Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Laila Porras, L’évolution des inégalités de revenus et de la pauvreté dans la transformation post-socialiste. Une analyse institutionnelle des cas tchèque, hongrois et russe

Laila Porras

Résumés

La transformation post-socialiste a eu des effets déterminants sur la répartition des revenus et l’évolution des inégalités dans tous les pays anciennement socialistes. La thèse analyse les déterminants de la trajectoire d’évolution des inégalités de revenus et de la pauvreté dans la transformation post-socialiste et s’appuie sur trois pays : la République tchèque, la Hongrie et la Russie. Nous avons analysé la spécificité historique, les conditions initiales, ainsi que les politiques et les institutions dans les domaines du travail et de la redistribution pour rendre compte de ces trois trajectoires de transformation durant la période 1989-2005. Nous nous sommes appuyés sur les courants de pensée économique ayant traité de l’évolution institutionnelle et du changement systémique.

Haut de page

Texte intégral

1Soutenue le 17 septembre 2012 à l’université Paris Diderot Paris 7
Sous la direction de Bernard Chavance
Jury :
Bernard Chavance, professeur à l’université Paris Diderot-Paris 7, directeur
Florence Jany-Catrice, professeur à l’université de Lille 1, rapporteur
Georges Mink, directeur de recherche au CNRS
Yorgos Rizopoulos, professeur à l’université Paris Diderot-Paris 7
Jiří Večerník, Senior Fellow à l’institut de sociologie de l’Académie des sciences de la République tchèque, rapporteur

Question(s) de recherche

2Négligée durant les années 1980 et 1990, la question des inégalités est revenue aujourd’hui au cœur des débats économiques (Bourguignon, 2012 ; Stiglitz, 2012). En effet, ce renouveau dans l’intérêt porté aux inégalités s’explique par la tendance générale ces vingt dernières années dans le monde – pays développés comme pays en développement – d’une hausse généralisée des inégalités de salaires et de revenus. La hausse des inégalités de revenus dans les pays anciennement socialistes n’est donc pas un phénomène isolé. Entre 1989 et 2001, on observe dans la totalité des pays post-socialistes, une augmentation globale et prononcée des inégalités de revenus et une forte progression de la pauvreté. Pour la première fois dans l’histoire économique moderne, des pays jusqu’alors considérés comme « égalitaires » sont passés à l’autre extrémité en un laps de temps très court. Tel est le cas de la Russie et de plusieurs pays de l’ex-Union soviétique. Mais cette montée des inégalités est d’ampleur très variable selon les pays et les régions. L’objet de cette thèse est d’explorer les raisons de ce double phénomène (tendance commune à l’accroissement des inégalités de revenus et diversité des dynamiques régionales et nationales). Pour ce faire, nous proposons une analyse comparative de trois trajectoires d’évolution des inégalités dans une perspective institutionnaliste et évolutionnaire : Russie, Hongrie et République tchèque.

Méthode

3Cette démarche prend pour point de départ le recueil systématique de faits stylisés (compilation de données statistiques associées à des sources variées sur le contexte institutionnel, historique, social et politique des pays étudiés). L’analyse des faits stylisés suggère que les institutions et l’histoire constituent des facteurs explicatifs importants. Pour le comprendre, cette thèse mobilise un cadre théorique associant les théories institutionnalistes et évolutionnistes traitant du changement systémique. Cela implique également une dimension pluridisciplinaire, les processus de transformation post-socialistes en général et de mutations des inégalités en particulier correspondant à un « fait social total », multidimensionnel. La méthodologie adoptée repose sur une analyse résolument comparative associant comparaison synchronique (mise en regard de trois études de cas approfondies et contrastées) et diachronique (importance de la longue durée dans la compréhension des inégalités nécessitant de remonter à la période pré-socialiste).

Résultat(s)

4Ce travail vient à l’appui de la littérature qui considère l’évolution des inégalités de revenus comme un phénomène multidimensionnel, s’inscrivant dans la longue durée. En effet, les dynamiques des inégalités sont marquées par l’histoire et les conditions initiales de la transformation, par les politiques adoptées au niveau macroéconomique et par les institutions spécifiques à chaque pays, telles que les normes, les traditions sociales, et les règles gouvernant la relation de travail.

5En République tchèque, une longue tradition de faibles inégalités économiques et de politiques sociales généreuses a pesé de tout son poids sur les conditions initiales et sur les choix de transformation. La Hongrie, grâce aux réformes entreprises avant la chute du Mur, se caractérise par la mise en place de politiques plus graduelles et consensuelles ainsi que par la garantie d’un certain niveau de vie de la population et par la limitation des inégalités de revenus. En Russie, les conditions initiales à la veille de la transformation étaient très défavorables : l’éclatement de l’Union soviétique, une économie extrêmement fragile, de profonds déséquilibres économiques, régionaux et sociaux ; une thérapie de choc avec un cadre institutionnel très peu propice à des transformations aussi radicales.

6La hausse et la réduction des inégalités de revenus n’est pas un phénomène mécanique lié à la croissance. Les dynamiques des inégalités dépendent largement du contexte institutionnel de chaque société. En outre, les données recueillies montrent le caractère de stabilité relative des inégalités : les trois pays étudiés ont conservé leurs places relatives en termes de niveaux d’inégalités et de pauvreté, avant l’instauration du système socialiste, durant la période socialiste, et vingt ans après les débuts de la transformation post-socialiste. Cette étude a mis en évidence l’interaction entre tendances de longue durée et changements de plus courte durée dans la dynamique des systèmes.

7Ce travail a contribué à questionner l’hypothèse d’une convergence déterministe vers un état d’équilibre final, caractéristique des approches en terme de transition vers le marché. Cette recherche a mis en lumière des phénomènes de causalité circulaire et cumulative. Elle s’oppose ainsi à la vision qui postule que les inégalités se réduisent d’elles-mêmes avec la croissance. Des politiques volontaristes de la part de l’État dans le domaine du travail et de la redistribution des revenus paraissent donc nécessaires pour contrebalancer des tendances qui deviennent difficiles à « déverrouiller » par la suite.

8Les enseignements de l’étude de ces différentes trajectoires dépassent les seuls pays de l’Est. Ils montrent que la thèse d’un « trade-off »  entre efficacité économique et inégalité n’est pas confirmée. Les pays qui ont maintenu une protection sociale élevée, ont également connu une croissance plus forte et plus soutenue et sont demeurés plus égalitaires. L’analyse de ces trajectoires confirme les approches en termes de diversité des modèles nationaux. Aussi ce travail s’insère-t-il dans les discussions sur la variété des capitalismes à l’Est comme à l’Ouest. Plusieurs enseignements de politique économique pourraient servir à ne plus commettre les erreurs du passé : ignorer le poids de l’histoire et des conditions initiales, le rôle des institutions et de l’État, et surtout, négliger la répartition des revenus et les inégalités comme composante essentielle des transformations économiques et du développement.

Haut de page

Bibliographie

Atkinson A. & Micklewright J. (1992), Economic Transformation in Eastern Europe and the Distribution of Income, Cambridge University Press, Cambridge.

Boyer R. & Saillard Y. (dir.), (1995) Théorie de la régulation : l’État des savoirs, La Découverte, Paris.

Bourguignon F. (2012), La mondialisation de l’inégalité, Seuil, Paris.

Chavance B, Magnin E, Motamed-Nejad R., Sapir J. (dir.) (1999), Capitalisme et socialisme en perspective. Évolution et transformation des systèmes économiques, La Découverte, Paris.

Cornia G., & Popov V. (dir.) (2001), Transition and Institutions. The Experience of Gradual and Late Reformers, Oxford University Press, Oxford.

Ellman M. & Kontorovich V. (1992), The Disintegration of the Soviet Economic System, Routledge, London.

Hodgson, G. (1994), The Elgar Companion to Institutional and Evolutionary Economics A-K, Edward Elgar, Aldershot.

Kaldor N. (1978), Further Essays on Economic Theory, Duckworth, Londres.

North D. (1990), Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge University Press, Cambridge.

Poznanski K. (1998), “Comparative Transition Theory: Recession and Recovery in Post-Communist Economies”, EMERGO, vol. 5, n° 2, p. 36-51.

Stiglitz E. J. (2012), Le prix de l’inégalité, Les liens qui libèrent, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laila Porras, « Laila Porras, L’évolution des inégalités de revenus et de la pauvreté dans la transformation post-socialiste. Une analyse institutionnelle des cas tchèque, hongrois et russe », Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/9926

Haut de page

Auteur

Laila Porras

Université Paris Diderot, Paris 7, membre du laboratoire LADYSS, université Paris Diderot Paris 7, membre associé du laboratoire CEMI (École des hautes études des sciences sociales), professeur vacataire à l’ESSCA, pomlaila@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page