Navigation – Plan du site
Dossier : Les capitalismes en Amérique latine. De l'économique au politique

La monnaie, la politique et la possibilité d’un mode de développement à nouveau fondé sur le marché intérieur au Brésil et en Argentine

Money, politics and the possibility of a development mode based again on the internal market in Brazil and Argentina
Moneda, política y la posibilidad de un modo de desarrollo de nuevo volcado al mercado interno en Brasil y Argentina
Jaime Marques Pereira

Résumés

Ce travail s’attache à discerner si l’accélération de la croissance grâce à une politique de redistribution et de demande en Argentine et au Brésil durant la dernière décennie signifie l’émergence d’un modèle de développement redonnant au marché intérieur le rôle moteur de la croissance qu’il eut avant la libéralisation. L’analyse est menée en termes de gouvernement de l’action collective. On étudie la formation des anticipations en tant qu’objet d’un gouvernement de promesses de revenus monétaires, adossé au pouvoir de persuasion des discours sur le modèle de développement. Les anticipations sont analysées à partir d’une conception de la monnaie comme fait symbolique, politique et économique. On les appréhende ainsi comme opération cognitive historiquement située que structure la triple propriété fonctionnelle de la monnaie à être : (i) une forme symbolique en tant qu’unité de compte dont l’acceptation repose sur un modèle de développement figurant une visibilité du long terme, (ii) une institution qui incarne le pouvoir politique de garantir un régime d’émission et de change dont la crédibilité détermine la visibilité à moyen terme, et (iii) une valeur de marché des moyens de paiement fixant à court terme celle des divers types de revenus perçus ou à percevoir. Cette analyse montre que l’opposition des choix d’un taux de change compétitif en Argentine et apprécié au Brésil, respectivement associés à une émission accommodante ou restrictive, reflète des agencements spécifiques des groupes d’intérêts qui impliquent pareillement un blocage de la transition à un nouveau mode de développement car ils sont dans un cas comme dans l’autre également soumis au pouvoir monétaire des créanciers dans l’arbitrage entre niveaux de fiscalité et d’endettement public, ce qui empêche tout changement de la structure de financement de l’économie et donc la progression nécessaire de l’investissement dans le secteur domestique.

Haut de page

Texte intégral

1L’Argentine et le Brésil ont connu dans les années 2000 une accélération notable de leur taux de croissance grâce à une progression simultanée de la demande intérieure et des exportations – avant tout des biens primaires mais également des produits manufacturés dans une moindre mesure. Le dynamisme de la consommation observable dans les deux pays depuis 2003 tranche avec les deux décennies précédentes marquées par sa quasi-stagnation liée à une forte volatilité. Cet article s’attache à discerner si ces données nouvelles peuvent ou non être considérées comme l’amorce d’une transition à un nouveau mode de développement redonnant au marché intérieur le rôle moteur de la croissance qu’il eut durant un demi-siècle sous l’impulsion d’une politique d’industrialisation par substitution des importations.

2La réalisation d’un tel scénario est loin d’être acquise. Sa possibilité émerge à la suite du changement politique induit par la crise financière qu’ont subi les deux pays au tournant du millénaire. Par ailleurs, l’envolée de la demande et des cours des matières premières a largement compté. En élargissant les marges de manœuvre de la politique économique, elle a permis que la victoire de candidats à la présidence en porte-à-faux avec le consensus de Washington se traduise par une relance de la consommation, associée à une redistribution des revenus. Le débat auquel a donné lieu cette politique sur son caractère soutenable met particulièrement en question la tendance à la surévaluation de la monnaie que peut impliquer la libéralisation financière. Saluée de façon quasi unanime dans les années 1990 comme moyen d’une désinflation compétitive, nombre d’économistes y voient à présent un facteur aggravant la désindustrialisation qu’a engendrée l’ouverture commerciale et préconisent l’adoption d’un taux de change compétitif comme pilier d’une stratégie dite néo-développementaliste. Cet article s’interroge sur les conditions d’adoption d’une telle stratégie et sa mise en œuvre.

3À l’opposé du réal brésilien qui s’est fortement apprécié du fait de taux d’intérêt élevés, le peso argentin a pratiquement conservé le niveau auquel il fut dévalué en 2002 après la remise en cause de sa parité fixe. Néanmoins, dans un cas comme dans l’autre, la dégradation des comptes extérieurs met aujourd’hui en doute la possibilité de poursuivre la hausse de la consommation. L’analyse que l’on propose de cette impasse commune de politiques économiques pourtant opposées l’attribue à leur gestion respective des conflits distributifs. La comparaison des deux pays dans cette perspective précise les défis politiques d’une stratégie néo-développementaliste sur la base d’une compréhension des régimes monétaires et de change qui rompt avec leur conceptualisation purement normative dominant le débat. Leurs effets macro-économiques sont ici considérés comme un résultat intentionnel (pouvant se révéler erratique) d’un gouvernement des promesses de revenus monétaires par un encadrement institutionnel et cognitif de la formation des anticipations déterminant l’évolution de l’investissement, de la structure financière et de la compétitivité.

4Cette proposition implique une conception institutionnelle originale de la monnaie qui relie sa fonctionnalité proprement économique comme moyen de paiement à sa fonctionnalité politique et symbolique. Le caractère actif de la monnaie est dès lors abordé comme une question de souveraineté monétaire, définie comme expression politique de la nation dans l’énonciation par des signes monétaires de la valeur des divers types de revenus. Cela signifie que l’exercice de la souveraineté monétaire soulève, en pratique, le problème d’un accord social sur leur unité de compte. Cette hypothèse se fonde sur la schématisation qu’a proposée Bruno Théret (2008) de l’interaction entre ces propriétés ou formes fonctionnelles de la monnaie. L’application qu’on en fait met en avant le rôle dans l’action gouvernementale des théories économiques comme référentiel cognitif de la formation des anticipations dont résulte une dynamique macroéconomique.

5L’article commence par préciser cette grille d’analyse vis-à-vis des limites d’une approche normative de l’économie politique pour rendre compte de la centralité du régime monétaire et de change comme levier d’une ré-industrialisation. On justifie ainsi un dispositif théorique caractérisant son rôle de vecteur des changements institutionnels qui conditionnent la compétitivité de l’ensemble de l’économie, définie par la dynamique intersectorielle liée à la répartition. Cette centralité est ensuite analysée dans l’interaction entre les trois formes fonctionnelles de la monnaie, abordées successivement. On met premièrement en évidence une instabilité générique de sa forme symbolique inhérente à la difficulté rémanente d’obtenir un accord social sur une unité de compte commune aux divers types de revenus. Cette fragilité structurelle du système de compte traduit la tension existante depuis le début du xxe siècle entre les deux idées de nation correspondant à un modèle de développement axé sur l’exploitation des ressources naturelles ou également sur l’industrie. La section suivante met au jour la marque actuelle de l’histoire de crises chroniques du système de compte qui en a résulté. Sa spécificité nationale – la continuité d’une oscillation entre les deux modèles en Argentine et d’une recherche de leur conciliation au Brésil – explique le recours à des doctrines monétaires opposées pour fonder un gouvernement des anticipations qui rende possible une hausse de la croissance par la redistribution, néanmoins limitée au côté de la demande dans les deux cas. Cette redéfinition bornée de la fonctionnalité politique de la monnaie implique la permanence de l’insertion internationale qui s’est instituée avec la libéralisation et, par tant, également du régime d’accumulation. La dernière section rapporte ce blocage à la persistance du pouvoir des créanciers de formater une fonctionnalité économique de la monnaie qui accroît la dette publique au détriment du financement du capital productif et donc de la compétitivité. On conclut que l’interaction entre les formes fonctionnelles de la monnaie se noue dans l’arbitrage entre niveaux d’endettement public et de fiscalité qui contraint les compromis distributifs. Vu que cet arbitrage est paramétré par le solde de la balance commerciale, il a permis l’accélération de la croissance et en constitue simultanément le talon d’Achille. Il faut y voir, à ce titre, le principal facteur d’une incertitude de l’action gouvernementale qui reflète dans chacun des deux pays celle du mode de développement.

1. Politique économique et stratégies de développement : le poids du politique dans une conception institutionnelle de la monnaie

6Au cours de la décennie précédente, la hausse de la croissance atteint dans ses meilleures années un taux moyen de 7,4 % de 2003 à 2008 en Argentine et de 4,8 % de 2004 à 2008 au Brésil (CEPAL, 2010). L’optimisme de cette période est maintenant entamé par la dégradation du compte courant, qui s’est accélérée avec la forte relance de 2010 suivant la brève récession de trois trimestres au tournant 2008-2009. Les données présentées dans les sections suivantes montrent que les effets délétères de la désindustrialisation ont pu être minorés par le dynamisme de la consommation des ménages contribuant à une certaine remontée de l’investissement qui a soutenu la hausse de la production de biens manufacturés tant au Brésil qu’en Argentine. La conjoncture externe a par ailleurs favorisé une progression de leur exportation mais leur importation est également croissante et réduit l’excédent commercial depuis 2007, ce qui soulève la question d’un déficit de compétitivité industrielle susceptible de remettre en cause les équilibres externes et budgétaires.

7Le débat sur la désindustrialisation est essentiellement axé sur la menace d’une spécialisation excessive dans la production de commodities, la dite maladie hollandaise. Pour éviter ce scénario, le rôle de la politique économique est tenu pour déterminant sur la base d’une vision des gains de compétitivité industrielle, dérivée du paradigme des failles de marché, aujourd’hui hégémonique. À cette vision, on peut opposer la théorie du rapport entre gains de productivité et gains salariaux dans une représentation sectorielle de l’économie mise en avant dans la tradition marxiste et postkeynésienne (Pasinetti, 1981). Une analyse du régime monétaire et de change comme champ social focal de la redéfinition d’un mode de régulation et donc d’un régime d’accumulation complète cette seconde vision dont on a caractérisé l’actualité pour le cas du Brésil face à la concurrence de la Chine (Bruno, Halévi et Marques Pereira, 2011).

1. 1. La centralité de la politique monétaire et de change

8L’analyse des failles de marché met en avant que l’optimalité de l’allocation des ressources en fonction des avantages comparatifs acquis est conditionnée à l’intervention de l’État visant la réduction des externalités négatives. Ce paradigme oriente deux types d’analyses selon que les failles de marché sont considérées dans le domaine de l’innovation et en ce qui concerne la volatilité ou également quant à la fixation du taux de change.

9Le premier type d’analyse fait le pronostic que les gains d’exportation dans le secteur primaire ne conduisent pas à la maladie hollandaise si, d’une part, l’État met en place les incitations à l’innovation technologique et à l’investissement en capital humain et si, d’autre part, il se dote des capacités budgétaires lui permettant de conforter la résilience à la volatilité des cours des commodities par une dépense publique plus forte quand leur baisse induit une récession. Ce type d’analyse véhiculée par les organisations internationales conduit à critiquer la hausse pro-cyclique de la dépense publique et la faiblesse des politiques de l’éducation, observables au Brésil et en Argentine (Cardoso et Holland, 2009).

10Cette approche paraît insuffisante aux nombreux économistes qui soulignent la centralité macroéconomique du taux de change. L’analyse qu’en propose Bresser-Pereira (2009) occupe une place notable dans la critique de la politique économique brésilienne. Elle préconise un taux de change compétitif comme pilier d’une stratégie dite néo-développementaliste valant pour les pays à revenu moyen. En synthèse, dans des économies fortement exportatrices de ressources naturelles, la maladie hollandaise se matérialise par un taux de change qui, à défaut d’être régulé, tend à se fixer en fonction de l’équilibre de long terme du compte courant sur un niveau qui grève la compétitivité-prix de la production industrielle même si celle-ci utilise des techniques de pointe. C’est donc là une faille du marché des changes qui doit être résorbée par une politique de taux administré visant à le maintenir au niveau d’équilibre de long terme des échanges industriels. L’analyse que fait l’auteur du cas brésilien (Bresser-Pereira, 2010) met toutefois en évidence la difficulté pratique d’une telle politique de change compétitif vu la coalition d’intérêts autour de ce qu’il appelle un « populisme cambiaire ». Celui-ci se caractérise par le maintien d’un taux d’intérêt élevé poussant l’appréciation du taux de change réel au-delà du niveau d’équilibre du compte courant, ce qui favorise les rentiers de la dette publique et les salariés (par la composante importée de leur consommation).

11La croissance bien plus élevée de l’Argentine peut certainement être associée à l’adoption d’une telle politique de change compétitif. Celle-ci est d’ailleurs théorisée comme étant une véritable politique de développement au travers de ses effets escomptés de l’accroissement de l’investissement dans les biens d’exportation et dans la production des biens exposés à la concurrence étrangère grâce à la baisse du coût du travail en dollar et au plus fort ratio emploi/produit qui peut en résulter (Rapetti, 2005). On peut toutefois s’interroger sur les limites du taux de change déprécié pour contrer la désindustrialisation. Le passage de l’excédent du commerce extérieur avec le Brésil qui avait prévalu dans les années 1990 à un déficit croissant depuis 2003 en constitue un clair indice vu la progression équivalente dans les deux pays du coût unitaire du travail pondéré par le taux de change bilatéral. Ce déficit suggère que la désindustrialisation est bien plus accentuée en Argentine du fait d’une libéralisation plus large et précoce, initiée dans les années 1970, qui aurait fait disparaître des pans entiers du secteur industriel (Salama, 2011). Ce déficit avec son principal partenaire commercial serait alors d’autant plus inévitable avec un taux de croissance quasiment deux fois plus élevé.

  • 1 La Chine est la destination d’exportation de plus forte expansion dans les années 2000 pour ces deu (...)

12Une compréhension de la désindustrialisation qui prenne en compte la structure sectorielle de l’économie prend toute son importance au regard de la progression des échanges avec la Chine dans le commerce extérieur tant de l’Argentine que du Brésil. La menace d’aggravation de la désindustrialisation que représente la Chine doit s’évaluer au-delà des données actuelles1 si l’on considère que sa puissance manufacturière n’est pas réductible à des salaires bien plus bas et à un taux de change compétitif mais qu’elle engage par ailleurs la mise à profit par un État dirigiste du développement passé de l’industrie lourde pour la reconvertir en un secteur de biens de production qui contribue également à réduire le coût du made in China. Les gains de productivité associés à la structure sectorielle de l’économie constituent dès lors une dimension fondamentale du défi que soulève l’asymétrie des échanges de l’Argentine et du Brésil avec la Chine (Bruno, Halévi et Marques Pereira, 2011). La demande croissante de matières premières et biens alimentaires de la Chine aura des effets de moins en moins favorables à mesure que s’accroît sa compétitivité dans les biens à plus forte valeur ajoutée. Leurs prix seront d’autant plus inférieurs à ceux de la production locale que ses coûts plus élevés en travail direct ne pourront être compensés par de moindres coûts en travail indirect en raison de l’importation croissante de biens de production importés des pays développés.

  • 2 La Chine en constitue le contre-exemple. Le maintien d’un bas coût du travail direct et indirect y (...)

13La capacité des politiques publiques à induire une ré-industrialisation se pose par rapport à cette concurrence. Certes, elle concerne une régulation de l’ouverture par le taux de change et une politique industrielle. Celle-ci n’est pas néanmoins qu’une question de mise sur pied d’un système technique d’innovation mais aussi de dynamique macroéconomique liée à une complémentarité intersectorielle qui suppose une évolution parallèle des gains de productivité et des salaires dans un régime de croissance tiré par le marché intérieur2. L’analyse ci-après des caractéristiques de la croissance récente de l’Argentine et du Brésil montre que cette condition s’est mise en place sans que soit pour autant suffisante la progression de l’investissement et que c’est là un facteur endogène d’épuisement des régimes de croissance actuels résultant de la permanence de la progression des gains financiers qu’induit l’endettement public. Une croissance soutenable interroge la possibilité d’un lien entre répartition et compétitivité qui renouvelle son efficacité d’autrefois propre à des régulations de type fordiste dans le cadre de la nouvelle division internationale du travail.

  • 3 Il faut rappeler que le projet de compléter la matrice industrielle était précisément l’objectif ex (...)

14La question de la résorption du déficit de compétitivité industrielle pose celle de l’évolution possible des matrices productives. Au-delà de ses caractéristiques techniques et de ses conditions internationales3, on aborde ici les conditions sociétales de nouvelles modalités de la répartition fonctionnelle des revenus, déterminant le régime d’accumulation. C’est là une question de changement institutionnel, telle que la soulève la théorie de la régulation. Dans cette perspective, on s’attache à détecter si la dynamique politique nouvelle au fondement de politiques économiques visant l’accélération de la croissance peut ou non déboucher sur une redéfinition de compromis sociaux institutionnalisés qui donnerait lieu à un régime de croissance fondé sur des gains de compétitivité au-delà du secteur primaire. L’hypothèse de centralité de la monnaie dans la conformation d’un gouvernement économique de l’action collective, qu’on expose à la suite, oriente l’analyse des entraves et de la possibilité d’un tel changement institutionnel.

1. 2. La nécessité d’un cadre conceptuel original

15La méthode qu’on mobilise part donc de la prémisse que l’action de la politique monétaire et de change est au premier chef d’ordre cognitif en ce qu’elle vise à orienter la formation des anticipations. Les choix privés qui en résultent conforment le caractère performatif du modèle de développement et donc de sa théorie dans la réalité observable d’un mode de développement. De cette prémisse, on déduit que la conjonction entre un mode de régulation et un régime d’accumulation, par laquelle se définit le concept de mode de développement dans la théorie de la régulation, se concrétise dans la formation des anticipations qu’ordonne l’interdépendance entre formes fonctionnelles symbolique, politique et économique de la monnaie. L’encadré ci-dessous précise les traits caractéristiques de cette triple propriété de la monnaie qu’on retient de l’analyse de Théret pour en expliciter les implications analytiques en termes de gouvernement économique.

Les trois états et formes fonctionnelles de la monnaie
La monnaie est un fait social total par ses conditions d’existence sous trois états simultanés, inhérents aux formes fonctionnelles contingentes que prennent ses propriétés. Celle d’unité de compte est un état d’existence de la monnaie par lequel l’acteur incorpore une symbolisation nombrée des valeurs permettant la fixation des prix. Le moyen de paiement est un état d’existence de la monnaie qui l’objective en bien marchand. À ces propriétés couramment reconnues de la monnaie, s’ajoute dans ce schéma celle que lui confère un état d’existence institué. Les deux premières sont en fait instituées par les autorités fixant les règles d’émission de ces moyens de paiement et de fixation de leur convertibilité, notamment avec ceux du reste du monde, donc le régime de change.
Ces propriétés recouvrent des formes fonctionnelles contingentes – symbolique, économique et politique – qui leur sont propres et interdépendantes, ce qui explique la monnaie comme fait social total. Les moyens de paiement ont dans l’échange et le financement une fonctionnalité proprement économique, associée à l’état de la monnaie qui l’objective en marchandise. Leur valeur et leur émission sont régulées par une autorité monétaire qui remplit ainsi une fonctionnalité proprement politique car ses décisions conditionnent les compromis distributifs qui sont, à ce titre, constitutifs des régimes monétaires et de change. Dans son existence à l’état de signes de la valeur, la monnaie recouvre une fonctionnalité proprement symbolique en définissant un système de compte et de paiement faisant de la communauté politique également une communauté monétaire ; ceci, pour autant que leur adéquation ou, plus concrètement, celle entre les valeurs sociales et les valeurs des moyens de paiement permette aux unités de compte d’être incorporées aux pratiques d’échange au même titre que peut l’être le langage.

16Cette définition de la monnaie conduit à reconsidérer son caractère actif sur le plan macroéconomique au regard du rôle de l’unité de compte dans la fixation des prix relatifs. Dans les deux cas ici étudiés, l’unité de compte s’est doublée de façon manifeste pendant les périodes de haute inflation d’une pluralité de modes de calcul des valeurs, que donnent à voir les taux de mark up correspondant aux objectifs de marges et divers indices ou clauses d’indexation des actifs, voire également des salaires. On se confronte ainsi à une procédure de fixation des prix relatifs par laquelle l’unité de compte que constitue la monnaie nationale se démultiplie dans les paiements des divers types de revenus. Les régimes de haute inflation ayant prévalu près de deux décennies dans les deux pays ont été une manifestation évidente du conflit distributif à l’œuvre dans la fixation de l’unité de compte elle-même mais cela est également décelable, verra-t-on, dans les régimes actuels au travers de l’impact du prix de rapport des actifs financiers (dans ce cas, les bons du Trésor) sur les prix relatifs.

  • 4 Les modes de calcul de la valeur actionnariale et ce qu’ils impliquent sur celui des salaires peuve (...)

17Une première conséquence analytique du système de compte, au-delà de la spécificité des deux cas analysés4, est qu’il constitue un dispositif institutionnel central de la régulation économique. Par son interdépendance avec les autres fonctionnalités de la monnaie, il définit les conditions monétaires de la régularité du régime de croissance dans l’articulation des échelles temporelles de la formation des anticipations. L’acceptation sociale du système de compte traduit la prévision que donne du long terme un modèle de développement. Le régime monétaire et de change est, par ses effets macroéconomiques, une garantie de la stabilité à moyen terme de la croissance. Cette garantie implique son incidence sur le mode de régulation quant à la cohérence temporelle qu’il peut conférer (ou non) aux effets conjoints de l’ensemble des institutions. Les valeurs courantes des flux de paiements et les valeurs actualisées des engagements financiers conforment le régime d’accumulation.

18Une seconde conséquence de cette centralité sociétale de la monnaie est une analyse de l’économie politique des coalitions de groupes d’intérêts considérant la fabrication sociale des choix de politique économique comme un processus de conciliation ex post par la répartition des revenus qui découle notamment des unités de compte utilisées dans la fixation des prix relatifs. La monnaie nationale n’est que le nombre du compte dans le calcul de la valeur escomptée pour ceux qui ont un pouvoir de fixation des prix. C’est là un pouvoir monétaire complexe qui engage l’exercice de la souveraineté politique en matière monétaire. Le schéma qui suit donne une figuration de la centralité qu’on attribue à la monnaie dans les effets du gouvernement économique de l’action collective dont dépend la conformation d’un mode de développement, tel qu’on l’analyse ci-après.

19L’exercice du pouvoir monétaire dans la fixation des prix relatifs a une histoire. L’analyse de l’interdépendance des formes fonctionnelles de la monnaie dans les deux pays en question permet de discerner la marque d’une histoire des compromis distributifs sur leur régime monétaire et de change actuel. Il faut dès lors rapporter à cette histoire les obstacles encore présents à une réorientation du régime d’accumulation qui concilierait la progression de la demande intérieure et la préservation de l’équilibre externe. La différence de choix de politique monétaire et de change reflète celle entre la permanence dans l’histoire d’une recherche de conciliation des groupes d’intérêt au Brésil et, au contraire, celle de leur opposition frontale en Argentine. Le caractère néanmoins encore limité de cette conciliation au Brésil montre que celle-ci y demeure également marquée comme en Argentine par une tension irrésolue entre deux modèles de développement, que révèlent des systèmes de compte témoignant dans les deux cas d’une gestion du conflit distributif qui rend le régime d’accumulation insoutenable sur le plan des équilibres externe et budgétaire.

Figure 1 : Formes fonctionnelles de la monnaie et mode de développement

Figure 1 : Formes fonctionnelles de la monnaie et mode de développement

2. La monnaie au cœur de la tension entre modèles de développement : incertitude sur la fonctionnalité symbolique

20Cette tension prend racine dans l’alternative à laquelle se confrontent les élites depuis le début du xxe siècle entre deux modes possibles de développement. L’énorme expansion du secteur agro-exportateur au cours de la seconde moitié du xixe fut à l’origine d’une substitution des importations industrielles que favorisait une politique de dépréciation du taux de change élevant le revenu des exportateurs en monnaie nationale. Dans les premières décennies du xxe siècle, se forgent ainsi deux représentations de la nation. Elles s’expriment par des discours concurrents qui opposent un développement uniquement fondé sur les avantages comparatifs du secteur primaire ou sur la possibilité de l’impulser également par l’industrialisation. À la suite de la crise mondiale de 1929, qui avait fait s’effondrer de moitié la demande et les prix des denrées exportées, l’industrialisation par substitution des importations s’est imposée comme modèle de développement protectionniste. Après son abandon dans les années 1990 sous le feu de la critique néolibérale de l’État, les limites à l’accumulation du capital attribuables à la concentration excessive des revenus se reposent dans les années 2000 avec deux paramètres nouveaux qui définissent la contingence actuelle des formes fonctionnelles de la monnaie : un desserrement de la contrainte externe et la contrainte politique à une reconfiguration des compromis distributifs qui demeure, on le verra, très partielle. À la croisée de ces deux nouvelles donnes, le poids de l’histoire définit une alternative entre un modèle d’économie rentière et un modèle de développement qui viserait à résorber le déficit structurel de compétitivité industrielle et rendre ainsi viable le projet de société salariale qu’avait conçu la volonté gouvernementale d’industrialisation.

21La fonctionnalité symbolique actuelle de la monnaie est en propre l’expression de cette histoire. Elle déteint sur la redéfinition de sa fonctionnalité politique que pourront mener les gouvernements. Ils ne pourront solder cet héritage au point de remettre en cause le pouvoir monétaire des créanciers de l’État à fixer l’unité de compte de leurs revenus et, par là même, celles de l’ensemble des moyens de paiements définissant la fonctionnalité économique de la monnaie.

  • 5 L’endettement externe inaugure dans les deux pays à partir des années 1970 la pratique actuellement (...)

22La sortie des crises d’hyperinflation dans les années 1990 par le biais de l’ancrage du change et de la libéralisation n’avait pas conduit à modifier la nature des compromis distributifs, ni au Brésil ni en Argentine. Bien au contraire, la primauté aux gains financiers, qui s’était mise en place depuis les années 1970 au travers de l’endettement externe privé et que consolide l’endettement externe public dans les années 19805, est pérennisée dans chacun des deux pays. Par contre, la sortie des crises de l’ancrage du change va reformuler dans les deux cas la teneur des compromis distributifs en mettant à profit le desserrement de la contrainte externe pour concilier une progression conjointe des salaires, des revenus de transfert, des profits et de la rente financière, ce qu’expose la section suivante.

23Cette évolution traduit une dynamique politique commune aux deux pays mais elle présente des différences marquantes dans le degré de conflictualité entre groupes d’intérêt. Cette marque différente des temps longs oppose, a-t-on dit, une oscillation récurrente entre deux conceptions de la nation et du modèle de développement en Argentine à la tentative au Brésil, cependant inaboutie, de les concilier. Tant un pays que l’autre se caractérisent dès lors par la permanence de ce qu’on peut appeler une fonctionnalité symbolique incertaine de la monnaie impliquant des crises récurrentes du système de compte qui se manifestent par des crises de la dette publique qui remettent en cause les régimes de change. Les nouveaux compromis distributifs n’ont pas levé cette incertitude.

2. 1. Argentine : le conflit récurrent entre deux visions de la nation

24L’adoption par le gouvernement de Carlos Ménem en 1991 d’un régime monétaire de currency board (fixant l’équivalence au dollar de la monnaie nationale et réglant son émission en fonction de la couverture de la base monétaire par les réserves de change) ne peut être assimilée, comme le firent la plupart des analyses, à un simple choix technique inéluctable pour restaurer la crédibilité du contrôle monétaire et enrayer une troisième menace d’hyperinflation. Le big bang de libéralisation qu’a rendu possible la garantie de la parité traduit une volonté gouvernementale de redéfinir les valeurs sociales au fondement de la communauté nationale en adoptant un modèle de développement qui suit à la lettre les prescriptions du consensus de Washington (Marques Pereira, 2007). C’était là une reconversion idéologique radicale pour un gouvernement issu du Parti justicialiste portant l’héritage du projet de société salariale incarné par la figure mythique du général Perón, lequel avait institué au cours de sa première présidence (1946-1955) l’universalité des droits sociaux et inauguré une politique de croissance tirée par l’élévation des salaires.

  • 6 Ce fait est décrypté par l’analyse très éclairante d’une interview d’un conseiller du ministre des (...)

25La redéfinition du projet de nation entreprise par le gouvernement Ménem était perçue comme une condition fondamentale de la possibilité d’enrayer l’inflation par le moyen d’un currency board6. C’était là rééditer le pari libéral qu’avait déjà tenté le régime militaire (1976-1983), à savoir un renversement des rapports de force entre groupes d’intérêts par la voie d’une restructuration économique. Cette première expérience de libéralisation économique tablait sur une désindustrialisation relative comme moyen d’anéantir le pouvoir des syndicats (Schvarzer, 1986). Cet objectif implicite ne fut pas atteint mais la politique économique donnera à l’ancienne oligarchie agro-exportatrice l’occasion d’étendre la diversification de ses sources de revenu entre la finance, la rente agricole et les profits de monopoles conjoints avec le capital multinational dans l’exploitation du marché interne (Basualdo, 2001). Cette analyse a montré en outre que l’ensemble des mesures de libéralisation mises en œuvre par le Plan dit de convertibilité, accompagnant l’édiction de la loi du même nom fixant la parité nominale du peso au dollar, aura permis la consolidation des nouveaux groupes économiques qu’avait fait émerger la libéralisation des années 1970. Les paris sur la valorisation des actifs dans les services publics privatisés et sur les intérêts de la dette publique en furent le principal levier. Se ressoude ainsi, dans les termes de l’auteur, une « communauté d’affaires ». Celle-ci réintègre en son sein grâce à ce plan les créanciers externes de la dette publique et les multinationales qui s’en étaient écartées à la suite de la dégénérescence du contrôle monétaire dans les années 1980.

26Cette consolidation patrimoniale a été rendue possible par la conversion néolibérale du Parti justicialiste. Ce qui nous intéresse ici plus particulièrement est le caractère performatif d’une représentation de la nation identifiée à la libéralisation. Deux questions semblent plus significatives : la gestion de la pauvreté et la pacification inachevée de la tournure militaire qu’avait prise le conflit distributif. Le premier point conduit à estimer que le Plan de convertibilité préserve l’image historique du péronisme comme dépositaire de la figure du peuple (Tizziani, 2007). Cette auteure l’explique par l’engagement d’une nouvelle génération de militants se conformant à l’idée que l’intégration des exclus dépend essentiellement des politiques de lutte contre la pauvreté une fois que la bonne marche de l’économie dans le contexte de la globalisation ne laisserait d’autre alternative à leurs yeux que le choix du libéralisme. Le second point, complémentaire de cette analyse, souligne la force symbolique du nouveau discours économique libéral qu’emprunte la rhétorique gouvernementale (Blaum, 2007). Cette hypothèse fait de l’assimilation du citoyen à un simple agent économique une opération de refoulement collectif de la division tragique de la nation, héritée des années 1970 au cours desquelles la résistance syndicale à la politique économique du régime militaire avait mené une partie des militants péronistes et de mouvements d’extrême gauche à une guérilla qui fera l’objet d’une répression sanglante, vécue comme traumatisme national.

27Cette refondation libérale de la nation va s’effondrer avec la perte de crédibilité de la parité du peso qui débute en 1998 dans la foulée de la remise en cause des ancrages du change en Asie et, plus particulièrement du fait de sa contagion au Brésil, lequel représente alors plus du tiers des exportations. L’effondrement du régime de currency board sur lequel débouche à la fin 2001 une fuite de capital s’amplifiant depuis 1998 donnera lieu à un renversement aussi radical du projet de nation que celui ayant accompagné sa mise en place, ce que signale avec emphase la nouvelle rhétorique gouvernementale solennisant l’opposition au FMI comme fruit d’une volonté de suivre un « modèle de développement productif avec inclusion sociale ». La théorisation hétérodoxe de la maximisation du niveau d’emploi par un taux de change compétitif en économie ouverte en est le référent cognitif.

28Cette alternance de modèles s’inscrit dans une histoire longue qui oscille régulièrement entre ces deux visions inconciliables de la nation depuis le début du xxe siècle. Le nouveau projet de développement est présenté comme une remise en cause directe du pouvoir des groupes d’intérêt liés au secteur primaire d’exportation. Cela ne signifie pas pour autant, ainsi que la section suivante le montre, que ce projet ne leur ait pas été profitable. L’impasse historique de la conciliation politique des intérêts qui engagerait une conception partagée du développement s’est reproduite en dépit de l’expansion simultanée des différents types de revenus.

2. 2. Le Brésil : conciliation autour de la permanence d’un projet de développement industriel

29A cette configuration conflictuelle structurelle, on peut opposer la permanence de la recherche de conciliation observable dans l’histoire brésilienne contemporaine. Le régime militaire brésilien (1964-1984) s’inscrivait déjà dans cette continuité. Dans les années 1970, celui-ci abandonne ses velléités libérales de départ et, à l’opposé de l’Argentine, met en place un ambitieux plan de développement qui vise à parachever l’industrialisation dans le secteur de biens de production en même temps que la modernisation de l’agriculture d’exportation, essentielle pour assurer l’équilibre externe. La baisse des salaires réels y était également programmée. Dans ce cadre, elle est un moyen de compenser un coût de production unitaire plus élevé que dans les pays développés en raison de la taille insuffisante du marché interne pour les industries à économie d’échelle, ceci en complément aux subsides à l’expansion des biens de production et à l’exportation de biens industriels. Cette stratégie parvient pour un temps à engendrer un cercle vertueux de croissance que couronne ce qui fut alors qualifié de miracle brésilien au vu des taux de croissance avoisinant les 10 % entre 1968 et 1972. Mais, comme en Argentine, du fait de la montée des conflits distributifs, la politique monétaire devient bien trop accommodante. Elle finira par dégénérer pareillement dans les années 1980 en menace d’hyperinflation incontrôlable du fait du cercle vicieux entre la hausse des prix et l’explosion de l’endettement externe. La solution d’un régime d’ancrage par bandes de flottaison que choisit le gouvernement brésilien était plus souple que le currency board argentin. À cette différence, il faut ajouter une ampleur de la libéralisation, bien plus limitée au Brésil. La conservation des banques publiques fédérales et du monopole public de gestion de l’exploitation du pétrole ou encore le maintien d’un régime de protection sociale par répartition témoignent de la permanence au sein de l’administration publique et du système politique d’une volonté de défense et réactualisation de l’ancien modèle de développement impulsé par l’État (Sallum, 2001). L’ancrage du change n’a pas moins constitué comme en Argentine le moyen d’une relance de l’endettement externe, ici aussi confortée par les privatisations. La liquidité retrouvée du marché de la dette publique est aussi affaire de croyances mais celles-ci seront démenties par l’évolution du compte courant. Même les nouvelles opportunités de gains dans les services collectifs, sur lesquels se porte d’ailleurs comme en Argentine le gros de l’investissement direct étranger, engagent la conviction en les vertus de la concurrence pour accroître la compétitivité dont dépend la crédibilité de l’ancrage du change. Certes, la productivité progresse de façon significative mais la réduction du déficit commercial est lente et le rapatriement des profits s’accroît plus rapidement comme en Argentine.

  • 7 Brasilio Sallum, “Mesa redonda os desafios da presidente; Um país em transição”, (Table ronde les d (...)
  • 8 Le sens donné au modèle dit néo-développementaliste est modulé par son appropriation politique que (...)

30Ni la première crise de change que connaît le Brésil en 1998 dans la foulée des crises asiatiques et russe, ni sa répétition en 2002 que déclenche la perspective d’une alternance à gauche, n’ont dégénéré en une crise de l’ensemble des formes fonctionnelles de la monnaie comme ce fut le cas Argentine. La crise de 1998 ne fut qu’un choc externe provoqué par le retrait soudain des capitaux traduisant la perte de crédibilité de l’ancrage du change. La croyance en la stabilité du change se rétablira une fois exorcisé le risque, à l’origine de la crise de 2002, d’un bouleversement politique radical que craignaient les créanciers. L’anticipation de l’élection de Luiz Ignacio da Silva, dit Lula, leader du Parti des travailleurs, fer de lance de la contestation du néolibéralisme, avait entraîné une nouvelle fuite de capital. Celle-ci sera enrayée par l’engagement solennel au maintien de l’orthodoxie qu’a pris le candidat pour garantir son élection. Il faudra attendre le retour de la confiance des créanciers de la dette publique pour que se concrétise une volonté politique de rendre la rigueur monétaire compatible avec un soutien de la demande intérieure. L’accélération de la croissance grâce aux effets distributifs de la politique économique redéfinit alors le compromis doctrinal entre les deux modèles concurrents qui s’affrontaient depuis les années 1990 dans la dispute symbolique et politique sur la vision d’avenir de la nation. Le compromis entre modèles libéral et néo-développementaliste est redéfini par l’ajout à ce dernier d’un volet distributif7. Le premier s’était traduit par la mise en application en 1994 du Plan Real, désignation de l’ensemble des mesures de libéralisation par la nouvelle dénomination de la monnaie, l’associant ici aussi de la même façon à une nouvelle vision de la nation qui gage la crédibilité de l’ancrage du change. Le second modèle est le projet d’une adaptation à un monde globalisé de l’ancien modèle de développement impulsé par l’État. Son actualisation n’intègre que les nouvelles théories de la croissance et du commerce international justifiant la nécessité de l’État dans l’accroissement de la compétitivité. Ses principaux organismes d’appui financier et technologique n’ont pas été démantelés. À ce second modèle s’adjoint avec le gouvernement Lula une volonté de redistribution. Il faut ajouter qu’une partie du patronat est acteur de la promotion de la vision néo-développementaliste (Diniz et Boschi, 2007). La question du taux de change fait l’objet d’intenses controverses8.

2. 3. Crises du système de compte tant au Brésil qu’en Argentine

31Les crises de régimes de changeque provoque l’endettement externe ont été perçues comme le résultat d’erreurs de politique économique ou de sa soumission à la recherche de rentes. La révision théorique dont elle est l’objet à la suite de ces crises est l’occasion d’une réorientation des promesses de revenus monétaires. Ce fait cognitif témoigne que les crises de change sont des crises des systèmes de compte reflétant le grippage, voire une crise des autres formes fonctionnelles de la monnaie.

  • 9 Miguel Bruno (2005) parle de régime de crise, le paradoxe se justifiant par un régime d’instabilité (...)
  • 10 L’endettement externe des années 1970 fut pour une part importante du ressort du secteur privé dans (...)

32Dans les régimes de haute inflation, le changement constant des règles d’indexation impliquait une aggravation endogène de l’endettement public. Celle-ci est le signe d’une rupture de la communauté de paiement reflétant celle de la communauté politique. Cette rupture signe l’arrivée à ses limites de l’ancien mode de développement visant l’industrialisation rétro-alimentée par l’expansion du marché interne. Ces régimes de haute inflation peuvent être en fait caractérisés par l’expression paradoxale de régimes monétaires de crise (on pourrait dire en crise larvée)9 une fois qu’ils ancraient les anticipations à deux variables dont l’interaction s’avère explosive : 1) la spirale prix-salaire qu’a impliquée la radicalisation du conflit entre salaires et profits « désirés », tel qu’on peut le caractériser dans une conceptualisation postkeynésienne ; 2) la prévision des dévaluations nécessaires au règlement du service de la dette externe10. Le caractère inertiel qu’acquiert l’inflation fait porter le conflit distributif sur les calculs de fixation des taux de marges et des indices d’indexation des salaires et des actifs. Le conflit distributif s’aggrave au point de porter sur la définition même de l’unité de compte. La communauté des moyens de paiement se divise alors en trois types d’unités du calcul de la quantité qu’il est possible d’en obtenir selon les types de revenus. Les salaires en ont une qui est, elle-même, démultipliée en taux d’indexation variables en fonction de la force localisée des revendications. Les profits en ont une autre, également variable, en fonction des pouvoirs de marché fixant les taux de mark up qui préservent, voire accroissent, leur valeur réelle. L’unité de compte des revenus financiers est le taux exigé de la prime de risque sous-jacente au taux d’intérêt de la dette publique qui s’accroît en fonction des prévisions d’inflation et de dévaluation. Les anticipations se bornent au très court terme. La politique monétaire ne peut que valider cette régulation problématique du système de compte. Sa défaillance trouvera une solution dans la reconversion doctrinale de l’action gouvernementale. Aux vertus escomptées de la planification industrielle, réduite à néant depuis dix ans par la crise fiscale de l’État, se substituent celles de la concurrence et de la crédibilité de la politique monétaire qui réconfortera les créanciers de la dette publique dont la perte de liquidité due à l’inflation focalise alors l’agenda gouvernemental.

33L’adoption de régimes de change fixe ou quasi-fixe et de restriction de l’émission, conjointement avec la libéralisation, met fin à l’inflation. La stabilité du système de compte ne sera cependant pas assurée sur le long terme. Les processus sont semblables dans les deux pays. L’ancrage nominal des prix est stabilisé par la prévisibilité du change mais c’est là une croyance, qu’elle soit en Argentine sacralisée par une inscription dans la loi constitutionnelle de la banque centrale ou qu’elle ne repose au Brésil que sur la perception (théorique) des marges de manœuvre de la politique économique. La croyance n’en demeure pas moins soumise à l’évolution (mal) prévue de l’équilibre budgétaire et des comptes externes.

34La relance de l’endettement externe pour couvrir le déficit prévisible du commerce extérieur était apparemment assurée. Elle fut confortée par les clauses de la privatisation qui assurent les perspectives de rendement outre la possibilité de payer en partie les actifs concernés au moyen des bons du Trésor à leur valeur faciale alors que leur valeur de marché s’était effondrée. La théorie de la crédibilité importée semblait validée par la valeur nominale prévisible des actifs productifs et financiers. L’abaissement des droits de douane et l’appréciation du change réel devaient stimuler les gains de compétitivité, gage des revenus futurs réputés assurer le service d’un endettement externe dont la hausse était dès lors tenue pour temporaire. Ces gains furent effectivement obtenus grâce à la réorganisation du travail et l’importation de biens d’équipement rendus meilleur marché par l’appréciation du change réel. L’aggravation initiale du déficit commercial semblait pouvoir se résorber mais la crise asiatique mettra en doute la théorie de la crédibilité sur l’ensemble des marchés émergents. L’arrêt soudain du financement externe a induit la dévaluation forcée par les marchés.

35Il faut par ailleurs observer que l’ancrage du change n’avait pas fait de la monnaie nationale une unité de compte véritablement unique. La dette publique était soit émise en dollars soit assortie de paiements d’intérêts au taux courant au moment de les solder. Seules les unités de compte relatives aux profits et salaires ont pu être unifiées car la baisse relative de ces derniers était mise en œuvre sur le marché du travail et l’organisation de la production.

  • 11 En Argentine, l’alternance à proprement parler est en fait un retour d’une partie du Parti justicia (...)

36L’alternance politique qu’a provoquée dans les deux pays11 la crise de l’ancrage du change rouvre le débat sur le modèle de développement. Il n’est pas tranché à ce jour. La fonctionnalité symbolique de la monnaie demeure ainsi frappée d’une incertitude impliquant que les politiques monétaires et de change nouvelles (le changement est très relatif dans le cas du Brésil) n’aient pu résoudre la fragilité structurelle du système de compte des valeurs propres aux différents types de revenu mais seulement le rendre capable d’accélérer le taux de croissance. La redéfinition libérale des modes de régulation dans les années 1990, ne sera remise en cause qu’à la marge. Les régimes d’accumulation n’ont pas été véritablement modifiés. Le changement s’est essentiellement limité à une politique de demande et redistribution.

3. Des effets redistributifs limités malgré une nouvelle fonctionnalité politique de la monnaie

37L’application de politiques économiques opposées recouvre, a-t-on dit, des effets distributifs comparables : elles rétablissent la liquidité et la rentabilité de la dette publique en même temps qu’elles rendront possibles la progression simultanée des profits, des salaires et des revenus de transfert. En Argentine, ce ne fut pas le résultat d’un quelconque projet d’accord explicite entre groupes d’intérêt. Les mesures qui conforment cette répartition des revenus sur la base d’une croissance élevée ont été imposées de façon unilatérale comme un impératif de restauration de la gouvernabilité qui avait pour réquisit préalable celle de l’exercice de la souveraineté monétaire. Au Brésil, par contre, la redéfinition du compromis distributif dont l’espoir était porté par l’arrivée au pouvoir d’un ancien syndicaliste ne pouvait être envisagée sans manifester une volonté de consensus. La question de la souveraineté monétaire ne pouvait pas être mise en avant dans une élection qui se déroulait sous la pression d’une fuite de capitaux. L’analyse qui suit montre que la redistribution est pareillement limitée dans les deux pays par des gestions de la dette publique, pourtant radicalement différentes, qui bornent la redéfinition de la fonction politique de la monnaie. Aussi, celle du rapport croissance / répartition est-elle restreinte au seul côté de la demande.

3. 1. Argentine : un compromis distributif par défaut…

  • 12 La crise monétaire débute par la paralysie des paiements à la suite des limites draconiennes imposé (...)
  • 13 Il n’est pas anecdotique, à cet égard, que l’organisation d’un grand nombre d’économistes qui prome (...)

38La volonté politique de maintenir le taux de change nominal au niveau où il s’est stabilisé après la violente dévaluation que provoque l’abandon de sa fixité aura pour effet d’accroître la compétitivité prix de la production manufacturière. Le peso, au départ équivalent au dollar, s’effondre à plus de 4 pour 1 et se réappréciera rapidement autour de 3 dans la sortie de crise. La poursuite de cette appréciation sous l’effet de l’excédent commercial pourra être contrée par la banque centrale jusque tout récemment. Ce fut là un ressort planifié du cercle vertueux d’une croissance élevée permettant celles de l’emploi et des recettes publiques. La progression de ces dernières sera en outre alimentée par l’instauration d’un impôt sur les exportations assurant autour de 15 % des recettes fiscales. Les prélèvements s’accroissent de 21,5 à 31,6 % du PIB entre 2000 et 2009 (CEPALSTAT, Marques Pereira, 2010), ce qui va permettre de 2003 à 2008 un excédent primaire de plus de 2 % du PIB qui couvre les intérêts de la dette publique tout en permettant l’accroissement des dépenses publiques (CEPAL, 2011). Ce choix de policy mix va autoriser une reprise rapide et une maximisation de la croissance qui rendra possible la progression simultanée des divers types de revenus. Une telle stratégie prend forme dans la résolution de la crise du régime de currency board faisant le choix du défaut non négocié de la dette publique et d’une reformulation également discrétionnaire des contrats privés. Ces mesures se justifiaient comme conditions de sortie d’une crise monétaire impliquant une crise à la fois économique, sociale et politique dont l’issue paraissait imprévisible12. Elles furent conçues en opposition frontale à la doctrine du FMI. Sa stigmatisation était la condition de telles décisions et elle se devait d’être emblématique d’un procès du néolibéralisme comme système de valeurs, tenu pour responsable du basculement dans la pauvreté de millions de personnes. Le débat de politique économique qui prend corps dans ce contexte d’appauvrissement massif mobilise une nouvelle représentation de la nation13. Le poids de l’histoire du système politique et du conflit entre deux idées de la nation qui le traversent fut déterminant. Il définissait l’enjeu doctrinal.

39La sortie de crise est ainsi amorcée par la restauration de la fonction symbolique de la monnaie. Les propriétés de compte et de paiement de la monnaie sont ré-instituées par un « viol » des contrats. Dans un contexte opposant le parti de l’adoption du dollar et celui d’un peso dévalué, l’adhésion générale à ce second choix s’est avérée viable grâce à la maximisation de la croissance qu’il a rendue possible. Ce qui fut appelé « pesification asymétrique » et le décret de suspension du service d’une dette publique présentée comme illégitime furent l’objet d’une vaste opération de communication politique soulignant leur caractère d’actes de récupération de la souveraineté monétaire qui avait été abandonnée aux marchés avec le currency board. La première mesure établissait une conversion des dépôts au taux de 1 pour 1,4 et celle des passifs au taux de 1 pour 1. La déclaration d’illégitimité de la dette publique rendra possible de proposer en 2005, une fois la croissance revenue, une offre non négociable de sa conversion en bons indexés sur la croissance et l’inflation mais dont la valeur nominale initiale est réduite en moyenne de 60 %.

  • 14 L’intervention économique de l’État s’étend à d’autres domaines que la seule macroéconomie, tels qu (...)
  • 15 Pour une analyse du comportement des diverses variables en données mensuelles, voir Heymann, (2006)

40L’analyse macroéconomique de la relance éclaire la façon dont se reconstruit un système de compte formant une communauté de paiement au travers de la redéfinition de la communauté nationale par ce qui fut appelé « modèle de développement productif avec inclusion sociale », ce que permettait de concevoir la théorisation susmentionnée du rapport entre taux d’emploi et taux de change compétitif14. Les effets distributifs de la politique de change et d’une politique monétaire au départ relativement restrictive mais qui se fera ensuite accommodante restaurent la fonctionnalité politique de la monnaie, permettant une relance débouchant sur une forte croissance continue jusqu’en 2008, contrairement aux sombres pronostics du FMI. Le compromis distributif qui rend viable cette restauration eut des effets macroéconomiques puissants. Quelques mois à peine après la promulgation du défaut, de la flexibilité du change et de la pesification asymétrique, on assiste à un rétablissement d’anticipations positives à court terme grâce au cercle vertueux de croissance que ces mesures ont permis d’engager15.

  • 16 Le coefficient d’importation de l’industrie baisse de 19,7 % en 2001 à 10,5 en 2002, revenant à sa (...)

41Il faut souligner que le défaut unilatéral de la dette publique fut la condition première : sans un rétablissement des finances publiques, l’adoption d’une politique de relance ne pouvait être envisagée. Autrement, alors que les engagements de l’État représentaient 4,1 % du PIB à la veille de la dévaluation, ils se seraient accrus en trois ans de 9 à 11 points, selon une simulation établie sur la base du taux de change stabilisé de 2004 (Damill, Frenkel et Rapetti, 2007). La conversion nominale asymétrique des engagements fut également décisive. Cette mesure a évité une insolvabilité générale, les banques pouvant être refinancées par la banque centrale. La dévaluation permet rapidement une relance de la production, observable dès le 3e trimestre de l’année 2002. On note sur cette année et sur 2003 le passage à un solde exportateur industriel de plus de 9 et 7 milliards US $ respectivement et il est plausible que la dévaluation ait par ailleurs généré au départ des opportunités de substitution d’importations16, d’autant que les coûts salariaux sont fortement réduits en l’absence d’indexation à l’inflation alors que l’indice des prix s’est accru de 42,4 % entre 2001 et 2003 (CEPAL, 2010).

Source : CIEPP (2009), données INDEC

  • 17 Le taux d’intérêt réel de la banque centrale (LEBAC) devient négatif. La banque centrale suit le pr (...)

42Le graphique ci-dessus montre que la baisse du salaire moyen réel, qui démarre en 1998 et le fait s’effondrer en 2001, ne sera effacée qu’en 2008. La croissance de l’emploi qui a permis la reprise rapide fera progressivement pression à la hausse des salaires ; ceci d’autant plus que seront restaurés les accords de branches qui avaient été abolis dans les années 1990. La reprise de la production dès 2002 se rétro-alimente de celle de l’emploi. Le taux de chômage urbain ouvert baissera de 19,7 % à 7,9 entre 2000 et 2008 (CEPAL, 2009). La hausse rapide des profits donnera lieu à un désendettement rapide du secteur privé. La progression du profit moyen réel en 2003 est la plus forte depuis 1990. Parallèlement, la fuite de capital a été enrayée par l’obligation de conversion en monnaie nationale des gains d’exportation en même temps que la banque centrale recommence à émettre des titres, au départ à taux d’intérêt très élevé. Cet aspect restrictif d’une politique monétaire qui par ailleurs a garanti le refinancement des banques amorce la relance du marché financier. La politique monétaire devient accommodante quand la politique de change commence à contrer la pression à son appréciation due à l’envolée des exportations17. La stérilisation des achats de devises qui permet de soutenir le taux de change autour de 3 pesos pour 1 dollar jusqu’en 2008 offre un placement indexé sur l’inflation et le taux de croissance. Elle assure ainsi la consolidation du marché de la dette publique. La rente financière va pouvoir progresser nourrie par l’augmentation de son stock. Celui-ci s’accroît de 137 à 191 milliards de US $ de 2002 à 2004, il diminue à 128 milliards en 2005 à la suite de la restructuration des titres en défaut et remonte ensuite jusqu’à 146 milliards en 2008, la part externe de la dette publique ayant diminué sur la période de 88 à 55 milliards (CEPALSTAT). Le ratio de la dette publique totale est passé de 145,9 % du PIB en 2002 à 48,5 en 2008 (CEPAL, 2011).

43La politique monétaire accommodante valide la hausse des profits et des salaires et devient une politique soutenue de la demande dont témoigne la part comptable de la consommation privée dans le taux de croissance. Celle-ci s’est élevée à 29,9 points comme composante d’une hausse du PIB de 46,2 % sur la période 2003-2008, l’investissement s’élevant à 18,8 points et les exportations à 5,8 (Quenan et Torija Zane, 2011). Profits, salaires, et productivité du travail s’accroissent de concert mais les premiers gagnent largement à la course. Deux observations signalent les limites d’un compromis distributif par défaut et la fragilité du régime de croissance qui en découle : la productivité du travail ne connaît qu’une faible remontée au regard de celle du salaire moyen réel ; la progression des profits et de la productivité du capital se renverse en 2006. On peut présumer que le mark up des prix dont témoigne l’accélération de l’inflation à partir de ce moment est pris de vitesse par la récupération salariale au point de la rendre incompatible avec la progression de l’accumulation car celle-ci est essentiellement dépendante de l’autofinancement (Marques Pereira et Lo Vuolo, 2009).

3. 2. ...mais conflit sur l’unité de compte

44L’absence de recherche d’un consensus n’a pas empêché une conciliation de facto des intérêts mais celle-ci se fait sur la base d’un ancrage nominal des prix relatifs qui deviendra problématique à partir de 2007 avec l’emballement de l’inflation que sous-évalue l’indice officiel national établi par l’institut de statistiques. La manipulation de l’indice d’inflation depuis 2007 met en évidence le niveau exacerbé du conflit sur l’unité de compte dont atteste l’écart de plus de 10 points entre l’indice officiel et la moyenne d’indices alternatifs établis par les directions provinciales de statistique (Chubut, Neuquén, San Luis et Santa Fé). Cet indice moyen, après avoir baissé tant qu’a duré l’effet de contagion de la crise financière mondiale, remonte ensuite à 30 %, ce qui est précisément le plancher de hausse nominale des salaires que revendiquent les syndicats dans les négociations collectives (Barbeito, 2010).

45La montée de l’inflation revêt plusieurs dimensions qui sont autant de signaux des limites de la politique économique : i) elle rend manifeste que la cible de profit est incompatible avec un régime de croissance tiré par la demande ; ii) elle met en péril les finances publiques en tant qu’indice d’indexation des titres de la dette et des revenus d’assistance ; iii) elle révèle la limite du taux de change compétitif pour compenser un déficit structurel de compétitivité industrielle. Torija Zane (2011) pointe clairement la convergence entre ces trois manifestations de la fragilité du régime de croissance. La hausse de l’inflation (indice des provinces) a été en 2010 plus rapide que le rythme de dépréciation vis-à-vis du dollar ou, à un niveau moindre, vis-à-vis du panier de monnaies du commerce extérieur, et elle accompagne la hausse des prix relatifs des biens alimentaires / biens industriels. L’auteur conclut que si la progression des salaires réels continue de compenser celle des prix alimentaires, elle neutralisera la progression des gains de productivité et dessinera un scénario de maladie hollandaise. Une décélération de la production industrielle et de l’emploi accroîtra le besoin de financement de dépenses sociales alors que décroîtra sa capacité.

3. 3. Les facteurs endogènes d’une crise potentielle en Argentine

  • 18 Calcul d’Azpiazu et Schorr (2010) à partir de la base de données FLACSO et INDEC. L’analyse de ces (...)

46Il faut, en fait, observer que ce scénario n’a pu être neutralisé par la politique de change compétitif et le taux d’intérêt de base réel négatif. Le régime monétaire et de change a pu accroître le produit industriel de 7,7 % en moyenne sur la période 2003-2008 (CEPAL, 2010) mais cette progression ne renverse pas durablement la tendance de long terme à la désindustrialisation. Le taux de change compétitif a permis une substitution limitée des importations mais il n’a pas induit une redéfinition du régime d’insertion internationale même si le coefficient d’exportation du secteur industriel a pu s’élever de 18,5 % à 27,4 entre 2001 et 200718. Il ne pourra contrer la maladie hollandaise dont est responsable le régime d’insertion international et qu’aggrave une hausse des recettes d’exportations grâce à la croissance de la Chine dont la contrepartie est la concurrence croissante de ses biens industriels. En 2011, la balance bilatérale devient déficitaire. L’objectif de maintenir le niveau du taux de change déprécié ne suffit pas à résoudre le problème structurel de compétitivité faisant que l’inflation recouvre une dimension d’offre (Salama, 2011). Cette dernière définit en fait la limite du régime monétaire et de change à soutenir un régime de croissance par ailleurs incompatible avec un régime salarial signalant depuis 2006 la possibilité de blocage de l’accumulation dès lors que celle-ci dépend des profits réalisés. C’est là une limite de la structure de financement de l’économie que n’a pu lever le compromis distributif et qui constitue in fine le facteur endogène d’une crise potentielle de ce régime de croissance au travers d’une nouvelle crise de la balance des paiements. Sa prévision en profile d’ores et déjà la menace dans l’accélération des sorties de capitaux alors que l’excédent du compte courant se réduit depuis 2007 et devrait quasiment s’annuler en 2011.

  • 19 Le système de retraites a été reconverti au principe de répartition et donc « renationalisé » (voir (...)

47La fragilité du régime de croissance s’exprime dans la valeur marchande des moyens de paiement et des dettes, donc à l’horizon temporel de la fonctionnalité économique de la monnaie, abordée au point suivant. Le changement politique est sur ce plan insuffisant ; il n’a en fait permis qu’une redéfinition marginale du mode de régulation. Celle-ci s’est essentiellement limitée au régime monétaire et de change, au régime salarial et au régime de protection sociale19 sans que ces changements institutionnels n’aient pu générer une dynamique politique susceptible de modifier suffisamment le régime fisco-financier et l’insertion internationale pour susciter une dynamique d’investissement qui eut empêché la dégradation prévisible des comptes externes. Les marges de politique économique qu’avait ouvertes l’excédent commercial font maintenant place à un dilemme entre la nécessité d’accroître l’excédent primaire (alors que baisse la croissance) ou un appel aux capitaux étrangers, ce qui fut la solution brésilienne. Mais l’actuel gouvernement argentin n’a pas la réputation de rigueur de son voisin.

3. 4. Brésil : l’impératif de redistribution

48La stratégie de sortie de la crise du régime de change au Brésil fut symétriquement inverse à celle qu’impliquait sa configuration en crise monétaire en Argentine mais elle débouchera sur la mise en place d’une macroéconomie en partie comparable sur le plan du rapport croissance / répartition car l’élection de Lula engageait également une nouvelle représentation de la nation qui mettait l’accent sur l’impératif de redistribution. Ce changement ne se fait pas toutefois à la suite d’une crise de gouvernabilité.

49La politique de soutien de la demande interne a été plus limitée qu’en Argentine. Il y avait certes une volonté politique d’infléchissement distributif de l’intervention publique et celle-ci n’a pas seulement été conçue en termes de politique sociale, ainsi que pourrait le laisser croire la publicité donnée à l’engagement de rigueur de la politique économique et de lutte contre la pauvreté par les revenus de transfert. Le policy mix a bien été une politique de demande même si les principes nouveaux classiques prévalent en matière monétaire. Toutefois, leur application par une banque centrale autonome de facto a laissé au gouvernement des marges de manœuvre en matière budgétaire et de politique salariale.

  • 20 Le taux de change réel s’apprécie de l’indice 100 en 2000 à 135 en 2008. Les crises de change l’ava (...)

50Depuis les attaques spéculatives qui eurent raison du régime d’ancrage du change en 1998, l’action restrictive suit la théorie des cibles d’inflation. Celle-ci est présentée comme solution alternative d’ancrage nominal mais c’est bien l’appréciation du change réel qui est conservée comme cible implicite de la politique monétaire20. Le taux d’intérêt de la banque centrale (SELIC) demeure très élevé malgré sa baisse progressive du pic atteint lors de la crise de l’ancrage du change. Le taux réel redescend de son maximum atteignant 14,1 % en 1999 à 5,3 % en 2008 (données FMI). Le différentiel entre taux d’intérêt nationaux et externes s’est surajouté à l’excédent commercial et du compte courant comme facteur de l’appréciation du change réel. La banque centrale y contribue donc activement, ses interventions se limitant officiellement à en borner les fluctuations. Le maintien de taux d’intérêt élevés aura évité de devoir accroître l’excédent primaire du budget à plus de 2 % sur la période 2003-2008 sans que ce ratio couvre, comme c’est le cas, en Argentine, la totalité du service la dette (lequel a oscillé entre le maximum de 6,6 % du PIB en 2003 et un minimum de 3,6 % en 2008) (CEPAL, 2011). Le niveau du taux d’intérêt attire les placements en real, lesquels réalimentent l’appréciation du change nominal.

  • 21 Toutefois la part des exportations nettes dans la croissance du PIB se réduit depuis 2004 et est re (...)

51Il faut observer que le stock de la dette publique totale s’est accru de 202 milliards US $ à 325 entre 2002 et 2008 et que sa part externe baisse de 72 à 54 milliards US $ (CEPALSTAT). Le ratio au PIB de la dette publique totale du gouvernement fédéral, que publie l’annexe statistique du Survey économique annuel de la CEPAL (2011), peut ainsi présenter une baisse de 37 à 24 % du PIB, dès lors qu’il comptabilise la dette externe nette, devenue une créance de 11 % du PIB (grâce aux réserves de change) mais le ratio de la dette interne (résidents) s’est accru de 24 à 36 %. La baisse des taux d’intérêts réels interagit avec la hausse du taux de croissance. Les taux commerciaux courants (dits taux actifs aux personnalités juridiques) ont perdu 10 points sur la période, passant de 44 à 34 %. Diverses modalités de crédit moins onéreux, à la consommation et au logement, outre les taux de long terme favorables de la banque de développement (BNDES) ont signifié une hausse du crédit au secteur privé de 32 à 59 % du PIB sur la période (il monte à 70 % en 2010) (CEPAL, 2011). La hausse des salaires (graphique 2 ci-après) et la baisse du taux de chômage ouvert de 12,3 à 7,9 % entre 2003 et 2008 (CEPAL, 2011) contribuent à la hausse de la croissance. Ainsi, l’expansion de la consommation des ménages est devenue la principale composante comptable de la hausse du taux de croissance. Sa contribution sur la période 2003-2008 est de 15,8 points pour une progression du PIB de 22,8 %, suivi de l’investissement qui y contribue à hauteur de 10,6 points et les exportations à hauteur de 8,8 (Quenan et Torija Zane, 2011)21.

52L’importance de la consommation des ménages dans l’accélération du taux de croissance a été également stimulée par une inflexion du régime salarial sans qu’il y ait de changement législatif notable. La hausse du salaire minimum réel de l’indice 113 en 2003 à 160 en 2008 (CEPAL, 2010) est cependant une décision politique majeure. D’une part, son niveau indexe les revenus de transferts. D’autre part, il constitue une référence normative ayant certainement contribué, outre le climat politique favorable aux accords salariaux, à la hausse du salaire moyen réel au-dessus du taux d’inflation et accompagnant celle de la productivité. Il faut cependant observer que la baisse du salaire moyen réel dans la période du Plan Real (après sa forte récupération du fait de la fin de l’hyperinflation en 1994) n’est stoppée qu’après le retournement à la hausse de la productivité du travail et du capital, en baisse après 1998. À la différence de l’Argentine, la progression de l’indice du salaire moyen réel continue d’aller de pair avec celle du profit, exception faite de la baisse de ce dernier dans l’année de récession qu’a provoquée la crise de 2009 sans que ce soit le cas du premier.

Source : IPEADATA

3. 5. Le rôle déterminant de la politique de change

53La politique de change a ainsi été également, comme en Argentine mais sous un mode opposé, une condition clé de la redéfinition du compromis distributif. Elle a contribué indirectement à la politique de demande en autorisant une hausse des dépenses publiques et du crédit, complémentaires à la hausse des salaires. Dans le cas du Brésil également, la limite de ce compromis que constitue la gestion de la dette est en même temps la source de crise de ce régime de croissance. Le mode de régulation n’est modifié qu’à la marge. Les seuls changements notables mais limités sont : 1) comme en Argentine, un infléchissement limité du régime fisco-financier qui permet un accroissement des recettes publiques pour autant qu’il demeure compatible avec le maintien de la rente liée à la dette publique ; 2) à défaut de transformation institutionnelle majeure, l’effet distributif des régimes salarial et de protection sociale est accru par l’augmentation du salaire minimum, par l’élargissement de la population bénéficiaire de revenus de transferts et par la hausse liée à leur indexation sur ce dernier. Le régime d’insertion internationale hérité de la libéralisation n’est en rien modifié. À la différence de l’Argentine, en outre, le régime monétaire et de change n’a pas été dans ce cas redéfini. Le changement institutionnel que signifie le passage à la flexibilité du change ne fut qu’une adaptation rendue nécessaire pour préserver la possibilité du retour à son appréciation qu’a forcée l’élévation du taux d’intérêt. Bien évidemment, le passage à un excédent commercial en 2002 facilitait la tâche. Il aura permis de réduire le niveau du taux d’intérêt qui garantissait l’appréciation du taux de change.

54Le mode de régulation mis en place avec la libéralisation a ainsi pu avoir des effets différents grâce au desserrement de la contrainte externe ouvrant des marges de manœuvre de redistribution. L’excédent commercial croissant à partir de 2002 (et les perspectives que lui donnent, au-delà de sa tendance baissière depuis 2006, la mise en route de nouveaux champs de pétrole considérables, voire celles d’exportation d’éthanol) ont permis d’enclencher la baisse du taux d’intérêt qui engage le cercle vertueux de hausse de la demande domestique, de la croissance et baisse du ratio de la dette publique totale au PIB. La part croissante de la dette interne émise en real témoigne de l’importance cruciale de la politique de change apprécié dans la crédibilité. Certes la notation de la dette brésilienne a été relevée mais le fait d’être maintenue dans la catégorie des placements spéculatifs témoigne du maintien d’une convention de défiance financière sur le long terme malgré la réputation de rigueur.

55L’absence de changement du régime d’insertion internationale est le signe d’une absence de changement du régime d’accumulation impliquant comme en Argentine l’aggravation de la maladie hollandaise. La politique de soutien à la demande n’est manifestement pas suffisante pour déclencher un changement de la structure productive. L’industrie manufacturière a certes progressé (3,2 % en moyenne annuelle sur la période 2002-2008) mais le déficit du secteur prévu pour l’année 2010 par le ministère du Développement devait monter à 30,5 milliards d’US $ (cité par le journal Valor du 16/11/2010). Ce déficit se creuse essentiellement dans le secteur des biens d’équipements et de la chimie selon l’analyse d’un centre d’études du patronat (IEDI, 2008). Il en résulte un écart croissant entre la progression des importations et des exportations qui, comme le souligne un bulletin de conjoncture de l’institut de recherche de ce ministère est responsable du passage d’un excédent du compte courant de 13,3 milliards en 2006 à un déficit de 47,3 milliard qui était prévu pour 2010 (IPEA, 2010).

4. Une persistance du pouvoir des créanciers : la dette publique plus que le crédit à l’économie

56Le principal indicateur invoqué pour saluer la conquête de la stabilité macroéconomique est la baisse du ratio au PIB de la dette publique. En volume, on a pu observer que cette dette a cru mais la croissance permet toutefois de dégager un excédent primaire suffisant pour en couvrir le service ou du moins assurer la liquidité du marché de la dette en diminuant son ratio au PIB. La hausse des taux de croissance a ainsi conforté ce qu’on peut appeler une préférence pour la liquidité sous forme financière – les bons du Trésor étant acquis en tant qu’actifs liquides de forte rentabilité. La croissance résulte ainsi de paris de court/moyen terme mais cette liquidité financière croissante signale l’absence de vision du long terme. Cette temporalité des anticipations est le principal signe de la limite de la dynamique macroéconomique se traduisant par la permanence d’une fonctionnalité économique de la monnaie qui restreint le financement de l’économie (graphiques 3 et 4 infra). On y a fait allusion en mentionnant la baisse du ratio du crédit au PIB en Argentine. La part qu’il représente dans l’actif total du système financier ne se redresse que peu alors que celle des titres s’accroît fortement. La forte hausse du ratio du crédit au PIB au Brésil ne suffit pas à en accroître la part comme source de revenu vu la forte montée de celle des titres. Ce ne sont là que des indicateurs de la permanence de la structure financière. Celle-ci se complexifie notamment avec le développement des dérivés de change, particulièrement importante au Brésil. Ce qui importe pour cette analyse est qu’ils signalent une absence de remise du pouvoir monétaire des créanciers de la dette que traduit l’arbitrage entre fiscalité et endettement.

Graphique 3 : Argentine – Parts des prêts et titres dans l’actif financier total

Graphique 3 : Argentine – Parts des prêts et titres dans l’actif financier total

Source : Libro de Entitades Financieras / BCRA (Marques Pereira et Lo Vuolo, 2009)

Source : COSIF / BCB (Bruno, 2010)

Graphique 4 : Brésil – Sources des revenus du système financier

Graphique 4 : Brésil – Sources des revenus du système financier
  • 22 La capitalisation boursière est de 15,6 % du PIB en Argentine et de 36,6 % au Brésil en 2009 (Quena (...)

57En l’absence d’une monnaie de crédit, dans le sens keynésien du terme, et avec un marché boursier encore peu développé22, la progression de l’investissement dépend des profits réalisés et non pas de ceux que permettrait d’escompter une anticipation de demande intérieure qui serait jugée soutenable à long terme. La limite au financement de l’accumulation joue tant du côté de l’offre que de la demande du fait de l’importance fondamentale de la dette publique dans la structure financière, ce qu’occulte la focalisation fréquente des diagnostics sur la baisse de son ratio au PIB. Face à une offre croissante de titres publics à rendement élevé, on peut supposer que le coût d’opportunité de l’investissement n’a pas été suffisamment réduit par des perspectives d’expansion de la demande interne ou que son anticipation ne semble pas en tout cas confortée sur le long terme.

58Cette structure financière est le signe de l’ambivalence de l’arbitrage entre niveaux de dette publique et fiscalité qui a pu être établi. Celui-ci a certes été une condition de possibilité d’une hausse de la croissance par son inflexion distributive mais il en marque par ailleurs les limites. Une fois que les marges de manœuvre se restreignent du côté du compte courant, maintenir la hausse des dépenses sociales impliquera alors un accroissement soit de la pression fiscale soit de l’endettement public. L’arbitrage actuel repose sur l’accroissement des marges budgétaires qu’a autorisé le boom exportateur. La limite à la croissance que signifie l’arbitrage fiscalité / endettement public est fonction du solde de la balance commerciale et, par là, elle est également celle de l’intégrité du système de compte. La pluralité des unités de compte demeure au-delà de l’absence de contestation de l’unité de compte apparemment unique que représente la monnaie nationale. Certes la dette publique est pour une part croissante interne et émise en monnaie nationale mais ce qui compte pour ses créanciers est la perspective de hauts niveaux de taux d’intérêt ou d’indexation. La croyance a l’aura de vérité que peut lui conférer la doctrine de la politique de cibles d’inflation au Brésil ou un discours plus hétérodoxe qui présente le service de la dette comme une rémunération compatible avec la croissance dans le cas de l’Argentine. Ces taux d’intérêt ou d’indexation sont l’unité de calcul de la valeur des rentes financières. Or, le niveau de paiements des intérêts fixe sur la cible d’excédent budgétaire les marges de manœuvre de hausse du taux de croissance que permet celle de la demande découlant de celle du niveau des salaires, des dépenses publiques et des incitations au crédit. La valeur relative des revenus du travail et du capital productif dans le secteur interne, énoncés par l’unité de compte nationale, est ainsi fonction du taux d’intérêt au Brésil et taux d’indexation de la dette publique en Argentine.

Conclusion : l’arbitrage fiscalité/dette publique comme expression des compromis distributifs

59Cette régulation du système de compte a donc pour clé de voûte la liquidité du marché de la dette publique. La légitimité gouvernementale axée sur la croissance de l’emploi et des salaires et sur une réduction de la pauvreté n’en est pas moins une seconde condition tout aussi fondamentale. Le compromis entre l’une et l’autre est maintenant menacé par le resserrement de la contrainte externe dont il était lui-même porteur. La différence de doctrines monétaires qui ont permis de l’établir s’efface jusqu’à un certain point au regard de cette contradiction commune. Ce n’est qu’une question de degré de conflictualité qui est encore loin d’être suffisamment atténué pour réunir les conditions institutionnelles d’un mode de développement axé sur le marché intérieur.

60En Argentine, l’intégrité du système de compte et de la communauté monétaire qu’elle symbolise est en fait fictive car il n’y a pas de communauté politique dans le sens d’une conception partagée de la nation. La conciliation des intérêts est véritablement imposée sans qu’il y ait un quelconque accord social sur l’unité de compte, ce que permet un système politique qui concentre le pouvoir de décision entre les mains de la présidence (Svampa, 2007). Il est ainsi possible d’imposer une politique monétaire et budgétaire sans obtenir de consensus sur le modèle de développement mais cela n’est pas le cas en matière fiscale, comme le démontre en 2008 une grève de plusieurs mois de l’approvisionnement urbain qui est parvenue à empêcher l’adoption d’un projet de loi visant à fixer l’impôt à l’exportation de biens agricoles en fonction des cours internationaux et à la limiter pour certains d’entre eux. Le même problème se pose in fine également au Brésil. L’arbitrage entre niveau de fiscalité et niveau d’endettement qui sous-tend l’ancrage nominal des prix par les effets macroéconomiques de la politique et de change n’est pas plus soutenable au vu des mêmes limites au financement de l’économie qui grèvent pareillement la possibilité d’une hausse de la compétitivité qui eut évité le resserrement de la contrainte externe ; et donc de voir disparaître les marges de manœuvre permettant de continuer à soutenir la demande interne. Il faut observer que le système politique brésilien, que l’on oppose généralement au système politique argentin par la nécessité des alliances électorales (Sallum, 2004), confère au compromis distributif une dimension plus consensuelle mais que celui-ci s’avère aussi incapable de remettre en cause le poids de la dette publique déterminant l’exercice de la souveraineté monétaire.

61L’arbitrage fiscalité / dette publique apparaît donc dans les deux cas comme la clé de voûte de l’interdépendance entre formes fonctionnelles de la monnaie (voir schéma ci-après).

62L’arbitrage fiscalité/endettement est le signe par excellence d’une souveraineté monétaire reflétant la conception de la nation qui sous-tend l’exercice de la souveraineté politique comme expression du compromis distributif que permet de concevoir un modèle de développement. La période qu’on vient d’analyser présente néanmoins une innovation majeure qu’il faut souligner sur ce plan. Celle-ci interroge l’historicité de la part d’autonomie que revêt la dynamique politique vis-à-vis de la performativité d’un gouvernement par le savoir. La conception et la mise en œuvre d’une politique de hausse de la croissance par le biais de la demande intérieure requiert une théorie mais son adoption était une décision proprement politique. Ce choix n’a pas résolu la tension séculaire entre deux modèles de développement du capitalisme et cela s’exprime dans l’un et l’autre pays par la permanence jusqu’à ce jour de la forme financière d’un endettement public chroniquement insoutenable, qu’a prise cette tension quand la progression de l’accumulation finit par butter dans les années 1970 au Brésil comme en Argentine sur l’impossibilité politique d’augmenter les salaires comme moyen de parvenir à déclencher une dynamique de productivité intersectorielle à la Pasinetti. Néanmoins, le consensus qui s’est établi au Brésil sur la légitimité de l’impératif de redistribution est un fait nouveau et il redéfinit la souveraineté politique comme expression des valeurs sociales au fondement de la nation. On peut se demander si la rupture avec la conception néolibérale de la nation, telle que la met en scène le « kirchnérisme » en Argentine, peut ou non exorciser la difficulté historique d’en faire véritablement une communauté politique. Dans un cas comme dans l’autre, on ne peut savoir à priori à quel point le poids de l’histoire ayant posé des limites au changement institutionnel dans les années 2000 est irréversible.

Figure 2 : une vue synoptique des résultats de l’analyse

Figure 2 : une vue synoptique des résultats de l’analyse

63La principale inertie est le refus des élites d’accepter plus d’impôts. Il faut toutefois noter la tendance de fond à une montée de la fiscalité depuis 1980 quand les recettes fiscales (y compris les contributions sociales) s’élevaient alors à 22,7 % du PIB au Brésil et 19,2 en Argentine. Les recettes globales se sont accrues respectivement de 3,9 et 11,1 points entre 2000 et 2009, atteignant alors 34,3 % et 31,6 %, alors que le reste de l’Amérique latine se situe entre 7 et 15 % (CEPALSTAT, Marques Pereira, 2010). Les niveaux de l’Argentine et du Brésil sont aujourd’hui similaires à ceux du Japon ou des USA. Ces pays ont également accru fortement l’endettement public mais il y a été un instrument de croissance ou d’essai de relance. Ce ne fut pas le cas en Argentine et au Brésil (sauf dans les années 1970) et cela ne l’a été dans les années 2000 que pour rendre la croissance compatible avec le pouvoir monétaire des créanciers. Cette différence avec les pays de l’OCDE renvoie, on l’a vu, à l’héritage historique des niveaux d’inégalités de revenu, lequel marque en outre une autre différence notable, le caractère bien plus régressif de la fiscalité.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arès, M, Deblock, C. et Lin, T-S, (2011), « La Chine et l’Amérique latine : le grand chambardement ? » Revue Tiers Monde, n° 208.
DOI : 10.3917/rtm.208.0065

Arza, C., (2009), “Back to the State, Pension Fund Nationalization in Argentina”, doc. CIEPP n° 73.

Azpiazu, D. et Schorr, M., (2010), Hecho en Argentina, Industria y economía, 1976-2007, Buenos Aires : Siglo XXI.

Barbeito, A., (2010), “Re-construcción de índices de precios al consumidor y su incidencia en la medición de algunas variables monetarias reales”, Serie Análisis de Coyuntura nº 24, CIEPP. 

Basualdo, E., (2001), Estudios de historia económica de Argentina desde mediados del siglo XX a la actualidad, Buenos Aires: Siglo XXI.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Blaum, L., (2007), « Le cas Argentine révisité, de l’utopie libérale au retour de la politique », Revue Tiers Monde, n° 189, p. 135-154.
DOI : 10.3917/rtm.189.0135

Bresser-Pereira, L. C., (2009), Pourquoi certains pays émergents réussissent et d’autres non, Paris, La Découverte.

Bresser-Pereira, L. C., (2010), A tendência à sobreapreciação da taxa de câmbio no Brasil, in Bresser-Pereira, L. C., (éd.), Crise Global e o Brasil, Rio de Janeiro : Editora FGV, p. 127-151.

Bruno, M., (2005), “Crescimento Econômico, Mudanças Estruturais e Distribuição. As Tansformações do Regime de Acumulação no Brasil : uma análise regulacionista”. Tese de Doutorado em Co-Tutela EHESS/Paris e IE-UFRJ/Rio de Janeiro.

Bruno, M, (2010), “Poupança, investimento e regime monetario no Brasil”, Relatorio do convênio Institut CDC pour la recherche / UERJ / UPJV – CRIISEA, Amiens.

Bruno, M., Halévi, J. et Marques Pereira, J., (2011), « Les défis de l’influence de la Chine sur le développement du Brésil : avantages comparatifs et conflit distributif », Revue Tiers Monde, n° 208.

Cardoso, E. et Holland, M., (2009), South America for the Chinese? A Trade-based Analysis, Paris: OECD.

CEPAL, (2009, 2010 et 2011), Estudio Económico de América Latina y del Caribe.

Damill, M., Frenkel, R. et Rapetti, M., (2007), “La deuda argentina : historia, default y estructuración”, en Boyer, R. et Neffa, J., Salida de crisis y estrategias alternativas de desarrollo, Buenos Aires : Miña y Dávila, 353-399.

Diniz, E. & Boschi, R., (2007), A difícil rota do desenvolvimentismo, Empresarios e a agenda neoliberal, São Paulo : Humanitas.

Heymann, D., (2006), Buscando la tendencia : crisis macroeconómica y recuperación en la Argentina”, Serie estudios y perspectivas (Oficina Buenos Aires), nº 31, CEPAL.

IEDI, (2008), O comércio exterior brasileiro no primeiro semestre 2008: evolução, características setoriais e intensidade tecnológica, http://www.iedi.org.br/artigos/top/estudos_comercio/

IPEA, (2010), Carta de Conjuntura, Junho.

Marques Pereira, J., (2007), « Monnaie, coordination et risque systémique dans la crise argentine de 2001/2002 et son issue », Économie et institutions, n° 10-11, p. 99-153.

Marques Pereira, J., (2011), « La politique fiscale en Amérique latine », in Quenan, C. et Velut, S., Les enjeux du développement en Amérique latine, Paris : AFD/IdA, p. 185-207.

Marques Pereira, J. et Théret, B., (2001), « Régimes politiques, médiations sociales de la régulation et dynamiques macro-économiques. Quelques enseignements pour la théorie du développement d’une comparaison des caractères nationaux distinctifs du Brésil et du Mexique à l’époque des régimes d’industrialisation par substitution des importations », avec Théret, B., L’année de la régulation, Presses de Sciences Po, n° 5.

Marques Pereira, J. et Lo Vuolo, R., (2009), « La dynamique de l’épargne en Argentine : de l’inertie du cycle macroéconomique au changement structurel ? », rapport de synthèse, site UPJV/CRIISEA.

Mathías, G. et Salama, P., (1983), L’État surdéveloppé. Des métropoles au Tiers Monde, Paris, La Découverte.

Pasinetti, L., (1981), Structural Change and Economic Growth: A Theoretical Essay on the Dynamics of the Wealth of Nations, Cambridge: Cambridge University Press.

Quenan, C. et Torija Zane, E., (2011), « Dynamiques économiques, tendances et perspectives », in Quenan, C. et Velut, S., Les enjeux du développement en Amérique latine, Paris : AFD/IdA, p. 19-82.

Rapetti, M. (2005), La macroeconomía argentina durante la post-convertibilidad : evolución, debates y perspectivas, Policy Paper Economics. Working Group (EWG) 5. Observatorio Argentino. New School University, Washington.

Roig, A., (2008), « La “création” d’une monnaie éternelle, genèse de la convertibilité en Argentine », in Lordon, F., Conflits de pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Paris, Sciences Po Les Presses, p. 91-137.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Salama, P., (2011), « Croissance et inflation en Argentine sous les mandatures Kirchner », Problèmes d’Amérique latine, n° 82.
DOI : 10.3917/pal.082.0013

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sallum, B., (2001), « Le libéralisme à la croisée des chemins au Brésil », Revue Tiers Monde, n° 167.
DOI : 10.3406/tiers.2001.1522

Sallum, B., (ed.), (2004), Brasil e Argentina hoje, Política e Economia, São Paulo, Edusc.

Schvarzer, J., (1986), La política económica de Martínez de Hoz, Buenos Aires: Sudamericana.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Svampa, M., (2007), « Les frontières du gouvernement Kirchner entre aspiration au renouveau et consolidation de l’ancien », Revue Tiers Monde, n° 189.
DOI : 10.3917/rtm.189.0113

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Théret, B., (2008), « Les trois états de la monnaie », Revue économique, vol. 59/4.
DOI : 10.3917/reco.594.0813

Tizziani, A., (2007), « Du péronisme au populisme ou la conquête – conceptuelle – du gros animal populaire », Revue Tiers Monde, n° 187, p. 175-194.

Torija Zane, E., (2011), Dynamique des prix et politique monétaire en Argentine (2003-2011), miméo.

Haut de page

Notes

1 La Chine est la destination d’exportation de plus forte expansion dans les années 2000 pour ces deux pays et les autres producteurs de matières premières de la région. En 2010, elle est le 2e marché externe du Brésil après l’UE et le 4e de l’Argentine après l’Amérique latine, l’UE et les USA. Par ailleurs, elle est le 3e fournisseur de l’Argentine en biens manufacturés après le Mercosur et l’UE et le 2e du Brésil après l’UE. (CEPAL, 2011). Sur la place économique de la Chine dans la région et les débats qu’elle suscite de part et d’autre, voir Arès, Deblock et Lin, (2011).

2 La Chine en constitue le contre-exemple. Le maintien d’un bas coût du travail direct et indirect y fonde une dynamique intersectorielle qui accroît la compétitivité par l’exportation de biens manufacturés en impliquant la délocalisation en Chine de ses producteurs moins compétitifs et de leur capital (cf. Bruno et al., 2011)

3 Il faut rappeler que le projet de compléter la matrice industrielle était précisément l’objectif explicite de plusieurs plans de développement dans les deux pays depuis les années 1950. Le Brésil démontre à l’inverse de l’Argentine une continuité dans la poursuite de cet objectif jusqu’à la fin des années 1970. Il faut en outre noter que le Mercosur peut être considéré comme une extension territoriale d’un tel projet au regard de la continuité d’une croissance dépendant du marché interne, à l’opposé de sa bifurcation au Mexique vers l’exportation de biens manufacturés, portée par l’ALENA (Marques Pereira et Théret, 2001). La viabilité technique et économique d’une réactualisation d’un tel projet dans le contexte de la division internationale du travail actuelle et l’importance que peut signifier le Mercosur, voire son extension possible à l’échelle du continent sur la base de la nouvelle UNASUR (Union des Nations Sud-Américaines), demeurent des questions ouvertes. Celles-ci dépassent l’objet de cet article mais il convenait d’en signaler l’importance comme horizon d’un dépassement des limites à la hausse de la croissance essentiellement fondée sur une politique de demande dans les deux pays.

4 Les modes de calcul de la valeur actionnariale et ce qu’ils impliquent sur celui des salaires peuvent être considérés comme une autre manifestation de pluralité d’unités de compte des paiements de divers types de revenus.

5 L’endettement externe inaugure dans les deux pays à partir des années 1970 la pratique actuellement dénommée carry over. Les gains financiers offrent alors une alternative à la perte de rentabilité du capital productif liée à l’étroitesse du marché interne pour les nouveaux secteurs à économies d’échelle, ce qu’on peut tenir dans une analyse en termes de régime d’accumulation comme principal facteur de blocage du mode de développement autocentré (Mathías et Salama, 1983). Après 1979, l’envolée des taux d’intérêt internationaux comme moyen de mettre un terme à l’inflation dans les pays développés entraîne la crise de cette dette externe privée, laquelle sera reconvertie en dette publique par les politiques d’ajustement des années 1980.

6 Ce fait est décrypté par l’analyse très éclairante d’une interview d’un conseiller du ministre des finances relatant une réunion sur la communication politique devant accompagner l’annonce de la promulgation du currency board (Roig, 2008).

7 Brasilio Sallum, “Mesa redonda os desafios da presidente; Um país em transição”, (Table ronde les défis de la présidene, publiée dans le principal quotidien économique brésilien), Valor du 5/11/2010.

8 Le sens donné au modèle dit néo-développementaliste est modulé par son appropriation politique que l’on peut repérer dans le dialogue convenu entre banque centrale et ministre des Finances. La critique de l’appréciation du change fait en quelque sorte office de pare feu à la critique néoclassique du laxisme de la politique budgétaire. Ce que celle-ci dénonce comme jeu non coopératif contraignant la banque centrale à maintenir un niveau élevé de taux d’intérêt qui alimente l’appréciation du change est, en fait, la rhétorique d’un compromis doctrinal que permet de mettre en scène l’apparence de non coopération.

9 Miguel Bruno (2005) parle de régime de crise, le paradoxe se justifiant par un régime d’instabilité résultant de l’effondrement des anciens compromis institutionnels sans que d’autres aient pu encore voir le jour.

10 L’endettement externe des années 1970 fut pour une part importante du ressort du secteur privé dans les deux pays. Une part significative de cette dette privée externe sera transformée en dette publique externe au début des années 1980 par le biais de mécanismes de prise en charge des pertes dues aux maxi-dévaluations. Celles-ci vont se répéter en fonction de la nécessité d’assurer l’excédent commercial requis pour servir la dette externe. Le rachat des devises réglé par des bons du Trésor implique leur indexation sur l’inflation et le taux de change. L’endettement public devient insoutenable à la fois du fait de l’emballement de son service et du dit effet Oliveira-Tanzi, c’est-à-dire, la dévalorisation des recettes fiscales par l’inflation.

11 En Argentine, l’alternance à proprement parler est en fait un retour d’une partie du Parti justicialiste au péronisme historique, lequel donne en 2003 la victoire de l’élection présidentielle à celui qui s’en fait alors le porte-voix, Nestor Kirchner. Cette victoire est obtenue suite au désistement de Carlos Ménem, l’ex-président, arrivé second au premier tour en ayant fait campagne pour l’adoption du dollar comme remède à la crise.

12 La crise monétaire débute par la paralysie des paiements à la suite des limites draconiennes imposées aux retraits des dépôts bancaires. La perte de revenus brutale dans un contexte déjà marqué par trois années de récession déclenche une séquence d’explosions sociales. Les manifestations massives des déposants se doublent de pillages de supermarchés, blocages de routes et carrefours urbains par les mouvements de chômeurs, le tout ayant nourri l’émeute qui aura contraint à la démission en décembre 2001 le président de la République, Fernando de la Rúa. Ce dernier avait gagné les élections présidentielles de 1999 contre la candidature de Carlos Meném. L’arrivée au pouvoir du Parti radical, concurrent du Parti justicialiste depuis l’époque de Perón, ne remet pas en cause la politique économique.

13 Il n’est pas anecdotique, à cet égard, que l’organisation d’un grand nombre d’économistes qui promeut un débat largement médiatisé sur les stratégies de développement capables en quelque sorte de faire renaître la nation de ses cendres ait été ainsi désignée de « Plan Phénix ». http://www.econ.uba.ar/planfenix/index2.htm.

14 L’intervention économique de l’État s’étend à d’autres domaines que la seule macroéconomie, tels que le gel des prix des services collectifs privatisés, compensé par l’octroi de subsides, et pour certains, leur renationalisation. La croissance élevée en fut la condition, vu qu’elle permet la hausse des dépenses grâce à celle des recettes tout en leur permettant de couvrir le service de la dette.

15 Pour une analyse du comportement des diverses variables en données mensuelles, voir Heymann, (2006).

16 Le coefficient d’importation de l’industrie baisse de 19,7 % en 2001 à 10,5 en 2002, revenant à sa valeur antérieure en 2003 et gagnant près de 10 points jusqu’en 2007. Le coefficient d’exportation s’accroît de 18,5 en 2001 à 28,6 en 2003 et demeure à ce niveau jusqu’en 2007 (Azpiazu et Schorr, 2010).

17 Le taux d’intérêt réel de la banque centrale (LEBAC) devient négatif. La banque centrale suit le principe de contrôle de l’agrégat monétaire M2 visant accommoder l’offre de liquidité à la demande (voir Torija Zane, 2011). Il faut signaler que cette politique de taux d’intérêt ne se traduit pas par un accroissement du crédit interne à l’économie, lequel baisse de 23 % du PIB en 2000 à 13,6 % en 2008 (CEPAL, 2009)

18 Calcul d’Azpiazu et Schorr (2010) à partir de la base de données FLACSO et INDEC. L’analyse de ces auteurs explique en détail le solde de la balance commerciale industrielle. Alors qu’il s’accroît substantiellement en 2002 et 2003 pour l’ensemble du secteur, seul celui des 100 plus grandes entreprises industrielles continue d’augmenter par la suite. Le solde total se réduit à mesure que s’accroît le déficit du reste de l’industrie. Le coefficient d’exportation de ce groupe d’entreprises est passé de 28,3 % à 41,5 de 2001 à 2007 alors le coefficient d’importation de l’ensemble de l’industrie s’élève de 19,7 % à 28,1. Ils observent en outre que seules les activités de transformation de ressources naturelles présentent un solde positif. Cette étude des données industrielles de 1976 à 2007 conclut à la consolidation de la restructuration régressive du secteur, initiée sous la dictature militaire, et qui tend depuis lors à concentrer l’espace d’accumulation sur les avantages comparatifs associés aux ressources naturelles et aux bas salaires.

19 Le système de retraites a été reconverti au principe de répartition et donc « renationalisé » (voir Arza, 2009). Il faut signaler que la mesure a été prise suite à la nécessité d’élargir les sources de financement de la dette publique. Outre le fonds de retraite, celui-ci est par ailleurs alimenté pour une part croissante par les entreprises publiques et par la banque centrale.

20 Le taux de change réel s’apprécie de l’indice 100 en 2000 à 135 en 2008. Les crises de change l’avait fait descendre à 80 en 2003. Il est en juin 2011 de 166. Données IIF/Reiters citées par Torija Zane, (2011).

21 Toutefois la part des exportations nettes dans la croissance du PIB se réduit depuis 2004 et est restée négative de 2006 jusqu’à présent en dehors des trois trimestres de récession engendrée par la crise mondiale fin 2008 et début 2009 (Comptes nationaux, IBGE).

22 La capitalisation boursière est de 15,6 % du PIB en Argentine et de 36,6 % au Brésil en 2009 (Quenan et Torija Zane, 2011)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Formes fonctionnelles de la monnaie et mode de développement
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Crédits Source : CIEPP (2009), données INDEC
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Crédits Source : IPEADATA
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Graphique 3 : Argentine – Parts des prêts et titres dans l’actif financier total
Légende Source : Libro de Entitades Financieras / BCRA (Marques Pereira et Lo Vuolo, 2009)
Crédits Source : COSIF / BCB (Bruno, 2010)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9622/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Graphique 4 : Brésil – Sources des revenus du système financier
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9622/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 2 : une vue synoptique des résultats de l’analyse
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9622/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jaime Marques Pereira, « La monnaie, la politique et la possibilité d’un mode de développement à nouveau fondé sur le marché intérieur au Brésil et en Argentine », Revue de la régulation [En ligne], 11 | 1er semestre / Spring 2012, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 24 juillet 2014. URL : http://regulation.revues.org/9622

Haut de page

Auteur

Jaime Marques Pereira

Professeur à Université de Picardie Jules Verne / directeur-adjoint du Centre de Recherche sur l’Industrie, les institutions et les systèmes économiques d’Amiens (CRIISEA, http://www.u-picardie.fr/CRIISEA/index.php, jaime.marques-pereira@u-picardie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page