Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sébastien Lechevalier, La grande transformation du capitalisme japonais (1980-2010), Paris, Les Presses de Sciences Po, 2011

Julien Vercueil
Référence(s) :

Sébastien Lechevalier, La grande transformation du capitalisme japonais (1980-2010), Paris, Les Presses de Sciences Po, 2011

Texte intégral

1Le Japon constitue une belle illustration du caractère fondamentalement ouvert de l’évolution du capitalisme. Présentée dans les années 1980 comme un modèle d’efficacité, d’insertion réussie dans l’économie mondiale et de développement industriel et commercial, l’économie japonaise s’est enfoncée durant la « décennie perdue » (1992-2004) dans une longue période de stagnation qui a contrasté avec l’émergence rapide, au même moment, de nouvelles formes de capitalisme venant d’Europe (États post-soviétiques), d’Amérique (Brésil), d’Afrique (Afrique du Sud) et d’Asie même (Corée du Sud, Chine, Inde, Vietnam, etc.). Depuis, le Japon a perdu en 2010 son statut de deuxième puissance économique mondiale au profit de son rival historique, la Chine. En trente ans, le poids de l’emploi industriel y a décru de près de 30 % et son État compte désormais parmi les plus endettés du monde.

2Mais les transformations du capitalisme japonais vont au-delà de ces indications chiffrées. Ce que l’ouvrage de Sébastien Lechevalier nous présente est la métamorphose des structures profondes du modèle économique japonais, tel qu’il s’était construit, après la deuxième guerre mondiale, sur les ruines d’un empire colonial déchu. Nourri d’une connaissance profonde du terrain et sous-tendu par un solide corpus théorique qui emprunte aux différentes sources de l’institutionnalisme contemporain en économie, La grande transformation du capitalisme japonais discute de façon stimulante et précise l’hypothèse, relativement courante chez les économistes, du déclin de l’économie japonaise. L’ouvrage comprend une préface de Robert Boyer et une postface de Ronald Dore plus sept chapitres thématiques, bénéficiant des contributions de Yves Tiberghien et d’Arnaud Nanta. Il se présente ainsi comme un objet éditorial original, situé à la frontière entre la monographie d’auteur (Sébastien Lechevalier a passé 3 ans au Japon et y a consacré une quinzaine d’années d’études et autant de publications) et l’ouvrage collectif.

1. Les thèses

3L’ouvrage est composé de sept chapitres thématiques : les politiques structurelles menées durant les trente dernières années (chapitre écrit par Yves Tiberghien), les entreprises, les « formes concrètes de coordination » propres au capitalisme japonais (keiretsu, sous-traitance, shuntô, « bureaupluralisme », politique industrielle), le contrat social japonais, le système éducatif (écrit avec Arnaud Nanta), le système d’innovation et le mode d’insertion internationale de l’économie.

4La première thèse de l’auteur est que les transformations structurelles intervenues depuis trente ans ont essentiellement consisté en l’accroissement de l’hétérogénéité des entreprises, le déclin des formes antérieures de coordination et la montée des inégalités due à la remise en cause du compromis social d’après guerre. Ces transformations ont été suffisamment cohérentes pour que l’on puisse considérer que, désormais, le capitalisme japonais n’est plus dans un état transitoire. Toutefois, nombre de ses caractéristiques sont encore instables aujourd’hui : s’il s’est profondément éloigné de sa forme classique, le capitalisme japonais n’a pas convergé pour autant vers le modèle anglo-saxon ou un quelconque modèle européen. Mais la thèse principale de l’auteur est que le moteur le plus puissant de ces transformations a été le « moment néolibéral », c’est à dire « la diffusion de l’idée de marché et la tentative de l’appliquer à l’ensemble des sphères économiques et sociales » (p. 59). C’est pourquoi l’on peut lire ce livre comme un essai sur la manière dont les idées néolibérales ont transformé l’économie japonaise durant les trente dernières années.

2. Concepts et méthodes

5Pour étayer ces thèses, l’auteur développe une approche qui nous semble relever d’une économie institutionnelle du changement : elle emprunte son corpus à la fois à la mouvance évolutionniste (notamment dans les chapitres consacrés aux firmes et aux systèmes d’innovation) et aux approches institutionnalistes (en particulier, mais non exclusivement, aux travaux de l’école de la régulation). Les références sont nombreuses aux travaux de Robert Boyer ainsi qu’à ceux de Bruno Amable sur la variété des capitalismes, ou de Bruno Amable et Stefano Palombarini sur l’économie politique des réformes structurelles. L’approche évolutionniste est citée au travers des travaux de Paul A. David ou de Richard Nelson. À la croisée de ces influences, les travaux de Masahiko Aoki, tout à la fois théoricien et acteur des transformations du capitalisme japonais, sont également convoqués et commentés, au cœur d’un important corpus scientifique d’origine japonaise auquel l’auteur rend largement justice et qui fait l’un des intérêts de l’ouvrage.

6Les principaux concepts autour desquels le livre est construit sont issus de cet ensemble de travaux. La notion de variété des capitalismes est discutée sur la base de l’ouvrage de Hall et Soskice (2001), dépassé au profit d’une approche plus structurelle et hiérarchisée des formes de capitalisme (Amable, 2003 ; Boyer, 2005). Au cœur du capitalisme, les institutions sont envisagées non comme de simples pratiques (on peut déceler ici une critique implicite adressée à des approches évolutionnistes traitant de manière superficielle la notion) mais comme des « règles sociales », dans une acception qui n’est pas sans rappeler celle de Douglas North (1990, 1991), pourtant mentionné nulle part dans le texte. Leur rôle dans la coordination des agents est envisagé aussi bien à l’échelle micro-économique (interne à la firme) qu’à l’échelle macro, en insistant sur le fait qu’au Japon, la coordination hors marché n’est pas nécessairement synonyme d’intervention de l’État (p. 67). Le contexte de la mondialisation est dans une certaine mesure intégré à l’idée de formes de coordination, car pour l’auteur, la mondialisation se présente comme, « avant tout, un ensemble de règles, un certain ordre mondial susceptible d’être modifié par les acteurs eux-mêmes en fonction des rapports de force » (p. 301).

7Dans ce nouveau contexte, caractérisé à la fois par le « moment néolibéral » et la mondialisation, les formes de coordination élaborées au sein du capitalisme japonais se sont-elles avérées efficaces ? L’auteur ne s’attaque pas frontalement à la question, mais propose, en tant que voie d’approche, d’explorer les conditions de la complémentarité institutionnelle (en écho aux travaux régulationnistes de Robert Boyer [2005] et Bruno Amable [2003] notamment), entendue comme co-évolution institutionnelle au sein de laquelle « une institution renforce l’impact et les caractéristiques d’une autre institution » (p. 64).

8Ces propriétés institutionnelles sont surplombées, à un niveau plus global au sein de la société, par le « compromis social » (curieusement rebaptisé « contrat social » dans le titre du chapitre 7). Le compromis social est une « tentative de médiation, forcément temporaire et locale, entre des intérêts contradictoires » (p. 65), qui ne se limite pas aux rapports sociaux internes à la firme mais embrasse également les relations familiales et la gestion des inégalités hommes-femmes. C’est aussi lui qui est remis en question par la « grande transformation » des trente dernières années.

3. Le « moment néolibéral » et la formation de la bulle spéculative

9S’il est exagéré de parler de révolution pour ce qui ne fut, selon l’auteur, qu’une « transition » (p. 87), la période récente a tout de même été celle d’un changement profond des repères idéologiques des élites japonaises, sous l’influence des thèses néolibérales prônées en Grande-Bretagne par Margaret Thatcher, puis aux États-Unis par l’administration Reagan. L’un des points d’application de ce « moment néolibéral » a été ce qu’il est convenu d’appeler la gouvernance d’entreprise.

10Sous sa forme classique, le capitalisme japonais conservait une certaine méfiance envers les marchés financiers. Les grandes entreprises jouissaient d’un actionnariat stable, fait de participations croisées entre firmes, de relations privilégiées avec une grande banque de référence, et d’une forme de code de conduite tacite des grands capitaines d’industrie qui, pris ensemble, limitaient les risques de prise de contrôle actionnarial non sollicitée. Dans le même temps, le système financier japonais restait assez hermétiquement fermé aux incursions étrangères grâce à un contrôle strict des flux de capitaux. Les réformes structurelles engagées sous le gouvernement Nakasone (1982-1987) ont ouvert une première brèche dans cet édifice, en « éliminant les contrôles d’interface financière avec le reste du monde » et en dérèglementant le contrôle du crédit, les taux d’intérêt et les obstacles à l’innovation financière (p. 112). Ces décisions ont été prises sous la double pression du gouvernement américain, qui souhaitait davantage d’ouverture commerciale et financière de la part du Japon, et des grandes firmes nationales exportatrices, qui souhaitaient accéder à moindre frais aux capitaux étrangers. Elles n’ont pas été accompagnées de la mise en place des procédures de supervision bancaire et financière nécessaires pour accompagner la libéralisation. Ces réformes désordonnées ont donc été directement, selon les auteurs, à l’origine de la formation de la bulle spéculative immobilière et financière de la deuxième moitié des années 1980 : « le résultat [des réformes] a été un déséquilibre du système financier et des dysfonctionnements qui mettront vingt ans ou plus à être résorbés » (p. 115).

11L’ont-ils été depuis ? Ronald Dore, dans sa postface de l’ouvrage, considère que l’ère ouverte par les réformes Nakasone s’est prolongée jusqu’à nos jours pour déboucher sur une véritable intégration par les acteurs japonais des règles du capitalisme financiarisé à l’anglo-saxonne : selon lui, « le Japon est déjà engagé sur ce qu’on pourrait appeler le chemin de velours de la convergence » (p. 359). Le degré auquel est parvenue cette convergence est d’ailleurs un point de discussion avec l’auteur de l’ouvrage, qui insiste quant à lui sur le caractère singulier du modèle japonais de capitalisme.

4. La firme japonaise : horizons de gestion, innovation et compétitivité

12Les études classiques sur la gestion et l’organisation des firmes japonaises ont convergé autour de l’idée que leur objectif consistait davantage à maximiser la croissance à long terme qu’à maximiser le profit à court terme. Mais les transformations induites dans leur mode de financement durant les trente dernières années ont fait progressivement basculer leur centre de gravité du côté de la relation actionnaires/manageurs, ce qui a réduit la prégnance des objectifs de long terme dans l’horizon de gestion de firmes japonaises (p. 164-165). Comment ces transformations se sont-elles traduites dans le système d’innovation ? L’auteur considère que les performances en matière d’innovation ont été moindres dans les années 1990-2000 que dans les deux décennies précédentes, moment du rattrapage technologique de l’Occident par les entreprises japonaises : « alors que tout “prédestinait” Sony à proposer des produits comme l’iPhone ou l’iPod il n’en fut rien. […] En ce qui concerne les technologies de l’information et de la communication, [la] révolution a pris place dans la Silicon Valley, dont le système d’innovation a été érigé au rang de modèle » (p. 265). La greffe tentée de ce modèle sur les institutions japonaises a pris la forme d’une série de réformes d’inspiration néolibérale, mais qui ont également inclus des mesures visant à mieux coordonner les efforts en matière d’investissement en R&D, lesquels sont restés élevés en comparaison internationale, malgré la crise.

13Sur le plan des structures, en dépit des souhaits de ses promoteurs, cette transformation n’a pas abouti à un alignement du système national japonais d’innovation sur le modèle américain : le rôle des très grandes entreprises des secteurs de l’automobile, des constructions mécaniques et de l’électronique y est resté prédominant ; hormis les trois plus grandes, les universités sont restées relativement à l’écart des réseaux d’innovation ; le gouvernement a amélioré l’efficacité de son rôle de régulateur et reste pilote dans la définition des priorités d’investissement. Plus globalement, même si l’on peut noter la faible efficacité apparente de l’effort de R&D au Japon, on doit rappeler que dans de nombreux secteurs de pointe (dont la robotique personnelle et les jeux vidéo), l’industrie japonaise a conservé sa place de leader mondial (p. 284-287).

14Dans ces conditions technologiques, que retenir de l’évolution du mode d’insertion japonais dans l’économie mondiale ? À première vue, la crise n’a que modérément affaibli les excédents colossaux enregistrés depuis la deuxième moitié des années 1970. Alors que le taux d’ouverture de l’économie japonaise doublait entre 1980 et les années 1990, le montant des actifs nets détenus à l’étranger par les acteurs privés est passé de 10 milliards de dollars en 1976 à 328 milliards en 1990 (p. 306). Le processus s’est poursuivi après l’éclatement de la bulle. En 2006, l’excédent du compte des revenus a dépassé celui de la balance commerciale : le Japon tire désormais un parti plus grand des revenus de ses investissements que de sa compétitivité commerciale (p. 320). Mais surtout, ce qui semble se jouer en arrière plan est la reconfiguration des échanges commerciaux du Japon. Deux transformations sont intervenues dans les vingt dernières années : d’une part, la montée en puissance des échanges avec la Chine, au détriment du partenaire commercial historique américain ; d’autre part, un phénomène de fragmentation régionale des flux de production, qui fait du Japon un véritable pôle organisateur d’échanges croisés de produits industriels intermédiaires de niveaux de qualité différents dans la zone Asie, au sein duquel l’industrie japonaise occupe « une position privilégiée, dans la mesure où [elle] est spécialisée dans les biens et les composants de haute qualité » (p. 322). La mutation de l’industrie japonaise, si elle est bien réelle, n’est donc pas synonyme de son effacement à l’échelle internationale, même si l’émergence de la Chine et la vitesse de son rattrapage technologique ne sont pas sans poser de questions sur l’avenir de la fragmentation productive opérée jusque là.

5. « Formes de coordination » et compromis sociaux

15Le troisième chapitre du livre est sans doute celui dont le parti pris théorique est le plus original. Il s’agit d’interroger ce que l’auteur appelle les « formes de coordination » caractéristiques de l’économie japonaise, qui ont trait à des modes de relation spécifiques entre acteurs : les relations inter-industrielles (sous l’angle des groupes industriels et financiers appelés keirestu mais aussi des relations donneurs d’ordre / sous-traitants), les relations professionnelles et la négociation salariale (le shuntô, phase annuelle de négociations salariales entre les syndicats et les entreprises), l’intervention de la puissance publique dans l’économie (notamment le « bureaupluralisme », entendu comme mode de « représentation des différents intérêts régionaux et sectoriels au sein de l’administration » (p. 179), et la politique industrielle). Toutes ces « formes concrètes de coordination » ont subi une forme d’érosion accélérée à partir du gouvernement Nakasone. Les relations de long terme caractéristiques de la sous-traitance ont cédé la place à une contractualisation plus instable, le shuntô est passé d’une « fixation coordonnée des salaires à un mode de légitimation de la modération et de la plus grande dispersion salariale » (p. 183), le METI (successeur du MITI) s’est replié sur des fonctions plus modestes après avoir connu quelques échecs dans l’informatique, le « bureaupluralisme » a connu une période de dégénérescence, notamment sous l’effet des réformes ayant affecté l’administration publique. Enfin, l’auteur se demande s’il est encore pertinent de faire référence aux keirestu pour caractériser le capitalisme japonais, tant ce qui caractérisait ces groupes – la stabilité des liens actionnariaux et la densité des relations internes – s’est dilué au sein de conglomérats désormais plus labiles, aux contours plus flous.

16Il est intéressant de confronter ces conclusions à celles de deux autres chapitres qui traitent des transformations du système éducatif et du « compromis social » japonais. Le shuntô n’est en effet que le dernier étage institutionnel d’un système complexe de relations régissant le rapport salarial et son évolution. Ce que Sébastien Lechevalier nomme tour à tour « compromis social » et « contrat social » englobe cet ensemble et inclut aussi la place de la femme dans la société – ainsi que, de manière moins explicite, l’articulation entre les intérêts des générations.

17Selon l’auteur, la transformation du système éducatif a eu pour objectif, sous couvert d’une prise en compte de l’excès de stress engendré par une « société de diplômes » victime de son succès (Ronald Dore, 1976), de créer un système moins intégré et plus hétérogène, duquel l’État s’est progressivement désengagé, ouvrant la porte à une différenciation des contenus enseignés dès le primaire. Le résultat produit par ces réformes est un système à deux vitesses : les écoles publiques d’élite situées dans les quartiers huppés donnent accès aux meilleures universités, qui délivrent (moyennant des droits d’inscription élevés, y compris dans le secteur public) des diplômes donnant l’accès aux professions et carrières les plus prestigieuses, les mieux rémunérées et les plus stables ; à l’autre bout de la chaîne éducative, les établissements situés dans des quartiers moins recherchés ont du mal à faire face, dans un contexte de baisse des dotations budgétaires et humaines, aux difficultés d’une population en situation de précarité économique et sociale. Le renouveau récent de l’activité des juku, officines privées assurant le soutien scolaire et la préparation à l’entrée aux universités les plus demandées, témoigne de la privatisation progressive de l’effort éducatif, les familles des classes moyennes consacrant de plus en plus de ressources au maintien des chances éducatives de leurs enfants en dépit d’une localisation géographique moins favorable (p. 257-258).

18À l’hétérogénéité croissante du système éducatif japonais répond la différenciation des trajectoires professionnelles. Placé au cœur de la notion de « compromis social », le rapport salarial ne dit toutefois pas tout sur la manière dont une société contient les tensions qui la traversent. Si le marché du travail est « la matrice des inégalités » (p. 220), il ne les résume pas. Il a toujours été caractérisé par une forte segmentation, mais ses lignes de fractures se sont déplacées et sont désormais plus larges que par le passé. C’est pourquoi l’auteur inclut, dans le chapitre qui y est consacré, le système de gestion des inégalités par la protection sociale et les relations de genre. Partant d’une situation de relative homogénéité des revenus, la société japonaise est celle, parmi les pays développé, qui a connu la plus forte augmentation des inégalités salariales, lesquelles dépassent désormais le niveau moyen des pays de l’OCDE (p. 211-212). Les formes particulières d’emploi constituent désormais l’essentiel des créations d’emploi au Japon, qui connaît aussi l’augmentation du nombre des travailleurs pauvres et des « NEETs » (Not in Education, Employment or Training), souvent jeunes, restés aux marges de l’activité économique. Outre les relations de genre, analysées au travers des transformations du profil d’activité des femmes, l’auteur aborde la transformation des rapports intergénérationnels que le vieillissement de la population impose : s’il récuse l’idée que la démographie japonaise explique en grande partie le déclin apparent de son économie, il considère que la viabilité économique et financière d’un système de protection sociale qui consacre 70 % de son budget aux personnes âgées, soit sous forme de pensions de retraite, soit sous forme de prestations maladie, tout en ne parvenant pas à endiguer le développement de la pauvreté parmi les retraités, est loin d’être assurée (p. 231-232). Dès lors, l’enjeu principal est celui de la construction d’un nouveau système de protection sociale prenant acte des transformations du modèle économique et social japonais. En retour, cette redéfinition ne manquera pas de produire « des conséquences profondes sur la nature du capitalisme japonais » (p. 236).

Conclusion en forme de questions

19Le principal mérite de ce livre dense, riche de faits stylisés et d’interprétations théoriques, est d’aider le lecteur à contourner les écueils simplificateurs (culturalisme, déterminisme technologique, fonctionnalisme aveugle), pour saisir les logiques profondes qui président à la mue du capitalisme japonais. Il pointe aussi, en filigrane, plusieurs voies de recherche prometteuses pour une économie institutionnelle du changement appliquée aux transformations contemporaines des systèmes économiques :

La question de la complémentarité institutionnelle

20Comme tous les travaux de ce type, l’ouvrage montre la nécessité de prendre appui sur une acception solide et claire de la notion d’institution, de ses fonctions et de ses limites. De ce point de vue, le traitement des « formes de coordination » opéré au chapitre 3 nous paraît inachevé. Pourquoi n’avoir pas fait le lien avec le concept de « mode de coordination », abondamment travaillé par l’économie des conventions et les théories de la firme, ou avec celui, proprement régulationniste, de « formes institutionnelles » (Favereau, 1995 ; Boyer et Saillard, 1995) ? Un tel entre-deux conceptuel ne se justifie que s’il peut se positionner clairement par rapport aux notions préexistantes. Or les illustrations de cette notion mêlent des organisations au sens strict (keiretsu), des modes de coordination entre acteurs de niveaux différents (sous-traitance, « bureaupluralisme », shuntô), et des politiques publiques (politique industrielle). Une approche plus systématique de l’institution, conduite par exemple à partir d’une vision d’inspiration commonsienne (Commons, 1931, 1961), aurait permis de clarifier ces concepts et de donner du corps à l’intuition qu’a l’auteur de leur importance pour le capitalisme japonais, en les insérant dans un canevas cohérent.

21Une fois l’institution posée, la notion de complémentarité institutionnelle, souvent convoquée dans l’ouvrage, devient centrale : une approche évolutionniste du changement et de la cohérence institutionnelle risque fort de sombrer dans un fonctionnalisme panglossien (ou hayékien) si elle n’envisage pas la possibilité d’un blocage (lock-in) des institutions dans une co-évolution sous-optimale qui perdure précisément parce que les institutions sont complémentaires. Ceci implique que la complémentarité institutionnelle, si elle peut sembler a priori nécessaire aux analyses régulationnistes – bien que Robert Boyer rappelle dans sa préface que tester l’hypothèse de l’existence d’une telle complémentarité est un exercice problématique –, n’est en rien suffisante pour garantir une trajectoire macroéconomique efficace et cohérente.

22Dans le cas du Japon, les transformations institutionnelles des trente dernières années ne peuvent-elles pas être lues comme la formation d’un lock-in institutionnel qui limite les perspectives de sortie de crise de l’économie du Japon ? Si c’est le cas, quelles conditions devraient être réunies pour sortir de la trajectoire actuelle ? Robert Boyer semble considérer dans sa préface que seul le politique peut, en provoquant un basculement soudain du compromis social, substituer durablement à la cohérence institutionnelle passée une cohérence nouvelle. Mais l’émergence d’autres pays asiatiques comme la Chine montre que de grandes transformations peuvent aussi s’opérer de manière non catastrophique, qui plus est dans une logique qui ne relève pas uniquement, ni même principalement dans certains cas, du « top-bottom ».

La question de l’articulation avec l’extérieur : l’irruption de la Chine

23Bien que la mondialisation ne soit pas considérée par l’auteur comme le moteur principal des transformations du capitalisme japonais – ce qui peut être présenté comme l’une des thèses fortes de l’ouvrage si l’on se souvient du rôle du commerce extérieur dans la croissance passée du Japon –, la question de l’articulation du système institutionnel interne aux relations économiques extérieures occupe néanmoins une place importante dans l’ouvrage.

24L’insertion internationale du Japon semble avoir été dominée successivement par les relations avec les États-Unis, puis par celles avec la Chine. Comme le montre l’ouvrage, cette présentation est bien sûr simplificatrice : le fait principal paraît plutôt être désormais celui de l’intégration économique régionale qui, si elle ne progresse pas de manière spectaculaire sur le plan des institutions formelles, est déjà bien engagée s’agissant des modes de coordination privés. Dans ces nouveaux réseaux régionaux, agencés selon une logique qui reprend celle du « réseau mondial » repéré par Robert Reich (1991), la place des firmes japonaises semble pour l’instant être celle des têtes de réseau. Comment réagissent-elles à la montée en puissance des têtes de réseau chinoises, armées de technologies calquées sur celles des investisseurs étrangers (Hong Kong, Taïwan, Corée du Sud, Japon, pays occidentaux) mais dotées en outre d’avantages comparatifs ricardiens ? N’est-on pas sur le point d’assister à une forme (nouvelle, en l’occurrence) de convergence régionale des structures et des modes de coordination au sein de l’industrie, qui serait porteuse de nouvelles menaces concurrentielles pour le Japon et annonciatrice d’un « nouvel âge » des inégalités sociales, auxquelles les systèmes de protection sociales ne seraient pas préparés ? Dans ces conditions, ne peut-on pas s’attendre à un regain de crispations dans les relations économiques entre le Japon et la Chine, ce qui renforce l’incertitude quant aux modes de co-évolution possibles des capitalismes japonais et chinois ?

25Ce n’était pas l’objet de l’ouvrage de répondre à ces questions. Mais sa lecture les suscite. Il reste donc à espérer que l’ouvrage provoquera une nouvelle vague de travaux institutionnalistes et évolutionnistes sur les transformations des économies asiatiques, dans une perspective comparative qui apporte beaucoup à la compréhension de la mondialisation contemporaine. Si c’est le cas, le travail considérable de Sébastien Lechevalier aura été couronné de succès. Mais dès aujourd’hui, son livre s’impose sans conteste comme une référence indispensable en langue française sur l’économie japonaise.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Amable B., The Diversity of Modern Capitalism, Oxford: Oxford University Press, 2003.
DOI : 10.1093/019926113X.001.0001

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boyer R., “How and Why Capitalisms Differ”, Economy and Society, 34 (4), 2005, 509-555.
DOI : 10.1080/03085140500277070

Boyer R., Saillard Y., « Un précis de la régulation », in Boyer R., Saillard Y. (dir.), Théorie de la régulation : l’État des savoirs, Paris, La Découverte, p. 58-68.

Commons J. R., “Institutional Economics”, in The American Economic Review, vol. 21, p. 648-657, 1931.

Commons J. R., “Institutional Economics », Réédition, Madison: University of Wisconsin Press, 1961 (1re édition américaine, 1935).

Dore R., The Diploma Disease. Education, Qualification and Development, Berkeley (Calif.): The University of California Press, 1976.

Favereau O., 1995, « Convention et régulation », in Boyer R., Saillard Y. (dir.), Théorie de la régulation : l’État des savoirs, Paris: La Découverte, p. 511-520.

Hall P. A., Soskice D. (Eds.), “Variety of Capitalism. The Institutional Foundations of Comparative Advantage”, Oxford: Oxford Unversity Press, 2001.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

North D., “Institutions, Institutional Change and Economic Performance”, Cambridge: Cambridge University Press, 1990.
DOI : 10.1017/CBO9780511808678

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

North D., “Institutions”, in Journal of Economic Perspectives, vol. 5, n° 1, 1991, p. 97-112.
DOI : 10.1257/jep.5.1.97

Reich, R., L’économie mondialisée, Paris, Dunod, 1993 pour la trad. française, (1re édition américaine, 1991).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Vercueil, « Sébastien Lechevalier, La grande transformation du capitalisme japonais (1980-2010), Paris, Les Presses de Sciences Po, 2011 », Revue de la régulation [En ligne], 11 | 1er semestre / Spring 2012, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://regulation.revues.org/9693

Haut de page

Auteur

Julien Vercueil

INALCO Paris, Centre de recherches Europes Eurasie, julien.vercueil@inalco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page