Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Cassiers Isabelle et alii, Redéfinir la prospérité. Jalons pour un débat public, éditions de l’aube, 2011, 283 pages

Anne Le Roy
Référence(s) :

Cassiers Isabelle et alii, Redéfinir la prospérité. Jalons pour un débat public, éditions de l’aube, 2011, 283 pages

Texte intégral

1Loin de se résumer à un simple outil sémantique ou technique, vouloir Redéfinir la prospérité c’est ouvrir les jalons pour un débat public quant à nos choix de société. Intéressé par le débat sur les indicateurs de richesse alimenté au Royaume-Uni par le rapport de Tim Jackson (2003) « Defining Prosperity » pointant des dissonances entre croissance, durabilité environnementale et bien-être humain, et en France par la commission Fitoussi-Sen-Stiglitz (2009) constituée pour dépasser la focalisation sur le seul PIB, cette lecture répondra à vos attentes. En effet, en ne se limitant pas à une évaluation technique des forces et faiblesses des indicateurs de développement, elle nous plonge dans une réflexion plus large sur le type même de développement, donc de prospérité, que nous souhaitons promouvoir. Plus qu’une synthèse grand public, les analyses proposées dans cet ouvrage sont susceptibles d’alimenter les réflexions guidant la mise en place d’indicateurs alternatifs, qu’il s’agisse d’expériences menées au niveau international, national, régional ou infra régional.

  • 1 Méda D. (2008), Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse, Champs-Actuel, Flammarion. (1(...)

2Cet ouvrage collectif, dirigé par l’économiste Isabelle Cassiers rassemble neuf contributions qui questionnent, chacune à leur manière, la notion de prospérité. Or, dans notre modèle économique, elle est communément assimilée à l’augmentation des richesses matérielles réduisant ainsi ce concept à sa seule dimension matérielle. Convaincus par la pauvreté d’une telle approche de la prospérité, les auteurs nous proposent, au contraire, de quitter cette « conception trop étroite et dépassée de la prospérité pour repenser en profondeur ce concept, porteur de nos finalités collectives et l’adapter tant à nos contraintes qu’à nos aspirations présentes » (p. 268). Il est donc tout à fait naturel que nous retrouvions Dominique Méda1 dans cette équipe de chercheurs tant ses travaux sur l’emploi et les nouveaux indicateurs de richesse sont au cœur de cette réflexion collective. Et c’est tout aussi naturel qu’elle ait préfacé le résultat de cette ambitieuse recherche afin de la situer dans le débat scientifique et politique sur les limites du PIB et son corollaire, la course permanente à la croissance. Redéfinir la prospérité, Jalons pour un débat public, le titre même de l’ouvrage reflète l’ampleur de la tâche accomplie puisqu’il s’agit « rien de moins que de prendre (enfin) la mesure des changements intervenus au terme de plusieurs siècles de mutations inédites qu’ont connues nos manières d’habiter et de mettre en valeur le monde » (p. 7).

3Pour atteindre son objectif, Isabelle Cassiers s’est s’entourée d’une quinzaine de chercheurs francophones, non exclusivement universitaires et issus de diverses disciplines (philosophie, économie, sociologie, sciences politiques, droit, agronomie, biologie, médecine…) mais tous de pays développés. Depuis 2006, nous explique-t-elle, ils se sont retrouvés tous les mois pour échanger autour des maux dont le xxie siècle souffrait. Ont ainsi été discutées les thématiques du changement climatique et des limites écologiques et sociales de notre modèle de développement. Modèle qui en ne mettant en exergue que l’accumulation de richesses ne résout pas tout et ne rend pas forcément heureux. Si ces questions sont anciennes, elles ont au fil des réunions et à la faveur de la crise 2008, pris une tournure inédite. La légitimité de tels questionnements en a été renforcée, au point sans doute de vouloir en faire un livre. Ce projet de publication supposait au préalable de faire le tour des concepts à l’œuvre : fallait-il retenir le bonheur, le bien-être, le progrès, la qualité de vie… ? Aux termes d’échanges parfois animés, selon les dires d’Isabelle Cassiers, parce que chaque discipline apporte ses concepts, raisonnements et méthodes, le groupe a opté en faveur du concept de prospérité. Préalablement mis en débat par Tim Jackson, le concept de prospérité a été retenu car il permet, pour ces chercheurs, de désigner plus un fait de société se démarquant ainsi du registre de l’individu contrairement aux concepts de richesse, de bien-être ou de bonheur.

  • 2 Cf. AFEP [2011], rapport « Pour une nouvelle démarche d’évaluation des laboratoires de recherche, d (...)

4L’intérêt et l’originalité de cet ouvrage collectif tient autant à l’objet du débat proposé qu’à la démarche adoptée. Choisir de convoquer plusieurs disciplines pour appréhender le concept de prospérité dans sa globalité et dans sa complexité est à la fois osé et ambitieux tant les savoirs ont aujourd’hui tendance à se spécialiser et à se cloisonner, encouragés dans ce sens par les instances d’évaluation des chercheurs et les politiques de publication des revues2. À ce défi il faut en ajouter un autre : dépasser la seule analyse/dénonciation des maux, pour expliciter et mettre en mots « l’aspiration à “autre chose” exprimée par une fraction croissante de la population et dans l’émergence de pratiques alternatives […] de rendre intelligible ces bribes de changements » (p. 20).

5Chaque chapitre, alimenté par les échanges entre chercheurs de différentes disciplines, reflète des positions individuelles développées par des chercheurs marqués chacun par leur discipline d’origine pour questionner la prospérité, ses principes et ses perspectives de changement. Leur lecture peut donc se faire séparément. Néanmoins, un fil conducteur existe et peut guider le lecteur. Après trois premiers chapitres consacrés à l’analyse théorique et historique des fondements du concept de prospérité, les analyses proposées dans les quatre chapitres suivants s’appliquent à des champs spécifiques (consommation, travail, alimentation et environnement). Les deux derniers chapitres traitent de la question des conditions politiques nécessaires à une redéfinition de la prospérité non exclusivement fondée sur la richesse matérielle et la croissance.

6Du point de vue de la sociologie politique, Dominique Méda retrace le chemin qui a fait évoluer la notion de prospérité d’une acception sociale (situation heureuse susceptible de durer) à une acception économique (augmentation des richesses détenues à l’origine d’un état d’abondance). Elle explique ainsi comment la croissance du PIB est progressivement, au cours du xxe siècle, devenue la source principale du progrès et de la performance des nations. Ainsi à partir d’une analyse critique des conventions et appareillages mesurant la prospérité des économies, en vue de révéler leur puissance, Dominique Méda s’interroge, sur la place de la croissance dans notre société et la possibilité de rompre le lien entre prospérité et croissance. Ces réflexions dans le prolongement de celles de Tim Jackson, « obligent […] à réinventer de nouvelles “conventions de richesse et de prospérité”, qui ne pourront pas être établies sans une délibération collective d’un genre radicalement nouveau » (p. 46).

  • 3 Cf. le numéro spécial d’Alternatives économiques « La richesse autrement », hors-série n° 48, mars (...)

7Dans le prolongement de cette réflexion sur la genèse, les usages et les mésusages de la notion de prospérité, Isabelle Cassiers et Géraldine Thiry se concentrent sur les limites du PIB qui, pendant plus d’un demi-siècle, a été considéré comme le principal indicateur de progrès économique et social. À partir d’une mise en perspective historique, intéressante parce que trop souvent passée sous silence, des conventions comptables ayant fondé le PIB en s’appuyant sur les travaux de la sociologie de la quantification, ces deux économistes arrivent à une conclusion nettement moins originale : le PIB, indicateur de croissance de l’activité marchande, n’est pas un indicateur de progrès social. Ainsi, en déduisent-elles, émergent de nouveaux indicateurs alternatifs, pour appréhender la richesse autrement3, qui alimentent une dynamique susceptible de réinventer de nouvelles « conventions de richesse et de prospérité » qu’appelle de ses vœux Dominique Méda. Néanmoins, cette dynamique reste à la marge de la réflexion menée par Isabelle Cassiers et Géraldine Thiry, ne permettant pas d’éclairer le lecteur sur un paradoxe : la multiplication des constructions d’indicateurs alternatifs ne va pas de paire avec l’émergence de nouvelles conventions.

8Pour terminer momentanément la réflexion sur la genèse et les fondements de la prospérité, Stéphane Leyens explore le caractère normatif de cette notion puisqu’elle suppose que nous nous entendions sur des valeurs et des conceptions de ce que devrait être une société. Dans cette perspective, ce biologiste philosophe, à partir de l’analyse critique de la base informationnelle utilitariste d’Amartya Sen, propose de penser une définition interculturelle de la prospérité à partir des « réelles possibilités qu’ont les personnes de mettre en œuvre les états et activités qu’elles valorisent », (p. 88). Ainsi, une société sera considérée comme prospère à l’aune des capabilités qu’elle génère, alimentant ainsi des pistes de réflexions vers de « nouvelles conventions de richesse ».

9Les quatre chapitres suivants discutent la notion de prospérité dans différents champs économiques : consommation, travail, alimentation, environnement.

10C’est ainsi que le sociologue philosophe Jean de Munck questionne le consumérisme en tant que forme de vie, tant la consommation a pris un place déterminante dans la notion de prospérité. De cette façon, il parvient à proposer une critique complexe de la prospérité fondée sur l’articulation équilibrée de trois registres : égalitarien, culturel et écologique.

11Quant à la question du travail, elle est abordée par Thomas Périlleux et Julien Charles sous l’angle de l’ « expérience du travail vivant » permettant de définir la prospérité par la qualité de vie des travailleurs, via la prise en compte des malaises sur le lieu de travail en termes de pathologies de l’engagement. Ces deux sociologues mettent ainsi en avant la nécessité de considérer la pluralité des dimensions de la qualité de vie au travail dans une conception élargie de la prospérité.

12Est ensuite abordée la question de l’agriculture et de l’alimentation par Gaëtan Vanloqueren et Philippe Baret. Pour ces derniers, il s’agit de secteurs emblématiques du changement de paradigme nécessaire à la redéfinition de la prospérité. Prenant acte des impasses du modèle industriel agricole à l’origine d’aspirations citoyennes en faveur du remodelage du système alimentaire plus démocratique durable et juste socialement, ces deux agroéconomistes mettent en exergue les impasses dans lesquelles cette modernisation a mis ces secteurs. Cette dernière, incapable de mettre en valeur la diversité du champ des possibles, conduit ces deux auteurs à parler « d’innovation bridée par des verrouillages technologiques » faisant alors obstacle à tout changement de paradigme.

13Dernier champ spécifique abordé pour discuter la notion de prospérité : l’environnement. L’insoutenabilité écologique de la reproduction du modèle intensif en ressources conduit à soutenir l’émergence d’un modèle de prospérité qui ne soit plus prioritairement fondé sur la croissance. Redéfinir la prospérité nous expliquent Tom Bauler et Edwin Zaccai, spécialistes de l’économie écologique, suppose la prise en compte des diverses relations entre croissance économique, ressources naturelles et impacts environnementaux.

14Cet ouvrage collectif se termine par deux chapitres consacrés aux conditions politiques pour qu’émerge une nouvelle définition.

15Ainsi Laurent de Briey, voyant dans l’émergence du terme « mode de gouvernance » une fragilisation de l’État et la réduction du politique, préconise la réintroduction de la dimension politique. Ce philosophe économiste prône donc le retour du sens politique pour imaginer une prospérité prenant en compte des valeurs partagées et promues collectivement.

16De son coté, l’économiste Christian Arnsperger, poursuivant sur le thème de l’action collective, s’interroge sur la possibilité d’organiser une économie plurielle en favorisant les projets qui sont écologiquement et anthropologiquement soutenables. Il s’agit ainsi de voir dans les diverses initiatives « post-capitalistes » une source non seulement de réflexion collective sur les prospérités, mais aussi « une joie de vivre retrouvée, d’un ancrage renouvelé dans la biosphère et sans la socio-sphère » (p. 263). Les analyses développées par ces deux auteurs, stimulantes intellectuellement, n’abordent à aucun moment des préoccupations concrètes à même de faciliter l’émergence de pratiques alternatives.

17Voici donc un livre indispensable pour se construire une opinion sur le débat autour de la prospérité. Communément définie comme l’accumulation de richesses matérielles, la prospérité peut-elle guider l’émergence d’une société où il ferait « bon-vivre » ? Comment dépasser la conception étroite et matérielle de la prospérité et redonner à cette notion le projet d’une société qui renforce la capacité de chacun de ses membres d’accomplir ce à quoi il aspire. Nous retrouvons là le débat relatif au PIB qui, en débouchant sur de nouveaux indicateurs de richesse, peut être interprété comme des tentatives d’apprécier, globalement et quantitativement, les différentes composantes d’une vision élargie du développement. « La multiplicité des indicateurs révèle toutefois l’actuelle fragmentation des valeurs et des compromis, la difficulté de faire émerger de nouveaux principes unificateurs et celle encore prégnante, de mesurer la valeur “autrement” qu’en unités monétaires » (p. 272).

18Espérons que les jalons pour un débat public proposés par ce groupe de chercheurs permettent à ce débat, en pleine effervescence mais qui reste encore largement entre les mains d’experts, de devenir véritablement public. Le défi auquel se sont attelés ces auteurs serait alors largement relevé…

Haut de page

Notes

1 Méda D. (2008), Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse, Champs-Actuel, Flammarion. (1re édition, Qu’est-ce que la richesse, Aubier, 1999).

2 Cf. AFEP [2011], rapport « Pour une nouvelle démarche d’évaluation des laboratoires de recherche, des enseignants-chercheurs et des chercheurs en économie », http://www.assoeconomiepolitique.org/spip.php?article328.

3 Cf. le numéro spécial d’Alternatives économiques « La richesse autrement », hors-série n° 48, mars 2011 ; cf. également l’étude en cours (2012-2014) sous la direction de Claudine Offredi impliquant la métropole de Grenoble, la région Rhône-Alpes et le CREG de l’université de Grenoble sur « Construction d’indicateurs territorialité et soutenabilité du bien-être ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Le Roy, « Cassiers Isabelle et alii, Redéfinir la prospérité. Jalons pour un débat public, éditions de l’aube, 2011, 283 pages », Revue de la régulation [En ligne], 11 | 1er semestre / Spring 2012, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://regulation.revues.org/9689

Haut de page

Auteur

Anne Le Roy

Maître de conférences en économie, Centre de recherche en économie de Grenoble, université Pierre Mendès France, anne.leroy@upmf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page