Navigation – Plan du site
Opinions - débats

Naissance et dynamique de la nouvelle pensée économique bolivienne

Emergence and dynamics of the new Bolivian economic thought
Nacimiento y dinámica del nuevo pensamiento económico boliviano
Diego Landivar

Résumés

Avec la crise du capitalisme actuel et face à une remise en question du travail des économistes par la société civile, le présent article pose la question de l’autonomie de la pensée économique aujourd’hui. Il cherche à explorer les conditions d’une émergence d’alternatives intellectuelles aux modèles les plus diffusés dans le monde académique, en étudiant notamment le cas bolivien. L’analyse historique, sociologique, théorique de la nouvelle pensée économique bolivienne permet de comprendre les contraintes et les conditions nécessaires à l’émergence d’une pensée qui se veut autonome.
La dernière partie de cet article apporte cependant une réflexion sur les tensions et forces d’attraction qui rendent les nouveaux modèles intellectuels vulnérables, voire contradictoires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Nous serons jugés par la population et non pas par l’American Economic Review ».
Cette phrase a été prononcée en 2006 par l’un des participants, économiste du gouvernement, lors d’une rencontre entre l’équipe économique gouvernementale bolivienne (première gestion Morales) et Joseph Stiglitz à La Paz. Elle résume bien la situation actuelle de la pensée économique bolivienne entre déconstruction épistémologique, résistance intellectuelle, mais également, besoin de légitimation.

  • 1 Pour une analyse descriptive en profondeur de l’arrivée au pouvoir du MAS en Bolivie, cf. Landivar (...)

2Stiglitz était venu conseiller l’équipe économique gouvernementale sur la base du plan de développement économique que cette dernière avait mis en place, en coordination avec les mouvements sociaux et indiens qui portèrent le MAS (Mouvement vers le Socialisme) au pouvoir1.

  • 2 Il est bien sûr important de noter que la nouvelle pensée économique bolivienne n’est pas un corpus (...)

3Cette rencontre revêtait un fort contenu symbolique car elle renvoyait à toute la construction historique de la nouvelle économie politique bolivienne2.

4En effet, non seulement le prix Nobel Stiglitz avait « validé » les intentions en termes de politique économique, soulignant notamment le bien fondé d’une politique où l’État devenait l’acteur central, mais il avait aussi reconnu, plus largement, l’utilité d’avoir une pensée économique émancipée des modèles théoriques les plus diffusés.

5Cependant, derrière ce constat symbolique se cache toute une complexité qu’il est important de saisir pour comprendre la pensée économique bolivienne. L’analyse de celle-ci devrait pouvoir contribuer à une meilleure compréhension du rôle des économistes dans les sociétés modernes, notamment en posant la question des espaces et de l’équité des moyens nécessaires à l’émergence de nouvelles conceptions théoriques ou empiriques. Il s’agira donc ici de présenter un exemple de pensée intellectuelle qui se veut autonome, consciente de ses limites scientifiques, et volontairement délimitée à un espace géographique et culturel.

  • 3 Connaissance issue notamment d’une participation à l’élaboration de différentes politiques économiq (...)

6Pour cela nous avons combiné plusieurs instruments d’analyse. D’abord, les données utilisées pour ce travail proviennent d’une connaissance personnelle approfondie du milieu académique et intellectuel dans lequel évoluent les acteurs de cette nouvelle économie politique bolivienne3. Ensuite, les informations proviennent d’une bibliographie sur les grands textes fondateurs, programmes politiques et ouvrages liés directement ou indirectement à l’émergence de la pensée économique et politique actuelle. Enfin, comme nous le verrons, il n’est pas possible de comprendre la nouvelle pensée économique bolivienne sans faire référence à des travaux issus d’autres disciplines (histoire, sociologie politique et anthropologie notamment).

7Nous allons dans un premier temps présenter les origines historiques et intellectuelles de la nouvelle pensée économique bolivienne (NPEB), ce qui nous permettra notamment de saisir le point de rupture historique à partir duquel celle-ci va se construire. Puis nous exposerons quels sont les piliers fondamentaux de la NPEB avant de poser la question de sa dynamique face à des forces d’attraction ou des tensions intellectuelles et politiques qui remettent en question son autonomie.

1. Aux origines de la nouvelle pensée économique bolivienne

1. 1. Nationalisme républicain, marxisme syndicaliste et libéralisme : une pensée économique bolivienne importée

  • 4 Nationaliste est ici pris dans le sens de revendication d’une autonomie du pays dans sa dynamique d (...)

8La révolution de 1952 est souvent considérée comme une date clé dans la construction de l’État-nation bolivien. En effet, elle représente une volonté d’achèvement de la phase d’indépendance vis-à -vis des puissances coloniales, initiée un siècle plus tôt. Cette révolution aux accents nationalistes et républicains est également le fruit d’une alliance entre les mouvements ouvriers et miniers et les classes politiques nationalistes4, se débarrasser de l’oligarchie minière devenant le symbole de cette convergence d’intérêts. Cependant, et au delà des symboles qui font référence à une forme de libération économique, la révolution de 1952 représente aussi le début d’un processus « d’institutionnalisation importée ». Ainsi, les réformes structurelles mises en place à partir de cette date-là vont bouleverser amplement l’architecture du pouvoir et du contre-pouvoir, en calquant les structures institutionnelles des pays « avancés ». Les vastes mouvements de nationalisation des secteurs productifs ou financiers (en vue de la construction d’un capitalisme d’État) vont alors être accompagnés d’un tout aussi vaste mouvement de promotion du syndicalisme. De plus, une lecture des programmes politiques en vigueur dans ces années-là montre que les mouvements politiques eux-mêmes vont mimer l’idéologie, le discours et les symboles des partis politiques occidentaux, qu’ils soient d’inspiration libérale, nationaliste ou socialiste (Escobar, 2008). Cette transformation politique et économique, si elle n’est pas propre à la Bolivie (Rist, 2007), aura cependant des conséquences sociologiques originales, notamment sur le phénomène indianiste.

1. 1. 1. Le syndicalisme, le capitalisme d’État et l’avènement du libéralisme

9En effet, dès 1932, le renouveau idéologique qui accompagne la prise du pouvoir par de nouveaux dirigeants politiques va modifier peu à peu le statut de l’Indien et en faire un paysan : la syndicalisation obligatoire, la création d’un ministère du Travail, ainsi que l’adoption d’un Code du travail vont préparer une période de construction de mouvements syndicaux ouvriers, miniers et paysans. La révolution nationale de 1952 modifiera en profondeur la place des indiens/paysans en instaurant le suffrage universel, en mettant en place la Réforme agraire, et en créant un ministère des Affaires paysannes qui permettra aux paysans de s’organiser rapidement en syndicats. La paysannerie va devenir ainsi une pièce maîtresse des rouages de l’appareil d’État via un syndicalisme officiel, qui canalise ce secteur et fait du syndicat l’élément clef de l’articulation des communautés indiennes à la nation (Landivar et Ramillien, 2010).

10Le syndicalisme, au-delà de cette action sur la problématique indianiste, allait être, jusque dans les années 1980, le principal contre-pouvoir à un capitalisme d’État promoteur du développement économique. Ce capitalisme d’État, n’est en aucun cas assimilable à un modèle socialiste, car il ne prône aucunement la redistribution égalitaire des revenus, ni des facteurs de production (les réformes agraires sont extrêmement limitées au début des années 1950 et, dès 1960, les différents gouvernements encourageront la cession de terres à quelques propriétaires terriens [Soruco et al., 2008]). Il stipule simplement que l’État a le rôle central dans le développement des forces productives de l’économie.

  • 5 Nous pouvons également citer les nombreux travaux des frères Machicado ou Ortiz Mercado dans les an (...)

11Quant à la pensée économique bolivienne, elle est déterminée par ces deux vecteurs institutionnels importés que sont le capitalisme d’État et le syndicalisme officiel. Le capitalisme d’État, avec toute l’architecture institutionnelle que cela implique (planification, grandes entreprises publiques, entreprises publiques stratégiques dans le secteur minier et les hydrocarbures, promotion du salariat et du fonctionnariat à grande échelle, banques nationales de développement ou comme on les appelle à cette époque là « Fondos de Fomento » ou « Corporaciones de Desarrollo ») encourage une pensée économique basée sur la création de croissance, de gains de productivité et d’infrastructures publiques « dignes » d’un pays développé. Il s’agit dès lors de rattraper le retard de développement grâce à une articulation des forces économiques autour de l’État. Par ailleurs, la pensée économique du contre-pouvoir syndicaliste ne fait qu’importer la pensée économique marxiste en vigueur en Europe (Escobar, 2008), en l’adaptant aux statistiques et secteurs économiques locaux (Lora, 1967 ; Almaraz Paz, 1967)5. Enfin, la philosophie économique du syndicalisme officiel ira même jusqu’à ignorer l’influence grandissante des théories de la « dépendance » de la Cepal, pourtant voisines (Escobar, 2008), et qui cherchaient pourtant à faire émerger un nouveau cadre conceptuel capable d’expliquer les situations particulières dans lesquelles se trouvaient les économies latino américaines.

  • 6 À ce titre, il est intéressant de noter que dans presque tous les pays latino-américains, les insti (...)

12Les années 1980 vont cependant bouleverser la donne. Les réformes structurelles engagées à partir du fameux décret 21060 de 1985 vont libéraliser l’économie bolivienne avec des effets très précis. D’abord, les entreprises publiques vont être privatisées, ce qui va avoir comme conséquence le licenciement massif de milliers de travailleurs. Ces mouvements de privatisation et de « rationalisation » des secteurs publics vont surtout s’appliquer au secteur minier, qui depuis les années 1950, fournit la plus grande partie des contre-pouvoirs syndicaux. Le secteur minier est en effet le lieu du contre-pouvoir du mode de régulation « capitalistique d’État » par excellence (Lora, 1967 ; Almaraz Paz, 1967). Avec ces réformes, inévitablement, le nombre de syndiqués va diminuer. Mais cet effet quantitatif n’est pas le seul : l’idéologie marxiste-socialiste défendue par les syndicats et mouvements ouvriers de cette époque va perdre son référent, son « ennemi symétrique » qui lui permettait de se définir en tant que contre-pouvoir : le capitalisme d’État. En effet, les réformes institutionnelles vont bouleverser en profondeur la place de l’État dans l’économie bolivienne, laissant place à l’un des libéralismes les plus poussés en Amérique latine6. Sans son acteur symétrique, sans son « rival historique », le syndicalisme se retrouve en décalage avec les problématiques émergentes.

1. 1. 2. Le point de rupture, la prise de conscience de 1992

13La nouvelle pensée économique bolivienne, puise ses racines les plus solides dans ce contexte. Cependant la dichotomie « penseurs du capitalisme d’État / marxistes » ne va pas laisser la place à une simple dichotomie pensée libérale / pensée antilibérale. Et la question indianiste redevient l’élément-clé pour comprendre l’articulation historique complexe entre pouvoirs et contre-pouvoirs qui va s’opérer. En effet, les grandes « délocalisations » comme on les appellera en Bolivie, en faisant référence aux privatisations et vagues de licenciements qui vont être réalisées dans le secteur minier et l’industrie, vont avoir pour principale conséquence une émigration massive des couches populaires, ouvrières et minières vers les zones rurales les plus productives d’un point de vue agricole. Un grand flux migratoire va alimenter le peuplement des terres basses orientales (Santa Cruz, Chapare, Yungas notamment), au détriment des zones minières et industrielles de La Paz, Oruro ou Potosi (zone des hauts plateaux andins). Ces populations, se retrouvant dans des situations vulnérables, se reconvertissent principalement dans les secteurs agricoles (oléagineuses, fruits, café, céréales mais surtout dans la production de feuilles de coca). C’est dans ce contexte que les nouvelles formes de contre-pouvoir vont se dessiner, souvent articulées autour des traditions syndicalistes et ouvrières acquises et que l’on va chercher à adapter, réinventer mais aussi se réapproprier dans un cadre agricole - paysan et reconnecté avec les traditions rurales et indiennes.

14Responsabilités syndicales, symboles, et systèmes organisationnels : c’est toute la culture syndicale historique qui va être réadaptée à ce nouveau contexte, avec des accents indianistes (le terme fait référence à l’« indigenismo », qui commence à s’installer durablement). La pensée intellectuelle va, dès lors, connaître une véritable mutation, qui réside dans la prise de conscience des spécificités culturelles et « ethniques » de la Bolivie. Le symbole du point de rupture historique sera la grande marche organisée par les peuples indigènes en 1992 en (anti) commémoration des 500 ans de la découverte des Amériques par les Espagnols, et qui sera marquée par l’entrée spectaculaire et massive de ces populations dans la capitale, La Paz.

15Il s’agira d’une véritable prise de conscience à plusieurs niveaux. D’abord, les intellectuels et notamment les économistes, réalisent que leur sujet d’étude (le corps social bolivien) était bien plus complexe que celui qui résultait d’une analyse obsédée par le « retard de développement » ou « la constitution d’un prolétariat bolivien ». Jusque là, on avait tendance à réfléchir autour des populations urbaines, facilement identifiables dans une échelle de développement où les sociétés (urbaines) des pays industrialisés représentaient le modèle à atteindre. Ou bien encore, c’étaient les questions liées au prolétariat ouvrier et minier, perçu comme victime d’un capitalisme standard, qui structuraient la pensée bolivienne. Enfin, les populations « résiduelles » (le terme de résiduel est approprié dans la mesure où les statistiques sur le monde rural, paysan, indien seront extrêmement limitées jusqu’alors) n’étaient considérées que sous l’angle de la pauvreté, ignorant notamment la complexité des institutions structurantes de leurs quotidiens économiques. Que ce soit la pensée d’influence libérale ou marxiste, le constat est le même : la méconnaissance des réalités du pays pose problème pour constituer une pensée économique-politique autonome. Il sera donc question désormais, pour ces économistes, de questionner cet héritage, en menant un vrai travail de déconstruction.

1. 2. Connaître son pays

16Cette prise de conscience va nécessiter une remise en question extrêmement importante de l’ensemble des racines de la pensée intellectuelle et économique bolivienne. Ainsi, un véritable travail d’autocritique, fondateur de nouvelles perspectives académiques et intellectuelles, va s’opérer. Ce travail d’autocritique s’est fait en trois étapes. D’abord, la prise de conscience d’une réalité hétérogène et particulière va se diffuser dans les milieux intellectuels boliviens. Les économistes notamment, vont devoir ouvrir leurs « chapelles » intellectuelles classiques qui découpaient la discipline de manière analogue au découpage occidental dominant (pensée libérale, pensée interventionniste, et voies médianes intermédiaires). Deuxièmement, cette ouverture va redéfinir le paysage institutionnel académique de manière importante : plusieurs laboratoires vont redéfinir stratégiquement leurs politique de recherche, de nouvelles institutions apparaissent (Fundacion Tierra, CIDES, CEDLA entre autres). Enfin, le contenu et la classification des recherches va s’orienter significativement vers des secteurs qui semblent plus pertinents dans le but de comprendre les problématiques révélées par la montée des mouvements sociaux et indigènes : développement rural, problématiques indianistes, décentralisation, territorialisation…

17Cette nouvelle volonté scientifique doit cependant trouver les moyens de pouvoir se concrétiser. Elle va pouvoir le faire grâce à deux forces complémentaires : d’une part, l’émergence de mouvements sociaux, paysans et indianistes articulés ; et d’autre part, un financement du développement qui encouragera la plupart des économistes à devenir des consultants en exécution de programmes de développement. La rencontre entre ces deux mouvements se fera grâce à la conjugaison de plusieurs facteurs nationaux et internationaux qu’il convient d’expliciter. D’abord, le premier gouvernement de Gonzalo Sanchez de Lozada (1993-1997) va mettre en place une politique de décentralisation qui va avoir des conséquences structurelles très importantes (Lacroix, 2006, Landivar et Ramillien, 2010), dans la mesure où les collectivités locales / municipales vont être largement encouragées et dotées d’une force politique propre. Ainsi, la plupart des mouvements indianistes trouvent un lieu d’expression et de représentation privilégié dans ces structures municipales. En outre, le cadre institutionnel bolivien des années 1990 va donner une place de plus en plus importante à la reconnaissance des populations indiennes en tant que telles (et non pas en tant que syndicats paysans comme après 1952), par le biais de politiques multiculturelles, elles-mêmes encouragées par un environnement international favorable (en effet des organisations internationales comme l’ONU vont jouer un rôle majeur dans la promotion et diffusion de politiques à destination des populations autochtones, Lavaud et Lestage, 2002).

18Par ailleurs, l’aide au développement va tenir une place déterminante dans l’évolution politique et intellectuelle qui est à l’œuvre. Nous pouvons même avancer que le mode de fourniture de cette aide au développement (bilatérale ou multilatérale) est une question qui va cristalliser, symboliser, la mutation de la pensée économique bolivienne. En effet, l’aide multilatérale est encore conditionnée à ce moment-là (début des années 1990) aux réformes structurelles mises en œuvre. Elle arrive donc avec un arsenal intellectuel « préfabriqué » en amont, par une certaine vision de l’économie et dont la nature dépasse le cadre de notre analyse. Elle a donc, pour pouvoir être mise en œuvre, besoin d’économistes aux commandes des politiques publiques capables de souscrire aux modèles théoriques et empiriques latents.

  • 7 La Banque interaméricaine de développement (BID) peut être placée en position intermédiaire dans la (...)

19Cependant, les années 1990 vont voir l’émergence d’une aide bilatérale, certes moins massive, mais dont les conséquences seront tout aussi puissantes dans la structuration de la Bolivie actuelle. Il est évident que la nature de cette aide bilatérale n’est pas homogène mais une partie de celle-ci (notamment les agences de coopération danoises [DANIDA], Allemande [GTZ] et Suisse [COSUDE]) va promouvoir avec force, directement ou indirectement, à travers de multiples programmes de développement paysan et rural, le renforcement institutionnel, financier et stratégique des organes de représentation des communautés indigènes et paysannes (Strobele-Groger, 2005 ; Landivar et Ramillien, 2010). Cette aide bilatérale, contrairement à l’aide multilatérale de la Banque mondiale et du FMI7, exige massivement de nouveaux profils de « professionnels du développement », parmi lesquels une très grande majorité d’économistes.

  • 8 Promotion de l’empowerment des populations indigènes.

20La rencontre entre les demandes populaires issues des revendications des mouvements sociaux et indigènes et l’offre de consulting en programmes de développement rural et « empoderamiento de poblaciones indigenas8 » va avoir des conséquences extrêmement importantes sur l’architecture intellectuelle et académique bolivienne et notamment sur la pensée économique bolivienne des quinze dernières années (Escobar, 2008). Nous pouvons avancer que jusque là, les économistes avaient la réputation d’être en situation de connivence avec les milieux d’affaires (notamment à cause des grandes vagues de privatisation et dérégulation dès 1985). Mais à partir de ce renversement, une partie des économistes va se retrouver, d’une certaine manière, en connivence avec les mouvements sociaux, paysans et indiens émergents.

  • 9 À ce titre, il convient de noter que tous les discours issus de ces mouvements sociaux font référen (...)
  • 10 Pour une synthèse assez complète de cette littérature, voir : Nuñez del Prado (2009) et le document (...)

21La première conséquence de cette rencontre peut être synthétisée à travers l’idée de la reconquête d’une dignité, d’une souveraineté, à la manière de celle promue par les mouvements sociaux et indigènes. En effet, la dignité sera un des concepts les plus avancés par les mouvements sociaux, paysans et indigènes, ainsi que par leurs représentants, pour articuler l’ensemble de leurs demandes. Leurs exigences en termes de citoyenneté (exigence d’une assemblée constituante prenant en compte les mouvements paysans et indiens), en termes de répartition des facteurs de production (surtout la terre) et en termes culturels (droit à la libre détermination des peuples indigènes, selon leurs us et coutumes), attestent d’un élan revendicatif pour une « dignité retrouvée »9. La lecture attentive des écrits des penseurs (de l’économie notamment) les plus féconds de cette décennie (Escobar, Garcia Linera, Villegas, Albo, Medina, Soliz-Rada, Nuñez del Prado, Tapia, Prada, De Alarcon, Viaña parmi d’autres) fait également apparaître cette volonté de construction d’une pensée émancipée des structures intellectuelles occidentales10. De même, lorsque l’équipe ministérielle en charge de la rédaction du Plan de développement économique en 2006 commence à travailler, la règle intellectuelle commune sera définie par la phrase : « accoucher d’un plan de développement sans concepts préétablis » (Diaz et al., 2006). On parlera même, au sein de ce ministère, d’un Plan de développement « autochtone » pour faire référence à la fois aux revendications des mouvements autochtones et indigènes, mais aussi pour rendre compte de l’attention accordée aux réalités sociales, culturelles et productives du pays. Et bien que la nouvelle économie bolivienne, comme nous l’avons définie, se situe en opposition claire aux politiques libérales, elle rejettera également toute influence marxiste ou keynésienne (la pensée bolivienne indigéniste des années 1970 va jouer un rôle important dans la déconstruction de l’inconscient marxiste inhérent à la pensée réformiste des années 1980 et 1990, à ce titre voir les écrits de F. Reinaga). En effet, la mise en relation des penseurs de l’économie avec la réalité rurale et pluriethnique bolivienne, va remettre en cause les modèles dominants qui structurent le comportement des individus d’une société. Les modèles de production, de consommation, ainsi que les programmes d’optimisation des formes sociales rencontrées, ne peuvent être, selon ces auteurs, réduites à des cadres utilitaristes, libéraux ou marxistes : la réalité se révèle hétérogène, et donc plus complexe à analyser.

22L’heure est donc à la construction d’une pensée autonome, dont les piliers fondamentaux semblent être les suivants.

2. Les piliers fondamentaux de la NPEB

23Les piliers fondamentaux de la nouvelle pensée économique bolivienne ne font pas référence à des cadres conceptuels ou théoriques particuliers. Le premier pilier est un mouvement de déconstruction qui va jouer essentiellement au niveau de la méthode scientifique et de la nature des données utilisées. Le deuxième pilier est un mouvement de reconstruction d’un cadre conceptuel « autonome ». Il est important de noter que ce sont là deux mouvements qui s’enchevêtrent et qui vont s’alimenter de manière réciproque.

2. 1. La déconstruction

2. 1. 1. La déconstruction d’une pensée importée

24Le premier pilier fondamental, comme nous venons de le voir, fait référence à la déconstruction d’un inconscient intellectuel qui délimitait la pensée économique à des écoles dominantes importées. À ce niveau, il est important de souligner en quoi l’inégalité en termes de dotations éditoriales à un niveau international, a encouragé ce phénomène de diffusion des écoles de pensées dominantes. En effet, comment rendre visible une pensée autonome ou originale sans des moyens de diffusion (notamment éditoriaux) à la hauteur de ceux qui sont utilisés par les milieux académiques occidentaux ?

25Un deuxième élément de la déconstruction de la pensée intellectuelle passe par la diffusion des idées maîtresses portées par les mouvements indigènes et sociaux émergents. Leurs discours font systématiquement référence à la décolonisation des institutions et des comportements sociaux. Ce discours va d’abord se propager au niveau des penseurs politiques et sera un des thèmes récurrents des discours d’Evo Morales. Les économistes du gouvernement ou du MAS ne vont presque jamais employer le terme de décolonisation dans leur articulation théorique (une sorte de résistance inconsciente aux concepts trop idéologiques ?), mais l’influence du champ lexical de l’émancipation est latente.

26Un troisième élément de la déconstruction de la pensée intellectuelle passe par un double mouvement de rupture et d’ouverture vers d’autres sciences sociales. Rupture d’abord par rapport à un ordre hiérarchisé du traitement des phénomènes économiques, où le haut de celui-ci serait détenu par de « vrais économistes ». Il y a donc en Bolivie une « horizontalisation » du corps académique qui sera symbolisé par l’émergence des « sciences du développement » au détriment des classifications classiques par type de méthode d’analyse, et qui servira, bien entendu, de caisse de résonance aux mutations, décrites ci-dessus, du secteur du développement dans les années 1990 et 2000. Les économistes côtoient, au même niveau, des sociologues, des anthropologues, des historiens, des géographes etc., dans un secteur, le développement, jusque là souvent monopolisé en Bolivie par ces premiers. Ce mouvement ouvre à la fois l’étude du développement économique à de nouvelles approches, et à des méthodes issues d’autres sciences sociales, aux praticiens de l’économie. Ce premier travail de déconstruction effectué, il a fallu, dès lors, rassembler et constituer de nouvelles données.

2. 1. 2. Vers une redéfinition de la nature des données empiriques

  • 11 C’est notamment sous cet angle que le grand recensement national sera effectué en 2001.

27La redéfinition des orientations stratégiques des laboratoires de recherche, la création de nouvelles institutions, ainsi que la promotion du travail de consultant en programmes de développement, vont redéfinir la nature du travail empirique des économistes boliviens. Nous pouvons regrouper la nature de ces données autour de trois axes majeurs. D’abord il s’agit de données empiriques quantitatives pures, mais dont le spectre sera guidé par les grandes tendances d’analyse que sont : le développement rural, la distribution de la terre et ses problématiques, l’agriculture et la paysannerie, l’émergence des mouvements sociaux, indigènes et autochtones, la territorialisation et les mécanismes participatifs, les ressources naturelles, le tissu productif, identité et multiculturalisme11.

  • 12 Pour des discussions sur la méthodologie employée lors de ce recensement, nous renvoyons à la lectu (...)

28Le deuxième axe empirique concerne les données historiques. En effet, comme nous l’avons vu, les problématiques rurales, paysannes et indigènes, n’ont été privilégiées par la pensée intellectuelle et économiste bolivienne, que à partir du point de rupture (début des années 1990) mis en évidence. D’ailleurs, les penseurs indianistes font souvent référence à cet oubli historique d’une « majorité silencieuse » de boliviens (62 % de la population bolivienne selon le recensement national de 200112) (Garcia Linera, 2001). Il a donc fallu s’intéresser à cette dimension historique, en réhabilitant une histoire parallèle des populations rurales et indiennes (Barnadas, 1978 ; Albo et Barnadas, 1984 ; Reinaga, 1970 ; Condarco Morales, 1966).

29Enfin, le troisième axe empirique sera composé des données anthropologiques. Ainsi, une grande partie de la nouvelle pensée économique bolivienne va explorer l’anthropologie des sociétés traditionnelles boliviennes pour en extraire des concepts théoriques fondamentaux (nous pouvons citer à ce titre les intellectuels suivants : Villegas, Aguirre, Diaz, Baudoin, Iturralde, Medina, Soliz-Rada, entre autres). Les ouvrages anthropologiques consacrés à la Bolivie vont connaitre un grand succès, car il s’agira pour les penseurs de l’économie d’aller puiser des concepts théoriques et des données empiriques précieuses sur la cosmologie des communautés traditionnelles, leurs modes d’organisation sociale, leurs références symboliques à la terre et à l’écologie… (Arze, 1952 ; Baudin, 1962 ; Van den Berg et Schiffers, 1992 ; Bouysse-Cassagne et al., 1987 ; Melia, 1988 ; Riester, 1993 ; Bouysse-Cassagne, 1988 ; Arnold et al., 1992 ; Horkheimer, 1990). Ceci sera déterminant à l’heure de (re)construire une pensée articulée, cohérente et documentée.

2. 2. Reconstruction

  • 13 Ce document synthétise assez bien ce que nous avons appelé la nouvelle pensée économique bolivienne

30La reconstruction de la pensée économique bolivienne va se faire en corrélation avec les bouleversements politiques que la Bolivie va connaître à partir des années 2000. En effet, les rivalités politiques sont extrêmement tendues dans un contexte marqué par la radicalisation des mouvements sociaux, paysans et indigènes. Ces tensions populaires vont en effet devoir accoucher d’instruments politiques articulés autour de programmes et discours cohérents. La pensée économique aura ainsi un rôle important dans la théorisation de ces programmes politiques. Nous essaierons donc de présenter les grandes lignes de cette articulation théorique (toujours en construction) en cherchant notamment à identifier les traits les plus homogènes et partagés. Pour cela nous baserons notre analyse sur le Plan de développement13 (2007).

2. 2. 1. L’hétérogénéité culturelle et productive

  • 14 Le secteur privé traditionnel ne l’est pas en tant que tel.

31Les trois types de données que nous avons présentées auparavant permettent aux penseurs de l’économie bolivienne de prendre conscience de l’hétérogénéité culturelle et productive de leur pays. Cette double hétérogénéité est d’abord complémentaire et à double sens. La diversité des ethnies andines et amazoniennes implique des modes de production et de consommation hétérogènes. Des modes alternatifs d’organisation de la production assurent également la reproduction des pratiques des populations ethniques. Ainsi le Plan de développement (Ministerio de Planificacion del Desarrollo, 2006) stipule, qu’au découpage classique entre secteur public et secteur privé s’ajoutera un troisième secteur : le secteur communautaire. Celui-ci sera composé d’unités de production indigènes ou paysannes et sera une priorité de la stratégie nationale de développement14 (Ministerio de Planificacion del Desarrollo, 2006, Chapitre 5). Enfin, le secteur privé et le secteur communautaire sont tout aussi hétérogènes : micro entreprises urbaines, secteur informel, secteur formel moderne, paysannerie, associations de producteurs indigènes, coopératives, associations d’artisans, communautés d’associations…

2. 2. 2. La qualité distributive

32L’hétérogénéité des modes de production modernes et traditionnels n’est, dans ce cadre-là, pas une contrainte qui freine le développement. La pensée économique issue de la révolution de 1952 avait, comme nous l’avons vu, une volonté assimilationniste qui consistait à « moderniser » les secteurs traditionnels, perçus comme rétrogrades et improductifs. À une volonté assimilationniste de type identitaire (les indiens sont avant tout des paysans), va se superposer une volonté assimilationniste de type économique, cherchant à diluer le système productif traditionnel dans un système moderne, compétitif ou technologique.

33La nouvelle donne intellectuelle cherche, quant à elle, à identifier les potentialités propres à chaque mode de production. Et il ne s’agira pas forcément d’organiser une transition des modes de production traditionnels vers des modes de production technologiques et modernes. Les concepts de complémentarité et de réciprocité, issus de l’anthropologie des cosmologies traditionnelles, seront fortement utilisés pour justifier l’intérêt d’une promotion des structures productives organisées de manière traditionnelle et communautaire. L’action d’un individu étant ainsi perçue comme indissociable de la vie de la communauté et de l’environnement naturel, et, comme le souligne Escobar (2008), il s’agit de « donner, recevoir et surtout rendre ». Donner et recevoir, c’est la base même de l’échange sur lequel se fonde les communautés andines et amazoniennes. Mais la notion du « rendre » implique une dynamique visant à rééquilibrer constamment son milieu économique (Medina, 2006), à la fois par une action sur les autres individus, mais aussi par une action de réciprocité vis à vis des stocks de facteurs de production, notamment la terre (Garcia Linera, 1995).

  • 15 Enfin, il convient de souligner que les formes communautaires d’organisation sociale ne sont pas pu (...)

34L’intérêt de ce mode de fonctionnement réside, pour ces auteurs, dans le fait que les structures productives organisées de manière traditionnelle peuvent se révéler extrêmement modernes dans la mesure où elles permettent d’avancer une solution à la problématique de l’égalité et de la redistribution, dans une société où l’État n’en est pas (ou plus) forcément le garant. C’est la qualité distributive inhérente à ces modes de production qui est mise en avant : une distribution des richesses économiques qui se réalise en amont, selon des règles sociales communautaires15.

2. 2. 3. L’État comme créateur d’équilibres

35L’État, dans ce contexte, doit désormais être le garant de l’équilibre entre les secteurs modernes et traditionnels, entre la forme privée de propriété et la forme communautaire, entre l’action individuelle, l’action des institutions sociales modernes (héritées du modèle républicain) et traditionnelles (héritées de l’histoire parallèle du monde paysan et indien), et l’action sur l’environnement. Il doit donc être un créateur d’équilibres institutionnels et économiques et dans ce sens, il est le garant d’une justice d’accès des différents modes de production aux facteurs de production. Le gouvernement d’Evo Morales va symboliquement orienter ses premières politiques économiques autour de trois éléments qui font référence à cette problématique : nationalisation des ressources naturelles, redistribution des terres à grand échelle (Landivar et Ramillien, 2010) et redistribution du capital via la création d’une grande Banque nationale de développement (Diaz et al., 2006).

36Pour conclure cette partie, il convient de préciser que la NPEB ne semble pas chercher à universaliser sa conception des réalités économiques. En ce sens, elle délimite volontairement son champ d’analyse au territoire bolivien en étant consciente des limites des capacités scientifiques que cela implique.

37Le modèle bolivien chercherait ainsi à « créer une “quatrième voie” indépendante, qui n’est pas basée sur les conceptions occidentales de l’économie et de la démocratie. Cette quatrième voie serait celle du fondement historique, de la justification culturelle, d’un régime économique et politique » (Landivar et Ramillien, 2010).

3. Dynamique de la NPEB, tensions et forces d’attraction

3. 1. La transition : maitriser l’autonomie

38La volonté affichée de créer une réflexion économique et politique autonome va cependant devoir affronter des contradictions et des tensions conceptuelles à plusieurs niveaux. Cette vulnérabilité se profile autour de trois questions : comment assurer la transition d’une économie capitaliste et libérale vers une économie politique basée sur « l’hétérogénéité équilibrée » ? ; comment résister aux influences et forces de pression du monde académique international ? ; comment garantir une autonomie de gestion par rapport aux puissances économiques mondiales ?

3. 1. 1. Le « capitalisme andin amazonien »

39Le concept de « capitalisme andin amazonien » a pour objectif de répondre à la question de l’articulation et de l’équilibre entre le secteur productif moderne et le secteur productif traditionnel.

40La définition du concept de Capitalisme andin - amazonien est donné par celui qui l’a théorisé, Alvaro Garcia Linera : « Il s’agit d’un régime capitaliste au sein duquel les potentialités familiales, indigènes, paysannes, sont équilibrées et articulées autour d’un projet de développement national et de modernisation productive. »

41L’idée essentielle sous-jacente au concept de Capitalisme andin, réside dans l’affirmation et la reconnaissance d’une hétérogénéité du système productif. Cette hétérogénéité puiserait ses racines dans l’échec des politiques nationalistes et républicaines issues de la révolution de 1952. Ainsi, alors que celle-ci visait à assimiler les populations indigènes, prévoyait la disparition des modèles économiques familiaux, paysans, indigènes, annonçait la généralisation du salariat et du fonctionnariat, un demi-siècle plus tard, toutes ces formes d’organisation n’ont pas disparues, voire se sont renforcées sous certains aspects. Une forme alternative de capitalisme devrait, selon ces théoriciens, non pas avoir pour objectif de promouvoir la modernisation des formes micro-économiques informelles, mais plutôt de garantir leur pérennité. Cependant, comme le souligne souvent Garcia Linera, la logique capitaliste d’accumulation d’excédents productifs ne doit pas être combattue en tant que telle, mais devrait être conçue comme un instrument de transfert des excédents issus de l’exploitation des ressources naturelles. Ainsi, les grandes entreprises qui créent cet excédent économique (minerie, hydrocarbures, lithium, acier, ressources forestières…) se juxtaposent au très grand nombre de micro-entreprises et entreprises communautaires ou associatives. Les excédents ainsi créés devront passer sous contrôle national (nationalisation ou du moins renégociation systématique des contrats entre État et multinationales), et devront être utilisés pour promouvoir et financer l’activité des micro-entreprises mais surtout des organisations économiques communautaires, paysannes et/ou indigènes (OECAs). Enfin, pour garantir la pérennité des secteurs économiques traditionnels, informels, indigènes, il convient de garantir leur pérennité légale ainsi que leur reconnaissance politique et juridique. C’est dans ce sens que différentes politiques de redistribution de terres (voire à ce sujet la gestion du gouvernement actuel de la question des Terres communautaires d’origine et de la réforme agraire menée) ont par exemple été menées.

3. 1. 2. La question de la reconnaissance académique

42Comme nous l’avons vu, il est difficile dans le monde académique de pouvoir s’affirmer dans la durée, sans avoir les moyens permettant la diffusion géographique et temporelle de pensées émergentes. Aux yeux de nombreux économistes boliviens, les sciences économiques sont organisées d’une manière hiérarchisée où il est difficile de faire pénétrer des idées émergentes. Les moyens universitaires ne permettent pas de rivaliser en termes de diffusion. Les chercheurs ne peuvent pas se déplacer pour présenter leurs travaux, et il est difficile de publier au sein même du territoire bolivien. Même si la pratique de l’économie en Bolivie est, comme nous l’avons vu, basée sur un empirisme systématique (une grande partie des économistes étant consultant de programme de développement), la diffusion internationale de ces données est relativement limitée. Lorsque le prix Nobel d’économie Stiglitz vient en 2006 apporter ses contributions critiques à l’élaboration du programme de développement, un sentiment de confusion est palpable. Stiglitz reconnaissait le bien fondé des politiques de développement volontaristes entreprises, mais surtout il reconnaissait l’utilité d’une pensée émancipée des écoles classiques (ou importées) de pensée. La confusion occasionnée par cet épisode illustre bien une vraie contradiction. La fierté d’être pris en considération et reconnu par un penseur de renommée internationale, se heurte à un paradoxe évident : la reconnaissance provient du sommet même de la hiérarchie institutionnelle économiste vis-à-vis de laquelle la NPEB tente de se rendre autonome.

3. 1. 3. La question de la maîtrise de la dette comme double « symbole-signifiant »

  • 16 Les trois premières années du gouvernement seront caractérisées par des excédents budgétaires « his (...)

43Dès les premiers mois du gouvernement Morales en 2006, la question de la gestion de la dette extérieure devient importante à un point tel qu’il est impossible de ne pas y voir un symbole fort, un « signifiant » à la fois d’une volonté politique consciente, mais aussi d’un état d’esprit général. Il s’agissait d’abord en effet de ne plus dépendre systématiquement de l’aide internationale, qui a longtemps eu tendance à imposer, en parallèle, des réformes structurelles perçues comme non souhaitables : en remboursant la dette, le gouvernement accroissait sa marge de manœuvre. Mais il s’agissait surtout de montrer au monde qu’un pays de petite taille par sa population et le volume de son économie, pouvait être capable de s’émanciper de l’aide internationale, et donc d’une forme d’assistanat16.

3. 2. Tensions et forces d’attraction

44À ces éléments de vulnérabilité doivent être ajoutés des éléments de tension et forces d’attraction réelles ou conceptuelles qui soumettent la nouvelle pensée économique bolivienne à des situations qui pourraient réduire la marge de manœuvre de celle-ci, voire créer des contradictions internes.

3. 2. 1. Crise du capitalisme et force d’attraction « socialiste »

45Le premier élément qui exerce sans aucun doute une tension au niveau de la pensée économique bolivienne et de ses politiques économiques provient de la situation de crise que traverse le capitalisme mondial. D’abord car, malgré tout, les politiques économiques de transition mises en place par le gouvernement bolivien, se basent, voire utilisent, les données du capitalisme héritées des réformes structurelles engagées dans les années 1980 (une économie basée largement sur les surplus générés par la vente de ressources naturelles, une volonté modernisatrice…). La crise mondiale va notamment remettre en question le mode de financement des programmes de transition ciblés par le Programme de développement. Enfin, la crise du capitalisme actuel va réveiller et actualiser les anciennes thèses socialistes et marxistes de certains penseurs du MAS et donc du gouvernement bolivien actuel. Les rapprochements avec le Venezuela d’Hugo Chavez et le socialisme de Cuba, peuvent être interprétés comme un rapprochement avec l’idéologie socialiste de type classique. Cependant, cette tension est plus palpable chez les idéologues politiques du MAS que chez les penseurs économiques.

3. 2. 2. Économie de marché, hétérogénéité productive et intensité concurrentielle

46La vulnérabilité du modèle économique en Bolivie semble reposer en partie sur une vulnérabilité conceptuelle que nous allons analyser ici. Le concept de Capitalisme andin amazonien tente de tenir compte de l’hétérogénéité du système productif. Il est basé théoriquement sur l’idée d’une articulation entre des structures productives modernes (ou issues de l’histoire coloniale) et des structures productives traditionnelles (ou issues d’une histoire précoloniale). A priori, cette articulation devrait donner un rôle important à l’État, rendant ce concept pertinent par rapport à l’histoire et la réalité économique bolivienne. Cependant, ce concept demeure fragile dès lors que l’on intègre une réflexion sur la dynamique future du système économique. Cette dynamique est caractérisée par un certain nombre de forces d’attraction qui engendrent des mutations importantes dans la structure productive. Les systèmes économiques basés sur l’accumulation, l’investissement, la croissance, la productivité, engendrent des transformations continues (naissances, croissance, disparitions) du système productif. En effet, ces mutations sont elles-mêmes porteuses de gains de productivité, de croissance et d’accumulation. L’organisation (et l’articulation) d’acteurs économiques basée sur une économie de marché va dès lors accentuer ces transformations en rendant la dynamique productive plus intense par le biais notamment de la concurrence. Ainsi un régime d’accumulation capitaliste associé à un fonctionnement libéral du marché augmente la vitesse de mutation des systèmes économiques. Dès lors, nous devons nous demander si le modèle bolivien cherche à limiter les effets du libéralisme économique ou bien s’attaque-t-il aux fondements du capitalisme traditionnel ? Si la réponse réside dans la première partie de la question, le modèle économique bolivien ne fera que freiner l’intensité des forces d’attraction porteuses de mutations des systèmes productifs.

47Ce modèle présente des vulnérabilités à trois niveaux, nous présenterons celles-ci sous forme de questions que nous soulevons. D’abord, toute promotion d’activités économiques (individuelles ou associatives) sera porteuse de gains de productivité, d’investissement et finalement de croissance. Les meilleures entreprises communautaires ou individuelles vont connaître logiquement une croissance, ce qui signifie qu’elles exerceront des forces d’attraction (en main d’œuvre, capital, etc.) et des pressions concurrentielles. Jusqu’à quel point, ces forces dynamiques garantiront la pérennité de l’hétérogénéité du système productif ? Ensuite, ces entreprises, pour croître, devront répondre à une demande plus importante. Celle-ci se trouvant dans les espaces urbains, on peut se demander de quelle manière la force d’attraction des espaces économiques urbains agira sur la localisation des entreprises communautaires rurales. En outre, une question importante est celle de savoir comment la structure économique communautaire réalisera la gestion quotidienne de l’équilibre entre recherche de gains de productivité et qualité distributive.

48Ces trois questions soulèvent le problème de la dynamique du système économique bolivien et ouvrent le champ à de nouveaux défis pour l’État, qui endosse le nouveau rôle de créateur d’équilibres sur le long terme (capacité à équilibrer la structure productive, à équilibrer les espaces urbains et ruraux, à équilibrer de manière décentralisée la promotion de l’efficience économique et la qualité distributive). En garantissant ces équilibres, l’État garantira la pérennité d’une structure productive hétérogène (moderne et traditionnelle, urbaine et rurale, efficace et distributive).

49Ces équilibres sont des contraintes qui s’imposent à la politique économique afin de garantir l’existence du secteur économique indigène, communautaire, associatif et coopératif. L’analyse de Karl Polanyi (1983) sur les organisations sociales sous-jacentes aux modèles économiques a montré en quoi le capitalisme et le libéralisme économique peuvent être des modèles complémentaires et s’attirer entre eux. Si nous considérons que le socialisme est un capitalisme d’État, et que le capitalisme moderne est un capitalisme basé sur l’individualisme, le modèle bolivien devra inventer un système où le capitalisme ne déstructurera pas la forme communautaire au profit d’une organisation sociale libérale et individualiste. Son rôle est donc double : à la fois promouvoir l’hétérogénéité du système productif et le pérenniser. Cela passe donc par la garantie d’un encastrement du modèle économique dans une hétérogénéité de la forme sociale (individuelle/moderne et communautaire/traditionnelle).

3. 2. 3. La question de l’industrialisation de l’hétérogénéité et le paradoxe industrialisation / Pachamama

50Un dernier élément de tension, latent dans le modèle économique bolivien, réside dans la contradiction entre un modèle devenu référence dans l’articulation théorique de la nouvelle pensée économique nationale (le concept de réciprocité et complémentarité vis-à-vis des écosystèmes) et la modernisation technique et industrielle qui néanmoins s’impose dans les structures sociales et économiques boliviennes. Trois éléments, à ce niveau-là, entrent en conflit :

51D’abord la politique d’industrialisation des ressources naturelles, notamment des hydrocarbures, pose un problème à la fois d’émancipation par rapport aux économies étrangères et d’autonomie d’un système productif à l’égard de ces devises. Mais ce sont aussi des problèmes purement écologiques que posent des programmes comme l’industrialisation des mines du Mutun (une de mines de fer les plus grandes au monde) ou du Salar de Uyuni (les plus grandes réserves de Lithium au monde), pour lesquels le gouvernement s’abstient d’étudier l’impact écologique.

52Ensuite, la politique d’industrialisation de l’hétérogénéité productive (promouvoir la modernisation de l’ensemble de la diversité des produits issus de toutes les formes productives existantes), pose un problème d’échelle. Est-ce qu’une dynamique d’industrialisation est compatible avec un équilibre régional, écologique et social ?

53Enfin, les tendances écologiques à fort caractère symbolique sont utilisées massivement par le gouvernement d’Evo Morales. Ainsi, la « Terre Mère » (Pachamama), la complémentarité entre l’homme et la nature, entre l’économie et l’écologie, sont des symboles récurrents utilisés par la rhétorique gouvernementale. Celle-ci, en cherchant à inscrire les discours du président Morales dans la continuité d’un « réveil indigène », ne font qu’exacerber ces contradictions latentes.

Conclusion

54L’analyse de la nouvelle pensée économique bolivienne nous a permis d’identifier les conditions historiques favorables à l’émergence de modèles intellectuels qui se veulent « autonomes ». De la même manière, cette analyse nous a permis d’identifier indirectement les contraintes qui se présentent aujourd’hui à la diffusion d’écoles de pensée issues de pays « pauvres ». Même si la fragilité des modèles avancés par la nouvelle économie politique bolivienne est latente, nous ne pouvons pas ignorer le travail empirique et l’effort de déconstruction que cela représente.

55La question du rôle des économistes dans la crise financière actuelle renvoie à la question de la pertinence des modèles théoriques utilisés. Il semblerait que l’hétérogénéité des formes productives, financières, sociales dans un monde internationalisé rende la réalité économique plus complexe. Réalité complexe et hétérogène que l’on peut saisir en complexifiant les modèles théoriques classiques, mais aussi en encourageant l’émergence de modèles alternatifs, ce qui nécessite une véritable déconstruction volontaire et collective.

Haut de page

Bibliographie

Albo X., Barnadas J. (1984). La cara india y campesina de nuestra historia. Editorial CIPCA, Bolivia.

Almaraz Paz S. (1967). El poder y la caida. El estano en la historia de Bolivia. Editorial Los Amigos del Libro, Bolivia.

Arnold D., Jimenez D., Yapita J. (1992). Hacia un orden andino de las cosas. Editorial HISBOL, Bolivia.

Arze J. (1952). Sociografia del Inkario. Editorial UMSA, La Paz, Bolivia.

Barnadas J. (1978). Apuntes para una historia Aymara. Editorial CIPCA. Bolivia.

Baudin L. (1962). El imperio Socialista de los incas. Editorial Zigzag, Bolivia.

Bouysse-Cassagne T., Harris O., Platt T., Cereceda V. (1987). Tres reflexiones sobre el pensamiento andino. Editorial HISBOL, Bolivia.

Bouysse-Cassagne T., (1988). La identidad aymara. Editorial HISBOL, Bolivia.

Condarco Morales R. (1966). Zarate, el temible Willca. Editorial Renovacion, La Paz, Bolivia.

Diaz M., Landivar D., Baudoin L., Kierig A. (2006). Informe final para la creacion del Banco Nacional de Desarrollo. Ministerio de Planificacion del Desarrollo.

Do Alto H., Stefanoni P. (2006), Evo Morales : de la coca al Palacio, Editions Malatesta, La Paz, Bolivia.

Dory D. (2007), « Une approche géohistorique des dynamiques ethniques en Bolivie », in La catégorisation ethnique en Bolivie, éditions L’Harmattan.

Escobar F. (2008). De la revolucion al Pachakuti. Editions Garza Azul.

Favre Henri (1996), L’indigénisme, éditions Que sais-je ? PUF.

García Linera, A. (1995). Forma valor y forma comunidad. Aproximación teórica abstracta a los fundamentos civilizatorios que preceden al Ayllu universal. Chonchocoro (La Paz-Bolivia).

Garcia Linera A. (2001). Sociologia de los movimientos sociales. Edition La Muela del Diablo, La Paz.

Garcia Linera A. (2005). “La lucha por el poder en Bolivia”, in Horizontes y limites del estado y el poder. Editions La Muela del Diablo, La Paz.

Garcia Linera A. (2006). “El capitalismo andino” in El Mundo Diplomatico. Editions Cono Sur.

Galinier J., Molinie A. (2006), Les néo-indiens, éditions Odile Jacob.

Herrera Enrique (2006), « Droits territoriaux indigènes en Amazonie bolivienne et création de la tacanitude », in Désillusions des politiques multiculturelles, L’ordinaire latino-américain, n° 204 IPEALT.

Horkheimer H. (1990). Alimentacion y obtencion de alimentos en los Andes prehispanicos. Editorial HISBOL, Bolivia.

Lacroix Laurent (2006), « Bolivie : refondation du modèle politique national et tensions politiques » in Observatoire des changements en Amérique latine, Amérique latine 2006, éditions La Documentation française, p. 83-98.

Lacroix Laurent (2006). “Descentralizacion participativa y etnicizacion en Bolivia (1994-2005)”. (Document en ligne, disponible sur le site de l’IHEAL).

Landivar D., Ramillien E., (2010), « Indigénisme, capitalisme, socialisme : l’invention d’une “quatrième voie” ? Le cas de la Bolivie », L’homme et la société, éditions L’Harmattan.

Larrazabal H. (2002). Micro y pequena empresa urbana y periurbana en Bolivia. Ministerio de Trabajo, La Paz.

Lavaud J. P. (2005), « Ethnicisation et politique en Bolivie », Problèmes d’Amérique latine, n° 56.

Lavaud J. P, Lestage F. (2002). “Contar a los indigenas : Bolivia, México, Estados Unidos”, T’inkazos, revista boliviana de ciencias sociales del Programa de Investigación Estratégica en Bolivia (PIEB), n°13, pp. 11-37. Version française in L’année sociologique, vol. 55, n° 2, p. 487-520 (2005).

Lavaud J. P. (2006), « Bolivie : vers l’anarchie segmentaire ? L’ethnicisation de la vie politique », Hérodote, 123, 4e trimestre.

Lora G. (1967). Historia del Movimiento Obrero Boliviano. Editorial Los Amigos del Libro, Bolivia.

MAS – IPSP (2005). Programa electoral. Disponible sur le site http://www.masbolivia.org

Melia B. (1988). Los Guarani Chiriguanos, nuestro modo de ser. Editorial CIPCA, Bolivia.

Medina Javier (2006). Diarquía. Nuevo paradigma, diálogo de civilizaciones y Asamblea Constituyente. La Paz, Garza Azul Editores.

Medina Javier (2006), Suma Qamaña. Por una convivialidad postindustrial. La Paz, Garza Azul Editores.

Ministerio de Planificacion del Desarrollo (2006). Plan de Desarrollo Nacional. (Version CD-Rom est disponible sur le site http://www.ine.gob.bo/).

Nuñez del Prado J. (2009), Economias Indigenas, Estados del Arte desde la Economia Politica y Bolivia, CIDES UMSA Presencia Editores.

Pacto de unidad (2007). Acta de Acuerdo de las organizaciones del pacto de unidad. Mai, (disponible sur le site http://www.cidob.org).

Polanyi K. (1983), La grande transformation, aux origines politiques et économiques de notre temps, éditions Gallimard, 420 p.

Ramirez J., Borda D. (2006). Boliiva :situacion y perspectiva de las MPYMES y su contribucion a la economia. Serie de notas de referencia, BID.

Reinaga Fausto (1970). Manifiesto del Partido Indio de Bolivia. La Paz, Editions PIB.

Riester J., (1993). Universo Mitico de los Chimanes. Editorial HISBOL, Bolivia.

Rist G. (2007), Le Développement, éditions Sciences Po.

Soruco X., Plata W., Medeiros G. (2008). Los barones del Oriente. Editorial Fundacion Tierra, Santa Cruz, Bolivia.

Strobele-Groger J. (2005). “La cooperacion al desarrollo en Europa a descubierto a los indigenas”. Disponible en ligne à l’adresse : http://www.latautonomy.org/EstudioPolitico_DE_StroebeleGregor.pdf

Van den Berg H., Schiffers N. (1992). La cosmovision andina. Editorial HISBOL, Bolivia.

Vicepresidencia de la Republica de Bolivia (2011), Descolonizacion en Bolivia, Cuatro ejes para comprender el cambio. Disponible à l’adresse : http://www.vicepresidencia.gob.bo/IMG/pdf/4-ejes.pdf

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse descriptive en profondeur de l’arrivée au pouvoir du MAS en Bolivie, cf. Landivar et Ramillien (2010).

2 Il est bien sûr important de noter que la nouvelle pensée économique bolivienne n’est pas un corpus scientifique homogène, et sous ce terme nous entendons la pensée économique émanant des économistes travaillant, de près ou de loin, avec le gouvernement d’Evo Morales, ou, ayant contribué aux différents programmes électoraux du MAS (Movimiento Al Socialismo), le parti au pouvoir.

3 Connaissance issue notamment d’une participation à l’élaboration de différentes politiques économiques boliviennes, comme conseiller du ministre du Développement économique de l’époque (Carlos Villegas).

4 Nationaliste est ici pris dans le sens de revendication d’une autonomie du pays dans sa dynamique de développement.

5 Nous pouvons également citer les nombreux travaux des frères Machicado ou Ortiz Mercado dans les années 1960 et 1970, notamment sur les stratégies de développement, planification et industrialisation.

6 À ce titre, il est intéressant de noter que dans presque tous les pays latino-américains, les institutions financières publiques de développement vont continuer à exister (même si leur poids et leurs domaines d’action seront réduits), ce qui ne sera pas le cas de la Bolivie. Or ces institutions sont le symbole par excellence de la place de l’État comme acteur central de la régulation et la promotion du développement.

7 La Banque interaméricaine de développement (BID) peut être placée en position intermédiaire dans la mesure où, dès le milieu des années 1990, elle va apporter son soutien (certes relativement limité) à des programmes de promotion des populations indigènes.

8 Promotion de l’empowerment des populations indigènes.

9 À ce titre, il convient de noter que tous les discours issus de ces mouvements sociaux font référence à la dimension néocolonialiste de la république bolivienne depuis le xixe siècle (MAS, 2006).

10 Pour une synthèse assez complète de cette littérature, voir : Nuñez del Prado (2009) et le document de Vicepresidencia (2011).

11 C’est notamment sous cet angle que le grand recensement national sera effectué en 2001.

12 Pour des discussions sur la méthodologie employée lors de ce recensement, nous renvoyons à la lecture de Albo (2004) ou de Lavaud et Lestage (2005).

13 Ce document synthétise assez bien ce que nous avons appelé la nouvelle pensée économique bolivienne.

14 Le secteur privé traditionnel ne l’est pas en tant que tel.

15 Enfin, il convient de souligner que les formes communautaires d’organisation sociale ne sont pas purement collectivistes car la propriété individuelle (à distinguer de la propriété privée) est inhérente à l’organisation sociale. Ainsi par exemple une famille peut cultiver librement une terre communautaire sans pour autant pouvoir se l’approprier (voir à ce sujet la littérature sur les Terres communautaires d’origine).

16 Les trois premières années du gouvernement seront caractérisées par des excédents budgétaires « historiques » et un désendettement record.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diego Landivar, « Naissance et dynamique de la nouvelle pensée économique bolivienne », Revue de la régulation [En ligne], 11 | 1er semestre / Spring 2012, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://regulation.revues.org/9668

Haut de page

Auteur

Diego Landivar

ROAD, Clermont Graduate School of Management et CERDI, diegolandivar@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page