Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Yann Guy, L’impact de la finance de marché sur le comportement d’investissement des entreprises : une confrontation des approches microéconomique et macroéconomique

Yann Guy

Résumés

La recherche porte sur les liens entre la stratégie de croissance des entreprises non financières et les conditions de son financement en France depuis le début des années 1980. Selon cet objectif, le travail empirique consiste à entreprendre une comparaison entre les phénomènes observés au plan microéconomique sur la base des comptes consolidés des grands groupes cotés, et au plan macroéconomique à partir des données de la comptabilité nationale. La thèse met à jour deux points essentiels. Dans le cadre du régime d’accumulation financiarisé et sous l’impulsion des groupes cotés, l’investissement des entreprises françaises (i) a un caractère dépressif sur le long terme, qui s’accentue nettement en fin de période ; et (ii) est pris dans un cycle financier déflationniste. Nous testons ces évolutions à travers une modélisation VECM sur données de comptabilité nationale et par l’estimateur GMM en première différence sur un panel des groupes cotés au SBF 250. Les équations de comportement estimées sont issues des modèles SFC post-keynésiens.

Haut de page

Texte intégral

1Soutenue le 03 juillet 2012 à l’université Paris Diderot-Paris 7
Sous la direction de Renaud le Gall du Tertre et Jacques Mazier
Jury :
Olivier Brossard, professeur à l’université Toulouse 1
Bernard Chavance, professeur à l’université Paris Diderot-Paris 7
Dominique Plihon, professeur à l’université Paris Nord

Question(s) de recherche

2Le but de la recherche est d’appréhender les conséquences du comportement des investisseurs financiers sur la stratégie de croissance des entreprises françaises et en particulier des grands groupes cotés, dans le cadre du régime d’accumulation financiarisé qui prend place au début des années 1980. Les deux principaux objectifs de la thèse sont les suivants : (i) vérifier le caractère dépressif sur le long terme du régime d’accumulation financiarisé ; (ii) mettre à jour l’existence d’un cycle financier d’investissement propre au régime d’accumulation financiarisé. Pour ce faire, nous procédons à une analyse comparative entre, d’une part, le comportement des grands groupes cotés au SBF 250, sous influence directe des actionnaires (niveau microéconomique) et, d’autre part, le comportement de l’ensemble des entreprises résidant en France (niveau macroéconomique). Le but de ce travail est de tirer partie des différences comptables entre comptes consolidés et comptes nationaux, ces différences tenant principalement au périmètre géographique, aux méthodes de valorisation et de consolidation.

Méthode

3La thèse s’organise en six chapitres. Nous procédons tout d’abord à une revue de la littérature sur la question des liens entre investissement et sphère financière. Sur la base d’un modèle structurel d’investissement présenté dans le chapitre 2, nous montrons dans le chapitre 3 comment les exigences de rendements des actionnaires et le versement d’une part importante du profit qui en découle, conduisent à limiter les débouchés des entreprises en France. Dans le chapitre 4, nous proposons d’enrichir le schéma minskyen des cycles financiers d’investissement à partir de la notion de financiarisation des stratégies. Au cours du chapitre 5, nous étudions le développement – puis la révélation – de la fragilité financière des entreprises françaises au cours de chaque phase d’emballement – respectivement de recul – du cycle financier d’investissement propre au régime d’accumulation financiarisé. Enfin, nous vérifions dans le chapitre 6 nos principaux enseignements théoriques et descriptifs à partir de modèles VECM, puis en mobilisant l’estimateur GMM en différences premières sur un panel dynamique des grands groupes cotés en France.

Résultat(s)

4Nous observons tout d’abord que le niveau des différents débouchés permettant la réalisation du profit est à l’origine d’une pression négative sur la croissance interne des entreprises françaises au cours de la dernière décennie. Dans le cadre du régime d’accumulation financiarisé, la distribution conséquente de revenus financiers implique que la consommation basée sur ces derniers constitue une importante source de réalisation des profits pour les entreprises. Toutefois, nous montrons qu’elle ne peut expliquer l’intégralité de la déconnexion entre taux de profit et taux d’accumulation qui apparaît dès le début des années 1980. Par ailleurs, la quasi inexistence des effets de richesse et des possibilités de crédits hypothécaires pour les ménages français ou encore la volonté de réduction de la dette publique qui se renforce à la fin des années 2000, contrebalancent la faiblesse de l’épargne des ménages par rapport à la période fordiste, et ont un effet négatif sur la réalisation des profits. Les entreprises françaises subissent par conséquent des déceptions quant à leurs attentes de profits, ce qui doit conduire à terme à une faiblesse accrue du niveau du taux d’accumulation.

5Nous mettons par ailleurs en évidence le fait que la croissance interne comme externe obéissent à des cycles d’origine financière. Lors des deux dernières phases d’emballement des marchés financiers, on remarque un accroissement de la rentabilité financière fondé sur l’accroissement de l’endettement et sur le faible niveau des taux d’intérêt. Comme le prédit le modèle minskyen, la fragilité financière des entreprises accompagne la recherche de l’effet de levier, ce que nous observons à travers l’évolution du taux de financement de l’investissement par endettement, qu’il s’agisse des groupes cotés ou de l’ensemble des entreprises françaises. Enfin, la hausse contracyclique de la part des dividendes et des dépenses en rachat d’actions dans le résultat net, à chaque phase baissière des marchés financiers, nous permet de souligner la complexité des sorties de crise et du désendettement des entreprises en période de crise. Ce comportement renforce les risques déflationnistes pour l’économie dans son ensemble.

6Nos estimations économétriques sur données de séries temporelles et sur données de panel dynamique nous permettent enfin de souligner le lien négatif entre l’accumulation de nouveaux biens en capital fixe des entreprises et la rentabilité de ces dernières pour l’actionnaire. Les résultats obtenus en termes de déterminants de la croissance soutiennent par ailleurs l’hypothèse de l’existence d’un cycle financier d’investissement propre au régime d’accumulation financiarisé.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. et Rebérioux A. (2004), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

Arellano M. et Bond S. R. (1991), “Some Tests of Specification for Panel Data: Monte Carlo Evidence and an Application to Employment Equations”, Review of Economic Studies, vol. 58, no. 2, p. 277-297.

Godley W. et Lavoie M. (2007), Monetary Economics: An Integrated Approach to Credit, Money, Income, Production and Wealth, San Francisco, basingstoke éd.

Johansen S. (1990), “Statistical analysis of cointegration vectors”, Journal of economic dynamics and control, vol. 12, no. 2-3, p. 231-254, September.

Kalecki M. (1954), Theory of economic dynamics, an essay on cyclical and long run changes in capitalist economy, London: Allen & Unwin.

Kennedy P. (2008), A Guide to Econometrics, Malden: Blackwell Publishing, 6e éd.

Lavoie M. (1992), Foundations of Post-Keynesian Economic Analysis, Aldershot: Edward Elgar.

Minsky H. P. (1986), Stabilizing an unstable economy, Yale: University Press of Yale.

Stiglitz J. et Greenwald B. (2005), Économie monétaire. Un nouveau paradigme, Paris: Economica.

van Treeck T. (2008), “Reconsidering the investment-profit nexus in finance-led economies: an ARDL approach”, Metroeconomica, vol. 59, no. 3, p. 371-404.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Guy, « Yann Guy, L’impact de la finance de marché sur le comportement d’investissement des entreprises : une confrontation des approches microéconomique et macroéconomique », Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/9906

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page