Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Pablo Dávalos, La democracia disciplinaria ; el proyecto posneoliberal para América Latina, Codeu, Quito, 2010

Juan Barredo
Référence(s) :

Pablo Dávalos, La democracia disciplinaria ; el proyecto posneoliberal para América Latina, Codeu, Quito, 2010

Texte intégral

1Les politiques d’ajustement du consensus de Washington, ainsi que les réformes des gouvernements réformateurs en Amérique latine ont, depuis leurs débuts, éveillé un grand intérêt chez les économistes, sociologues et politologues. Selon cette perspective, les deux processus seraient directement mis en relation : les gouvernements de la gauche sud-américaine seraient la conséquence directe du mécontentement social provoqué par les effets néfastes des politiques d’ajustement.

2L’intérêt de l’ouvrage de Dávalos est double. Tout d’abord, il procède à une synthèse critique et argumentée des politiques néolibérales. Si l’approche est intéressante, ce n’est pas là que se situe le principal apport de l’auteur. La grande originalité de l’ouvrage réside surtout dans la discussion critique, voire iconoclaste, que l’auteur donne des réformes destinées à dépasser le modèle néolibéral. Son ouvrage vise, en effet, à démontrer que les processus politiques à l’œuvre sur l’ensemble du continent depuis la fin des années 1990 (qu’il nomme « postnéolibéralisme »), loin d’être une réaction aux contraintes néolibérales, amènent en réalité ces pays à s’engager bien malgré eux sur une autre voie tout aussi périlleuse. Contrairement aux ambitions affichées, le post-néolibéralisme n’a pas sorti les économies sud-américaines de la division internationale du travail ; il ne fait que perpétuer le modèle centre-périphérie. La transformation des formes institutionnelles, pourtant bien à l’œuvre, ne permet pas de dépasser la soumission aux besoins d’accumulation du capital international.

3Pablo Dávalos a été vice-ministre de l’Économie en 2006, lorsque Rafael Correa – futur président réformateur de la gauche antilibérale équatorienne – dirigeait le ministère. Il a également exercé de hautes responsabilités au sein de la Conaie, principale organisation indigène équatorienne sans laquelle Rafael Correa n’aurait pas été élu président. La thèse développée dans l’ouvrage s’appuie fortement sur cette expérience de responsable politique – l’auteur a lui-même dirigé les négociations de son pays avec le FMI et la Banque mondiale. Sa principale critique à l’encontre du projet post-néolibéral concerne l’incapacité des gouvernements actuels à sortir du modèle de développement « extractiviste » (exploitation des ressources naturelles dans une logique de promotion des exportations). Selon Dávalos, ce modèle de développement est contraire au projet initial radical et n’a plus de légitimité démocratique. Dans le cas de l’Équateur, l’exploitation du pétrole amazonien est contraire à la nouvelle constitution qui a pourtant intégré les Droits de la nature et repris les principes du Sumak kawsay (expression quechua signifiant « plénitude de la vie » et instaurant un nouveau rapport entre l’homme et son environnement naturel).

4Pour soutenir sa thèse, l’auteur utilise une terminologie assez éclectique, puisque l’on trouve des concepts marxistes classiques, mais aussi d’autres concepts utilisés chez les géographes marxistes, ainsi que des catégories utilisées par Michel Foucault dans ses analyses de l’État et du pouvoir. En ce sens, le premier chapitre consacré à la définition et à la justification des termes est bienvenu, car il facilite la lecture à tous ceux qui n’y sont pas familiarisés.

5Les chapitres 2 et 3 s’arrêtent sur les politiques structurelles du FMI et les politiques sectorielles de la Banque mondiale. Ces dernières ont été menées dans un but bien précis, celui d’aboutir à la parfaite adéquation entre les institutions de la région et les besoins du capitalisme mondial. Dans le quatrième chapitre, Dávalos montre comment les États ont été réformés pour que « tout ce qui leur appartient » ne réponde plus à des besoins internes mais à ceux de l’accumulation internationale du capital. L’argumentaire de « l’accumulation par la dépossession » permet à l’auteur de montrer comment le territoire et sa gestion deviennent des sujets-clés pour privatiser les ressources.

6L’auteur dévoile dans son cinquième et dernier chapitre les ressorts de la problématique de l’ouvrage. Après la période des dictatures qui a réussi à imposer les exigences des pays-centre, la période d’ouverture démocratique qui a réussi à intégrer les exigences des institutions internationales, la réalité politique actuelle de la région n’est qu’une autre étape dans l’adaptation du capitalisme aux réalités locales permettant d’intégrer celles-ci aux besoins de l’accumulation mondiale. Ainsi, les régimes politiques des gouvernements réformateurs de la région (Venezuela, Équateur, Brésil, Paraguay…) ne seraient-ils pas, selon l’auteur, le résultat d’une victoire des luttes de classes anti-néolibérales dans la région, mais la simple expression de « démocraties disciplinées », c’est-à-dire de démocraties rénovées sur le plan politique, mais reposant encore sur les structures économiques de l’ère néolibérale. L’auteur voit dans la répression des luttes syndicales et indigènes par les gouvernements post-néolibéraux la principale expression de la poursuite du modèle « d’accumulation par la dépossession ».

1. L’idéologie dominante est l’idéologie de la classe dominante

7L’ouvrage de Pablo Dávalos n’est pas un ouvrage d’économiste. Il déborde sur d’autres champs, plus particulièrement la philosophie politique. Selon l’auteur, nous ne pouvons pas comprendre les transformations structurelles des institutions si nous faisons abstraction de leur relation avec la formation et l’imposition des discours qui les légitiment. Dávalos s’intéresse ainsi à la capacité de ces « discours du pouvoir » à être assimilés par les dominés. Les techniques de création et légitimation de ces discours, la fausse neutralité des terminologies utilisées, les constructions épistémologiques, les conclusions tirées de méthodes dites scientifiques, sont dévoilées avec simplicité.

8Plus original, l’auteur montre comment l’intériorisation de ces « discours du pouvoir » par les mouvements sociaux opposés au néolibéralisme aurait permis, selon lui, l’apparition des « démocraties disciplinaires ». Pour Dávalos, le projet post-néolibéral s’inscrit pleinement dans la perspective « tout changer pour que rien ne change ». L’ouvrage permet alors au lecteur habitué à des lectures complaisantes avec les processus qui marquent le continent de les analyser d’un point de vue critique. Le concept de « démocratie disciplinaire » est, sans doute, l’apport le plus audacieux à cette vision critique.

2. Une voie ouverte, mais à approfondir

9On regrettera cependant un manque de précision dans la description donnée aux nouvelles formes institutionnelles que revêt la « démocratie disciplinaire ». Cela peut laisser chez le lecteur une impression d’inachevé. En effet, l’auteur examine assez rapidement les formes d’inclusion de chaque gouvernement de gauche dans l’étape post-néoliberale ; surtout si nous le comparons aux grands efforts qu’il déploie pour expliquer les reformes structurelles et sectorielles qui caractérisent l’étape précédente. L’hétérogénéité des politiques déployées par chacun des gouvernements en ce qui concerne la gestion des ressources du territoire ne remet-elle pas en question la capacité du capital international de perpétuer « l’accumulation par dépossession » ? L’auteur connaît bien l’initiative Yasuni-ITT en Équateur. Lancée par le gouvernement de Rafael Correa, elle consiste à demander à la communauté internationale une compensation financière en échange de la renonciation à l’exploitation de pétrole dans un parc naturel amazonien. Ceci afin de préserver l’environnement et les populations indigènes. Étrangement, Pablo Dávalos ne s’arrête pas sur cette initiative qui s’inscrit pourtant dans une perspective de sortie du paradigme extractiviste et un dépassement de l’« accumulation par la dépossession ».

10***

11En conclusion, il s’agit d’un ouvrage qui, en mêlant un point de vue militant et un argumentaire analytique rigoureux aboutit à une lecture très critique et stimulante des transformations politiques en Amérique latine. La présentation du concept de « démocratie disciplinaire » ouvre une voie à discuter et à tenir compte pour une étude engagée du passé, du présent et du futur de la région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan Barredo, « Pablo Dávalos, La democracia disciplinaria ; el proyecto posneoliberal para América Latina, Codeu, Quito, 2010 », Revue de la régulation [En ligne], 11 | 1er semestre / Spring 2012, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://regulation.revues.org/9753

Haut de page

Auteur

Juan Barredo

Doctorant au CREG, Centre de recheche en économie de Grenoble (CREG EA 4625), Juan.Barredo@upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page