Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le numéro 9 de la Revue de la régulation offre l’occasion de poursuivre la réflexion sur les mutations du capitalisme contemporain en interrogeant la notion de Responsabilité sociale des entreprises et sa capacité à jouer un rôle dans la formation de nouveaux compromis. Le processus d’institutionnalisation de la RSE accorde un pouvoir normatif aux entreprises et à leurs dirigeants, et cela aux dépens, notamment, des représentants du travail. Il y a donc là un important enjeu de pouvoir qu’explore ce dossier Responsabilité sociale des entreprises, régulation et diversité du capitalisme. Comme l’indique le titre, deux idées ou questions centrales parcourent ce dossier. D’une part, la variété des pratiques et des processus normatifs semble clairement soutenir la thèse de la diversité des capitalismes. Diversité qu’éclairent les multiples secteurs et espaces nationaux étudiés dans le dossier. D’autre part, les enjeux réglementaires, normatifs et de pouvoirs qui sont traités dans le champ de la RSE interrogent la régulation du capitalisme (cf. introduction du dossier).

2Suite à ce dossier, plusieurs contributions en varia prolongent l’analyse de différents aspects de la crise du capitalisme, en lien étroit avec la crise des représentations de l’économie. Les tensions propres à la financiarisation ressortent à nouveau pleinement.

3Ainsi, José Castro Caldas, Vítor Neves et José Reis montrent comment une synthèse de néo-keynésianisme et de théorie néo-classique s’est imposée comme « bonne méthode » en économie… en excluant une bonne part de la pensée économique. Ils défendent quant à eux une économie qui serait plus robuste, mais aussi plus prudente, car plus ancrée dans la compréhension des institutions, des configurations institutionnelles et de leurs diversités.

4Si la crise réelle actuelle est souvent perçue comme la conséquence de la crise bancaire et financière, elle trouve selon Patrick Castex d’abord son origine dans la baisse des taux de profit et des taux d’intérêt dans les pays capitalistes dominants. Dans ce sens, la crise est réelle avant d’être financière.

5Pour Michel Freyssenet et Bruno Jetin, les constructeurs automobiles américains n’ont pas été les victimes de la crise financière qui les aurait empêchés de se redresser ; les causes sont, là encore, réelles : elles sont liées aux formes de la concurrence, notamment internationale, et aux processus d’externalisation. Toutefois elles prennent également racine dans le développement d’une économie d’endettement des ménages. La stratégie des Big Three a ainsi contribué à ce que la crise advienne car elle participait à la formation de cette même « nouvelle économie » qui est entrée en crise. Il apparaît au final que les formes de crise industrielle et de crise financière ne sauraient être dissociées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial », Revue de la régulation [En ligne], 9 | 1er semestre / Spring 2011, mis en ligne le 20 juin 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/9327

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page