Navigation – Plan du site

Notes de la rédaction

À l’occasion de la sortie de ce numero spécial, le comité de rédaction tient à remercier Julio Neffa qui a assuré la traduction en espagnol de divers textes et pour son rôle, de longue date, dans la diffusion et l’animation des recherches régulationnistes en Argentine.

Texte intégral

1Le présent numéro constitue une nouvelle étape dans la longue histoire des relations que les chercheurs régulationnistes entretiennent avec l’Amérique latine et en même temps une étape pour la revue elle-même.

2À travers les crises et la diversité de leurs formes dans le temps et l’espace, à travers également les recompositions étonnamment variées dont l’Amérique latine est le théâtre, il nous est donné de voir la grande variété des capitalismes ainsi que la puissance des compromis sociaux et politiques dans l’émergence des régulations nationales. Les économies de ces pays sont loin de ressembler à une variante du fordisme, elles ne cheminent pas non plus vers un modèle unique, car les modes d’industrialisation et de développement sont largement originaux et certaines d’entre elles présentent pour partie les caractéristiques d’un régime rentier, exportateur de matières premières.

3Pour la Revue de la régulation, un des traits déterminants à l’origine de ce numéro est sans doute le caractère très précoce des recherches régulationnistes portant sur quelques pays d’Amérique latine (cf. la généalogie mise en perspective par Robert Boyer). C’est ainsi l’occasion d’affirmer l’enjeu international des recherches régulationnistes. Ceci passe, à cette occasion, par une publication dans trois langues. Un article (celui de Julio César Neffa sur le rapport salarial en Argentine) et un entretien avec un régulationniste de la première époque, Carlos Ominami, sont ainsi publiés en espagnol. C’est pour nous l’occasion de rappeler que l’internationalisation du monde académique ne se décline pas qu’en anglais, même si cette langue demeure un vecteur important. Ainsi la présente livraison propose deux articles en anglais, ceux de Demian Tupac Panigo & Pablo Ignacio Chena, et d’Eliane Araújo, Miguel Bruno & Débora Pimentel qui adoptent une lecture régulationniste macro-économique.

4En un sens, le présent numéro est bâti sur l’approfondissement d’une hypothèse majeure qui fonde ces travaux. Traditionnellement les analystes tendent à caractériser les formes de capitalisme à partir de leur appartenance à une même zone géographique : certes les pays latino-américains partagent des traits communs mais le plus frappant est le caractère contrasté de leurs trajectoires nationales.

5À une approche par pays (cf. le Mexique pour Julio Lopez) s’associent essentiellement des approches par comparaison/opposition : Egidio Luis Miotti, Carlos Quenan et Edgardo Torija Zane, mettent en vis à vis l’accumulation et la régulation en Argentine, au Brésil et au Chili ; Jaime Marques Pereira, interroge l’émergence d’un mode de développement fondé sur le marché intérieur au Brésil et en Argentine ; Ilan Bizberg et Bruno Théret, à partir de l’Argentine, du Brésil et du Mexique analysent la diversité des capitalismes latino-américains ; et enfin Bruno Lautier propose une comparaison des systèmes de protection sociale pour revenir sur la particularité des compromis sociaux.

6Les contributions, au delà d’un travail sur la variété des capitalismes et la nature des crises, font évoluer l’appareillage analytique régulationniste, ils penchent notamment vers une sorte de tournant politiste, la nature des configurations sociales et politiques tendant à primer sur le régime économique qui les conditionne en retour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 11 | 1er semestre / Spring 2012, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://regulation.revues.org/9741

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page