Navigation – Plan du site
Opinions - débats

L’empire de la valeur. Quelle critique de la théorie (néo)-walrassienne ?

The Empire of Value. What criticism of the (neo)-walrasian theory?
L´empire de la valeur. Que crítica de la teoría (neo) walrasiana?
Claire Pignol

Résumés

L’Empire de la valeur propose une critique de la théorie de l’utilité de l’approche walrassienne et lui substitue l’hypothèse alternative du désir mimétique. Cette critique est examinée en trois temps. On discute tout d’abord l’identification et l’interprétation que propose Orléan des hypothèses walrassiennes : objectivité et convexité des préférences d’une part ; souveraineté du consommateur d’autre part. On évalue ensuite la portée des conséquences de l’hypothèse mimétique sur les propriétés de l’équilibre concurrentiel, en termes d’optimalité et de stabilité. On reformule enfin sa critique moins en termes d’hypothèses ou de résultats que de questionnements, relatifs d’une part à la frustration des agents marchands, d’autre part à la pacification du monde social qui en résulte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 On sait depuis longtemps que la monnaie résiste au traitement usuel de la microéconomie, qui veut d (...)
  • 2 Il apparaît une ambiguïté sur l’emploi du terme « théorie walrassienne » qui, dans l’ouvrage, désig (...)

1S’il faut se réjouir du dernier ouvrage d’André Orléan, c’est d’abord parce qu’il y est question de théorie économique en ce qu’elle a de plus ambitieux : l’auteur refuse de concevoir la théorie comme une boîte à outils offrant à qui veut comprendre le fonctionnement de nos économies un ensemble plus ou moins organisé de relations ou de mécanismes (Orléan 2011, p. 11). Il renoue avec la grande tradition de l’économie politique, de ses origines au xviiie siècle jusqu’aux formulations d’Arrow-Debreu ou Sraffa, où l’économie est d’abord une théorie de la société. C’est cette théorie qu’André Orléan veut refonder en commençant par contester sa structure de base : la théorie de la valeur. Sa contestation débute par une critique originale de la théorie néo-classique de l’utilité, non pas seulement pour ce qui concerne l’analyse de la monnaie et de la finance, mais aussi dans son objectif premier : rendre compte de l’offre et de la demande des biens. Cette critique témoigne de l’ambition de l’auteur, qui ne limite pas la refondation de l’économie aux objets traditionnellement embarrassants pour la discipline1 mais veut l’appliquer à l’ensemble des concepts économiques, à commencer par celui qui semble le plus évident, le plus trivial, le plus incontestable peut-être, de l’approche néo-classique : la relation de l’agent aux biens, relation de préférence usuellement décrite par une fonction d’utilité. Ainsi fait-il d’abord apparaître, dans les chapitres 2 et 3 de l’ouvrage, une synthèse des hypothèses qui caractérisent la fonction d’utilité et des résultats rendus possibles par ces hypothèses, pour en faire la critique et leur opposer, sous le nom d’ « hypothèse mimétique », une approche alternative. Le commentaire développé ici porte sur cette première partie de l’ouvrage et interroge le rapport qu’entretient André Orléan avec la théorie walrassienne ou néo-walrassienne2 : quelle critique en propose-t-il ? Dans quel objectif, c’est-à-dire afin de faire apparaître quelles conclusions opposées, ou quels impensés ? On examinera les hypothèses de l’approche néo-classique qu’Orléan identifie et conteste (I), les conclusions auxquelles conduisent les hypothèses alternatives qu’il emprunte à l’analyse girardienne du désir mimétique (II) et les questions nouvelles que cette analyse veut faire apparaître (III). On fera apparaître qu’André Orléan hésite entre deux projets critiques : le premier viserait à contester ou à amender quelques unes des hypothèses de l’économie walrassienne de manière à produire des résultats différents, sans toutefois en renverser la logique de raisonnement. Cette critique se révèle défaillante parce qu’elle vise moins la théorie néo-classique que la notion d’utilité, plus exactement une conception particulière de l’utilité. Les différentes objections qu’adresse Orléan à cette notion d’utilité sont justes, mais la théorie néo-walrassienne s’est révélée parfaitement capable de les absorber. Un second projet, plus radical, serait fondé sur une anthropologie du désir, et contesterait la logique même de l’approche néo-walrassienne. Cette seconde critique amène à distinguer l’économie de Walras de celle des néo-walrassiens et amène à adresser à ces derniers des questions présentes chez Walras et qui se sont absentées des approches contemporaines.

1. Utilité du consommateur : identification et critique des hypothèses walrassiennes

2On partage avec André Orléan l’idée selon laquelle le cœur de la théorie économique contemporaine, sa conception la plus élaborée, la plus rigoureuse et la plus féconde, est l’approche walrassienne ou néo-walrassienne (p. 11). On approuve donc sa démarche dans le chapitre 2, qui consiste à identifier les hypothèses cruciales de cette approche puis à en faire la critique pour mettre en cause les résultats auxquels ces hypothèses conduisent. La discussion porte ici sur l’identification de ces hypothèses.

1. 1. Hypothèses caractérisant les préférences

  • 3 Notons que la définition de l’utilité chez Walras est très large, puisqu’il précise que « je dis qu (...)

3La théorie walrassienne3 repose sur une relation des agents aux biens décrite par des hypothèses qu’André Orléan identifie pour en contester la pertinence et, ce faisant, remettre en cause ce rapport des agents aux objets. Il relève tout d’abord deux catégories d’hypothèses.

4La première, qu’il nomme « objectivité des préférences » (p. 58), définit la nature du désir qui porte les agents vers les biens. L’objectivité des préférences exclut qu’un bien puisse être désiré parce qu’il est désiré ou détenu par d’autres, par envie, jalousie, hostilité ou désir de revanche. Elle suppose que les désirs des individus sont définis de manière autonome, antérieurement à leur socialisation (p. 59). Cette hypothèse, contestée par l’approche alternative du désir mimétique, est vue par Orléan comme « un facteur de modération dans la lutte concurrentielle parce qu’elle restreint les rivalités acquisitives » (p. 58).

5La seconde catégorie d’hypothèses, plus technique et résumée dans l’expression « convexité des préférences », contient à la fois l’hypothèse d’utilité marginale décroissante et le goût des mélanges, ces deux hypothèses modérant le désir des biens, qui à la fois décroît avec l’augmentation de la quantité consommée et exclut les consommations monomaniaques. Ces hypothèses sont pour Orléan la condition de l’émergence d’un équilibre : « si tous les agents veulent uniquement d’un même bien, aucun accord ne peut être trouvé. Pour qu’un équilibre existe, il faut que les préférences objectives des agents ne soient ni trop exagérées ni trop exclusives » (p. 59). Ainsi le rapport de l’individu aux objets marchands est-il « particulièrement pacifié et raisonnable, totalement non névrotique » (p. 60), et la flexibilité des goûts est-elle la condition de l’accord. Autrement dit, ces hypothèses sont celles qui garantissent l’existence d’un équilibre.

6Or cette identification des hypothèses nécessaires à la théorie néoclassique de l’utilité n’est pas entièrement convaincante, de même que la discussion de leurs conséquences :

    • 4 Voir Collison Black (2008).
    • 5 Les hypothèses sur les préférences concernent seulement le pré-ordre de préférences, la fonction d’ (...)

    L’utilité marginale décroissante par exemple, certes postulée par les premiers marginalistes4, devient inutile pour les théoriciens de l’équilibre général au xxe siècle, lorsqu’ils abandonnent la conception cardinale de l’utilité pour une conception ordinale. Puisqu’elle n’est nullement nécessaire aux démonstrations modernes d’existence et d’optimalité de l’équilibre concurrentiel5, sa critique est sans conséquence au moins sur ces résultats.

    • 6 En cas de préférences monomaniaques, l’inexistence de l’équilibre vient non des cas dans lesquels l (...)
    • 7 L’équilibre étant alors autarcique.

    La convexité des courbes d’indifférence, interprétée comme le goût des mélanges, est certes nécessaire à l’existence d’un équilibre, mais non, comme le suggère Orléan, parce qu’elle empêcherait que les agents désirent tous le même bien6 : le fait que tous les agents désirent un même bien, quelle qu’en soit l’origine, peut certes entraîner l’absence d’échange mais pas l’absence d’équilibre7. Autrement dit, le rôle qu’André Orléan fait jouer à cette hypothèse dans la détermination d’un équilibre n’est pas celui qu’elle joue effectivement.

    • 8 Pham (2008) en propose un survey détaillé.

    Enfin, l’interprétation qu’il propose de l’objectivité des préférences, selon laquelle celles-ci sont définies indépendamment d’autrui, n’est vraie que si l’on s’en tient au modèle d’Arrow-Debreu. Elle ne l’est plus si l’on considère des modèles récents dans lesquels les fonctions d’utilité ont pour argument la richesse d’autrui. Pour n’en donner qu’un exemple, Sussangkarn and Goldman (1983) représentent le sentiment d’envie comme externalité négative, en supposant que l’utilité des agents décroît lorsque la richesse d’autrui est supérieure à la leur. Plus généralement, la notion d’utilité relative, qui tient compte des comparaisons de richesse, est développée dans plusieurs modèles micro-économiques qui conservent la structure néo-classique de la théorie de la valeur et de l’utilité8.

  • 9 La question se pose de savoir quelles conséquences tirer de cette plasticité. Faut-il en déduire qu (...)

7Des trois hypothèses énoncées comme cruciales par Orléan, deux sont donc inutiles à l’appareil théorique néo-classique (décroissance de l’utilité marginale et indépendance des goûts par rapport à autrui), et la troisième (goût des mélanges) est nécessaire pour des raisons qui diffèrent de celle qu’Orléan met en évidence. Cette identification fautive des hypothèses et de leur rôle invalide-t-elle sa critique ? Je ne le pense pas. Mais elle exige de l’amender, en tenant compte de l’étonnante plasticité de la théorie néo-classique, de sa capacité à se développer en contournant voire en s’appuyant sur les objections qui lui sont faites9.

1. 2. La souveraineté du consommateur

8Au-delà des arguments techniques, ce que vise Orléan dans cette discussion est le concept de souveraineté du consommateur. Au consommateur de la théorie walrassienne, supposé maître de ses désirs, capable d’élire seul les objets qu’il juge dignes d’être aimés (p. 73), il oppose l’individu décrit par l’hypothèse mimétique, qui « souffre d’une infirmité du désir qui le pousse à chercher en autrui les références qu’il ne réussit pas à se donner à lui-même par un pur acte de souveraineté intérieure » (p. 74). La souveraineté du consommateur postulée par l’approche walrassienne est une illusion de l’acteur, et l’hypothèse mimétique est ce qui permet de n’en être pas dupe. La méconnaissance par l’agent de son propre désir produit une dépendance particulière à autrui, non pas seulement pour satisfaire ses besoins mais, avant cela, pour les définir. Le déterminant le plus puissant du désir des biens tient alors moins à leur utilité au sens courant, c’est-à-dire à leur capacité à satisfaire des besoins préalablement identifiés, qu’à l’approbation et à la considération sociale que leur possession peut apporter. À la conception utilitaire, au sens courant du terme, du désir des biens, Orléan oppose ainsi l’analyse de Veblen, pour qui l’enjeu de la consommation est, plus que l’utilité, le prestige. Le consommateur n’est plus souverain, parce qu’il ne maîtrise pas même la formation de ses désirs.

9Cette critique de la souveraineté du consommateur repose sur une interprétation de la notion de souveraineté comme une notion descriptive du comportement du consommateur : la souveraineté supposerait que l’agent sache avec certitude ce qu’il veut, de sorte que les autres seraient sans influence sur ses choix, alors que l’observation des comportements des agents révèlerait au contraire que, pour des raisons liées au prestige aussi bien qu’à des réseaux croissants d’adoption (p. 79-83), leurs choix et leurs désirs ne sont pas autonomes, leurs préférences ne sont pas données et exogènes mais à l’inverse changeantes et endogènes. Veblen est convoqué pour dire l’importance du spectacle de la consommation d’autrui. L’absence d’autonomie des désirs, les influences réciproques, le poids des représentations collectives sur les choix individuels suffiraient à remettre en cause l’idée d’un consommateur « souverain », défini par des préférences données, exogènes, indépendantes d’autrui.

  • 10 Le fait que la théorie économique qui se revendique le plus nettement de la science soit fondée, à (...)

10Une objection apparaît alors : il n’est nullement acquis que la souveraineté du consommateur soit un concept descriptif qui suppose des consommateurs définis par des préférences données et exogènes, indépendantes d’autrui. Hayek (1961) par exemple – qui n’est certes pas néo-walrassien – admet volontiers le caractère construit, évolutif et même endogène des préférences mais n’en rejette pas pour autant l’idée de souveraineté du consommateur. Celle-ci s’exprime dans l’idée selon laquelle le consommateur doit être seul juge de ses désirs. Autrement dit, le caractère « donné » des préférences n’est pas une question de fait, qui supposerait que les préférences ne varient pas, ou du moins ne varient pas de manière endogène, mais une question morale : pour ceux qui adoptent le principe de souveraineté du consommateur, l’économiste doit considérer les préférences comme des données quelle que soit leur origine car elles appartiennent à un champ extérieur à la théorie économique10. L’approche des préférences révélées de Samuelson (1938) propose la version la plus aboutie de cette conception : l’économiste ne peut qu’observer des choix et imaginer les préférences que révèlent ces choix. La souveraineté du consommateur n’est plus un fait observé mais un principe moral qui prévient l’intrusion de l’économiste dans les motifs de l’agent (Desreumaux 2013, p. 12-14). Le seul fait que les préférences puissent varier sous l’influence d’autrui n’est alors pas en soi une raison suffisante pour modifier la théorie du consommateur. Les citations rassemblées par Desreumaux des auteurs partisans de la souveraineté du consommateur sont à cet égard exemplaires et, si l’on veut n’en retenir qu’une, celle de Lerner est représentative d’une position dont l’origine est morale :

L’idée de base de la souveraineté du consommateur est vraiment très simple : que chacun puisse avoir ce qu’il préfère tant que cela n’implique de sacrifice supplémentaire pour personne d’autre. Il pourrait sembler que le seul problème concernerait alors la possibilité d’atteindre cet objectif hautement désirable. En fait, il y a d’autres objections. L’une des plus profondes cicatrices de ma prime jeunesse m’a été infligée lorsque mon professeur m’a dit “Tu ne veux pas cela”, après que je lui eus affirmé que je le voulais. Je n’aurais pas été aussi blessé si elle avait dit que je ne pouvais pas l’avoir, quoi que cela soit, ou que c’était mal de ma part de le vouloir. Ce que je n’avalais pas, c’était la négation de ma personnalité – une sorte de viol de mon intégrité. J’avoue que mes poils se hérissent toujours de la même manière lorsque je vois que les préférences des gens sont écartées parce qu’on les juge non authentiques au motif qu’elles sont influencées, voire créées, par la publicité, et que quelqu’un d’autre explique aux gens ce qu’ils “veulent vraiment”. […] En tant qu’économiste, je dois me préoccuper des mécanismes qui permettent aux gens d’obtenir ce qu’ils veulent, quelle que soit la manière dont ces désirs ont été acquis. (Lerner 1972, p. 258)

11Ainsi l’hypothèse mimétique, lorsqu’elle se propose d’élucider les désirs des agents au lieu de les considérer comme donnés, conteste-t-elle moins une hypothèse qu’un principe moral. La question se pose alors de savoir si l’hypothèse mimétique contient une autre conception de la morale. C’est ce qu’Orléan n’expose pas. Plus encore, si les raisons morales de l’hypothèse de souveraineté du consommateur proviennent de la volonté de ne porter aucun jugement sur les désirs et les choix des agents, l’hypothèse mimétique telle qu’il la présente semble pareillement refuser d’énoncer des jugements sur ces choix et, davantage encore, refuse d’entrer dans un débat de philosophie morale. Pourtant, le débat doit porter non sur la question de savoir si les désirs sont donnés et définis par chacun de manière autonome, mais si l’économiste doit produire un discours sur l’origine de ces désirs. Autrement dit, l’économiste doit justifier sa volonté d’ouvrir la « boîte noire » du consommateur et de la formation des préférences, en proposant une anthropologie alternative. C’est ce que nous discuterons dans la troisième partie. Mais nous voulons auparavant nous interroger sur l’objectif visé par Orléan lorsqu’il énonce et critique les hypothèses qu’il identifie comme walrassiennes, et discuter la logique qui est la sienne lorsqu’il étudie, sous des hypothèses nouvelles, les propriétés de l’équilibre.

2. Une critique des propriétés de l’équilibre concurrentiel

12L’adoption d’hypothèses non standard sur l’agent et ses préférences peut affecter les propriétés de l’équilibre, et Orléan discute longuement les effets de l’hypothèse mimétique sur l’optimalité et la stabilité de l’équilibre, pour faire apparaître en particulier les inefficacités et l’instabilité qui résultent du mimétisme. Nous poserons ici la question de savoir si ces raisonnements et résultats suffisent à la remise en cause du modèle walrassien qu’Orléan appelle de ses vœux.

2. 1. Optimalité de l’équilibre

13Contester les hypothèses dites de concurrence parfaite peut remettre en cause les résultats d’existence ou d’optimalité de l’équilibre. Telle est la conséquence des comparaisons de richesses, lorsqu’on les considère comme des externalités négatives, lorsque la richesse d’autrui entre dans l’appréciation subjective que chacun se fait de sa situation. Il est connu qu’en présence d’externalités, l’équilibre concurrentiel, s’il existe, est sous-optimal. Est-ce à dire que ces modèles rompraient avec la logique de la théorie néo-classique de la valeur fondée sur l’utilité ? Leur existence même atteste pourtant que l’on peut rendre compte de phénomènes de dépendance entre agents, et de leurs conséquences, en utilisant l’appareillage théorique de l’approche néo-classique, c’est-à-dire la fonction d’utilité. L’utilité peut s’interpréter de manière plus large qu’usuellement, sans que son usage formel en soit modifié. Cela suffit-elle à répondre aux objections d’Orléan ? Si tel était le cas, celui-ci serait proche d’une théorie néo-classique amendée en certaines de ses hypothèses, comme semble d’ailleurs le suggérer l’hommage qu’il rend à Akerlof et Stiglitz (p.87-96) qui font apparaître qu’en présence d’information imparfaite et asymétrique, l’équilibre laisse subsister tout ou partie des possibilités d’échanges mutuellement avantageux non exploitées. Orléan en conclut qu’alors, « qu’il y ait absence de transactions ou rationnement, c’est une logique de marché fort éloignée de celle que considère l’analyse walrassienne qui prévaut. Le théorème d’existence de l’équilibre n’est plus valide, ni l’optimalité parétienne » (p. 93).

14Observons que c’est moins l’existence de l’équilibre qui est contestée – car l’absence de transaction n’équivaut pas à l’absence d’équilibre mais à un équilibre autarcique – que l’optimalité. Ce résultat d’inefficacité suffit-il à sortir de la logique néo-classique et à conclure avec Orléan à « une logique de marché fort éloignée » ?

15Répétons qu’en termes d’hypothèses et de modélisation, les externalités ou les asymétries d’information n’empêchent nullement la formalisation néo-classique : tout peut s’y exprimer dans les termes d’une fonction d’utilité, dont la plasticité tient au fait qu’elle est un contenant dans lequel on peut mettre aussi bien les biens que le statut social ou la comparaison avec autrui, et donc l’envie. Ajouter aux biens et services habituels des variables comme l’envie ou le statut modifie certes les propriétés de l’équilibre mais reste compatible avec la logique néo-walrassienne.

16En termes de résultats, la logique néo-classique n’exige pas non plus de conclure à l’optimalité de l’équilibre concurrentiel, quelles que soit les hypothèses mobilisées. Elle requiert seulement d’établir les conditions d’existence et d’optimalité de l’équilibre, puis d’étudier les conséquences de l’amendement de ces conditions. Ainsi Arrow et Hahn, dans la préface de General Competitive Analysis, décrivent-ils le programme de recherche de la théorie de l’équilibre général comme une interrogation sur la robustesse du résultat d’optimalité de l’équilibre concurrentiel : « Il devient intéressant de se demander si ce résultat est robuste. Subsiste-t-il à un changement d’hypothèses d’une économie concurrentielle à une économie de concurrence imparfaite ? Sera-t-il renversé par des externalités, par d’apparentes irrationalités, comme le fait de “juger la qualité par le prix”, par le manque de “marchés à terme” ou le rôle particulier tenu par le moyen d’échange ? » (Arrow et Hahn, 1971, p. vii). Arrow en 1985 le répète : « La théorie économique a graduellement raffiné les conditions dans lesquelles le système de prix peut ne pas conduire à une allocation des ressources efficace ou optimale. La plupart des discussions ont tourné autour de trois raisons principales – indivisibilités, non-appropriabilité et incertitude – et autour de concepts – rendements croissants, externalités, biens publics, coûts de transaction, défaillances du marché – qui permettent de cerner, entre autres, l’insuffisance ou les limites de la validité théorique du système de prix lorsque certaines actions, bien qu’elles puissent conduire à un avantage privé, peuvent se conclure par un coût social net » (Arrow, 1985, p. 64, nos italiques).

17Autrement dit, et contrairement à l’assimilation fréquente de la théorie néo-classique au libéralisme, la théorie de l’équilibre général admet volontiers l’existence d’équilibres sous-optimaux. Elle prétend seulement – mais cette prétention n’est pas minime – qu’elle est en mesure d’établir les causes des sous-optimalités et, éventuellement, les moyens d’y remédier. Arrow et Hahn ont à cœur non de prouver la systématique optimalité de l’équilibre concurrentiel, dont ils conviennent volontiers qu’elle n’est pas toujours observée, mais d’élaborer le cadre général qui établit à la fois les conditions de l’optimalité et de la sous-optimalité : « L’essentiel est là : il n’est pas suffisant d’affirmer que, alors qu’il est possible d’inventer un monde dans lequel les affirmations faites au nom de la main invisible sont vraies, ces revendications font défaut dans le monde réel. Il faut montrer comment les caractéristiques du monde que l’on considère comme essentielles dans toutes les descriptions qu’on en fait rendent impossible de prouver le bien-fondé de ces revendications. En tentant de répondre à la question : “est-ce que cela peut être vrai ?”, on en apprend beaucoup sur les raisons pour lesquelles cela pourrait n’être pas vrai. » (Arrow et Hahn, 1971, p. vii). C’est la théorie néo-classique elle-même qui indique les raisons pour lesquelles la libre variation des prix peut ne pas conduire à un équilibre optimal.

18Cette perspective de recherche suffirait-elle à André Orléan ? La refondation à laquelle il nous invite serait-elle un retour au programme de recherche qu’énonçaient Arrow et Hahn en 1971 ? La question est une boutade bien sûr, mais que nous devons prendre suffisamment au sérieux, tant la théorie néo-classique tire sa force de se nourrir des critiques qui lui sont adressées. Pour le moment, il faut espérer que refonder l’économie ne se limite pas à établir des causes de sous-optimalité de l’équilibre.

2. 2. Stabilité de l’équilibre

19La seconde critique d’Orléan porte sur la propriété de stabilité de l’équilibre. Il la développe pour mettre en évidence le caractère crucial de l’hypothèse de « fixité des préférences » (p. 76), selon laquelle les désirs des agents sont indépendants de ceux d’autrui. Si l’on suppose à l’inverse que, par une imitation réciproque qu’il nomme « médiation interne », les préférences des agents dépendent de celles des autres, sans qu’aucun ne soit extérieur à cette chaîne d’influences, la stabilité de l’équilibre est remise en cause. En effet, en cas par exemple d’excès de demande, l’augmentation du prix selon la loi de l’offre et de la demande, supposée entraîner la baisse de la demande et l’accroissement de l’offre, peut ne pas fonctionner : la demande peut au contraire se nourrir de la hausse du prix, qui est pour chaque agent le signal que le bien est désiré par d’autres, et donc d’autant plus désirable. On se trouverait alors, affirme Orléan, « dans un univers conceptuel très différent dans lequel le rôle stabilisateur de la concurrence par les prix serait remis en cause » par une « mécanique perverse du prix qui peut mettre en danger la totalité du système » (p. 77). Cette critique toutefois soulève deux objections :

    • 11 On pourrait remarquer toutefois, ce qui irait dans le sens d’Orléan, que l’une des conséquences, da (...)
    • 12 On sait qu’à l’inverse, l’effet-revenu est susceptible d’être déstabilisateur, mais c’est dans le c (...)

    D’abord le raisonnement mobilisé est incomplet et sa conclusion discutable. Du caractère mimétique du désir, l’auteur déduit en effet le caractère auto-entretenu de l’excès de demande, comme si la demande de bien variait toujours dans le même sens que le désir. Il est pourtant une raison majeure pour laquelle la demande peut stagner voire diminuer alors même que le désir du bien augmente : la contrainte budgétaire. Quelle que soit l’intensité de mon désir, il arrive un point à partir duquel mon revenu m’oblige à diminuer ma consommation11. Dans les termes usuels de la microéconomie, l’effet-substitution joue ici un rôle déstabilisateur, mais l’effet-revenu est stabilisateur12.

  • Ensuite parce que, comme le rappelle d’ailleurs l’auteur (p. 71-72), la stabilité de l’équilibre général n’est pas une propriété établie. Davantage, les théoriciens de l’équilibre général ont établi l’impossibilité de déduire la stabilité de l’équilibre à partir d’hypothèses caractérisant les individus. Il faut d’ailleurs saluer cette capacité de la théorie néo-classique à produire sa propre critique, même si la conséquence en fut, trop souvent, l’abandon de toute interrogation sur la stabilité. Les conséquences en termes de stabilité du mimétisme des préférences, quand bien même l’objection précédente serait résolue, ne sont pas considérables : elles font apparaître à l’échelle de l’équilibre partiel un problème que l’on connaissait à l’échelle de l’équilibre général.

20De même que pour la remise en cause de l’optimalité parétienne de l’équilibre, on se demande si la critique d’Orléan n’est pas à placer au même niveau que les critiques produites par les théoriciens de l’équilibre général eux-mêmes : elle remet en cause les propriétés de l’équilibre – optimalité et stabilité – la confiance dans la concurrence, la capacité de l’économie à s’auto-réguler. Mais elle n’atteint pas la manière dont nous concevons l’économie : que les préférences soient exogènes ou endogènes, les mêmes outils analytiques peuvent être mobilisés. La théorie de la valeur entendue comme théorie de la coordination, dans laquelle les prix résultent des choix des agents fondés sur des préférences, reste le mode de compréhension de l’économie. Qu’elle conclue à une coordination insuffisante ou impossible ne suffit pas à faire apparaître une conception de l’économie détachée des notions de valeur et de préférences individuelles.

3. Ordre social et rivalités individuelles

21L’ouvrage d’Orléan contient une autre forme de critique, plus radicale, qui porte moins sur les réponses ou les résultats qu’elle obtient que sur les questions qu’elle soulève, en termes individuels et sociaux : contester l’approche walrassienne, ou néo-walrassienne, ce ne serait pas seulement contester les résultats auxquels elle parvient, ou même sa manière de poser les questions, mais définir la théorie économique par d’autres questions. Ces questions concernent les motifs d’action des agents, leur satisfaction, et l’ordre social qui en résulte.

3. 1. Mimétisme ou souveraineté

22De l’hypothèse de préférences données, exogènes et sans excès, Orléan déduit que la théorie néo-classique met en scène des individus que l’échange marchand satisfait suffisamment pour que l’ordre social soit garanti. Celui-ci résulte d’une satisfaction des agents dans la consommation qui serait remise en cause par des hypothèses alternatives sur les préférences, incluant l’envie, l’absence de satiété, le mimétisme. Il énonce cette relation entre satisfaction individuelle – permise par certaines hypothèses sur les préférences – et ordre social dès la description du modèle walrassien, qui « donne à voir une économie pacifiée dans laquelle tous les agents, les consommateurs comme les producteurs, voient leurs désirs pleinement satisfaits » (p. 58). Il y revient dans la discussion de l’hypothèse de convexité, qui « modélise un rapport de l’individu aux objets marchands particulièrement pacifié et raisonnable, totalement non-névrotique » (p. 60). Il le répète enfin dans la synthèse des caractéristiques de la conception anti-mimétique de la séparation marchande, qui « donne à voir une économie marchande sans aucune violence ni emballements cumulatifs ni montée aux extrêmes. Il en est ainsi du fait même que, par hypothèse, les marchandises comblent entièrement les besoins des acteurs, sans laisser de reste […]. Les individus trouvent dans les objets de quoi les satisfaire parfaitement. » (p. 108, nos italiques). C’est parce que l’échange marchand procure aux agents une satisfaction sans frustration que l’ordre social n’est jamais menacé : « la quête des biens pour leur seule utilité construit un monde marchand sans conflit, parce que sans enjeu véritable. […] Du fait de l’hypothèse de convexité des préférences, la rareté se trouve fortement diminuée jusqu’à devenir parfaitement inoffensive : l’obtention d’une répartition des richesses acceptable par tous est rendue possible dès lors que chacun se montre absolument disposé à l’échange. Aucune préférence exclusive ni aucune revendication exagérée ne vient faire obstacle à un tel partage. Parce qu’elle inhibe les réflexes mimétiques et met hors jeu la comparaison avec autrui, l’utilité néo-classique est au fondement d’un monde sans rivalité » (p. 116).

23C’est sans doute ici, en établissant un lien entre un discours sur l’agent et ses préférences, et un discours sur l’ordre social, qu’Orléan renoue le plus nettement avec l’économie politique et sa relation à la philosophie politique : l’économie politique n’est pas seulement un discours à prétention scientifique – quel que soit le modèle de scientificité qu’elle revendique – mais se présente aussi comme une philosophie politique, c’est-à-dire un discours sur l’ordre social qui repose sur une anthropologie. En ce sens, l’économie néo-classique appartient bien à cette tradition puisque l’anthropologie qu’elle met en scène, selon Orléan, lui permet de représenter un lien social sans passions, rivalité ni violence, dont émerge sans difficulté un ordre : « Comme la relation de chacun aux objets est d’une nature strictement utilitaire, sans exclusive ni exagération, un accord émergera aisément » (p. 62). Cette anthropologie, poursuit Orléan, n’est pas nécessairement fausse mais insuffisante. Elle décrit correctement une économie dans laquelle le mimétisme s’organise selon une médiation externe, c’est-à-dire en référence à une norme extérieure. Alors, l’influence exercée par les autres sur les choix de chacun semble évanouie, et les comportements d’achats de rapprochent de ceux décrits par la théorie néo-classique à l’aide d’un ordre de préférence ou d’une fonction d’utilité (p. 127). Mais elle est incapable de rendre compte de la construction de cette norme pas plus qu’elle ne permet de comprendre les situations dans lesquelles la norme fait défaut et où le mimétisme s’exerce à travers une médiation interne, où nul n’est plus extérieur au mimétisme.

  • 13 Orléan s’écarte ici de Veblen et considère « qu’existe naturellement une certaine affinité entre ut (...)

24Alors, l’hypothèse mimétique, à l’inverse de l’hypothèse de souveraineté du consommateur, fait ressortir la rivalité, l’âpreté, la violence même des relations marchandes. La théorie néo-classique fondée sur l’idée de souveraineté du consommateur, « parce qu’elle surestime l’autonomie des individus, à savoir leur capacité à exister indépendamment du regard des autres, manque quelque chose de l’âpreté des relations économiques » (p. 73). À l’inverse, « l’hypothèse mimétique donne à voir un rapport aux objets plus réaliste, c’est-à-dire bien plus âpre et conflictuel que dans l’analyse marginaliste. Il n’y est pas simplement question d’utilité mais bien d’une lutte pour l’existence » (p. 124). Car « au fondement de cette approche, on trouve l’hypothèse d’acteurs en lutte pour la puissance. Pour Veblen, la propriété dérive directement de cette hypothèse : le motif qui se trouve à la racine de la propriété, c’est la rivalité » (p. 126) et la consommation a pour enjeu le prestige plus que l’utilité, laquelle n’est pas forcément absente mais est secondaire, subordonnée à cet objectif premier qu’est le prestige13 (p. 126). C’est alors parce que l’économie marchande est « un monde d’égaux en lutte pour le prestige » où « chacun est à l’affût des désirs de l’autre afin de découvrir les objets producteurs d’influence ou de prestige » (p. 136) qu’elle est aussi un monde instable et violent. La violence et l’instabilité des économies marchandes ne tiennent pas à une avarice de la nature au regard des besoins humains, mais à cette anthropologie mimétique dans laquelle la dépendance des désirs de chacun à l’égard de ceux des autres exacerbe les rivalités issues de la comparaison.

25L’hypothèse mimétique, organisée selon les deux modalités que sont les médiations interne et externe, engloberait ainsi le cas couvert par la théorie de l’utilité, en donnerait les conditions de validité (p. 140), et expliquerait la violence des économies marchandes que dénie l’approche néo-classique, ou dont elle ignore l’origine.

3. 2. Satisfaction individuelle et pacification sociale dans les théories walrassienne et néo-walrassienne

26Il faut s’interroger sur ce qui est exactement visé par la critique d’Orléan. La relation qu’il établit entre les hypothèses caractérisant les préférences, la satisfaction de l’agent et l’ordre social est-elle correcte ? La critique qu’il en déduit de la conception néo-classique du comportement individuel et de l’ordre social subsiste-t-elle à la possibilité d’ouvrir l’interprétation de la fonction d’utilité, en y incluant les comportements dictés par la comparaison ou l’envie ? Cela n’est pas évident, et sa volonté légitime de faire apparaître la rivalité particulière contenue dans l’hypothèse mimétique l’amène à forcer le trait sur l’absence de rivalités, la satisfaction et l’ordre qu’implique le modèle néo-walrassien.

  • D’abord, on l’a dit, rien n’interdit d’introduire dans ce modèle des comportements envieux dans lesquels la satisfaction de chacun dépend négativement de la richesse d’autrui. Puisque l’introduction de tels comportements n’affecte pas l’existence de l’équilibre, c’est donc que l’ordre social que représente l’équilibre n’est pas mis en danger par ces frustrations et rivalités individuelles.

  • Ensuite, quels que soient les arguments de la fonction d’utilité, on ne saurait déduire de la maximisation sous les hypothèses habituelles que « les marchandises comblent entièrement les besoins des acteurs » ni que ceux-ci « trouvent dans les objets de quoi les satisfaire parfaitement » (p. 108). De l’affirmation correcte selon laquelle « lorsque l’équilibre prévaut, chaque individu peut acquérir le panier qu’il désire, celui qui maximise ses préférences, aux prix donnés », on ne peut déduire que « à l’équilibre général, tous les consommateurs sont pleinement satisfaits » (p. 70) : les agents peuvent être très insatisfaits mais, en l’absence de déséquilibre, cette insatisfaction est supposée n’avoir aucune conséquence économique. Autrement dit, Orléan attribue à tort au modèle walrassien la propriété de satisfaire pleinement ses agents, de leur permettre même d’atteindre une saturation progressive de la saturation et des désirs (p. 59) alors qu’à l’inverse, l’une des hypothèses du modèle néo-walrassien est la non-satiété ou non-saturation des besoins. La maximisation de l’utilité n’implique pas l’absence de frustration, de sentiment de révolte, de désir de violence même à l’égard d’autrui.

    • 14 Il faudrait ici détailler les conceptions de la justice développées à partir des conceptions walras (...)

    Enfin il n’est pas correct dans ce modèle de déduire de la convexité des préférences le caractère inoffensif de la rareté, de sorte que « l’obtention d’une richesse acceptable par tous est rendue possible dès lors que chacun se montre absolument disposé à l’échange » (p. 116). La question de la légitimité de l’ordre social et de la répartition des richesses qu’il implique n’est pas résolue dans le modèle néo-walrassien par les seules hypothèses sur les préférences : elle inclut des hypothèses sur l’organisation des échanges et, préalablement, sur la répartition initiale des ressources. L’une des difficultés que rencontre celui qui veut s’opposer à la théorie néo-classique vient de la diversité des conceptions de la justice qui s’inscrivent dans cette approche. Mais si l’on en reste à la définition de l’équilibre, sa seule condition est la compatibilité des choix des agents14. Que ces choix impliquent frustration individuelle, sentiment d’injustice ou désir de remettre en cause l’ordre social, cela n’est nullement exclu de l’approche néo-walrassienne : cela n’est pas pris en compte.

27Si Orléan s’oppose non seulement au projet de Walras, mais à la postérité de ce projet, c’est-à-dire à ce qu’est devenue l’économie néo-walrassienne, alors il s’y oppose moins par les hypothèses en termes de comportements ou même de désir que par les questions qu’il pose, ou par les caractéristiques qu’il attribue à l’équilibre. En effet, les hypothèses et la logique qu’il énonce et conteste sont celles de l’économie de Walras : l’ordre social y est pacifié et les besoins sont satisfaits, sans rivalité ni injustice : un ordre illégitime, un ordre injuste, un ordre qui entretient des frustrations, n’est plus un ordre. Walras lie justice et efficacité et donne comme idéal à un réformateur social les conditions de possibilité d’un ordre juste. Mais cette conception de l’ordre social est très éloignée de celle de bien des néo-walrassiens contemporains, pour qui la frustration, la rivalité, l’injustice, ne sont pas des obstacles à l’équilibre. Les raisons pour lesquelles André Orléan juge nécessaire de faire apparaître ces frustrations et rivalités n’apparaissent pas de manière évidente : s’il considère, comme Walras quoiqu’à partir d’hypothèses comportementales différentes, qu’il ne peut exister d’équilibre sans une pacification des rivalités individuelles, alors il se révèle peut-être plus ‘walrassien’ que beaucoup des néo-walrassiens contemporains. Mais il rend insuffisamment justice à la théorie néo-walrassienne tout en la créditant d’une ambition qui n’est plus la sienne. Il ne lui rend pas justice lorsqu’il lui attribue des hypothèses trop réductrices sur les désirs et les comportements des agents puisqu’elle se révèle capable d’absorber toutes les objections qu’il lui adresse sur la conception de l’utilité. Mais ce gain sur les hypothèses a une contrepartie en termes de résultats : l’approche néo-walrassienne ne dit presque plus rien sur la satisfaction individuelle et l’acceptation d’un ordre social : que les agents soient satisfaits ou pas de leur situation, que, d’autre part – car les deux questions peuvent différer – ils jugent légitime l’équilibre qui résulte de leurs décisions ou pas, voilà un terrain que la théorie néo-walrassienne évite. C’est le sens de cet évitement que l’hypothèse mimétique questionne : quel est le sens d’un discours sur l’économie qui est muet sur la satisfaction ou les frustrations des agents ? Qu’est-ce qu’à l’inverse l’hypothèse mimétique permet de dire, sur quoi la conception néo-walrassienne de l’utilité resterait muette ?

28Pour Orléan, l’hypothèse mimétique explique et exprime une frustration particulière des agents, qui ne se limite pas à celle qu’affronte tout agent, même walrassien, et qui tient au fait que la richesse est bornée. Elle ne tient pas non plus seulement aux inefficacités qui peuvent résulter des imperfections du marché mais ne sont que des accidents par rapport à son fonctionnement normal. Elle provient de ce que les désirs eux-mêmes sont affectés par l’économie, de sorte que la frustration ne provient pas seulement de l’inégalité des richesses initiales mais du processus marchand lui-même. Un tel processus soulève deux types de questions. La première tient à l’agent et à sa satisfaction : que peut-on dire du bonheur, ou du malheur, de cet agent ? André Orléan n’entre pas dans ce débat. La seconde tient à l’ordre social qui résulte des décisions des agents : un processus qui produit de telles frustrations garantit-il encore un ordre pacifié ? Cela n’a rien d’évident, car la rivalité et la violence des économies marchande portent la remise en cause de la propriété qui fonde cet ordre. C’est ce qui est en jeu dans les crises économiques, lorsque l’on s’aperçoit que des dettes, individuelles ou collectives, ne pourront être soldées. Les droits de propriété (parmi lesquels les créances et les dettes) qui à la fois résultent de et fondent le processus d’échange sont contestés par ceux qui s’estiment victimes de la rivalité marchande. On aimerait savoir ici si l’auteur considère qu’un tel processus ruine l’ordre social lui-même, condition du fonctionnement du marché.

Conclusion

29André Orléan considère avec justesse qu’une refondation de la théorie économique doit partir du plus élémentaire : la théorie de l’agent. L’approche alternative qu’il propose, fondée sur l’hypothèse mimétique, fait apparaître une rivalité entre les agents exclue de l’anthropologie de Walras. Mais il faut observer qu’elle est compatible avec l’approche néo-walrassienne : que les agents soient ou non rivaux selon le schéma décrit par l’hypothèse mimétique a peu d’influence sur ses résultats et sur sa logique de compréhension du monde. Mais peut-être est-ce parce que ces résultats, ou plutôt l’interprétation qui en est faite en termes de satisfaction de l’agent et d’ordre social, s’est réduite au point que les questions qui fondaient l’économie de Walras, questions de philosophie politique et morale, y sont devenues inaudibles. Il faudrait alors qu’André Orléan énonce explicitement ses propres raisons pour mettre au jour la rivalité mimétique : pourquoi importe-t-il de l’énoncer ? Quelles questions, évacuées par les néo-walrassiens, cette hypothèse permet-elle de soulever, et dont les réponses remettraient en cause la conception même que les néo-walrassiens se font de l’économie marchande ? Autrement dit, le débat doit porter moins sur les hypothèses que sur les questions qui motivent ces hypothèses c’est-à-dire sur la définition même de l’économie. Il resterait enfin à savoir si l’hypothèse mimétique est la seule manière de poser ces questions. Mais ce serait un autre débat.

Je remercie Arnaud Berthoud pour ses commentaires sur une première version de ce texte.

Haut de page

Bibliographie

Arrow K. (1969), “The Organization of Economic Activity: Issues Pertinent to the Choice of Market versus Non-market Allocations”, Analysis and Evaluation of Public Expenditures: The PPP System, Vol. 1, p. 47-64, Government Printing Office, Washington.

Arrow K (1985), “The Potential and Limits of the Market in Resource Allocation”, in G. R. Feiwel (ed.), Issues in Contemporary Microeconomics and Welfare, Londres, MacMillan, traduit dans Arrow K. (2000), Théorie de l’information et des organisations, p. 62-80.

Arrow K. & Debreu G. (1954), “Existence of an equilibrium for a competitive economy”, Econometrica, 22, p. 265-290.

Arrow K. & Hahn F. (1971), General competitive analysis, Holden-Day, San Francisco, 452 p.

Collison Black R. D. (2008), “Utility”, The New Palgrave Dictionary of Economics, Second Edition.

Desreumaux V. (2013), « Équilibre général et justice sociale : la théorie néoclassique comme philosophie politique ? » Cahiers d’économie politique / Papers in political Economy, 64, à paraître.

Hayek F. A. (1961), “The non sequitur of the ‘Dependance effect’”, Southern Economic Journal, vol. 27, april, n° 4, p. 346-348.

Lerner A. (1972), “The Economics and Politics of Consumer Sovereignty”, American Economic Review, vol. 62, n°1/2, p. 258-66.

Lordon F. (2006), L’intérêt souverain. Essai d’anthropologie économique spinoziste, La Découverte, coll. « armillaire », 2006, 234 p.

Orlean A. (2011), L’empire de la valeur : refonder l’économie, Seuil, Paris, 343 p.

Pham T. K. C. (2008), « L’hypothèse d’utilité relative dans l’analyse économique : enjeux et conséquences », Revue d’économie politique, vol. 118, 2, p. 541-572.

Pignol C. (2012), “Rousseau’s Notion of Envy. A Comparison with Modern Economic Theory”, European Journal of the History of Economic Thought, vol. 19:3, August, p. 529-549.

Samuelson P. A. (1938), “A Note on the Pure Theory of Consumers’ Behaviour”, Economica, 5, p. 61-71.

Sussangkarn C. and Goldman S. M. (1983), “Dealing with envy”, Journal of Public Economics, 22, 103-112.

Walras L. (1988), Eléments d’économie politique pure, Economica, Paris.

Haut de page

Notes

1 On sait depuis longtemps que la monnaie résiste au traitement usuel de la microéconomie, qui veut déterminer un prix par les conditions d’offre et de demande, et que l’analyse économique de la finance diffère en certains points cruciaux de l’analyse économique appliquée aux biens usuels. L’auteur revient sur ces problèmes dans les 2e et 3e parties de l’ouvrage.

2 Il apparaît une ambiguïté sur l’emploi du terme « théorie walrassienne » qui, dans l’ouvrage, désigne parfois strictement la théorie proposée par Walras lui-même, parfois la théorie néo-walrassienne qui s’est imposée, au xxe siècle, comme socle de la théorie néo-classique, avec notamment Hicks, Samuelson ou Arrow. Quoique la logique d’ensemble soit souvent très proche, il arrive que des différences apparaissent. Dans la mesure où l’ambition d’André Orléan est de faire apparaître une critique de la théorie néo-classique dans sa généralité plutôt qu’un travail d’histoire de la pensée économique, nous avons pris le parti ici d’identifier approches walrassienne et néo-walrassienne, à l’exception de la dernière partie, où nous ferons apparaître que la critique d’Orléan ne s’entend pas de la même manière à l’égard de Walras d’une part, ou des néo-walrassiens d’autre part.

3 Notons que la définition de l’utilité chez Walras est très large, puisqu’il précise que « je dis que les choses sont utiles dès quelles peuvent servir à un usage quelconque, dès qu’elles répondent à un besoin quelconque et en permettent la satisfaction. Ainsi, il n’y a pas à s’occuper ici des nuances par lesquelles on classe, dans le langage de la conversation courante, l’utile à côté de l’agréable entre le nécessaire et le superflu. Nécessaire, utile, agréable, et superflu, tout cela, pour nous, est seulement plus ou moins utile » (Walras, 1988, p. 45). Chez Debreu, elle est déduite de la notion de préférence, sans que soit précisée la nature de l’utilité, notamment la question de savoir si elle relève de ce que l’on nomme couramment utilité, ou d’une recherche de statut ou de prestige.

4 Voir Collison Black (2008).

5 Les hypothèses sur les préférences concernent seulement le pré-ordre de préférences, la fonction d’utilité représentant ces préférences pouvant être définie à une fonction croissante près, et donc pouvant aussi bien comporter une utilité marginale croissante ou constante que décroissante.

6 En cas de préférences monomaniaques, l’inexistence de l’équilibre vient non des cas dans lesquels l’agent souhaite ne consommer qu’un seul bien, mais des cas dans lesquels précisément, il est indifférent entre consommer l’un ou l’autre, car sa courbe de demande est alors discontinue.

7 L’équilibre étant alors autarcique.

8 Pham (2008) en propose un survey détaillé.

9 La question se pose de savoir quelles conséquences tirer de cette plasticité. Faut-il en déduire que toute critique est destinée à être absorbée par l’appareil néo-classique, tout au moins concernant la représentation du consommateur ? Faut-il à l’inverse considérer que cette capacité à absorber la critique révèle une incapacité à exprimer de véritables hypothèses sur les choix des consommateurs et leurs motifs d’action ? Ou faut-il encore penser que la critique pertinente serait telle qu’elle ne pourrait s’énoncer dans les termes d’une discussion sur les arguments de la fonction d’utilité, c’est-à-dire sur les motifs d’action des agents, mais sur la nature de la satisfaction qu’il en attend, et sur l’opération au travers de laquelle il décide (maximisation). Un tel débat, qui porte sur la nature de l’intérêt de l’agent, est traité par exemple par Frédéric Lordon (2006). Il excède largement le cadre de ce commentaire. Signalons seulement que l’on peut, sans partager nécessairement les approches d’Orléan ou de Lordon, considérer que la multiplication des arguments que peut inclure la fonction d’utilité ne suffit pas à résoudre les questions posées par la représentation économique du choix du consommateur. Une critique des fonctions d’utilité qui incluent l’envie et les comparaisons de richesses est par exemple proposée dans Pignol (2012).

10 Le fait que la théorie économique qui se revendique le plus nettement de la science soit fondée, à son niveau le plus fondamental, sur une philosophie morale, est une difficulté épistémologique qu’il faut souligner. Desreumaux (2013) fait la généalogie de cette difficulté qu’il établit avec la plus grande netteté.

11 On pourrait remarquer toutefois, ce qui irait dans le sens d’Orléan, que l’une des conséquences, dans les économies réelles, des modes, des effets de prestige et, plus généralement, de l’accroissement du désir des agents, concerne précisément la contrainte budgétaire, que les consommateurs cherchent à contourner, par exemple par des emprunts à des taux usuraires qu’ils sont ensuite incapables de rembourser. C’est l’acceptation même d’une contrainte budgétaire, principe des économies marchandes, que les désirs cumulatifs remettent en cause. Mais ceci relève d’une interrogation plus fondamentale que l’analyse de la stabilité : c’est la question de l’acceptation des règles de l’économie marchande par les agents.

12 On sait qu’à l’inverse, l’effet-revenu est susceptible d’être déstabilisateur, mais c’est dans le cadre d’un équilibre général et non dans celui, envisagé ici, d’un équilibre partiel, dans lequel le revenu est supposé indépendant de la variation du prix du bien considéré.

13 Orléan s’écarte ici de Veblen et considère « qu’existe naturellement une certaine affinité entre utilité et prestige » (p. 129 et 140).

14 Il faudrait ici détailler les conceptions de la justice développées à partir des conceptions walrassiennes du marché. Mais il faut souligner que ces approches ne sont pas jugées nécessaires par les théoriciens de l’équilibre général pour rendre compte d’un ordre social accepté par les agents. Autrement dit, la justice d’une distribution des ressources, quelle qu’en soit la définition retenue, peut caractériser, ou non, une situation d’équilibre, mais n’en est pas la condition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Pignol, « L’empire de la valeur. Quelle critique de la théorie (néo)-walrassienne ? », Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 18 décembre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/9865

Haut de page

Auteur

Claire Pignol

Maître de conférences à l’université Paris I, PHARE, cpignol@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page