Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Si ce numéro ne comporte pas de dossier, un fil conducteur traverse ces varias : la Revue de la régulation y renoue avec quelques grandes discussions et thématiques au cœur de la théorie de la régulation. C’est notamment le cas des thèmes structurants de la valeur et du développement durable, mais aussi du dialogue avec des courants ou auteurs proches.

2La contribution collective de Luc Elie, Bertrand Zuindeau, Ali Douai, André Meunié, Mamoudou Camara et Mathieu Bécue sur la diversité des dispositifs institutionnels environnementaux des pays de l’OCDE noue une discussion en faveur d’une approche régulationniste des politiques d’environnement. La contribution replace le programme de recherche exploré dans un paysage où figurent l’approche néoclassique et d’autres formes d’institutionnalisme, notamment l’analyse des variétés du capitalisme, telle qu’elle a été développée par Bruno Amable. Elle donne une suite à des travaux sur le développement durable qui ont toute leur place dans la caractérisation d’un nouveau régime.

3Sans être aussi directement au cœur de la caractérisation des dispositifs institutionnels, la contribution de Marie Dervillé, Perrine Vandenbroucke et Gilles Bazin s’intéresse aussi aux dispositifs institués, dans ce cas pour caractériser la formation de régulations sectorielles.

4Les contributions de Matthieu Montalban et de Claire Pignol discutent les approches de la valeur développées par André Orléan avec des entrées diamétralement opposées (lectures marxistes et approches néo-walrassiennes). Cela témoigne à la fois de l’importance de l’ouvrage d’Orléan et du pluralisme de la revue. La lecture de Claire Pignol apporte un éclairage nouveau à partir d’une histoire de la pensée néoclassique qui n’est pas celle que privilégie généralement la Revue de la régulation. Son commentaire porte sur la première partie de l’ouvrage et interroge le rapport qu’entretient Orléan avec la théorie walrassienne. Elle considère que les modèles néo-walrassiens ont une grande capacité à intégrer dans leur formalisation des mobiles de comportement réservés autrefois aux analyses plus hétérodoxes comme l’envie ou l’altruisme. Toutefois, on peut se demander si ce renouvellement de la formalisation néo-walrassienne et cette capacité à absorber la critique permettent pleinement d’intégrer ces dimensions sociales. Débouchent-elles véritablement sur une approche de la valeur qui ne soit pas substantielle mais construite dans les relations sociales ? Or, c’est peut-être là que se situe le cœur de la critique de Walras par Orléan. Matthieu Montalban prolonge quant à lui les discussions engagées précédemment par Jean-Marie Harribey et André Orléan. Pour Montalban, les travaux d’Orléan s’écartent notablement de ce que défendait la théorie de la régulation à ses débuts, quand elle se confrontait à la théorie de la valeur travail.

5Cela témoigne d’un certain désarroi ressenti par de nombreux lecteurs (marxistes) de la théorie de la régulation face à une conception de la valeur à première vue éloignée de leurs fondamentaux par l’importance qu’elle accorde aux désirs et aux croyances. La note de lecture de Thomas Lamarche sur l’ouvrage de Stravos Mavroudeas très critique à l’égard de la théorie de la régulation (Limits of Regulation) montre aussi comment une distance entre régulation et marxisme s’est construite peu à peu. Elle se nourrit dans le cas de cet ouvrage de la méconnaissance, voire d’une ignorance, des évolutions de la théorie de la régulation depuis plus de deux décennies. On pourra également lire la position de Bob Jessop, compagnon de route et « informed outsider », comme il le revendique lui-même, de la théorie de la régulation, mais surtout artisan d’une lecture beaucoup plus documentée et ouverte des discussions entre champs de pensée.

6En résonance avec les discussions sur la valeur, et donc les fondements de l’économie politique, Pierre Alary met en perspective un ouvrage majeur de Polanyi, La subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire de la société, enfin traduit en français par Bernard Chavance, qui signe une préface elle-même substantielle. La subsistance de l’homme propose une théorie générale de l’économie humaine interdisciplinaire, à partir d’une critique radicale du naturalisme classique et de la rationalité néo-classique. Polanyi propose un nouveau modèle où l’économie et sa définition posent la question fondamentale de la subsistance de l’homme. L’hégémonie de l’échange économique autonomisé guidé par le gain n’est qu’une page de l’histoire et n’a aucun caractère universel. L’ouvrage posthume de Polanyi devrait figurer parmi les classiques en ce qu’il étaye une théorie générale de la place de l’économie dans l’histoire et la société.

7Dans sa note de lecture sur L’État social de Christophe Ramaux, Richard Sobel met en perspective le triple projet de l’auteur qui vise à comprendre l’État social, à le défendre malgré sa crise et les attaques néolibérales, et cela dans le but de produire une pensée propre à l’État social, qui ferait défaut à l’économie politique institutionnaliste.

8Plusieurs contributions sont centrées sur l’entreprise. Virgile Chassagnon, à la confluence entre le droit et l’économie, vise à reconsidérer l’entreprise en tant qu’entité réelle en critiquant l’approche par le nœud de contrats. Mehdi Nekhili et Moufida Labadi testent l’impact des droits accordés aux salariés sur la répartition de la valeur ajoutée entre les actionnaires et les autres parties prenantes de l’entreprise. Ils montrent ainsi l’effet de la structure de propriété des entreprises et du nombre de représentants des salariés sur le rapport de force entre les salariés et les actionnaires. Partant du cas des télécommunications, Cécile Cézanne et Marianne Rubinstein montrent quant à elles de quelle façon des dispositifs de responsabilité sociale sont à même d’être utilisés en tant qu’instruments de gouvernance d’entreprise complémentaires de ceux du modèle actionnarial.

9Enfin, Nadine Levratto et Evelyne Serverin mettent en perspective le statut d’auto-entrepreneur en se référant à la théorie de l’entreprise et à sa déclinaison juridique. Elles concluent que ce régime a du sens dans le cadre d’une activité annexe mais va à l’encontre des approches de l’entreprise, et, au final, ne permet pas vraiment d’entreprendre.

10Ajoutons pour finir que l’interface web de la Revue de la régulation est maintenant complètement bilingue (français anglais). La revue renforce ainsi sa capacité à animer des débats à l’échelle internationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 12 | 2e semestre / Autumn 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://regulation.revues.org/9792

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page