Navigation – Plan du site
Opinions - débats

La crise contemporaine, une crise de la modernité technique

The contemporary crisis as a crisis of modern technique
La crisis contemporánea, una crisis de la modernidad técnica
Hélène Tordjman

Résumés

La crise financière et la crise écologique sont les manifestations d’une crise plus globale et profonde, la crise de nos rapports à la nature et à la société, caractérisés par une volonté de maîtrise étendue, une instrumentalisation et une artificialité croissantes. Mais malgré la puissance des outils et techniques modernes, les sociétés sont globalement de plus en plus fragiles, et la recherche de l’efficacité se retourne contre elle-même, engendrant des situations inefficientes voire absurdes. Ce phénomène de contreproductivité, mis en lumière par Ivan Illich dans les années soixante-dix, se repère pareillement dans la sphère financière et dans les relations que l’homme d’aujourd’hui entretient avec la nature. On montre qu’il trouve son origine dans la domination de la rationalité instrumentale et la tendance à l’autonomie de la technique moderne. Puis on en étudie deux expressions particulières. Dans le domaine de la finance, les enchaînements à l’œuvre depuis les subprimes témoignent de la manière dont les outils dévolus à une meilleure gestion des risques ont contribué au contraire à accroître le risque global. D’une façon similaire, le système agricole productiviste qui tend à devenir la norme aujourd’hui engendre de multiples nuisances et effets pervers, qu’on pense résoudre en faisant un pas de plus dans la même direction.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie Valérie Boisvert, Béatrice Boulu, Sandrine Haas et André Orléan, ainsi que deux rapporteurs anonymes, pour leurs remarques stimulantes ; les erreurs et imperfections qui subsistent sont de mon fait.

Introduction

1Ce qui frappe dans l’analyse qui est généralement faite de la crise du capitalisme contemporain est qu’elle traite de manière séparée les questions économiques et les questions écologiques. Il s’ensuit deux littératures qui ne se parlent pas, ou si peu, l’une portant sur l’instabilité des processus économiques et financiers, l’autre tentant d’appréhender les effets du capitalisme industriel sur notre environnement et les moyens d’y remédier. Si cette manière de penser a permis de nombreuses avancées dans notre connaissance de ces domaines, il est pourtant un aspect de la situation contemporaine qui lui échappe, dont précisément nous pensons qu’il est aujourd’hui essentiel : le fait que la crise est une crise véritablement globale. Autrement dit, nous soutenons que les crises financières, économiques et écologiques doivent être analysées comme les expressions d’une même crise plus profonde, celle de nos rapports à la société et à la nature, caractérisés par une volonté de maîtrise étendue. Derrière des expressions concrètes qui peuvent être différentes, une logique commune apparaît qu’il s’agit de mettre en évidence, celle d’une civilisation qui oublie ses finalités parce qu’elle s’ingénie à accroître ses moyens techniques.

2La crise financière et la crise écologique (sous ses aspects multiples, dérèglement climatique, épuisement des ressources, pollutions de tout type, érosion de la biodiversité…) ont en effet plus de points communs qu’il n’y paraît au premier abord. Dans les deux cas s’y manifeste l’idée que les risques relèvent de la gestion technique. Ces derniers ne demandent pas de précautions hors du commun parce qu’ils sont pensés et construits comme des objets techniques, que l’on croit contrôler. Il s’ensuit qu’ils sont systématiquement sous-estimés. La proximité des discours de légitimation des OGM et de la titrisation financière est de ce point de vue éclairante : « cela va décupler notre puissance d’action, donc de rendement », « c’est nouveau, cela permet de faire plus de choses, donc c’est intrinsèquement bon », « nous trouverons des solutions au fur et à mesure que les problèmes se posent », et autres arguments du même genre laissant faussement entendre que nous contrôlons la situation. C’est ce que nous appelons l’illusion technique.

3La crise financière et la crise écologique partagent une autre caractéristique, liée à la précédente. Elles sont d’une ampleur qui nous dépasse complètement, malgré nos moyens de plus en plus sophistiqués. La dissémination du risque financier par la spéculation sur les produits dérivés de crédit et le dérèglement climatique sont tous deux des résultats d’une multitude d’actions (physiques ou monétaires) émanant d’unités (entreprises, États) opérant à un niveau gigantesque, actions à la fois surpuissantes de par la taille et le pouvoir des acteurs qui agissent, et diluées dans la chaîne d’intermédiaires requis pour mener à bien ces actions collectives d’un ordre de grandeur sans précédent dans l’histoire de l’humanité. L’approfondissement de la division du travail, ininterrompu depuis deux siècles au moins, a en effet permis une croissance continue de l’ordre des opérations politiques, économiques et administratives, ce qui est certainement l’un des traits marquants de notre modernité. Les progrès technologiques aidant, en particulier ceux touchant aux transports, puis aux modes de communication et de circulation de l’information, le réseau des interdépendances s’est tellement accru que les responsabilités se sont dispersées parmi une multitude d’acteurs spécialisés. La possibilité d’une action véritable s’en trouve diluée d’autant.

  • 1  Pour une ébauche de ce cadre général, voir Hélène Tordjman (2009).

4Notre hypothèse principale est que les phénomènes à l’œuvre dans ces différentes crises sont similaires, et relèvent de deux ordres : celui du marché et celui de la technique. L’extension du domaine des marchés est avérée depuis deux siècles : comme l’a montré Karl Polanyi (1944), et Karl Marx avant lui, la nouveauté radicale des Temps modernes se situe justement là, les relations des hommes avec la nature et entre eux devenant médiatisées par un mécanisme de prix. Mais le marché n’est pas tout, et d’autres auteurs ont analysé le développement du capitalisme industriel comme un processus général de rationalisation des activités humaines (Max Weber, 1919, 1920) et d’extension de la technique, entendue comme mode d’action recherchant l’efficacité et la rationalité avant tout (Jacques Ellul, 1954, 1977). Marché et technique sont, d’un point de vue économique, les deux piliers du monde moderne. Notre deuxième hypothèse concerne leurs relations. Elles sont nombreuses et nous n’entrerons pas dans leur détail ici, mais dans un souci de clarté, précisons leur hiérarchie. Il nous semble que la technique est première, et que c’est en grande partie grâce aux outils fournis par la technique que le marché a pris la puissance qu’on lui connaît aujourd’hui. L’institution marchande n’a pu devenir centrale que parce qu’elle s’est inscrite dans ce mouvement général de rationalisation décrit par Max Weber. Exposer dans le détail ces deux hypothèses et leurs implications dépasse largement le cadre d’un article, et notre objet est plus limité, mais ce qui suit doit être pensé dans ce cadre général1.

5C’est ce modèle de maîtrise technique, à l’œuvre aussi bien en finance que dans nos relations avec la nature, qui est en crise. Ivan Illich en a spécifié une des formes fondamentales, à savoir la contreproductivité, dès les années soixante-dix : la recherche d’efficacité à tout prix y fait obstacle à l’efficacité elle-même et se retourne contre elle. C’est un effet pervers ou paradoxal majeur de l’évolution des institutions économiques et des grands systèmes techniques contemporains, qui dévoile clairement nous semble-t-il l’ambivalence de la technique moderne. C’est pourquoi ce sera notre concept central, qui permettra de comprendre à la fois la crise financière et la crise écologique.

  • 2  In Œuvres complètes, t. 1, p. 466. Ivan Illich était un sociologue inclassable, anciennement prêtr (...)

6L’idée générale est qu’au-delà d’un certain seuil, le développement technique, pourtant mu par la recherche d’efficacité, engendre au contraire des situations inefficaces. Ainsi, même en admettant que la recherche de rationalité et d’efficacité soit l’aune à laquelle il faille juger chaque action humaine, ce qu’Illich fait semblant de faire pour donner plus de poids à son argument, son extension sans limites produit l’inverse de ce qui était recherché. Par exemple, l’industrialisation des systèmes de santé ou d’éducation mène à des absurdités : les médicaments rendent malade et l’école forme des cancres ou des êtres aliénés. Cette tendance qu’a la technique à se retourner contre ses propres buts est très générale et s’observe dans bien des domaines. « Depuis que l’industrie des transports a franchi son second seuil de mutation, les véhicules créent plus de distance qu’ils n’en suppriment. L’ensemble de la société consacre de plus en plus de temps à la circulation qui est supposée lui en faire gagner. L’Américain type consacre, pour sa part, plus de 1500 heures par an à sa voiture : il y est assis, en marche ou à l’arrêt, il travaille pour la payer, pour acquitter l’essence, les pneus, les péages, l’assurance, les contraventions et les impôts. Il consacre donc quatre heures par jour à sa voiture, qu’il s’en serve, s’en occupe, ou travaille pour elle » (Illich, 1973)2.

7La première partie de ce papier s’attachera à préciser cette notion de contreproductivité qui est pour nous centrale comme caractérisation de la crise du modèle technique, tout en en éclairant les origines profondes, qui tiennent à l’extension continue de la logique d’action rationnelle en finalité (Weber), et à la dimension en partie autonome de la technique moderne (Ellul).

8Les deux parties suivantes montreront comment s’exprime la contreproductivité dans deux cas, la finance de marché des trente dernières années qui a produit entre autres crises celle des subprimes, et l’agriculture industrielle, elle aussi structurellement en crise. La contreproductivité, résultat paradoxal du développement de la technique, se repère en effet aussi bien dans l’évolution démesurée de la sphère financière que dans le système agraire contemporain, intensif et productiviste, deux domaines empiriquement très éloignés où se dévoilent pourtant les mêmes logiques sous-jacentes. Elle est présente dans bien d’autres domaines, nos deux exemples sont des manifestations particulières de ce phénomène général. Leur distance empirique ne révèle que mieux son ubiquité.

1. Une civilisation de moyens : recherche du rendement et contreproductivité

  • 3  Selon les mots de Peter Winch commentés par Vincent Descombes, (2000).

9Où que l’on se tourne aujourd’hui, quelle que soit l’activité sur laquelle on se penche (santé, éducation et autres secteurs de l’intervention publique traditionnelle, agriculture, science, médecine…), la recherche de l’efficacité dans l’action apparaît comme le critère ultime pour juger de la légitimité de ladite action. Il faut « gérer au mieux » un capital, une situation difficile ou une crise, « optimiser » les efforts, les dépenses et les apprentissages, « rationaliser » l’organisation des firmes, des administrations, de la sphère financière, de la santé ou de la justice. Bref, la recherche de l’efficacité en toutes choses est devenue l’horizon indépassable de nos sociétés. Tous nos efforts sont tendus vers l’invention de nouveaux moyens plus ingénieux et plus puissants qui nous permettront de résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés : la lenteur des décisions, le gaspillage des énergies, les effets non anticipés des techniques développées précédemment… Le monde occidental a construit une civilisation de moyens de plus en plus puissants, où la science et la technique fournissent des outils à la réalisation de notre désir de maîtriser et d’orienter la nature et la société. Des trésors d’ingéniosité et d’inventivité sont dédiés à la mise au point de nouvelles techniques résolvant des problèmes posés par l’accumulation de ces moyens qui nous dépassent, sans qu’une force de rappel de l’ordre du sens de ce que l’on fait ne se fasse sentir. Comme le dit Günther Anders (1988, p. 51-52), « notre monde, pourtant inventé et édifié par nous, est devenu si énorme, de par le triomphe de la technique, qu’il a cessé, en un sens psychologiquement vérifiable, d’être encore réellement notre. Qu’il est devenu trop pour nous ». Anders pointe là un des effets de l’emprise de la technique sur nos sociétés, emprise dont la source majeure, selon nous, est le règne de ce mode d’action très particulier centré sur la recherche d’efficacité et de rationalité. Autrement dit, à ce mode d’action rationnel, au niveau de l’individu, correspond une situation caractérisée par la domination de la technique au niveau collectif. Ce sont « les deux faces d’une même pièce »3, la mentalité rationnelle (qui relève de l’idéologie des Temps modernes) se traduisant socialement par un développement de la technique (au sens de Jacques Ellul, voir infra). Ceci est de nature à engendrer la contreproductivité de ce déploiement de moyens visant à construire un monde meilleur : la technique se retourne alors contre les fins initialement poursuivies.

10Cette conséquence paradoxale de l’extension de la technique est intimement liée au processus de rationalisation qui caractérise la société industrielle, comme Illich l’a montré avec force. Nous verrons comment ce phénomène s’articule avec la logique que Max Weber dénomme « rationnelle en finalité », ainsi que ses liens avec la dynamique souvent autonome ou autocentrée de l’évolution technique. Mais auparavant, il nous faut préciser ce qu’on entend par mode d’action rationnel ou technique, et montrer que l’action marchande est aujourd’hui l’expression privilégiée de la rationalité en finalité.

1. 1. Action technique et action marchande

  • 4  Hannah Arendt est surtout connue pour son œuvre de théorie politique concernant le totalitarisme e (...)

11Weber a été le premier à voir dans le processus de rationalisation l’essence du capitalisme industriel. Dans la Remarque préliminaire à L’éthique protestante, il analyse la spécificité du capitalisme occidental. Elle réside selon lui dans l’organisation rationnelle des activités économiques, qui, pour se développer, ont besoin que soient rationalisés d’autres domaines comme la science, le droit et l’administration. « Car le capitalisme d’entreprise moderne et rationnel exige non seulement des outils de travail techniques aux effets calculables, mais aussi une juridiction aux effets calculables et une administration régie par des règles formalisées […] Seul l’Occident a mis à la disposition de ses gestionnaires économiques un droit et une administration ayant atteint un tel degré d’achèvement technique et formel » (p. 62). Le support de cette rationalisation, dont la caractéristique principale pour Weber est le calcul, est fourni par le développement de la science moderne. Le capitalisme est en effet « tributaire de la possibilité de calculer les facteurs techniquement décisifs : les bases d’un calcul exact. En réalité, cela signifie qu’[il] est tributaire de la spécificité de la science occidentale, des sciences de la nature en particulier, dont les fondements exacts et rationnels sont les mathématiques et l’expérimentation » (p. 61). Prévisibilité et contrôle deviennent des qualités recherchées et légitiment les actions entreprises en leur nom. Le calcul et la volonté de maîtrise qui lui est attaché, qui ne s’expriment nulle part ailleurs mieux que dans les sciences modernes, nous met dans une position de surplomb et d’instrumentalisation vis-à-vis du monde, ce qu’Hannah Arendt appelle l’aliénation au monde, qui provoque un sentiment d’hubris quelque peu prométhéen4.

12Ce changement idéologique profond se traduit, au niveau individuel, par la domination d’un mode d’action que Weber dénomme « rationnel en finalité », ou zweckrational. « Agit de façon rationnelle en finalité celui qui oriente son activité d’après les fins, moyens et conséquences subsidiaires et qui confronte en même temps rationnellement les moyens et la fin, la fin et les conséquences subsidiaires et enfin les diverses fins possibles entre elles » (Weber, 1956, tome 1, p. 57). « Elle est celle de l’ingénieur qui construit un pont, du spéculateur qui s’efforce de gagner de l’argent, du général qui veut remporter la victoire. Dans tous les cas, l’action zweckrational est définie par le fait que l’acteur conçoit clairement le but et combine les moyens en vue d’atteindre celui-ci » (Raymond Aron, 1967, p. 500).

  • 5  In (1954), p. 40. La réflexion d’Ellul sur la technique traverse toute son œuvre, mais nous nous a (...)

13Analysant l’emprise croissante de la technique sur les sociétés occidentales, Jacques Ellul fait un constat très proche de celui que fait Max Weber, où la « technique » entendue au sens large de processus de rationalisation est ce qui fonde notre modernité. Pour lui, la technique ne se confond pas avec les machines, ni même avec les techniques de production. Son sens est plus vaste et caractérise le monde occidental depuis le xviiie siècle ; son trait principal est la recherche de rationalité et d’efficacité, « le souci des hommes de maîtriser les choses par la raison » (Ellul, 19545). Plus précisément, « la Technique est constituée par l’ensemble des moyens absolument les plus efficaces à un moment donné. Ceci permet de décrocher la Technique de la machine, car il y a effectivement bien d’autres techniques que celles qui se rapportent aux machines (par exemple les techniques sportives). De plus, cette définition a l’avantage de rappeler que la Technique est constituée de moyens […]. Autrement dit, partout où il y a recherche et application de moyens nouveaux en fonction du critère d’efficacité on peut dire qu’il y a Technique. Celle-ci n’est donc définie ni par les instruments employés ni par tel ou tel domaine d’action » (1977, p. 37-38). La technique en ce sens dépasse ce que nous avons coutume d’entendre spontanément par ce terme, puisqu’elle inclut les techniques administratives ou d’organisation qui visent à coordonner les moyens mis en œuvre dans les différentes sphères d’activité, techniques de plus en plus nécessaires au fur et à mesure que la division du travail et l’ampleur de notre action s’accroissent. La technique au sens où l’entend Ellul comprend aussi ce qu’il dénomme les « techniques de l’homme », c’est-à-dire celles dont le but est de rendre l’action de l’homme socialement plus efficace, comme la psychologie, la pédagogie, ou la publicité et la propagande. Les bouleversements qu’ont connus les conditions d’existence des êtres humains depuis deux siècles nécessitent en effet des efforts d’adaptation considérables ; les « techniques de l’homme » contribuent à cette adaptation.

  • 6  Return On Equity, ou rendement des capitaux propres.
  • 7  Downing (1860) in Marx (1867), Livre premier, tome trois, p. 202. De façon moins caustique, voir l (...)

14Du point de vue développé ici, l’action marchande, qui conduit à mettre en œuvre les meilleurs moyens pour s’enrichir, appartient au domaine de l’action rationnelle ou technique : elle est une des formes majeures que prend la Zweckrationalität aujourd’hui. Chercher à accumuler des richesses se traduit en effet par la volonté de faire fructifier son capital, de le rendre le plus efficace possible dans sa capacité à s’agrandir et à faire des petits. La rentabilité monétaire du capital investi est l’aune à laquelle on juge de son efficacité technique, mesurée par des ratios dont le ROE6 est aujourd’hui le plus utilisé. Les seules actions légitimes sont dans l’ensemble celles qui rapportent le profit maximal. Banques et entreprises industrielles ne sont désormais gérées que dans cette optique, quelles que soient les « conséquences subsidiaires » engendrées par leur course à la compression des coûts et à la maximisation de leur valeur actionnariale. Le capitalisme, en mettant au cœur de l’action humaine la recherche de rendement et d’efficacité économique, légitime et incite à toute action entreprise en leur nom. Il n’est pas étonnant dès lors que s’affiche la cupidité la plus indécente : gagner de l’argent est une marque d’intelligence, d’inventivité et de maîtrise supérieure sur le cours des choses. F. J. Downing, cité par Karl Marx dans Le Capital (1867) le voyait déjà très bien : « Le capital fuit les tumultes et les disputes et est timide par nature. Cela est très vrai, mais ce n’est pas pourtant toute la vérité. Le capital abhorre l’absence de profit ou un profit minime, comme la nature a horreur du vide. Que le profit soit convenable, et le capital devient courageux : 10 % d’assurés, et on peut l’employer partout ; 20 %, il s’échauffe ; 50 %, il est d’une témérité folle ; à 100 %, il foule aux pieds toutes les lois humaines ; 300 %, et il n’est pas de crime qu’il n’ose commettre, même au risque de la potence »7. De nos jours, des institutions comme la santé ou l’éducation sont contaminées par cette logique de rentabilité, tout comme les relations au travail, devenues « gestion optimale du capital humain », ainsi que les relations entre les êtres humains et la nature, caractérisées par une instrumentalisation et une artificialisation croissantes, comme on le verra dans la partie III concernant l’agriculture.

15L’être humain dépeint par les sciences économiques, l’homo œconomicus, est emblématique de ce mode d’action rationnel : il maximise son utilité sous des contraintes techniques et budgétaires, estime de façon probabiliste les risques auxquels il s’expose, bref, il calcule pour identifier les meilleurs moyens à mettre en œuvre en vue de satisfaire ses besoins. Cette hypothèse de rationalité fonde aujourd’hui l’ensemble de la théorie économique dominante (standard ou orthodoxe, mainstream diraient les anglo-saxons), et met en scène des agents économiques calculateurs des peines et des plaisirs, des rendements espérés et des risques associés aux actions envisagées.

  • 8  Les externalités sont des effets non voulus d’actions visant un autre but, qui, comme leur nom l’i (...)

16Il est pourtant loin d’être clair que la recherche par chacun de son profit personnel contribue à l’intérêt général, en l’occurrence le bien-être des populations. La théorie économique standard elle-même ne parvient à confirmer cette hypothèse que dans des contextes très simples de concurrence parfaite, sans externalités8. Cette vision préside même à l’élaboration des comptabilités nationale et privée. Par exemple, les externalités que sont la pollution et la destruction de la nature ne sont pas prises en compte (négativement) dans le calcul du PIB ; au contraire, elles y participent positivement par toute l’activité économique qu’elles nécessitent pour les limiter. Ainsi, usines de retraitement des eaux usées, incinérateurs, stockage des déchets nucléaires et dépenses de santé induites par toutes ces pollutions augmentent le PIB, principal critère de compétitivité et de richesse retenu de nos jours. Le développement démesuré de notre organisation économique, et en particulier de toutes les activités dédiées à la gestion de telles externalités, est l’expression globale, macroéconomique, de la généralisation au niveau microéconomique de la recherche de l’efficacité et du rendement.

1. 2. Rationalisation, autonomie de la technique et contreproductivité

17Weber, Ellul et Illich font tous trois à peu près le même constat : dans la société moderne, capitaliste et industrielle, les individus s’organisent et sont organisés dans des systèmes de plus en plus grands et administrés par des bureaucrates, des techniciens et des experts de tout poil. Les grandes firmes, les services plus ou moins publics de la santé et l’éducation, de la justice ou la police, tendent à présenter des caractéristiques similaires : la division du travail et la spécialisation des tâches y est croissante, on y cherche sans arrêt des solutions pour économiser les moyens humains et financiers, pour accroître la rentabilité de l’activité. Il ne nous paraît pas exagéré de dire que dans ces institutions industrielles, comme les qualifie Illich, la variante marchande de la rationalité en finalité fonde l’essentiel des activités.

18Notons que dans la définition de l’action technique chez Ellul, la recherche de l’efficacité est le principal moteur de l’action ; dès lors, tout n’est effectivement qu’une question du choix du moyen le plus efficace. La Zweckrationalität de Weber est une notion plus riche, elle offre une palette d’action plus large puisque les fins peuvent être autre chose que l’efficacité, et le comportement rationnel en finalité inclut une délibération sur les fins. Néanmoins, la focalisation sur l’adéquation des moyens aux fins laisse au premier plan la recherche du moyen le plus efficace pour atteindre une fin donnée. De plus, dans le contexte du régime capitaliste, et Weber le voit très clairement, la fin privilégiée est celle du profit et de la rentabilité. La recherche de l’efficacité, c’est-à-dire le fait de parvenir au maximum de résultat avec le minimum d’effort ou de coût, est donc le moteur principal de l’action. Ainsi, même si ces notions chez Ellul et Weber ne se recouvrent pas exactement, il nous semble quand même légitime de les associer dans la mesure où a) les motifs d’action sont similaires, et b) la technique ellulienne décrit en quelque sorte le résultat agrégé d’actions individuelles dominées par la rationalité en finalité wébérienne. Elles sont « les deux faces d’une même pièce ».

19Comment cette rationalisation à outrance mène-t-elle à des organisations et des institutions contreproductives ? Par des voies multiples, mais il en est une qui nous semble particulièrement importante, analysée par Ellul dans sa caractérisation du phénomène technique : la tendance qu’a la technique à se produire elle-même, à se développer de façon plus ou moins autonome. Il y a là quelque chose qui peut sembler paradoxal à première vue : la recherche d’efficacité, quand elle est généralisée, pourrait conduire à des situations moins efficaces ? C’est qu’il faut prendre en compte les effets des interactions entre les hommes, et plus généralement la nature fondamentalement dynamique du capitalisme industriel.

20La recherche de rendement est, on l’a dit, typique de l’action zweckrational. La fin est bien identifiée, accroître la rentabilité, et une grande partie de notre énergie est dépensée dans la recherche de moyens plus ingénieux, plus puissants, toujours nouveaux ; tout est prévu, pensé, calculé, stratégiquement mis au point, même si l’imperfection humaine et les effets non voulus des interactions entre les hommes mènent rarement aux résultats escomptés. C’est là d’ailleurs une des sources de la dynamique de ces institutions et grands systèmes techniques : des effets non anticipés se produisent inévitablement, ce qui est une des impulsions à la recherche de nouveaux moyens et de nouvelles manières de résoudre les problèmes. Joseph A. Schumpeter (1942), suivant Marx lui aussi, a très bien analysé le caractère fondamentalement dynamique du capitalisme industriel, cet ouragan perpétuel qui le fait sans cesse se renouveler de l’intérieur. Une des questions qui se pose est celle du sens de cette dynamique : où va-t-on ? Qui décide, selon quels critères et quelles valeurs, par quels processus ? La destruction créatrice est-elle aveugle ?

21Les réponses données à ces questions par Ellul, Illich et une bonne part des auteurs cités ici n’incitent guère à l’optimisme. Même si leurs positions ne sont pas exactement les mêmes et les chemins qu’ils prennent pour parvenir à ces conclusions diffèrent quelquefois radicalement, tous évoquent le caractère plus ou moins autonome de la technique, qui tend à se développer en suivant sa logique propre, en résolvant des problèmes qu’elle se pose à elle-même, telle un processus sans sujet.

  • 9  Voir Paul David (1985).

22C’est incontestablement Ellul qui va le plus loin dans cette vision de l’« auto-accroissement » de la technique, qui passe principalement par deux mécanismes. Premièrement, une nouvelle technique est très souvent la solution à un problème particulier (pas toujours la meilleure d’ailleurs comme le montre l’histoire de l’adoption du clavier QWERTY9). Une fois cette solution adoptée, qu’elle soit la meilleure à ce moment-là ou pas, d’autres problèmes vont surgir du fait du fonctionnement même de la chose. David Landes évoque ce phénomène déjà à l’œuvre au moment de la Révolution industrielle : « le changement enfantait le changement. En premier lieu, bien des améliorations techniques ne furent praticables qu’après telles progressions faites dans des domaines connexes. La machine à vapeur donne l’exemple classique de cet état de corrélation intime : il fut impossible d’obtenir une machine à condensation efficace tant que l’on n’eut pas trouvé moyen, par de meilleurs procédés de métallurgie, de fabriquer des cylindres parfaitement ajustés. En second lieu, une innovation permettait des gains en productivité et en rendement, qui exerçaient inévitablement leur pression sur les opérations industrielles annexes. La demande en charbon fit que l’on creusa les mines toujours plus profond, jusqu’au moment où les suintements d’eau représentèrent un risque grave ; la réponse, ce fut une pompe à plus gros débit, la machine à vapeur atmosphérique » (1969, p. 11).

  • 10  (1986), cités par Jean-Pierre Berlan (2001), p. 47-48.

23On retrouve la même figure aujourd’hui à peu près partout, y compris dans la finance et dans l’agriculture. Par exemple, comme l’ironisent Richard Lewontin et Jean-Pierre Berlan10, « les agriculteurs ont besoin d’un pesticide pour éliminer un insecte devenu ravageur parce que les “mauvaises” herbes sur lesquelles il vivait ont été éliminées par les herbicides, lesquels ont été introduits pour supprimer le sarclage mécanique, lequel est interdit par l’augmentation de la densité de plantation, laquelle a été accrue parce que les plantes ont été sélectionnées pour leur productivité à haute densité, laquelle leur permet de tirer parti de l’utilisation massive d’engrais à bas prix, laquelle rend les plantes encore plus appétissantes aux ravageurs, et ainsi de suite ». On sélectionne en effet aujourd’hui des plantes pour « optimiser » l’absorption des produits chimiques que l’on déverse dessus, puis on cherche ensuite des solutions pour dépolluer sols, rivières et nappes phréatiques, des médicaments pour soigner les maladies dues à l’exposition et à l’ingestion de ces pesticides, et des énergies nouvelles venant remplacer celles qu’on a gaspillé dans ce mode de culture productiviste.

24Il faut noter qu’à chaque fois, les solutions proviennent de l’intérieur, c’est-à-dire du même paradigme, celui du progrès scientifique et technique, de la possibilité d’un accroissement indéfini de l’« entendement humain ». On pense aujourd’hui que les solutions au problème du réchauffement climatique nous viendront de techniques plus puissantes : des scientifiques ont par exemple envisagé d’envoyer dans l’espace des milliers ou des centaines de milliers de miroirs renvoyant sur terre l’énergie solaire – une centrale solaire extraterrestre – pour résoudre le problème de l’épuisement des énergies fossiles et la pollution qu’elles provoquent. Une telle illusion technique se retrouve aussi dans le développement des agrocarburants, comme on le verra plus bas.

  • 11  Voir e.g. Yves Simon (1997).

25Cet auto-accroissement de la technique est pareillement à l’œuvre dans la sphère financière. Le développement quasi-exponentiel des innovations financières depuis trente ans en offre une illustration parfaite. La déréglementation généralisée des marchés financiers a favorisé la spéculation et engendré de ce fait un accroissement de la volatilité des prix des actifs. Pour les détenteurs de capitaux, la volatilité des prix représente un risque accru, puisque les plus-values dépendent de la possibilité d’anticiper correctement les mouvements de prix. Un besoin d’instruments de couverture des risques a donc commencé à s’exprimer dès les années soixante-dix et surtout au début des années quatre-vingt. Des instruments de couverture existaient déjà, contrats à terme, options, mais ils étaient négociés de gré à gré (Over The Counter), et étaient donc très peu liquides (la recherche d’une contrepartie adéquate était compliquée). Dans le grand mouvement de réorganisation et de rationalisation des places financières qui a eu lieu au milieu des années quatre-vingt ont été créés des marchés organisés, centralisés, pour des instruments de couverture standardisés. À Paris, on a créé le MATIF (Marché à terme international de France) en 1986 et le MONEP (Marché des options négociables de Paris) en 1987, permettant aux opérateurs de couvrir des positions sur devises, sur portefeuilles obligataires et sur actions de façon beaucoup plus rapide et facile, pour cause de standardisation et de liquidité étendue11.

26Les nouveaux produits et les nouvelles techniques proviennent souvent de réponses apportées à des problèmes posés par des produits et techniques déjà existants. Mais Ellul note aussi que « c’est le principe de la combinaison des techniques qui provoque l’auto-accroissement » (1954, p. 83). Ces deux mécanismes sont à l’œuvre sur les marchés financiers. D’une part, l’augmentation des risques engendrée par la nouvelle organisation des marchés appelle de nouveaux produits et de nouveaux marchés de couverture. D’autre part, pour répondre à ces besoins de rendement et de couverture des risques sans cesse croissants, on recombine des produits existants pour en créer de nouveaux. On a ainsi vu apparaître dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix diverses combinaisons des titres de base qui existaient depuis longtemps, comme des obligations convertibles en actions ou des options sur contrats à terme. La financiarisation des économies et des esprits continuant son chemin, les banques ont embauché des ingénieurs et des mathématiciens à tour de bras pour mettre au point de nouveaux produits combinant et déclinant les produits et techniques de la génération précédente, pour gérer des risques qu’ils produisent essentiellement eux-mêmes.

27Ce genre de phénomène est typique de la contreproductivité telle que l’entend Ivan Illich. Il définit la contreproductivité globale des institutions industrielles comme une combinaison de trois phénomènes, correspondant à trois formes différentes de contreproductivité : « l’envahissement de la société par des externalités, la contreproductivité spécifique des institutions par les encombrements et la réduction à l’impuissance de l’être humain par l’impact contreproductif paradoxal du secteur hétéronome sont trois phénomènes qui se manifestent simultanément dans la contreproductivité globale » (Illich, 1975, in 2004, p. 668).

  • 12  Voir par exemple Donald MacKenzie (2008) et Valérie Boisvert & Hélène Tordjman (2011).

28Les externalités ont été définies plus haut (note 8). Ces résultats non intentionnels d’actions entreprises dans un autre but n’ont par définition pas été incorporés dans les stratégies des agents et sont donc « invisibles » d’un point de vue comptable. Dans le cas de la nature, les activités de dépollution, de retraitement et de recyclage des déchets, en dessinent des aspects en creux. Des changements institutionnels importants sont en cours (des « mesures de protection » dirait Illich), comme la « fiscalité verte » ou la création de marchés de « droits à polluer » ou de la biodiversité visant à faire entrer ces objets (pollution, biodiversité) dans la sphère marchande pour internaliser ces externalités12. Le domaine de l’agriculture, et plus généralement celui des relations entre l’homme et la nature, regorge d’exemples de dispositifs et d’activités ne devant leur existence qu’à la présence de telles externalités.

29Le deuxième effet auquel fait référence Illich est celui qu’on a déjà mentionné dans le cadre des transports : plus l’échelle de l’action s’accroît, plus les conséquences des effets d’agrégation des interactions humaines qui en résultent sont importants (e.g. des effets de seuil). Pour aller plus vite, tout le monde se précipite sur sa voiture, et résultat, on est coincé dans des embouteillages. Ou encore, la demande de soins médicaux augmente, le « service » est rationalisé pour pouvoir soigner à plus grande échelle, ce qui implique division du travail, parcellisation des tâches, et la nécessité pour le patient/client de consulter plus souvent pour chaque soin spécifique, et la demande globale continue de croître. L’aspect contreproductif de la gestion contemporaine des risques financiers relève de cette catégorie. En effet, les risques financiers sont pour une grande part le produit de l’activité des financiers : plus ils travaillent, plus, toutes choses égales par ailleurs, les risques liés à leur activité sont importants, et plus ils sont incités à créer de nouveaux produits de protection, sans s’apercevoir qu’ils contribuent par là même à l’accroissement général du risque. On le verra dans la partie suivante, consacrée à la contreproductivité de la finance moderne.

30Le troisième type de contreproductivité identifié par Ivan Illich est plus profond, il touche à la position de l’homme dans le monde qu’il habite. Illich définit deux modes très généraux qu’ont les hommes d’utiliser leur énergie pour répondre à leurs besoins (des modes de production des valeurs d’usage) : le mode autonome, où l’homme agit en pleine responsabilité, sa liberté s’exerçant dans le sens qu’il donne à sa vie ; et le mode hétéronome (que dans la terminologie adoptée ici on qualifierait d’industriel), qui au contraire l’amène à attendre la satisfaction de ses besoins de grands systèmes organisés et administrés. Comme l’écrit Jean-Pierre Dupuy (1982, p. 41-2), « On peut apprendre en s’éveillant aux choses de la vie dans un environnement rempli de sens ; on peut aussi recevoir de l’éducation de la part d’un professeur payé pour cela. On peut être en bonne santé en menant une vie saine ; on peut aussi recevoir des soins de la part d’un thérapeute professionnel. […] On peut rendre service à quelqu’un qui vous demande de l’aide ; on peut lui répondre : il y a des services pour cela ». Autrement dit, le mode industriel de production de valeurs d’usage (i.e. de satisfaction des besoins humains) empêche une pleine réalisation de la personne, qui, plutôt que d’utiliser les techniques qui lui permettraient de pourvoir à ses besoins de façon autonome, s’en remet à de grands systèmes organisés (« hétéronomes ») sur lesquels il n’a aucune prise pour satisfaire ses besoins, y compris ses besoins vitaux. Pour Illich, « chaque institution rationnellement planifiée dans un but technique produit des effets non techniques dont certains ont le résultat paradoxal d’amoindrir l’homme en réduisant sa capacité de se débrouiller » (1975, in 2004, p. 673). Ceci résonne fortement avec les analyses d’Arendt (1972) sur la « dimension de l’homme », qui d’une certaine façon se réduit au fur et à mesure que ses capacités techniques s’accroissent. Les évolutions de l’agriculture depuis un siècle (au Nord, un peu moins au Sud) sont un cas d’école de cette perte d’autonomie, de cette « expropriation du pouvoir d’action personnel » (ibid., p. 669).

31La domination du mode d’action rationnel en finalité consubstantiel à la modernité occidentale nous a certes permis d’étendre notre contrôle sur des périmètres de plus en plus importants, mais faute de conscience du sens profond de notre action, nous ne voyons plus sa tendance à se retourner contre ses propres buts, i.e. sa tendance à la contreproductivité. Ce phénomène est à l’œuvre dans la sphère financière mais aussi dans l’agriculture et dans les relations de l’homme avec la nature. Cette ubiquité plaide pour l’élaboration d’un cadre d’analyse global, la crise financière et la crise écologique étant deux dimensions d’un phénomène plus général. Pour tenter d’en convaincre, j’exposerai successivement certaines de ses manifestations en finance (II) et en agriculture (III).

2. La contreproductivité de la finance contemporaine

32Le retour de la doctrine libérale au début des années quatre-vingt a revivifié la croyance dans l’efficacité du mécanisme de prix à coordonner les actions individuelles : chacun poursuivant son intérêt propre et cherchant à s’enrichir contribue au mieux à l’intérêt général. C’est le miracle de la Main invisible d’Adam Smith, qui avait été quelque peu oublié depuis les désordres économiques de l’entre-deux guerres et la domination subséquente de la pensée keynésienne. Le retour de ce « crédo libéral », que Karl Polanyi espérait définitivement enterré, s’est traduit par une extension du domaine des marchés, auxquels on a confié la gestion d’activités qui étaient auparavant organisées selon d’autres modes. En bonne logique technique, les moyens les plus efficaces et les plus rentables doivent être privilégiés : le marché étant considéré comme le meilleur mode d’interaction sociale, il doit donc être généralisé. C’est ainsi qu’aujourd’hui, on crée des marchés de gènes pour promouvoir la recherche scientifique et médicale ou des marchés de « droits à polluer » pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. Il en est de même en finance, où sont créés des produits et des marchés offrant aux banques, fonds et autres investisseurs des outils pour mieux gérer les risques auxquels ils s’exposent. Mais la multiplication des outils et des transactions, à une échelle de plus en plus grande, conduit à des effets paradoxaux et contreproductifs.

  • 13  Comme l’ont noté Frédéric Lordon (2008) et d’autres, le terme de « déréglementation » ne reflète p (...)
  • 14  Parmi la multitude d’ouvrages consacrés à ces thèmes, retenons André Orléan (1999), Michel Agliett (...)

33La création d’un marché suppose d’abord l’existence d’une marchandise, c’est-à-dire d’un objet suffisamment bien défini pour entrer dans le processus de valorisation marchande. Autrement dit, la première étape de la création d’un nouveau marché consiste à mesurer et à normer la future marchandise de telle sorte qu’un prix « objectif » puisse en refléter la valeur. Pour que le mécanisme de prix soit efficace, il faut en outre que les conditions de fonctionnement du marché se rapprochent de la situation que la théorie économique considère comme un idéal : la concurrence parfaite, qui inclue homogénéité des produits, flexibilité des prix et des facteurs de production. Le grand mouvement de « déréglementation » des marchés financiers initié dans les années quatre-vingt vise à satisfaire cette dernière condition : aucune entrave réglementaire à la libre circulation des capitaux ne doit subsister, les mouvements de prix ne pouvant autrement jouer leur rôle stabilisateur13. Les grands traits de cette globalisation financière sont bien connus : décloisonnement des différents compartiments de marchés ; création de nouveaux produits (billets de trésorerie, produits dérivés standardisés, dérivés de crédits…) ; abolition des frontières géographiques (e.g. le contrôle des changes) et institutionnelles (en particulier le démantèlement des législations de type Glass-Steagall Act qui instituaient une séparation nette entre banques de dépôt et banques d’affaires) ; apparition de nouveaux acteurs mutualisant la gestion de l’épargne et modifiant les formes et les enjeux du contrôle des entreprises (fonds de pension, fonds mutuels etc.)14.

34Cette extension sans précédent des marchés financiers s’est accompagnée d’une rationalisation des activités financières. La division technique et la division sociale du travail dans les métiers de la banque et de la finance se sont approfondies, poussées par la recherche d’efficacité et de rentabilité, et débouchant sur un mode d’organisation presque tayloriste. Des acteurs et observateurs de ces évolutions (cités par Olivier Godechot, 2007, p. 255 sq.) parlent de « production de décisions d’investissement comme on produirait des voitures », de « maîtrise du processus de gestion et de fabrication du risque », de passage « de l’artisanat à l’industrie », bref, décrivent un phénomène d’industrialisation de la finance.

  • 15  Voir par exemple Donald MacKenzie (2009) et Martha Poon (2009). On verra plus bas que les semences (...)
  • 16  C’est là la thèse keynésienne, tout le monde ne partage pas ce point de vue, loin de là. Pour un a (...)

35Le développement de la finance de marché a profondément transformé l’activité de financement et ses métiers. On le voit dans l’évolution de la relation de crédit, où le mécanisme anonyme des prix tend à supplanter l’intermédiation des banques. Cela s’observe aussi dans le rapport au risque et sa gestion. La recherche de l’efficacité a conduit à créer des marchés de risque où s’échangent des produits toujours plus sophistiqués, dont le but théorisé et affiché est de parvenir à une « gestion optimale des risques ». Comme c’est le cas pour toute chose devenant marchande, la création de ces produits a requis auparavant une normalisation et un calcul de ses caractéristiques. Les risques se sont donc vus mesurés, classifiés, hiérarchisés, diversifiés, recombinés…15 Une telle approche du risque engendre un sentiment de maîtrise sur le cours des choses qui finit par conduire les acteurs de la finance à accroître leur exposition au risque au lieu de la réduire. Un des problèmes provient du fait que les grandeurs financières, risques inclus, sont le produit de l’activité collective des financiers, et ne reflètent pas une nature économique immanente16. Les calculs, aussi sophistiqués qu’ils soient, sont voués à être erronés. De plus, la complexité des produits financiers issus de cette vision dissémine les risques dans l’ensemble du système. Ainsi, la multiplication des techniques de gestion des risques, alors qu’elle est faite au nom d’une plus grande efficacité, engendre une augmentation du risque global. Les produits financiers impliqués dans la crise des subprimes en sont un bon exemple.

  • 17  Les CDS, ABS et CDO sont respectivement des Credit Default Swaps, des Asset Backed Securities et d (...)
  • 18  La revente n’est cependant pas toujours totale, les arrangements juridiques des SPV (Special Purpo (...)
  • 19  Sur la prolifération récente et absurde des produits dérivés de crédit, voir Lordon (2008).

36Les termes pour désigner ces produits ne semblent pas encore tout à fait stabilisés : finance structurée, dérivés de crédit ? Dans ce qui suit, on utilisera ce dernier terme pour désigner tous les nouveaux produits visant à mieux gérer le risque de crédit ou de défaut. Au sens strict, les dérivés de crédit sont essentiellement les CDS, assurances de crédit négociées de gré à gré venant compenser le défaut des emprunteurs sous des conditions précisées à l’avance et moyennant le paiement d’une prime au vendeur de l’assurance. Mais les ABS et autres CDO sont aussi des produits destinés à limiter l’exposition au risque de défaut17. Ils sont construits sur deux techniques mises au point assez récemment (vingt ou trente ans), la titrisation et la structuration. La titrisation consiste à transformer une créance en titre négociable pour pouvoir la revendre sur un marché, ce qui revient pour le créancier à pouvoir vendre son risque18. La structuration panache des titres existants et crée des catégories de risque différentes (senior, mezzanine, equity) pour répondre à différents profils de diversification. La gestion du risque de défaut procède donc aujourd’hui par ces trois moyens : diversification, couverture et revente pure et simple. Il nous semble ainsi légitime d’englober les produits issus de ces techniques sous le terme général de dérivés de crédit. D’autant que des produits comme les CDO dit synthétiques (ou CDO de CDS, un bon exemple d’accroissement spontané de la technique) combinent ces différents moyens et brouillent les frontières19. Enfin, tous ces produits partagent une caractéristique à nos yeux essentielle : ils sont construits sur la même approche probabiliste du risque qui laisse accroire que dès lors qu’il est mesuré, il est maîtrisé.

37Et en effet, pour un agent pris individuellement, diversification, couverture et titrisation peuvent, dans des contextes « normaux », limiter grandement l’exposition au risque. Mais cela n’est pas vrai collectivement, puisque les risques sont déplacés et disséminés, mais ne disparaissent pas pour autant : il faut toujours quelqu’un en bout de chaîne pour les porter. Ici, cela a été les banques, qui ont massivement acheté ces produits à partir du début des années 2000. De plus, le panachage des risques résultant des opérations de structuration aboutit à une situation où il est difficile de savoir qui est le porteur final du risque en question. Tant que ces risques ne se matérialisent pas, tout va bien, mais si un marché entre en crise, comme cela a été le cas pour le marché des subprimes à l’été 2007, la complexité de ces produits interdit de suivre ces différents risques, et la défiance se propage à l’ensemble des marchés (la difficulté qu’ont eu les banques à évaluer leurs pertes en témoigne).

  • 20  Donald MacKenzie (2009).

38Cette illusion technique a été renforcée par la mise au point de modèles mathématiques fournissant une « base scientifique » au calcul précis de l’exposition au risque de chacun des agents. En particulier, les modèles de Value-at-Risk permettent, selon leurs concepteurs, de mesurer précisément le degré d’exposition au risque d’un portefeuille (de titres de dettes par exemple). Ces mesures conditionnent les choix de diversification (par CDO et apparentés) et de couverture (par CDS) ainsi que les montants de fonds propres exigés par les ratios Cooke ou McDonough dérivant des accords de Bâle I et II (les engagements risqués devaient être couverts par des fonds propres à hauteur de 8 % minimum ; les accords de Bâle III ont un peu relevé ces exigences). Tous ces modèles ont cependant conduit à une sous-évaluation systématique des risques représentés par les produits dérivés de crédit. Selon les calculs de Donald MacKenzie20, les risques avérés des tranches senior (AAA et AA) des CDO de subprimes émis entre 2005 et 2007 ont été entre dix et cent fois plus importants que ceux qui ont été estimés par les modèles mathématiques utilisés par tous les acteurs de la finance depuis une dizaine d’années.

  • 21  Les textes classiques sur ce point sont ceux de John M. Keynes (1936), chapitre 12, et (1937).

39La raison principale de cet échec retentissant tient aux hypothèses sur la nature du hasard qui sont retenues par les théoriciens et les modélisateurs des phénomènes financiers, qui mettent en forme et normalisent les risques financiers pour l’échange. Une discussion précise de ce point nous mènerait trop loin, mais l’idée générale est la suivante. La théorie standard de la finance et les modèles qui en sont issus postulent que les phénomènes aléatoires concernés (variations de prix et défauts des emprunteurs principalement) sont engendrés par des lois de probabilité stables et bien identifiées, en général des lois normales ou apparentées. La connaissance de ces « lois de la nature financière » est censée permettre aux investisseurs d’anticiper à peu près correctement les dynamiques de marché pour en jouer et s’en prémunir à la fois. Mais les lois de probabilité le plus souvent retenues par la théorie tendent à sous-estimer la probabilité d’occurrence des événements extrêmes. Un bon nombre de travaux statistiques, depuis ceux de Benoît Mandelbrot sur le prix du coton au début des années soixante, montre que les séries de prix spéculatifs sont mieux approximées par des lois ayant un kurtosis élevé et une variance potentiellement infinie. Autrement dit, les événements extrêmes sont beaucoup moins rares que ce qui est présumé par la théorie. Ceci, couplé au sentiment d’hubris accompagnant la surpuissance des moyens déployés, produit un aveuglement au désastre, une incapacité à penser les risques. Ce phénomène se produit aussi dans bien d’autres cas, comme le nucléaire, les biotechnologies et les nanotechnologies, ou encore les effets globaux de notre mode de développement sur l’état de la planète (les controverses autour des chiffres anticipant le réchauffement climatique en donnent un exemple). Pour en revenir à la finance, on sait depuis John M. Keynes, mais la théorie standard a toujours été sourde à ce genre d’arguments, que les dynamiques financières sont caractérisées par une incertitude radicale, c’est-à-dire non probabilisable. Elles résultent en effet de l’interaction de comportements d’anticipation individuels et collectifs autoréférentiels, trouvant leur source dans le marché lui-même et non pas fondés sur des grandeurs objectives reflétant l’état des activités de création et de production. Ces dernières sont de toute façon très délicates et compliquées à évaluer objectivement, et n’obéissent à aucune « loi » stable. Les dynamiques financières ne peuvent donc pas être capturées par des lois de probabilité invariantes, et les modèles construits sur ce genre d’hypothèse souffrent d’une erreur conceptuelle originelle21.

  • 22  Pour donner une idée de la complexité de ces produits, The Economist, 13/02/2010, écrit qu’une bon (...)

40Aveugles à cette réalité qui n’entre pas dans leurs schémas théoriques, les scientifiques de la finance ont élaboré sur ces présupposés des produits d’une complexité croissante et qui, loin de réduire les risques par un meilleur calcul, les ont accrus de manière considérable22. Les dérivés de crédit ont fait croire aux agents qu’ils pouvaient bénéficier de rendements élevés sans s’exposer au risque dans la même mesure, comme si cela était vrai pour tout le monde à la fois. Ces risques n’avaient pas disparus mais étaient simplement transférés d’un groupe d’agents à un autre. Les modèles d’évaluation de l’exposition globale au risque ont accrédité ce sentiment d’avoir percé les mystères des lois de la finance en fournissant des calculs précis, mais erronés, qui ont conforté les investisseurs dans leur opinion que tout était sous contrôle.

  • 23  Les choses sont en fait un peu plus compliquées ; en particulier ces agents tendent à travailler e (...)

41Une autre source de l’accroissement du risque réside dans l’organisation matérielle de la production et de l’échange : en trois décennies, la finance est passée « de l’artisanat à l’industrie », ce qui s’exprime entre autres par un approfondissement de la division du travail et une densité croissante des engagements croisés entre tous les acteurs de la finance. Le corollaire de la division du travail est une spécialisation des métiers et une augmentation du nombre des intermédiaires dont l’action est vouée, normalement, à la coordination de tous ces métiers. À titre d’illustration, une opération de titrisation des créances du genre de celles qui sont à la base des produits dérivés de crédit de la classe des Asset Backed Securities nécessite l’intervention et la collaboration d’un grand nombre d’entités différentes. Un « arrangeur », en général une banque, chapeaute la procédure et coordonne l’ensemble des opérations. Il choisit, avec l’entreprise qui cède des créances, souvent une autre banque, celles qui seront titrisées. Il prend par ailleurs contact avec une agence de notation pour en établir le profil de risque, et avec un assureur de crédit (ou « rehausseur ») prêt à garantir l’opération23. Il faut ensuite créer une société indépendante juridiquement (SPV, voir note 18) qui accueillera les créances titrisées, trouvera des investisseurs pour les acheter et s’occupera du transfert des flux de revenus associés à ces créances. Ceci pour les opérations les plus simples. Si un seul des acteurs concernés par l’opération se retrouve en défaut, cela fragilisera l’ensemble des parties prenantes.

42La division du travail, en engendrant une spécialisation technique excessive, a aussi tendance à faire perdre de vue l’ensemble du tableau, et les financiers comme les autres sont fixés sur la réalisation de leurs objectifs de rentabilité sans toujours comprendre l’action collective à laquelle ils participent. Ces dernières années, les banques ont ainsi fabriqué les produits susmentionnés, beaucoup plus risqués qu’ils n’en avaient l’air, pour les vendre aux investisseurs (c’est-à-dire elles-mêmes, les compagnies d’assurance et les différents fonds) ; pendant ce temps, leurs filiales plus spéculatives achetaient à leurs collègues des produits similaires. Comme elles ont toutes fait de même sans percevoir l’effet d’agrégation qui en résulterait (c’est un phénomène du même ordre que les encombrements dans les transports dont parle Illich), les engagements croisés sur des produits qui, déjà, disséminent le risque par construction, se sont considérablement accrus. La faillite d’une grande banque dans un tel contexte est de nature à engendrer une implosion du système bancaire dans son ensemble : c’est la situation que l’on a frôlé à l’automne 2008.

  • 24  Les Mortgage Backed Securities, les fameux subprimes, sont des actifs de la classe des ABS exclusi (...)

43Avec l’industrialisation de la finance, les flux liant les opérateurs les uns aux autres ont été multipliés, les interrelations et interdépendances accrues, et la probabilité qu’un souci affectant un agent se répercute sur les autres s’en trouve augmentée d’autant. Dès le début des années quatre-vingt-dix, Michel Aglietta qualifiait ce risque de systémique, risque spécifique à la densité des engagements réciproques engendrés par la libéralisation des mouvements de capitaux et une division du travail financier croissante. Les dérivés de crédit, en titrisant et structurant les dettes et en les disséminant par là même dans l’ensemble du système financier, contribuent à augmenter ce risque typique de la finance contemporaine. Il faut noter que ce risque auquel on ne peut donner de prix car il n’est pas « séparable » mais dérive de l’ensemble de l’organisation du système financier est typiquement une externalité, premier aspect de la contreproductivité telle que la définit Illich. Les enchaînements à l’œuvre dans la crise contemporaine en sont un parfait exemple. Le marché des MBS24 est entré en crise en juillet 2007 suite à un retournement du marché immobilier ; la crise s’est propagée au marché des CDO, composés pour partie de MBS ; les défauts se multipliant, les CDS ont été appelés ; les pertes des investisseurs sur l’ensemble des marchés dérivés de crédit s’accroissant, ils vendent d’autres actifs, en particulier des actions, ce qui propage la crise aux Bourses de valeurs (automne 2008). L’ampleur des pertes des banques se confirmant, la défiance touche le marché interbancaire et menace l’ensemble du système financier international, ce qui motivera les interventions d’un montant sans précédent des pouvoirs publics. Ces dépenses énormes ont contribué à accroître les déficits budgétaires de bon nombre de pays, ce qui débouche aujourd’hui sur une crise des dettes souveraines. Cette propagation d’un marché à un autre est la conséquence conjointe de la complexité des produits dérivés de crédit et de la densité des engagements croisés entre agents, elle-même résultant de la globalisation financière et de la spécialisation des métiers. Il faut ajouter à cela le gigantisme de l’action engendré par cette industrialisation de la finance. Les engagements sont énormes (pour mémoire, l’encours total des seuls produits dérivés juste avant la crise était d’environ 600 trillions de dollars, ce qui représentait plus de quinze fois le PIB mondial, niveau qu’on retrouve à peu près aujourd’hui). Les risques sont en proportion, et les coûts afférents en cas de défaut aussi : entre les injections massives de liquidités sur les marchés, les plans de sauvetage du secteur bancaire et les mesures de relance, les États et Banques centrales des pays de l’OCDE avaient déjà dépensé, à l’automne 2010, entre 10 et 15 trillions de dollars. À titre de comparaison, et pour tenter de garder un sens de la mesure dans ce gigantisme, le PIB de la France se monte à peu près à 2 trillions d’euros.

44Ainsi, la recherche de moyens optimaux de gestion du risque a-t-elle contribué à accroître le risque global. L’ampleur de l’ordre des opérations et l’accroissement de la puissance d’outils construits sur la mesure et le calcul se paie paradoxalement d’une plus grande fragilité : la maîtrise technique est illusoire. Du point de vue de la gestion des risques, la finance de marché est tout à fait contreproductive, puisqu’en poursuivant le but d’une meilleure gestion des risques, elle a mis au point des outils qui les ont considérablement accrus.

45La promotion de la finance de marché s’est faite sur son efficacité collective prétendument supérieure. Ce que l’on observe aujourd’hui témoigne au contraire d’un fonctionnement exclusivement centré sur l’intérêt privé à court terme de ses acteurs, banques, fonds et autres investisseurs institutionnels, et d’une incapacité totale à servir l’intérêt collectif des nations dont elle est censée financer la croissance. Les capitaux sont alloués par les marchés selon le seul critère de rentabilité anticipée, et n’y entre aucune considération sur les besoins véritables des populations, ni sur les directions qu’ils choisissent pour nous. Ils ont par exemple « choisi » de financer le développement des entreprises de biotechnologies et nanotechnologies et celles fondées sur les technologies numériques, technologies qui de ce fait se développent de par le montant des capitaux qui y affluent. Ces technologies vont-elles réellement contribuer à l’augmentation du bien-être social, même considéré dans sa version économique étroite d’enrichissement matériel ? Il est permis d’en douter. Pour l’équilibre du monde et la survie de la planète, ne faudrait-il pas plutôt financer l’agriculture vivrière et des technologies respectueuses de l’environnement ? La finance s’est autonomisée, elle poursuit sa logique propre et n’est pas au service de l’« économie réelle » ou de la société ; elle ne se soucie ni des déséquilibres et des injustices qu’elle engendre, ni du sens du chemin qu’elle choisit pour nous.

3. La contreproductivité de l’agriculture industrielle : autonomie et hétéronomie

46La rationalisation de l’agriculture entamée dès la fin du xixe siècle engendre elle aussi des effets paradoxaux et contreproductifs. En reprenant la catégorisation d’Ivan Illich, on peut dire que l’agriculture est passée en un siècle d’un mode de production autonome à un mode hétéronome ; son sens et les significations auxquelles elle participait se sont transformés en objectifs à atteindre, une histoire de moyens. Il s’agissait auparavant de nourrir ses proches, puis plus généralement les humains et les animaux ; aujourd’hui, on fabrique des produits alimentaires destinés au marché. La culture de la terre fournissait une base matérielle et symbolique aux rapports des hommes avec la nature ainsi qu’aux rapports des hommes entre eux : elle nourrissait aussi l’âme. De nos jours, on entretient les paysages et les terroirs, qu’on fait homologuer sous des labels et des marques pour mieux les « protéger » (et les vendre). Mais la rationalisation à outrance produit là comme en finance des effets dévastateurs : des pays largement autosuffisants sur le plan alimentaire connaissent aujourd’hui des famines ; l’alimentation industrielle est de mauvaise qualité quand elle n’est pas tout simplement empoisonnée ; les paysages des campagnes sont devenus rectilignes, leurs sols appauvris et leurs eaux polluées. Pour donner une idée de la manière dont se produisent ces enchaînements pervers, j’esquisserai rapidement l’histoire de la normalisation des semences et ses liens avec l’advenue de cette agriculture industrielle. Ces considérations générales seront ensuite illustrées par le cas du soja transgénique en Argentine.

3. 1. Des semences industrielles pour une agriculture industrielle

47La première moitié du xxe siècle a vu, au Nord, une Révolution agricole sans précédent dans l’histoire. Un nombre croissant de pays du Sud en font l’expérience depuis la Révolution verte lancée dans les années soixante. Ces bouleversements ont donné naissance à un système agraire d’un type particulier, en accord avec l’époque, intensif, productiviste et industriel. Tout y est étudié pour accroître le rendement, en réifiant la nature pour recréer des « conditions naturelles » plus favorables. Les travaux sont désormais mécanisés, augmentant considérablement les superficies cultivées par travailleur (en céréales au Nord, d’environ 10 hectares par travailleur au début du xxe siècle à 120-150 hectares aujourd’hui). On utilise force intrants chimiques, pesticides, herbicides et engrais (la consommation mondiale des seuls derniers est passée de 4 millions de tonnes au début du siècle à 130 millions de tonnes en 1980). Les cultures sont irriguées, et poussent de plus en plus souvent sous serre et hors-sol, sur des substrats inertes artificiellement pourvus en matières nutritives. Les variétés cultivées sont sélectionnées pour leur adéquation avec ce mode de culture productiviste : on cherche par exemple à obtenir de nouvelles variétés supportant des doses massives d’engrais chimiques, doses que les variétés anciennes ne supportent pas. Tout cela exige un capital très important, et qui continue d’aller croissant. Pour amortir ces investissements, les agriculteurs sont contraints de s’agrandir : la taille des exploitations va croissante elle aussi, et les fermes familiales disparaissent les unes après les autres. En France, les paysans représentaient la moitié de la population au début du xxe siècle, ils n’en sont plus que 3 % aujourd’hui. Quant aux États-Unis, ils comptent plus de prisonniers que d’agriculteurs. Plus on s’agrandit et plus il est nécessaire de rationaliser et de mécaniser, ce qui oblige à continuer à s’agrandir, ce qui fait à nouveau disparaître des exploitations familiales et désertifie davantage les campagnes…

  • 25  Pour une histoire des systèmes agraires et une caractérisation du système agricole moderne, on peu (...)
  • 26  Ce qui suit a été développé plus précisément dans Tordjman (2008).

48Il est évidemment impossible de résumer l’ensemble de ces évolutions en quelques lignes ; je me bornerai ici à évoquer ce qui se passe dans le secteur des semences et variétés végétales, emblématique de l’évolution générale des systèmes agraires25. La rationalisation ou technicisation de l’agriculture moderne repose en effet sur la sélection de variétés adaptées aux nouvelles pratiques culturales : l’innovation variétale est ainsi au cœur du système agraire contemporain26.

49La division du travail qui caractérise le capitalisme industriel est aussi à l’œuvre en agriculture. L’obtention variétale, auparavant faite à la ferme par les paysans, est aujourd’hui une activité qui nécessite de réunir un grand nombre de métiers différents, où la recherche scientifique tient une part croissante. La coordination de ces différents métiers ne peut se faire que si l’objet « variété végétale » est précisément défini, ses caractères identifiables, mesurables et stabilisés. Pour ce faire, tout un dispositif institutionnel de normalisation et de certification des semences a progressivement été mis en place en Europe, dispositif adopté aujourd’hui par la majorité des signataires de la convention UPOV (Union pour la protection des obtentions végétales, signée à Paris en1961 et révisée plusieurs fois, elle compte aujourd’hui soixante-dix pays, dont l’essentiel des pays européens). Ce dispositif de rationalisation se concrétise par le Catalogue officiel des variétés (crée par une directive européenne de 1970), qui impose des conditions auxquelles les variétés végétales doivent répondre pour être considérées comme légales, et donc autorisées à la culture et à la commercialisation.

  • 27  Sur ce point et bien d’autres liés à la rationalisation des variétés végétales, à la place de la s (...)

50Du point de vue qui est le nôtre ici, celui des voies et des effets de la rationalisation de l’activité agricole, deux de ces conditions jouent un rôle fondamental. La première est celle de l’homogénéité des variétés. Une variété homogène est une variété dont les individus diffèrent très peu, voire pas du tout. Les sciences agronomiques et aujourd’hui la génétique permettent d’obtenir une telle homogénéité : celle-ci n’est pas une caractéristique naturelle des plantes, qui, du fait des aléas liés aux terroirs, au climat, aux mutations et recombinaisons génétiques, sont au contraire éminemment variables. Cette propriété est cependant indispensable à la mécanisation du travail agricole : comment en effet moissonner un champ de blé à la moissonneuse-batteuse si tous les épis ne font pas la même taille ou ne sont pas tous mûrs en même temps ? Les avancées de l’agronomie puis des biotechnologies ont permis d’obtenir ce trait, éminemment artificiel. Une deuxième condition importante pour qu’une variété soit autorisée à la culture est connue sous le nom de Valeur agronomique et technologique (VAT), moyenne pondérée d’un ensemble de caractères agronomiques déterminant le rendement (e.g. rendement à l’hectare, résistance aux maladies, aux stress et aux produits chimiques…) et de caractères relevant de l’utilisation industrielle de la variété (par exemple aptitude à la panification pour le blé tendre, teneur en sucre pour les plantes devant être transformées en éthanol, teneur en huile pour les oléagineux…). Une nouvelle variété ne sera inscrite au catalogue officiel que si sa VAT est égale ou supérieure à celle des variétés voisines déjà existantes, ce qui inscrit dans la loi l’obligation du « progrès génétique » et incite à une course en avant dans l’innovation27.

51Les critères d’inscription qui viennent d’être évoqués orientent en amont toute l’innovation variétale, dans la mesure où les sélectionneurs ne se risqueront pas à chercher des variétés non homogènes ou au rendement insuffisant. Ils orientent aussi en aval les pratiques culturales, puisque les rendements attendus sont tributaires de la mécanisation, de l’irrigation, des engrais, et de l’emploi des produits phytosanitaires appropriés. C’est ainsi que la grande majorité des variétés aujourd’hui mises sur le marché, des hybrides aux OGM en passant par les variétés dites hydroponiques (qui supportent la culture hors-sol) peuvent être qualifiées de variétés industrielles au sens où ce qui a été recherché dès le début par les sélectionneurs est l’adaptation des plantes cultivées à un système de culture industriel.

52Notons que ces « conditions de légalité » des variétés végétales ne peuvent être définies et respectées que si les différents traits des variétés sont précisément mesurables : on ne peut par exemple pas qualifier une variété d’homogène si on ne dispose pas d’une mesure permettant d’appréhender la diversité des individus qui la composent (voir Marie-Angèle Hermitte, éd., 1985).

53Ainsi, là comme en finance, la rationalisation des activités productives, qui comme Weber l’avait bien vu est consubstantielle au capitalisme industriel, est inséparable du calcul et de la mesure, le support de ces derniers étant fourni par la science. La poursuite de l’objectif de rendement maximal nécessite dans les deux cas une normalisation des marchandises, que ce soit des risques ou des variétés végétales. Cette normalisation sert deux grandes fonctions complémentaires. D’une part, dans un monde dominé par une division du travail croissante, la coordination des activités requiert de plus en plus de dispositifs d’homogénéisation technique assurant la cohérence amont-aval des filières. Les normes contribuent à cela. D’autre part, le marché pour fonctionner a besoin que les biens qui s’y échangent soient clairement définis, pour en permettre l’appropriation privée et la valorisation marchande. Cette normalisation s’appuie sur les mêmes bases en finance et en agriculture. Le calcul et la mesure de ces objets reposent en effet sur une approche scientifique de la marchandise. Grâce aux outils de la finance quantitative, les risques sont isolés et se voient assigner des probabilités numériques, ce qui permettra de les échanger sur un marché et de leur donner un prix. Quant aux variétés végétales, l’agronomie et la génétique en autorisent une description de plus en plus fine répondant aux mêmes besoins : la coordination amont-aval de la recherche variétale et la mise sur le marché de variétés nouvelles dont on peut connaître les caractéristiques précises qu’un prix reflètera. Risques et semences sont deux objets artificiellement qualifiés et construits dans l’optique d’un échange marchand.

54La focalisation exclusive sur les moyens d’une plus grande rentabilité, au détriment d’une réflexion sur les fins poursuivies, engendre la contreproductivité de l’immense machinerie technique mise en œuvre. Dans le cas de l’agriculture, cela apparaît très clairement dans le dernier avatar de la technicisation agricole, les OGM. Pour le voir, nous évoquerons rapidement le cas de l’Argentine, « en avance » sur le reste du monde pour ce type de culture.

3. 2. L’exemple du soja génétiquement modifié en Argentine

  • 28  Des évolutions similaires se produisent dans les autres pays d’Amérique latine, en particulier au (...)

55Les variétés génétiquement modifiées donnent un exemple parfait de la contreproductivité de l’agriculture industrielle. Il n’y a pas là de solution de continuité par rapport à l’agriculture intensive qui s’est développée depuis cinquante ans, mais un grand pas en avant dans la même direction, ce qui fait qu’on peut considérer le système agraire fondé sur l’extension des biotechnologies comme un idéal-type de l’agriculture moderne. L’Argentine a choisi de s’engager sans états d’âme dans la voie des OGM il y a une quinzaine d’années et offre une illustration grandeur nature des nuisances de cette agriculture biotechnologique28.

56L’essentiel des variétés OGM cultivées aujourd’hui relève de deux catégories : les plantes résistantes à un herbicide (la firme qui produit l’herbicide en question vend ainsi ses traitements en même temps que ses graines), et les plantes produisant endogènement un insecticide naturel (le Bt, Bacillus thuringiensis), efficace contre certains ravageurs comme la pyrale du maïs. Une grosse moitié des cultures OGM (plus de 60 %) appartient à la première catégorie, mais les deux nécessitent, pour que les rendements quantitatifs tant vantés soient au rendez-vous, l’emploi de l’artillerie lourde évoquée plus haut.

  • 29  Pour une vision d’anthropologue sur le soja argentin, voir l’intéressante étude de Valeria Hernànd (...)

57L’Argentine a commencé en 1996 à semer du soja résistant au glyphosate, herbicide initialement commercialisé par Monsanto sous le nom de Roundup ; le brevet sur le Roundup a expiré il y a dix ans et d’autres entreprises fabriquent et commercialisent aujourd’hui du glyphosate. La résistance d’une plante à un herbicide simplifie grandement le travail de l’agriculteur quant au contrôle des adventices : on peut asperger les cultures sans craindre de les tuer, ce qui demande beaucoup moins de temps et de savoir-faire. Ce type de soja s’utilise de plus sans labour préalable (semis direct), ce qui économise aussi du temps de travail et du matériel. Ainsi, l’adoption de ce « paquet technologique » s’est-elle faite en masse, d’autant que Monsanto n’a pas demandé de redevances sur ses graines pour les dix premières années d’utilisation et a aidé les agriculteurs à financer ce changement technologique, histoire d’inciter à l’adoption généralisée du soja RR (pour « Roundup-Ready »)29. Les surfaces cultivées en soja résistant au glyphosate ont donc explosé. En 1995, avant le soja RR, les surfaces plantées en soja étaient de 6 millions d’hectares. En 2003, 14 millions d’hectares sont plantées en soja (sur 28 millions d’hectares emblavés), 99 % étant du soja résistant au glyphosate. En 2007, 20 millions d’hectares, intégralement OGM.

58S’agissant d’un tel bouleversement du système agraire, il est difficile de séparer effets sociaux et effets environnementaux de l’adoption des OGM : les interactions sont nombreuses et une telle séparation est plus ou moins artificielle. C’est l’ensemble formé par l’écosystème et le mode d’organisation sociale de l’agriculture qui est concerné. De plus, ce bouleversement prend lui même place dans un contexte politique particulier (grande période de dérégulation libérale menée par Carlos Menem), et marqué par une crise économique majeure (2001-2003). Ces interactions sont clairement exposées dans Benbrook (op. cit.) et Hernàndez (op. cit.). Les quelques remarques qui suivent dessinent rapidement les contours d’un modèle agricole en accord avec l’air du temps, biotechnologique et libéral à souhait, et hautement contreproductif si l’on se réfère aux fins de tous les systèmes agraires qui se sont succédés depuis l’époque néolithique.

59Rappelons en effet que depuis ses débuts l’agriculture servait deux usages essentiels. Le premier était de pourvoir à la survie biologique des humains et des animaux. Le deuxième, plus général et diffus à la fois, était de fournir un support matériel à la vie humaine, de participer à la construction d’un décor humain, comme le nomme Arendt, qui était dans un rapport d’appartenance et de création réciproques entre l’homme et son milieu naturel. L’exemple argentin démontre avec force que l’agriculture OGM ne sert aucun de ces deux usages, bien au contraire. Les problèmes se déploient dans trois dimensions principales.

60Premièrement, comme cela semble être le cas pour l’adoption de toutes les nouvelles technologies, le passage aux OGM s’accompagne d’une intensification de la division sociale et technique du travail. Au niveau technique, la culture du soja résistant au glyphosate simplifie le travail de l’agriculteur qui adopte en bloc un ensemble de pratiques et de produits : semis direct (c’est-à-dire pas de labour), gestion des adventices par un produit unique fourni par le semencier, mécanisation de toutes les opérations. Les choix de l’agriculteur sont réduits à la portion congrue, il n’a plus à réfléchir à grand chose : il n’est plus qu’un exécutant et son savoir-faire traditionnel tombe dans l’oubli, il en est dépossédé, ainsi que de ses outils. La part créative du travail remonte vers l’amont, la recherche scientifique en matière de création variétale – protégée par des droits de propriété intellectuelle. Cette perte d’autonomie (ici, des paysans) est pour Illich la dimension la plus grave de la contreproductivité, qui survient lorsque le développement industriel d’une activité dépossède les être humains de leur capacité à se débrouiller. « Le monopole d’un produit hétéronome prive les personnes de toute capacité d’accomplir par leur propre force une action homologue. C’est le cas lorsque le système des transports empêche la circulation à pied ou quand le système médical empêche l’autorégulation des organismes. Ce n’est ni le dommage réparable ni le blocage par encombrement, mais un tort fait directement à la personne par l’empoisonnement de la production » (Illich, op. cit., p. 671). On verra dans un instant que dans le cas de l’agriculture, ce terme de poison est à prendre dans son sens littéral.

61Au niveau de la division sociale du travail, on observe une reconfiguration des métiers en profondeur. L’aspect principal en est l’apparition d’« entrepreneurs innovants » à la formation de gestionnaires et d’ingénieurs en biotechnologie et agissant comme donneurs d’ordre (Hernàndez, 2007). Ils ne sont en général propriétaires que d’une petite partie des terres qu’ils cultivent, les autres étant louées, et font appel aux services de différents sous-traitants se chargeant des diverses opérations nécessaires à la culture. On voit donc apparaître conjointement des « prestataires de services » spécialisés dans les semis, dans les traitements phytosanitaires, les récoltes, dans l’entretien des machines, le stockage et le transport, l’« entrepreneur agricole » coordonnant ces différentes étapes de la culture et de la commercialisation dans une logique de recherche de rentabilité maximum à toutes les étapes de la production. Ces entrepreneurs n’ont absolument plus rien à voir avec des paysans, ils sont fascinés par les perspectives technologiques ouvertes par la nouvelle science et leur rapport à la terre est purement comptable. Les coûts associés à ce type d’agriculture sont tels (semences et traitements, mécanisation, achat de services et formation scientifique) que, couplés à la recherche affichée de rentabilité financière maximale, la surface des exploitations s’accroît considérablement et les petites exploitations tenues par des agriculteurs authentiques (on n’ose plus dire des paysans) disparaissent. Entre 1992 et 2002, 150 000 exploitations agricoles ont disparu, dont la moitié sont des petites exploitations selon les normes argentines, c’est-à-dire inférieures à 200 hectares. À l’opposé, il n’est pas rare que les entrepreneurs agricoles « modernes et innovants » cultivent des dizaines de milliers d’hectares. L’Argentine va ainsi vers un système d’agriculture sans agriculteurs.

  • 30  Cité par Marx (1867), Livre premier, tome trois, p. 160.

62La deuxième caractéristique de ce système agraire biotechnologique concerne l’utilisation des terres. L’extension des surfaces cultivées en soja RR (14 millions d’hectares en quinze ans) s’est faite par trois modes principaux. Des terres précédemment emblavées en blé, maïs, et autres cultures vivrières ont été converties en soja (32 %). 27 % des surfaces nouvellement plantées étaient auparavant des pâturages. Enfin, la proportion de terres sauvages défrichées pour le soja est de 41 %, ce qui témoigne d’une déforestation massive. L’extension du soja transgénique s’est donc faite au détriment de l’agriculture vivrière (incluant l’élevage, traditionnellement très important en Argentine), et des terres sauvages : entre 1996 et 2007, 14 millions d’hectares de forêt ont disparu. Alors que l’Argentine était le grenier de l’Amérique latine, sa souveraineté alimentaire est aujourd’hui dangereusement menacée. Pendant la crise financière et économique de 2001-2003, le pays a connu des famines. Entre 1996 et 2002, le nombre de personnes ne disposant pas de la ration calorique suffisante pour rester en bonne santé a plus que doublé, pour atteindre 25 % de la population totale. Et tout cela pourquoi ? Pour exporter du soja servant d’une part à la fabrication d’aliments protéinés pour le bétail des pays du Nord, et d’autre part à la production de biodiesel pour nourrir les voitures des mêmes pays. Pour paraphraser Thomas More qui parlait de l’Angleterre des premières enclosures comme d’un pays « où les moutons mangent les hommes »30, l’Argentine est désormais un pays où les voitures mangent les hommes.

  • 31  Voir sur ce point Miguel A. Altieri et Elisabeth Bravo (2007) qui font un tour d’horizon de la pro (...)

63La contreproductivité globale de l’agriculture ne se dévoile en effet nulle part plus clairement que dans la production d’agrocarburants. L’un des objectifs de la recherche variétale aujourd’hui est l’obtention de maïs, canne à sucre, soja, palmier à huile génétiquement modifiés pour une transformation optimale en carburants « bio ». Le « développement durable », la « croissance verte » et les « technologies propres » sont les nouveaux secteurs de valorisation du capital et le greenwashing bat son plein. Les agrocarburants en sont une pièce maîtresse, ils laissent accroire que leur généralisation permettra de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre, mais c’est l’inverse qui est vrai. C’est une agriculture industrielle dont les conséquences écologiques, économiques et sociales sont peu ou prou celles du soja argentin : misère paysanne et désertification des campagnes, perte de la souveraineté alimentaire par un emploi dévoyé des terres, et pollutions de tous types engendrées par l’absurdité de ce mode de culture hyper-intensif31. C’est en effet là la troisième grande caractéristique de l’agriculture argentine contemporaine.

64Plusieurs études mettent en lumière le désastre écologique du soja RR en Argentine. Du fait de l’extension d’une monoculture chimique et sans rotation, les sols s’épuisent. Les pertes des sols en azote et phosphore sont massives, et doivent être suppléées par des engrais de synthèse, dont le coût est estimé en 2007 à 910 millions de dollars (Altieri et Bravo, op. cit.). L’activité microbiologique des sols s’appauvrit. L’utilisation à haute dose du glyphosate sur de grandes surfaces sans discontinuer engendre des résistances, et on voit de plus en plus apparaître des « super-adventices » nécessitant le recours à d’autres herbicides puissants et toxiques. Mais malheureusement, cela ne réduit pas l’utilisation de glyphosate pour autant, qui a au contraire plus que doublé entre 2000 et 2004. Quant à la technique associée de semis direct, elle aboutit à force à un compactage de la terre rendant plus difficile son travail et, par manque d’aération, favorise les maladies fongiques. La consommation de fongicides augmente d’autant. Enfin, du fait de toutes ces nuisances, la biodiversité sauvage et cultivée s’amenuise, ce qui contribue à l’appauvrissement général des écosystèmes, base même de toute agriculture. Il s’agit là d’une autre expression de cette illusion technique qui conduit à tenter de contrôler des interactions naturelles qui, de par leur complexité, échapperont toujours à la maîtrise humaine.

65Pourtant, comme le remarque Benbrook (op. cit.), il ne serait pas si difficile de lutter ces effets pervers : il suffirait de diversifier les cultures et de retourner à des systèmes de rotation, qui enrichissent les sols au lieu de les appauvrir et permettent du même coup de diminuer grandement les besoins en engrais chimiques, voire de s’en passer totalement. Il suffirait pour cela que l’on accepte une petite baisse de rendement, mais une telle idée est sacrilège. Ce genre de dynamique paradoxale relève essentiellement de la contreproductivité dans sa deuxième acception : le mode de production retenu produit des effets qui vont à l’encontre de l’objectif poursuivi, comme pour l’encombrement dans les transports ou pour les produits financiers censés protéger du risque et qui au contraire en sont à l’origine.

  • 32  Altieri et Bravo (op. cit., p. 4) faisant état d’estimations de Pimentel et Patzek.

66Concernant de l’autre côté les buts affichés par la production d’agrocarburants, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et celle de l’utilisation des énergies fossiles, le bilan énergétique est clairement négatif. Ce mode de culture productiviste dévore les énergies. C’est une agriculture très mécanisée : il faut remplir les réservoirs des multiples machines, des tracteurs au début de la chaîne aux bateaux qui font ensuite traverser les mers à ce soja demandé par l’Amérique du Nord et l’Europe à l’autre bout, en passant par les raffineries et les distilleries nécessaires à la transformation de la plante en essence, et les transports faisant la jonction entre toutes ces étapes de production de la marchandise. Il faut aussi produire engrais et pesticides, dont certains sont de plus à base de pétrole. Et puis, l’un des avantages des semences résistantes aux herbicides est leur facilité d’utilisation : les épandages sur les grandes surfaces des nouvelles « fermes » se font de plus en plus souvent par avion, ce qui n’est pas exactement le meilleur mode de lutte contre l’effet de serre. En additionnant le tout, on arrive aux estimations suivantes : « la production de biodiesel de soja requiert 1,27 gallons d’énergie fossile pour un gallon de diesel produit »32. Pour clore cette liste peu réjouissante, rappelons que la déforestation massive qui ravage une partie de l’Amérique latine au nom de l’« or vert » qu’est (pour certains) le soja réduit l’absorption naturelle du CO2 par les forêts.

67Ainsi, l’industrialisation de l’agriculture, légitimée par un rendement supérieur, produit des effets contraires aux missions de tout système agraire depuis que l’agriculture existe : elle menace dangereusement la nature, fragilise les populations et n’a plus pour priorité de les nourrir. L’activité agricole moderne est essentiellement tournée vers la recherche de moyens toujours plus efficaces et puissants, dans l’illusion que l’on contrôle les interactions naturelles et qu’on peut les modifier dans le sens désiré. Sur ce présupposé, nous avons construit un grand système compliqué visant à satisfaire les besoins en alimentation exprimés par une demande solvable plutôt qu’à nourrir les gens. La situation contemporaine de l’Argentine met bien en lumière l’absurdité de ce modèle agricole.

Conclusion

68L’histoire du capitalisme industriel peut être vue comme celle de la domination progressive d’une rationalité purement instrumentale mise au service de l’enrichissement matériel. Envisagées sous cet angle, l’action technique et l’action marchande se rejoignent dans la recherche de la rentabilité maximale, qui est le critère d’une action efficace. Le marché est en effet considéré depuis deux siècles comme le meilleur mécanisme d’interaction sociale, permettant selon ses promoteurs la coordination des actions économiques et l’harmonisation des intérêts privés. Ainsi, il est un des moyens privilégiés (avec la division du travail et l’innovation technologique) pour atteindre le but que nous nous sommes fixé : améliorer le bien-être matériel des êtres humains. Ces moyens ont certes permis une augmentation générale du niveau de vie, mais au prix de déséquilibres écologiques et économiques croissants qui témoignent de la contreproductivité de notre mode de développement économique.

  • 33  Anders (1988), p. 90.

69Une des principales sources du problème, nous semble-t-il, réside dans l’autonomisation de la technique. La technique moderne, en tant que domination de la rationalité en finalité, promeut un mode d’action qui se préoccupe surtout des moyens. Dès lors, le chemin que nous prenons ne s’ancre sur rien d’extérieur, de nouveaux moyens succèdent aux anciens sans que l’on prenne le temps de se demander où cela nous mène. Pourquoi fabriquer des cochons vert fluorescent ? Parce qu’on le peut, pour ce que cela nous permettra peut-être de faire demain, pour devenir riche et célèbre, ou bien pour la nouveauté pour elle-même. Souvent, individuellement, nous ne percevons pas ce à quoi nous participons, tout étant organisé sur une échelle à la fois gigantesque et très spécialisée. Comme le dit Anders, « L’aggravation actuelle de la division du travail ne signifie pas autre chose que ceci : nous sommes condamnés, travaillant et agissant, à nous concentrer sur d’infimes segments du processus d’ensemble : nous sommes enfermés dans les phases de travail auxquelles nous sommes affectés, tels des détenus dans leurs cellules de prison »33. De ce fait, l’action individuelle devient aliénée par les contraintes techniques de sa place dans le schéma d’ensemble, et l’action collective comporte tellement de relais, est tellement démultipliée, qu’elle en devient indéchiffrable. D’où ce mélange de fragilité, d’irresponsabilité et d’impuissance.

  • 34  Aron (1967), p. 501.

70La rationalité en finalité n’est cependant pas le seul mode de l’action humaine. Max Weber en distinguait trois autres : l’action émotionnelle, l’action traditionnelle et l’action rationnelle en valeur. La recherche du rendement et de l’efficacité matérielle est donc loin d’être le seul registre de l’action. D’ailleurs, sa domination est récente, et comme de nombreux auteurs l’ont fait remarquer, c’est un des traits marquants de la modernité occidentale. Au vu des désastres engendrés par l’étroitesse de cette conception, peut-être serait-il temps de redonner de la légitimité aux autres registres de l’action humaine. Raymond Aron le notait déjà il y a plus de quarante ans : « la société moderne toute entière tend à l’organisation zweckrational, et le problème philosophique de notre temps, problème éminemment existentiel, est de délimiter le secteur de la société où subsiste et doit subsister une action d’un autre type »34.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta, Michel et Antoine Rébérioux, (2004), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

Altieri, Miguel A., et Elisabeth Bravo, (2007), “The Ecological and Social Tragedy of Crop-Based Biofuel Production in the Americas”, Food First/Institute for Food and development Policy, http://www.foodfirst.org

Anders, Günther, (1956), L’obsolescence de l’homme, trad. française (2002), Paris, L’Encyclopédie des nuisances.

Anders, Günther, (1988), Nous, fils d’Eichmann, trad. française (1999), éditions Payot et Rivages.

Arendt, Hannah, (1958), Condition de l’homme moderne, trad. française (1961), Paris, Calmann-Lévy.

Arendt, Hannah, (1972), La crise de la culture, trad. française, Paris, Gallimard.

Aron, Raymond, (1967), Les étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard.

Benbrook, Charles, (2005), “Rust, Resistance, Run Down Soils, and Rising Costs. Problems Facing Soybean Producers in Argentina”, Ag Bio Tech InfoNet Technical Paper, n° 8.

Berlan, Jean-Pierre, (2001), La guerre au vivant, Marseille, Agone éditions.

Boisvert, Valérie et Hélène Tordjman, (2011), “In Search of Fictitious Commodities: Markets for Biodiversity in Prospect”, paper presented at the 27th EGOS Colloquium, Gothenburg, Sweden, July 7-9, 2011.

Bonneuil, Christophe et Frédéric Thomas, (2009), Gènes, pouvoirs et profits. Recherche publique et régimes de production des savoirs de Mendel aux OGM, Paris, éditions Quæ.

Chargaff, Erwin, (1979), Le feu d’Héraclite, trad. française (2006), Paris, éditions Viviane Hamy.

Chastenet, Patrick, (1994), Entretiens avec Jacques Ellul, Paris, éditions de la Table Ronde.

Colliot-Thélène, Catherine, (2006), La sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

David, Paul, (1985), “Clio and the Economics of QWERTY”, American Economic Review, 75 (2), p. 332-337.

Descombes, Vincent, (2000), « Philosophie des représentations collectives », History of the Human Sciences, 13 (1), p. 37-49.

Dupuy, Jean-Pierre, (1982), Ordres et désordres, enquête sur un nouveau paradigme, Paris, éditions du Seuil.

Ellul, Jacques, (1954), La technique ou l’enjeu du siècle, Paris, Economica.

Ellul, Jacques, (1977), Le système technicien, Paris, Le Cherche Midi.

Galbraith, John K., (1991), Brève histoire de l’euphorie financière, trad. française (1992), Paris, éditions du Seuil.

Godechot, Olivier, (2007), Working Rich. Salaires, bonus et appropriation du profit dans l’industrie financière, Paris, La Découverte.

Hermitte, Marie-Angèle (éd.), (1985), La protection de la création végétale : le critère de nouveauté, Paris, Librairies techniques.

Hermitte, Marie-Angèle, (2004), « La construction du droit des ressources génétiques – exclusivismes et échanges au fil du temps », in M.-A. Hermitte et P. Kahn (Eds.), Les ressources génétiques végétales et le droit dans les rapports Nord-Sud, Bruxelles, Bruylant, 2004, p. 1-124.

Hernandez, Valeria A., (2007), « Entrepreneurs ‘sans terre’ et ‘pasteurs de la connaissance’ : une nouvelle bourgeoisie rurale ? », in V. A. Hernandez, P. Ould-ahmed, J. Papail et P. Phélinas (Eds.), Turbulences monétaires et sociales. L’Amérique latine dans une perspective comparée, Paris, L’Harmattan.

Hirschman, Albert O., (1977), Les passions et les intérêts, trad. française (1980), Paris, Quadrige/Presses universitaires de France.

Illich, Ivan, (1973), La convivialité, trad. française, Paris, éditions du Seuil, in Œuvres complètes, (2004), Paris, Fayard.

Illich, Ivan, (1975), Némésis médicale, trad. française, Paris, éditions du Seuil, in Œuvres complètes, (2004), Paris, Fayard.

Landes, David S., (1969), L’Europe technicienne ou le Prométhée libéré, trad. française (1975), Paris, Gallimard

Keynes, John M., (1936), Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, trad. française (1969), Paris, Payot, (1985).

Keynes, John M., (1937), “The General Theory of Employment”, Quarterly Journal of Economics, 51 (2), p. 209-223.

Kindleberger, Charles P., (1978), Manias, Panics and crashes. A History of Financial Crisis, London, MacMillan Press.

Lordon, Frédéric, (2008), Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières, Paris, éditions Raisons d’agir.

MacKenzie, Donald, (2008), “Making Things the Same: Gases, Emission Rights and the Politics of Carbon Markets”, Accounting, Organizations and Society, 34, p. 440-455.

MacKenzie, Donald, (2009), “The Credit Crisis as a Problem in the Sociology of Knowledge”, University of Edimburgh, School of Social and Political Sciences.

Marx, Karl, (1867), Le capital, trad. française (1875), Paris, Éditions sociales (1977).

Mazoyer, Marcel et Laurence Roudart, (1997), Histoire des agricultures du monde. Du néolithique à la crise contemporaine, Paris, éditions du Seuil.

Montagne, Sabine, (2006), Les fonds de pension. Entre protection sociale et spéculation financière, Paris, éditions Odile Jacob.

Orléan, André, (1999), Le pouvoir de la finance, Paris, éditions Odile Jacob.

Orléan, André, (2009), De l’euphorie à la panique : penser les crises financières, opuscule CEPREMAP, éditions de la rue d’Ulm.

Polanyi, Karl, (1944), La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, trad. française (1983), Paris, Gallimard.

Poon, Martha, (2009), “From New Deal Institutions to Capital Markets: Commercial Consumer Risk Scores and the Making of Subprime Mortgage Finance”, Accounting, Organizations and Society, 34, 654-674.

Schumpeter, Joseph A., (1942), Capitalisme, socialisme et démocratie, trad. française (1951), Paris, Payot.

Smith, Adam, (1776), La richesse des nations, trad. française (1881), Paris, Garnier-Flammarion (1991).

The Economist, (2010), “The Gods Strike Back”, February 13th.

Tordjman, Hélène, (2008), « La construction d’une marchandise : le cas des semences », Annales. Histoire, Sciences sociales, 63 (6), p. 1341-1368.

Tordjman, Hélène, (2009), « Penser la crise contemporaine autrement : le caractère prométhéen de la finance moderne », CEPN Working Paper, n° 13-2009.

Weber, Max, (1919), Le savant et le politique, trad. française (1959), Paris, éditions Plon, 10/18.

Weber, Max, (1920), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, trad. française (2000), Paris, Flammarion.

Weber, Max, (1956), Économie et société, tome I, Les catégories de la sociologie, trad. française (1969), Paris, Plon, (1995).

Haut de page

Notes

1  Pour une ébauche de ce cadre général, voir Hélène Tordjman (2009).

2  In Œuvres complètes, t. 1, p. 466. Ivan Illich était un sociologue inclassable, anciennement prêtre catholique, qui a fondé au Mexique un centre de recherches sociales critiques de la société industrielle. Il a étudié l’évolution des systèmes de santé, de transport et des systèmes éducatifs et y a repéré pareillement ce phénomène de contreproductivité. Je me réfèrerai ici principalement à La convivialité (1973), et à Némésis médicale (1975), réédités en 2004 par Fayard dans les Œuvres complètes en deux tomes, ainsi qu’à la lecture que Jean-Pierre Dupuy a fait d’Illich, par exemple dans Ordres et désordres (1982).

3  Selon les mots de Peter Winch commentés par Vincent Descombes, (2000).

4  Hannah Arendt est surtout connue pour son œuvre de théorie politique concernant le totalitarisme et pour les polémiques que celle-ci a suscitées (voir par exemple la biographie d’Arendt par Elisabeth Young-Bruehl, 1982). Une partie de son travail plus philosophique s’attache à cerner les contours du monde moderne ; c’est celui-là qui nous retiendra, en particulier Condition de l’homme moderne (1958), et les essais parus en français en 1972 et réunis sous le titre La crise de la culture.

5  In (1954), p. 40. La réflexion d’Ellul sur la technique traverse toute son œuvre, mais nous nous appuierons ici sur les deux ouvrages fondamentaux que sont La technique ou l’enjeu du siècle (1954), et Le système technicien (1977). Ellul, en plus d’être juriste de formation, historien et sociologue, était aussi un théologien protestant. Sur l’articulation entre son œuvre en sciences sociales et sa recherche spirituelle, voir par exemple Entretiens avec Jacques Ellul, de Patrick Chastenet (1994).

6  Return On Equity, ou rendement des capitaux propres.

7  Downing (1860) in Marx (1867), Livre premier, tome trois, p. 202. De façon moins caustique, voir l’excellent livre d’Albert O. Hirschman (1977), Les passions et les intérêts.

8  Les externalités sont des effets non voulus d’actions visant un autre but, qui, comme leur nom l’indique, sont extérieures au marché et n’ont donc pas de prix. Elles ne peuvent du coup être évaluées et gérées par le mécanisme marchand. C’est une des formes de la contreproductivité illichienne, comme on va le voir dans un instant.

9  Voir Paul David (1985).

10  (1986), cités par Jean-Pierre Berlan (2001), p. 47-48.

11  Voir e.g. Yves Simon (1997).

12  Voir par exemple Donald MacKenzie (2008) et Valérie Boisvert & Hélène Tordjman (2011).

13  Comme l’ont noté Frédéric Lordon (2008) et d’autres, le terme de « déréglementation » ne reflète pas vraiment la réalité des évolutions contemporaines : ce n’est pas qu’il y ait moins de règles, il y en a tout autant sinon plus, c’est que ces règles favorisent la « concurrence libre et non faussée » chère à la Commission européenne, dont une des fonctions principales ces dernières années est justement d’édicter des règles et des normes permettant censément au mécanisme de prix de fonctionner de façon efficace.

14  Parmi la multitude d’ouvrages consacrés à ces thèmes, retenons André Orléan (1999), Michel Aglietta et Antoine Rébérioux (2004) et Sabine Montagne (2006).

15  Voir par exemple Donald MacKenzie (2009) et Martha Poon (2009). On verra plus bas que les semences ont connu le même type d’évolution.

16  C’est là la thèse keynésienne, tout le monde ne partage pas ce point de vue, loin de là. Pour un approfondissement et une discussion de ce point, voir Charles P. Kindleberger (1978), John K. Galbraith (1991) et André Orléan, op. cit.

17  Les CDS, ABS et CDO sont respectivement des Credit Default Swaps, des Asset Backed Securities et des Collaterized Debt Obligations, les trois grandes familles de produits dérivés de crédit.

18  La revente n’est cependant pas toujours totale, les arrangements juridiques des SPV (Special Purpose Vehicles), structures juridiques souvent offshore gérant les opérations de titrisation, étant variables et compliqués.

19  Sur la prolifération récente et absurde des produits dérivés de crédit, voir Lordon (2008).

20  Donald MacKenzie (2009).

21  Les textes classiques sur ce point sont ceux de John M. Keynes (1936), chapitre 12, et (1937).

22  Pour donner une idée de la complexité de ces produits, The Economist, 13/02/2010, écrit qu’une bonne compréhension d’un CDO demande de lire 30 000 pages de documentation, aussi invraisemblable que cela puisse paraître.

23  Les choses sont en fait un peu plus compliquées ; en particulier ces agents tendent à travailler ensemble, ce qui n’est pas sans poser problème, mais c’est un autre débat.

24  Les Mortgage Backed Securities, les fameux subprimes, sont des actifs de la classe des ABS exclusivement adossés à des prêts hypothécaires.

25  Pour une histoire des systèmes agraires et une caractérisation du système agricole moderne, on peut se reporter à Marcel Mazoyer et Laurence Roudart (1997), dont les chiffres qui précèdent sont tirés.

26  Ce qui suit a été développé plus précisément dans Tordjman (2008).

27  Sur ce point et bien d’autres liés à la rationalisation des variétés végétales, à la place de la science dans ce processus, et aux évolutions juridiques qui l’ont accompagnée, voir Marie-Angèle Hermitte (2004) et Christophe Bonneuil et Frédéric Thomas (2009).

28  Des évolutions similaires se produisent dans les autres pays d’Amérique latine, en particulier au Brésil, mais l’Argentine est certainement le pays le plus représentatif de la révolution biotechnologique en agriculture.

29  Pour une vision d’anthropologue sur le soja argentin, voir l’intéressante étude de Valeria Hernàndez (2007), qui décrit les mutations sociales engendrées par l’adoption du « paquet technologique » lié au soja RR (ses termes), concernant la propriété des terres, la perte d’autonomie des paysans traditionnels et l’émergence d’une nouvelle classe d’agriculteurs « techniciens ». Une analyse d’agronome est menée par Charles Benbrook (2005), qui met en lumière les effets pervers de ce soja génétiquement modifié d’un point de vue agricole et environnemental. Sauf mention contraire, les chiffres cités ici viennent de ces deux articles.

30  Cité par Marx (1867), Livre premier, tome trois, p. 160.

31  Voir sur ce point Miguel A. Altieri et Elisabeth Bravo (2007) qui font un tour d’horizon de la production des agrocarburants dans les deux Amériques.

32  Altieri et Bravo (op. cit., p. 4) faisant état d’estimations de Pimentel et Patzek.

33  Anders (1988), p. 90.

34  Aron (1967), p. 501.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Tordjman, « La crise contemporaine, une crise de la modernité technique », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/9456

Haut de page

Auteur

Hélène Tordjman

CEPN, Université de Paris XIII, htordjman@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page