Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Alfonso Giuliani, Crédit, consommation et production dans la pensée de Thorstein Veblen

Alfonso Giuliani

Résumé

Some elements of Veblen’s institutionalism can offer an interesting interpretation of Graziani’s scheme of the Monetary Theory of Production. On the analytical level, this approach which includes consumer behaviour and choices of firms is based on a methodology of ‘macro-foundation of microeconomics’. In the first case, individual consumer choices are deeply influenced by ‘instincts’, or habits, and especially emulation (i.e. leisure class) in opposition with the axiom of rational choice. In the second case, the company is considered as a place of conflicts. Conflicts are embodied in opposition between the will of the ‘technical’ and the goal of businessmen. The technical want to apply the knowledge gained by expanding output (motived by workmanship), while the businessmen want to contract the production to increase prices and profits (predatory instinct). The volume of production and the employment rate depends crucially on the outcome of bargaining within the enterprises. This setting allows us to resolve the ‘paradox of profits’ in two ways: i) considering the steady increase in consumption by rentier, financed by banks (and/or owners of the banks themselves); ii) assuming heterogeneity of firms allow the possibility that the failure of some firms can provide extra monetary profits for the other firms.

Haut de page

Texte intégral

1Soutenue le 24 mai 2011 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en co-tutelle avec l’université des études des Macerata (Italie)
Sous la direction de Bernard Paulré, professeur
Jury :
Guglielmo Forges Davanzati, professeur, Università del Salento
Pr. Carlo Benetti, professeur, université de Paris 10 (rapporteur)
Carlo Vercellone, maître de conférences, université de Paris 1
Luca Fiorito, professeur, Università di Palermo (rapporteur)
Massimiliano Vatiero, professeur, Università di Lugano-USI

Question(s) de recherche

2La thèse a pour objet une reconstruction critique de la théorie monétaire de la production (TMP) menée à partir de la conception veblenienne du crédit, de la consommation et de la production. La TMP peut être attribuée à différentes écoles de pensée aux fondements théoriques différents. Il s’agit notamment de l’école de Paris de A. Parguez, F. Poulon, R. Arena, de l’école de Dijon fondée par B. Schmitt, de l’école nord-américaine de M. Seccareccia, G. Parket-Foster et J. Knodell, et de l’école italienne dont A. Graziani et M. Messori sont les principaux représentants. Notre recherche a pour objectif d’analyser l’approche du circuit monétaire élaborée par A. Graziani et de dépasser certaines de ses limites, méthodologiques et analytiques, concernant le bouclage du circuit en utilisant les éléments de l’institutionnalisme de Veblen.

Méthode

3La théorie veblenienne de la consommation et de la production a été intégrée sur un plan analytique au cadre théorique de la TMP afin de définir les fonctions de comportement des agents économiques en supposant qu’ils sont dirigés par l’histoire, individuelle et collective, par les groupes sociaux auxquels ils appartiennent, par les « instincts », les coutumes, les habitudes. La thèse se compose de trois chapitres. Le premier est consacré à la reconstruction du schéma du circuit proposé par Graziani. Dans le deuxième, on reconstruit le rôle de la consommation dans la pensée de Veblen en faisant l’hypothèse du bouclage du circuit par les choix de consommation des rentiers. Le troisième chapitre développe l’analyse de la production chez Veblen, avec pour hypothèse le bouclage du circuit à travers les choix des entreprises.

Résultat(s)

4Une hypothèse nouvelle de bouclage du circuit a été introduite sur la base la théorie veblenienne de la consommation et de la production. Du côté de la consommation, il est possible d’envisager l’injection de monnaie dans le circuit à travers la dépense des rentiers, grâce à la valorisation financière de leurs actifs et aux crédits auxquels leur patrimoine leur permet d’accéder. Alors que cette représentation du processus économique peut être interprétée dans un sens malthusien, la thèse montre que cette interprétation ne tient pas compte du fait que l’accumulation fondée sur l’augmentation de la consommation de biens de luxe est parfois cause d’instabilité macroéconomique. Cette éventualité se produit surtout lorsque les capitalistes ont tendance à absorber les habits of mind (habitus de pensée) des rentiers, en allouant des quantités croissantes de profits accumulés à l’achat de produits de luxe et à l’acquisition d’assets, conduisant ainsi à un paradigme fondé sur « le devenir rente du profit». Du côté de la théorie de la production, l’analyse de Veblen du processus industriel met l’accent sur la capacité individuelle des hommes d’affaires, captains of industry (capitaines d’industrie), à avoir recours au système bancaire et à accumuler une masse croissante de richesses. Le rôle du crédit permet de situer Veblen parmi les « précurseurs » de la théorie monétaire de la production. La place qu’il attribue au crédit par rapport à l’épargne le mettrait sur la même ligne de pensée de Keynes. À cette convergence s’ajoute l’importance que les deux économistes reconnaissent à l’aspect psychologique dans les décisions d’investissement des capitalistes. Les choix d’investissement par le capitaine d’industrie sont fondés sur la capacité de l’entreprise à produire des biens grâce à l’efficacité industrielle garantie par le workmanship (instinct de fabrication), lequel fait de l’entreprise un lieu de conflits. Des conflits dans lequel s’affrontent d’un côté les hommes d’affaires, mus par leur instinct de prédation et de l’autre côté les techniciens qualifiés mus, eux, par leur instinct de fabrication. Le plus haut degré d’efficacité technique atteint par certaines entreprises peut déterminer des coûts de production et des prix plus bas. De cette façon, des profits dans l’ensemble des entreprises sont engendrés, ce qui apporte une solution à l’une des questions irrésolues concernant le bouclage du circuit chez Graziani : la réalisation des profits monétaires.

Haut de page

Bibliographie

Fontana, G. Realfonzo, R. (éds), (2005). The Monetary Theory of Production: Tradition and Perspectives. London: Macmillan.

Graziani, A. (1994). La teoria monetaria della produzione. Arezzo: Banca Popolare dell’ Etruria e del Lazio.

Graziani, A. (2003) The Monetary Theory of Production; Cambridge: Cambridge University Press.

Keynes, J. M,. (1979). Trattato della moneta, Milano: Fetrinelli.

Keynes, J.M. (2006). Teoria generale dell’occupazione, dell’interesse e della moneta. Torino: UTET.

Veblen, T. (1946). The instinct of workmanship, and the state of the industrial arts. New York: Viking Press.

Veblen, T. (1969). OPERE di Thorstein Veblen. (F. D. Domenico, A cura di) Torino: UTET.

Veblen, T. (1970). La Teoria dell’Impresa. Milano: F. Angeli.

Veblen, T.(2007). La teoria della classe agiata. Studio economico sulle istituzioni. Torino: Edizioni di comunità.

Veblen, T. (2009). Absentee ownership: business enterprise in recent times: the case of America; New Brunswick; USA: Transaction Publishers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alfonso Giuliani, « Alfonso Giuliani, Crédit, consommation et production dans la pensée de Thorstein Veblen », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/9462

Haut de page

Auteur

Alfonso Giuliani

Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’économie de la Sorbonne, axe Institutions, ATER, alfonso.giuliani@malix.univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page