Navigation – Plan du site

Économie politique de l’Asie

Ce dossier offre une chambre d’écho, dans une revue d’économie généraliste, aux recherches, anciennes et récentes, en économie politique sur l’Asie.

On sait qu’en plein Consensus de Washington néolibéral la Banque mondiale fut forcée de reconnaître le rôle positif joué par les États respectifs dans le Miracle Asiatique (1993). En effet, l’Asie pourrait apparaître comme le terrain où l’hétérodoxie économique a gagné et où ont œuvré des États développeurs (Chalmers A. Johnson, Japan : Who Governs ? – The Rise of the Developmental State, 1995). Mais, depuis vingt ans la Chine au socialisme de marché occupe une place grandissante dans l’économie régionale, ce qui modifie la donne en accusant le trait : on peut se demander si le débat entre État et marché n’est pas déjà révolu en Asie, pour laisser place à d’autres questions, à la fois plus circonscrites et plus circonstanciées.

L’extraordinaire puissance du développement chinois ne doit pas occulter, du point de vue de la recherche, la variété des systèmes économiques et des formes institutionnelles qui composent cette région, zone immense composée par l’Asie du Sud, l’Asie du Sud-Est et l’Asie orientale.

Plusieurs thèmes de recherches nous semblent pouvoir alimenter ce dossier :

1. La question du rôle de l’État
Les travaux pionniers et déterminants de Peter Evans, T. Sckokpol et E. Rushmeieir (Bringing the State Back In, 1985), K. S. Jomo (A Question of Class, Capital, the State, and Uneven development in Malaya, 1988), Robert Wade (Governing the Market, 1990), d’Alice Amsden (Asia’s next Giant, South Korea and Late Industrialization, 1992), ou plus récemment d’Ha Joon Chang (Institutional Change and economic Development, 2007) nous semblent trop peu connus, ou en tous les cas rarement cités en dehors des publications proprement consacrées au développement asiatique. Or ils ont fortement participé à l’essor d’un institutionnalisme (non northien) en économie politique contemporaine américaine, britannique et asiatique. Leurs travaux articulent des recherches sociologiques, économiques, politistes et historiennes d’une manière différente, et néanmoins très proche, de la pratique de recherche française (pour ne pas dire de la nouvelle tradition institutionnaliste). Leur synthèse comparative reste à faire en français.
D’autre part, la poursuite de l’analyse de « l’État développeur » en Asie peut trouver son expression à travers l’étude de politiques économiques au long cours, en particulier le rôle des programmes de planification indicative ou centralisée, en Asie. D’autre part, la crise de 1997 et les réponses différenciées des États face aux recommandations et conditions posées par le FMI, peuvent être comparées aux réactions publiques récentes face aux effets de la crise des subprimes. Le désengagement versus l’engagement supplémentaire de l’État dans l’activité économique selon les pays reste largement à caractériser, à expliquer, à comparer.
Enfin pour affiner l’analyse parfois schématique et réductrice de ces « États développeurs », l’étude des appareils bureaucratiques respectifs, de la transformation en cours des instruments du pouvoir, sous l’effet de la mondialisation des normes de gestion publique (dont les vecteurs concrets restent à identifier), mais aussi de la diffusion de normes issues du modèle chinois, devrait aussi être un terrain à explorer.

2. Entrepreneuriat et pouvoir politique
La question de la caractérisation des capitalismes en Asie est un sujet à la fois récurrent, pluridisciplinaire et cette perspective est stimulante pour le courant régulationniste. Dans une région où, pour illustrer l’étroite combinaison des aspects institutionnels, politiques et sociologiques, très tôt, de formes singulières de capitalismes furent identifiées : le Crony Capitalism (« capitalisme de copinage », mettant à jour les collusions d’intérêt entre classes politiques et milieux d’affaire) ou le State capitalism. La question du clientélisme et du patronage politique de l’économie est un chantier largement ouvert (en Malaisie depuis les années 1990s : Malaysia’s political economy : politics, patronage and profits, T. Gomez et Jomo, 1999). À la lumière des fortes avancées théoriques récentes portées par B. Hibou (Anatomie de la domination, 2011) mais aussi en soulignant l’apport des classes d’entrepreneurs comme l’avait montré pour Taiwan G. Guiheux (Les grands entrepreneurs chinois à Taiwan, 2002) il conviendrait de prolonger les recherches dans cette voie.

3. Conséquences nationales de l’intégration régionale
La rapidité de l’insertion dans la mondialisation des économies émergentes d’Asie, leur diversité (en termes de niveau de vie, de taille, de spécialisation) et leurs étroites interrelations posent de nombreuses questions académiques. Par exemple, l’évolution de la place relative du Japon. Celles-ci s’expriment en termes d’intégration régionale, cf. Yang Jiang (Sub-regional Economic Integrations, 2011), John Ravenhill (The ‘New East Asian Regionalism’, a political domino effect, 2010). Approfondir les connaissances à ce titre semble intéressant avec un accent mis sur le lien avec le développement local des différents pays. Le développement local participe à la diversité des systèmes économiques singuliers.

4. Les effets de la puissance chinoise
Par rapport à l’intégration régionale et mondiale comme le montrent R. Boyer (How Does China’s Growth and Innovation Strategy Affect the World Economy ?, 2010) ou Yang Jiang (China’s Move to Preferential Trading, 2009), le poids de la Chine est sans doute à traiter à part. Les effets locaux de la nouvelle puissance chinoise sont innombrables et parfois extrêmement sensibles. Qu’elle se fasse sentir par l’intermédiaire du commerce, des investissements, des multinationales, de la coopération économique ou de la diffusion de nouvelles normes économiques et politiques, dans le paysage régional, la Chine est aujourd’hui l’un des plus forts vecteurs de changements économiques et sociaux.

5. La mutation rapide des sociétés asiatiques
Il sera enfin possible d’alimenter ce dossier Asie avec des textes portant sur certains des nouveaux enjeux contemporains liés à l’évolution des sociétés asiatiques. Id est : l’amélioration des conditions de vie, la dynamique des inégalités, les migrations, l’écologie, l’urbanisation ou encore la transformation des sociétés agraires en cours (thèmes donnés à titre indicatif mais non limitatif).

Les articles soumis ne doivent pas dépasser 10 000 mots (notes, références bibliographiques, annexes, tableaux et figures inclus). Les articles doivent être envoyés à regulation@revues.org. Merci d’adresser vos propositions d’articles avant le 25 mai 2012.

Responsables du dossier : Pierre Alary et Elsa Lafaye de Micheaux