Navigation – Plan du site
Varia

Penser l’institution et le marché avec Karl Polanyi

Contre la crise (de la pensée) économique
Karl Polanyi: Market as an Institution
Pensar la institución y el mercado con Karl Polanyi. Contra la crisis (del pensamiento) económico
Jérôme Maucourant et Sébastien Plociniczak

Résumés

Bien que Karl Polanyi (1886-1964) n’ait jamais eu pour ambition « d’élaborer une théorie complète des institutions économiques », ce texte met en évidence qu’il y a, dans son œuvre, une analyse aussi implicite que profonde du marché appréhendé comme institution ou « processus institutionnalisé ». À l’encontre de la croyance économique conventionnelle, l’œuvre de Polanyi permet de comprendre que le marché, n’est ni spontané ni autorégulateur. Plus encore, à suivre Polanyi, le capitalisme ou « société de marché » se caractérise par un fait culturel spécifique : la croyance utopique en l’autorégulation marchande. Une origine de la crise économique actuelle peut ainsi être mise en évidence. Plus généralement, tout économiste contemporain soucieux des problématiques de l’institution et du marché peut, avec Polanyi, resituer de façon novatrice les marchés au sein des contextes socio-historiques dans lesquels ils se déploient.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire d’Anne Chapman (1922-2010)1
Une grande savante et femme du monde,
Qui nous permit, parmi tant de choses,
De redécouvrir la pensée de Karl Polanyi.

Texte intégral

  • 2  Si la date de la première parution de l’ouvrage ou de l’article référé est décalée par rapport à l (...)

« L’économie humaine est […] encastrée [embedded] et englobée dans des institutions économiques et non économiques. Il importe de tenir compte de l’aspect non économique. Car il se peut que la religion et le gouvernement soient aussi capitaux pour la structure et le fonctionnement de l’économie que les institutions monétaires ou l’existence d’outils et de machines qui allègent la fatigue du travail » (Polanyi, [1957] 2008a, p. 59)2.

« Le mécanisme offre-demande-prix, […] (que nous appelons le marché), est une […] institution moderne avec une structure spécifique, qui est ni facile à établir ni à faire fonctionner » (Polanyi, 1977, p. 6).

Introduction

  • 3  D’ordinaire, le programme de recherche de la Nouvelle Économie institutionnelle (NEI) est présenté (...)
  • 4  Francis Y. Edgeworth ou Irving Fisher, au début du xxe siècle, vilipendaient l’intrusion possible (...)
  • 5  Cette hypothèse distingue la logique économique des autres.
  • 6  Ancien conseiller à la Maison Blanche auprès du président Clinton puis économiste en chef et vice- (...)

1Depuis les années 1970, certains économistes ont tenté de répondre aux difficultés de plus en plus nombreuses qu’ils rencontraient en réélaborant le concept d’institution. Cette tentative dite « néo-institutionnaliste » fut porteuse de malentendus3. L’autonomisation progressive de l’économie comme savoir s’était, en effet, construite sur l’occultation délibérée de toutes sortes de fondements extra-économiques4. La quête de tels fondements, dans l’intention d’asseoir scientifiquement la connaissance, pouvait, en effet, être jugée superfétatoire pour une discipline qui ne se voulait plus être l’étude d’un domaine de la réalité mais la compréhension rationnelle du « comportement humain en tant que relation entre des fins et des moyens rares à usages alternatifs » (Robbins, 1932, p. 16)5. C’est pourquoi les institutionnalistes américains traditionnels, comme Thortsein Veblen, John R. Commons ou Wesley C. Mitchell, furent considérés par les néoclassiques de l’entre-deux-guerres comme n’étant pas vraiment des économistes. Après la guerre, Karl Polanyi ([1947] 2008b, p. 510 sq.) fut également négligé, lui qui osait mettre en doute la croyance en l’universalité et la spontanéité du comportement économique « rationnel ». Pourtant, Douglass C. North (1977, 1981), l’un des pionniers de l’introduction en histoire de l’approche néo-institutionnaliste, précisait qu’il fallait relever le « défi » que constituaient les thèses de Polanyi. Si, à ce jour, Polanyi a acquis quelque légitimité auprès d’éminents économistes comme Joseph E. Stiglitz, c’est que les économistes ont de plus en plus de mal à prouver le caractère scientifique d’une discipline qui manque singulièrement de contenu empirique. Il suffit de se souvenir, par exemple, de l’échec des politiques recommandées par des références de premier ordre au moment de l’effondrement du bloc soviétique ou la surprise absolue qu’a constitué le début de la crise économique actuelle, autant pour le commun des mortels que pour presque tous les économistes professionnels6.

  • 7  L’autorégulation (ou l’auto-ajustement) implique que « toute la production est destinée à la vente (...)
  • 8  Nous pensons, à l’instar de Ghislain Deleplace (2007), que « l’étude des textes, anciens ou récent (...)

2Mais, dès lors que la construction sociale des grandes règles structurant les flux économiques est reconnue comme décisive, dès lors qu’on admet que les règles constitutives de l’organisation marchande n’émergent pas spontanément du jeu d’acteurs rationnels dans un monde d’optimalité, dès lors, aussi, que l’autorégulation des marchés est conçue comme un mythe7, un espace de légitimité s’ouvre pour une authentique analyse institutionnelle. C’est aussi en dehors des constructions néo-institutionnalistes qu’il faut repenser l’institution dans ses rapports avec l’économie. Bien que Polanyi n’ait pas développé de « théorie complète des institutions économiques » (Polanyi, 1960 p. 309), le concept d’institution existe bien dans son œuvre. Plus encore, nous pensons qu’il y a chez Polanyi une profonde analyse du marché appréhendé comme institution, même si celle-ci n’est pas souvent très bien perçue, particulièrement parce que Polanyi ne l’exprime pas d’une manière explicite. Conséquemment, nous allons nous efforcer de rappeler, dans un premier temps, (1) la problématique institutionnelle de Polanyi en la matière. Ensuite, (2) nous tacherons de démontrer la pertinence de la perspective institutionnelle de Polanyi pour tout économiste contemporain soucieux des problématiques de l’institution et du marché à l’heure où nous vivons l’une des plus profondes crises du capitalisme8.

1. La problématique institutionnelle de Karl Polanyi

  • 9  La Grande Transformation a été écrite dans le sillage de la seconde guerre mondiale (1941-1943) al (...)
  • 10  Pour désigner les couches supérieures de la société, Polanyi fait référence dans ce même paragraph (...)
  • 11  Ce point de vue est partagé par des contemporains bien différents de Polanyi, comme Talcott Parson (...)

3Au début du xxe siècle, l’effondrement de la civilisation européenne du xixe siècle, régie par l’ordre économique libéral, a eu des conséquences catastrophiques pour le monde entier, c’est-à-dire la disparition de la démocratie dans la plupart des États de l’Europe continentale. Cela constitue l’objet même de la pensée de Polanyi, comme le révèle le sous-titre de l’édition originale de son ouvrage le plus populaire : La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps ([1944] 1983)9. L’auteur veut situer son analyse à un niveau très général, celui des rapports changeant entre économie et société. Cette tentative se veut même être un « récit » écrit du point de vue des « institutions humaines » (ibid., p. 23). L’histoire est ainsi comprise du point de vue des grands principes qui déterminent l’organisation des sociétés. Étudier les institutions, dans ce cadre, révèle le sens d’un projet spécifiquement humain, c’est-à-dire une culture et des valeurs. À suivre Polanyi ([1957] 2008a) : « L’institutionnalisation du procès économique confère à celui-ci unité et stabilité ; elle crée une structure ayant une fonction déterminée dans la société » (p. 59). Le processus économique consiste donc en un système de relations sociales, de règles partagées et de croyances communes, stables dans le temps, qui imposent aux individus des contraintes mais leur ouvre aussi des opportunités. Polanyi (1983) écrit d’une façon qui rappelle Commons : « Les institutions sont les incarnations d’un sens et d’un projet humains […] Au niveau institutionnel, la réglementation étend et restreint à la fois la liberté ; seule la balance des libertés perdues a un sens […] les privilégiés (sic)10 parlent d’esclavage alors qu’en réalité tout ce qui est prévu, c’est d’étendre aux autres la liberté acquise dont ils jouissent eux-mêmes » (p. 326)11

  • 12  Selon Oliver E. Williamson (1975, 1985, 2000), les institutions constituent la solution optimale d (...)
  • 13  En 1953, à l’Université de Columbia, Karl Polanyi, Conrad Arensberg et Harry Pearson ont lancé l’I (...)

4En ce sens, il n’y a pas lieu d’opposer les marchés aux institutions, à l’image de certains néo-institutionnalistes12, puisque les marchés sont des activités institutionnalisées de façon spécifique. Les institutions économiques doivent être comprises comme des entités socialement construites où les processus économiques sont codifiés, de façon à ce que la fluidité inhérente aux mouvements économiques acquiert une stabilité. Ceci implique de comprendre la spécificité de la culture de marché, quand elle existe. Les travaux de Polanyi et de l’école substantiviste, qu’il a créée13, rappellent qu’il existe des modalités variables d’inscription des pratiques de marché dans l’histoire, selon des nécessités écologique, technique et culturelle, sans compter l’existence de sociétés sans marchés. À l’encontre de certaines croyances académiques, il convient, de surcroît, de distinguer l’institution du marché de celle de la monnaie, car la mesure des obligations inhérentes aux interactions sociales n’implique en rien que ces obligations soient de nature économique. Polanyi (1983, p. 42 et p. 296 sq.) affirme même, à l’instar de John Maynard Keynes, que l’erreur répandue des années 1930 était d’occulter la nature politique de l’institution de l’étalon-or qui est, en réalité, un ensemble de règles visant à reproduire une structure hiérarchique entre classes sociales et entre nations. Plus généralement, le déni de la nature sociale de cette institution était l’expression de cette idéologie libérale qui croit possible d’autonomiser, dans les faits et le savoir, la sphère économique.

  • 14  Le modèle libéral du marché, qui est le modèle théorique de la mondialisation contemporaine, a été (...)
  • 15  Il n’est pas inintéressant de noter que dans une lettre datant de 1941, Polanyi indique que la ver (...)
  • 16  Cette argumentation propre à Polanyi peut paraître paradoxale : la politique, fille de la spontané (...)

5Selon les propres termes de Polanyi (ibid., p. 22, 53 et p. 298), la société de marché est un « mythe » et l’idée de marché autorégulateur une « pure utopie ». Explicitement pour Polanyi, le marché « libre » exposé par les économistes classiques14 et leurs successeurs est irréaliste et irréalisable en pratique15. Pour lui, il n’a jamais abouti dans l’histoire de l’humanité, car il requiert de traiter la terre, le travail et l’argent comme s’ils s’agissaient de marchandises réelles. À la différence de celles-ci, ceux-là ne sont pas originellement produits pour être vendus, bien qu’ils puissent se voir conférer un prix. Comment la nature, les personnes et les relations sociales pourraient être, en effet, pleinement soumis aux exigences du marché, sans être altérées, voire détruites ? Permettre au mécanisme de marché d’organiser le travail, la terre, et l’argent comme des marchandises authentiques aboutirait à déshumaniser les relations sociales et compromettre l’environnement, c’est-à-dire à anéantir l’idée d’humanité, voire peut-être son existence même. Précisons la nature du danger qui n’est pas de nature économique. Certes, l’autorégulation du marché est capricieuse, productrice de crises économiques chroniques, mais surtout elle peut broyer les institutions sociales et dégrader culturellement l’homme, ruinant ainsi le système économique. En ce sens, le travail, la terre, et l’argent sont des « marchandises fictives » parce qu’elles sont uniquement traitées comme si elles étaient produites pour la vente sur le marché, mais elles ne le sont pas. Précisément, l’impossibilité de pleinement marchandiser le travail, la terre et l’argent engendre des « contre-mouvements » où les humains s’organisent spontanément pour se protéger eux-mêmes et leur environnement contre cette menace de la vision utopique du marché autorégulateur16.

6Analysant le développement des marchés au cours du xixe siècle, Polanyi (1983) avertit dans un passage souvent cité qu’une « telle institution [le marché autorégulateur] ne pouvait exister de façon suivie sans anéantir la substance humaine et naturelle de la société, sans détruire physiquement l’homme et sans transformer son environnement en un désert. Inévitablement, la société a pris des mesures pour se protéger elle-même, mais toutes les mesures, quelles qu’elles fussent, compromirent l’autorégulation du marché, désorganisèrent la vie industrielle, et exposèrent ainsi la société à d’autres dangers » (p. 22). La référence est ici faite au « double mouvement » d’une propagation ardente de marchés en apparence autorégulés et des entraves que leur imposent les mouvements de protection. En effet, Polanyi comprend la dynamique de la civilisation du xixe siècle comme une tension entre les deux grands principes organisationnels. Chacun dispose de ses propres objectifs et méthodes (politiques) et de ses propres appuis sur des forces sociales bien déterminées. Le premier principe, soutenu par certaines classes marchandes, est celui du libéralisme économique, son objectif est d’établir l’autorégulation marchande en utilisant les méthodes du laissez-faire et du libre-échange. Le deuxième principe est celui de « l’encastrement social » (social embeddedness), visant à la protection des hommes et de la nature. Ce principe a été soutenu de manière ad hoc par ceux qui étaient affectés par l’autorégulation du marché (la classe ouvrière, les paysans, certains commerçants, etc.). Polanyi interprète la législation en matière de santé publique, de conditions de travail, d’assurances sociales, de services publics, de services municipaux, et de droits syndicaux durant l’Angleterre victorienne, comme des mesures visant à circonscrire les effets sociétaux de l’expansion de marchés sans entraves. Il constate que sur le continent européen, les gouvernements, malgré leurs orientations politiques initiales dissemblables ont adopté des mesures similaires, incluant la protection des industries et de l’agriculture menacées par une ruineuse concurrence. Ces mesures ont été instituées par les interventions des États au niveau national. Ainsi, les marchés ont-ils été enchâssés dans la société, c’est-à-dire codifiés juridiquement et socialement, d’une façon qui ne répondait à aucun dessein préexistant.

  • 17  Cette double assertion peut aisément être justifiée au regard de l’abondante littérature disponibl (...)
  • 18  Pour l’établissement de liens nécessaires entre hétérodoxies en économie, voir Maucourant (2000) q (...)

7D’un point de vue pratique, la célèbre métaphore de l’« encastrement » (embeddedness) est essentielle pour comprendre la logique institutionnelle de Polanyi. Fred Block (2001) soutient, par exemple, que « [l]e point de départ logique pour expliquer la pensée de Polanyi est son concept d’encastrement. Peut-être, sa contribution la plus célèbre » (p. xxiii). L’inspiration précise de la métaphore n’est pas connue, mais il semble plausible, comme suggéré par Block (ibid., p. 24 note x), qu’elle provienne de l’exploitation houillère. En effet, durant ses recherches sur l’histoire économique anglaise, Polanyi a beaucoup lu sur les technologies de l’industrie minière anglaise dont la tâche était d’extraire le charbon qui été encastré dans les parois rocheuses de la mine. Pourtant, malgré son caractère central dans l’œuvre de Polanyi, La Grande Transformation ne contient ni définition, ni discussion approfondie de la métaphore. Cette omission, dans une certaine mesure, contribue à expliquer premièrement, le nombre de (mauvaises) interprétations que la métaphore provoque et deuxièmement, les « énormes confusions » (ibid., p. xxiii) qu’elle engendre17. Toutefois, même si Polanyi n’utilise la métaphore que deux fois dans La Grande Transformation, comme le soulignent certains chercheurs (Barber, 1995, p. 401 ; Krippner, 2001, p. 779), il convient de noter qu’il emploie des termes tels que « absorbé », « submergé », « embrouillé », « entrelacé », etc. Comme le résume Jens Beckert (2006) : « le terme d’encastrement est problématique de par son caractère évasif. Ce n’est pas un concept qui mène directement à l’opérationnalisation du processus de recherche […]. [Mais] tous les concepts intéressants en sciences sociales ont en commun le fait qu’ils sont insaisissables et sujets à interprétation. Cela est vrai pour le concept weberien de la rationalité autant que pour le concept de durkheimien de la solidarité ou encore la notion de capital chez Marx » (p. 37)18. Pour Polanyi, la métaphore exprime tout d’abord, l’idée générale selon laquelle l’économie dans son ensemble (et pas seulement le marché) n’est pas autonome mais plutôt subordonnée à la politique, à la religion, à la culture et aux relations sociales ; et deuxièmement, la métaphore met en évidence « la nécessité d’une intervention régulatrice sur le marché pour compenser les effets socialement problématiques du système marchand » (ibid., p. 37).

8Le nombre croissant de sphères de la vie sociale, qui ont été soumises aux mécanismes marchands, a donc été à la source de « contre-mouvements », entendus comme formes de résistance sociale. Cette résistance sociale a engendré des institutions comprises comme des objets concrets, multi-déterminés pouvant combiner différents processus sociaux simultanément. Dans cette perspective, nous pouvons dire que Polanyi mobilise la métaphore de l’encastrement comme une sorte de raccourci méthodologique pour étudier les institutions. Cette dialectique peut être fatale dans le sens où les contre-mouvements, qui sont nécessaires pour la simple continuation de la vie sociale et même la survie des marchés, peuvent détruire la cohésion sociale, voire la société elle-même. Si, par exemple, la naissance du New Deal aux États-Unis a été l’expression même d’un contre-mouvement, qui structure l’économie d’une manière démocratique, d’autres contre-mouvements autoritaires ont conduit des pays de l’Europe continentale vers l’abîme. On en est venu, dans le cas des fascismes, à absolutiser l’aliénation marchande (Polanyi, [1935] 2008c). Dans un passage saisissant, Polanyi (1983) fait ainsi remarquer que « pour comprendre le fascisme allemand, nous devons revenir à l’Angleterre de Ricardo » (p. 54). Block (2001, p. xxv) discute cette thèse du double mouvement en invoquant un « élastique géant » : les tentatives pour renforcer l’autorégulation du marché augmentent le degré de tension car l’élastique s’étire. À mesure que l’élongation se poursuit, l’élastique peut éventuellement se casser (fracture sociale) ou se rétracter (le marché revient à un état plus encastré).

  • 19  Cet outil idéologique a été magnifiquement mis en forme par Ricardo.
  • 20  Voir Barber (1977, 1995) ; Lie (1991) ; Krippner (2001) ; Blyth (2002) ; Block (2003) ; Randles (2 (...)
  • 21  En effet, Polanyi a fortement été influencé par le marxisme durant l’entre-deux guerres.

9À ce stade, nous pensons que Polanyi doit être considéré comme un historien de la fiction influente de l’autorégulation marchande. En effet, même si, selon Polanyi, la société de marché est un mythe et l’idée d’autorégulation des marchés une franche utopie, cette fiction fonctionne comme un outil idéologique et comme une politique, ce qui détermine le comportement des individus et, par suite, influence les relations sociales et transforme profondément la société19. Pour nous, l’ingéniosité intellectuelle de Polanyi tient au fait qu’il considère que la société occidentale du xixe siècle est singulière par rapport à celles qui l’ont précédée, dans le sens où il s’agit d’une société dominée par une croyance utopique en l’autorégulation marchande qui est une représentation performative de la réalité. Nous pensons qu’un tel point de vue institutionnel permet d’échapper à des interprétations trompeuses et parfois naïves de l’analyse institutionnelle de Polanyi, selon lesquelles le marché se serait matérialisé concrètement sous la forme utopique envisagée par l’économie classique et, plus tard, néoclassique. On soutient, trop souvent, en effet, que Polanyi aurait soutenu la thèse selon laquelle l’économie du xixe siècle n’était plus encastrée dans la société, mais qu’elle s’en était désencastrée et en serait venue à la dominer, comme si l’économie était réellement réduite à un vaste marché autorégulateur. Fernand Braudel (1979, p. 194) lit Polanyi de cette façon. En outre, certains chercheurs ont prétendu que Polanyi était trop influencé par l’analyse néoclassique des marchés, d’où son échec à comprendre l’inclusion des relations économiques au sein de processus institutionnels plus vastes20. Aussi, nous pensons que notre interprétation permet de nuancer l’affirmation d’un lecteur bien informé comme Block (2003). D’après lui, il y a une profonde contradiction dans le texte de La Grande Transformation et suggère que le cadre théorique de Polanyi a changé à mi-chemin durant sa composition (ibid., p. 276). Block fait ainsi valoir que Polanyi a expérimenté quelque chose qui ressemble à une rupture épistémologique au cours de son temps passé aux États-Unis, le poussant à abandonner son cadre théorique précédent d’ordre marxiste21 en faveur d’un cadre théorique d’ordre socio-économique fondé sur les marchandises fictives et l’économie toujours encastrée. Pour Block, seul le temps a empêché Polanyi, de réviser le manuscrit de La Grande Transformation pour résoudre cette contradiction.

  • 22  Les textes constitutifs de cette collection posthume – Livelihood of Man, éditée en 1977 – date du (...)
  • 23  Le capitalisme moderne, comme « capitalisme rationnel », se caractérise par une croissance endogèn (...)

10Toutefois, selon nous, l’interprétation de Block ne parvient pas à mettre en évidence la singularité de l’expérience occidentale. Après cette supposée rupture épistémologique, Polanyi continue d’insister sur le fait suivant : « le fonctionnement du système économique n’ ‘influence’ pas seulement le reste de la société, mais la détermine réellement – comme, dans un triangle, les côtés déterminent les angles » (Polanyi, 1977, p. 12)22. La raison de la méprise de Block est simple : à la suite explicite de Marx et de Weber, Polanyi estime que l’économie occidentale, qui parachève son développement dans la Révolution industrielle, est essentiellement différente de toutes les formes économiques connues. Un mécanisme inouï la caractérise : la séparation institutionnelle entre l’économie et le politique. Que Marx théorise cette différence occidentale par le concept de Capital, type même de rapport social révolutionnaire, que Weber, quant à lui, distingue le « capitalisme politique » de l’Antiquité du « capitalisme rationnel »23, tout implique, in fine, le fait décrit par Polanyi : l’institutionnalisation séparée de l’économie comme sphère autonome du social. D’où cette dépendance singulière de la société vis-à-vis de l’économie. C’est pourquoi, trois années après la publication de la Grande Transformation, Polanyi ([1947] 2008b, p. 513) écrit : « Le mécanisme du marché a également créé l’illusion que le déterminisme économique était une loi générale pour la société humaine. Naturellement cette loi est vérifiée dans une économie de marché ». La question qui se pose, dès lors, quant à l’œuvre de Polanyi, n’est pas celle d’une rupture peu assumée avec sa formation marxiste, mais la nécessité de tirer pleinement les implications d’un tournant critique qui s’est produit dans le système socio-économique européen puis occidental.

  • 24  Pour Polanyi, avant le capitalisme industriel, les marchés n’étaient qu’accessoires dans la vie éc (...)
  • 25  C’est Michele Cangiani qui a spécialement et justement insisté sur ce trait de l’analyse de Polany (...)

11Cela étant, nous pouvons admettre que Polanyi a pris conscience de l’importance d’une approche socio-économique pendant la rédaction de l’ouvrage (de 1941 à 1943) au contact de ses collègues aux États-Unis. Ainsi, l’une de ses thèses essentielles est celle de l’émergence d’une société économique qui est en rupture avec celles qui l’ont précédée, qu’elles soient primitives ou archaïques. Elle est apparue d’abord en Angleterre et s’est ensuite étendue au reste du monde occidental. Elle était « économique », car la vie des hommes était organisée autour du gain monétaire plutôt qu’autour de la nécessité de survivre comme c’était le cas dans toutes les sociétés antérieures. Cette société, décrite comme « capitaliste » par les économistes, est dépeinte comme la « société de marché » par Polanyi24. Ce qui est radicalement nouveau dans ce système est que l’économie n’est plus encastrée au sein d’institutions sociales traditionnelles fondées sur les modèles sociaux tels que l’âge, le sexe et la parenté. En fait, dans les sociétés antérieures, la division du travail était déterminée par ces institutions sociales. En outre, la technologie, les moyens de production et d’accumulation y étaient limités et la concurrence était d’ordre social plutôt qu’économique. Les échanges de marché existaient, mais les biens offerts étaient produits pour la subsistance plutôt que pour la vente. Par conséquent, il n’y avait aucune sphère distincte de l’activité économique : l’économie était encastrée dans la société de telle manière qu’étudier l’économie en dehors du tissu de relations sociales, qui constitue la réalité de la société, aurait été erroné. Toutefois, au début du xixe siècle, l’économie en est venue à se désencastrer des institutions sociales traditionnelles. C’est pourquoi, pour Polanyi, il s’agit de définir la particularité de l’organisation sociale capitaliste, où l’économie, étant devenue autonome, n’est plus « immergée » dans la société : l’économie capitaliste est donc « typiquement autonome et constitue la contrainte fondamentale du développement de la société » (Cangiani et Maucourant, 2008, p. 39)25.

12Les efforts déployés par des économistes comme Ricardo ou Malthus, les interventions systématiques, prolongées et parfois violentes de l’État, furent essentiels dans l’institution de cette croyance utopique dans l’autorégulation marchande. Il convient, par conséquent, de relier ces phénomènes à un autre : le machinisme, autrement-dit d’articuler les déterminations idéelles aux exigences matérielles. Dans un passage célèbre de La Grande Transformation, Polanyi (1983) affirme : « Le laissez-faire n’avait rien de naturel ; les marchés libres n’auraient jamais pu voir le jour si on avait simplement laissé les choses à elles-mêmes. [...] le laissez-faire lui-même a été imposé par l’État. Entre 1830 et 1850, on ne voit pas seulement une explosion des lois abrogeant des règlements restrictifs, mais aussi un énorme accroissement des fonctions administratives de l’État, qui est maintenant doté d’une bureaucratie centrale capable de remplir les tâches fixées par les tenants du libéralisme. […] ; le laissez-faire n’était pas une méthode permettant de réaliser quelque chose, c’est la chose à réaliser. […] La voie du libre-échange a été ouverte, et maintenue ouverte, par un accroissement énorme de l’interventionnisme continu, organisé et commandé à partir du centre. […] C’est ainsi que même ceux qui souhaitaient le plus ardemment libérer l’État de toute tâche inutile, et dont la philosophie toute entière exigeait la restriction des activités de l’État, n’ont pu qu’investir ce même État des pouvoirs, organes et instruments nouveaux nécessaires à l’établissement du laissez-faire » (p. 189-191).

  • 26  Il convient de noter que, pour Polanyi, la partie la plus difficile de ce processus a été la march (...)

13Polanyi met particulièrement l’accent sur le rôle central qu’ont joué l’appareil étatique et le processus législatif au xixe siècle en Angleterre pour construire des marchés apparemment autorégulateurs. En d’autres termes, ces marchés, en apparence « libres », dépendaient de l’État pour fonctionner au travers, notamment, de règles sur ce qui constituait le commerce libre et équitable, sur la rédaction et la mise en exécution des contrats, etc., mais aussi concernant la gestion par l’État de l’offre de monnaie, ainsi que des règles et des règlements concernant la fourniture de terre et de travail. Précisément, ces dernières constituent ce que Polanyi appelle les « marchandises fictives ». En fait, durant les années 1830-1840, la croisade libérale a entraîné une explosion de la législation adoptée par le parlement britannique visant à abroger les réglementations restrictives. Les principales mesures furent les Poor Law Amendment Act de 1834, qui soumettaient l’offre de travail au mécanisme du marché ; le Peel’s Bank Act de 1844, qui soumettait la circulation monétaire domestique à l’étalon-or ; et, enfin, l’Anti-Corn Law Bill de 1846, qui ouvrait le marché britannique aux céréales du monde entier. Au sein de la logique libérale, ces trois grandes mesures formèrent un tout26.

14De ce point de vue, le processus de désencastrement apparait comme central dans la proposition polanyienne selon laquelle le xixe siècle fut économique dans un sens très différent de ce qu’il était jusqu’alors : ce processus apparaît comme une forme particulière de construction sociale par l’État et ses organes administratifs dans laquelle les pouvoirs publics viennent à promouvoir des pratiques qui adoptent une orientation exclusivement marchande de l’économie. La force de cette représentation réside dans sa capacité à rendre les activités économiques imperceptibles. Si donc, il y a désencastrement, c’est un nouveau type d’organisation sociale qui le rend possible. Vue sous cet angle, pour Polanyi : (i) toutes les relations économiques sont toujours institutionnellement encastrées, (ii) les institutions qui intéressent l’économiste, comme les marchés, doivent être analysées en tant qu’institutions socialement construites, et (iii) les économistes doivent analyser comment les processus idéologiques et politico-juridiques sont endogènes à l’organisation capitaliste moderne. Enfin, à la lecture de la logique transdiciplinaire de Polanyi, le processus institutionnel très controversé du désencastrement apparaît comme une représentation marchande du monde social, une représentation utopique et destructrice, dont la réalisation est impossible et la quête dangereuse pour la société. Pourtant, depuis une trentaine d’années maintenant, cette représentation structure de nouveau les sphères économique et politique, comme Polanyi l’a analysé, au xixe siècle.

2. L’économie et les marchés appréhendés comme « processus institutionnalisés »

  • 27  En ce sens, l’oblitération néoclassique de l’aspect institutionnel des faits économiques ne pouvai (...)
  • 28  Commons (1934, p. 69) affirme que l’institution est « l’action collective contrôlant l’action indi (...)

15Fournir une explication de l’histoire qui soit « fonction des institutions humaines » a une conséquence capitale qui soulève la question de la spécificité des sciences sociales et la nécessité de leur caractère institutionnel : les institutions sont ce qui rend possible la connaissance des faits sociaux en même temps qu’elles sont objet de la connaissance elle-même27. En effet, si l’action humaine était absolument libre de détermination, l’idée de savoir serait vaine28. Les institutions sont ainsi l’expression même du processus de socialisation des comportements qui assurent une prévisibilité essentielle à l’action humaine et à la connaissance de la société. Comprendre les institutions comme des médiations entre les parties et le tout permet de dépasser les débats caractérisés par l’opposition entre holisme et individualisme, qui ont trop structuré les sciences sociales. Polanyi assigne d’ailleurs à l’histoire économique l’étude du dépassement des points de vue figés opposant choix individuels et nécessité sociale, ces points de vue trahissant des a priori idéologiques (Polanyi, 1977, p. xli). L’« analyse institutionnelle » pourrait alors montrer, comment se dénoue concrètement la tension entre le tout et les parties.

  • 29  Polanyi estime que les fonctions antagoniques de la production et de la consommation doivent être (...)

16Dans ses écrits antérieurs à la Grande Transformation, Polanyi ([1922] 2008d, p. 313) avait élaboré un modèle de socialisme refusant la planification impérative, incapable d’élaborer un calcul rationnel des coûts. Il imaginait ainsi, à l’intérieur d’un système socialiste décentralisé, des institutions offrant une réponse à la contradiction entre les fonctions de production et de consommation (Polanyi, [1924] 2008e, p. 323)29. Polanyi montrait, par ailleurs, que la volonté d’un parti décrétant les besoins de la société, ainsi que les modalités de les satisfaire, aurait été source de gaspillage et négateur de la subjectivité ouvrière avec toutes les conséquences que cela implique pour l’idéal socialiste (Polanyi, [1925] 2008f, p. 330-332). Durant les années 1930, il s’attacha à montrer que le nazisme repose sur une idéologie anti-individualiste et que l’idéologie fasciste est sous-tendue par le fantasme organiciste du déterminisme du Tout (Polanyi, [1934] 2008g, p. 416). Ce n’est donc pas le concept d’équilibre qui est le fondement de la connaissance en économie, croyance commune à toutes les orthodoxies, mais bien le concept d’institution que partage Polanyi avec les approches institutionnalistes authentiques, issues des travaux de Veblen, Commons et Mitchell. La problématique de la Grande Transformation est imprégnée de la question institutionnelle, mais celle-ci n’a pas été explicitement traitée de manière spécifique par Polanyi. En revanche, à l’issue des travaux effectués dans le cadre de Columbia Interdisciplinary Project, Polanyi donne du contenu à cette notion-clef d’institution par le concept de « processus institutionnalisé » (Polanyi, 1977, 2008a).

  • 30  Suivant Polanyi, « le sens formel [de l’économie] dérive du caractère logique de la relation entre (...)
  • 31  Il convient de noter que la perspective substantive de Polanyi est inspirée par l’édition posthume (...)

17Précisons le domaine de la réflexion : l’économie dans le sens le plus général, c’est-à-dire substantif, « tire son origine de la dépendance de l’homme par rapport à la nature et ses semblables pour assurer sa survie » (Polanyi, 2008a, p. 53). Polanyi insiste, ici, sur la nécessité d’avoir une telle conception de l’économie à disposition, laquelle met l’accent sur la fourniture de moyens matériels permettant de satisfaire les besoins et les désirs humains, de manière à être capable d’analyser « toutes les économies empiriques du passé et du présent » (ibid., p. 54). Polanyi écarte donc une définition restreinte de l’économie, qu’il qualifie de « formelle », selon laquelle l’économie se restreint à un processus mental d’économisation via un ajustement rationnel entre des moyens postulés rares et des fins alternatives. Dans ce cas, l’économie est réduite à un certain arrangement psychique de l’esprit humain reposant sur un processus décisionnel dans une situation de rareté, comme le verbe « maximiser » l’implique ou comme le sens commun l’entend par le verbe « économiser »30. De ce point de vue, toute science universelle des choix est une rationalisation des motivations qui gouvernent le monde capitaliste, celui de la rareté généralisée où les marchés mettent en forme les choix des agents économiques. Or « la coutume et la tradition, en général, éliminent le choix et, si choix il y a, il n’a pas besoin d’être causé par les effets limitant d’une quelconque rareté des moyens ». (Polanyi, 1977, p. 27)31.

  • 32  Le terme processus se réfère aux transferts (« mouvements ») d’éléments matériels entre (i) locali (...)

18Polanyi peut alors dénoncer la confusion entre les définitions formelle et substantive de l’économie et l’utilisation, par une majorité d’économistes, de la première définition. Ceci exprime un ethnocentrisme, renvoyant à une spécificité culturelle : l’équivalence entre l’économie humaine en général (d’un point de vue substantif) et sa représentation idéalisée (utopique), qui implique dans les faits, le marché autorégulateur. C’est cette construction idéologique, que Polanyi (1977, chapitre 1) appelle « le sophisme économiciste » (the economistic fallacy). Cette chimère fondatrice de l’économie formelle, appréhende toute activité humaine en termes de fins et de moyens, et rationalise l’utilisation des moyens sous la forme d’une rationalité intemporelle et instrumentale. Selon Polanyi, cette manière de procéder inverse les points de vue en projetant vers le passé des catégories qui n’appartiennent qu’à une société de marché idéalisée (Polanyi, 1983, p. 358) et crée, en conséquence, un paysage artificiel qui n’a guère de ressemblance avec l’original (Polanyi, 1977, p. 6). Nous pouvons donc concevoir l’économie substantive comme un processus, ce qui revient à la considérer comme une configuration de mouvements dont la nature est double : changements de lieux ou de propriétaires (Polanyi, 2008a, p. 58). Ces deux types de mouvements « épuisent à eux seuls les possibilités contenues dans le procès économique en tant que phénomène naturel et social » (ibid., p. 57)32. Est implicite dans ce concept un mélange fluide de facteurs dénommés « économiques » et « sociaux ». Pour Polanyi, dans la mesure où les « activités sociales [...] appartiennent à ce procès, [elles] peuvent être appelées économiques ; […] tout élément de ce procès peut être considéré comme un élément économique » (ibid., p. 58).

19Sans le concept d’institution, la compréhension du procès économique, entendu comme une alchimie d’éléments physiques et sociaux, serait limitée : « Si la survie matérielle de l’homme était le résultat d’une chaîne de causalité simple et passagère, ne possédant ni de localisation bien définie dans le temps ou l’espace (c’est-à-dire, l’unité et la stabilité), ni de points de référence permanents (qui est la structure), ni de modes d’action définis au regard de l’ensemble (c’est-à-dire, la fonction), ni de moyens d’être influencé par des objectifs de la société (qui est la pertinence des politiques) – elle n’aurait jamais atteint la dignité et l’importance de l’économie de l’homme. Les propriétés de l’unité et de la stabilité, de la structure et de la fonction, de l’histoire et de politique profitent à l’économie grâce à son vêtement institutionnel » (Polanyi, 1977, p. 34). En effet, sans les institutions, l’interaction entre ces éléments physiques, techniques, sociaux et écologiques n’aurait pas de « réalité globale » (Polanyi, 2008a, p. 58). L’institutionnalisation signifie modeler les faits économiques en accord avec certaines relations sociales : « [L]e choix entre le capitalisme et le socialisme renvoie à deux manières différentes d’instituer la technologie moderne dans le procès de production » (ibid., p. 59).

  • 33  L’« institutionnalisation du procès économique confère à celui-ci unité et stabilité ; elle crée u (...)
  • 34  Notre propos ne peut ici inclure l’exposition de ces concepts clefs qui ont donné lieu à de nombre (...)
  • 35  Polanyi (2008a) identifie ici la prédominance d’une forme d’intégration au degré auquel elle englo (...)

20L’institutionnalisation du processus économique est essentielle puisqu’elle permet aux hommes d’échapper à la contingence inhérente aux échanges avec la nature et aux interactions sociales (Polanyi, 1977, p. 34)33. Ceci implique de préciser ce qui permet l’unité et la stabilité (l’ordre) du processus économique : les « principes de comportement » (Polanyi, 1983, p. 76) ou « formes d’intégration » (Polanyi, 2008a, p. 59), c’est-à-dire la réciprocité, la redistribution et l’échange (implicitement marchand), lesquels s’appuient sur les « modèles » ou « supports institutionnels » que sont la symétrie, la centralité et le marché. La réciprocité exige des mouvements entre des groupes symétriques comme dans les relations de parenté ; la redistribution des biens requiert la centricité et implique des formes de hiérarchie ; enfin, l’échange s’inscrit dans des « marchés créateur de prix » (price-making markets)34. Pour Polanyi, ces modes d’intégration sont de nature historique et leur temporalité n’est pas celle du comportement individuel. Ils ne découlent pas de la somme des actes individuels mais sont subordonnés à l’existence d’institutions spécifiques. En outre, ils ne représentent pas des stades de développement, car aucune séquence temporelle n’est supposée. Enfin, ils fonctionnent ensemble et leur cohérence réside dans leur synergie. Dans cette perspective, il nous semble vain de tenter d’isoler de soi-disant « bonnes institutions » dans un système donné, et de tenter de les reproduire sous une autre forme institutionnelle. À cet égard, les thèses de Polanyi sur la non-universalité du marché et de la rationalité marchande sont essentielles. Polanyi met, aussi, en évidence le fait que l’efficacité de chaque forme d’intégration puisse être améliorée grâce à leur articulation à d’autres, même si les systèmes socio-économiques peuvent être parfois catégorisés au regard d’une principale forme d’intégration. Polanyi précise, par exemple, que la réciprocité gagne beaucoup en efficacité lorsqu’elle utilise la redistribution comme méthode subordonnée : il est ainsi possible de parvenir à la réciprocité en partageant le poids du travail selon des règles précises de redistribution, par exemple lors de l’accomplissement des tâches à tour de rôle. S’il est historiquement établi que, très tôt, réciprocité et redistribution se sont articulées l’une sur l’autre, on oublie parfois la rapidité avec laquelle la redistribution s’est liée à l’échange marchand35. Selon Polanyi (1977), le complexe redistribution-échange est ainsi une condition sine qua non de la démocratie de l’Athènes classique : la polis implique l’agora, ce qui n’implique pas la prédominance du marché comme forme d’intégration. En effet, il n’y a pas de libres marchés interconnectés structurant la production, même si le principe du gain par les échanges est alors admis.

  • 36  North (1990) prétend que le cadre traditionnel peut fort bien s’accommoder de l’hypothèse d’une cr (...)
  • 37  L’accent mis sur l’acquisition de biens venant de contrées lointaines est, pour Polanyi, le facteu (...)

21En opposition à toute« histoire conjecturale » du marché, Polanyi montre que l’on n’est pas passé du marché local au marché intérieur, puis de ce dernier au marché extérieur (Polanyi, 1977)36. Approfondissant le travail de Weber ([1923] 1991, p. 218), qui montra que le commerce entre peuples précéda les formes d’échanges internes, Polanyi (1983) suggère que : « le vrai point de départ est le commerce au long cours, résultat de la localisation géographique des biens, et de la ‘division du travail’ née de cette localisation » (p. 90). Polanyi distingue trois types d’institutions relatives à notre propos : les ports de commerce, les marchés locaux et l’échange intégratif qui peut générer un marché, c’est-à-dire un système doué de propriétés régulatrices mais nullement autorégulateur. Dans ce dernier cas, les prix y sont principalement indépendants des rapports sociaux entre les agents et résultent de la confrontation entre une masse d’offreurs et de demandeurs anonymes (Polanyi et Rotstein, 1966). Le commerce archaïque est, quant à lui, une forme d’action collective, expression des pratiques de réciprocité entre unités politiques : les échanges entre elles sont à la source des transactions limitées en nombre et variété. Il s’agit d’« une méthode qui consiste à acquérir des biens qui ne sont pas disponibles sur place. Il s’agit de quelque chose d’extérieur au groupe » (Polanyi, 1977, p. 81)37. Polanyi met, ici, l’accent sur l’acquisition de biens originaires de pays lointains, qu’il considère comme la caractéristique fondamentale du commerce : « le commerce est une méthode relativement pacifique d’acquérir les biens que l’on ne trouve pas sur place » (Polanyi, 2008a, p. 66). Dès que se structurent les pouvoirs politiques, les systèmes de redistribution organisent le commerce. Ce grand commerce est essentiellement administré, les prix fixés par traités diplomatiques préexistent à l’échange et sont donc peu susceptibles d’être discutés et modifiés par marchandage. En outre, le commerce ne concerne pas la subsistance de l’homme dans ce qu’elle a d’essentiel et ne rend donc pas la vie humaine dépendante, en général, des fluctuations des prix formés sur le marché.

  • 38  « Le commerce, ainsi que certains usages de la monnaie, sont aussi vieux que l’humanité ; en revan (...)

22À ce niveau, Polanyi ne nie pas l’ancienneté du principe de l’échange marchand, il souligne plutôt l’antériorité du commerce et des usages de la monnaie38. Une question importante de l’histoire économique est ainsi de comprendre comment le commerce s’est lié au marché (Polanyi, 1977, p. 91-92). De simples pratiques d’échange n’engendrent donc pas un système marchand ; le marché donne stabilité à ce qui ne serait, dans le cas contraire, que de simples actes d’échanges occasionnels. C’est pourquoi le marché est une institution, ou plutôt un processus institutionnalisé, comportant un mécanisme offre-demande-prix où le mouvement de biens est contrôlé par les prix (Polanyi, 1977, chap. 8). Le fait que les prix de marché soient « fluctuants ou changeants » et de « caractère concurrentiel » est évidemment décisif (Polanyi, 2008a, p. 76). Dans de telles conditions – dont les fondements légaux, politiques et culturels ne peuvent être examinés ici – l’institution du marché produit des effets systémiques, c’est-à-dire des effets de régulation, que Polanyi recouvre par le syntagme d’« échange intégratif » : « Même les marchés créateurs de prix ne sont intégratifs que s’ils sont reliés en un système tendant à étendre l’effet des prix à des marchés autres que ceux qui sont directement affectés » (ibid., p. 63). Ce point de méthode est de prime importance pour l’étude des formes premières de marchés, car les échanges qui s’inscrivent dans cette institution doivent avoir un minimum de cohérence et de stabilité : « les actes d’échanges au niveau personnel ne créent des prix que s’ils ont lieu dans un système de marché créateur de prix, structure institutionnelle qui n’est en aucun cas engendrée par de simples actes fortuits d’échanges » (ibid., p. 60). À suivre ainsi Polanyi, l’existence de transactions entre individus impliquant des rapports d’échange n’équivaut donc pas à l’existence d’une institution cohérente de marché. Il n’est ainsi pas possible de tirer argument des seules pratiques de marchandage pour arriver à des conclusions hâtives sur l’existence d’un système marchand.

3. Discussion et remarques conclusives : l’institutionnalisme polanyien et ses implications contemporaines

23Un postulat représente le point de départ de la perspective néo-institutionnaliste : « Au commencement était la rareté ». Il s’agit d’une des caractéristiques de l’approche de l’un de ses éminents représentants, North, qui n’a jamais varié sur ce point : la division du travail qui s’établit entre les hommes, spontanément à la recherche des gains que peut comporter l’échange, serait la raison du développement des marchés. Lorsque la communauté grandit, le commerce extérieur serait un fruit nécessaire des marchés en extension. Et au bout du compte : « la clé du changement institutionnel [serait] l’interaction permanente entre les institutions et les organisations dans la répartition économique de la rareté, donc de la concurrence » (North, 2005, p. 86). Cette vision des choses est particulièrement bien résumée par Williamson : « au début étaient les marchés » (Williamson, 1975, p. 20 ; 1985, p. 87). A contrario, l’approche institutionnelle de Polanyi repose fondamentalement sur une tension entre l’affirmation de l’historicité radicale des institutions et le caractère universel de la subsistance de l’homme. Si la société ne dispose pas, en effet, d’institutions différenciables à l’infini pour organiser sa subsistance, il se peut fort bien, en revanche, qu’existent des variations institutionnelles autour de quelques schémas fondamentaux. De ce point de vue, l’économie n’est pas une chose pour Polanyi, mais plutôt une articulation d’institutions complémentaires, ancrées dans l’histoire, dont l’étude est fondée sur des types idéaux d’arrangements institutionnels, c’est-à-dire la redistribution, la réciprocité et l’échange marchand. Telle est la perspective de l’analyse institutionnelle de Polanyi. Elle vise à pousser aussi loin que possible les efforts pour démontrer l’historicité des éléments constitutifs de l’économie moderne. Elle ne respecte pas la frontière entre une anthropologie économique, qui, pour certains, est caractérisée par un fort biais empirique et l’analyse économique appréhendée comme fondamentalement théorique : Polanyi ne souhaite pas refaire l’histoire mais la réécrire du point de vue des institutions.

24La croyance en un marché conçu comme un phénomène spontané et autorégulateur (croyance commune aux approches économiques conventionnelles) occulte la nature profondément institutionnelle du marché, qui doit être compris dans son contexte historique et social. Ainsi, à suivre Polanyi, les marchés ne sont pas des instances libres et autorégulées, mais requièrent un ensemble de relations sociales et d’arrangements institutionnels afin de permettre un fonctionnement apparemment libre. En bref, sans interventions de l’État, les marchés ne peuvent émerger, se développer et survivre. La société de marché repose sur des dispositions idéologiques, politiques et juridiques particulières qui sont les conditions sociales même permettant d’appréhender le marché en tant qu’institution. Une question se pose donc : ne peut-on pas dire que l’ignorance de cette épaisseur institutionnelle du marché est à l’origine de la croyance erronée dans l’efficacité supposée du capitalisme financier, ce qui serait à l’origine de la crise économique actuelle ? En tout état de cause, une chose est assez frappante. Le monde que décrit Polanyi, au début de La Grande Transformation semble assez proche de celui dans lequel nous vivons en ce début du xxie siècle, au moins dans ses caractéristiques fondamentales.

  • 39  Beverly J. Silver et Giovanni Arrighi (2003) effectuent une analyse comparative particulièrement i (...)

25Plus précisément, comme l’affirme Polanyi, l’autorégulation du marché est un mythe, et la tentative d’y parvenir, c’est-à-dire l’effort pour organiser la société sur la base du laissez-faire, conduit inévitablement à des réponses sociales protégeant la société contre ses effets dévastateurs mais pouvant conduire, également, à des catastrophes, comme le xxe siècle l’a démontré. Dans les années 1980, les idées libérales du laissez-faire ont été ravivées. Les politiciens néo-libéraux et les économistes de l’école dominante ont eu une influence fondamentale sur la politique mondiale. Ils ont contesté les régulations des marchés créées après la seconde guerre mondiale pour protéger la société. La croyance utopique dans l’autorégulation marchande, qui a réémergé il y a trente ans sous les gouvernements de Ronald Reagan et Margaret Thatcher, et qui a été perpétuée par George Bush et Alan Greenspan, est une raison de la pénétration croissante de la logique du marché au cœur de la vie sociale. Mais, le mouvement vers une prétendue autorégulation des marchés a été accompagné par des contre-mouvements vers plus de régulation. Si cette comparaison historique est pertinente, et nous pensons qu’elle l’est dans une certaine mesure, nous pourrions apprendre beaucoup de l’analyse de Polanyi pour la recherche socio-économique contemporaine39. À suivre Stiglitz (2001), la pertinence intellectuelle de Polanyi ne fait aucun doute : « parce que la transformation de la civilisation européenne est analogue à la transformation ayant cours dans le monde aujourd’hui, il semble souvent que c’est comme si Polanyi s’adresse directement à la problématique actuelle. [...] Les plus récentes crises financières ont rappelé aux générations actuelles les leçons que leurs grands-parents ont appris durant la Grande Dépression : à savoir, que l’autorégulation de l’économie ne fonctionne pas toujours aussi bien que ses partisans voudraient bien le faire croire » (p. vii-ix).

26Aussi, serait-il trop présomptueux de tirer, dans le cadre de la présente contribution, des conclusions détaillées sur de nouveaux outils analytiques que notre relecture de Polanyi pourrait suggérer dans le cours de la crise actuelle. Toutefois, une telle relecture peut indiquer quelles sont les pistes de recherche prometteuses et celles que l’état présent des choses devrait totalement contribuer à reconsidérer. Comme le précise Michele Cangiani (2009) : « Les considérations de Karl Polanyi sont inactuelles : elles sont d’une autre époque et prennent sens dans des situations différentes de celles que nous connaissons. Il est donc préférable de les considérer pour ce qu’elles sont et de les interpréter en tenant compte de leur contexte. Ce n’est d’ailleurs que contextualisées que les idées d’hier peuvent être utiles pour comprendre notre présent et pour nous aider à faire face aux problèmes que nous devons affronter ici et maintenant ». Dans ce dessein, procédons selon une approche comparative. Polanyi tente, en effet, de comprendre, entre 1933 et 1943, les raisons de l’échec du premier capitalisme mondialisé : les raisons qu’il croit découvrir, ainsi que ses recherches ultérieures sur l’institutionnalisation des processus économiques, sont-elles de nature à nous éclairer sur les temps présents ? Cette tâche peut sembler d’autant plus ardue que le contexte politique et technique et démographique de la seconde mondialisation est bien différent. Mais, ce qui compte ici, par-delà d’évidentes différences, est l’existence de ce mode même d’institutionnalisation de l’économie qui est impliqué par la société de marché. En ce sens, les théorisations conçues depuis la moitié du xixe siècle sont un socle de compréhension d’un monde globalisé sous la houlette occidentale, socle d’autant plus solide que l’impasse fasciste de la première économie globale est une source précieuse d’enseignement.

  • 40  Voir, à ce sujet, Polanyi (2008h) dont un commentaire détaillé est présenté dans Maucourant (2005, (...)
  • 41  Polanyi fait la liste d’exigences contradictoires impliquées par la sauvegarde du capitalisme libé (...)
  • 42  « Cette origine de la crise générale explique qu’un rétablissement spontané ne pouvait que se heur (...)
  • 43  Une interrogation inaugurale de La Grande Transformation n’est-elle pas : « Pour comprendre le fas (...)
  • 44  Historiquement, le passage d’un régime d’accumulation à un autre ou bien d’un mode de régulation à (...)

27Les fondements de l’analyse que suggère Polanyi pour la crise des années 1930, au moment même où il la vit, sont paradoxaux40. D’une part, il reconnaît à l’analyse dominante à l’époque la pertinence d’une thèse : les dettes contractées après le premier conflit mondial, qui ne font que croître avec les facilités monétaires de la fin des années 1920, sont excessives eu égard aux capacités de remboursement, elles-mêmes liées aux limitations qui s’imposent à l’offre du fait du contexte social de l’époque. Pour une part, la crise a une fonction régulatrice : liquider l’excès de la dette. Mais, d’autre part, Polanyi refuse de voir dans la montée de la dette de l’entre-deux-guerres la conséquence d’une pure facilité politique qui ne ferait, par exemple, que répondre à des demandes démagogiques tenant à l’obsession du plein emploi. Le caractère intenable de cette dette trouve son origine profonde dans la nécessité de sauver la société de marché41. C’est bien la profondeur des antagonismes de ce système, tels qu’ils se manifestent de façon croissante au début du xxe siècle, qui explique que la dette ne peut être liquidée par des moyens classiques. Si la dette avait des origines économiques, elle se résoudrait dans le cadre économique existant42. Mais, comme ces dettes expriment la crise d’un modèle socio-économique, une mutation structurelle est nécessaire. Le fascisme, à cet égard, trouve son origine dans cette nécessité, bien qu’il constitue une impasse en termes de civilisation. Par la liquidation de politique démocratique au profit de la dictature du Capital, il constitue une solution à l’antagonisme entre économie et politique, lequel est secrété par l’institutionnalisation rigide des sphères sociales que l’on doit au libéralisme43. De fait, la crise des années 1930 n’est pas, pour Polanyi, une « petite crise » (Boyer et Saillard, 1995) pouvant laisser pour l’essentiel, inchangé, l’écheveau institutionnel44.

  • 45  Dans un commentaire de la lecture que Polanyi ([1924] 2008e) fait de Galbraith, il apparait qu’un (...)

28Un constat relatif à la crise actuelle s’impose : on ne peut condamner, comme les libéraux le faisaient dans les années 1930, le laxisme monétaire où parfois l’émergence de pratiques financières peu orthodoxes du point de vue de la morale victorienne, comme si ces pratiques ne s’inscrivaient pas dans une nécessité qui s’imposait à l’élite : conserver un taux de croissance suffisant qui est la possibilité d’un type de mondialisation inégalitaire. Polanyi, lecteur de John Kenneth Galbraith, nous avait déjà enseigné que la croissance est l’impératif absolu d’une société par trop clivée45. Les néolibéraux aimeraient donc que se soit poursuivie la société de marché sans que le monde ne paye le coût de sa perpétuation. La classe dirigeante soviétique a eu, quant à elle, plus de réalisme, en ayant bien compris que tout doit changer pour que tout continue… Si les États-Unis avaient tranché en faveur d’une protection sociale digne de leur puissance, cette folie du crédit n’eût pas été nécessaire.

29L’analyse institutionnelle telle que nous la défendons ici, à la suite de Polanyi, dit essentiellement que le marché ne fonctionne pas dans un vide social et culturel, qu’il ne peut fonctionner sans des institutions qui sont des legs de l’histoire et expriment des rapports de force. Mais, ces institutions ne vivent pas de l’air du temps : tel est notamment le cas de la finance de marché, qui a rendu possible un type de croissance que l’inégalité de nos temps exige structurellement. Les discours orthodoxes fustigeant les nouvelles pratiques financières occultent que celles-ci sont une composante décisive de cette mondialisation dont ils se font les chantres. Sans disséminer ses dettes dans le monde, sans rendre liquide ses créances, le capitalisme bancaire américain n’aurait pas pu développer son activité de prêt avec l’énergie qu’on sait. Sans ce marché financier si attractif parce qu’inventif, les États-Unis n’auraient pas bénéficié de toute l’épargne du monde, et jamais la croissance mondiale n’eût été suffisante. Dénoncer l’aveuglement de gouverneurs de banque centrale, comme Greenspan ou Bernanke, c’est oublier que ceux-ci, à la différence des économistes en chambre, ont des mandats précis. Ils vivent dans le monde réel, qui exigeait que la dynamique capitaliste, à un moment critique, ne pouvait faire l’économie de monnaie bon marché, de crédits facilités et de garanties étatiques au crédit hypothécaire. Greenspan, par exemple, n’avait pas le mandat d’expérimenter une stagnation économique, voire une dépression, pour s’assurer du bon fonctionnement de la main invisible sur le long terme… car, dans le temps de cette expérience, ce sont les fondements de la société de marché qui eussent été ébranlés. Mises disait qu’on ne joue pas au marché ; avec Polanyi, nous dirions, qu’on ne joue pas avec la société.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barber, Bernard, 1977, “Absolutization of the Market,” in Gerald Dworkin, Gordon Bermant and Peter G. Brown, eds., Markets and Morals. Washington, DC, Hemisphere Publishing, p. 15-31.

Barber, Bernard, 1995, “All economies are ‘embedded’: the career of a concept and beyond,” Social Research, vol.62, n° 2, p. 387-413.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beckert, Jens, 1996, “What is Sociological about Economic Sociology? Uncertainty and Embeddedness of Economic Action,” Theory and Society, vol. 25, p. 803-840.
DOI : 10.1007/BF00159817

Beckert, Jens, 2003, “Economic Action and Embeddedness: How Shall We Conceptualize Economic Action?,” Journal of Economic Issues, vol. 37, p. 769-787.

Beckert, Jens, 2006, “Jens Beckert answers ten questions about economic sociology,” European Economic Sociology European Electronic Newsletter, vol. 7, n° 3, p. 34-39.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beckert, Jens, 2007, “The Great Transformation of Embeddedness: Karl Polanyi and the New Economic Sociology,” MPIfG Discussion Paper, 07/1, Köln: Max-Planck-Institut für Gesellschaftsforschung.
DOI : 10.1017/CBO9780511581380.003

Blanchard Olivier, Dornbusch Rudiger, Krugman Paul, Layard Richard and Summers Lawrence H., 1991, Reforms in Eastern Europe, Cambridge, MIT Press.

Block, Fred, 2001, “Introduction,” in Karl Polanyi, The Great Transformation: The Political and Economic Origins of Our Time, Boston: Beacon Press, p. xviii-xxxviii.

Block, Fred, 2003, “Karl Polanyi and the Writing of The Great Transformation,” Theory and Society, vol. 32, p. 275-306.

Blyth, Mark, 2002, Great Transformations: Economic Ideas and Institutional Change in the 20th Century, Cambridge University Press

Boyer, Robert et Saillard, Yves, 1995, Théorie de la régulation : l’état des savoirs, Paris, La Découverte.

Braudel, Fernand, 1979, Civilisation matérielle et capitalisme (XVe-XVIIIe siècle), Paris, Armand Colin, vol. 2.

Brousseau, Éric and Glachant, Jean-Michel, eds., 2008, New Institutional Economics. A Guidebook, Cambridge, Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511754043

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cangiani, Michele, 2009, « Polanyi : une voix du siècle passé ?, » Revue du Mauss, n° 34, p. 336-348.
DOI : 10.3917/rdm.034.0336

Cangiani, Michele et Maucourant, Jérôme, 2008, « Introduction », in M. Cangiani et J. Maucourant , eds., Essais de Karl Polanyi, Seuil, p. 9-46.

Coase, Ronald C., 1998, “The New Institutional Economics,”American Economic Review Papers and Proceedings, vol. 88, n° 2, p. 72-74.

Commons, John R., 1934, Institutional Economics, New York, Mac Millan.

Dalton, George and Köcke, Jasper, 1983, “The Work of the Polanyi Group: Past, Present, and Future,” in S. Ortiz (ed.), Economic Anthropology, Lanham, MD: University Press of America, p. 21-50.

Deleplace, Ghislain, 2007, Histoire de la pensée économique. Du “royaume agricole” de Quesnay au “monde à la Arrow-Debreu”, Paris, Dunod.

Dutraive, Véronique, 2009, “Economic Development and institutions,” Revue de la régulation, n° 6, 2e semestre.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gazier, Bernard and Mendell, Marguerite, 2009, « Karl Polanyi et la pédagogie de l’incohérence », Annals of Public and Cooperative Economics, vol. 80, issue 1, p. 1-35.
DOI : 10.1111/j.1467-8292.2008.00379.x

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gemici, Kurtulus, 2008, “Karl Polanyi and the Antinomies of Embeddedness,” Socio-Economic Review, vol. 6, n° 1, p. 5-33.
DOI : 10.1093/ser/mwl034

Granovetter, Mark., 1985, “Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness,” American Journal of Sociology, vol. 91, p. 481-510.

Granovetter, Mark., 1993, “The Nature of Economic Relationships,” in Richard Swedberg (ed.), Explorations in Economic Sociology. Russell Sage Press, New York, p. 3-41.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Greif, Avner, 2006, Institutions and the Path to the Modern Economy. Lessons from Medieval Trade, Cambridge, Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511791307

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hall, Peter A. and Taylor Rosemary C.R., 1996, “Political Science and the Three New Institutionalisms,” Political Studies, vol. 44, n° 5, p. 936-957.
DOI : 10.1111/j.1467-9248.1996.tb00343.x

Krippner, Gretta, 2001, “The Elusive Market: Embeddedness and the Paradigm of Economic Sociology,” Theory and Society, vol. 30, p. 775-810.

Krippner, Gretta, Granovetter, Mark, Block, Fred, Biggart, Nicole, Beamish, Tom, Hsing, Youtien, Hart, Gillian, Arrighi, Giovanni, Mendell, Margie, Hall, John, Burawoy, Michael, Vogel, Steve and O’Riain, Sean, 2004, “Polanyi Symposium: A Conversation on Embeddedness,” Socio-Economic Review, vol. 2, p. 109-135.

Krippner, Gretta and Alvarez, Anthony S. (2007), “Embeddedness and the Intellectual Projects of Economic Sociology,” Annual Review of Sociology, vol. 33, p. 219-240.
DOI : 10.1146/annurev.soc.33.040406.131647

Krugman, Paul., 2009, “How Did Economists Get It So Wrong?”, New York Times, September 6.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lie, John, 1991, “Embedding Polanyi’s Market Society,” Sociological Perspectives, vol. 34, p. 219-235.
DOI :
10.2307/1388992

Maucourant, Jérôme, 2000, « Polanyi, lecteur de Marx », Actuel Marx, 27, 1,p. 133-15246.

Maucourant, Jérôme, 2005, Avez-vous lu Polanyi ?, La Dispute.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Maucourant, Jérôme, 2010, « Le capitalisme en rationalité et politique, Orient et Occident », Cités, 41, pp. 15-34.
DOI : 10.3917/cite.041.0015

Maucourant, Jérôme et Vivel, Christel, 2005, « L’ère de l’opulence selon Polanyi », Économies et sociétés, “Histoire de la pensée économique”, 6, p. 1125-1133.

Menger, Carl, 1923 [1871], Grundsätze der Volkswirtschaftslehre. Hölder-Pichler-Tempsky.

Mises, Ludwig von, 1923, “Neue Beitrage zum Problem der sozialistischen Wirtschaftsrechnung,”Archive für Socialwissenschaf und Socialpolitik, n° 51, p. 488-500.

Nee, Victor, 2005, “The New Institutionalism in Economics and Sociology,” in N. Smelser and R. Swedberg, eds., The Handbook of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press.

North, Douglass C., 1977, “Markets and Other Allocation Systems in History: The challenge of Karl Polanyi,”Journal of European Economic History, vol. 6, n° 4, p. 703-716.

North, Douglass C., 1981, Structure and Change in Economic History, New York, Norton.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

North, Douglass C., 1990, Institutions, Institutional Change and Economic Performance,Cambridge, Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511808678

North, Douglass C., 2005, Understanding the Process of Economic Change. Princeton, Princeton Economic History of the Western World.

Parsons, Talcott and Smelser, Neil J., 1958, Economy and Society, London, Routledge and Kegan.

Plociniczak, Sébastien, 2006, « Polanyi, les marchés et l’embeddedness. La Grande Tranformation en question » Cahiers lillois d’Économie et de Sociologie, hors-série, 1er semestre, p. 63-84.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Plociniczak, Sébastien, 2007, “Au-delà d’une certaine lecture standard de La Grande Transformation,” Revue du Mauss, n° 29, pp. 207-224.
DOI : 10.3917/rdm.029.0207

Plociniczak, Sébastien, 2008, « L’encastrement social des marchés. Éléments théoriques et empiriques pour une analyse en termes de réseaux relationnels », Thèse nouveau régime, université Paris 13, CEPN.

Polanyi, Karl, 1960, “On the Comparative Treatment of Economic Institutions in Antiquity with Illustrations from Athens, Mycenae, and Alalakh,” in C.H. Kraeling and R.M. Adam, eds., City Invincible, an Oriental Institute Symposium, Chicago, University of Chicago Press University of Chicago Press.

Polanyi, Karl, 1977, The Livelihood of Man, New York, San Francisco and London, Academic Press.

Polanyi, Karl, 1983, La Grande Transformation : Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard. Version originale, The Great Transformation. The Political and Economic Origins of Our Time, Boston, Beacon Press, 1944.

Polanyi, Karl, 2008a, « L’économie en tant que procès institutionnalisé », in M. Cangiani et J. Maucourant, eds., Essais de Karl Polanyi, Seuil, p. 53-77. Version originale, “The Economy as Instituted Process,” in K. Polanyi, Conrad M. Arensberg and Harry W. Pearson, eds., Trade and Market in the Early Empires: Economies in History and Theory, New York, Glencoe Ill, The Free Press, p. 243-270, 1957.

Polanyi, Karl, 2008b, « La mentalité de marché est obsolète ! » in M. Cangiani et J. Maucourant , eds., Essais de Karl Polanyi, Seuil, p. 505-519. Version originale, “Our Obsolete Market Mentality,” Commentary, 3, p. 109-17, 1947.

Polanyi, Karl, 2008c, « L’essence du fascisme », in M. Cangiani et J. Maucourant , eds., Essais de Karl Polanyi, Seuil, p. 369-395. Version originale, “The Essence of Fascism,” in J. Lewis, K. Polanyi and D.K. Kitchin, eds. Christianity and Social Revolution, London, Victor Gollancz Ltd, 1935.

Polanyi, Karl, 2008d, « La comptabilité socialiste », in M. Cangiani et J. Maucourant, eds., Essais de Karl Polanyi, Seuil, p. 283-315. Version originale, “Sozialistische Rechnungslegung,” Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, vol. IL, n° 2, p. 377-420, 1922.

Polanyi, Karl, 2008e, « La théorie fonctionnelle de la société et le problème de la comptabilité socialiste – réponse au Pr. Mises et au Dr. Weil », in M. Cangiani et J. Maucourant, eds., Essais de Karl Polanyi, Seuil, p. 317-325. Version originale, “Die Funktionelle Theorie der Gesellschaft und das Problem der Sozialistichen Rechnungslegung,” Archiv fur Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, vol. 52, n° 1, p. 218-228, 1924.

Polanyi, Karl, 2008f, « Nouvelles considérations sur notre théorie et notre pratique », in M. Cangiani et J. Maucourant, eds., Essais de Karl Polanyi, Seuil, p. 327-335. Version originale, “Neue Erwägungen zu unserer Theorie un Praxis,” Der Kampf, vol. 18, n° 1, p. 18-24, 1925.

Polanyi, Karl, 2008g, « Otmar Spann, le philosophe du fascisme », in M. Cangiani et J. Maucourant, eds., Essais de Karl Polanyi, Seuil, p. 413-417. Version originale, “Othmar Spann, the philosopher of fascism,” New Britain, n° 53, 1934.

Polanyi, Karl,2008h, « Le mécanisme de la crise économique mondiale », in M. Cangiani et J. Maucourant, eds., Essais de Karl Polanyi, Seuil, p. 337-351. Version originale, “Der mechanismus der Weltwirtschaftkrise”, Der Oesterreichische Volkswirt, vol. 25, nov., supplement, p. 2-9, 1933.

Polanyi, Karl,2008i, « La sémantique des usages de la monnaie », in M. Cangiani et J. Maucourant, eds., Essais de Karl Polanyi, Seuil, p. 221-243.Version originale : “The semantics of money uses”, 1957.

Polanyi, Karl and Rotstein, Abraham, 1966, Dahomey and the Slave Trade – An Analysis of an Archaic Economy, Seattle & London, University of Washington Press.

Polanyi-Levitt, Kari, 1990, The Life and Work of Karl Polanyi, Montreal, Black Rose Books.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Randles, Sally, 2003, “Issues for a Neo-Polanyian Agenda in Economic Sociology,” International Review of Sociology, vol. 13, n° 2, p. 409-434.
DOI : 10.1080/0390670032000117353

Renger, Johanes, 1994, “On economic structures in ancient Mesopotamia,” Orientalia, vol. 63, n° 3, p. 158-208.

Robbins, Lionel, 1932, An essay on the nature and Significance of Economic Sciences, New York, University Press.

Rollinat, Robert, 1997, La nouvelle histoire économique, Liris.

Sapir, Jacques, 2002, Les économistes contre la démocratie, Paris, Albin Michel.

Silver, Beverly J. and Arrighi, Giovanni, 2003, “Polanyi’s ‘Double Movement’: The Belle Époques of British and. U.S. Hegemony Compared,” Politics & Society, vol. 35, n° 1, p. 3-33.

Silver, Morris, 1986, Economic structures of the ancient near east, Totowa: Barnes & Noble Books.

Stanfield, J. Ron, 1986, The economic thought of Karl Polanyi – Lives and livelihood, London, MacMillan.

Stiglitz, Joseph E., 2001,“Foreword,” in K. Polanyi, The Great Transformation. The Economic and Political Origins of our Time, Boston, Beacon Press, p. xii-xvii.

Stiglitz, Joseph E.,2002, Globalization and its Discontents, New York, Norton.

Stiglitz, Joseph E., 2006, Making Globalization Work, W.W. Norton & Co.

Stiglitz, Joseph E., 2010, Le triomphe de la cupidité, éditions Les liens qui Libèrent.

Weber, Max, 1923, Histoire économique – Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Gallimard, 1991.

Weber, Max, 1998, Économie et société dans l’Antiquité, La Découverte.

Williamson, Oliver E., 1975, Markets and Hierarchies, New York, The Free Press.

Williamson, Oliver E., 1985, The Economic Institutions of Capitalism, New York, The Free Press.

Williamson, Oliver E., 1996, The Mechanisms of Governance, New York, Oxford University Press.

Williamson, Oliver E., 2000,“The New Institutional Economics: Tacking Stock, Looking Ahead,” Journal of Economic Literature, vol. 38, n° 4, p. 595-613.

Zukin, Sharon and DiMaggio, Paul., 1990, “Introduction,” in Sharon Zuckin and Paul DiMaggio, eds., Structures of Capital: The Social Organization of the Economy, New York, NY: Cambridge University Press, p. 1-36.

Haut de page

Notes

1  Chapman, Anne, « Karl Polanyi (1886-1964) for the students » p. 17-32, in : Pierre Rouillard dir., Autour de Polanyi – vocabulaires, théories et modalités des échanges, Paris, De Boccard, 2005, http://www.thereedfoundation.org/rism/chapman/polanyi2.htm

2  Si la date de la première parution de l’ouvrage ou de l’article référé est décalée par rapport à l’édition référée, dans ce cas, nous faisons d’abord état de la date de l’édition référée, puis nous faisons référence à la date de la première parution de l’ouvrage ou de l’article. Par suite, nous ne faisons référence que de la date de l’édition référée.

3  D’ordinaire, le programme de recherche de la Nouvelle Économie institutionnelle (NEI) est présenté comme appréhendant deux objets spécifiques (Coase, 1998 ; Williamson, 2000 ; Nee, 2005 ; Brousseau et Glachant, 2008) : (i) la branche macro-institutionnelle dans la lignée des travaux de Douglass C. North (1977, 1981, 1990, 2005) explore la nature et le rôle des institutions en mettant en relief leur dimension historique et (ii) la branche micro-institutionnelle de la gouvernance dans la lignée des travaux d’Oliver E. Williamson (1975, 1985, 1996) s’intéresse à l’étude des modes d’organisation des échanges, des arbitrages entre ces modes et de leur efficacité comparée. Cela étant, depuis le courant des années 1990, des politologues tels que Peter A. Hall et Rosemary C. R. Taylor (1996) et des historiens économistes comme Avner Greif (2006) auraient profondément amendé la NEI de sorte qu’aujourd’hui, elle ne constitue plus a priori un champ théorique aux bornes aussi claires et distinctes : dans un article récent, Véronique Dutraive (2009) évoque même une « New New Institutional Economics ». L’unité qui peut toutefois se dégager de ces travaux est la référence aux marchés appréhendés comme concurrentiels et dominés par des transactions impersonnelles coordonnées par le système des prix. L’existence du fameux « problème du hold-up » (hold-up problem), sans lequel la NEI n’a pas de raison d’être, dérive directement d’une telle conception du marché conçu non comme une institution mais comme complémentaire aux institutions…

4  Francis Y. Edgeworth ou Irving Fisher, au début du xxe siècle, vilipendaient l’intrusion possible de considérations tenant au pouvoir, à la psychologie et à l’historicité.

5  Cette hypothèse distingue la logique économique des autres.

6  Ancien conseiller à la Maison Blanche auprès du président Clinton puis économiste en chef et vice-président de la Banque mondiale, Stiglitz (2002, 2006, 2010) conteste les choix effectués par les organismes internationaux (l’OMC, le FMI ou la Banque mondiale) qui, selon lui, sont sous l’emprise de la croyance en la supériorité du marché en toute circonstance, ce qui n’est pas fondé en théorie, les conduisant à sous-estimer le rôle bénéfique de l’État. Stiglitz qualifie de « fanatisme du marché » cette croyance et de « cupide » le comportement afférent. Comme l’a fort à propos récemment déclaré Paul Krugman (2009) : « Dans le monde réel, les économistes ont cru avoir la situation sous contrôle ». Voir dans cette perspective, par exemple, le travail des défenseurs de « la thérapie de choc » (libération soudaine des prix et des changes, arrêt des subventions publiques et libéralisation du commerce extérieur au début des années 1990 dans les pays est-européens) comme Olivier Blanchard et al. (1991), que Jacques Sapir (2002) analyse comme la « Campagne de Russie des économistes standard » (p. 28). Il convient de rappeler à cet égard que, mobilisant ses travaux théoriques sur l’imperfection de l’information, Stiglitz considère que les marchés sont incapables de s’autoréguler du fait de ces imperfections. Des formes d’actions collectives se doivent alors d’aider les marchés à fonctionner. C’est dans cette perspective que Stiglitz (2001) a rédigé en des termes louangeurs la préface de l’édition américaine de l’ouvrage le plus populaire de Polanyi, La Grande Transformation. Il y invoque un retour aux travaux de Polanyi, afin d’éviter les erreurs des transplantations institutionnelles et des politiques néolibérales des années 1990.

7  L’autorégulation (ou l’auto-ajustement) implique que « toute la production est destinée à la vente sur le marché et que tous les revenus proviennent de cette vente » (Polanyi, [1944] 1983, p. 103).

8  Nous pensons, à l’instar de Ghislain Deleplace (2007), que « l’étude des textes, anciens ou récents […] peut contribuer au développement de la théorie économique moderne » (p. xxxiv).

9  La Grande Transformation a été écrite dans le sillage de la seconde guerre mondiale (1941-1943) alors que Polanyi était accueilli aux États-Unis au Bennington College (Vermont). L’ouvrage, publié en 1944, a profondément influencé nombre de sociologues et d’historiens. La popularité et la pertinence de La Grande Transformation de Polanyi a fortement progressé durant les trois dernières décennies. Il y a, selon nous, deux raisons à cette popularité : premièrement, la diffusion de l’idéologie néolibérale dans le monde et deuxièmement, la dissolution du « bloc communiste » et la transformation institutionnelle qui a suivi en Europe centrale et orientale. La Grande Transformation, est aujourd’hui traduite en 15 langues et est considérée comme un classique xxe siècle. Une recherche sur Google pour The Great Transformation fait état de 22 100 000 résultats (avril 2010).

10  Pour désigner les couches supérieures de la société, Polanyi fait référence dans ce même paragraphe, aux « privilégiés » (The privileged) ou aux « classes aisées » (comfortable classes), qui se singularisent ainsi : « les classes aisées jouissent de la liberté que leur donne des loisirs (leisure) en sécurité » (ibid.). On peut évidemment penser à la définition que Thorstein Veblen donnait de la bourgeoisie de son temps : la classe de loisir. Mais, ici, Polanyi va plus loin que cette caractérisation commune aux progressistes de son époque. Il définit, en fait, le bien commun de la société d’après le Grand marché : l’égale liberté de tous.

11  Ce point de vue est partagé par des contemporains bien différents de Polanyi, comme Talcott Parsons et Neil J. Smelser qui écrivent : « les institutions sont les “chemins” dans lesquels les modèles de valeur de la culture commune à un système social sont intégrés dans l’action concrète de ses unités en interaction réciproque, à travers la définition des anticipations de rôle et l’organisation des motivations » (Parsons et Smelser, 1958, p. 102-103).

12  Selon Oliver E. Williamson (1975, 1985, 2000), les institutions constituent la solution optimale de divers problèmes que le marché seul ne peut résoudre.

13  En 1953, à l’Université de Columbia, Karl Polanyi, Conrad Arensberg et Harry Pearson ont lancé l’Interdisciplinary Research Project on the institutional aspects of economic growth. Le principal résultat de ce projet fut la publication de Trade and Market in the Early Empires en 1957. Le chapitre de Polanyi intitulé « L’économie comme processus institutionnalisé » (2008a) a jeté les bases de l’école « substantiviste » (un terme polanyien) en anthropologie économique. Ceci a constitué un défi pour l’anthropologie économique qui généralisait les principes de l’économie néoclassique. Le substantivisme pose le principe selon lequel les différences entre les économies pré-modernes et modernes sont suffisamment importantes pour rendre illégitime l’extension des concepts de l’économie néoclassique aux sociétés antiques ou tribales (Dalton et Köcke, 1983, p. 26). Le Columbia Project a eu un profond impact sur la pensée socio-économique aux États-Unis.

14  Le modèle libéral du marché, qui est le modèle théorique de la mondialisation contemporaine, a été initialement développé par Thomas R. Malthus et David Ricardo, les cibles préférées de la critique polanyienne.

15  Il n’est pas inintéressant de noter que dans une lettre datant de 1941, Polanyi indique que la version anglaise de son manuscrit en cours de rédaction pourrait probablement s’intituler « Utopie libérale : les origines du cataclysme » (“Liberal Utopia : Origins of the Cataclysm”) (Polanyi-Levitt, 1990, p. 8). Ce manuscrit était celui de La Grande Transformation.

16  Cette argumentation propre à Polanyi peut paraître paradoxale : la politique, fille de la spontanéité sociale, réussit là où les processus « spontanés » du marché échouent. La spontanéité heureuse du politique s’opposerait-elle à la spontanéité malheureuse du marché ? Ce problème ne nous semble pas devoir se poser dans ces termes-là : la référence aux phénomènes « spontanés » pour qualifier trop de faits sociaux d’émergence peut être trompeuse. Ce qui est en jeu ici n’est pas la positivité en soi de l’émergence du politique mais bien la survie de la société. Parce qu’une société a pu se reproduire, l’on peut parler d’une efficacité de la politique ex post facto. Mais, Polanyi ([1933] 2008h, [1934] 2008g), qui réfléchit au suicide de l’Europe, et qui est conscient, dès 1933, que le nazisme menace l’humanité elle-même, sait bien que l’art politique peut être fatal pour l’humain. Par ailleurs, il ne conteste nullement la nécessite de la société complexe à « contenir » des marchés, au double sens du terme, donc à maîtriser la part de « processus émergents » qui leur est propre.

17  Cette double assertion peut aisément être justifiée au regard de l’abondante littérature disponible sur la métaphore de l’encastrement (Barber, 1977, 1995 ; Granovetter, 1985, 1993 ; Stanfield, 1986 ; Zukin et DiMaggio, 1990 ; Lie, 1991 ; Beckert, 1996, 2003, 2006, 2007 ; Krippner, 2001 ; Block, 2001, 2003 ; Krippner et al., 2004 ; Krippner et Alvarez, 2007 ; Gemici, 2008 ; Plociniczak, 2006, 2007, 2008 ; Gazier et Mendell, 2009).

18  Pour l’établissement de liens nécessaires entre hétérodoxies en économie, voir Maucourant (2000) qui montre que l’approche de Polanyi est issue de l’austro-marxisme, chose trop souvent occultée. Pour ce qui est d’un lien entre Keynes et Polanyi, voir Polanyi ([1957] 2008i, p. 238) sur le « système keynésien » de la monnaie.

19  Cet outil idéologique a été magnifiquement mis en forme par Ricardo.

20  Voir Barber (1977, 1995) ; Lie (1991) ; Krippner (2001) ; Blyth (2002) ; Block (2003) ; Randles (2003) ; Krippner et al. (2004) ; Gemici (2008). Par exemple, Bernard Barber (1995) offre le commentaire suivant de l’analyse de Polanyi : « Polanyi décrit le marché comme ‘désencastré’» (p. 400). Aussi, John Lie (1991, p. 219) note que Polanyi « ne parvient pas à encastrer le concept de marché » (p. 219). Enfin, Kurtulus Gemici (2008) parle d’une « contradiction ostensible » (p. 6) et écrit : « tandis que Polanyi avance que toutes les économies sont encastrées et entrelacées au sein de relations sociales et d’institutions, il tend à appréhender l’économie de marché comme désencastrée ce qui révèle une tension dans sa pensée » (p. 5).

21  En effet, Polanyi a fortement été influencé par le marxisme durant l’entre-deux guerres.

22  Les textes constitutifs de cette collection posthume – Livelihood of Man, éditée en 1977 – date du début des années 1950.

23  Le capitalisme moderne, comme « capitalisme rationnel », se caractérise par une croissance endogène, fondée sur l’exploitation des opportunités de marché, à la différence du capitalisme dont la fortune dépendait du politique. Voir particulièrement sur ce point Weber (1923, 1998) et Maucourant (2010).

24  Pour Polanyi, avant le capitalisme industriel, les marchés n’étaient qu’accessoires dans la vie économique.

25  C’est Michele Cangiani qui a spécialement et justement insisté sur ce trait de l’analyse de Polanyi que l’interprétation de Block ne peut réduire.

26  Il convient de noter que, pour Polanyi, la partie la plus difficile de ce processus a été la marchandisation du travail. Initialement, la société a réagi contre la création d’un marché du travail avec la construction du système du Speenhamland. Cependant, le résultat fut un accroissement du paupérisme. L’État, en acceptant ce que les premiers économistes considéraient comme de simples faits de la nature, institua des changements importants avec la New Poor Law, en 1834, qui abolit l’ancien système d’aides aux pauvres. D’une certaine façon, le recours au marché du travail était considéré comme la seule protection sociale qui vaille.

27  En ce sens, l’oblitération néoclassique de l’aspect institutionnel des faits économiques ne pouvait être que transitoire. Il reste à savoir si la redécouverte des questions institutionnelles ne conduit pas à des fausses pistes à cause de ce caractère ad hoc que revêt l’inclusion des institutions. Voir les travaux de Rollinat (1997) et Plociniczak (2008) sur « l’incomplétude » néo-institutionnaliste.

28  Commons (1934, p. 69) affirme que l’institution est « l’action collective contrôlant l’action individuelle », d’où découle « une libération de l’action individuelle par rapport à la coercition, la contrainte, la discrimination ou la concurrence déloyale, par le moyen d’entraves imposées à d’autres individus » (p. 73).

29  Polanyi estime que les fonctions antagoniques de la production et de la consommation doivent être représentées au niveau politique. La constitution de l’État socialiste ne serait pas, toutefois, exposée à une aporie, car le processus vital lui-même implique un dépassement aussi nécessaire que perpétuel de cet antagonisme économique essentiel, ce que conteste Ludwig von Mises (1923).

30  Suivant Polanyi, « le sens formel [de l’économie] dérive du caractère logique de la relation entre fins et moyens, comme le montrent les expressions ‘économique’ ou ‘économiser’. Ce sens renvoie à une situation bien déterminée de choix, à savoir entre usages alternatifs des différents moyens par suite de la rareté de ces moyens » (ibid., p. 53).

31  Il convient de noter que la perspective substantive de Polanyi est inspirée par l’édition posthume des Principes de Carl Menger ([1871] 1923). Menger a été l’un des premiers à théoriser l’économie néoclassique, avec Léon Walras et Stanley Jevons. Selon Polanyi (1977), seul Menger, parmi les grands théoriciens des sciences sociales, n’a pas fait l’erreur de confondre les deux sens du terme économique, un mot qui a des racines profondément distinctes : « Comme Menger l’a expliqué, l’économie a deux ‘orientations élémentaires’, dont l’une est la direction économisante découlant de l’insuffisance de moyens, tandis que l’autre est la direction ‘technico-économique’, et comme il le rappelait, découlent des conditions physiques de production indépendamment de l’insuffisance ou l’insuffisance de moyens » (p. 22). Menger opposait ainsi à l’économie d’échange, pour laquelle il avait écrit ses Principes, les économies non civilisées, et distinguait l’acte économique en général (wirtschaftend) de l’acte économique lié au fait d’économiser les moyens (sparend). Cette distinction, qui n’a jamais été reprise dans toute présentation de l’économie néoclassique, a été confirmée par l’absence prolongée d’une traduction anglaise de cette édition posthume. Comme nous l’expose Polanyi, Friedrich Hayek, en décrivant ce manuscrit comme étant « fragmentaire et désordonné » (ibid., p. 23), se livra à une manœuvre éditoriale visant à discréditer ce travail de Menger, justifiant ainsi le fait qu’il n’ait pas été traduit.

32  Le terme processus se réfère aux transferts (« mouvements ») d’éléments matériels entre (i) localisations (« lieux ») et/ou (ii) individus ou groupes de personnes (qualifiés de « possesseurs » ou de « mains »), lesquels constituent la base de l’activité économique.

33  L’« institutionnalisation du procès économique confère à celui-ci unité et stabilité ; elle crée une structure ayant une fonction déterminée dans la société ; elle modifie la place du procès dans la société, donnant aussi une signification à son histoire ; elle concerne l’intérêt sur les valeurs, les motivations et la politique. Unité et stabilité, structure et fonction, histoire et politique définissent de manière opérationnelle le contenu de notre assertion selon laquelle l’économie humaine est un procès institutionnalisé » (Polanyi, 2008a, p. 59).

34  Notre propos ne peut ici inclure l’exposition de ces concepts clefs qui ont donné lieu à de nombreux commentaires. Voir Silver (1986), Stanfield (1986), Renger (1994), Barber (1995), Maucourant (2005), Plociniczak (2007, 2008).

35  Polanyi (2008a) identifie ici la prédominance d’une forme d’intégration au degré auquel elle englobe terre et main-d’œuvre dans la société. Prenons deux exemples : la société dite « sauvage » est ainsi caractérisée par l’intégration de la terre et de la main-d’œuvre dans l’économie à travers les liens de parenté alors que, dans la société féodale, les liens de féauté conditionnent le sort de la terre et de la main-d’œuvre qui l’accompagne. Mais, les formes d’intégration se produisent parallèlement à des niveaux différents au sein de secteurs distincts de l’économie. Il faut être extrêmement prudent lorsqu’on considère qu’une forme d’intégration serait systématiquement dominante. La classification générale des économies empiriques selon une forme d’intégration est affaire délicate…

36  North (1990) prétend que le cadre traditionnel peut fort bien s’accommoder de l’hypothèse d’une croissance tirée par des exportations, le problème étant que toute forme d’échange bute sur la question des « coûts de transaction », dès qu’un certain « volume » d’échanges est en jeu. Or, de telles généralités tendent à occulter les raisons, non nécessairement économiques, qui expliquent l’antériorité du commerce sur l’échange.

37  L’accent mis sur l’acquisition de biens venant de contrées lointaines est, pour Polanyi, le facteur crucial du commerce.

38  « Le commerce, ainsi que certains usages de la monnaie, sont aussi vieux que l’humanité ; en revanche, bien que des lieux de réunion à caractère économique aient pu exister dès le néolithique, les marchés ne commencèrent à prendre de l’importance qu’à une époque relativement récente » (Polanyi, 2008a, p. 65)

39  Beverly J. Silver et Giovanni Arrighi (2003) effectuent une analyse comparative particulièrement intéressante du double mouvement à la fin du xixe siècle et au début du xxe (la Belle Époque et la fin de l’hégémonie britannique) avec le double mouvement ayant eu cours à la fin du xxe et au début du xxie siècle (la crise de l’hégémonie américaine).

40  Voir, à ce sujet, Polanyi (2008h) dont un commentaire détaillé est présenté dans Maucourant (2005, p. 144 sq.)

41  Polanyi fait la liste d’exigences contradictoires impliquées par la sauvegarde du capitalisme libéral, qui sollicitent à l’envi le système mondial du crédit : maintenir la rente financière tout en protégeant les revenus du travail agricole comme industriel. Les dettes économiques ne font, en réalité, qu’exprimer l’existence de nouvelles « conditions sociopolitiques » (Polanyi, 2008h, p. 339), crées par la Grande Guerre, lesquelles sont liées, pour une part, à la peur du bolchevisme, notamment dans les pays vaincus (ibid., p. 339).

42  « Cette origine de la crise générale explique qu’un rétablissement spontané ne pouvait que se heurter à des difficultés insurmontables » (Polanyi, 2008h, p. 338).

43  Une interrogation inaugurale de La Grande Transformation n’est-elle pas : « Pour comprendre le fascisme allemand, nous devons en revenir à l’Angleterre de Ricardo » (Polanyi, 1983, p. 54). Cf. supra.

44  Historiquement, le passage d’un régime d’accumulation à un autre ou bien d’un mode de régulation à un autre constitue une crise au sens où il y a rupture. Si aucun changement institutionnel ou de politique économique n’est nécessaire pour déclencher le retournement ou la reprise, on parle de « petite crise ». L’absence de reprise spontanée signifie que le mode de régulation ou le régime d’accumulation ont été affectés. On a là affaire une « grande crise ».

45  Dans un commentaire de la lecture que Polanyi ([1924] 2008e) fait de Galbraith, il apparait qu’un fort clivage social est inextricablement lié à une certaine production culturelle des besoins, « cet impensé de la société de marché ». Ainsi s’explique « le succès de Galbraith dans le grand public, car celui-ci prend conscience que l’empire croissant de la richesse, l’ère de l’opulence, ne s’accompagne nullement d’un recul de la rareté. Le sentiment de pauvreté ne se réduit pas non plus. La rareté ne renvoie donc pas à l’évidence du monde fini, mais est une production sociale dont il faut souligner la contingence » (Maucourant et Vivel, 2005, p. 1127).

46  Une version plus complète de ce texte est téléchargeable à : http://www.gabrielperi.fr/Polanyi-lecteur-de-Marx.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Maucourant et Sébastien Plociniczak, « Penser l’institution et le marché avec Karl Polanyi », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 23 août 2016. URL : http://regulation.revues.org/9439

Haut de page

Auteurs

Jérôme Maucourant

Maître de conférences-HDR, université Jean Monnet, Saint-Étienne, UMR 5206 “Triangle”, maucourant.jerome@wanadoo.fr

Sébastien Plociniczak

Chercheur associé, université Paris 13, UMR 7115, Centre d’économie de Paris Nord (CEPN), sebastien.plociniczak@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page