Navigation – Plan du site
Dossier : Post-keynésianisme et théorie de la régulation : des perspectives communes

Post-keynésiens et régulationnistes :
Une alternative à la crise de l’économie standard ?

Post-keynesian and Regulationnist: a theoretical alternative to the crisis of standard economics thought
Post-Kenesianos y Regulacionistas: Una alternativa a la crisis de la economía standard?
Robert Boyer

Résumés

Les deux programmes de recherche, post-keynésien et régulationniste, ont en commun de proposer une alternative à l’économie standard dont l’incapacité à rendre compte des faits stylisés observés, depuis les années 1970 et plus encore dans la crise actuelle, est manifeste. Une possible convergence s’est manifestée d’abord dans la formalisation du régime économique de l’après-guerre, comme forme particulière de croissance cumulative, puis dans l’analyse des emballements spéculatifs qui se succèdent depuis les années quatre-vingt-dix, enfin par l’usage de modèles stock-flux afin de cerner les canaux de transmission de la politique monétaire et la soutenabilté des déséquilibres observés au niveau de l’économie mondiale et de l’Union européenne. La relative rareté de ces convergences s’explique d’abord par une référence plus kalekienne et marxiste que keynésienne chez les régulationnistes. Ensuite, du fait d’une posture épistémologique différente : grande théorie à vocation universelle d’un côté, analyse historiquement et spatialement située de l’autre. La profondeur de la crise que traverse l’économie standard dans son épistémologie implicite, ses concepts fondateurs et ses méthodes ouvre un espace à la collaboration entre post-keynésiens et régulationnistes. L’article propose quatre pistes : reconnaissance du rôle déterminant des institutions et pas seulement de la politique économique dans la compensation des failles de marché ; examen systématique de la pertinence des diverses classes de modèles et pas seulement de leur cohérence théorique ; enrichissement des mécanismes typiquement keynésiens afin de rendre compte de la multiplicité des interdépendances observées dans les économies contemporaines ; enfin association à tout modèle de croissance de long terme des facteurs susceptibles de le déstabiliser, selon un processus d’endométabolisme caractéristique d’une économie capitaliste. L’évolution des institutions académiques, tant nationales que mondiales, est peut-être le principal obstacle à la mise en œuvre de ces recherches.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction : une origine commune

1Pour ces deux programmes de recherche, le milieu des années soixante-dix est une date clé, lorsque s’élargit un fossé entre les prédictions du paradigme standard et l’évolution macroéconomique des grands pays de l’OCDE. Les post-keynésiens entendent ainsi proposer des approches alternatives tant au modèle néoclassique de croissance qu’à l’appauvrissement du message keynésien lié à la diffusion du modèle IS/LM (Harcourt, 1987). Une nouvelle génération va prendre le relais des travaux de Sidney Weintraub, Paul Davidson, Hyman Minsky, Jan Kregel mais aussi dans une moindre mesure de Joan Robinson, Nicolas Kalecki et Nicholas Kaldor (Asensio et al., 2011).

2Cette date est aussi le point de départ d’un autre programme de recherche : l’analyse de la régulation et de la crise du capitalisme américain (Aglietta, 1976) lance une série de travaux qui se prolongent jusqu’aux analyses de la grande crise ouverte en 2008 et dont la présente revue continue à rendre compte, dans la lignée de l’Année de la Régulation. Clairement les fondateurs de cette approche connaissent et utilisent les concepts et les outils des post-keynésiens mais réciproquement rares sont ceux d’entre eux qui font référence à la contribution, en un sens complémentaire, des régulationnistes.

3D’où provient cette relative déconnexion ? Est-elle intrinsèque aux fondements respectifs de ces deux programmes de recherche ? La perte de légitimité et l’absence de pertinence de la théorie macroéconomique standard face à une crise réputée venue d’ailleurs, n’ouvrent-elles pas une seconde occasion de rapprochement en vue de proposer une alternative ? Tel est le fil directeur du présent article.

1. L’émergence des approches de la régulation : plus marxiste et tournée vers l’histoire que typiquement keynésienne

4Les moments fondateurs sont essentiels car s’y constituent des questions, des méthodes et pratiques de recherche qui perdurent ensuite, au-delà des ajustements et redéfinitions ultérieures. Les approches de la régulation continuent en effet à être marquées par leur origine. Les premiers travaux émanent de macroéconomistes ou ingénieurs économistes travaillant pour l’Administration économique, pour reprendre le terme de l’époque, quelque peu dévalorisé par la victoire de la croyance en la supériorité intrinsèque des marchés par rapport à un interventionnisme éclairé. Ainsi Michel Aglietta fut-il impliqué dans la construction de l’un des modèles macroéconomiques utilisé au début des années soixante-dix par l’INSEE, Fifi, alors que Bernard Billaudot puis Robert Boyer et Jacques Mazier participèrent à l’élaboration de deux générations de modèles au sein de la direction de la Prévision du ministère des Finances (DECA, STAR).

5Dans le premier cas, l’ouverture à la concurrence internationale fait de la compétitivité de l’offre le facteur déterminant de la croissance à moyen terme, de sorte que les politiques keynésiennes de gestion de la demande perdent progressivement de leur efficacité. Ainsi s’explique le progressif mais continu mouvement de croissance du chômage en France depuis 1967. S’introduit ainsi l’axe directeur des recherches ultérieures : comment se transforment les structures du capitalisme, donc les éventuelles régularités macroéconomiques ? L’intérêt de Michel Aglietta se déplace alors de la situation de la France contemporaine vers le capitalisme américain : la stagflation et la crise ouverte en 1973 témoignent de l’arrivée aux limites, dans les années soixante-dix, d’un régime d’accumulation sans précédent, le fordisme.

6Une rupture équivalente des régularités incorporées dans les modèles de simulation et économétriques portant sur la France est le point de départ des réflexions de Bernard Billaudot, Robert Boyer et Jacques Mistral sur les limites d’une théorie macroéconomique a-historique (Boyer et Mistral, 1978). En l’occurrence la critique s’adresse bien sûr à la théorie néoclassique de l’époque et à l’illusion d’une Théorie de l’équilibre général (TEG) comme fondement scientifique. Pourtant la cible essentielle est la théorie marxiste, ou tout au moins sa vulgate, qui fait de la loi de la chute du taux de profit l’alpha et l’oméga de l’analyse de la dynamique du capitalisme. Or les recherches sur les capitalismes tant américain (Aglietta, 1976) que français (Benassy et al., 1978) font apparaître une transformation de la hiérarchie des formes institutionnelles. Elle est telle que jusqu’au début des années soixante-dix, le compromis salarial fordiste et la puissance d’une monnaie de crédit impulsent un régime d’accumulation sans précédent dans lequel un haut et stable taux de profit est ainsi maintenu, fut-ce au prix de la permanence d’une inflation, même dans les périodes de récession.

7Dès lors, il importe d’en rendre compte au sein de modèles à deux sections productives, biens de production versus biens de consommation, dans la lignée des schémas de reproduction proposés par Marx dans Le Capital. Mais le choix de paramètres ad hoc est remplacé par leur justification à partir des caractéristiques effectivement observées grâce aux données de la Comptabilité nationale et les tables Input-Output, concernant les deux sections productives et la dynamique des salaires (Bertrand, 1983).

2. Une première convergence : les modèles de croissance kaldoriens

8Mais un tel modèle suppose un lourd investissement statistique de sorte qu’il était tentant de convertir ces modèles en une formalisation opérant au plan agrégé. Elle permet alors une confrontation avec les données macroéconomiques standards ainsi que les théories alternatives (Boyer, 1988). C’est dans ce contexte qu’apparaît une rencontre avec certaines des recherches post-keynésiennes : en effet, la formalisation du régime de croissance fordien s’inscrit comme la spécification d’une forme particulière de croissance cumulative, dans la lignée des travaux de Nicholas Kaldor (1985). Il en ressort que des conditions précises doivent être remplies pour qu’un tel régime existe et soit résilient : existence de rendements d’échelle croissants, indexation modérée des salaires réels sur la productivité, faible ouverture de l’économie à la concurrence mondiale. À leur tour elles supposent une configuration particulière du rapport salarial, de la concurrence et de l’insertion internationale. Si donc les formes institutionnelles sont différemment agencées ou évoluent sous l’effet du succès du régime d’accumulation correspondant, l’économie peut converger vers d’autres configurations : croissance alimentée par l’approfondissement continu de la concurrence (Petit, 1998) par le dynamisme des exportations (Boyer et Petit, 1989). On retrouve ainsi l’un des modèles clés de la mouvance kaldorienne dans lequel la contrainte de la balance commerciale détermine le rythme de croissance et limite la possibilité du plein-emploi (Thirlwall et Mc Combie, 1994).

Figure 1 – Une première rencontre entre post-keynésiens et régulationnistes.Croissance cumulative et régime d’accumulation fordiste

Figure 1 – Une première rencontre entre post-keynésiens et régulationnistes.Croissance cumulative et régime d’accumulation fordiste

9C’est la première rencontre avec les post-keynésiens : la contribution des régulationnistes (figure 1) est de souligner le caractère institutionnellement situé de tout modèle macroéconomique. En opposition donc avec une théorie macroéconomique qui se présenterait comme universelle et atemporelle. Ce message n’a eu que peu d’écho dans le champ des post-keynésiens, à de rares exceptions (Setterfield, 2007). De plus, les régulationnistes, préoccupés des tendances de long terme, n’ont cessé de s’interroger sur les ressorts de la croissance et leur changement après l’épuisement et la crise du fordisme, alors que les post-keynésiens ont concentré l’essentiel de leurs efforts sur les discussions de politique économique, donc des modèles de court-moyen terme.

3. Une seconde convergence, la viabilité d’un régime de croissance tirée par la finance : le modèle minskien

10Depuis les années soixante-dix, les régulationnistes ont cherché à cerner vers quel nouveau régime de croissance et mode de régulation pourrait converger l’évolution des formes institutionnelles. Retour à une régulation concurrentielle du fait de la multiplicité des stratégies de flexibilisation de la relation salariale ? Domination de l’impératif de compétitivité sous l’effet de la réduction continue des barrières au commerce international ? Ces transformations sont intervenues mais pas au point d’imposer leur logique car à partir des années quatre-vingt, libéralisation et innovation financière ont impulsé une transformation majeure dans la gestion des firmes au nom de la valeur actionnariale, qu’il s’agisse de l’ajustement de l’emploi, la gestion de la couverture sociale – tout particulièrement des retraites – et finalement la conduite de la politique monétaire. Cette conjonction de changements structurels permet alors le maintien de très bas taux d’inflation alors même que le taux d’intérêt demeure à des niveaux très modérés. L’accès facile au crédit ouvre, tout spécialement aux États-Unis et au Royaume-Uni, une nouvelle période historique qui voit se succéder la bulle Internet – grâce au financement laxiste des jeunes pousses – puis lorsqu’elle éclate, la bulle immobilière née du relâchement des contraintes de crédit, même pour ceux des américains dont le revenu stagne et est insuffisant pour permettre un remboursement assuré de leur crédit hypothécaire.

11Les régulationnistes diagnostiquent donc, dès la fin de la décennie 1990, la constitution d’un régime de croissance tirée par la financiarisation (Aglietta, 1998) qui, à partir des États-Unis, diffuse ses effets sur la quasi-totalité des autres économies. C’est dans ce contexte que reprend sens l’interrogation d’Hyman Minsky : « Est-ce qu’une crise aussi grave que celle de 1929 peut survenir ? » à la suite de son analyse originale de la contribution de la Théorie générale à la compréhension du capitalisme financier moderne (Minsky, 1975 ; 1986). Ses disciples et les régulationnistes s’accordent et apportent une réponse positive (Boyer, 2000a ; Aglietta et Rebérioux, 2004). En effet, au sein de l’école des conventions, ont été poussées les analyses de la Théorie générale sur les conséquences de l’incertitude sur le fonctionnement des marchés financiers : le marché boursier, par exemple, loin de converger vers une mythique « valeur fondamentale » a pour ressort l’alternance des phases haussières puis baissières (Orléan, 1990). Dès lors que la finance impose sa logique aux autres formes institutionnelles, et est incorporée dans le comportement et les anticipations des acteurs, ce sont les emballements spéculatifs qui mettent en mouvement l’économie. L’éclatement de la bulle des subprimes est alors plus qu’un cycle financier typique car il marque la faillite d’un système financier dans lequel le risque est reporté par la titrisation sur des agents incapables d’en évaluer la nature et l’ampleur (Boyer, 2011b). Cette crise financière systémique signifie aussi la fin d’un régime de croissance dans lequel le crédit est perçu comme la solution aux problèmes liés à la stagnation du revenu réel médian et l’approfondissement des inégalités.

12L’hypothèse d’instabilité financière à la Minsky fait donc un retour remarqué car c’est l’une des rares problématiques – en compagnie des modèles d’accélérateur financier qui en ont introduit les mécanismes dans la macroéconomie standard – qui rende intelligible les conséquences de la libéralisation financière. C’est donc une seconde convergence entre post-keynésiens et régulationnistes, au point d’alimenter des formalisations originales qui tiennent compte du fait que ce sont les ménages qui ont été transformés en des spéculateurs Ponzi, ce qui introduit une dynamique originale par rapport au modèle original qui portait exclusivement sur la stratégie des entreprises (Charpe, 2009). De même lorsqu’on insère la taxonomie des stratégies financières (couverture, spéculation, Ponzi), il apparaît que la croissance peut être soit favorisée, soit hypothéquée selon la distribution des trois stratégies et le niveau du taux d’intérêt fixé par la Banque centrale (Nishi, 2011a). Ainsi à l’occasion de la crise ouverte en 2008, apparaît un programme de recherche commun aux post-keynésiens et régulationnistes (figure 2).

Figure 2 – Instabilité financière et accumulation tirée par la finance

Figure 2 – Instabilité financière et accumulation tirée par la finance

13En l’occurrence, quel est l’apport de ces derniers ? Il concerne l’usage et l’interprétation de ces modèles. Dans leur permanente querelle de légitimité par rapport à la macroéconomie standard, les post-keynésiens plaident que leurs modèles sont les bons grâce à leur supériorité théorique. Par contraste, les régulationnistes insistent sur la variété des régimes lorsque changent les paramètres, eux-mêmes reflet de l’impact de formes institutionnelles particulières sur les régularités macroéconomiques. La cohérence théorique est fondamentale, mais la pertinence des hypothèses ne l’est pas moins : quel est l’intérêt de raisonner juste sur des figures fausses, si ce n’est la certitude de se tromper à tout coup ! L’approche de la régulation appelle à une confrontation permanente avec les données de l’observation et invite à changer certaines hypothèses – adjointes ou techniques au sein d’une même théorie – si le modèle en dérive des conclusions systématiquement contredites par l’observation.

14En fait, un point de départ en vue de réconcilier ces deux approches consiste à se demander si certains modèles emblématiques du courant postkeynésien (Lavoie et Godley, 2001) peuvent s’appliquer tant aux États-Unis qu’en France (Clévenot, 2006). Mais il faut aussi rendre compatibles les conceptions de la dynamique économique.

4. Un rendez-vous manqué : temps historique et dynamique du capitalisme dans la lignée de Joan Robinson et Mickaël Kalecki

15Étant donné l’impact de la crise des années soixante-dix sur le cours des travaux post-keynésiens, on aurait pu anticiper que l’accent se déplace de la défense de la théorie keynésienne stricto sensu vers une analyse de la dynamique de l’accumulation, de ses blocages et de la transformation des institutions du capitalisme tant à l’échelle nationale qu’internationale. D’une part, la vision de Mickaël Kalecki du primat de l’accumulation et l’impossibilité d’un plein-emploi durable du fait du pouvoir ainsi donné aux salariés devenait notablement plus pertinente que celle de Keynes lui-même, très marquée par les caractéristiques de la crise de l’économie britannique tout au long des années trente. C’est ce que privilégie Joan Robinson dans l’article qu’elle lui consacre en 1974. D’autre part, plus généralement, ce même auteur oppose les approches en terme d’équilibre, typique de la théorie néoclassique, à la compréhension des processus historiques : « dès que l’on admet que c’est l’incertitude des anticipations qui guide les comportements économiques, l’équilibre perd sa pertinence et l’histoire prend sa place » (Robinson, 1974, p. 1). Cette critique s’adresse à la théorie walrasienne… ce qui ne l’empêchera pas deux décennies plus tard d’envahir la macroéconomie avec les modèles de cycle réel (RBC) puis ceux dynamiques stochastiques d’équilibre général (DSGE)… au point de rendre impossible, donc incompréhensible la crise des subprimes !

16Hélas de leur côté, rares sont les post-keynésiens qui ont pris au sérieux l’introduction de l’histoire dans la théorie macroéconomique. Certes la controverse sur la mesure du capital a montré que les fonctions de production estimées sur données historiques, loin de dériver de contraintes technologiques ne faisaient qu’exprimer les interactions entre accumulation, changement technique et croissance. Pourtant il aurait été fondamental de réfléchir sur les changements institutionnels de l’après seconde guerre mondiale, qui éloignent les économies britannique et américaine de la configuration de l’entre-deux-guerres : plein usage de la monnaie de crédit, institutionnalisation des droits des salariés, initialement forte socialisation de l’investissement et encadrement de la finance au niveau national et international. Or au sein même de la problématique de la Théorie générale, ces institutions et formes d’organisation vont jouer un rôle déterminant dans la réduction de l’incertitude à laquelle font face entrepreneurs et investisseurs. Alors que, laissés à eux-mêmes, les agents vont former des anticipations conduisant à une instabilité intrinsèque des marchés financiers, la médiation d’institutions et de politiques peut aider à la canalisation de ces forces déstabilisatrices (Shackle, 1974). Or tel est le fondement du renouveau des théories institutionnalistes modernes (École des Conventions, 1989 ; North, 1990 ; Aoki, 2002) : conventions, organisations et institutions canalisent les anticipations et participent à la coordination économique tout autant que les marchés dont elles peuvent contrecarrer les failles. Rétrospectivement, il est dommage que les post-keynésiens ne se soient pas emparés de cette dialectique entre incertitude et institutions, car ainsi ils auraient, peut-être, pu couper court à la contre révolution des anticipations rationnelles. Arguant, à juste titre, que si les politiques économiques et règles du jeu changent, les agents économiques adaptent leur comportement, Robert Lucas (1983) a en fait réintroduit une macroéconomie pré-keynésienne, fondée sur un usage abusif de la théorie walrasienne puisque bâtie sur une économie à un seul agent représentatif qui optimise son comportement sur un horizon intertemporel.

17Mais Joan Robinson, dans ses derniers écrits, a aussi souligné une autre historicité des économies capitalistes : à peine les théoriciens ont-ils fini de comprendre les ressorts et conditions d’un régime de croissance que ce dernier entre en crise et remet en chantier leurs efforts d’intelligibilité des économies contemporaines. Ce n’est autre que l’axe central des recherches régulationnistes : il n’est pas de régime d’accumulation doté de stabilité structurelle à long terme, car les crises, d’inégale gravité, sont l’expression même de la logique de ce mode de production, le capitalisme. Ainsi, non seulement peut-on concevoir et observer divers de ces régimes à un moment donné du temps, mais encore chacun d’entre eux est porteur de crises cycliques et surtout de grandes crises spécifiques.

18Nombre de post-keynésiens sont tentés de considérer qu’il est hors d’atteinte de pouvoir formaliser ces processus historiques. Certains régulationnistes furent plus audacieux et ont proposé des formalisations expliquant, dans le même cadre analytique et sans référence à un quelconque choc exogène, des fluctuations régulières le long d’un sentier de croissance puis un brutal basculement de l’économie vers un sentier différent (Lordon, 1997b). Une telle discontinuité est conforme aux observations historiques portant sur les grandes crises de 1929, celle ouverte en 1973, puis la grande surprise que fut pour les tenants de la macroéconomie standard, l’effondrement du système financier américain en septembre 2008. Pourtant, une partie de la profession continue à invoquer une série de perturbations venues d’ailleurs : brutal appât du gain et perte de moralité de Wall Street, chute de la productivité dans l’immobilier, vague d’irrationalités de la part des emprunteurs. Le primat de l’hypothèse d’efficacité des marchés et de leur stabilité intrinsèque, a conduit à l’impasse la macroéconomie contemporaine.

19C’est la circonstance idéale d’une conjonction des recherches post-keynésiennes et régulationnistes autour de la construction de modèles formalisant ces processus endogènes de déstabilisation d’une configuration institutionnelle (figure 3). La prise en compte des changements structurels est certes présente dans certains travaux post-keynésiens mais elle est associée à la recherche de sentiers de croissance stables à long terme garantissant le plein-emploi (Pasinetti, 1981). Or Kalecki et Goodwin s’accordent à reconnaître que ceci est contradictoire avec la logique et les incitations que véhicule un régime capitaliste. Une hybridation de ces deux programmes de recherche est donc possible (Lavoie, 1992 ; Lavoie et Godley, 2001) et l’intérêt d’un tel projet devrait être renforcé par les enseignements de la crise ouverte en 2008 (Setterfield, 2011) :

  • dans les capitalismes dominés par la finance, forte et stable croissance puis effondrement brutal avant que s’avèrent nécessaires des interventions publiques massives ;

  • incertitude radicale quant aux réformes permettant de réduire un chômage devenu structurel ;

  • forte différenciation des trajectoires nationales…

20Irréversibilité et non ergodicité des systèmes économiques doivent donc être prises en compte par les théories et les post-keynésiens sont parties prenantes dans cette réévaluation (Asensio et Lang, 2010).

Figure 3 – Un rendez-vous manqué, mais des chantiers futurs. L’endométabolisme des régulationnistes comme prolongement de l’historicité des régimes de croissance de Joan Robinson

Figure 3 – Un rendez-vous manqué, mais des chantiers futurs. L’endométabolisme des régulationnistes comme prolongement de l’historicité des régimes de croissance de Joan Robinson

5. Les modèles stock-flux : un outil commun d’analyse de la transmission de la politique monétaire et de la soutenabilité de l’économie mondiale et de l’Union européenne

21Les macroéconomistes post-keynésiens ont été des précurseurs dans l’étude de ces trois questions, en rupture avec les impasses de la théorie standard.

  • En effet, dans la nouvelle économie classique, les formalisateurs s’affranchissent volontiers de la prise en compte de l’ensemble des contraintes comptables régissant les comptes d’agents et les équilibres par catégorie d’opérations, d’où dans certains cas des modèles incohérents d’un strict point de vue comptable et des implications de la loi de Walras.

  • De plus, les théoriciens raisonnent sur des modèles formulés en flux, car à l’exception de la masse monétaire, aucune variable de stock, de capital productif ou d’actifs financiers n’est formalisée. Dès lors, une succession d’équilibres de flux peut dissimuler l’accumulation de déséquilibres des stocks, par exemple en matière d’endettement privé ou public.

  •  Enfin, par facilité ou parce que l’on raisonne sur une économie américaine idéalisée (celle des années soixante, les enseignements majeurs de la macroéconomie concernent une économie fermée ou en tout état de cause nullement contrainte par son insertion internationale.

22On doit aux travaux du département d’économie appliquée de l’université de Cambridge d’avoir développé, de longue date, une alternative beaucoup plus satisfaisante, inspirée par la tradition keynésienne.

  • Ainsi a été affirmée, comme dans la tradition française de modélisation macroéconomique à partir des comptes nationaux, la nécessité d’un système comptable complet, car les contraintes correspondantes sont essentielles dans toute analyse appliquée (Godley et Cripps, 1983). Qu’on songe à la contrainte qui régit déficit public, déficit extérieur et épargne des agents privés domestiques, essentielle pour comprendre par exemple la configuration actuelle des économies américaine et européennes depuis 2008 comme celle du Japon de la décennie perdue (Koo, 2009).

  • La seconde contribution met en avant l’évolution des stocks associés à un équilibre des flux et ses conséquences pour la soutenabilité à long terme d’une politique économique. Ainsi Wynne Godley avait détecté l’existence d’un ratio, stock net actifs financiers des ménages/revenu disponible, constant en longue période. Lorsque les ménages américains s’endettent massivement et cumulativement à partir de 1995, se nourrissent les deux crises financières liées à l’éclatement de la bulle financière puis celle des subprimes (Shaikh, 2011, p. 9).

  • Enfin, il est remarquable que, dès les années soixante-dix, les économistes cambridgiens aient construit des modèles appliqués dans lesquels interagissent les grandes zones de l’économie mondiale ou/et quelques grands pays. Ils ont pour mérite d’expliciter les effets de renforcement tant des politiques expansionnistes que des mesures d’austérité, caractéristiques précieuses à une époque où se généralisent de telles politiques à l’échelle européenne.

23C’est cette dernière propriété qui a retenu l’attention des régulationnistes lorsqu’ils ont pris conscience de l’importance croissante qu’avait l’intégration européenne sur la nature des ajustements domestiques (Boyer, 2000b ; Mazier et Saglio, 2004 ; 2008). La construction des modèles stock-flux a permis une formulation précise des déséquilibres qui menacent l’Union européenne au sens où l’intégration financière n’apparaît pas comme un substitut suffisant à l’absence de mécanismes budgétaires organisant des transferts entre pays dont la balance commerciale est excédentaire en direction de ceux où elle est déficitaire (Duwicquet, 2010 ; Duwicquet et Mazier, 2010). Mais ces déséquilibres s’observent aussi au sein de l’Asie (Mazier et al., 2008) et plus encore au niveau de l’économie mondiale dans son ensemble (Mazier et Gnanonobodom, 2010 ; 2011). On peut alors s’interroger si les variations des taux de change vont dans le sens d’un rééquilibrage des dynamiques divergentes de stock des actifs privés et publics (Gnanonobodom, 2010).

24Des économistes régulationnistes ont utilisé des modèles stock-flux pour s’interroger sur la viabilité du régime d’accumulation américain tiré par la finance et sa possibilité d’acclimatation au contexte institutionnel français (Clévenot, 2006 ; Guy et al., 2010). Pour leur part, divers chercheurs hétérodoxes français ont approfondi le chantier ouvert par leurs collègues cambridgiens (en particulier Godley, 1999) ou canadiens (Lavoie, 1992 ; Lavoie et Godley, 2001) pour développer des analyses originales des mécanismes de transmission de la politique monétaire dans des modèles stock-flux incorporant une formalisation détaillée des banques commerciales (Mouakil, 2006 ; Le Héron, 2007 ; Le Héron et Mouakil, 2008).

25C’est sans doute l’un des chantiers prometteur où pourraient collaborer économistes post-keynésiens et régulationnistes, autour d’un outil de modélisation commun. Mais il importe sans doute de surmonter quelques divergences en matière méthodologique et épistémologique.

6. Des différences d’approche : incompatibilité ou possible complémentarité ?

26À la lumière de cette brève rétrospective, comment expliquer le faible nombre de ces rencontres entre post-keynésiens et régulationnistes alors qu’ils partagent un même objectif : construire un cadre analytique qui rende compte des évolutions observées depuis les années soixante-dix, soit autant d’anomalies pour la macroéconomie standard qui s’est éloignée de la révolution keynésienne. Le bilan est contrasté (tableau 1).

Tableau 1 – Quel degré de compatibilité entre deux programmes de recherche ?

Programme :

Caractéristiques :

Post-keynésien

Régulationniste


1. Épistémologie

Implicite / Explicite

D’une approche implicite à la Kuhn (le paradigme keynésien est une alternative à la théorie standard) à un réalisme critique à la Lawson

D’un certain positivisme à une approche constructiviste (Palombarini)

2. Méthodologie

  • Modélisation

  • Principalement à visée théorique

  • À la fois théorique et appliquée

  • Nature de la preuve

  • Conformité avec les faits stylisés et calibration

  • Pertinence des hypothèses, conformité avec les faits stylisés, tests économétriques

  • Relation avec les autres sciences sociales

  • Peu de relation explicite

  • Imbrication de l’économie dans les sciences sociales (histoire, politique, sociologie)

3. Conception du temps

  • Plutôt cinématique ou historique faible même si hystérèse

  • Superposition de diverses échelles de temps (économique et institutionnel). Historicité forte des régimes économiques

4. Conception de la politique économique

  • Vision

  • Essentielle à la stabilisation macroéconomique

  • Le complément à une architecture institutionnelle, non son fondement

  • Action sur la demande ?

  • Nécessaire car la demande effective s’écarte de celle de plein-emploi

  • Partie intégrante d’un régime d’accumulation

  • Choix entre budget et monnaie

  • Lors des dépressions, trappe à liquidité donc nécessitée d’une action par le budget

  • Leur efficacité relative varie selon le mode de régulation

  • Rôle des réformes institutionnelles

  • Rarement mentionnée, sauf pour le système international

  • Déterminant dans les grandes crises pour réajuster la compatibilité des formes institutionnelles

  • Relation avec le pouvoir politique

  • Persuader les politiques de la justesse de la théorie post-keynésienne donc des mesures qu’elle propose

  • Comprendre les processus sociaux qui façonnent les politiques économiques

6. 1. Postulats épistémologiques : une sensible convergence

27La question est centrale, tant les errements des modèles de type RBC et DSGE manifestèrent la faiblesse épistémologique de ce courant qui use et abuse de la facilité du « comme si » pour imposer un modèle normatif affranchi de toute réfutation. En effet, calibration des paramètres et réduction de la dynamique économétrique à des chocs exogènes l’affranchissent en fait du critère poppérien de falsification qui, au sortir de la seconde guerre mondiale, faisait, en théorie, de l’analyse économique la plus avancée des sciences sociales.

28La première génération des auteurs post-keynésiens donne à l’observateur extérieur l’impression que pour eux la publication de la Théorie générale est le moment d’une rupture épistémologique. Or ce texte est loin de présenter un paradigme unique comme en témoigne la diversité des modélisations qui en ont été dérivées : réintégration dans la synthèse du schéma IS/LM, économie du déséquilibre de Clower à Benassy, irréductibilité de l’incertitude à la Schakle, modèle d’instabilité financière à la suite de Minsky, théorie de l’économie monétaire de production, sans oublier son prolongement en matière de croissance (Harrod, Domar et Kaldor) et une possible convergence avec Kalecki et l’accent mis sur la dynamique de l’accumulation sous l’impulsion de Joan Robinson. En conséquence, les successeurs de Keynes n’ont pu opposer à l’invasion de la macroéconomie par la théorie walrasienne l’équivalent des modèles RBC puis DSGE, d’autant plus que certains de ces derniers se présentaient comme une « généralisation » du modèle IS/LM. Selon une autre interprétation, ces modèles appartiennent bien au même paradigme au sens de Thomas Kuhn (1962) mais les keynésiens n’ont pas su, ou pu, en convaincre les politiciens qui au contraire sont tombés sous le charme d’abord du monétarisme puis de la nouvelle théorie classique. La tâche serait donc de réaffirmer la pertinence de l’approche keynésienne. Cette thèse reprend de la vigueur après septembre 2008 : tous les gouvernements ne sont-ils pas redevenus keynésiens, au sens où ils reconnaissent la nécessité de l’outil budgétaire – ou tout au moins des stabilisateurs automatiques – pour enrayer les risques de dépression.

29En fait la seconde génération des post-keynésiens semble avoir relativisé cette conception kuhnienne, tant la ceinture protectrice des hypothèses adjointes a pleinement joué pour inciter la majorité des macroéconomistes à conserver leur paradigme walrasien, simplement amendé par des hypothèses ad hoc : toujours la rigidité des salaires, un peu d’irrationalité dans le comportement des consommateurs et de plus en plus de celle de la finance sans renoncer à l’hypothèse d’efficience (Boyer, 2010). Dans ce contexte, le réalisme critique fournit une représentation plus exacte du travail des économistes (Lawson, 2003). Réalisme car certaines propriétés économiques existent, indépendamment de la manière dont l’analyste tente d’en rendre compte. Critique puisqu’il appartient au débat de rechercher celles de ces caractéristiques qui sont pertinentes à une époque et dans une société données. Les post-keynésiens, tout au moins certains d’entre eux, semblent abandonner la prétention à une connaissance irréfutable des propriétés intrinsèques du modèle économique (Asensio et Lang, 2010).

30Or la nouvelle génération des régulationnistes converge vers une conception analogue en matière d’épistémologie économique à partir d’une position initiale marquée par un certain positivisme. En effet, l’accent mis par les tout premiers travaux sur les tests économétriques montrant la forte probabilité de la rupture du régime de croissance fordiste incitait à un certain optimisme quant à la possibilité d’élaborer une théorie plus respectueuse des données de l’observation. Non seulement les tests statistiques devaient être utilisés pour cerner le degré de viabilité du concept de fordisme, mais encore, ils pouvaient être utilisés pour falsifier la macroéconomie dominante de l’époque et plus encore les prétentions de la théorie walrasienne à se substituer à celle de Keynes.

31Trois décennies plus tard, force est de reconnaître que la nouvelle orthodoxie a résisté à la masse des « anomalies » que son application a fait apparaître : invraisemblance des paramètres retenus par la calibration des modèles, fausse exogénéité des chocs de productivité qui sont à l’origine des cycles, erreurs systématiques entre les prédictions de ces modèles et les observations qui culminent avec l’incapacité à anticiper la crise ouverte en 2008.

32Cet aggiornamento en matière épistémologique est surtout intervenu lorsque le programme de recherche régulationniste s’est préoccupé d’introduire le politique dans le cadre conceptuel initial. Une approche normative fondée sur la scientificité des modes de régulation alternatifs à celui entré en crise dans les années soixante-dix est vite apparue dénuée de sens, puisque ce n’était que répéter, en l’aggravant, l’illusion des keynésiens concernant leur nécessaire victoire en matière de politique économique compte tenu de la supériorité de leur paradigme ! Il est apparu beaucoup plus réaliste et fructueux de souligner : « le caractère construit de la compréhension scientifique, l’incommensurabilité des logiques qui soutiennent le discours théorique et le discours politique […]. La compréhension de l’existant, c’est-à-dire sa mise en forme rationnelle, est le but ultime de l’activité scientifique […]. Elle suppose une fracture définitive entre le moment de compréhension théorique du réel (possible seulement ex post) et le moment de l’action politique. » (Palombarini, 1999, p. 97)

33Ce point d’accord est donc une bonne nouvelle quant à la possibilité de bâtir des collaborations, mais se présentent alors d’autres difficultés à un autre niveau.

6. 2. Rendre compte des processus historiques ou recherche d’une nouvelle Théorie générale ?

34En matière de stratégie de recherche, les post-keynésiens, semble-t-il, misent beaucoup sur la construction théorique, dont la cohérence et la puissance sont supposées éclairer de façon pertinente les problèmes macroéconomiques contemporains. Celle des régulationnistes, depuis deux décennies, a visé à accumuler des études historiques de longue période et des comparaisons internationales afin d’élargir la gamme des régimes économiques, bien au-delà de l’opposition entre régulation concurrentielle / régulation administrée, ou entre accumulation extensive et intensive. Les concepts de base sont révisés à la lumière de ces résultats, de nouveaux sont introduits et la liste des facteurs et mécanismes qui contribuent à la cohérence d’un mode de développement ne cesse de s’allonger et la taxonomie des architectures institutionnelles de s’étendre. Pour ne prendre que cet exemple, la dynamique de l’économie chinoise depuis 1978 oblige à réexaminer sérieusement la possibilité d’une accumulation et d’un régime de croissance dans lequel c’est la concurrence qui est la forme institutionnelle dominante… et pourtant ce n’est en rien la répétition d’un épisode équivalent d’industrialisation intervenu en Europe à l’époque du capitalisme concurrentiel (Boyer, 2011a). Quitte à simplifier, donc à caricaturer, les post-keynésiens avancent par la théorie, les régulationnistes par l’analyse historique et comparative. C’est pour l’instant l’explication de la relative autonomie de leurs trajectoires de recherche respectives. Ce pourrait être la source de complémentarité, dès lors que les deux communautés accepteraient de collaborer sur un projet précis donc s’obligeraient à discuter de leurs résultats et perspectives. Par exemple répondre à la question : « quelle(s) théorie(s) et formalisations après la crise des subprimes ? » Ce serait l’occasion pour les post-keynésiens de confronter leurs divers modèles à l’ensemble des faits stylisés caractéristiques des trois dernières décennies, pour les régulationnistes de faire le point sur le cœur de leur théorie macroéconomique.

35Pour autant se pose une seconde question méthodologique à laquelle les deux camps apportent des réponses différentes. Est-il de bonne méthode d’expliquer l’économie par l’économique, donc de clore la discipline sur elle-même et de considérer comme exogènes la technique, la démographie, les normes sociales et le politique ? La pratique des post-keynésiens suggère qu’une telle conception ne fait pas problème puisqu’au contraire elle permet de s’opposer à l’économie standard et de construire une alternative. Par contraste, dès l’origine les approches de la régulation l’ont critiquée en montrant qu’elle ignorait ainsi les acquis de l’histoire économique, de la sociologie, le droit et les analyses politiques qui doivent informer l’économiste dans le choix de ses hypothèses les plus essentielles… tout au moins s’il entend privilégier la pertinence, fut-ce au détriment de l’élégance et de la parcimonie (Boyer et Saillard, 1995 ; 2002). Le fossé est-il infranchissable ? Sans doute si l’on suit les lignes de force qui, à l’échelle internationale, structurent le champ professionnel des économistes. Peut-être pas si l’on fait retour à Keynes : n’était-il pas l’observateur – et parfois l’acteur – des changements majeurs consécutifs à la première guerre mondiale ? Il est une lecture historique de la Théorie générale, celle que fournit son dernier chapitre : non seulement la construction de Pigou est théoriquement incorrecte dans son traitement de la monnaie, du travail et l’adoption de la loi de Say, mais manifeste un écart grandissant avec ce que sont devenues les structures du capitalisme sous l’effet de la concentration, du poids de la finance dans les décisions d’investissement, du changement dans les relations du travail sous l’effet de la syndicalisation (Boyer, 1985). Il importe donc de réexaminer quelles sont ces conditions dans le capitalisme et d’en tenir compte dans tout effort de théorisation. Établir un diagnostic partagé en la matière pourrait s’avérer fructueux et pas si difficile si on lit entre les lignes la représentation que les post-keynésiens ont du capitalisme contemporain.

6. 3. Les grandes crises : innovations institutionnelles et pas seulement réaffirmation des politiques keynésiennes

36Toute théorie macroéconomique a des implications concernant les objectifs et outils de la politique économique. C’est tout spécialement le cas pour les keynésiens et post-keynésiens dont les analyses montrent comment les marchés, laissés à eux-mêmes, conduisent au chômage involontaire et/ou à l’instabilité financière. La politique économique est donc cruciale : ce n’est donc pas toujours une interférence préjudiciable à l’efficacité économique, contrairement à ce qu’affirme la nouvelle théorie classique. Pour leur part, les approches régulationnistes reconnaissent cette instabilité, mais elle provient du processus d’accumulation du capital, tant productif que financier. Elle ne peut-être contenue, tout au moins pendant un temps, que pour certaines architectures institutionnelles combinant des formes spécifiques pour la concurrence, le rapport salarial, le régime monétaire et financier. Les relations État-économie font partie de ces conditions mais leur rôle n’est pas exclusif. L’écart par rapport aux préceptes keynésiens se mesure pour chacune des grandes périodes qui se succèdent depuis la crise des années trente.

  • La tradition keynésienne considère ainsi que la profondeur de la dépression américaine observée de 1929 à 1932 tient à des erreurs manifestes dans la conduite de la politique économique : tentatives désespérées de réduire les déficits publics et politiques monétaires trop restrictives. Les recherches régulationnistes mettent plutôt en avant la contradiction inhérente à un régime d’accumulation intensive fondée sur la production de masse sans mouvement équivalent de la consommation. À son tour, ce déséquilibre structurel dérive de l’incohérence entre une révolution des conditions sociales et techniques de production et un rapport salarial demeuré concurrentiel. En effet, alors que le salariat devient majoritaire, sa consommation demeure en ligne avec la croissance passée, modérée, du revenu dans le même temps où explose la production. Une telle divergence explosive – qui se manifeste par un niveau très élevé du taux de profit – n’étant pas soutenable, elle n’aurait donc pas pu être compensée par un surcroît de dépense publique… sauf à imaginer par exemple la marche vers une économie de guerre comme ce fut le cas en Allemagne sous le Troisième Reich. En tout état de cause, une reconfiguration institutionnelle s’imposait pour que l’économie américaine retrouve un sentier de croissance durable.

  • C’est ce qui intervient à la faveur du New Deal et des réformes entreprises à l’issue de la seconde guerre mondiale. Le pouvoir accordé aux salariés de négocier des conventions collectives institue une remarquable déconnexion du salaire par rapport à la situation du « marché de l’emploi », c’est-à-dire du chômage. Cela garantit ainsi une synchronisation ex-ante entre extension des capacités de production et formation de la demande, tirée par la consommation des salariés. Dès lors que ce moteur du régime d’accumulation fordien est lancé, politiques monétaire et budgétaire viennent lisser les évolutions macroéconomiques, accélérant le tempo en cas de récession, le ralentissant lorsque pointe l’inflation. L’adoption par tous les gouvernements – quelle que soit leur orientation politique – des principes keynésiens vient couronner une architecture institutionnelle née d’un compromis sociopolitique fondateur. Selon les approches, cette configuration est qualifiée d’économie mixte (si on insiste sur les relations privé/public ; Shonfield, 1967), d’État social lorsque l’on met en avant le rôle déterminant de la couverture sociale (Billaudot, 2008) et bien sûr d’État keynésien lorsque l’on entend insister sur le rôle déterminant de la politique économique pour stabiliser l’économie. Pour le courant régulationniste, c’est l’ensemble de ces caractéristiques qui fit la cohérence du régime de l’après guerre : il fut à la fois fordien, beveridgien ou bismarkien (selon que la couverture sociale est financée par l’impôt ou les cotisations sociales) et finalement keynésien quant à la conduite de la politique économique.

  • Cette caractérisation implique des analyses de la crise ouverte en 2008 qui ne sont pas nécessairement convergentes entre post-keynésiens et régulationnistes. Pour ces derniers, s’est ouverte une période de recomposition de l’ensemble des formes institutionnelles car les régimes d’accumulation tirée par la finance sont arrivés à leurs limites. L’impasse correspondante ne tient pas seulement à l’abandon des principes keynésiens. Trois épisodes plaident en faveur de la relativisation de l’impact des politiques économiques entendues au sens strict face à une grande crise au sens des approches de la régulation. Dans les années quatre-vingt, les gouvernements qui ont persévéré dans les politiques de relance en vue d’enrayer la crise des régimes de l’après seconde guerre mondiale, ont finalement été contraints de les abandonner : le keynésianisme dans un pays ouvert à la concurrence internationale et dont le système productif est fragile conduit à l’échec comme le montre l’expérience française de 1981 à 1983. La même leçon s’impose face à l’échec des tentatives, répétées sur près de deux décennies, des autorités japonaises pour relancer l’économie par la dépense publique : seul le dynamisme des exportations a évité l’effondrement de la croissance et qu’un endettement public cumulatif ne vienne hypothéquer la crédibilité du Yen. User et abuser de l’accélérateur ne sauraient compenser les fragilités du moteur de la croissance nippone. Cependant l’exemple le plus significatif est américain : après septembre 2008, les stabilisateurs automatiques et la réduction de la fiscalité et l’abondance des liquidités ont certes enrayé, dès le printemps 2009, une possible dépression, mais cette implication massive des pouvoirs publics n’a pas permis au secteur privé de retrouver le chemin de l’investissement et de la croissance : les profits atteignent à nouveau des niveaux élevés mais le dynamisme de la demande tarde. On aura reconnu ce que les théoriciens des Social Structures of Accumulation (SSA) appellent un cycle non reproductif… et les régulationnistes, une grande crise. Face à un tel épisode, certes mieux vaut être adepte des principes keynésiens que de ceux de la macroéconomie walrasienne mais la conduite de la politique monétaire et budgétaire est loin d’être un substitut efficace à une recomposition d’ensemble des formes institutionnelles.

37Ainsi cette divergence d’analyse, et par voie de conséquence en matière de conseil de politique économique, renvoie d’abord à la question de l’incorporation des institutions dans la macroéconomie. Si les post-keynésiens entendent fournir une théorie qui transcende les configurations institutionnelles (Pasinetti, 1981), le dialogue avec le courant régulationniste est a priori difficile. Ensuite et surtout, peut-on légitimement assimiler la crise de 1929 et celle de 2008 comme un cycle, simplement plus marqué que ceux que l’on observe au sein d’un mode de régulation stabilisé ? Pour l’approche en termes d’endométabolisme il s’agit au contraire d’une discontinuité qui marque une bifurcation dans le sentier d’évolution. Or rares sont les modèles post-keynésiens qui manifestent cette propriété. Peut-on concevoir que s’ouvre un chantier pour produire de telles formalisations au sein même du paradigme keynésien ? Certains des travaux, fort anciens, suggérant l’existence de non-linéarités dans les comportements d’investissement et d’épargne peuvent servir de support à la recherche de bifurcations, donc rendre compte de la spécificité des dépressions, par contraste avec les récessions modérées qui opèrent au voisinage d’un sentier (Kaldor, 1940).

6. 4. Pouvoir de persuasion ou compréhension des processus politiques de formation de la politique économique ?

38L’économiste peut-il et doit-il être normatif et se prévaloir de la spécificité de ses recherches pour devenir le conseiller du prince ? Ce point a déjà été abordé dans la discussion des problèmes épistémologiques soulevés, dans le courant régulationniste, par l’introduction du politique. En conformité avec une approche réaliste, il faut s’interroger sur le processus qui conduit de la construction d’une théorie à ses effets sociaux éventuels. Or revient au galop la tentation chère à l’économiste théoricien : sa construction est trop cohérente pour ne pas représenter un pan important du monde économique. Seuls les préjugés, l’héritage des théories depuis longtemps obsolètes et la trop grande nouveauté d’une découverte, interdisent aux acteurs de s’en emparer et d’en tenir compte. C’était déjà la position qu’exprimait Keynes dans les conclusions de la Théorie générale. Or l’avancée de la sociologie des sciences ouvre une tout autre perspective : la nature de l’insertion des économistes dans la société détermine, dans une large mesure, la direction de leurs efforts et le type de diffusion de leurs travaux auprès des acteurs. Les configurations correspondantes évoluent en longue période comme le montre la trajectoire française de 1815 à 1950 (Le Van-Lemesle, 2004) et elles peuvent différer notablement selon les sociétés comme l’explicite une comparaison entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France depuis 1890 (Fourcade, 2010).

39C’est à un tel programme de recherche que divers régulationnistes se sont attachés. D’abord en construisant une topologie générale du social dans laquelle monnaie, droit et intellectualité sont les trois médiations de base qui peuvent se concrétiser en différentes configurations dotées d’une certaine cohérence (Théret, 1999), ensuite en montrant combien une même politique peut recevoir de multiples et successives justifications et que le cognitif – en l’occurrence la diversité des représentations de l’économie – débouche sur une question de pouvoir tout particulièrement en matière de politique économique (Lordon, 1997a). Il faut donc prendre au sérieux la structuration du champ politique, son degré de réactivité aux demandes des citoyens et divers groupes d’intérêt, car telle peut-être l’origine de crises tant politiques qu’économiques (Palombarini, 2001 ; Amable et Palombarini, 2005 ; 2009). Réciproquement les grandes crises ne sont pas surmontées par la mise en œuvre d’un plan rationnel et cohérent, mais à travers un processus de réajustement des relations de pouvoir qui traversent tout autant l’économique que le politique. La crise ouverte en 2008 ne fait pas exception (Boyer, 2011b).

40Quelles conséquences tirer de cette confrontation entre deux styles et deux programmes de recherche ?

7. Vers de possibles coopérations…

41Si l’on tire des développements précédents l’impression d’une compatibilité, voire d’une complémentarité souhaitable entre eux, on peut proposer quelques-uns des chantiers suivants.

7. 1. Prendre au sérieux le rôle des institutions dans les coordinations entre acteurs donc la macroéconomie

42Dès lors que l’on renonce à la vision des marchés auto-institués, puis autorégulés et que l’on prend en compte les déséquilibres impulsés par l’accumulation et l’innovation, il faut s’interroger sur les mécanismes susceptibles de contrebalancer ces instabilités récurrentes. Une longue tradition théorique depuis Commons et Veblen répond que tel est le rôle des règles du jeu, normes sociales, organisations et institutions. C’est finalement ce qu’a introduit dans les analyses d’inspiration marxiste, la macroéconomie historique et institutionnaliste de l’approche régulationniste (Boyer et Saillard, 1995). Le courant post-keynésien est-il prêt à examiner cette option ou préfère-t-il, par commodité, se confronter à la macroéconomie standard en continuant de feindre que les institutions n’ont pas ou peu de rôle, ou en pensant que l’on peut obtenir nombre de résultats génériques, c’est-à-dire indépendants du contexte historique.

43Ce serait oublier que les règles du jeu et les institutions jouent un rôle déterminant dans la réduction de l’incertitude qui est au cœur de la décision d’investissement, tout particulièrement à l’époque de la financiarisation. Alors que la prévalence d’une incertitude radicale paralyse l’activité (Shackle, 1974), la convention financière et toutes les formes institutionnelles qui encadrent les décisions individuelles la convertissent en un risque beaucoup plus maitrisable car quantifiable, conformément à une opposition trop longtemps négligée par les macro-économistes (Knight, 1921) Ainsi peut-on concevoir l’émergence de régularités au plan macroéconomique que la modélisation a pour tâche de détecter. De ce fait, les instabilités typiques du capitalisme n’ont pas vocation à être résorbées par la seule politique économique, mais aussi et surtout par la recherche d’une architecture institutionnelle, un temps cohérente dans sa capacité à encadrer l’accumulation. Ainsi s’expliquent par exemple les performances de l’économie allemande : la qualité des règles de coordination hors marché y est beaucoup plus déterminante que l’adhésion aux principes keynésiens qui semblent n’avoir jamais été dominants (Boyer, 2011c).

44À un niveau plus théorique encore, le traitement des interactions entre agents est une étape nécessaire de tout passage du micro au macro et réciproquement. Par exemple, la formation des salaires est travaillée dans la théorie standard, comme keynésienne, par la question de la rationalité des anticipations d’inflation, de leur formation comme de leur incorporation, d’où de possibles changements de la forme des relations de Phillips (Palley, 2011). Or, on peut aussi montrer que, selon le degré de coordination respective des entrepreneurs et des salariés, leur forme change radicalement (Bowles et Boyer, 1988). Pourquoi ne pas confronter ces deux approches au sein d’une recherche conjointe ?

7. 2. Tester systématiquement le pouvoir explicatif des diverses générations de modèles théoriques et organiser ainsi leur sélection

45Le propos n’est pas de réitérer l’illusion positiviste selon laquelle la permanente réfutation des théories, devrait converger vers la détection du « vrai modèle de l’économie ». C’est exclu si l’on adopte une épistémologie réaliste critique pour laquelle peuvent coexister des représentations incommensurables d’un même système économique. Par contre, il est important de réhabiliter le critère de pertinence par rapport à celui de cohérence dans la recherche en macroéconomie : élégance et parcimonie ne sauraient justifier la persistance de théories et modèles incapables de reproduire le moindre fait stylisé et dont l’irréalisme des hypothèses et des conclusions est encore plus patent face à la crise ouverte en 2008 (Krugman, 2009).

46Il est donc de l’intérêt de tout programme de recherche de détecter ceux des sentiers qui mènent à une impasse et reporter ses efforts sur les avenues dont une première exploration a montré la richesse des perspectives. Sans entretenir pour autant l’illusion que ce processus suffira à dissoudre les différences de paradigme. Une large fraction de la trajectoire intellectuelle du courant régulationniste s’explique ainsi : invalidation de la généralité du régime fordiste, réévaluation drastique de l’hypothèse d’un retour à une régulation concurrentielle, réfutation de la vision qui fait de la globalisation le vecteur de la convergence des capitalismes, ou encore mise en cause de la croyance en l’efficience des marchés financiers et de la viabilité d’une finance totalement déréglementée.

47Pourrait-on imaginer que le riche courant post-keynésien procède à une réévaluation du même type, afin de pouvoir confronter ses résultats à ceux que, dans le passé, les régulationnistes ont tenté à travers diverses recherches puis publications collectives ?

7. 3. Enrichir les mécanismes keynésiens pour mieux cerner la dynamique macroéconomique

48Si le principe de la demande effective est central, il ne saurait, à lui seul, résumer l’ensemble des feedbacks, positifs et négatifs, qui régissent la dynamique d’économies dans lesquelles les marchés financiers occupent une place centrale. À cet égard les enchaînements postérieurs à la faillite de Lehman Brothers montrent la force de la spirale qui lie excès d’endettement, vente de détresse et déflation dans la ligne du modèle d’Irving Fisher (1933), d’autant plus qu’elle se répercute du marché des produits à celui des actifs financiers et vice versa. De même, les effets de richesse, immobilière comme financière, ont façonné le partage consommation / épargne des ménages, d’autant plus que les contraintes à l’octroi de crédit s’étaient considérablement relâchées. De même, les effets de réverbération entre marchés de l’immobilier, du crédit et la bourse doivent être pris en compte car leur conjonction peut faire franchir à l’économie le seuil d’instabilité structurelle (Boyer, Dehove, Plihon, 2004).

49S’ouvre donc un programme de recherche visant à une formalisation réaliste des marchés financiers et de leurs interactions avec l’économie réelle (Chiarella et al., 2009). Mais il ne faudrait pas pour autant négliger les mécanismes classiques (Flaschel et al., 1997) et marxiens (Duménil et Lévy, 1993 ; 2002) qui gouvernent la distribution des revenus et l’accumulation du capital productif. Mais c’est sans nul doute reposer, à la lumière de la crise actuelle, la question des analyses croisées qu’en fournissent les courants marxistes et keynésiens, thème déjà exploré lors de la crise des années trente (Baran et Sweezy, 1969) puis celle des années soixante-dix (Duménil, 1977). Compte tenu des origines des approches de la régulation, croisement d’une filiation marxiste critique, de l’école historique des Annales et des outils de la macroéconomie kaleckienne et keynésienne, une telle extension n’est pas hors d’atteinte.

7. 4. Associer à tout modèle une dynamique lente susceptible d’éroder sa stabilité structurelle

50Autant Keynes était préoccupé par la formation d’un équilibre de court terme dont la succession finissait par définir ex post une trajectoire, autant l’adoption par les macroéconomistes contemporains de la double hypothèse de marchés walrasiens et d’anticipations rationnelles a imposé que tout modèle doit exhiber un équilibre de long terme doté de stabilité. Si de plus on procède à la linéarisation le long d’un tel sentier, seuls des chocs exogènes – technologiques, monétaires, financiers – peuvent transitoirement perturber cette évolution régulière. Fidèles à cette pratique et ce credo, certains économistes persistent et signent : la crise ouverte en 2008 ne provient que d’un choc exogène et négatif de la productivité du secteur immobilier américain (Minford, 2009).

51À leur manière, certains post-keynésiens sont sensibles au fait qu’un modèle, pour être satisfaisant, doit avoir des propriétés, de long terme, asymptotiques telles qu’existe un sentier stable de long terme. Cette méthodologie rigoureuse est bienvenue pour les modèles dits « Stock-Flow-Consistent » (SFC) car ils cernent ainsi des contraintes importantes pesant sur les ajustements monétaires et financiers (Godley et Cripps, 1983 ; Godley et Lavoie, 2007). Mais si l’on contraint ainsi les paramètres du modèle, par construction nulle crise financière ne peut intervenir. La proposition tirée des analyses en termes d’endométabolisme serait de compléter cette première étape par deux autres. D’abord, compte tenu de certaines non-linéarités, le modèle peut-il présenter plusieurs sentiers d’évolution ? Ensuite, si tel est le cas, peut-on formuler une hypothèse quant à une lente évolution de certains paramètres susceptible d’introduire une brutale discontinuité des variables macroéconomiques du fait du basculement d’un sentier à l’autre ?

52Ce serait une façon d’introduire dans les théorisations post-keynésiennes la notion de grande crise et l’idée que, dans certaines configurations, un changement, a priori marginal, est susceptible d’avoir de grandes conséquences. C’est spécialement pertinent concernant la genèse des crises financières, en particulier boursières. En effet des modèles formalisant les interactions entre agents hétérogènes sur des marchés financiers peuvent sans difficulté reproduire une phase d’emballement se propageant par mimétisme puis de brutal effondrement (Sornette, 2003). Ainsi une série de transformations marginales peuvent déboucher sur une bifurcation, antidote à la pratique de la macroéconomie standard qui continue à invoquer des chocs exceptionnels, venus d’ailleurs, pour rendre compte des crises.

Conclusion : des obstacles institutionnels à surmonter

53Vaste programme ! A-t-il quelques chances d’être poursuivi, au moins pour partie ? Une appréciation réaliste s’impose car pourquoi seraient aujourd’hui possibles des collaborations qui, par le passé, n’ont été qu’épisodiques et sans grand impact sur chacun des deux programmes de recherche ?

  • Tout d’abord, dans l’ordre intellectuel et au plan le plus fondamental la théorie marxienne – dont dérivent les approches de la régulation et le keynésianisme dont se réclament les post-keynésiens ne sont pas aisément intégrables dans une synthèse car les tenants de l’une et de l’autre vont polémiquer pour arguer que l’une est clairement supérieure et/ou peut l’englober. Le propos n’est pas une grande unification de deux hétérodoxies majeures mais d’incorporer les éléments et des mécanismes ayant fait la preuve de leur pertinence dans une base commune de modèles macroéconomiques répondant à la situation présente des divers capitalismes. De même que la macroéconomie walrasienne contemporaine avait un modèle de base et que les économistes évolutionnistes se sont donnés les moyens d’une plateforme commune permettant de comparer diverses générations de modèles multi-agents, pourquoi ne pas s’accorder sur une maquette, certes simplifiée, mais capturant l’essentiel des hypothèses et intuitions post-keynésiennes et régulationnistes ? Un effort équivalent a été entrepris pour mesurer les contributions respectives des mécanismes schumpétériens et keynésiens à l’explication de la stabilité et intensité de la croissance (Dosi, 2008).

  • Ensuite, il ne faut pas oublier l’influence croissante des incitations propres au monde académique sur les choix des chercheurs économistes. Ce sont les mécanismes liés aux conditions d’accès à la profession, aux facilités de promotion, à la hiérarchie des publications et à la capacité d’obtenir des financements qui expliquent sans doute pour une large part que des jeunes et talentueux économistes inscrivent leurs travaux dans le cadre de modèle de type DSGE, qu’au demeurant ils ne croient pas fondés. Face à ce puissant attracteur, la tentation est forte pour les dissidents, les hétérodoxes, de se regrouper, mais en se fractionnant dans de petites communautés qui chacune vénère ses fondateurs : Marx, Keynes, Schumpeter, Polanyi, Commons… De façon parfois subreptice, s’introduit un second biais : chaque hétérodoxie entend remplacer l’orthodoxie. Elle réussit parfois à lui faire adopter l’une de ses intuitions, sans jamais être reconnue en tant que telle. L’histoire de l’incorporation des rendements croissants dans la théorie de la croissance endogène est illustrative de ce quiproquo, douloureux pour les hétérodoxes.

54Pourquoi donc les hétérodoxes ne pourraient-ils pas construire un lieu de discussion où périodiquement ils confronteraient leurs avancées et essaieraient de construire un camp de base commun, à partir duquel prendraient sens les choix stratégiques de chaque programme de recherche ?

55L’abyssal échec de la macroéconomie orthodoxe et le long et douloureux cheminement (muddling throng diraient les collègues anglo-saxons) qu’amorce la crise ouverte en 2008 laisse augurer une période de renouvellement des théories économiques, équivalente à celle qui intervint à partir des années trente. Mais elle sera plus difficile encore tant se sont complexifiées les interactions et interdépendances qui façonnent le devenir des économies capitalistes.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta Michel (1976), Régulation et crises du capitalisme, Paris, Calmann-Lévy, 2e édition [1982].

Aglietta Michel (1998), « Le capitalisme de demain », Note de la fondation Saint-Simon, novembre.

Aglietta Michel et André Orléan (dir.) (1998), La monnaie souveraine, Odile Jacob, Paris.

Aglietta Michel et André Orlean (2002), La monnaie entre violence et confiance, Odile Jacob, Paris.

Aglietta Michel, Rebérioux Antoine (2004), Les dérives du capitalisme financier, Albin Michel, Paris.

Amable Bruno et Stefano Palombarini (2005), L’économie politique n’est pas une science morale, Raison d’Agir, Paris.

Amable Bruno, and Stefano Palombarini (2009), “A Neorealist Approach to Institutional Change”, Socio-Economic Review, 7(1).

Amable Bruno, Donatella Gatti, and Jan Schumacher (2006), “Welfare-State Retrenchment, The Partisan Effect Revisited”, Oxford Review of Economic Policy, 22(3).

Amable Bruno, Lilas Demmou, and Donatella Gatti (2007), “Employment Performance and Institutions: New Answers to an Old Question”, IZA Discussion Paper, No. 2731.

Aoki Masahiko (2002), Toward a comparative institutional analysis, MIT Press, Cambridge (MA).

Asensio Angel et Dany Lang (2010), « La rupture méthodologique de Keynes : une approche post-keynésienne ». La Lettre du CEPN, mars.

Asensio Angel, Sébastien Charles, Edwin Le Héron et Dany Lang (2011), « Les développements récents de la macroéconomie post-keynésienne », Revue de la régulation, n° 10.

Balasko Yves et Robert Boyer (1983), “Employment, Increasing Returns and Technical Progress”, Mimeograph CEPREMAP, février, 38 pages.

Baran Paul A., Sweezy Paul M. (1969), Le capitalisme monopoliste, Maspéro-La Découverte, Paris ; (1966) Monopoly capital, Monthly Review Press, New York.

Benassy Jean-Pascal, Robert Boyer, Rosa-Maria Gelpi, Alain Lipietz, Jacques Mistral, José Munoz, and Carlos Ominami (1978), « Approches de l’inflation l’exemple français », Recherches économiques et sociales (CORDES), La Documentation française, n° 12, octobre 1978, p. 7-59.

Bertrand Hugues (1983), « Accumulation, régulation, crise : un modèle sectionnel théorique et appliqué », Revue économique, vol. 34, n° 2, mars, p. 305-343.

Bhaduri A. and Steven Marglin (1990), “Unemployment and the real wage: the economic basis for contesting political ideologies”, Cambridge Journal of Economics, vol. 14, n° 4.

Billaudot Bernard (1996), L’ordre économique de la société moderne, L’Harmattan, Paris.

Billaudot Bernard (2001), Régulation et croissance. Une macroéconomie historique et institutionnelle, L’Harmattan, Paris.

Billaudot Bernard (2008), « Une théorie de l’État social », Revue de la régulation, n° 2, janvier.

Bowles Samuel and Robert Boyer (1988), “Labor Discipline and Aggregate Demand: A Macroeconomic Model”, American Economic Review, Vol. 78, n° 2, May, p. 395-400.

Boyer Robert (1985), « Formes d’organisation implicites à la Théorie générale. Une interprétation de l’essor puis de la crise des politiques économiques keynésiennes », dans Keynes aujourd’hui : Théorie et politiques, A. Barrère éd. Éditions Economica, Paris, p. 541-55.

Boyer Robert (1988), “Formalizing growth regimes within a regulation approach. A method for assessing the economic consequences of technological change”. Dans Technical Change and Economic Theory: The Global Process of Development (2e partie), G. Dosi, Ch. Freeman, G. Silverberg, L. Soete (Eds), Frances Pinter, Londres, p. 608-630.

Boyer Robert (2000a), “Is a finance-led growth regime a viable alternative to Fordism? A preliminary analysis”, Economy and Society, Vol. 29, n° 1, February, p. 111-145.

Boyer Robert (2000b), “The Unanticipated fallout of European Monetary Union: The Political and Institutional Deficits of the Euro”, Colin Crouch, After the Euro, Oxford University Press, Oxford, p. 24-88.

Boyer Robert (2010), “Taking finance seriously. Macroeconomics after the crisis”, Mimeograph prepared for the conference “Toward an alternative macroeconomic analysis of microfoundations, finance-real economy dynamics and crises” organized by INET, SIME and LEM, Budapest September 6-8.

Boyer Robert (2011a), “The Chinese growth regime and the world economy”, dans Boyer Robert, Hiroyasu Uemura and Akinori Isogai (eds), Diversity and transformations of Asian Capitalisms, Routledge, London.

Boyer Robert (2011b), Les financiers détruiront-ils le capitalisme ?,Economica, Paris.

Boyer Robert (2011c), « Succès et résilience de l’industrie allemande. Quelles leçons pour la France », Les Cahiers Lasaire, n° 42, avril, Paris.

Boyer Robert et Jacques Mistral (1978), Accumulation, Inflation, Crises, Presses universitaires de France, Paris, nouvelle édition (1982).

Boyer Robert et Pascal Petit (1989), “Kaldor’s Growth Theories: Past, Present and Prospects for the Future”, dans Nicholas Kaldor and Mainstream Economic, W. Semmler and E. Nell Eds, Mac Millan, p. 485-517.

Boyer Robert et Yves Saillard (1995), La Théorie de la régulation, l’état des savoirs, La Découverte, Paris. Nouvelle édition actualisée (2002).

Boyer Robert, Dehove Mario et Plihon Dominique (2004), Les crises financières : Analyse et propositions, rapport du Conseil d’analyse économique, La Documentation française, Paris.

Charpe Matthieu (2009), « Dette des ménages et instabilité financière », Revue de la Régulation, n° 5, 1er semestre.

Chiarella C., Peter Flaschel, and Franke R. (2009), Financial markets and the macroeconomy. A Keynesian Perspective, Routledge, London.

Clévenot Mickaël (2006), « Financiarisation, régime d’accumulation et mode de régulation. Peut-on appliquer le “modèle” américain à l’économie française ? »,thèse université Paris 13.

Dosi Giovanni (2008), “Schumpeter meeting Keynes: A policy friendly model of endogenous growth and Business cycles”, LEM Paper series, Santa Ana School of Economics.

Duménil Gérard (1977), Marx et Keynes face à la crise, Economica, Paris.

Duménil Gérard et Dominique Lévy (1993), The economies of the profit rate competition, Crises, and historical tendancies in capitalism, Edward Elgar, Chetelham.

Duménil Gérard et Dominique Lévy (2002), Économie marxiste du capitalisme, Repères, n° 349, La Découverte, Paris.

Duwicquet Vincent (2010), « Mécanismes d’ajustement en union monétaire et intégration financière européenne », thèse soutenue à Paris 13, décembre.

Duwicquet Vincent and Jacques Mazier (2010), “Financial integration and macroeconomic adjustments in a monetary union”, Journal of Post Keynesian Economics, 33(2), p. 331-368.

École des Conventions (1989), Revue économique, numéro spécial.

Fisher Irwing (1933), “Debt-Deflation Theory of Great Depressions”, Econometrica, vol. 1, n° 4, p. 337-357.

Flaschel Peter, Reiner Franke and Willi Semmler (1997), Dynamic Macroeconoics, Instability, fluctuations, and growth in monetary economics, The MIT Press, Cambridge MA.

Fourcade Marion (2010), Economists and Societies. Discipline and Profession in the United States, Great Britain and Finance, Princeton University Press, Princeton.

Gnanonobodom Tiou-Tagba Aliti (2010), « Modélisation des déséquilibres financiers globaux et régimes de change », thèse soutenue à Paris 13, décembre.

Godley Wynne (1999), “Money and credit in a Keynesian model of income determination”, Cambridge Journal of Economics, 23 (4), p. 393-411.

Godley Wynne and Francis Cripps (1983), Macroeconomics, Oxford University Press, Cambridge.

Godley Wynne and Marc Lavoie (2007), “Monetary Economics: an integrated approach to credit, money, income, production and wealth”, Palgrave-Mac Millan, London.

Goodwin Richard (1967), “A Growth Cycle”, dans Feinstein C. H. (ed) Socialism, Capitalism and Economic Growth. Cambridge University Press, Cambridge.

Guy Yann, Clévenot Mickaël, and Jacques Mazier (2010), “Investment and the rate of profit in a financial context: the French case”, International Review of Applied Economics, 24(6), p. 693-714.

Harcourt G.C. (1987), “Post-Keynesian economics”, Eatwell John, Murray Milgate and Peter Newman (eds), New Palgrave. A dictionary of economics, vol. 3, p. 924-928.

Kaldor Nicholas (1940), “A model of the trade cycle”, Economic Journal, vol. 50, n° 197, p. 78-92.

Kaldor Nicholas (1985), Economics without Equilibrium, Mac Millan, Armonk, New York.

Kaldor Nicholas (1987), Économie et instabilité, textes présentés par Boyer Robert, De Largentaye Bertrand, Petit Pascal, Schmeder Geneviève, Schrameck-De Largentaye Hélène, Economica, Paris.

Keynes John-Maynard (1936), The General Theory of Employment, Interest and Money, Cambridge University Press, Cambridge.

Knight Frank Hynemann (1921), Risk, Uncertainty and Profit,Harper & Row, reedición (1965).

Koo Richard C. (2009). The Holy Grail of Macroeconomics. Lessons from Japan’s great recession, Pte. Ltd. Hoboken, NJ, USA: John Wiley & Sons (Asia).

Krugman Paul (2009), “Why did Economists get is so wrong?”, The New York Times, September 2.

Kuhn Thomas (1962), La structure des révolutions scientifiques, traduction française (1983), Champs, Flammarion, Paris.

Lavoie Marc (1992), Foundations of post-keynesian economic analysis, Edward Elgar.

Lavoie Marc and Godley Wynne (2001), “Kaleckian models of growth in a coherent stock-flow monetary framework: a Kaldorian view”, Journal of Post Keynesian Economics, 24/2, p. 277-312.

Lawson Tony (2003), Reorienting Economics, Routledge, London.

Le Heron Edwin(2007), “Dynamic analysis of monetary policy shock on banking behavior”, in McCombie, J., Rodriguez, C. (eds), Issues in Finance and Monetary Policy, Palgrave-Macmillan, London.

Le Heron Edwin and Tarik Mouakil (2008), “A post-keynesian stock-flow consistent model for dynamic analysis of monetary policy shock on banking behaviour”, Metroeconomica, 59 (3), p. 405-440. Article first published online: 6 Jun 2008, DOI: 10.1111/j.1467-999X.2008.00313.x

Le Van-Lemesle Lucette (2004), Le juste et le riche. L’enseignement de l’économie politique, 1815-1950, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris.

Lordon Frédéric (1997a), Les quadratures de la politique économique, Albin Michel, Paris.

Lordon Frédéric (1997b), “Endogenous structural change and crisis in a multiple time-scales growth model”, Journal of Evolutionary Economics, vol. 7, n° 1.

Lucas Robert E. (1983), Studies in Business Cycle Theory, The MIT Press, Cambridge MA, USA.

MazierJacques and SophieSaglio (2004), « Asymétries, ajustements et relations salariales dans l’Union européenne », Revue française d’économie, n° 1, vol XIX.

MazierJacques and SophieSaglio (2008), “Interdependency and adjustments in the European Union”, International Review of Applied Economics, 22(1), January.

MazierJacques, Oh Yonghyup, and Sophie Saglio (2008), “Exchange rates, global imbalances and interdependence in east Asia”, Journal of Asian Economics, 19.

MazierJacquesand Tiou-Tagba Aliti Gnanonobodom (2010), « Déséquilibres mondiaux, taux de change et ajustements macroéconomiques: Un modèle “stock flux cohérent” à trois pays »,Revue économique, 61(3).

MazierJacques and Tiou-Tagba Aliti Gnanonobodom (2011), “World imbalances and macroeconomic adjustments: a three country stock flow consistent model”, Metroeconomica, à paraître.

Minford Patrick (2009), “The banking crisis: A rational interpretation”, CESifo Economic Conference on “What’s wrong with modern macroeconomies”, Munich, November 6-7th.

Minsky Hyman (1975), John-Maynard Keynes, Columbia University Press.

Minsky Hyman (1986), Stabilizing an Unstable Economy, Mc Graw-Hill.

Mouakil, Tarik (2006), Instabilité financière et méthode stocks-flux: analyse critique de l’hypothèse de Minsky, PhD Thesis, University Bordeaux IV.

Nishi Hiroshi (2011a), “Formalizing debt-led and debt-burdened growth regimes with endogenous macrodynamics of Minskian financial structure: A long-run analysis”, Discussion paper n° E-10-016, Kyoto University, Graduate School of Economics, March.

Nishi Hiroshi (2011b), “The Consequences of Internationalization of Trade and Financial Transactions on Growth: Combining an Institutional Hierarchy Hypothesis with a Keynes-Minsky Approach”, dans Boyer Robert, Hiroyasu Uemura and Akinori Isogai (eds) Diversity and transformations of Asian Capitalisms, Routledge, London, à paraître.

NishiHiroshi (2011c), “A VAR Analysis for the Growth Regime and Demand Formation Patterns of the Japanese Economy”, Revue de la régulation, n° 10.

North Douglass C. (1990), Institutions, Institutional Change and Economic performance, Cambridge University Press, Cambridge.

Orléan André (1990), « Le rôle des influences interpersonnelles dans la détermination des cours boursiers », Revue économique, 41, p. 839-868.

Orléan André (1999), Le pouvoir de la finance, éditions Odile Jacob, Paris.

Palley Thomas (2011), “The economics of Phillips Curve: formation of inflation expectations versus incorporation of inflation expectations”, The American Foundation, Washington, March.

Palombarini Stefano (1999), « Vers une théorie régulationniste de la politique économique », L’Année de la Régulation, vol. 3, p. 97-124.

Palombarini Stefano (2001), La rupture du compromis social italien, CNRS éditions, Paris.

Pasinetti Luigi (1981), Structural Change and Economic Growth. A Theoretical Essay on the dynamics of the Wealth of Nations, Cambridge University Press, Cambridge.

Petit Pascal (1998), « Formes structurelles et régime de croissance de l’après fordisme », L’Année de la Régulation, vol. 2, p. 169-196.

Robinson Joan (1973), “Michael Kalecki”, dans Collected Economic Papers, vol. 4, Basil Blackwell, Oxford, p. 87-91.

Robinson Joan (1974), “History versus equilibrium”, Thames papers in Political economy. Reprint in Robinson Joan (1979, Collected Economic Papers, Vol. V, Basil and Blackwell, Oxford.

Setterfield Mark (2007), An Essay on Horizontalism, Structuralism and Historical Time, Avril unpublished http://www.trincoll.edu/~setterfi.

Setterfield Mark (2011), “Anticipations of the crisis: on the similarities between Post-Keynesian Economies and Regulation Theory”, Revue de la régulation, n° 10.

Shackle Georges (1974), Keynesian Kaleidics, Edinburg University Press, Edinburg.

Shaikh Anwar (2011), “Three Balances and Twin-Deficits: Godley versus Ruggles and Ruggles”, Working paper New School for Social Research, Department of Economics, May.

Shonfield Andrew (1967), Le capitalisme d’aujourd’hui. L’État et l’entreprise, Gallimard, Paris.

Sornette Didier (2003), Why Stock Markets Crash. Critical Events in Complex Financial Systems, Princeton University Press, Princeton, NJ.

Taylor Lance and S. O’Connell (1985), “A Minsky crisis”, Quarterly Journal of Economics, vol. 100, p. 871-886.

Théret Bruno (1999), « L’efficacité de la politique économique : de l’auto-poïese des systèmes sociaux à la topologie du social », L’Année de la Régulation, n° 3.

Thirlwall Anthony and John Mc Combie (1994), Economic Growth and the Balance of Payment Constraint, Mac Millan, New York.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Une première rencontre entre post-keynésiens et régulationnistes.Croissance cumulative et régime d’accumulation fordiste
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9377/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Titre Figure 2 – Instabilité financière et accumulation tirée par la finance
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9377/img-2.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 3 – Un rendez-vous manqué, mais des chantiers futurs. L’endométabolisme des régulationnistes comme prolongement de l’historicité des régimes de croissance de Joan Robinson
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9377/img-3.png
Fichier image/png, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Boyer, « Post-keynésiens et régulationnistes :
Une alternative à la crise de l’économie standard ? », Revue de la régulation [En ligne], 10 | 2e semestre / Autumn 2011, mis en ligne le 21 décembre 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/9377

Haut de page

Auteur

Robert Boyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page