Navigation – Plan du site
Dossier : Post-keynésianisme et théorie de la régulation : des perspectives communes

Post-keynésianisme et théorie de la régulation : des perspectives communes

Introduction
Mickaël Clévenot

Texte intégral

1Cette 10e livraison de la revue de la Régulation reprend le dialogue entre la théorie post-keynésienne (TPK) et la théorie de la Régulation (TR), préalablement entamé par un entretien avec M. Lavoie. Il se poursuivi ici par un échange avec E. Stockhammer sur les points d’achoppement et de jonction entre les deux approches. Ces points seront également étudiés par M. Setterfield, qui met l’accent sur les convergences possibles. A. Asensio, S. Charles, D. Lang, et E. Le Héron insistent, quant à eux, sur les points de rencontre nécessaires. Enfin, R. Boyer met en valeur la réalisation complexe de cette rencontre scientifique.

2L’esprit de ce dossier est de montrer qu’un sentier commun étroit peut être emprunté pour un débat constructif permettant un renforcement mutuel des deux approches à partir de leurs avantages comparatifs respectifs. En dépit de méthodologies différentes, les deux hétérodoxies partagent des origines communes. Elles possèdent d’ailleurs une large communauté de vue sur la crise qu’elles ont toutes deux nettement anticipée. Il est donc apparu particulièrement opportun de livrer ce dossier dans le contexte actuel.

3Dans ce dossier, le débat porte à la fois sur les spécificités propres à chacune des ces deux théories, mais également sur les convergences thématiques, sur les apports méthodologiques croisés, ainsi que les forces et les faiblesses institutionnelles relatives de ces deux approches qui possèdent malgré tout une bonne part d’ADN commun.

La TPK et la TR ont des origines communes

4En effet, l’approche macroéconomique de la régulation est fille de la macroéconomie post-keynésienne qui se nourrit de R. Luxembourg (1913) et J. Robinson (1956). Il s’agit d’une réflexion en termes d’accumulation du capital et de répartition des revenus et de leurs interactions. Mais elle fait également intervenir des éléments qui ont longtemps été jugés comme extra économiques par le courant dominant. Ainsi, des déterminations institutionnelles, politiques et techniques fortes permettent de caractériser la spécificité des différents régimes d’accumulation qui se succèdent dans le temps et dans l’espace. À la différence d’un certain marxisme, ces régimes de croissance ne sont pas condamnés a priori à la crise finale du capitalisme.

5De façon plus générale, le dialogue entre la TPK et la TR remonte à la naissance de cette dernière. Cette réflexion se poursuit de manière régulière en empruntant à des auteurs proches comme M. Kalecki pour ce qui concerne la prise en compte des conditions de financement de l’activité, comme N. Kaldor (1961) pour la reprise de la notion de faits stylisés permettant de caractériser un régime de croissance, ou encore comme Myrdal (1933) pour les aspects de dynamique proches des notions de feed-back de la cybernétique mobilisés par les travaux séminaux de M. Aglietta (1976).

La discussion entre les auteurs contemporains a pu sembler plus distendue…

6La réciproque n’est peut-être pas aussi évidente pour les auteurs post-keynésiens contemporains. C’est le cas pour ceux d’entre eux qui se sont intéressés à l’approche des structures sociales d’accumulation, comme E. Stockhammer. Cousine américaine de la TR française, ces travaux portent sur les crises où le rôle des profits et donc la répartition des revenus jouent un rôle essentiel dans la survenue des crises. Mais, globalement, les post-keynésiens ont pu développer leurs travaux sans références explicites à la TR, tandis que les régulationnistes, centrés sur les questions macroéconomiques, n’ont pas pu faire sans Keynes, Robinson, Kaldor ou encore Kalecki.

7Mais là encore, les travaux des post-keynésiens contemporains semblent avoir moins influencé les régulationnistes que les auteurs fondateurs. Cependant, au cours des dix dernières années, l’analyse de la financiarisation de l’économie va contribuer à un rapprochement certain.

Mais la financiarisation a contribué à la reprise des échanges

8Transformation majeure du capitalisme de ces vingt dernières années, la financiarisation, a été mise en évidence par M. Aglietta (1998) à travers la notion de régime d’accumulation patrimoniale. Cette identification a donné lieu à des débats internes à la TR (Aglietta, 1998, 2000 vs. Boyer, 2000) à propos de la stabilité à moyen terme de la configuration économique qui paraissait alors caractériser l’économie américaine des années 1990.

9Pour E. Stockhammer un régime financiarisé peut disposer d’une cohérence à moyen terme. Le régime de croissance américain bien que déséquilibré avait décrit une surprenante stabilité durant la majeure partie des années 1990. Pour les régulationnistes, in fine, le débat a finalement donné lieu à un consensus sur le caractère extrêmement instable d’un régime de croissance dominé par la finance. Il semble en aller de même pour les post-keynésiens. Mais, après coup, l’apport essentiel aura été d’avoir appréhendé le rôle structurant de la finance dans la recomposition du capitalisme contemporain. Sur ce point, la plupart des auteurs régulationnistes et post-keynésiens traitant de la financiarisation se sont aisément retrouvés.

10Les deux approches vouent donc un intérêt particulier au fonctionnement du système monétaire, que ce soit à travers la politique monétaire (Le Héron et Mouakil, 2008) ou par l’étude du fonctionnement concret des marchés financiers (Orléan, 1999). De ce point de vue, on retrouve les enseignements de Keynes (1936) à travers les phénomènes conventionnels et de prophéties auto-réalisatrices ou encore les enseignements de Minsky (1977) partagés par la TPK et la TR. Cette identification de la nature intrinsèquement instable du capitalisme financiarisé rapproche la plupart des enseignements des auteurs post-keynésiens actuels et en fait un point de convergence important (Setterfield, 2011).

Et la vision d’un Capitalisme par nature instable est commune

11De façon plus générale, la vision d’un capitalisme instable par nature est partagée par les deux approches théoriques. Toutefois, la modélisation post-keynésienne, qu’elle procède par l’analyse de statistique comparative à la manière de Bhaduri et Marglin (1990) ou bien par la modélisation Flux-Stock à la Godley-Lavoie (2007), impose a priori une stabilité du régime de croissance de moyen terme qui entre en opposition avec la perspective théorique. Il existe ainsi une tension entre l’approche littéraire qui pose l’instabilité du capitalisme et l’approche formalisée de la théorie post-keynésienne contemporaine qui la nie pour des raisons essentiellement techniques et d’exposition. De ce point de vue la théorie de la régulation peut apparaître plus cohérente.

Mais la représentation de cette instabilité est complexe

12Toutefois, comme le rappelle Asensio et alii dans ce dossier, il existe chez les post-keynésiens première génération des auteurs préoccupés par l’instabilité de moyen terme. Cette démarche s’oppose au modèle néoclassique standard de croissance équilibrée. C’est le cas de Kaldor (1934) et Robinson (1962, 1974) dont les intuitions sont reprises dans les formalisations qui tiennent compte de la dépendance au sentier de croissance.

13Autrement dit, les évolutions globales de longues périodes restent largement indéterminées mais il existe une dépendance importante à l’histoire économique, sociale et technique. Ce type de réflexion est tout à fait revendiqué par l’approche régulationnsite qui se veut une macroéconomique historique institutionnalisée (Billaudot, 2001).

14Cette veine de la recherche est reprise par des auteurs post-keynésiens contemporains (voir De Peretti et Lang, 2009) à travers les phénomènes d’hystérèse où le temps ne s’écoule pas de manière linéaire mais au contraire de manière asymétrique, non-linéaire. Cet épaississement du temps historique rencontre une grande proximité avec l’approche endométabolique de type régulationniste (Lordon, 1993) où la dynamique institutionnelle lente et rapide, portant sur les variables d’état, permet de décrire la dérive endogène des régimes de croissance. Ces approches qui étudient le déploiement des interactions économiques et sociales dans un temps historique permettent de saisir plus largement les phénomènes socioéconomiques. Toutefois, ces efforts se heurtent souvent à la difficulté d’intégrer cette complexité dans un cadre formalisé. L’endométabolisme et plus largement les tentatives visant à la formalisation d’un temps historique sont des questions fondamentales et ardues pour lesquelles les hétérodoxes ont des avantages comparatifs à valoriser.

La prise en compte de la complexité constituerait-elle une faiblesse institutionnelle ?

15Cet aspect théorique est également évoqué à travers ses conséquences institutionnelles par E. Stockhammmer. En Europe l’approche post-keynésienne durant les vingt dernières années est parvenue à se regrouper et à tenir une position institutionnelle plus ferme que l’approche régulationniste. Le centrage sur les modèles de statique comparatives et de l’analyse économétrique semble avoir autorisé cette cohérence autour d’un noyau dur assez restreint.

16Au contraire, la richesse et la complexité des analyses régulationnistes, qui cadreraient moins bien avec les exigences académiques actuelles, pourraient constituer une faiblesse institutionnelle à l’ère d’une science gouvernée par des instruments d’évaluation qui contraignent le modèle d’exposition des raisonnements et ainsi une réduction de la complexité. Cette situation est également pointée par R. Boyer pour expliquer les difficultés à réaliser des convergences durables et mutuellement fructueuses entre les deux approches. Par ailleurs, on peut aussi invoquer une forme de repli stratégique de l’approche régulationnsite sur les problématiques méso-économiques et institutionnelles moins contaminées/dominées par l’approche orthodoxe qu’évoque E. Stockhammer lorsqu’il souligne la dispersion des auteurs régulationnistes. En dépit de la légitimité propre de cet extension du programme de recherche régulationniste, il existe un réel danger à abandonner le terrain de la macroéconomie et de la politiques économique.

Des divergences anciennes à une nette convergence dans la représentation de production des revenus

17Les méthodologies de la PTK et de la TR reposent initialement sur des conceptions différentes de la génération des revenus. M. Setterfield considère par exemple que la TR inspirée par l’approche macroéconomique marxiste serait caractérisée par un biais classique dans sa conception de la production de revenus à long terme. L’approche post-keynésienne plus influencée par Keynes serait plus poussée par la demande. Mais cette distinction apparait un peu abusive. En effet, elle ne prend pas en compte la mobilisation de l’effet Kaldor-Verdoorn pour formaliser l’interaction entre la norme salariale et de production fordienne. Cet effet permet d’expliquer le maintien de gains de productivité importants en dépit de l’accroissement de la masse des salaires et d’une relative stabilité des taux de profit. Et plus globalement, la TR possède désormais une vision agnostique des régimes de croissance théoriques qui peuvent en fonction des circonstances être tirés par les salaires ou tirés par les profits, voire par l’endettement.

18En dépit de cheminements propres à la TR et à la TPK, des convergences fortes sont apparues dans la manière de caractériser les régimes de croissance. Cette proximité est aisément identifiable à travers l’approche post-keynésienne de Bhaduri et Marglin (1990) ou de Blecker (2002). Ces travaux proposent des caractérisations qui sont très proches de celles retenues par les régulationnistes en termes de régimes de croissance tirés par la demande et les salaires dans le régime fordien, ou bien dans le régime de croissance outre-Rhin tiré par les exportations ou par les profits dans le cadre de régimes financiarisés. Ceci correspond assez bien également aux travaux qui ont été menés sur la diversité du capitalisme et ses déclinaisons nationales (Amable, 2005).

Les outils d’un dialogue commun

19Si les deux approches possèdent leur méthodologie propre, il n’est pas inenvisageable de construire un dialogue autour de modèles restreints retenant les hypothèses de base des deux approches et d’en discuter. C’est ce que tente de réaliser M. Setterfield. Ceci correspond bien à la démarche que R. Boyer appelle de ses vœux : établir une formalisation commune avec des hypothèses différentes mais autorisant un débat ouvert et constructif entre les deux approches.

20De ce point de vue, la modélisation Flux-Stock pourrait également constituer un support pour un débat commun sur la modélisation macroéconomique et plus largement sur la politique économique. Enfin, à la lecture des différents articles du dossier, il apparaît que des convergences méthodologiques et des transferts de connaissances pourraient venir fertiliser les deux approches. C’est l’un des objectifs auquel tend modestement cette livraison de la revue de la Régulation.

Et au final une grande proximité sur les aspects normatifs

21Un dernier point mérite d’être souligné, il concerne les questions de politiques économiques de sortie de crise. En filigrane dans le dossier émerge un questionnement sur le manque de résonnance des approches hétérodoxes en dépit de leur pertinence, pertinence renforcée par comparaison à l’aveuglement au désastre du paradigme dominant. Ce constat rejoint en divers points la démarche des économistes atterrés dont certains membres du comité de rédaction de la revue font partie.

22Les dispersions des approches hétérodoxes sont parfois évoquées pour expliquer leur faible capacité à orienter les politiques publiques. Mais il n’est pas certain que seule la convergence des idées soit suffisante pour permettre un reversement du paradigme dominant en économie. Toutefois, les efforts de rapprochement entamés à travers l’Association française d’économie politique (AFEP) ou par le groupe des économistes atterrés seront sans doute de nature à renforcer quelque peu la position institutionnelle des deux hétérodoxies. Peut-être les préconisations de politiques économiques seraient ainsi plus audibles par les gouvernements ? Mais pour l’instant les grandes orientations de la politique économique en Europe semblent aller dans le sens inverse de celui proposé par les économistes présents dans ce dossier.

23Néanmoins, en suivant les enseignements de l’approche régulationniste, tant que le processus d’essais et d’erreurs propres à une grande crise ne permettra pas une mise en adéquation entre le régime d’accumulation et le mode dérégulation, la crise se poursuivra. Or, il apparaît dans les divers articles de ce dossier des éléments de solutions que la crise tôt où tard finira par imposer. Au-delà, comprendre le maintien de la légitimité de l’économie orthodoxe imposerait un retour à la critique de l’économie politique qu’il serait salutaire de mener. Peut-être dans un prochain numéro…

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (1976), Régulation et crises du Capitalisme, Paris, Calmann-Lévy, 2e édition [1982].

Aglietta M. (1998), Le capitalisme de demain, note de la Fondation Saint-Simon.

Aglietta, M. (2000), “Shareholder value and corporate governance: some tricky questions”, Economy and Society, 29/ 1, février 2000, p. 146-159.

Amable B. (2005), Les cinq capitalismes. Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Seuil, Paris.

Asensio A, Charles S. et Lang D. (2011), « Les développements récents de la macroéconomie post-keynésienne » Revue de la régulation [En ligne], n° 10, 2e semestre 2011.

Bhaduri, A., Marglin, S. (1990), “Unemployment and the Real Wage: the Economic Basis for Contesting Political Ideologies”, Cambridge Journal of Economics, 14, 375-393.

Billaudot B. (2001), Régulation et croissance : une macroéconomie historique et institutionnelle, collection « Théorie sociale contemporaine », Paris, L’Harmattan.

Blecker, R. (2002), “The Balance-of-Payments-Constrained Growth Model and the Limits to Export-Led Growth”, in Davidson, P. (ed.), A Post Keynesian Perspective on the Twenty-First Century Economic Problems, Cheltenham, Edward Elgar.

Boyer R (2000) “Is a finance-led growth regime a viable alternative to Fordism ? A preliminary analysis” Economy and Society, 29/1, février 2000, p.111-145.

Boyer R. (2011) « Post-keynésiens et régulationnistes : Une alternative à la crise de l’économie standard ? » Revue de la régulation [En ligne], n° 10, 2e semestre 2011.

De Peretti, C., Lang, D. (2009), “A strong hysteretic model of Okun’s Law: theory and a preliminary investigation”, International Review of Applied Economics, 23(4), p. 445-462.

Godley, W., Lavoie, M. (2007), Monetary Economics, an integrated approach to credit, money income production and wealth, Palgrave-Macmillan.

Kaldor, N. (1934), “A classificatory note on the determinateness of equilibrium”, Review of Economic Studies, 2, 122-136.

Kaldor N. (1961), Capital Accumulation and Economic Growth, 1961, in Lutz, editor, Theory of Capital.

Kalecki M. (1966), Théorie de la dynamique économique: essai sur les variations cycliques et à long terme de l'économie capitaliste, Paris, GauthierVillars.

Keynes, J. M. (1936), The general theory of employment, interest and money, London, Macmillan.

Le Heron, E., Mouakil, T. (2008), “A Post Keynesian Stock-Flow Consistent Model for the Dynamic Analysis of Monetary Policy Shock on Banking Behavior”, Metroeconomica, 59-3, 405-440.

Lordon F. (1993) « Irrégularités des trajectoires de croissance, évolutions et dynamiques non-linéaires. Vers une schématisation de l’endométabolisme », thèse EHESS, Paris, mars 1993.

Luxembourg R. (1913), L’accumulation du Capital. Contribution à l’explication économique de l’impérialisme, http://www.marxists.org/francais/luxembur/works/1913/index.htm

Minsky, H. P. (1977), “A Theory of Systemic Financial Fragility”, in Altman E. I., Semetz A. W., Financial Crises: Institutions and Markets in a Fragile Environment, New York, John Wiley.

Myrdal G. (1933), Monetary Equilibrium, New York: Augustus M. Kelley, 1965.

Orléan A. (1999), Le Pouvoir de la finance, éd. Odile Jacob, 1999.

Robinson J. (1956), The Accumulation of Capital, London: Macmillan.

Robinson J. (1962), Essays in the Theory of Economic Growth, New York, St. Martin’s.

Robinson, J. (1974), History versus equilibrium, Indian Economic Journal, 21, 202-213.

Setterfield M. (2011), “Anticipations of the Crisis: On the Similarities Between Post Keynesian Economics and Regulation Theory”, Revue de la régulation [En ligne], n° 10, 2e semestre 2011.

Stockhammer E. (2011), “Financialization a good approach to begening an new discussion between postkenesian and regulationnists economist?” Entretien avec E. Stockhammer réalisé par R. Boyer et M. Clévenot Revue de la régulation [En ligne] n° 10, 2e semestre 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Clévenot, « Post-keynésianisme et théorie de la régulation : des perspectives communes », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011, mis en ligne le 07 décembre 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/9379

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page