puisqu’une fraction importante des dépenses effectuées par les personnes venant assister à l’évènement sportif profite à des compagnies internationales, doit-on réellement imputer ces dépenses à l’économie locale ? Comment ? À quelle hauteur ?

33La cinquième critique est à nos yeux la plus importante. Elle renvoie à la première des hypothèses du principe de multiplication mentionnée précédemment. S’il existe une fuite dans le circuit, en d’autres termes si une fraction de l’injection initiale effectuée à l’occasion de l’organisation de la compétition sportive n’est pas dépensée, l’effet multiplicateur est automatiquement réduit.

34Le principe de multiplication est au cœur du raisonnement. Comme c’est quasi systématiquement le cas, lorsque les résultats de leurs investigations empiriques s’éloignent des prédictions, les spécialistes de la question n’hésitent pas à le remettre en cause. Le plus souvent leurs critiques restent cependant d’ordre méthodologique. De nombreux auteurs post-keynésiens n’hésitent pas à aller plus loin.

2. 2. Les critiques post-keynésiennes des multiplicateurs

  • 15 Pigou, Kahn, Roberston, Hawtrew.

35Bon nombre de controverses opposèrent Keynes à certains de ses contemporains15 au sujet de la validité des multiplicateurs. Ensuite, pendant de nombreuses années, les auteurs post-keynésiens laissèrent à d’autres économistes le soin de formuler des critiques externes au principe de multiplication. À la fin des années 1980, les choses changèrent.

  • 16 Historiquement, J. M. Keynes et D. H. Robertson polémiquèrent assez longuement sur cette question. (...)

36Respectivement, en 1986 et 1988, Asimakopulos et Moore furent assez virulents. La critique d’Asimakopulos (1986, p. 83) porte sur la dimension temporelle du processus. Comment une théorie fondée sur le court terme (la Théorie générale) pourrait-elle être compatible avec un mécanisme prenant effet à long terme ? Suite à l’injection initiale, l’accroissement de l’épargne est effectif uniquement lorsque le processus de multiplication s’achève. Dans ces conditions le processus ne peut pas être instantané. L’effet est obligatoirement différé. L’attaque de Moore (1988, p. 309) est encore plus radicale. Elle porte sur deux points. Le premier est une nouvelle fois16 relatif à la temporalité du raisonnement. Dans la présentation habituelle du multiplicateur, une ou plusieurs propensions marginales sont définies puis réutilisées dans les périodes suivantes pour calculer le supplément de revenu finalement obtenu. Or, dans nos économies, est-il acceptable de raisonner à « propensions constantes » sans tenir compte des anticipations des agents ? Par ailleurs, pour que l’injection initiale puisse être effectuée, cette dernière doit nécessairement être financée. Mais comment cet investissement exogène pourrait-il l’être dans le respect de l’égalité de l’épargne et de l’investissement imposée par le caractère endogène de la monnaie bancaire ?

  • 17 Cet auteur a présenté cette idée dans plusieurs autres écrits. Sur ce point voir par exemple : Parg (...)

37Une série de réponses à ces premières critiques a été proposée par Cottrell (1994). Quatorze ans plus tard, le livre édité par C. Gnos et L. P. Rochon (2008) marque une autre étape essentielle dans le débat. Outre un certain nombre de précisions apportées par Moore à sa réponse à Cottrell (1994), cet ouvrage permet à d’autres auteurs d’exprimer leur point de vue. Ainsi, Parguez (p. 106) (re)défend17 l’idée selon laquelle le nécessaire reflux de la monnaie dans la banque émettrice (dans la même période que celle qui l’a vu naître) rend caduc l’idée de transmission des revenus. Bailly (p. 132) avance quant à lui une critique fondée sur la distinction des secteurs des biens de consommation et d’investissement. Comment peut-on être certain que les revenus supplémentaires obtenus grâce à une dépense dans le secteur des biens d’investissement vont ensuite être dépensés pour l’achat de biens de consommation ?

38La majorité de ces critiques remettent en cause la logique des raisonnements proposés par les défenseurs de la théorie des multiplicateurs. Directement ou indirectement, elles conduisent en fait à s’interroger sur la nature de la relation épargne – investissement, question sur laquelle la position de Keynes lui-même a profondément évolué du Traité de la Monnaie à la Théorie générale.

  • 18 Sur ce point voir par exemple : Hartwig (p. 13), in Gnos et Rochon, (2008). Pour cet auteur, cette (...)

39Dans la Théorie générale (1973, p. 115), Keynes admet l’existence de deux multiplicateurs : un multiplicateur logique ou instantané concevable uniquement si l’épargne (S) est toujours égale (identique) à l’investissement (I) et un multiplicateur dynamique dans lequel l’injection initiale engendre des « ondes » d’épargne finalement équivalentes au montant de l’investissement initial18. Comme on l’a vu, ainsi présentée la théorie des multiplicateurs est problématique. Comment concilier l’idée selon laquelle I et S sont identiques avec une égalité qui n’apparaît qu’en fin de période ? De façon stylisée, l’alternative est donc :

40I → S ou I ≡ S ?

41Dans la même perspective que Bradley (1994) examinons le premier terme de l’alternative. L’existence d’un processus d’ajustement assurant progressivement la progression de la multiplication des revenus est envisageable uniquement si l’épargne reporte la dépense des revenus. Or, dans ce cas :

On constate qu’en élargissant la période d’observation on finit tôt ou tard par englober le moment de la dépense des revenus épargnés : plus la période est longue plus c (la propension marginale à consommer) se rapproche de 1 ; ainsi la croissance de k est sans limite (Bradley, 1994, p. 99).

42Par ailleurs la question du « contenu économique » (Bradley, 1994, p. 96) de la relation se pose. Si I et S s’égalisent progressivement en fonction du comportement des agents économiques, on ne voit pas très bien quel est le fondement économique de l’opération. Logiquement, il est difficile d’accepter l’idée d’un multiplicateur dynamique.

43Compte tenu de la nature de la monnaie bancaire, dans le système keynésien l’identité est une nécessité : l’alternative I ≡ S doit être privilégiée. Néanmoins, là encore, ce n’est possible que si l’on parvient à lui donner un « contenu économique ». Pour cela les hypothèses H1 et H2 formulées supra doivent nécessairement être rejetées.

2. 3. Le nécessaire rejet des deux hypothèses sous-jacentes au principe de multiplication

44Les économies monétaires de production avancées se caractérisent par leur globalisation (Andreff, 2010, p. 13) et donc la multiplication des flux de revenus monétaires. Or, si la définition de la globalisation ne pose guère de problème, il n’en va pas de même pour les revenus monétaires. Comment peut-on définir de façon rigoureuse ces revenus ? Pour répondre à cette question, il faut examiner avec attention les conditions de leur formation.

  • 19 D’un point de vue comptable, le stock représente la fraction non consommée du revenu et doit être c (...)

45Si l’on fait abstraction des revenus de transfert, formés de façon identique dans une autre période ou dans un autre lieu, les revenus monétaires naissent à l’occasion du paiement des services producteurs. Cette rémunération ne peut donc pas être assimilée à un achat puisque les biens produits ne préexistent pas dans le patrimoine des facteurs de production. Elle doit au contraire s’analyser comme l’opération par laquelle une activité physique est transformée en produit monétaire. Comptablement, cette transformation donne lieu à une inscription dans un compte bancaire. Dès qu’ils sont rémunérés, les titulaires de revenu déposent leurs revenus dans le système bancaire : ils achètent un actif liquide. Cette dépense constitue une destruction temporaire des revenus, ces derniers étant empruntés par les entreprises pour financer les stocks résultant de la production19. Dès lors, les titulaires de revenu sont provisoirement propriétaires des biens à travers le système bancaire. Bien évidemment, les titulaires de revenu sont libres d’utiliser leurs revenus comme bon leur semble. Lorsqu’ils décident d’effectuer un achat, ils s’approprient en nature les biens qu’ils possédaient au travers du système bancaire ce qui libère alors ipso facto les entreprises de leurs engagements. Cette dépense s’analyse comme une destruction définitive de revenu. Par celle-ci, les titulaires de revenu se procurent les biens disponibles. En aucun cas cette dépense n’est à l’origine d’une production. L’idée de transmission des revenus pourrait être acceptée uniquement si la dépense des revenus était également une opération de formation des revenus. Or, la seule conception logique de la dépense est celle de la destruction des revenus. L’origine des revenus est à rechercher dans la production. L’illusion d’optique provient du fait que les titulaires de revenu consacrent rarement ceux-ci à l’achat des biens qu’ils ont fabriqués. En réalité, il ne s’agit là que d’échanges de revenus sans création nouvelle (Bradley, 1994, p. 103).

  • 20 « Les flux monétaires injectés dans l’espace local vont subir un effet de multiplication, puisque l (...)

46La démonstration selon laquelle les revenus se propagent par vagues successives suppose que les revenus sont dotés d’une inertie positive dans le temps, les revenus des uns formant, par leur dépense, les revenus des autres jusqu’au moment où la dépense induite s’atténue d’elle-même20. En fait, dès que l’on différencie la consommation définitive et la consommation provisoire, on s’aperçoit que, si cette dernière autorise une recréation du revenu, la consommation définitive détruit quant à elle systématiquement le revenu correspondant. Dans les économies monétaires de production avancées, par la vente de son produit, le vendeur ne fait que reprendre la créance qui appartenait au consommateur avant l’acte d’achat. Dans cette opération c’est uniquement parce que le producteur ne consomme pas lui-même son produit qu’un transfert de créance est nécessaire. Par la vente de son produit le vendeur obtient, non pas le revenu de l’acheteur, mais un droit sur le produit. Le transfert concerne ce droit et pas le revenu lui-même.

47Dès qu’ils sont formés, les revenus sont prêtés par leur titulaire jusqu’au moment de leur retrait final. Entre ces deux instants, tout titulaire de revenu détient uniquement un titre sur le système bancaire. Lorsque les consommateurs utilisent les titres qu’ils ont reçus, ils ne créent pas un revenu supplémentaire mais permettent simplement au revenu initial de renaître. L’apparente multiplication est une simple recréation du revenu initialement formé. Quelle que soit la période considérée, tout revenu est intégralement détruit par l’écoulement du produit correspondant. Aucune dépense ne se prolonge dans une production future pour y générer quelque effet que ce soit : H2 doit être rejetée.

  • 21 « Mais nul ne peut épargner sans acquérir un actif, qu’il s’agisse de liquidités [cash], d’une créa (...)

48Bien que tout revenu soit nécessairement détruit lors de sa dépense, n’est-il malgré tout pas possible que certains revenus ne soient jamais dépensés (H1) ? Accepter cette idée revient à considérer qu’une partie des revenus puisse être affectée à l’achat d’aucun actif. Comme nous l’avons vu précédemment, conformément à l’intuition de Keynes21, dans nos économies, dès l’instant de leur rémunération, les titulaires de revenu acquièrent un actif liquide. Ensuite, quelle que soit son origine, pour un revenu monétaire seules deux affectations sont envisageables : la consommation et l’épargne. Or, l’épargne est une demande de titres (plus ou moins liquides) et demander des titres signifie demander des produits pour le compte des vendeurs de titres. Lorsqu’un ménage décide d’épargner, il effectue un prêt à sa banque puisqu’il détient la somme épargnée sur son compte bancaire. Quand les ménages s’abstiennent de consommer sur le marché des produits ils consomment sur le marché des titres. Si l’emprunteur est un autre ménage, bien que le producteur et le consommateur soient deux personnes physiques distinctes, la consommation est inchangée. Si l’emprunteur est une entreprise, la justification de l’emprunt se trouve dans le mobile même de celui-ci et la somme empruntée est alors automatiquement « réinjectée » dans l’économie (directement ou indirectement).

  • 22 Pour la zone euro, en 2009, les pièces et les billets ne représentaient plus que 7,93 % de la masse (...)

49En dépit de ce constat une interrogation demeure. Les ménages n’ont-ils pas la possibilité de retirer une somme de monnaie du système bancaire pour la conserver chez eux ? Dans les faits cette possibilité n’est pas accordée au public. Lorsque un agent économique A se présente au guichet de sa banque pour retirer une fraction x de ses dépôts, de deux choses l’une, soit il désire faire ce retrait pour effectuer un dépôt dans une autre banque, soit il désire réaliser ce retrait au profit d’un autre agent. Lorsque A retire x pour effectuer un dépôt dans une autre banque le dépôt subsiste inchangé dans l’ensemble des banques. Si A retire x au profit de l’un de ses correspondants le dépôt subsiste inchangé dans l’ensemble du public. Dans ce cas le retrait de x conduit simplement à un changement d’identité du déposant mais en aucun cas A ne peut extraire une « fraction » de monnaie de sa banque. Il n’est pas possible de détenir une somme de monnaie à l’extérieur du système bancaire. Comme cela sera peut-être un jour le cas22, si les billets de banque n’existaient plus, la démonstration serait certainement plus facilement acceptée. Mais ce n’est pas le cas. Les billets de banque existent et doivent apparemment être considérés différemment parce qu’ils peuvent « sortir » des banques et circuler dans l’économie. En va-t-il réellement ainsi ? Aucunement. Les billets de banque ne sont en réalité que les signes représentatifs de la monnaie scripturale consignée dans les comptes de la banque émettrice. Tout agent qui souhaite obtenir des billets doit posséder une monnaie préexistante ou à créer dans le futur si l’on considère l’autorisation de découvert : H1 doit également être rejetée.

50Comme dans les autres domaines d’activité, aucune fraction des revenus formés lors de l’organisation d’un évènement sportif ne peut définitivement être soustraite de la consommation. Toutefois, dans ce cas particulier une dernière objection semble pouvoir être formulée. Même si l’épargne ne constitue pas une fuite dans le circuit économique global, l’existence de dépenses effectuées dans une zone géographique distincte de celle où se déroule l’événement sportif ne doit-il pas nous conduire à amender H1 et donc à réintroduire cette idée dans le raisonnement ? Là encore, la réponse est négative. Le problème n’est pas d’ordre spatial. La liberté d’achat des agents économiques est totale. Conformément au rejet de H2, quelles que soient les valeurs des propensions marginales à importer et à consommer localement, et donc le lieu où sont dépensés les revenus, ces derniers sont détruits par l’écoulement de la production qui les a fait naître.

  • 23 Par exemple, en Grèce, le déficit public qui était en baisse depuis 1999, a brusquement remonté pou (...)

51Partout dans le monde, au-delà des explications qui mettent l’accent sur les difficultés pratiques et méthodologiques (volontaires ou non) d’appréciation de son effet, le caractère limité de l’impact économique réel des grands évènements sportifs a selon nous une cause univoque : l’absence d’effet multiplicateur. L’explication du winner’s curse est à rechercher à ce niveau. Les bénéfices sont moindres que ceux anticipés. L’absence de revenu additionnel ne permet pas d’absorber les coûts supplémentaires. Les organisateurs sont amenés à reprogrammer voire à annuler certains investissements. L’insuffisance des recettes fiscales escomptées nécessite d’introduire de nouvelles taxes où impôts, parfois uniquement pour réduire l’endettement post événement23.

52Le winner’s curse n’a pas grand-chose à voir avec le comportement des agents économiques. En particulier, il n’est pas la conséquence d’une mauvaise appréciation du « prix à payer ». Il est simplement la traduction d’une loi économique.

3. L’absence d’effet multiplicateur comme explication du winner’s curse

3. 1. L’explication par l’erreur volontaire (surestimation)

  • 24 Nous pensons à ce qu’il est à présent convenu d’appeler le « greenwashing » consistant à annoncer d (...)
  • 25 Sur ce point voir : IRIS (2012).

53Les Jeux olympiques d’été 2012 ont eu lieu à Londres. Vaincus lors de la compétition conduisant à l’attribution de cet évènement, les parisiens et plus généralement les français doivent-ils a posteriori s’en réjouir ou le déplorer ? En fonction de ce qui précède, d’un point de vue strictement économique, ils doivent plutôt s’en réjouir. Cependant, au niveau éthique, de nombreuses interrogations demeurent. Outre les réelles motivations des décideurs publics, au-delà des discours24, continuera-t-on longtemps à sous-estimer l’impact écologique de certains évènements ? Pourquoi tant de mansuétude de la part des certaines instances internationales vis-à-vis du dopage ? Pourra-t-on longtemps faire comme si l’industrie des paris sportifs25 n’avait pas des conséquences sur le déroulement de certaines compétitions ? La course au gigantisme est-elle vraiment indispensable ?

54En juillet 2005, le coût estimé des Jeux olympiques de Londres était de l’ordre de 2,4 milliards de livres sterling. Finalement, l’addition totale s’élève au moins à 9,3 milliards de livres sterling, soit quatre fois plus que l’estimation effectuée lors de l’attribution des Jeux à la capitale anglaise. Est-ce surprenant ? Pas vraiment. Le budget présenté lors de la candidature n’incluait pas la TVA, le budget des Jeux paralympiques et de nombreuses dépenses de sécurité obligatoires. Volontairement sous-estimer les coûts liés à l’organisation de certains évènements sportifs semble même être une pratique récurrente (Matheson, 2006, p. 5). Dans ces conditions, peut-on considérer que l’organisation des grands évènements sportifs constitue une forme de captation de certaines ressources par les autorités publiques ? Il n’est pas facile de répondre à cette interrogation. Seul un témoignage sincère des acteurs concernés permettrait de le savoir. Néanmoins, deux éléments peuvent inciter à le croire. Un argument souvent avancé par les responsables publics pour justifier leur candidature est celui de la rentabilité fiscale. Le raisonnement fréquemment avancé (Howard et Crompton, 1995, p. 100) peut être schématisé de la façon suivante :

55Sciemment, cette présentation des choses sous-estime les effets de substitution. D’autres investissements publics pourraient susciter des recettes fiscales équivalentes, voire supérieures. Par ailleurs, les pouvoirs publics profitent parfois de l’opportunité offerte par l’organisation d’un grand événement sportif pour financer la construction ou la rénovation d’équipements sportifs, utilisés lors de la compétition mais aussi – surtout ? – ensuite par les clubs résidents, au détriment d’autres projets.

56Plus prosaïquement une autre explication peut également être avancée. Les études économiques ex ante dont le but est de promouvoir la candidature d’un pays (région) à l’organisation d’un grand évènement sportif sont le plus souvent confiées à des bureaux d’étude. Ces derniers ont tout intérêt à produire des résultats en accord avec les attentes de leurs clients… Qui plus est, les consultants, à la différence des universitaires, envisagent assez rarement d’exploiter leurs recherches pour publier dans des revues scientifiques et donc de les confronter à l’avis d’autres experts. Les clients pour leur part, souvent des élus, ont parfaitement conscience, qu’au-delà de leur dimension économique, les grands évènements sportifs peuvent influer sur leur image personnelle, leur popularité, leur prestige… En d’autres termes : à défaut de retombées positives des investissements effectués à long terme, doit-on pour autant en conclure à l’absence totale d’effet ? À court terme, peut-être pas, notamment pour des raisons électorales, certains élus pouvant en effet voir dans l’organisation de manifestations sportives une superbe occasion de faire plaisir à certains de leurs électeurs… Mais, comme cet argument n’est pas toujours avouable, ils n’hésitent pas à faire appel aux consultants. Chacun y trouve son compte.

57Outre l’intérêt bien compris de certains acteurs, trois autres facteurs explicatifs peuvent être avancés :

  • à la différence d’autres concepts économiques, utilité sociale, bien-être… le concept de retombées économiques est facilement compréhensible du grand public,

    • 26 À notre connaissance, en France, la seule véritable exception est la coupe du monde de rugby 2007.

    rares sont les grands évènements sportifs26 pour lesquels il existe simultanément une étude ex ante et une étude ex post : les comparaisons sont difficiles ! Et, si l’on s’en tient aux premières, les résultats sont immanquablement au rendez-vous,

  • fréquemment une confusion s’opère entre impact économique et rentabilité sociale.

  • 27 « Ces calculs de retombées sont le plus souvent approximatifs, voire faux, et systématiquement suré (...)

58Dans le cadre de ces études pouvant être qualifiées d’études ad hoc, la surestimation des retombées économiques est aujourd’hui la règle27. Toutes les études d’impact économique ne sont pas de cette nature. Ceci expliquant sans doute en partie le constat précédent, lorsque des chercheurs effectuent un travail scientifique, ils sont confrontés à plusieurs difficultés.

3. 2. L’explication par l’erreur involontaire (mésestimation)

  • 28 Dans certaines études une confusion entre poids et impact peut également apparaître, les auteurs se (...)

59Les difficultés rencontrées par les économistes du sport amenés à réaliser des études d’impact peuvent être regroupées en quatre catégories28.

60La première, qui conduit fréquemment à des erreurs d’appréciation, s’explique par la quasi impossibilité :

  • de recenser de façon exhaustive tous les coûts inhérents à la réalisation du grand évènement sportif,

  • de raisonner à partir de valeurs actualisées,

  • d’estimer de façon précise le nombre de visiteurs qui sert de point de départ au calcul.

61La deuxième tient à l’impossibilité d’anticiper le comportement des acteurs. Les spectateurs présents lors de l’évènement sont-ils venus spécialement pour assister à la compétition ? Ont-ils simplement avancé ou reculé leur visite pour profiter du spectacle ? Ont-ils un budget spécifique ou vont-ils au contraire rogner sur d’autres dépenses pour financer les « achats sportifs » ? Ex ante il n’est pas possible de répondre à ces questions. Tout comme il est difficile de quantifier précisément les trois « effets » suivants.

62Le premier, l’effet de substitution, correspond au non déplacement dans la région des personnes qui ne souhaitent pas être victimes des externalités négatives (perturbation du trafic routier, surcoût, hooliganisme…) pouvant apparaître lors de l’évènement sportif. Le deuxième, pouvant être qualifié d’effet « d’évaporation », résulte des dépenses effectuées par les participants qui ne profitent pas à l’économie locale. Enfin, deux types d’effets d’éviction peuvent également être cités : un effet d’éviction quantité, certaines ressources publiques utilisées pour financer les dépenses nécessaires à l’organisation de l’évènement sportif n’étant plus disponibles, et un effet d’éviction prix, l’augmentation des prix souvent constatée durant la période des épreuves conduisant à une réduction temporaire du pouvoir d’achat des résidents.

63La dernière difficulté, souvent mentionnée par les économistes du sport eux-mêmes (Matheson, 2006, p. 137 ; Barget et Gouguet, 2010, p. 82) est relative au risque de « double prise en compte » (double counting), certaines dépenses étant comptabilisées deux fois. Ainsi, par exemple, les achats de tickets d’entrée effectués par les partenaires à l’évènement ensuite distribués à leurs salariés sont parfois ajoutés aux dépenses totales de ces derniers. Cette erreur peut intervenir à plusieurs niveaux : double prise en compte de subventions, de dépenses organisationnelles, de dépenses touristiques. À nos yeux, il est primordial de la mentionner puisqu’elle fait écho à l’une de nos interrogations fondamentales : est-il légitime d’additionner R, R’, R’’, R’’’ ?

3. 3. L’explication par l’erreur analytique (hyper estimation)

64Dans la mesure où nous avons déjà largement développé la critique théorique du principe de multiplication, raisonnons à présent à partir d’un exemple, celui proposé par Matheson (2009) dans son article consacré à ce sujet.

  • 29 Ces valeurs sont assez fréquemment acceptées. Sur ce point voir : Poffet (1989). Dans ce cas, k = 1 (...)

65Dans cet article, Matheson s’intéresse de façon spécifique au cas d’une ville organisatrice d’un grand évènement sportif. Il distingue plusieurs scénarios dans lesquels les montants de l’injection initiale (ΔI) sont successivement 11250, 12375, 15000, 16500, 22500 et 24750 $. En retenant une propension marginale à importer m = 0,3 et une propension marginale à dépenser localement e = 0,629, une application élémentaire de la théorie du multiplicateur spacialisé (avec k = 1,43) devrait conduire aux variations finales de la consommation (ΔC) suivantes : 16071, 17696, 21450, 23595, 32175, 35392.

66Matheson ne procède pas de la sorte. À partir de la distinction de trois origines possibles (travail, capital, dépenses publiques) de l’injection initiale, il distingue douze scénarios dans lesquels il essaie de suivre le cheminement des dépenses afin de savoir s’il est légitime de les additionner. Comme le montre le tableau 1, il parvient ainsi à estimer le montant de l’induction pour la période suivante et à en déduire plusieurs valeurs du multiplicateur.

Tableau 1. Impacts économiques estimés

Impact économique direct

Impact économique indirect

Scénarios

Travail

Capital

Dépenses publiques

Total

Travail

Capital

Dépenses publiques

Total

k

1.1

7500

3750

0

11250

7500

3750

0

11250

2

1.2

10000

5000

0

15000

10000

5000

0

15000

2

1.3

7500

7500

0

15000

7500

7500

0

15000

2

1.4

7500

15000

0

22500

7500

15000

0

22500

2

2.1

7500

3750

0

11250

7500

0

0

7500

1,67

2.2

10000

5000

0

15000

10000

0

0

10000

1,67

2.3

7500

7500

0

15000

7500

0

0

7500

1,5

2.4

7500

15000

0

22500

7500

0

1125

7500

1,25

3.1

7500

3750

1125

12375

7500

0

1500

8625

1,7

3.2

10000

5000

1500

16500

7500

0

1500

11000

1,7

3.3

7500

7500

1500

16500

10000

0

2250

9000

1,55

3.4

7500

10000

2250

24750

7500

0

0

9750

1,39

Source : Matheson, 2009, p. 10

  • 30 « Les études d’impact économique […] proposent l’identification des dépenses sportives et un suivi (...)

67La réflexion de cet auteur est intéressante à double titre. D’une part, elle propose de calculer l’effet de multiplication sur une seule période et non pas en envisageant des « vagues » successives de revenus. D’autre part, elle intègre la nécessité de soustraire certaines dépenses de l’addition pour éviter des doubles comptes. Cette façon de procéder va dans la bonne direction. L’exemple mentionné précédemment permet de bien comprendre pourquoi. Un ticket permettant d’assister à un spectacle sportif est un droit, non pas de créance indifférencié portant sur un produit quelconque, mais un droit d’entrée spécifique. Or, dans ce cas il est facile de comprendre qu’il serait stupide de le comptabiliser deux fois simplement parce que l’identité de son titulaire a changé. Il en va de même pour les droits de créance indifférenciés. Le changement de main n’est pas à l’origine d’une création de revenu supplémentaire puisque le droit porte toujours sur le même produit. En revanche, lorsque son titulaire l’utilise (rentre dans le stade), il n’est plus disponible pour un autre achat (assister à un autre spectacle). Bien que ce soit une ambition avouée de nombreux auteurs d’études d’impact30, il est inutile de chercher à suivre de proche en proche les dépenses effectuées par les agents économiques. La consommation ne transmet pas les revenus, elle les détruit. Ainsi, quelles que soient les valeurs de e et m, en fonction du scénario retenu, le tableau 2 devrait être proposé.

Tableau 2. Impact économique réel dans huit des cas de figure proposés par Matheson

Scénarios

Travail

Capital

Dépenses publiques

ΔI initiale

k

ΔC finale

1

7500

3750

0

11250

1

11250

2

7500

3750

1125

12375

1

12375

3

7500

7500

0

15000

1

15000

4

10000

5000

0

15000

1

15000

5

10000

5000

1500

16500

1

16500

6

7500

7500

1500

16500

1

16500

7

7500

15000

0

22550

1

22550

8

7500

10000

2250

24750

1

24750

  • 31 Entre 1987 et 2008, sur 23 études économétriques portant sur l’impact de la construction d’équipeme (...)

68Comme en attestent de nombreux travaux empiriques31, l’accroissement de l’investissement ne conduit pas à une multiplication du revenu additionnel dans le temps (Schmitt, 1984, p. 290). Il n’est donc pas surprenant que la majorité des organisateurs des Jeux olympiques ait été victime du winner’s curse (Andreff, 2010, p. 20). À nos yeux la raison principale tient à l’hyper estimation systématique des résultats attendus. S’ils prennent un jour connaissance de ce résultat, existe-t-il un risque de voir les candidats à l’organisation des grands évènements sportifs progressivement se retirer (Zimbalist, 2010, p. 11) ? Nous en doutons. Dans certaines conditions le « pari » peut malgré tout se révéler gagnant !

4. Qui seront les futurs candidats à l’organisation des grands évènements sportifs ?

4. 1. La nature des bénéfices non économiques liés à l’organisation d’un grand évènement sportif

69Les bénéfices économiques inhérents à l’organisation d’un grand évènement sportif sont limités au montant de l’injection initiale. De nombreux bénéfices non économiques peuvent néanmoins être associés à ce type d’évènements.

70Introduire l’idée de bénéfices non économiques dans une analyse économique peut sembler étonnant. Pourtant, c’est ce que font les chercheurs souhaitant internaliser des effets externes pour effectuer des calculs économiques. En économie du sport, il en va notamment ainsi lorsqu’il s’agit d’apprécier la rentabilité sociale des grands évènements sportifs. Ainsi, Barget et Gouguet, dans leur dernier ouvrage (2010, p. 182), dressent une liste des externalités positives pouvant être associées à un grand évènement sportif. Selon eux, six catégories d’externalités, correspondant à des grandes fonctions économiques et sociales, peuvent être distinguées : distraction/animation, cohésion sociale, dynamisation économique, création d’activité économique, communication externe, structuration du territoire. La dimension économique de certaines de ces externalités est évidente : augmentation des profits, des recettes fiscales, des exportations, gains de productivité, créations d’emplois, amélioration des équipements… Ils ne doivent donc pas être comptabilisés comme bénéfices non économiques.

71À partir de la liste proposée par ces deux auteurs, quatre types de bénéfices non économiques peuvent être répertoriés : la satisfaction (d’assister aux compétitions, de voir les athlètes, de participer à la manifestation…) éprouvée par les (télé)spectateurs, le renforcement de la cohésion sociale (confiance, évolution des liens professionnels et amicaux, fierté…) liée à la participation collective à l’évènement, l’augmentation des pratiques (source de bienfaits en termes de santé, d’intégration, d’insertion…) et l’amélioration de l’image du territoire concerné (auquel sont alors associées les valeurs d’efficacité, d’attractivité et de modernité).

72Dresser une liste des bénéfices non économiques pouvant être associés à un grand évènement sportif est une chose. En faire une évaluation monétaire en est une autre. Il s’agit même de la principale difficulté à laquelle sont confrontés les économistes qui optent pour une analyse coûts/bénéfices. Comment mesurer l’utilité retirée par les individus de leur participation à l’événement ? Comment apprécier le renforcement de la cohésion sociale ? Quel horizon temporel retenir pour apprécier l’effet sur les pratiques sportives ? Comment quantifier l’effet communicationnel ? Seule la réalisation d’enquêtes sur le terrain permettant à la fois de faire émerger les préférences des individus hors marché et de prendre en compte l’existence d’éventuelles externalités négatives permet de répondre à ces questions. Ces enquêtes sont longues, onéreuses et peuvent être sérieusement effectuées uniquement par les (rares) spécialistes de ces questions. Dans la mesure où ces bénéfices non économiques n’existeraient pas si l’évènement sportif n’était pas organisé, en l’absence d’effet multiplicateur, au-delà des bénéfices économiques directs et quelle que soit leur valorisation, ils constituent à nos yeux les seuls véritables bénéfices induits par l’évènement sportif. Bien souvent, ils influent sur la façon dont est perçu le pays (la région) hôte et donc sur son capital-marque.

4. 2. L’influence des bénéfices non économiques sur le capital-marque du pays (région) hôte

  • 32 Sur ce point voir : Dinnie (2008, p. 15).

73Les recherches sur la valeur d’une marque d’un point de vue marketing, ou, identiquement, du capital-marque, ont débuté dans les années 1980. Le premier auteur à mettre en évidence l’existence d’une utilité de la marque indépendante du produit est Srinivasan (1979). Depuis ces travaux se sont largement développés. Plusieurs définitions du concept coexistent dans la littérature spécialisée. Certaines reposent sur la vision de l’entrepreneur, d’autres sur celle du consommateur. La définition proposée par Farquhar (1990), selon laquelle le capital-marque est « la valeur ajoutée qu’une marque apporte à un produit », est à présent la plus communément admise. Dans cette perspective, appliquée à une nation, le concept de capital-marque peut être défini32 comme la valeur apportée à un pays par les représentations associées à son identité et ses engagements. Celles-ci peuvent être plus ou moins fortes et spontanées. Elles sont le fruit de deux catégories d’associations (Aaker, 1991 ; Keller, 1993) : les associations fonctionnelles et les associations abstraites. Les premières sont liées à des caractéristiques propres aux pays (CPP) ou à des bénéfices fonctionnels pouvant lui être attribués (BFP) : climat, mode de vie, stabilité politique, sécurité… Les secondes correspondent à des impressions personnelles (expériences, liens conviviaux… ; IPA) ou symboliques (représentations, images ; ISA). Ces associations peuvent être plus ou moins durables, profondément ancrées dans l’esprit du public et positives. Les bénéfices non économiques liés à l’organisation d’un grand évènement sportif influent principalement à ce niveau (cf. figure 1).

Figure 1. Modalités d’influence des bénéfices non économiques

Figure 1. Modalités d’influence des bénéfices non économiques

74L’accueil d’un grand événement sportif a déjà été utilisé pour modifier l’image d’un pays (Jun et Lee, 2007). L’intégration explicite du sport dans cette démarche reste cependant encore assez peu développée (Rein et Shields, 2007). La satisfaction éprouvée par les (télé)spectateurs et l’augmentation de la pratique apparaissent pourtant comme des sources d’associations fonctionnelles positives. Le renforcement de la cohésion sociale et l’impact positif en termes d’image sont à l’origine d’associations abstraites personnelles et symboliques. Plus généralement, le simple fait de parvenir à organiser un grand évènement sportif dans les conditions stipulées par le cahier des charges atteste, pour le pays hôte, de compétences génératrices d’associations bénéfiques. Celles-ci sont d’autant plus fortes qu’elles correspondent à des attentes du public. Assimilables à un actif intangible, elles constituent à nos yeux la principale contrepartie aux investissements consentis.

4. 3. L’alternative injection réelle/compétences projetées

75Au niveau économique, l’absence d’effet multiplicateur a une conséquence importante : seuls les effets directs (en évitant les doubles comptes) doivent être pris en compte. Ces derniers correspondent aux revenus dépensés pour l’organisation de l’évènement (construction, aménagement, communication…) et aux droits (d’accès, de propriété, d’appellation…) acquittés par les visiteurs pour pouvoir y assister, déductions faites des fuites occasionnées par les dépenses bénéficiant à des agents économiques extérieurs au territoire considéré. Sauf à de rares exceptions, notamment lorsqu’ils sont organisés aux États-Unis (Preuss, 2000, p. 44), les grands évènements sont très largement financés par les pouvoirs publics, souvent au détriment d’autres investissements. Pour avoir une idée précise du montant de l’injection qui constitue un véritable supplément de richesse, il faut donc lui retrancher le montant de l’effet d’éviction sur l’investissement correspondant (EEI), tout comme il faut déduire le montant de l’effet d’éviction sur la consommation (EEC), certaines personnes ne souhaitant pas visiter le pays (région) durant la période de l’évènement. Dès lors, il devient possible de calculer le montant de l’injection réelle de la façon suivante :

76Injection réelle = Σ dépenses initiales nettes – (EEI + EEC)

77avec

78Dépenses initiales nettes = dépenses initiales brutes – fuites.

  • 33 Sur ce point voir : Barde (1991).

79Comme nous l’avons vu, organiser un grand évènement sportif ne présente toutefois pas un intérêt uniquement au niveau économique. Les bénéfices non économiques obtenus influent sur le capital-marque de la nation (région) organisatrice. Les savoir-faire obligatoirement mobilisés pour la bonne tenue de l’événement apparaissent alors comme des compétences projetées en direction du reste du monde (CPE) et/ou de la population locale (CPI). En fonction de la situation initiale du pays (région), les progrès réalisés sont interprétés comme autant de signes positifs, synonymes de changement et de développement. Approximée monétairement par l’une des méthodes d’évaluation des préférences des individus en l’absence de marché33, la somme des compétences projetées peut être définie comme suit :

80CPTotal = CPI + CPE

81Partant, en rapprochant les deux catégories de bénéfices associés à un grand évènement sportif, la matrice des zones de candidature suivante peut être proposée.

Figure 2. Matrice des zones de candidature

Figure 2. Matrice des zones de candidature

82La zone A est une zone dans laquelle le winner’s curse apparaît comme la contrepartie de l’augmentation du capital-marque. Le Brésil, à la fois organisateur de la Coupe du monde de football 2014 et des Jeux olympiques d’été 2016, peut selon nous être placé dans cette zone. La zone B est celle où les bénéfices économiques s’ajoutent aux bénéfices non économiques. La situation particulière du Qatar, pays organisateur de la Coupe du monde de football 2022, nous invite à le placer dans cette zone. La zone D est celle où l’influence sur le capital-marque est faible mais dans laquelle il n’y a pas de risques économiques majeurs. Au vu des exemples récents, nous serions assez enclins à y placer une ville américaine prochainement candidate à l’organisation d’un grand évènement sportif. Enfin du fait des surcoûts constatés et de la réputation bien établie de ce pays, l’Angleterre, organisatrice des Jeux olympiques de 2012, ne doit-elle pas être placée dans la zone C ?

83Comme tout modèle synthétique, la matrice des zones de candidature peut prêter à de nombreuses critiques. Dans la mesure où il est presque impossible de faire des analyses coûts/bénéfices ex ante, elle présente malgré tout deux avantages :

    • 34 Agréger ces bénéfices chiffrés par des méthodes radicalement différentes n’aurait guère de sens. Le (...)

    elle offre la possibilité de mettre en regard les bénéfices généraux, économiques et non économiques, pouvant être obtenus par les organisateurs de grands évènements sportifs34 ;

  • elle permet de répondre à une question fondamentale. Organiser un grand évènement sportif peut être un bon calcul non économique lorsque le pays (région) hôte voit la valeur de son capital-marque augmenter de façon significative grâce à l’organisation de l’évènement, éventuellement en acceptant d’en payer le prix fort.

Conclusion

84Pour des raisons différentes, les candidats à l’organisation de grands évènements sportifs, les consultants, les spécialistes du marketing, les économistes du sport et les auteurs post-keynésiens sont, ou devraient être, intéressés par la question des retombées de tels évènements. Sauf à considérer qu’il s’agit d’une catégorie d’évènements pour lesquels la question de la rentabilité économique et sociale ne se pose pas, les premiers n’ont pas le choix. En réponse à leurs commandes, les deuxièmes n’hésitent pas à surestimer l’impact économique réel de ces évènements. Les troisièmes insistent sur les bénéfices intangibles de ces manifestations. Les quatrièmes tempèrent l’optimisme des précédents. Jusqu’à présent, ce thème n’intéressait pas les cinquièmes. Cela changera peut-être bientôt. La majorité de leurs travaux concluent à l’absence d’effet multiplicateur. Leurs approches ne se prêtent cependant guère au falsificationisme. À l’échelle macroéconomique, il est difficile de mettre en évidence empiriquement l’absence d’effet multiplicateur. Pour eux, la « malédiction du vainqueur », observée lors d’au moins seize des dernières olympiades (Andreff, 2010, p. 11), devrait être un résultat intéressant. À notre avis, elle constitue une preuve de l’absence d’effet multiplicateur.

85Il n’est ni possible ni utile de chercher à suivre « à la trace » les dépenses successives des agents économiques. La surestimation de l’impact des grands évènements sportifs s’explique peut-être en partie par la tendance à « gonfler » le montant des dépenses, à sous-estimer les effets de substitution et à négliger les déplacements de demande. Selon nous, elle est surtout due à l’inexistence de « vagues » successives de revenu. La géographie des dépenses importe peu, même si les sommes investies sont moindres, ce résultat peut donc être étendu aux « petits évènements ». Faut-il pour autant bannir à jamais les études d’impact de la boîte à outils des économistes ? Peut-être pas. Mais en tout cas, comme le suggèrent Barget et Gouguet (2010, p. 36), celles-ci doivent obligatoirement être complétées par une analyse plus globale, l’organisation d’un grand évènement sportif garantissant presque systématiquement l’obtention de bénéfices non économiques. Pour cela, nous conseillons donc aux personnes qui souhaitent effectuer ce travail, a minima, d’adopter la démarche suivante :

  1. évaluation des effets directs obtenus (calculer en faisant la somme des dépenses initiales nettes) ;

  2. appréciation des phénomènes d’éviction (sur l’investissement et la consommation) ;

  3. estimation des compétences projetées pouvant influer sur le capital-marque du pays (région) hôte.

86Ce travail ne remplacera bien évidemment pas une étude plus approfondie. Il permettra cependant d’avoir une idée, ex ante, de la zone dans laquelle se situe le pays (région) candidat et ainsi d’éviter à certaines nations d’investir dans des programmes d’investissement dont la priorité est très largement discutable.

Haut de page

Bibliographie

Aaker D. A. (1991), Managing Brand Equity. New York: The Free Press.

Allmers S., Maennig W. (2008), “Economic Effects of Football World Cups: Experiences from France 1998 and Germany 2006”, conférence annuelle de l’Association française de science économique (AFSE), session invités, La Sorbonne, 19 septembre.

Andreff W. (2010), Économie internationale du sport, Grenoble, PUG.

Andreff W. (2012), “The winner’s curse: why is the cost of mega sporting events so often underestimated”, in W. Maennig & A. Zimbalist (eds.), International Handbook on the Economics of Mega Sporting Events, Edward Elgar, Cheltenham, p. 37-69.

Andreff W., Szymanski S. (2006), Handbook on the Economics of Sport, Edward Elgard, Cheltenham – Northampton.

Arthur Andersen (1999), “Economic Impact Study of the Sydney 2000 Olympic Game”, Centre for Regional Economic Research, University of Tasmania.

Asimakopulos A. (1986), “Finance, Liquidity, Saving, and Investment”, Journal of Post Keynesian Economics, 9(1), p. 79-90.

Baade R., Matheson V. (2001), “Home Run or Wild Pitch? Assessing the Economic Impact of MLB’ All Star Game”, Journal of Sports Economics, 2, p. 307-327.

Barde J. P. (1991), Économie et politique de l’environnement, PUF, Paris.

Barget E. (2001), Le spectacle sportif ponctuel : essai d’évaluation, thèse de doctorat, faculté de sciences économiques, université de Limoges.

Barget E. (2006), « Spectacles sportifs et économie : quels instruments d’analyse ? », Revue Gestion 2000, 4, p. 57-90.

Barget E. et Gouguet J. J. (2010), Évènements sportifs. Impacts économique et social, De Boeck, Bruxelles.

Billings R. B. (1969), “The Mathematical Identity of the Multipliers derived from Economic Base Model and the Input-Output Model”, Journal of Regional Science, 9(3), p. 471-473.

Bradley X. (1994), « Le multiplicateur d’investissement et l’épargne des revenus », Recherches économiques de Louvain, 60(1), p. 87-105.

Cantillon R. (1952), Essai sur la nature du commerce en général, Ined, Paris.

Capen E., Clapp R., Campbell W. (1971), “Competitive Bidding in High-Risk Situations”, Journal of Petroleum Technology, 23, p. 641-653.

Cottrell A. (1994), “Endogenous Money and the Multiplier”, Journal of Post Keynesian Economics, 7(1), p. 111-120.

Dinnie K. (2008), Nation branding: Concepts, Issues, Practice, Elsevier, Oxford.

Downward P., Dawson A., Dejonghe T. (2009), Sports Economics Theory. Evidence and Policy, Elsvier, London.

ESSEC - chaire européenne de marketing sportif (2007), « Les retombées économiques de la coupe du monde de rugby 2007 en France », étude pour le comité d’organisation.

Farquhar P. H. (1990), “Managing Brand Equity”, Journal of Advertising Research, 30(4), RC7-RC12.

Gnos C., Rochon L. P. (2008), The Keynesian multipliers, Routledge, New-York.

Gouguet J. J. (1979), Reconsidération de la théorie de la base, thèse complémentaire, université de Bordeaux, novembre.

Horne J., Manzenreiter W. (2006), “An introduction to the sociology of sports mega-events”, The sociological review, Wiley Inter-science, p. 60-81.

Howard D. R. et Crompton J. L. (1995), Financing sport, Sport management library, Fitness information technology Inc, Morgantown.

Humphreys J. (1994), “The Economic Impact of Hosting Super Bowl XXVIII on Georgia”, Georgia Business and Economic Conditions, May-June, p. 18-21.

IRIS (2012), Livre blanc : Paris sportifs et corruption.

Jun J. W., Lee H. M. (2007), “Enhancing global-scale visibility and familiarity: The impact of World Baseball Classic on participating countries”, Place Branding and Public Diplomacy, 3, p. 42-52.

Kahn R. (1984), The Making of Keynes’ General Theory, Cambridge University Press, London.

Keller K. L. (1993), “Conceptualizing, Measuring and Managing Customer-based Brand Equity”, Journal of Marketing, 57(1), p. 1-22.

Kesenne S. (2005), “Do we need an Economic Impact Study or a Cost-Benefit Analysis of a Sport Event”, European Sport Management Quarterly, 5, p. 133-142.

Keynes J. M. (1929), “Can Llyod George do it?”, reproduit dans [1973] The collected Writings of John Maynard Keynes, vol. IX, MacMillan, Cambridge.

Keynes J. M. (1930), “The great slump of 1930”, reproduit dans [1973] The collected Writings of John Maynard Keynes, vol. IX, MacMillan, Cambridge.

Keynes J. M. (1936), “The General Theory of Employment Interest and Money”, reproduit dans [1973] The collected Writings of John Maynard Keynes, vol. VII, MacMillan, Cambridge.

Leeds M. et Von Allmen P. (2002), The Economics of Sports, Addison Wesley, Boston.

Leontief W. (1953), “Domestic production and Foreign Trade; The American Capital Position Re-Examined”, Proceedings of the American Philosophical Society, 97(4), p. 332-349.

Matheson V. (2006), “Mega-Events: The Effect of the World’s biggest Sporting Events on Local, Regional, and National Economies”, Working Paper, Nr. 06-10, Worcester, MA: College of the Holy Cross, Department of Economics.

Matheson V. (2009), “Economic Multipliers and Mega-Event Analysis”, International Journal of Sport Finance, 4, p. 63-70.

Moore B. (1988), Horizontalists and Verticalists: The Macroeconomics of Credit Money, Cambridge University Press, New-York.

Moore B. (1994), “The demise of the Keynesian Multiplier: a Reply to Cottrell”, Journal of Post Keynesian Economics, 17(1), p. 121-133.

Parguez A. et Seccarecia M. (2000), “A credit theory of Money”, in John Smithin (ed), What is Money, Routledge, London.

Poffet G. (1989), « Les méthodes de mesure du multiplicateur régional et leur degré d’application au contexte Suisse », Revue d’économie régionale et urbaine, 5, p. 753-778.

Porter P. (1999), “Mega-Sports Events as Municipal Investments: A Critique of Impact Analysis”, in Fizel J., Gustafson E. & Hadley L., Sports Economics: Current Research. Westport, CT: Praeger Press.

Preuss H. (2000), Economics of the Olympic games – Hosting the games 1972-2000, Walla Walla Press, Sydney.

Rein I., Shields B. (2007), “Place Branding sports: Strategies for differentiating emerging, transitional, negatively viewed and newly industrialised nations”, Place Branding and Diplomacy, 3, p. 73-85.

Richardson, H. W. (1969), Regional Economics, Weidenfeld and Nicolson, London.

Roche M. (2000), Mega-Events and Modernity, Routledge, London.

Schmitt B. (1971), L’analyse macro-économique des revenus, Dalloz, Paris.

Schmitt B. (1984), Chômage, Inflation et malformations du capital, Economica/Castella, Paris/Albeuve.

Srinivasan V. (1979), “Networks Models for Estimating Brand-specific Effects in ultiattribute Marketing Models”, Management Science, 25(1), p. 11-21.

Sydney Olympics (2000), “Economic impact study”, KPMG Peat Marwick, in association with Centre for South Australian Economic Studies.

The Boston Consulting Group (2004), « Évaluations des impacts économiques des J.O. à Paris ».

Vanel G. (2008), « La normalisation financière internationale face à l’émergence de nouvelles autorités épistémiques américaines », Revue de la régulation, n° 3/4, deuxième semestre.

Zimbalist A. (2010), “Is It Worth It? Hosting the Olympic Games and Other Mega Sporting Events is an Honor Many Countries Aspire to – But Why?”, Finance and Development, March.

Haut de page

Notes

1 Selon Horne et Manzenreiter (2006), il s’agit d’un critère particulièrement important. Ainsi, à leurs yeux, seuls les évènements bénéficiant d’une couverture médiatique internationale peuvent être qualifiés de « mégas évènements sportifs ».

2 Bien évidemment cette classification peut être discutée. Sur ce point voir par exemple : Downward, Dawson et Dejonghe (2009).

3 Ces dernières sont aujourd’hui souvent privilégiées, principalement parce qu’elles permettent de facilement justifier économiquement et fiscalement le choix des décideurs.

4 Sur ce point voir : Matheson (2006) et Andreff (2012).

5 Qui plus est, ces études ne se donnent pas pour ambition d’apprécier les effets à long terme : restructuration, augmentation des prix (de l’immobilier par exemple), évolution du nombre de licenciés…

6 L’hypothèse « Winner’s curse » a été introduite dans la littérature par Capen et al. (1971). Selon cette hypothèse, lors d’un processus d’enchères, faute d’information précise sur la valeur de marché d’un actif (la seule information disponible étant la disposition à payer des autres participants) certains acquéreurs sont amenés à surenchérir pour l’emporter. Si finalement le vainqueur sur-estime la valeur réelle de l’actif acquis on parle alors de « malédiction du vainqueur ». Ce phénomène apparaît dans de nombreux appels d’offre publique.

7 Sur ce point voir par exemple les études réalisées par Arthur Andersen (1999), The Boston Consulting Group (2004) et l’ESSEC (2007).

8 Voir peut-être biaisés en cas de conflits d’intérêt comme on a pu le voir avec les agences de notation lorsque ce sont les structureurs qui paient les agences pour être notés… Sur ce point voir : Vanel (2008).

9 Même si elle demeure quelque peu imprécise, la définition suivante proposée par Barget et Gouguet (2010, p. 46) peut selon nous être retenue : « L’étude d’impact économique a pour objectif général de montrer comment les évènements sportifs influent sur l’activité du territoire économique qui les accueille ».

10 Sur ce point voir : Richardson (1969), Billings (1969) et Gouguet (1979).

11 Notons cependant que depuis les années 2000 certaines études d’impact sont fondées sur des modèles macroéconomiques régionaux et/ou des modèles d’équilibre général calculable.

12 Le fait que l’injection soit unique ou multiple ne change rien au raisonnement, tout comme l’introduction des propensions marginales à consommer localement et à importer.

13 À ce sujet il est d’ailleurs intéressant de noter que dans les premiers écrits de Keynes (1929 et 1930) le multiplicateur fut envisagé en termes d’emploi.

14 Résultant des dépenses nécessaires à l’organisation du grand évènement sportif dans le cas qui nous intéresse.

15 Pigou, Kahn, Roberston, Hawtrew.

16 Historiquement, J. M. Keynes et D. H. Robertson polémiquèrent assez longuement sur cette question. Aux yeux de D. H. Robertson, le déséquilibre entre l’épargne et l’investissement était simplement une conséquence du décalage entre la perception du revenu et sa dépense.

17 Cet auteur a présenté cette idée dans plusieurs autres écrits. Sur ce point voir par exemple : Parguez et Seccareccia (2000).

18 Sur ce point voir par exemple : Hartwig (p. 13), in Gnos et Rochon, (2008). Pour cet auteur, cette dualité est même la traduction d’un problème plus fondamental de la théorie keynésienne : la difficulté à concilier une analyse dynamique et une analyse statique comparative.

19 D’un point de vue comptable, le stock représente la fraction non consommée du revenu et doit être considéré comme une épargne pour la collectivité et comme un investissement pour les entrepreneurs. Telle est d’ailleurs la conception de la comptabilité nationale qui fait figurer les stocks des entreprises dans les emplois du compte de capital.

20 « Les flux monétaires injectés dans l’espace local vont subir un effet de multiplication, puisque les agents qui les perçoivent vont les re-dépenser. Les dépenses des uns constituant des recettes pour les autres, ainsi s’amorce un processus cyclique qui va s’amortir progressivement en raison des fuites (importations, épargne, taxes) qui introduisent une distorsion entre le revenu et la dépense ». (Barget et Gouguet, 2010, p. 71)

21 « Mais nul ne peut épargner sans acquérir un actif, qu’il s’agisse de liquidités [cash], d’une créance ou de biens-capitaux ; et nul ne peut acquérir un actif qu’il ne possédait pas auparavant sans qu’un actif de même valeur soit nouvellement produit ou que quelqu’un se sépare d’un actif existant de même valeur. » (p. 81-82).

22 Pour la zone euro, en 2009, les pièces et les billets ne représentaient plus que 7,93 % de la masse monétaire totale.

23 Par exemple, en Grèce, le déficit public qui était en baisse depuis 1999, a brusquement remonté pour atteindre 7,5 % du PIB en 2004, année de l’organisation des Jeux olympiques d’Athènes. De même, la ville de Montréal, organisatrice des Jeux olympiques de 1976, a remboursé ces dernières « dettes olympiques » en… 2006.

24 Nous pensons à ce qu’il est à présent convenu d’appeler le « greenwashing » consistant à annoncer des objectifs élevés en matière de développement durable, malheureusement pas toujours suivis d’effets.

25 Sur ce point voir : IRIS (2012).

26 À notre connaissance, en France, la seule véritable exception est la coupe du monde de rugby 2007.

27 « Ces calculs de retombées sont le plus souvent approximatifs, voire faux, et systématiquement surévalués » (Barget et Gouguet, 2010, p. 29).

28 Dans certaines études une confusion entre poids et impact peut également apparaître, les auteurs se contentant alors d’évaluer le montant total des dépenses effectuées et pas la richesse supplémentaire créée.

29 Ces valeurs sont assez fréquemment acceptées. Sur ce point voir : Poffet (1989). Dans ce cas, k = 1/(1- e+m).

30 « Les études d’impact économique […] proposent l’identification des dépenses sportives et un suivi de leur cheminement dans l’économie régionale ». (Barget et Gouguet, 2010, p. 55).

31 Entre 1987 et 2008, sur 23 études économétriques portant sur l’impact de la construction d’équipement sportif ou d’organisation de grands évènements sportifs, seules 2 mettaient en évidence un possible effet positif (Allmers et Maenning, 2008, p. 8). Pour les 3 évènements majeurs que sont les Jeux olympiques d’été, la coupe du monde de football et la coupe du monde de rugby, le montant de l’impact est finalement assez voisin du budget du comité d’organisation (Barget et Gouguet, 2010, p. 167).

32 Sur ce point voir : Dinnie (2008, p. 15).

33 Sur ce point voir : Barde (1991).

34 Agréger ces bénéfices chiffrés par des méthodes radicalement différentes n’aurait guère de sens. Les comparer nous paraît en revanche très intéressant.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/10215/img-1.png
Fichier image/png, 9,6k
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/10215/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 1. Modalités d’influence des bénéfices non économiques
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/10215/img-3.png
Fichier image/png, 58k
Titre Figure 2. Matrice des zones de candidature
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/10215/img-4.png
Fichier image/png, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Bouvet, « Les « retombées » des évènements sportifs sont-elles celles que l’on croit ? », Revue de la régulation [En ligne], 13 | 1er semestre / Spring 2013, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/10215

Haut de page

Auteur

Patrice Bouvet

université de Poitiers, maître de conférences, patrice.bouvet4@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page