Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Jamel Saadaoui, Déséquilibres globaux, taux de change d’équilibre et modélisation stock-flux cohérente

Jamel Saadaoui

Résumés

Cette thèse analyse les déséquilibres globaux en utilisant deux approches complémentaires : les taux de change d’équilibre et les modèles stock-flux cohérents. Ces deux approches peuvent être considérées comme complémentaires dans la mesure où elles analysent le même problème d’un point de vue différent. Les approches de taux de change d’équilibre, et plus particulièrement l’approche FEER introduite par Williamson (1994) cherchent à calculer les variations de change nécessaires pour atteindre un solde courant soutenable. Les approches stock-flux cohérentes à la Godley-Lavoie (2007) cherchent, en partant d’une situation de déséquilibres des balances courantes, à analyser les ajustements en termes de niveau d’activité et de dynamique du taux de change.

Haut de page

Texte intégral

1Soutenue le 26 novembre 2012 à l’université Paris Nord
Sous la direction de Jacques Mazier, Professeur à l’université Paris XIII, directeur
Jury :
André Cartapanis, professeur à l’IEP d’Aix-en-Provence, rapporteur
Cécile Couharde, professeur à l’université Paris X, présidente
Valérie Mignon, professeur à l’université Paris X, rapporteur
Dominique Plihon, professeur à l’université Paris XIII, examinateur

Question(s) de recherche

2Depuis le milieu des années 1990, on assiste à une augmentation globale des déséquilibres des balances courantes. En 2007, avant le déclenchement de la crise financière, ils représentent plus de 2 % du PIB mondial en valeur absolue. Selon Blanchard et Milesi-Ferretti (2012), la persistance de grands déséquilibres constitue une menace pour la stabilité macro-économique et macro-financière au niveau global. Se pose, dès lors, la question des mécanismes d’ajustement et de coordination à mettre en place au niveau international pour réduire ces déséquilibres. Williamson (2012) souligne le fait que dans l’état actuel des choses les incitations à l’ajustement sont asymétriques en mettant les pays déficitaires en difficulté. On peut se poser la question de l’efficacité d’un tel ajustement asymétrique.

Méthode

3Nous utilisons deux approches qui peuvent être considérées comme complémentaires. Dans l’approche des taux de change d’équilibre, et plus particulièrement dans l’approche FEER introduite par Williamson (1994), nous calculons les variations de change nécessaires pour atteindre une balance courante soutenable à moyen terme, tout en étant sur le sentier de croissance potentiel, pour tous les partenaires commerciaux. Avec la modélisation stock-flux (SFC) introduite par Godley et Lavoie (2007b), nous analysons le même phénomène d’un point de vue différent, puisque nous partons d’une situation de déséquilibres courants et nous analysons les ajustements en termes de dynamique du taux de change et des niveaux d’activité.

Résultat(s)

4Premièrement, à l’aide d’une approche FEER qui traite les pays de manière symétrique, nous confirmons l’hétérogénéité des mésalignements de change au sein de la zone euro. Alors que l’euro est proche de l’équilibre, la surévaluation croissante des pays déficitaires (France, Italie, Espagne, Portugal, Irlande, Grèce) fait face à la sous-évaluation croissante des pays excédentaires (Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Finlande) depuis le milieu des années 2000.

5Deuxièmement, nous validons, empiriquement, un cadre théorique introduit par Driver et Westaway (2004) qui stipule une relation de long terme entre les deux principaux modèles de taux de change d’équilibre (les approches FEER et BEER). Ce résultat est important, notamment si ces approches sont mobilisées pour mettre en place des mesures de rétorsion commerciales envers les pays accusés d’être des « manipulateurs de devise ».

6Troisièmement, nous testons, empiriquement, la validité de l’approche FEER pour réduire les déséquilibres globaux. Il existe bien un mécanisme de retour vers la valeur fondamentale. Ce résultat entre en résonance avec les résultats précédents et indique que l’approche FEER devrait être utilisée en complémentarité avec d’autres approches de taux de change d’équilibre dans le cadre de la surveillance des déséquilibres financiers internationaux.

7Quatrièmement, nous estimons l’impact de la libéralisation du compte financier sur les déséquilibres des balances courantes. Nous mettons en évidence un effet asymétrique de l’ouverture financière pour un panel de pays industrialisés et émergents sur la période 1980-2003. L’ouverture financière a eu un impact positif sur les balances courantes des pays industrialisés en raison de pressions baissières sur les taux d’investissement domestiques. Inversement, l’ouverture financière a eu un impact négatif sur les balances courantes des pays émergents en raison de pressions haussières sur les taux d’investissement domestiques.

8Cinquièmement, nous évaluons les effets stabilisateurs d’un budget fédéral à l’aide d’un modèle stock-flux cohérent basé sur Duwicquet et Mazier (2010) d’une union monétaire à deux pays de taille asymétrique. L’effet stabilisateur du budget fédéral et/ou des euro-obligations est confirmé en cas de choc asymétrique de compétitivité lié à une surévaluation du taux de change.

9Un retour de grands déséquilibres n’est pas à exclure. Il apparaît qu’une coopération monétaire internationale qui vise à prévenir le retour des déséquilibres au niveau international et intra-européen est une condition nécessaire à la reprise mondiale.

Haut de page

Bibliographie

Blanchard, O. & Milesi-Ferretti, G.-M. (2012), “(Why) Should Current Account Balances Be Reduced?”, IMF Economic Review 60(1), 139-150.

Cline, W. R. (2008), “Estimating Consistent Fundamental Equilibrium Exchange Rates”, Working Paper 08-6, Peterson Institute for International Economics.

Driver, R. L. & Westaway, P. F. (2004), “Concepts of equilibrium exchange rates”, Working Paper 248, Bank of England.

Duwicquet, V. & Mazier, J. (2010), “Financial integration and macroeconomic adjustments in a monetary union”, Journal of Post Keynesian Economics 33(2), 333-370.

Godley, W. & Lavoie, M. (2007a), “A simple model of three economies with two currencies: the eurozone and the USA”, Cambridge Journal of Economics 31(1), 1-23.

Godley, W. & Lavoie, M. (2007b), Monetary Economics: An Integrated Approach to Credit, Money, Income, Production and Wealth, Palgrave Macmillan.

Jeong, S.-E.; Mazier, J. & Saadaoui, J. (2010), “Exchange Rate Misalignments at World and European Levels: a FEER Approach”, Économie Internationale 121(3), 25-58.

Williamson, J. (1983), The Exchange Rate System, Institute for International Economics.

Williamson, J. (1994), Estimating Equilibrium Exchange Rates, Peterson Institute for International Economics.

Williamson, J. (2012), “Rules for Correcting External Imbalances”, Open Economies Review 23(1), 151-161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jamel Saadaoui, « Jamel Saadaoui, Déséquilibres globaux, taux de change d’équilibre et modélisation stock-flux cohérente », Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/9990

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page