Navigation – Plan du site
Dossier : Les capitalismes en Amérique latine. De l'économique au politique

Continuités et ruptures dans l’accumulation et la régulation en Amérique latine dans les années 2000 : le cas de l’Argentine, du Brésil et du Chili

Continuities and breakdowns in accumulation and regulation during the 2000s: the case of Argentina, Brazil and Chile
Continuidades y rupturas en la acumulación y la regulación en América Latina durante los años 2000 : el caso de Argentina, Brasil y Chile
Egidio Luis Miotti, Carlos Quenan et Edgardo Torija Zane

Résumés

Après avoir rappelé les traits marquants permettant de caractériser l’évolution globale des économies latino-américaines, ce travail examine les principales transformations intervenues au niveau des formes institutionnelles et des régimes d’accumulation en Argentine, Brésil et Chili pendant les années 2000.
Dans le sillage d’un nouveau cycle de croissance associé à une évolution favorable des termes de l’échange et au boom des exportations vers la Chine, l’analyse des cas permet d’identifier une grande diversité de trajectoires nationales. En Argentine, les transformations les plus marquées suite à la crise de 2001 se situent au niveau de la déconnexion croissante de l’économie à l’égard de la finance internationale et de la participation croissante de l’État dans la régulation d’ensemble. En ce qui concerne le Brésil, le processus de financiarisation de l’économie amorcé dans les années 1990 a conféré un rôle décisif au régime monétaire dans le mode de régulation bien que l’État renforce sa présence au sein des formes institutionnelles dans les années 2000. Le Chili, pour sa part, connaît, dans le cadre d’un mode de régulation stabilisé, un affaiblissement du dynamisme de l’activité économique, mettant en évidence les limites de l’accumulation extensive.
Même si les sources de vulnérabilité diffèrent selon les pays, tous les trois sont sensibles à un éventuel retournement des prix des exportations primaires. En même temps, les trois pays analysés partagent le risque de subir les effets de « maladie hollandaise » pénalisant la diversification productive et l’emploi.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les recherches régulationnistes ont abordé l’étude des économies latino-américaines en essayant de comprendre la variabilité dans le temps des régimes d’accumulation et des instances de régulation. Divers travaux ont permis de mettre en évidence les traits communs ainsi que la diversité des trajectoires nationales des pays latino-américains dans le cadre des régimes d’accumulation axés sur le marché intérieur et des économies semi-fermées en vigueur entre les années 1940 et les années 1970 (Aboites et al., 2002).

2Les crises structurelles généralisées caractérisant « la décennie perdue » des années 1980 et les politiques de réforme à orientation libérale appliquées par la suite ont induit de profondes transformations des régimes de croissance et des modes de régulation. L’insertion internationale – qui a toujours été une forme institutionnelle d’importance décisive – a expérimenté d’importantes transformations pendant les dernières décennies : après l’épuisement dans les années 1970 des dynamiques associées à la substitution des importations et la crise de la dette des années 1980, les réformes entrainant notamment le repli de l’État et l’ouverture commerciale et financière ont conduit la plupart des pays de la région à s’insérer dans le nouveau régime international, celui de la globalisation financière. Dès lors, la région a été affectée par l’instabilité croissante que celle-ci a générée. Cette phase de grand bouleversement des modes de régulation a débouché sur des crises financières et économiques dans les principaux pays de la région, notamment vers la fin des années 1990 et le début des années 2000. Ces crises n’ont pas été uniquement le résultat d’un changement radical dans la hiérarchie des formes institutionnelles qui pilotaient l’accumulation, c'est-à-dire la montée en puissance de l’adhésion au régime international de globalisation financière et du régime monétaire qui, dans de nombreux pays de la région, vont dominer les décisions de l’État dont le rôle avait été majeur dans le mode de régulation de l’après-guerre. Les crises ont aussi été le résultat de l’épuisement endogène de l’accumulation dans un bon nombre de pays de la région (Aboites et al., 2002, Quemia, 2001).

3Par la suite, pendant les années 2000, le régime international a connu de profondes mutations. D’une part, l’émergence de la Chine, qui est devenue l’un des centres de la production manufacturière mondiale et un importateur de matières premières de premier ordre a profondément affecté l’insertion commerciale externe de la région latino-américaine qui s’est de plus en plus tournée vers l’Asie. D’autre part, la crise économique internationale qui a éclatée en 2007 et qui s’est aggravée en 2008 s’est d’abord soldée par un rationnement violent du crédit et par un recul du commerce mondial puis par une nouvelle phase d’expansion accrue de liquidités internationales sur fond de politiques de sauvetage financier menées par les principales banques centrales du monde. La crise a généré dans un premier temps des chocs commerciaux et financiers défavorables pour la région et, dans un deuxième temps, un renforcement de l’afflux de capitaux – interrompu ponctuellement par des épisodes de montée de l’aversion au risque déjà observé avant la crise dans le cadre des déséquilibres globaux croissants et de la finance dérégulée prédominante au cours de la dernière décennie.

4Le contexte international de ces dernières années a été défavorable au dynamisme de la croissance de pays comme le Mexique. En effet, les exportations des maquiladoras mexicaines, d’abord confrontées depuis le début des années 2000 à la concurrence croissante de la production chinoise, ont été fin 2008 touchées de plein fouet par les chocs négatifs résultant de la crise internationale. L’intensité des chocs a été d’autant plus sévère que les liens productifs et commerciaux du Mexique avec les États-Unis, l’épicentre de cette crise, sont importants. En revanche, pour des pays d’Amérique du Sud ayant une spécialisation axée – à des degrés variables – sur les produits primaires, le cadre international a été plutôt favorable. Même si les exportations chinoises de manufactures concurrencent leur production nationale, les exportations de matières premières de ces pays vers la Chine ont fortement progressé, alors que la diversification de leurs relations économiques externes a été l’un des facteurs qui expliquent qu’ils aient été moins touchés par la crise internationale.

  • 1 Les formes de la concurrence ne seront pas abordées de manière exhaustive mais on y fera ponctuelle (...)

5Toutefois, si l’évolution récente du cadre global semble a priori plus favorable pour les pays d’Amérique du Sud, les transformations des régimes d’accumulation et des modes de régulation pendant les années 2000 des pays de cette sous-région de l’Amérique latine permettent de confirmer l’existence d’une grande diversité de trajectoires nationales. Cette diversité est le résultat de plusieurs facteurs : la nature et l’ampleur des crises subies à la suite de l’adhésion à la globalisation financière, les traits spécifiques de leur schéma de croissance, le degré de maturité de leur régime d’accumulation et les bouleversements et les tensions caractérisant leur mode de régulation. Ce sont ces éléments qui seront considérés pour évaluer les facteurs de continuité et de rupture dans l’accumulation et la régulation dans les cas de l’Argentine, du Brésil et du Chili. Tout en faisant partie du groupe des pays ayant « bénéficié » de l’environnement international des années 2000, le dynamisme de leurs régimes de croissance varie en fonction de facteurs endogènes et leur diversité tend à s’accentuer lorsqu’on s’intéresse aux transformations subies par les formes institutionnelles, tout particulièrement l’insertion internationale, les régimes monétaires et financiers, le rapport salarial et le rôle de l’État1.

6Après avoir rappelé les traits marquants permettant de caractériser l’évolution globale des économies de la région pendant les deux dernières décennies, nous examinerons les principales transformations intervenues au niveau des formes institutionnelles pendant les années 2000 dans les trois pays retenus. Enfin, dans la dernière section nous présentons des éléments de synthèse et de conclusion.

2. L’Amérique latine : traits marquants de l’évolution économique globale au cours des deux dernières décennies

7L’évolution de l’ensemble de la région latino-américaine aux cours des deux dernières décennies peut être synthétisée au moyen de quatre faits stylisés.

2. 1. Ouverture et financiarisation

8L’Amérique latine est allée très loin dans la perspective de l’ouverture et de l’adhésion à la globalisation financière. De ce fait, les facteurs d’instabilité internes et l’exposition aux effets de contagion des crises internationales ont été à la base des nombreuses tensions et crises expérimentées par la région pendant les années 1990 (tableau 1). Prolongeant les tendances amorcées dans les années 1980 lorsque la crise de la dette extérieure a initié une période d’instabilité généralisée, le nombre de crises financières demeure très élevé dans les années 1990 lorsque une bonne partie des pays de la région ont mis en place des reformes dont l’un des principaux objectifs était d’atteindre des degrés élevés de libéralisation financière domestique et externe et d’ouverture commerciale dans la perspective d’une croissance tirée par les exportations et les investissements étrangers.

Tableau 1 : Amérique latine : crises financières et bancaires et dettes en défaut (nombre)

 

1980-1990

1991-2000

Total
1980-2000

2001-2010

Tensions sur le système financier

4

2

6

9

Crises du secteur financier

13

15

28

1

Restructuration de dettes

3

7

10

1

Défaut de dettes

8

0

8

2

Total

28

24

52

13

Sources : FMI et Banque mondiale (Caprio et Klingebiel, 2003).

2. 2. La mise en échec du Consensus de Washington

  • 2 L’expression « Consensus de Washington », utilisée pour la première fois par l’économiste John Will (...)
  • 3 Voir, par exemple, dans la perspective de « réformer les réformes » le travail de Ffrench-Davis (20 (...)

9La faiblesse et l’instabilité de la croissance latino-américaine et les graves crises monétaires et financières qui ont affecté la région ont sonné le glas du consensus forgé dans les années 1990 sur le bienfondé des réformes structurelles, c’est-à-dire sur les propositions du « Consensus de Washington »2. Cette remise en cause a été à la base de nouveaux débats, entre autres sur les politiques économiques, les régimes de change et les objectifs et les modalités de la libéralisation financière. Plus généralement, les années 2000 ont été marquées par de nouveaux questionnements théoriques sur les stratégies de développement à suivre, où l’on met l’accent sur la recherche d’un nouvel équilibre entre croissance et équité et sur une approche et un discours orientés vers la promotion d’un rôle plus actif de l’État3.

10Toutefois, sur le plan des pratiques, on constate l’existence d’une grande variété de situations. Si l’élan de libéralisation s’est pour l’essentiel estompé pendant les années 2000 et si certains pays ont réintroduit des contrôles et des réglementations là où ils avaient fait plus de place aux mécanismes de marché, on est loin d’une inversion généralisée des tendances amorcées dans les années 1990. On peut même dire que la plupart des pays latino-américains se sont installés dans une situation de forte intégration à l’économie mondiale malgré les discours critiques à l’égard des approches libérales et de la globalisation financière.

11Ainsi, si l’on prend l’exemple des mesures et des politiques en matière de libéralisation financière externe (graphique 1), on s’aperçoit que, dans les années 2000, le Mexique s’est stabilisé dans une situation de forte ouverture, alors que celle-ci a progressé dans les cas du Chili et du Brésil – même si ce pays présente un moindre degré de libéralisation dans ce domaine. En revanche, dans les cas de l’Argentine – notamment à la suite de la crise et du défaut du début des années 2000 – et du Venezuela, on assiste, pendant la dernière décennie, à une profonde remise en cause de la libéralisation financière externe implémentée dans les années 1990.

  • 4 L’Indice de Chinn et Ito, qui va de -3 à 3, est construit à partir de composantes notées individuel (...)

Graphique 1. Pays sélectionnés : évolution de l’indicateur d’ouverture financière externe4

Graphique 1. Pays sélectionnés : évolution de l’indicateur d’ouverture financière externe4

Source: Chinn et Ito (2008)

2. 3. Une croissance tirée par des termes de change favorables

12Les années 2000 ont été également caractérisées également par l’ouverture d’un nouveau cycle de croissance associé à une évolution favorable des termes de l’échange et dont le financement a été pour l’essentiel assuré par l’épargne domestique. L’essor de la croissance pendant cette période – notamment à partir de 2003 – est allé de pair avec des excédents de la balance courante jusqu’à 2007. Si l’on considère les performances des économies latino-américaines pendant les dernières décennies, on voit que cette situation est exceptionnelle : habituellement, dans les phases d’expansion de l’activité économique la progression des importations, plus rapide que celle des exportations, se traduisait par un déficit extérieur qui pouvait bloquer la croissance si les conditions de financement externe devenaient problématiques.

  • 5 Notamment, l’Argentine et le Brésil dans les secteurs agricole et agro-alimentaire, le Chili en ce (...)

13Depuis les années 1970, les phases pendant lesquelles les économies de la région ont expérimenté une accélération de la croissance – deuxième moitié des années 1970 et une partie des années 1990 – ont coïncidé avec de fortes entrées de capitaux qui ont constitué le prélude de graves crises monétaires et financières. Au contraire, pendant la phase 2003-2008, l’augmentation des exportations de matières premières et des prix de ces produits, soutenue par le dynamisme de la demande asiatique – et surtout chinoise – a permis aux pays de la région – notamment les pays d’Amérique du Sud dont la spécialisation internationale comporte de forts avantages comparatifs dans le secteur primaire5 – d’éviter l’apparition d’une contrainte financière externe. Ce qui veut dire que plus que le cycle financier et l’endettement extérieur, c’est l’évolution – favorable – des termes de l’échange qui est apparue fortement associée aux évolutions de l’activité économique dans la période 2003-2008 (graphique 2a/b/c). Pendant cette période, la croissance de la région a été de 3,4 % (4,8 % au cours de la période 2003-2011) alors qu’elle n’avait été que de 2,1 % et 2,9 % dans les années 1980 et 1990, respectivement.

Graphique 2a. Amérique latine : termes de l’échange, croissance du PIB réel et solde courant

Graphique 2a. Amérique latine : termes de l’échange, croissance du PIB réel et solde courant

Source: FMI (World Economic Outlook)

Graphique 2b. Pays sélectionnés : croissance du PIB réel (%)

Graphique 2b. Pays sélectionnés : croissance du PIB réel (%)

Source: FMI (World Economic Outlook)

Graphique 2c. Pays sélectionnés : croissance du PIB réel (%)

Graphique 2c. Pays sélectionnés : croissance du PIB réel (%)

Source: FMI (World Economic Outlook)

2. 4. Des marges de manœuvre nouvelles : excédents extérieurs et amélioration des finances publiques

14La configuration macroéconomique de la dernière décennie a permis de réduire considérablement les sources de fragilité financière. Les excédents des balances courantes entre 2003 et 2007 et les entrées de capitaux dans un contexte d’abondance des liquidités internationales ont été à la base d’un accroissement considérable des réserves de change. La constitution d’un matelas de sécurité par les banques centrales en matière de liquidité externe, joint à une amélioration des soldes des finances publiques et à un accroissement de la solidité des systèmes bancaires domestiques (Quenan et Torija Zane, 2011) ont permis de faire face dans de meilleures conditions aux chocs défavorables découlant de la crise économique internationale initiée en 2007 et aggravée à la suite de la faillite de Lehman Brothers en 2008.

  • 6 Seuls le Chili et le Pérou ont mis en place des plans de relance conséquents, représentant environ (...)

15Le bon état des finances publiques et les marges de manœuvre dont disposaient les gouvernements de certains pays d’Amérique latine en termes de mesures de relance contra-cyclique ont été des facteurs décisifs pour mitiger les effets de la crise. Ils ont permis une mise en place rapide des stimuli budgétaires qui, même s’ils ont été de moindre ampleur comparativement à ceux mis en place dans les pays développés6, ont contribué, souvent accompagnés de politiques monétaires expansionnistes, à atténuer les tensions récessionnistes. Même si la dégradation très modérée des soldes budgétaires qui en a résulté peut réduire les marges de manœuvre pour de futures politiques de soutien de la demande interne, les finances publiques étaient plutôt sous contrôle après plusieurs années d’amélioration et d’endettement souverain maîtrisé (graphique 3). L’Amérique latine ne fait donc pas partie, à court terme, des zones et des pays qui peuvent connaître des crises graves associées à la dérive de l’endettement public, comme les États-Unis ou une partie des pays de l’Union européenne, qui, dans le sillage des plans de sauvetage bancaire et des politiques de stimuli à l’activité ont enregistré une augmentation substantielle de l’endettement public après la crise.

Graphique 3. Dette publique (% du PIB)

Graphique 3. Dette publique (% du PIB)

Source : FMI (World Economic Outlook)

3. L’insertion internationale : intégration financière croissante du Brésil et du Chili et tendance généralisée à la re-primarisation

16À l’instar de l’évolution de l’ensemble de la région, pendant les années 2000, l’Argentine, le Brésil et le Chili ont connu une diminution de leur degré de vulnérabilité financière externe, tel que l’atteste, par exemple, la chute des ratios d’endettement extérieur par rapport aux exportations ou au PIB (CEPAL, 2011).

17Cependant, cela ne veut pas dire que la nature des liens financiers entre ces pays et l’économie mondiale se soient distendus ou aient évolué de façon similaire. Dans les cas du Brésil et du Chili pendant les années 2000, on a constaté une intensification de leurs relations financières avec le reste du monde. Une claire illustration en est l’intérêt accru des investisseurs à l’égard des marchés de capitaux domestiques de ces pays qui s’est traduit par une forte hausse des placements en bourse de la part des non-résidents (tableau 2). En outre, l’endettement externe des agents privés a été croissant, les grandes entreprises brésiliennes et chiliennes ayant eu un accès assez fluide aux marchés internationaux de dette. En revanche, la trajectoire de l’Argentine est allée en sens inverse, notamment à la suite du défaut de la dette souveraine en décembre 2001 et de la mise en place des politiques, comme la nationalisation des fonds de pension, qui ont réduit la liquidité des marchés de capitaux domestiques (voir section 4 plus bas).

Tableau 2. Passifs vis-à-vis du reste du monde (milliards de dollars), (cliquez sur « Original » sous le tableau pour le visualiser)

Tableau 2. Passifs vis-à-vis du reste du monde (milliards de dollars), (cliquez sur « Original » sous le tableau pour le visualiser)

Source : FMI et banques centrales

18Pour ce qui est de l’attractivité de ces pays à l’égard des investissements étrangers on observe une certaine continuité, ce qui implique la poursuite d’un mouvement d’internationalisation des processus de production. Cette tendance, qui est plus marquée dans le cas du Chili et surtout du Brésil, se traduit par une sensible augmentation de transferts de ressources à l’étranger sous la forme de profits rapatriés, même si ces profits tendent à reculer en proportion du PIB au cours des dernières années (graphique 4). Le Brésil et le Chili sont également très engagés dans un processus d’internationalisation financière à travers l’expansion à l’étranger de leurs firmes (Casanova, 2009). En effet, selon les classements les plus récents, les multinationales d‘origine brésilienne sont les plus internationalisées des « multilatinas » alors que celles du Chili se retrouvent à la troisième place, derrière celles du Mexique7.

Graphique 4. Profits rapatriés par les compagnies étrangères

(a) milliards de dollars

19Sur le plan des rapports commerciaux de l’Amérique latine avec le reste du monde, pendant les années 1990 la plupart des pays de la région ont cherché à mettre en place, dans le cadre de réformes à orientation libérale, des régimes extravertis sur le plan commercial face aux limites endogènes des régimes de croissance introvertie de l’après-guerre. Cette ouverture a contribué à une insertion croissante de la région dans les processus d’internationalisation de l’économie mondiale qui s’est traduite par une série de transformations de la spécialisation des pays latino-américains. Mais, tout en favorisant une diversification de l’offre exportable, tout au long des années 2000, la spécialisation internationale continue à être axée dans la plupart des cas vers l’exploitation de ressources naturelles.

  • 8 Pour une présentation de l’indicateur de contribution au solde ici utilisé, voir Lafay, (1987).

20En fait, comparativement à d’autres zones et pays, le positionnement global de la région en termes de spécialisation, mesuré par l’indicateur de contribution au solde8, permet de confirmer que la région, prise dans son ensemble, présente des désavantages très marqués au niveau de l’industrie et, dans une moindre mesure, des services marchands (Miotti et Quenan, 2007). En outre, entre le début et la fin de la dernière décennie, on constate que l’Amérique latine perd du poids dans les exportations de services marchands (graphique 5) et que la plupart des pays subissent un net recul des avantages comparatifs manufacturiers (graphique 6).

21Le renforcement d’une insertion commerciale axée sur les ressources naturelles est surtout la résultante, comme nous l’avons dit, de l’évolution des pays de la sous-région sud-américaine qui, à la différence du Mexique et des petits pays d’Amérique centrale, ont diversifié leurs relations commerciales externes sur le plan géographique (Izquierdo et Talvi, 2011). Ainsi, la tendance au renforcement de la spécialisation primaire, qui est particulièrement marquée dans les cas de l’Argentine, du Brésil et du Chili (tableau 3) est le résultat d’un bouleversement majeur du régime international, l’émergence de la Chine (tableau 4).

Graphique 5 : Localisation mondiale de l’industrie et des services en 2009 (Avantages comparatifs industriels et en services marchands)

Graphique 5 : Localisation mondiale de l’industrie et des services en 2009 (Avantages comparatifs industriels et en services marchands)

Source : calculs des auteurs, données OMC

Graphique 6 : Avantages comparatifs manufacturiers en 2000 et 2009. Economies émergentes.

Graphique 6 : Avantages comparatifs manufacturiers en 2000 et 2009. Economies émergentes.

Source : calculs des auteurs, données OMC

Tableau 3. Argentine, Brésil, Chili : structure de leur commerce extérieur
(moyennes 1995/1997 et 2008/2010, en %)

22>> voir le tableau 3

Note : les chiffres ombrés indiquent une variation positive des parts des groupes de produits dans le total.

Source : calculs des auteurs à partir des données CNUCED

23En effet, pendant les années 2000, la diversification du point de vue de la destination géographique va de pair dans le cas des trois pays considérés avec une diminution de leur degré de diversification sectorielle à la suite de l’essor des exportations latino-américaines de matières premières vers la Chine. Or, si l’actuel rythme de progression des échanges entre l’Amérique latine et la Chine se maintient, celle-ci pourrait devenir le deuxième partenaire commercial de la région à l’horizon 2015 (Rosales, 2010). Dans le cas de l’Argentine, la part de la Chine dans ses exportations totales est passée d’environ 2,5 % de ses exportations totales en 1995/1997 à 8,2 % en 2008/2010. Pour le Brésil, la part de la Chine a été multipliée par 5 sur la même période, en passant d’environ 2,3 % à 12,3 %. Enfin, dans le cas du Chili, la progression en termes relatifs a été encore plus marquée : la part de la Chine a été multipliée par 9 pendant la même période.

Tableau 4. Argentine, Brésil, Chili : importance de la Chine dans leur commerce extérieur (moyennes 1995/1997 et 2008/2010, en %)

24>> voir le tableau 4

Note : les chiffres ombrés indiquent une variation positive des parts des groupes de produits dans le total.

Source : calculs des auteurs à partir des données CNUCED

25La montée en puissance économique de la Chine, accompagnée de l’amélioration sensible de termes de l’échange de la plupart des pays latino-américains, du boom exportateur et de la résilience financière, marque comme nous l’avons souligné un tournant en matière de croissance économique en Amérique latine. Or, la contrepartie de l’intensification des relations avec la Chine, tant en termes du volume exporté que de la dynamique des termes de l’échange qu’elle induit, est l’apparition d’un rapport typiquement « Nord-Sud » dans le commerce extérieur des trois pays considérés (le « Nord » exportant des produits manufacturés et le « Sud » exportant des produits primaires). En effet, le tableau 4 montre clairement que les trois économies analysées ici se caractérisent pour concentrer de plus en plus leurs exportations vers la Chine essentiellement au niveau des matières premières (95 %, 90 % et 98 % pour l’Argentine, le Brésil et le Chili, respectivement). En même temps, la part de la Chine dans les importations totales de produits manufacturés à compétences et technologies moyennes et hautes est de 47 % pour le Chili, de 70.5 % pour le Brésil et de 71 % pour l’Argentine. Plus encore, le poids de la Chine dans les importations de produits manufacturés atteint des niveaux très élevés. Par exemple, dans le cas du Chili, plus de 52 % des importations de produits manufacturés des secteurs intensifs en travail provient de la Chine. Cette proportion est d’un peu plus de 35 % pour le Brésil et d’environ 25 % pour l’Argentine.

26Cette configuration des échanges, aussi bien qualitative que quantitative, a des conséquences évidentes sur les dynamiques de l’accumulation : elle pousse dans le sens d’une re-primarisation des économies tout en introduisant des risques macroéconomiques de « maladie hollandaise » dans les pays considérés.

4. Les régimes monétaires : des trajectoires contrastées

27Les configurations institutionnelles qui constituent le régime monétaire comprennent, comme le signale Guttmann (2002), la gestion par la Banque centrale de la création de monnaie (politique monétaire), les réglementations publiques du secteur bancaire (politique financière) et les règles de transferts financiers entre pays.

4. 1. L’Argentine : une mutation radicale

28Par rapport à l’évolution de la norme monétaire, les trois pays ici analysés ont connu des trajectoires contrastées. En Argentine, la rupture a été radicale. Une nouvelle configuration du rapport monétaire s’est en effet mise en place à partir de l’abandon début 2002 du régime de convertibilité, qui avait rattaché le peso au dollar à une parité fixe depuis 1991. Outre l’ancrage au dollar, le régime monétaire argentin supposait la libre convertibilité du peso et de strictes contraintes de création de monnaie, la Banque centrale n’étant pas autorisée à prêter au secteur public et au système financier. Si, dans une première étape, la soumission à cette contrainte monétaire a contribué à la récupération de la stabilité monétaire après deux décennies de haute inflation, dans un deuxième temps, la suprématie du régime monétaire et de l’insertion internationale s’est traduite par une diminution des marges de manœuvre des autorités pour faire face aux chocs externes défavorables.

29La monnaie est ainsi au cœur des tensions qui ont débouché sur la crise récessionniste de 1998-2001. La crise argentine apparaît comme la résultante d’une inadaptation du mode de régulation, qui est devenu incompatible avec les règles d’ajustement induites par la configuration internationale en vigueur à la fin des années 1990, en particulier à la suite des crises asiatique, russe et brésilienne de 1997-1999.

30Dès lors, la crise de 2001 impose des changements radicaux. Les règles de transferts financiers entre pays évoluent profondément à partir du rétablissement des contrôles de capitaux dans les deux mois qui précédent la dévaluation, ce qui entraîne un défaut temporaire des dettes privées vis-à-vis des non-résidents, en particulier durant la phase critique de la crise financière en 2002. Par la suite, le pays limite davantage que par le passé les transactions spéculatives et diminue son degré d’insertion financière externe.

31Pour ce qui est du régime de change, une fois le peso stabilisé fin 2002 et une fois abandonnée l’alternative de la dollarisation unilatérale (la voie choisie par l’Équateur), les autorités privilégient la mise en place d’un système de « flottement administré » devant permettre le maintien du peso argentin à des niveaux « compétitifs » pour soutenir l’industrie.

32Parallèlement, plus de degrés de liberté furent conférés à la Banque centrale afin de gérer la liquidité domestique. L’émission des lettres de stérilisation contribue à la généralisation des politiques « d’open market » qui servent à poursuivre des objectifs plus ou moins encadrés de croissance des agrégats monétaires compatibles avec une croissance économique forte. Le changement progressif des normes monétaires a permis au gouvernement de rembourser une partie de la dette extérieure à l’aide des réserves de change de la Banque centrale, d’abord en 2005 lorsque le pays a remboursé sa dette vis-à-vis du FMI et ensuite en 2010 et 2011, lorsque l’institution monétaire procède au refinancement du principal de la dette publique obligataire dans le cadre du « Programme de désendettement du bicentenaire ». En mars 2012, le Parlement a approuvé des modifications importantes à la charte organique de la Banque centrale lui accordant davantage de marges de manœuvre pour financer le gouvernement et pour orienter le crédit vers des secteurs prioritaires. En fait, outre la stabilité des prix, les objectifs de la Banque centrale sont désormais la croissance économique, l’emploi et la stabilité financière.

33Ces évolutions témoignent de la modification de la hiérarchie des formes institutionnelles : contrairement à la situation prévalant dans les années 1990, quand la convertibilité de la monnaie et l’ancrage du taux de change au dollar étaient les piliers de la politique économique, la norme monétaire apparaît dans les années 2000 subordonnée aux autres instances de régulation. Mais, d’autre part, ces mutations contribuent à expliquer le retour de l’inflation, qui excède largement la moyenne des pays voisins d’Amérique du Sud. Enfin, elles se traduisent aussi par un relatif sous-développement du système bancaire, dont la croissance est limitée par des réglementations publiques très exigeantes en matière des ratios de réserves obligatoires et une régulation plus stricte qu’auparavant pour l’octroi de crédits en monnaie étrangère (limité depuis 2002 aux agents dont les revenus sont issus des exportations).

4. 2. Le Brésil : une politique ambivalente

34Dans le cas du Brésil, les mutations de forme institutionnelle sont d’une moindre ampleur. Entre 1994 et 1999, la restriction monétaire opère à partir de l’introduction d’un taux de change quasi-fixe dans le cadre d’une forte ouverture financière externe. Celle-ci permet de sortir le Brésil du marasme inflationniste, combinant des efforts en matière d’ajustement budgétaire, de démantèlement des monopoles d’État, de désindexation de l’économie et la quasi-fixité du taux de change contre dollar. Pendant la période de ciblage du taux de change entre 1994 et 1999, la politique monétaire restrictive est le recours utilisé d’une part pour maîtriser l’inflation et éviter l’emballement de la demande domestique, qui dégrade la balance commerciale et met en question la stabilité du réal, et d’autre part pour attirer les capitaux étrangers permettant de financer l’économie.

35Lorsque la Banque centrale du Brésil abandonne la politique de ciblage du taux de change en janvier 1999 sur fond d’attaque spéculative contre le réal et la remplace par un régime « d’objectif d’inflation » (cible annuelle de 4,5 % +/- 2 %), la convertibilité du réal brésilien est garantie et la persistance de la restriction monétaire demeure la règle. Celle-ci a été confirmée à l’arrivée au pouvoir début 2003 de la coalition constituée sous l’hégémonie du Parti des travailleurs alors que le pays était aux prises avec une forte contrainte financière externe. Bien au contraire, le nouveau gouvernement du président Lula a réaffirmé l’indépendance des décisions des autorités monétaires et a renforcé l’austérité budgétaire en misant sur un « choc de crédibilité » visant à obtenir, à terme, une forte réduction des primes de risque et l’obtention de l’investment grade par les agences de notation.

36Mises à part quelques périodes transitoires d’assouplissement de la contrainte monétaire, la présence de taux d’intérêts réels élevés, pré-condition pour le maintien d’une inflation faible, pénalise l’investissement des secteurs qui n’ont pas accès aux marchés internationaux de capitaux et/ou à l’octroi de crédit. La rente financière reste majoritairement financée par l’obtention de soldes budgétaires primaires élevés (Bruno, 2008).

37Il serait cependant inapproprié de réduire le mode de régulation brésilien à la suprématie de la contrainte monétaire. Premièrement, les taux d’intérêt réels, tout en restant très élevés, ont diminué au cours des années 2000 : dans chaque nouveau cycle de hausse du SELIC, le pic atteint est inférieur à celui de la précédente phase d’augmentation. Deuxièmement, les financements de la Banque nationale de développement économique (BNDES) à des taux d’intérêt subventionnés ont pris une importance croissante : ils ont été responsables de 20 % des crédits totaux à l’économie en 2010 (un équivalent de 9,7 % du PIB). Tout comme en Argentine, le poids des banques publiques dans le système est non-négligeable : 42 % des actifs du système sont détenus par des banques publiques au Brésil, 43 % en Argentine. Bien que ces banques disposent d’une forte autonomie statutaire et qu’elles soient soumises à des règles de concurrence, les marges pour des politiques financières indépendantes demeurent plus importantes au Brésil que dans le reste de l’Amérique latine où seulement 21 % des actifs sont détenus par des banques publiques. Enfin, l’État et les grandes entreprises brésiliennes ont accédé pendant les dernières années à des ressources extérieures bon marché. Il n’en reste pas moins que l’accumulation de capital productif est toujours médiocre. Même s’il est monté à partir du niveau très bas atteint en 2003 (15,7 % du PIB), le taux d’investissement domestique demeure relativement faible, à hauteur de 19,3 % du PIB en 2010 (graphique 7).

Graphique 7. Brésil : taux d’intérêt réel du marché

(money market rate moins le taux d’inflation instantané annualisé, %) et taux d’investissement (% du PIB)

Source : BCB, calculs des auteurs

4. 3. Le Chili : stabilisation d’une économie d’endettement

38Les modalités de la création et de la circulation monétaires contribuent à déterminer le régime de croissance d’une économie. Dans le cas du Chili, la régulation monétaire est favorable au développement d’une « économie d’endettement » caractérisée par un haut degré de « profondeur financière » dans le cadre du mode de régulation concurrentiel tempéré en vigueur depuis les années 1990 (Quemia, 2001).

39Après la crise asiatique, la Banque centrale du Chili a abandonné sa bande de fluctuation du taux de change, adoptant en 1999 un taux de change flottant. Depuis 2000, l’objectif déclaré de la politique monétaire consiste à maintenir l’inflation annuelle dans les limites d’une fourchette de tolérance de 2-4 % sur un horizon de 24 mois. La Banque centrale est juridiquement indépendante et met en œuvre sa politique monétaire en définissant un niveau d’objectif pour le taux interbancaire au jour le jour. Se situant à l’intérieur de la fourchette d’objectif pendant environ 60 % du temps entre 2000 et 2009, les anticipations inflationnistes sont restées faibles, encourageant le développement du système financier domestique et d’une économie de financement de l’activité privée non seulement par le recours à l’endettement mais aussi par la financiarisation de l’économie. Celle-ci relève principalement du rôle joué par des acteurs privés. Les banques privées détiennent 83 % des actifs du système bancaire alors que les grandes entreprises du pays se tournent également vers un marché boursier domestique très développé pour trouver leur financement. Les fonds de pensions, (les retraites ont été privatisées au début des années 1980 sous la dictature de Pinochet), les banques commerciales, les compagnies d’assurance et les intermédiaires des marchés de titres animent un système financier assez sophistiqué. L’État a un rôle de surveillance s’appuyant sur la Banque centrale et les surintendances. La réglementation est limitée principalement à l’autorisation des produits financiers, en particulier dans les domaines des produits dérivés, des opérations de change et de titrisation, en particulier des hypothèques (OCDE, 2010). Pour ce qui est des règles qui relient les transferts internationaux, les autorités chiliennes ont cherché à intégrer les marchés de capitaux domestiques aux marchés mondiaux, permettant une concurrence accrue.

40Un regard transversal permet de mieux repérer les particularités de chaque pays en ce qui concerne la forme monétaire. Pour ce qui est de l’endettement domestique (graphiques 8 et 9) et du degré de monétisation (graphique 10), le Chili est largement en tête de peloton. C’est également le cas pour ce qui est de la taille des marchés financiers (graphique 11).

Graphique 8. Crédit domestique au secteur privé (% du PIB)

Graphique 8. Crédit domestique au secteur privé (% du PIB)

Source : FMI

Graphique 9. Dette des ménages (% du PIB)

Graphique 9. Dette des ménages (% du PIB)

Source : banques centrales

Graphique 10. Degré de monétisation (ratio M2 sur PIB)

Graphique 10. Degré de monétisation (ratio M2 sur PIB)

Source : banques centrales

Graphique 11. Capitalisation boursière (% du PIB)

Graphique 11. Capitalisation boursière (% du PIB)

Source : Banque mondiale, World Development Indicators

5. Le rôle de l’État : une autre source de différenciation des trajectoires nationales

41Traditionnellement, la question des modes de développement ainsi que des crises en Amérique latine a mis au cœur des analyses la question de l’État. Un des traits saillants du basculement des formes institutionnelles pendant les années 1990 a été le repli de l’État, qui avait occupé une place centrale dans le pilotage des modes de développement en vigueur jusqu’aux années 1970. Après ce repli, on constate dans certains cas, pendant les années 2000, un retour en force de l’État. Parmi les trois pays analysés, ceci est particulièrement vrai dans le cas de l’Argentine. Ainsi, ce pays a connu après 2002 une progression rapide du ratio recettes fiscales sur PIB qui passe de 22 % en 2002 à 37 % en 2011. Dans le cas du Brésil, caractérisé depuis de nombreuses années par une pression fiscale élevée eu égard aux paramètres latino-américains dans ce domaine, le ratio recettes fiscales sur PIB a connu une progression très modérée, passant de 32 % en 2000 à 36 % en 2011. Au Chili, en revanche, la pression fiscale se situe autour de 25 %, même si l’on constate une forte volatilité des recettes associée à l’instabilité des prix des matières premières – notamment du cuivre – dans le cadre de la crise économique internationale (graphique 12).

42L’autre fait marquant pendant la première décennie du xxie siècle est la réduction très sensible dans le cas de l’Argentine et du Brésil du ratio dépenses d’intérêt sur les recettes fiscales totales, alors que dans le cas chilien elles ont diminué à partir d’un niveau de départ particulièrement bas (graphique 13). Cette évolution reflète la diminution, à des degrés variables, des contraintes financières pesant sur le budget, et l’élargissement des marges de manœuvre pour la régulation étatique.

Graphique 12. Recettes publiques consolidées (% du PIB)

Graphique 12. Recettes publiques consolidées (% du PIB)

Source : FMI

Graphique 13. Intérêts de la dette publique (% des dépenses publiques de l’Administration Centrale)

Graphique 13. Intérêts de la dette publique (% des dépenses publiques de l’Administration Centrale)

Source : IIF

5. 1. L’Argentine : une franche rupture

43Mais au-delà de l’évolution en termes quantitatifs du poids de l’État et des contraintes financières, la question centrale demeure celle des transformations qualitatives intervenues. De ce point de vue là, la rupture la plus importante a eu lieu en Argentine. Dans ce pays, le principal changement au niveau des formes institutionnelles porte sur le rôle de l’État, qui avait opéré un retrait de ses fonctions de régulateur de l’activité dans le cadre des réformes pro-marché des années 1990, mais qui a vu augmenter considérablement son influence dans l’économie depuis 2002. Dans un premier temps, le défaut de paiement sur les obligations extérieures souveraines suivi d’une restructuration des passifs a donné des marges de manœuvre financière à l’État pour accroître les politiques d’assistance sociale alors que la pauvreté avait augmenté jusqu’à des niveaux jamais vus dans ce pays. En outre, la hausse soutenue du cours des matières premières sur les marchés internationaux depuis 2003 (hormis les mois qui ont suivi la faillite de Lehman Brothers) a permis à l’État, dans le cadre de l’introduction des taxes sur les exportations (retenciones) et de la croissance retrouvée, de se doter des ressources additionnelles pour généraliser par la suite les politiques de redistribution, les subventions à un certain nombre de tarifs publics et l’augmentation de l’investissement public (notamment dans le secteur des BTP) sans encourir de déficit budgétaire.

  • 9 La restructuration de la dette commence en 2005. Fin 2011, environ 5 milliards de dollars de dette (...)

44Ainsi, on a assisté à une transformation substantielle de la structure des finances publiques. La suspension, entre 2002 et 2005, des paiements du service de la dette obligataire, suivie de la réduction de la charge d’intérêts suite à la restructuration des compromis avec les créanciers privés9, s’est traduite par une amélioration considérable du profil des échéances des engagements financiers du gouvernement. Les intérêts de la dette, qui représentaient 4 % du PIB en moyenne entre 1998 et 2001 diminuent ainsi à 2,4 %, en moyenne, entre 2003 et 2010. En même temps, l’introduction des impôts sur les exportations après la dévaluation de 2002 et la hausse du prix des matières premières exportées dans un environnement international favorable entre 2003 et 2008 ont fait progresser les taxes sur le commerce extérieur et dégager un excédent primaire considérable (graphique 14). Ceci a permis aux pouvoirs publics de pratiquer une politique budgétaire expansionniste ouvrant la voie à l’accroissement progressif du rôle de l’État dans l’économie, mais aussi d’obtenir des excédents budgétaires tous les ans depuis 2002 (sauf en 2009 où le déficit public s’est situé à 0,6 % du PIB contre un excédent moyen de 1,4 % entre 2003 et 2008) et de rembourser au comptant et de façon anticipée la totalité de la dette vis-à-vis du FMI (environ 9 milliards de dollars) en décembre 2005.

Graphique 14. Argentine : taxes sur le commerce extérieur, intérêts de la dette publique et excédent primaire (% des recettes fiscales)

Graphique 14. Argentine : taxes sur le commerce extérieur, intérêts de la dette publique et excédent primaire (% des recettes fiscales)

Source : MECON

5. 2. Le Brésil : une réorientation modérée

45Dans le cas du Brésil, l’État, qui avait été la forme institutionnelle dominante dans la période du régime introverti, est demeuré central dans la période d’ouverture et de libéralisation, mais limité par la contrainte financière résultant, dans les années 1980 et 1990, du poids élevé de la charge d’intérêt de la dette publique – notamment interne (Quemia, 2001). Ainsi, la rente financière était majoritairement financée par l’obtention de soldes budgétaires primaires élevés, comme nous l’avons déjà souligné.

46Pendant les années 2000, dans le cadre, comme nous l’avons vu, d’un environnement international favorable et de politiques de soutien de la demande domestique, un cercle vertueux s’est enclenché : alors que les réserves de change du pays augmentaient fortement, la vulnérabilité financière du pays diminuait, grâce notamment à la réduction des ratios d’endettement ainsi que le rallongement de la maturité de la dette publique et la diminution de son degré de dollarisation au profit d’une indexation sur le réal. Une meilleure perception du risque brésilien a permis la diminution des écarts de taux des obligations souveraines. Parallèlement, les agences de notation ont considérablement augmenté la notation de la dette publique, consolidant ainsi l’amélioration de la réputation du pays auprès des marchés financiers internationaux.

  • 10 Ferraz, Pires de Souza et Kupfer, (2010).

47Une fois consolidés ces gains en matière de « crédibilité auprès des marchés » et alors que la part des intérêts de la dette publique dans les dépenses publiques diminuait légèrement, le lancement en 2007 du Plan d’accélération de la croissance (PAC), orienté vers la promotion des programmes d’investissement en infrastructures, a marqué une inflexion modérée dans le sens du « développementisme ». Tout en faisant appel de manière décisive aux capitaux privés, au cours des dernières années la place de choix occupée par le BNDES dans le financement de ces programmes s’est vue renforcée. Sur la base de projets qu’elle a dans son portefeuille, la BNDES envisage une croissance de 8,9 % en rythme annuel pour les investissements dans les infrastructures et le développement de nouveaux gisements pétroliers pour la période 2011-2015. Considérant d’autres investissements planifiés, la BNDES estime que l’investissement devrait croître de 10,4 % pendant les quatre prochaines années, c'est-à-dire à un taux d’accroissement constituant un peu plus du double de la croissance potentielle estimée de l’économie (4,5 %-5 %)10.

48La contrainte financière s’étant quelque peu relâchée, l’État a donc retrouvé des marges de manœuvre pour piloter le mode de développement.

5. 3. Le Chili : l’État toujours garant de grands équilibres

49Après le grand bouleversement de la régulation des années 1970-1980 et les corrections introduites dans les années 1990, dans le cas du Chili la continuité est la norme en ce qui concerne le rôle de l’État. Celui-ci continue à être dans les années 2000 le garant des grands équilibres macroéconomiques (Quemia, 2001). Pour ce faire, l’État se caractérise entre autres par une gestion contra-cyclique de la rente du cuivre. Ainsi, lorsque le prix du cuivre sur les marchés internationaux s’accroît, l’État chilien améliore nettement sa position budgétaire (graphique 15). D’où le faible endettement public (inférieur à 10 % du PIB en 2012) et l’accumulation des excédents dans deux fonds souverains qui gèrent environ 20 milliards de dollars. Ces fonds, notamment le Fondo de Estabilización Económico y Social, permettent de financer les déficits budgétaires éventuels (comme en 2009).

Graphique 15. Chili : prix international du cuivre (US $ par MT) et solde budgétaire (% du PIB)

Graphique 15. Chili : prix international du cuivre (US $ par MT) et solde budgétaire (% du PIB)

Source: Datastream et FMI

6. Le rapport salarial : entre atténuation des mécanismes concurrentiels et réinstitutionnalisation

50Les modifications intervenues pendant les années 2000 dans le rapport salarial des trois pays considérés permettent d’identifier des trajectoires assez divergentes.

6. 1. Chili : la croissance compense le caractère concurrentiel du rapport salarial

51Au sein d’un mode de développement stabilisé comme celui du Chili, c’est la lente évolution des régulations, couplée à l’amorce d’une mutation du régime d’accumulation qui explique un début d’appariement entre salaires et productivité (graphique 16), notamment à partir de l’année 2004. En effet, cette année marque un début, avorté par la crise, d’une augmentation significative des gains de productivité. Toutefois, il est encore trop tôt pour considérer que ce phénomène marque un tournant majeur dans le régime d’accumulation chilien.

Graphique 16. Chili : productivité et salaires du secteur manufacturier

Graphique 16. Chili : productivité et salaires du secteur manufacturier

Source: Banco Central de Chile

52La relation salariale reste fondamentalement concurrentielle compte tenu de la relativement forte élasticité existante entre le taux de salaire et les niveaux de tensions sur le marché du travail (graphique 17). Le choc externe très favorable (les termes de l’échange s’améliorent de plus de 30 % par an entre 2003 et 2007), explique que, via l’essor de la croissance, le taux de chômage se trouve pratiquement divisé par deux (il passe de 10,4 % en mai 2004 à 6,2 % en mai 2007). Compte tenu de la forte croissance de l’économie, l’absorption rapide du chômage va de pair avec une augmentation de la productivité et cet ensemble explique la hausse des salaires réels. On est donc loin d’une mécanique de type fordienne, même si l’année 2009 montre un maintien des salaires réels à un niveau élevé malgré la hausse du taux de chômage.

Graphique 17. Chili : salaires réels et taux de chômage
(2000-2009, données mensuelles)

Graphique 17. Chili : salaires réels et taux de chômage (2000-2009, données mensuelles)

6. 2. Argentine : changement dans le pouvoir de négociation et tensions inflationnistes

53En revanche, les modifications subies par le rapport salarial en Argentine sont déterminées par les inerties résultant du processus d’ouverture et de dérégulation des années 1990 et de l’ajustement brutal consécutif à la crise structurelle du début des années 2000, suivies par la reprise de la croissance associée à un environnement international très favorable et par des changements politiques d’envergure (graphique 18). Comparativement à la situation prévalant jusqu’aux années 1980, le rapport salarial est devenu plus concurrentiel et la conséquence en a été une nette déconnexion entre l’évolution des salaires et celle de la productivité.

Graphique 18. Argentine : évolution de la productivité et des salaires réels (*)

Graphique 18. Argentine : évolution de la productivité et des salaires réels (*)

Source : INDEC, MECON, Statistiques provinciales

(*) A partir de 2007 ; les salaires n’ont pas été déflatés par l’IPC mais par la médiane des indices des prix à la consommation (issus des statistiques provinciales).

54Après la crise de 2001, les augmentations de salaire reflètent davantage le pouvoir de négociation des différents syndicats qu’une norme liant les taux de salaires aux gains de productivité. Le résultat est un éventail très hétérogène d’augmentations de salaires (graphique 19) que ne reflètent pas les différentiels de productivité intra sectoriels ni le fait d’être soumis à la concurrence internationale (secteurs abrités vs secteurs exposés). Par ailleurs, les propositions venant des syndicats visant à un partage d’une part des bénéfices des entreprises entre les salariés n’ont toujours pas eu l’appui du gouvernement. En outre, la vigueur d’un marché du travail informel d’ampleur significatif rend encore plus hétérogène le rapport salarial. En somme, le rapport salarial argentin est encore loin de la relation salariale fordiste de convergence vers une norme unique, plus rigide et de long terme, d’autant plus que l’apparition d’une inflation inertielle forte (supérieure à 20 % les dernières années), résultat des luttes pour le partage des revenus et de la vigueur de la demande interne, rend la norme moins prévisible.

Graphique 19. Argentine : différentiel des salaires réels entre secteurs
(2006-2009, écarts à la moyenne globale, en %)

Graphique 19. Argentine : différentiel des salaires réels entre secteurs (2006-2009, écarts à la moyenne globale, en %)

Source : INDEC

6. 3. Brésil : l’impact de la politique du salaire minimum

55Dans le cas du Brésil, l’introduction de modifications très importantes dans la formation du salaire minimum et la volonté des gouvernements Lula et Roussef de replacer pleinement l’État en tant que forme institutionnelle dominante face à la financiarisation de l’économie, sont à la base d’une certaine institutionnalisation du rapport salarial et de son évolution davantage corrélée à la productivité. C’est tout à la fois une apparente rigidité et la pierre angulaire d’un possible régime de croissance tirée par la demande intérieure (graphique 20).

Graphique 20. Brésil : productivité et salaires réels

Graphique 20. Brésil : productivité et salaires réels

Source: Banco Central do Brasil

  • 11 Voir Saboia (2011). Il est à noter que les élasticités calculées par Saboia entre les salaires moye (...)

56Le changement intervenu dans les modalités de fixation du salaire minimum11 pousse les salaires moyens au rapprochement avec la courbe de productivité. En effet, à partir du milieu des années 2000 le salaire minimum a connu un processus de récupération accéléré de sa valeur (graphique 21), à partir d’un mécanisme d’indexation qui fixe son évolution en fonction de la croissance moyenne du PIB des deux années précédentes.

  • 12 La réglementation fixant des augmentations du salaire minimum en fonction des variations positives (...)

57Cette politique de revenus tend à rendre codifier un rapport salarial historiquement concurrentiel et caractérisé par un marché du travail dual. Il se peut que cette politique débouche à terme sur une forme particulière de relation salariale fordienne mais cela suppose la mise en place de mécanismes institutionnels pérennes qui ne sont pas ébauchés jusqu’à présent12.

Graphique 21. Brésil : évolution du salaire minimum et du salaire moyen
(indice base septembre 2001 = 100)

Graphique 21. Brésil : évolution du salaire minimum et du salaire moyen(indice base septembre 2001 = 100)

7. Quelles conséquences pour l’accumulation et la régulation ?

58Les années 1990 ont vu le bouleversement des formes institutionnelles héritées du passé. Après la « décennie perdue » des années 1980, la plupart des économies latino-américaines ont connu un processus de libéralisation et la montée en puissance des logiques financières qui ont rythmé la dynamique de l’accumulation. À des degrés variables, l’État a connu un repli marqué. Dans cette phase d’ouverture et d’adhésion à la globalisation financière, l’exposition aux effets de contagion des crises internationales, associée aux fragilités endogènes des économies, a été à la base des nombreuses tensions et crises expérimentées par les pays de la région pendant les années 1990. La variété de situations nationales s’exprime dans les différents types de crises que ces pays ont subies et dans la diversité des dynamiques d’accumulation et des modes de régulation qui se sont développés dans les années 2000.

7. 1. La persistance d’une forte intégration internationale

59À la suite de ces crises, l’élan « libéralisant » a diminué dans les années 2000. Mais, même si certains pays ont réintroduit des contrôles et des réglementations là où ils avaient fait plus de place aux mécanismes de marché, on est loin d’une inversion généralisée des tendances amorcées dans les années 1990. La plupart des pays latino-américains se sont installés dans une situation de forte intégration à l’économie mondiale malgré les discours critiques à l’égard des approches libérales et de la globalisation financière.

60En même temps, les années 2000 ont été également caractérisées par l’ouverture d’un nouveau cycle de croissance associé à une évolution favorable des termes de l’échange. Plus particulièrement, à partir de 2003, l’augmentation des exportations de matières premières et des prix de ces produits, soutenue par le dynamisme de la demande asiatique – et surtout chinoise – a permis aux pays de la région – notamment les pays d’Amérique du Sud dont la spécialisation internationale comporte de forts avantages comparatifs dans le secteur primaire – d’atteindre une croissance forte tout en évitant l’apparition d’une contrainte financière externe. Ainsi, la région latino-américaine prise dans son ensemble a pu bien résister aux chocs défavorables suscités par la crise économique internationale initiée en 2007. Ces chocs ont été plutôt bien encaissés du fait de la diminution de la vulnérabilité financière externe, de l’amélioration des finances publiques et de l’accroissement de la solidité des systèmes bancaires domestiques qui sont allés de pair avec le cycle de croissance régional ouvert en 2003.

61Mais au-delà des traits communs, l’analyse des cas de l’Argentine, du Brésil et du Chili permet d’identifier une grande diversité de situations nationales (tableau 5).

7. 2. Des réactions différentes aux crises de la globalisation financière

62Le Chili a été affecté par le choc externe – surtout commercial – défavorable induit en 1998 par la crise asiatique qui a donné lieu à une récession mais n’a pas déstabilisé le régime d’accumulation. Le Brésil a été confronté en 1999 à une grave crise de change suite aux effets de contagion résultant des crises asiatique et russe qui ont déstabilisé le régime de plus en plus financiarisé caractérisé dans la deuxième moitié des années 1990 par l’appréciation du taux de change réel, un déficit de moins en moins maîtrisé du compte courant et un endettement public croissant indexé sur le SELIC. Dans le cas de l’Argentine, les chocs défavorables résultant des crises des pays émergents – y compris celle du Brésil – ont déclenché, compte tenu du mode de régulation en vigueur, des ajustements déflationnistes – incluant l’ajustement à la baisse des salaires nominaux – qui ont débouché sur une crise des finances publiques, une hausse du chômage et l’approfondissement brusque des inégalités et de la pauvreté. Ceci a mené ce pays à la crise multidimensionnelle de 2001-2002 qui a rejailli sur la stabilité politique et sociale du pays et a notamment comporté l’abandon du régime de change fixe en vigueur et le défaut sur la dette souveraine.

7. 3. Des dynamiques d’accumulation et d’évolution des instances de régulation différenciées

63La « déconnexion » de l’Argentine à l’égard de la finance internationale, imposée par le défaut de la dette extérieure publique en 2002, s’est vue renforcée par la suite du fait de la politique de désendettement menée par l’État. En outre, celui-ci, qui a mis en place une politique destinée à capter une partie de la rente agricole, a pris une place de choix dans la régulation d’ensemble en augmentant considérablement les dépenses publiques. La progression de la demande intérieure a été soutenue, à son tour, par la forte progression de l’emploi. À partir de 2003, l’objectif des autorités a été celui de maintenir un peso « compétitif » favorisant la compétitivité et la rentabilité de l’industrie, qui s’est redressée dans les années 2000 ainsi que pour stabiliser voire accroître la valeur en monnaie nationale des recettes publiques tirées des taxes sur le commerce extérieur. Dans un cadre d’excédents budgétaire et extérieur rendus possibles par une rente croissante les pouvoirs publics ont réussi à asseoir une croissance très forte et soutenue – 7,5 % en moyenne annuelle entre 2003 et 2010 – tout en réduisant la vulnérabilité financière.

64En ce qui concerne le Brésil, le processus de financiarisation de l’économie amorcé dans les années 1990 a conféré un rôle décisif au régime monétaire dans le mode de régulation. L’État est demeuré central dans la période d’ouverture et de libéralisation, mais limité par la contrainte financière résultant du poids élevé de la charge d’intérêt de la dette publique. Simultanément, la faiblesse persistante de l’investissement s’explique en bonne partie par les taux d’intérêt réels fortement positifs en vigueur pendant ces années-là. Toutefois, à partir des années 2000, la diminution de la vulnérabilité financière aidant, l’État a repris une place plus importante au sein des formes institutionnelles. Si le régime monétaire continue à exercer une influence considérable dans la dynamique de la croissance et de l’accumulation, le rôle de l’État s’accroît avec le lancement de nouveaux programmes de promotion des investissements en infrastructures et à travers des politiques actives directes, notamment la politique d’accroissement du salaire minimum, le crédit subventionné à travers la BNDES et le renforcement des programmes de lutte contre la pauvreté.

  • 13 Dans le cadre d’une évolution favorable de l’emploi, la classe C, qui regroupe les personnes qui re (...)

65Au-delà de l’importance de l’accroissement du crédit à la consommation, le cycle de croissance particulièrement vigoureux ouvert en 2003 – un plus de 4 % en moyenne annuelle dans la période 2003-2010, alors que l’activité n’avait progressé que de 2,3 % pendant les décennies 1980 et 1990 – reflète une dynamique soutenue de renforcement de la demande domestique. Plusieurs facteurs expliquent ce regain de dynamisme de la demande intérieure qui, notamment depuis 2006, a apporté une contribution décisive à la croissance. Suite aux orientations gouvernementales propices à la hausse du salaire minimum et dans le cadre d’une évolution favorable du marché du marché du travail, on constate dans les années 2000, comme nous l’avons vu, une indexation croissante des salaires aux gains de productivité. Cette évolution jointe à un processus de réduction – certes très modérée – des inégalités (l’indice de Gini est passé de 0,58 en 1998 à 0,52 en 2008) et à l’élargissement des classes moyennes grâce à l’ascension sociale et économique d’une partie des secteurs à faibles revenus ont contribué à soutenir la demande de biens durables et semi-durables13.

66Le Chili, pour sa part, connaît, dans le cadre d’un mode de régulation stabilisé qui n’a pas connu des transformations sur le plan de la hiérarchie des formes institutionnelles dans les années 2000, un affaiblissement du dynamisme de l’activité économique. La croissance – ainsi que le taux d’investissement – s’est en effet affaiblie dans les années 2000 : sa moyenne annuelle est passée de 6,8 % en 1990-1999 à 3,8 % en 2000-2010, mettant en évidence les limites de l’accumulation extensive.

Tableau 5 : les mutations dans la régulation et dans l’accumulation

67>> voir le tableau 5

7. 4. Les modes de développement : des sources communes de fragilité mais de notables différences

68Le Chili, qui est de loin le pays le moins vulnérable du point de vue financier grâce à ses finances publiques en très bonne santé et à l’existence d’un fonds de stabilisation contra-cyclique assez conséquent, partage néanmoins avec l’Argentine et le Brésil le risque de subir les effets de « maladie hollandaise » résultant de la bonne tenue des prix des matières premières et de l’appréciation du taux de change réel (tableau 6). Dans le cas chilien, la progression du prix du cuivre a renforcé la rentabilité relative du secteur minier et des commodities et a contrarié les efforts des autorités en vue de promouvoir la diversification productive.

69Dans le cas du Brésil, les tensions au sein des formes institutionnelles peuvent s’accroître dans un contexte d’expansion rapide de la demande domestique et de pressions inflationnistes croissantes. Si le gouvernement s’attache à mener une politique monétaire orthodoxe, la hausse des taux d’intérêt devient contradictoire avec le besoin de renforcer l’investissement productif pour promouvoir une croissance élevée. Si, au contraire, on adopte une politique monétaire accommodante, on évite l’appréciation nominale du réal, mais on risque de voir l’inflation augmenter, ce qui favoriserait l’appréciation du taux de change réel. Quelle que soit l’option de politique retenue et même si l’on adopte des mesures pour entraver l’entrée de capitaux spéculatifs, la tendance à l’appréciation du taux de change réel pose problème sur le plan des transformations structurelles de l’économie brésilienne. Tout en restant une économie ayant un haut degré de diversification, la spécialisation productive évolue au cours des dernières années en défaveur de l’industrie. Le fait de jouer le rôle du « Sud » dans ses échanges avec la Chine peut donc induire une re-primarisation accélérée de l’économie brésilienne.

Tableau 6 : les fragilités des modes de développement dans les années 2000

Tableau 6 : les fragilités des modes de développement dans les années 2000

70Dans le cas argentin, la déstabilisation pouvant déboucher sur une crise de la régulation peut provenir surtout des tensions du régime monétaire et des fragilités de l’insertion internationale.

71Les tensions inflationnistes croissantes sont en partie la résultante des conflits en matière de répartition des revenus. Or, si le rapport salarial apparaît comme une forme institutionnelle dominée, dans un cadre de forte croissance et d’inflation élevée les efforts des syndicats pour peser dans la politique deviennent de plus en plus pressants. Si l’on rentre dans une dynamique d’inflation croissante, le développement de formes d’indexation pourrait entraîner la consolidation d’une composante inertielle dans la hausse des prix qui peut déstabiliser la régulation et freiner la croissance. En outre, comme au Brésil, l’appréciation du taux de change réel qui résulte de l’inflation pourrait contribuer à détruire une partie du tissu industriel. Enfin, la dépendance croissante du budget de l’État vis-à-vis des revenus du secteur exportateur accroît la vulnérabilité face à un éventuel retournement baissier des prix internationaux des denrées alimentaires. Dans la mesure où l’Argentine demeure toujours exclue des marché internationaux des capitaux, sa dépendance vis-à-vis des cours des matières premières et sa forte sensibilité au cycle de l’économie du Brésil, – son premier partenaire commercial – constituent des sources majeures de fragilité.

Haut de page

Bibliographie

Aboites, J., Miotti, E. et Quenan, C (2002), “Los enfoques regulacionistas y la acumulación en América Latina”, dans « Les approches régulationnistes et l’accumulation en Amérique latine », Boyer, R. et Saillard, Y. (éd.), Théorie de la régulation, l’état des savoirs, éditions La Découverte, Paris, 1995, nouvelle édition complétée, 2002.

Adelman I. (2001), « Cinquante ans de développement économique : les principales leçons », Revue d’économie du développement, n° 1-2, p. 65-113.

Boyer, R. (2002), « L’après Consensus de Washington : institutionnaliste et systémique ? », L’année de la régulation – Économie, Institutions, Pouvoirs, n° 5, Presses de Sciences Po, Paris.

Bruno, M. (2008), « Régulation et croissance économique au Brésil après la libéralisation : un régime d’accumulation bloqué par la finance », Revue de la régulation. Capitalisme, institutions, pouvoirs, n° 3/4, 2e semestre.

Caprio, G. et Klingebiel, D. (2003), Episodes of Systemic and Borderline Financial Crises », dans Klingebiel, D. et Laeven, L. (éd.) Managing the Real and Fiscal Effects of Banking Crises, World Bank Discussion Paper, No.428, Washington D.C.

Casanova, L. (2009), Global Latinas: Latin America's emerging Multinationals, Palgrave Macmillan, Londres.

CEPAL (2011), Estudio económico de América Latina y el Caribe 2010-2011, Santiago du Chili.

Chinn, M. D. et H. Ito (2008). A New Measure of Financial Openness. Journal of Comparative Policy Analysis, vol. 10, Issue 3, p. 309-322 (September).

Ferraz, J. C., Pires de Souza, F. E. et Kupfer, D. (2010), “Trayectorias para el desarrollo brasileño, Boletín Informativo Techint, septembre-décembre 2010.

Ffrench-Davis, R. (2005), Macroeconomía, Comercio y Finanzas: Para Reformar las Reformas en América Latina, CEPAL, Santiago de Chile.

Guttman, R. (2002), « Monnaie et crédit dans la théorie de la régulation » dans Boyer et Saillard (dir.), Théorie de la Régulation. L’état des savoirs, p. 86-93.

Izquierdo, A. et Talvi, E. (2011), One region, two speeds? Challenges of the new global economic order for Latin America and the Caribbean, IADB Washington.

Lafay, G. (1987), « Avantage comparatif et compétitivité », Économie prospective internationale, n° 29, janvier, Paris.

Miotti, L. et Quenan, C. (2007), “Argentina, dos Desafíos Cruciales: Tensiones del Régimen Monetario y Fragilidades de la Inserción Comercial Externa, dans Boyer R. et Neffa, J. C. (ed.), Salida de Crisis y Estrategias Alternativas de Desarrollo: La Experiencia Argentina, Miño y Dávila, Buenos Aires.

Ocampo, J. A. (1998), “Más allá del Consenso de Washington: una visión desde la CEPAL, Revista de la Cepal, n° 66, Santiago de Chili.

OCDE, (2010), Étude économique du Chili, Organisation de coopération et développement économique, Paris.

Quemia M. (2001), « Théorie de la régulation et développement : trajectoires latino-américaines », L’année de la régulation 2001, vol. 5, p. 57-103.

Quenan C. et Torija Zane, E. (2011), « Dynamiques économiques : tendances et perspectives » dans Quenan C. et Velut S. (coord.), À Savoir, n° 4, Les enjeux du développement en Amérique latine. Dynamiques socioéconomiques et politiques publiques, Agence française pour le développement, Paris.

Rosales, O. (2010), La República Popular de China y América Latina y el Caribe: hacia una relación estratégica, CEPAL, Santiago de Chili.

Saboia, J. (2011), “Income Distribution in Brazil and the Role of Minimum Wage”, document de travail, UFRJ, Rio de Janeiro.

Williamson, J. (1990), “What Washington Means by Policy Reform”, in J. Williamson, (ed.), Latin American Adjustment: How Much Has Happened?, Institute for International Economics, Washington DC.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Les formes de la concurrence ne seront pas abordées de manière exhaustive mais on y fera ponctuellement allusion lorsqu’on évoquera certaines transformations sur le plan des réglementations ainsi que sur le degré de concentration et de transnationalisation des marchés.

2 L’expression « Consensus de Washington », utilisée pour la première fois par l’économiste John Williamson (Williamson, 1990) fait référence au processus de convergence intellectuelle, à partir des idées prônées par l’administration des États-Unis (notamment le Trésor), et la technocratie des institutions multilatérales (le FMI et la Banque mondiale), sur la nécessité d’adopter dans les pays en développement, à la suite de la crise de la dette, des politiques de gestion macroéconomique rigoureuses et de libéralisation. Le consensus en question s’est traduit par une dizaine de recommandations (discipline budgétaire, libéralisation commerciale, sécurité juridique…). Outre le travail de Williamson à propos du consensus de Washington, voir à ce sujet : Adelman (2001), Boyer (2002) et Ocampo (1998).

3 Voir, par exemple, dans la perspective de « réformer les réformes » le travail de Ffrench-Davis (2005). Signalons par ailleurs que la présence plus importante de l’État ne se traduit pas forcément par un retour du « nationalisme économique » (nationalisations massives), sauf dans les cas de l’Argentine, de la Bolivie et du Venezuela (à des degrés variables).

4 L’Indice de Chinn et Ito, qui va de -3 à 3, est construit à partir de composantes notées individuellement à partir des régulations du compte de capital de la balance des paiements. Voir Chinn et Ito (2008).

5 Notamment, l’Argentine et le Brésil dans les secteurs agricole et agro-alimentaire, le Chili en ce qui concerne le cuivre, le Pérou en matière de métaux, et le Venezuela et l’Équateur pour le pétrole.

6 Seuls le Chili et le Pérou ont mis en place des plans de relance conséquents, représentant environ 3 % du PIB en 2009.

7 Voir América Economía : http://rankings.americaeconomia.com/2011/multilatinas/salto-de-escala.php

8 Pour une présentation de l’indicateur de contribution au solde ici utilisé, voir Lafay, (1987).

9 La restructuration de la dette commence en 2005. Fin 2011, environ 5 milliards de dollars de dette obligataire restent en défaut contre 94 mds de dollars en 2002.

10 Ferraz, Pires de Souza et Kupfer, (2010).

11 Voir Saboia (2011). Il est à noter que les élasticités calculées par Saboia entre les salaires moyens par déciles et le salaire minimum, bien que significatives pour les déciles inférieurs, s’avèrent faibles pour l’ensemble et quasiment nulles pour les salaires élevés.

12 La réglementation fixant des augmentations du salaire minimum en fonction des variations positives moyennes de la croissance du PIB des deux années précédentes prend fin en 2014

13 Dans le cadre d’une évolution favorable de l’emploi, la classe C, qui regroupe les personnes qui reçoivent un revenu mensuel se situant entre 620 et 2.700 dollars est passée dans la première décennie de ce siècle de 42 % à 53 % de la population. Cet accroissement de ce groupe a eu comme contrepartie une diminution du poids relatif des secteurs à faibles revenus regroupés dans les catégories D et E. (Ferraz, Pires de Souza et Kupfer, 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Pays sélectionnés : évolution de l’indicateur d’ouverture financière externe4
Crédits Source: Chinn et Ito (2008)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 2a. Amérique latine : termes de l’échange, croissance du PIB réel et solde courant
Crédits Source: FMI (World Economic Outlook)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 2b. Pays sélectionnés : croissance du PIB réel (%)
Crédits Source: FMI (World Economic Outlook)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Graphique 2c. Pays sélectionnés : croissance du PIB réel (%)
Crédits Source: FMI (World Economic Outlook)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique 3. Dette publique (% du PIB)
Crédits Source : FMI (World Economic Outlook)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 2. Passifs vis-à-vis du reste du monde (milliards de dollars), (cliquez sur « Original » sous le tableau pour le visualiser)
Crédits Source : FMI et banques centrales
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende (b) en % du PIB
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Crédits Source : IIF
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 5 : Localisation mondiale de l’industrie et des services en 2009 (Avantages comparatifs industriels et en services marchands)
Crédits Source : calculs des auteurs, données OMC
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-9.png
Fichier image/png, 521k
Titre Graphique 6 : Avantages comparatifs manufacturiers en 2000 et 2009. Economies émergentes.
Crédits Source : calculs des auteurs, données OMC
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Crédits Source : BCB, calculs des auteurs
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique 8. Crédit domestique au secteur privé (% du PIB)
Crédits Source : FMI
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 9. Dette des ménages (% du PIB)
Crédits Source : banques centrales
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique 10. Degré de monétisation (ratio M2 sur PIB)
Crédits Source : banques centrales
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 11. Capitalisation boursière (% du PIB)
Crédits Source : Banque mondiale, World Development Indicators
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique 12. Recettes publiques consolidées (% du PIB)
Crédits Source : FMI
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 13. Intérêts de la dette publique (% des dépenses publiques de l’Administration Centrale)
Crédits Source : IIF
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 14. Argentine : taxes sur le commerce extérieur, intérêts de la dette publique et excédent primaire (% des recettes fiscales)
Crédits Source : MECON
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 15. Chili : prix international du cuivre (US $ par MT) et solde budgétaire (% du PIB)
Crédits Source: Datastream et FMI
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 16. Chili : productivité et salaires du secteur manufacturier
Crédits Source: Banco Central de Chile
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 17. Chili : salaires réels et taux de chômage (2000-2009, données mensuelles)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-21.png
Fichier image/png, 74k
Titre Graphique 18. Argentine : évolution de la productivité et des salaires réels (*)
Crédits Source : INDEC, MECON, Statistiques provinciales
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 19. Argentine : différentiel des salaires réels entre secteurs (2006-2009, écarts à la moyenne globale, en %)
Crédits Source : INDEC
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Graphique 20. Brésil : productivité et salaires réels
Crédits Source: Banco Central do Brasil
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique 21. Brésil : évolution du salaire minimum et du salaire moyen(indice base septembre 2001 = 100)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-25.png
Fichier image/png, 52k
Titre Tableau 6 : les fragilités des modes de développement dans les années 2000
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9756/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Egidio Luis Miotti, Carlos Quenan et Edgardo Torija Zane, « Continuités et ruptures dans l’accumulation et la régulation en Amérique latine dans les années 2000 : le cas de l’Argentine, du Brésil et du Chili », Revue de la régulation [En ligne], 11 | 1er semestre / Spring 2012, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://regulation.revues.org/9756

Haut de page

Auteurs

Egidio Luis Miotti

Université de Paris Nord (CEPN) et directeur scientifique adjoint DGRI/MESR

Carlos Quenan

Université Paris 3 Sorbonne nouvelle (IHEAL) et vice-président de l’Institut des Amériques

Edgardo Torija Zane

Économiste, service de la recherche de Natixis, enseignant à l’École normale supérieure (Lyon) et à l’université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page