Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Il n’est pas simple de répondre au texte que Jean-Marie Harribey a consacré à L’empire de la valeur tant il est minutieux et riche. Riche, par le nombre et l’importance des problèmes qu’il aborde, regroupés selon les trois grands thèmes suivants : 1) « Quelle épistémologie pour les sciences sociales ? » ; 2) « La valeur chez Marx » ; 3) « L’évaluation financière ». Minutieux, car il ne se contente pas, ce qui serait déjà beaucoup, de mettre au jour les questions conceptuelles centrales du livre. Il va plus loin : il n’hésite pas à entrer dans le détail de telle ou telle analyse spécifique, posant à cette occasion toute une série de questions importantes. Il me faut donc répondre sur les deux plans : celui des principes et celui de l’argumentaire, sans réécrire tout le livre. Je vais m’y essayer. D’abord sur le plan des principes pour bien me faire comprendre, puis en considérant quelques questions plus précises qui sont posées au livre. Il ne s’agit en rien d’une réponse exhaustive mais d’une manière de nourrir le débat dans l’espoir de le voir continuer.

Mon rapport au Marxisme

2Sur le plan des principes, je commencerai par dire combien je me sens profondément marxiste de par mon attachement aux trois propositions qui suivent : premièrement, l’économiste doit partir des rapports sociaux ; deuxièmement, pour ce qui est de nos économies, les rapports sociaux primordiaux sont le rapport marchand et le rapport salarial, qu’il s’agit de soigneusement distinguer ; troisièmement, ces rapports sociaux sont d’une nature contradictoire par quoi il faut entendre qu’ils donnent naissance à des conflits de puissances. Ces trois hypothèses définissent ce que je nomme, dans le livre, « l’économie des relations ». L’analyse du rapport salarial que Marx développe dans le Capital constitue, à mes yeux, le paradigme même de cette économie des relations que j’appelle de mes vœux. Analyser le salariat pour Marx, c’est comprendre les processus historiquement déterminés que produit l’opposition entre propriétaires des moyens de production et salariés. Dans une telle perspective, le salaire, la durée de la journée de travail, le profit, les techniques productives, l’investissement, la démographie ne sont en rien des grandeurs naturelles, saisissables en elles-mêmes, mais les résultats variables de la lutte des classes. La théorie de la régulation a brillamment développé ce point de vue, par exemple, lorsqu’elle met en évidence plusieurs logiques de formation du salaire tout au long de l’histoire du capitalisme.

3Mon désaccord avec Marx a pour origine son traitement du rapport marchand dans la section Un du livre Un du Capital intitulée « Marchandise et monnaie ». Pour le dire simplement, je ne trouve pas ce traitement fidèle au paradigme de l’économie des relations que, par ailleurs, Marx construit à l’occasion de son analyse du salariat. Certes, Marx parle de contradictions pour ce qui est du rapport marchand, mais ces contradictions gardent une nature très abstraite. Ainsi en va-t-il de la contradiction entre valeur d’usage et valeur d’échange, entre travail concret et travail abstrait. Ce qui n’apparaît jamais, c’est la division du corps social en puissances qui s’opposent. Alors que, dans l’analyse du rapport salarial, Marx montre avec brio comment le développement de l’antagonisme travail-capital conduit à la production de médiations grâce auxquelles les effets destructeurs de la lutte des classes se trouvent temporairement surmontés, rien de tel n’apparaît pour ce qui est de l’économie marchande. L’équivalence des valeurs s’impose d’elle-même, à l’insu des producteurs-échangistes, à la manière d’une force naturelle. C’est ainsi qu’il faut comprendre la comparaison entre loi de la valeur et loi de la gravitation qu’on retrouve aussi bien chez Marx que chez Smith :

Le caractère de valeur des produits du travail ne ressort en fait que lorsqu’ils se déterminent comme quantités de valeur. Ces dernières changent sans cesse, indépendamment de la volonté et des prévisions des producteurs, aux yeux desquels leur propre mouvement social prend ainsi la forme d’un mouvement des choses, mouvement qui les mène, bien loin qu’ils puissent le diriger. Il faut que la production marchande se soit complètement développée avant que de l’expérience même se dégage cette vérité scientifique : que les travaux privés, exécutés indépendamment les uns des autres, bien qu’ils s’entrelacent comme ramifications du système social et spontané de la division du travail, sont constamment ramenés à leur mesure sociale proportionnelle. Et comment ? Parce que dans les rapports d’échange accidentels et toujours variables de leurs produits, le temps de travail social nécessaire à leur production l’emporte de haute lutte comme loi naturelle régulatrice, de même que la loi de la pesanteur se fait sentir à n’importe qui lorsque sa maison s’écroule sur sa tête. La détermination de la quantité de valeur par la durée de travail est donc un secret caché sous le mouvement apparent des valeurs des marchandises… (Marx 1985, p. 71).

4Mon travail sur la monnaie a toujours eu pour but, depuis La violence de la monnaie, de proposer une modélisation du rapport marchand qui soit conforme à la modélisation marxienne du rapport salarial. Pour ce faire, il s’agit, d’abord, de quitter le monde des grandeurs, celui de la valeur travail, pour lui substituer un monde de puissances en conflit. C’est pour cette raison que j’attache tant de prix au concept de séparation marchande : parce qu’il met en avant la dimension intrinsèquement rivalitaire du rapport marchand. Penser celui-ci comme une séparation, c’est signifier que la société marchande est une société divisée : on y voit un ensemble de producteurs-échangistes en lutte pour la reconnaissance sociale, via l’accumulation de ce pouvoir particulier qu’est le pouvoir d’acheter les marchandises. De même, le rapport salarial peut s’analyser comme une séparation entre propriétaires des moyens de production et travailleurs salariés. La division ainsi produite n’a pas la même structure que la division marchande mais, dans les deux cas, se trouve posée la question de savoir comment une économie divisée ne sombre pas dans le chaos.

5Dans son « Avant-propos à la deuxième édition » de Régulation et crises du capitalisme, Michel Aglietta démontre brillamment quel usage peut être fait du concept de séparation pour élaborer un cadre conceptuel unitaire permettant de penser simultanément le rapport marchand et le rapport salarial :

Dire que les rapports sociaux sont des séparations, c’est faire l’hypothèse que le lien social est un principe de transformation. La violence inhérente aux séparations sociales ne peut exister que comme processus. Les rapports sociaux engendrent une histoire parce que les antagonismes qu’ils désignent se meuvent dans des formes toujours en devenir… Les institutions sociales, dont la plus fondamentale est la monnaie, expriment l’ambivalence d’un ordre fondé sur des séparations. À la fois elles sont les produits du conflit social et elles en normalisent les termes… Dans le champ limité de la séparation sociale qui l’a engendrée, une institution a les attributs d’une souveraineté qui lui permet de promulguer des normes, de poser des références conventionnelles qui transforment les antagonismes en différenciations sociales dotées d’une stabilité plus ou moins solide (Aglietta 1997, p. 13-14).

6Ce faisant, Aglietta explicite la proposition théorique qui est au cœur de l’approche institutionnaliste : les conflits que la séparation engendre trouvent dans les médiations institutionnelles la clef de leur provisoire régulation. Se constituent grâce à ces médiations des différenciations sociales qui stabilisent temporairement les rivalités.

7Chez Marx, la valeur est appréhendée uniquement au moment de sa pleine victoire, lorsque toutes les activités productives ont été soumises à sa loi et, comme nous le dit Marx au tout début du Capital, qu’un quarteron de froment est égal à a kilogrammes de fer. Mais jamais n’est explicité ce qui a produit cette victoire : quelles puissances sociales ont permis à l’économie marchande de surmonter ses divisions ? Selon quel processus ? La comparaison entre loi de la valeur et loi de la gravitation suggère que c’est la valeur travail elle-même agissant comme « loi naturelle régulatrice » qui serait à l’origine d’un tel miracle. Mais comment cette substance opère-t-elle pour se faire connaître et s’imposer ? Ceci est postulé plus que démontré. L’analyse que je propose prend pour point de départ les conflits existant entre les producteurs-échangistes séparés quant à la définition de la valeur. L’enjeu de ces conflits est l’émergence d’un groupe marchand unifié et c’est au travers de l’adhésion collective à une même monnaie que se réalise cette unité. Nous sommes donc face à un processus rivalitaire qui met en concurrence divers biens liquides dans leur commune prétention à exprimer la valeur marchande. Les intérêts des uns et des autres ne convergent pas nécessairement : chaque producteur-échangiste favorisera les biens liquides qui lui donnent un avantage dans la lutte concurrentielle. Telle est la nature de notre analyse. Elle donne à voir un corps marchand originellement divisé qui tente de surmonter ses divisions par l’élection d’une monnaie unanimement reconnue. Cette unification est toujours provisoire car constamment de nouveaux conflits viennent remettre en cause l’unanimité, ce qu’on a nommé des séditions monétaires. Telle est la nature de la contradiction marchande.

8Il est vrai que cette approche théorique a de quoi troubler car, à rebours d’une longue tradition de pensée, celle des théories de la valeur substance, elle laisse la question des prix relatifs hors de son champ d’analyse. Il faut cependant observer que la théorie de la valeur travail de Marx n’est qu’en apparence seulement plus satisfaisante. Car, dès lors qu’on cherche à la mettre en œuvre pour étudier concrètement les rapports d’échange, on se heurte à d’immenses difficultés qui restent irrésolues : qu’est-ce que le travail socialement nécessaire ? Comme spécifier le rapport entre travail complexe et travail simple ? Ajoutons pour faire bonne mesure que, lorsqu’il en vient à l’analyse du capitalisme, à savoir l’économie telle que nous la connaissons, Marx est conduit à adopter une analyse des prix totalement différente, ce qu’il nomme les prix de production. Il ne s’agit plus d’une valeur objective s’imposant à chacun à la manière d’une « loi naturelle régulatrice », mais d’acteurs qui luttent pour leur valorisation. Le prix de production prend acte du fait que le capital individuel pour perdurer doit satisfaire à certaines exigences de profit. C’est là une logique dont nous reconnaissons toute la pertinence : passer d’une valeur substance à l’hypothèse de pouvoirs en conflit pour la valorisation, par quoi nous retrouvons la « Métaphysique des luttes » que décrit Frédéric Lordon. Comme lui, nous considérons la régulation comme « une interrogation sur la possibilité de la cohérence, du “tenir ensemble” ou du “faire système”, mais sachant que cette cohérence d’éléments épars ou hétérogènes n’est jamais originellement donnée, qu’elle est toujours a priori problématique puisqu’à produire sur fond de forces centrifuges » (Lordon 2008, p. 31). C’est ce type d’analyse que le concept de séparation permet.

9Pour clore provisoirement cette discussion, rappelons que, dans L’empire de la valeur, je ne cesse de souligner le fait que, chez Marx, coexistent deux analyses contradictoires : la valeur travail et la critique du « fétichisme de la marchandise ». Assurément Marx est hautement conscient du fait que la valeur marchande est l’expression de rapports sociaux spécifiques, les rapports marchands. En cela, son cadre conceptuel reste pertinent. Harribey a raison de citer Isaac Roubine qui, mieux que personne, comprend cet aspect de la pensée de Marx. Par exemple lorsqu’il écrit :

Le concept de travail abstrait suppose une forme sociale déterminée d’organisation du travail dans une économie marchande : les producteurs marchands individuels ne sont pas directement liés entre eux dans le procès de production lui-même, dans la mesure où ce procès représente la totalité de leurs activités de travail concrètes ; ce lien s’établit à travers le procès d’échange, c’est-à-dire à travers l’abstraction de ces propriétés concrètes. Le travail abstrait n’est pas une catégorie physiologique, mais une catégorie sociale et historique… À d’autres endroits, Marx souligne que cette réduction des formes concrètes du travail à du travail abstrait s’accomplit définitivement dans le procès d’échange (Roubine 2009, p. 193).

10Et plus loin encore :

Le travail abstrait apparaît et se développe dans la mesure où l’échange devient la forme sociale du procès de production, donnant à ce dernier la forme de la production marchande. Si l’échange n’est pas la forme sociale de la production, il ne peut y avoir de travail abstrait (Roubine 2009, p. 193-194).

11Il est indéniable que cette analyse est présente chez Marx et qu’elle y joue un rôle central. Je ne le conteste nullement. Marx est le critique virulent de toutes les approches qui tendent à naturaliser les rapports marchands. Cependant, je maintiens qu’à son corps défendant, le concept de valeur travail le conduit à une analyse ambiguë de ce qu’est la valeur. Tout ce que Marx écrit quant au processus d’abstraction par lequel, au travers de l’échange, les activités privées se dépouillent de leurs caractéristiques concrètes est assurément exact. Mais en quoi l’abstraction ainsi produite serait de la nature du travail ? Pourquoi est-ce du travail abstrait plutôt que de l’utilité abstraite ou toute autre abstraction ? Par ailleurs, d’où cette abstraction tire-t-elle son pouvoir sur les individus ?

12Pour ma part, je défends l’idée que cette abstraction est d’une nature sui generis. Tel est l’enjeu du livre L’empire de la valeur : déconstruire la valeur économique. En conséquence, il faut interpréter les substances auxquelles elle a été identifiée, travail puis utilité, comme des justifications ex post, comme des légitimités provisoires, comme des masques par l’entremise desquels le règne de la marchandise a construit son emprise sur les sociétés et sur les individus. Je ferai l’hypothèse que l’identification au travail est le produit de cette époque particulière qui voit la naissance du salariat, époque qui est précisément au centre du Capital. La question dominante est alors celle de l’homogénéisation du travail. Une fois que cette homogénéisation a été acquise, à savoir lorsque le travail salarié est devenu la forme majoritaire du travail, c’est la marchandisation sans fin qu’il faut prioritairement justifier. Pourquoi toujours plus de marchandises ? L’utilité fournit une réponse judicieuse, à un double titre : parce qu’elle donne du sens à ce qui n’en a pas, en l’occurrence la production infinie de marchandises, et parce que, simultanément, elle en identifie le pouvoir d’attraction. Il devient alors possible d’expliquer la marchandisation comme résultant des désirs individuels.

13Une fois rappelé dans quel cadre conceptuel se situe ma réflexion, il est important de considérer diverses objections ou remarques importantes faites par Jean-Marie Harribey dans son texte.

Remarques diverses

14* « Le chapitre V est certainement le cœur du programme de recherche d’AO. » C’est là une remarque parfaitement exacte. J’y insiste sur le pouvoir des représentations collectives. Jean-Marie Harribey écrit à ce propos :

Mais peut-on expliquer la séparation de l’économie en tant que réalité des autres sphères de la société par l’influence de l’économie en tant que discipline séparée des autres sciences sociales ? Autrement dit, la représentation de l’économie réelle est-elle la principale ou la seule cause de la transformation de cette dernière ?

15La cause ultime de la séparation de l’économie des autres sphères sociales est, à mes yeux, les intérêts marchands qui conduisent au développement des pratiques marchandes. Il est vrai que le développement de ces intérêts passe par leurs représentations. Mais ces représentations ne sont pas nécessairement produites par l’économie ou les économistes. D’autre part, et j’aurai l’occasion de revenir sur ce point, une représentation établit un rapport au réel. Elle n’est pas un fantasme. Ainsi, le désir d’argent est conditionné par une certaine représentation de ce qu’est l’argent mais, pour les acteurs marchands, il s’agit bien d’obtenir cet argent. Obtenir ou non de l’argent est un fait. Lorsque cette obtention d’argent est mesurée au travers des instruments comptables, il s’ensuit l’intervention de certaines conventions sur ce qu’est l’obtention d’argent mais ces conventions produisent une réalité qu’il n’est pas dans le pouvoir des agents de manipuler (sauf en cas de fraudes). Conclusion : mettre l’accent sur les représentations ne signifie en rien que la réalité n’existerait plus mais qu’elle se trouve interprétée selon un certain code.

  • 1  Au sens de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, (1991), De la justification. Les économies de la gra (...)

16* « … que nous disent les néoclassiques les plus orthodoxes, à l’image d’un Gary Becker, sinon que toute décision humaine relève d’une même problématique économique. » J’en suis d’accord. Simplement, nous différons radicalement, Becker et moi, sur ce qu’est cette loi commune de la valeur. Jean-Marie Harribey ajoute : « mais l’idée de loi commune des valeurs consiste à rechercher la commensurabilité des différents espaces de la vie sociale. » La réponse à cette remarque nécessite de préciser ce qu’on met sous le terme de « commensurabilité ». Le monde néoclassique est un monde de la plus parfaite homogénéité, celle que produit le seul critère de l’utile. Pour ma part, je crois à une pluralité de valeurs1 qui sont autant de puissances : politique, marchand et autres. En ce sens, il n’y a pas de commensurabilité, mais une concurrence entre puissances proposant des valeurs différentes. Mon modèle est celui, wébérien, du polythéisme des valeurs. Mais, dans la mesure où ces puissances sociales sont toutes d’une même nature, ce qui a été nommé au chapitre V « puissance de la multitude », elles peuvent se combattre en chaque individu, la plus puissante l’emportant sur les autres. En effet, la loi entre valeurs distinctes est la loi du plus fort.

  • 2  Je pense en particulier à Emmanuel Blanc, « Défense et illustration de la théorie du travail comma (...)

17* « C’est quasiment, au mot près, ce que nous dit Adam Smith au sujet du travail commandé. » Sur Adam Smith, comme me l’ont fait remarquer divers lecteurs que je remercie vivement2, mon analyse demande à être sérieusement amendée. J’en suis d’accord. J’observe seulement que je cite très rarement cet auteur. Il m’apparaît, à lire ces lecteurs, que le travail commandé chez Adam Smith a beaucoup de points communs avec l’approche que je propose. Je pense à cette citation dans la Richesse des nations : « Le travail a été le premier prix, la monnaie payée pour l’achat primitif de toutes choses » qui souligne toute la distance existant entre le travail commandé et le travail incorporé.

18* « Pour le dire plus prosaïquement, ce serait un tour de passe-passe que de dire 1) la valeur se mesure par le prix, et 2) ces deux questions sont indépendantes. » Je ne vois pas pourquoi. Je différencie la question de l’unité de compte par quoi s’établissent l’objectivité du prix et le niveau de ce prix. Ce sont deux questions qui renvoient à des outils différents. Penser les prix suppose de penser les pouvoirs de valorisation comme l’illustrent les prix de production de Marx, alors que la possibilité d’une unité de compte renvoie à l’institution monétaire.

19* Enfin, toute la dernière partie pose la question du rapport entre la valorisation financière et les données « objectives », comme le profit ou l’emploi. C’est là une question importante qui revient très fréquemment. Ce que je dis, contre la théorie de l’efficience financière, est qu’il n’existe pas quelque chose comme une valeur objective des titres. Ce faisant, je suis amené à critiquer l’idée que les prix financiers seraient les expressions, à tous instants, de la vraie valeur. Je dis qu’il y a une autonomie du jugement financier. Mais cette autonomie ne veut pas dire que tout est possible. J’insiste au contraire pour expliquer que le jugement financier se focalise périodiquement sur des conventions financières, à savoir des manières d’évaluer les titres. Pour cette raison, je n’ai aucune difficulté à expliquer qu’un licenciement boursier puisse conduire, avec une grande régularité, à une hausse du prix de l’action dans la période récente. Il existe bien un rapport entre le prix financier et les grandeurs économiques, mais c’est un rapport qui n’est pas fixe, qui est d’une nature conventionnelle. Ces conventions produisent les « limites raisonnables » dont parle Jean-Marie Harribey. À nouveau, le recours aux représentations et autres croyances conventionnelles ne signifie nullement que tout peut arriver. Ces entités médiatrices construisent des relations à la réalité qui sont aussi contraignantes que la réalité elle-même.

20Beaucoup d’autres remarques et critiques ont été laissées de côté mais j’espère sur quelques points avoir pu apporter quelques lumières. Je remercie vivement Jean-Marie Harribey pour tout son travail.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta Michel (1997), Régulation et crises du capitalisme, éditions Odile Jacob, collection « Opus », deuxième édition [1re édition chez Calmann-Lévy, 1976].

Aglietta Michel et André Orléan (1982), La violence de la monnaie, Paris, PUF, coll. « Économie en liberté ».

Boltanski Luc et Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, NRF essais.

Blanc Emmanuel (1990), « Défense et illustration de la théorie du travail commandé d’Adam Smith », Working Paper, miméo, mars.

Lordon Frédéric (2008), « Métaphysique des luttes », in Lordon (éd.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, chapitre 1, p. 23-54.

Marx Karl (1985), Le Capital, Livre I, sections I à IV, Paris, Flammarion, coll. « Champs » [1re édition 1867].

Roubine Isaak I. (2009), Essais sur la théorie de la valeur de Marx, Paris, éditions Syllepse [1928].

Haut de page

Notes

1  Au sens de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, NRF essais.

2  Je pense en particulier à Emmanuel Blanc, « Défense et illustration de la théorie du travail commandé d’Adam Smith », document de travail du centre Walras, n° 134, Lyon, mars 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Orléan, « Réponse à Jean-Marie Harribey », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 31 juillet 2016. URL : http://regulation.revues.org/9502

Haut de page

Auteur

André Orléan

directeur de recherche au CNRS, ENS-UMR Paris-Jourdan sciences économiques, andre.orlean@ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page