Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Hadrien Saiag, Le trueque argentin au prisme de la dette : une socioéconomie des pratiques monétaires et financière

Hadrien Saiag

Résumé

This thesis questions the nature of money through the analysis of a complex set of local monetary systems located in Argentina (trueque). It is based on both the reconstitution of the history of the main national trueque networks (meso-level) and the observation of the monetary and financial practices of their participants, carried out through an ethnographic field work (micro-level). These data suggest that money must be understood as a system of evaluation and settlement of debts. Such approach allows first to distinguish financial from monetary practices and to clarify their interdependences. Second, it puts the emphasis on the wide diversity of monetary practices (i.e. the material media of the means of settlement and evaluation of debts) and modalities of issuing the means of settlement. Therefore, money can participate to the reproduction of special organizations more or less centralized and to widely contrasted social relations (either violent or emancipating). Finally, to conceive money from debt begs the question of the access to the means of settlement of those who have been excluded from the fordist wage-labor nexus through the expansion of the so-called “informal economy”.

Haut de page

Texte intégral

1Soutenue le 2 décembre 2011 à l’université Paris-Dauphine
Sous la direction conjointe de Jean-Michel Servet et Bruno Théret
Jury :
André Orléan, directeur de recherche au CNRS, directeur d’études à l’EHESS (rapporteur)
Jérôme Blanc, maître de conférences HDR, université Lyon 2 (rapporteur)
Bruno Théret, directeur de recherche au CNRS, université Paris-Dauphine (codirecteur)
Jean-Michel Servet, professeur à l’IHEID (codirecteur)
Florence Weber, professeur à l’ENS
Keith Hart, professeur émérite, Goldsmiths, University of London

Question(s) de recherche

2Cette thèse prolonge les réflexions des économistes institutionnalistes quant à la nature de la monnaie à partir de l’étude des pratiques financières des participants à un ensemble de systèmes monétaires locaux en Argentine (trueque). Elle porte une attention particulière aux rapports qu’entretiennent ces pratiques à l’inégal accès aux moyens de paiement (libellés en peso – monnaie nationale – et en crédito – unité de compte du trueque) et à la dette (en tant que concept rendant intelligible ces pratiques).

Méthode

3Pour ce faire, des observations détaillées des pratiques monétaires et financières des participants au trueque, issues d’une enquête de terrain de type ethnographique menée en 2009 (niveau micro), sont complétées par une analyse documentaire visant à reconstituer l’histoire des principaux réseaux de trueque d’ampleur nationale (niveau méso). Ces données sont mobilisées afin de discuter et d’enrichir les concepts issus des approches institutionnalistes de la monnaie, sans réduire l’empirie à un rôle de confirmation ou d’information d’hypothèses construites préalablement à l’enquête.

Résultat(s)

4Au-delà de la diversité des pratiques financières et du caractère structurel du pluralisme monétaire en Argentine, cette recherche permet de dégager trois principaux résultats. Le premier est qu’une théorie de la monnaie ne peut faire l’impasse sur la question de l’émission des moyens de paiement. Elle est en effet au cœur de l’histoire du trueque, puisqu’elle permet 1) de saisir l’originalité du premier réseau d’ampleur nationale (une forme de « fédéralisme monétaire ») ; 2) de comprendre que les scissions qui ont conduit à la constitution de réseaux concurrents remettaient en question le « fédéralisme monétaire » à partir de modèles d’émission centralisée ; 3) de comprendre les ressorts contrastés des crises de confiance éthique qui ont touché la quasi-totalité des réseaux de trueque en 2002.

5Une analyse fine des pratiques d’épargne et d’endettement souligne en outre qu’au niveau micro, les modalités d’émission monétaire se traduisent par un accès inégal aux moyens de paiement (deuxième résultat). Ainsi, les participants au trueque ont été, dans leur très grande majorité, relégués à la marge du rapport salarial (à travers l’expansion des formes d’emplois dites « informelles ») et, ce faisant, de l’accès au peso (monnaie nationale). Au-delà de leur participation au trueque, ils mettent en place des pratiques complexes d’endettement et de réification des supports de l’épargne qui leur sont propres, visant compenser leurs difficultés d’accès au peso en leur garantissant un accès minimum à cette monnaie en cas de besoins financiers impérieux. L’accès aux moyens de paiement agit donc comme un élément puissant de stratification sociale.

6Cette dernière question se pose avec une acuité particulière dès lors que la monnaie est appréhendée en tant que système d’évaluation et de règlement des dettes, pour deux raisons (troisième résultat). D’une part, car les modalités d’évaluation des dettes sont propres aux sphères monétaires dans lesquelles les transactions prennent place, puisque les « prix relatifs » des différents biens varient considérablement d’une sphère à l’autre (crédito/peso) ; ce faisant, les participants les plus mobiles jouissent d’un accès privilégié aux moyens de paiement à travers leur position d’interface entre les sphères monétaires (via des procédures d’arbitrage), aux dépens de ceux qui ne peuvent tirer profit des interdépendances entre sphères monétaires. D’autre part, et plus fondamentalement, car appréhender la monnaie au prisme de la dette souligne la dimension politique de l’accès aux moyens de paiement : dès lors que la monnaie n’est pas une marchandise commune, mais une créance sur la communauté de paiement, restreindre l’accès aux moyens de paiement à certains groupes sociaux revient à leur accorder un privilège de taille ; de même, les exclure de cet accès revient à les bannir socialement.

7Ainsi, cette thèse souligne l’acuité de la question des fondements éthiques et institutionnels d’un accès démocratique à la monnaie dans une perspective institutionnaliste.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta, Michel et Orléan, André, eds., (1998), La monnaie souveraine, Paris, Odile-Jacob, 398 p.

Baumann, Éveline ; Bazin, Laurent ; Ould-Ahmed, Pepita, et al (éd.) (2008), L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes, Paris, L’Harmattan, 318 p.

Benetti, Carlo et Cartelier, Jean, (1980), Marchands, salariat et capitalistes, Paris, Maspero, 207 p.

Blanc, Jérôme, (éd.), (2006), Exclusion et liens financiers. Monnaies sociales. Rapport 2005-2006, Paris, Economica, 547 p.

Commons, John (2005 [1934]), Institutional economics, New Brunwick (USA) et Londres, Transaction Publishers, 921 p. (2 volumes).

Dufy, Caroline et Weber, Florence (2007), L’ethnographie économique, Paris, La Découverte, 122 p.

Gomez, Georgina (2009), Argentina’s parallel currency: the economy of the poor, Londres, Pickering & Chatto Publishers, 256 p.

Hart, Keith (1973), “Informal income opportunities and Urban Employment in Ghana”, The Journal of Modern Afrian Studies, 11 (1): 61-89.

Ingham, Geoffrey (2004), The nature of money, Cambridge, Polity, 254 p.

Luzzi, Mariana, (2005), Réinventer le marché ? Les clubs de troc face à la crise en Argentine, Paris, L’Harmattan, 193 p.

Orléan, André (2008), « Monnaie, séparation marchande et rapport salarial », dans Frédéric Lordon (éd.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Paris, Presses de la Fondation des sciences politiques, p. 55-87

Polanyi, Karl (1983 [1944]), La Grande Transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 419 p.

Polanyi, Karl (1968), “The semantics of Money-Uses”, dans George Dalton (éd.), Primitive, archaic and modern economies. Essays of Karl Polanyi, New York, Anchor Books, p. 175-203.

Servet, Jean-Michel (2006), Les banquiers aux pieds nus : la microfinance, Paris, Odile Jacob, 511 p.

Théret, Bruno, (éd.), 2007, La monnaie dévoilée par ses crises, Paris, éditions de l’EHESS, 2 volumes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Saiag, « Hadrien Saiag, Le trueque argentin au prisme de la dette : une socioéconomie des pratiques monétaires et financière », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/9411

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page