Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Vincent Gayon, L’OCDE au travail. Contribution à une sociologie historique de la « coopération économique internationale » sur le chômage et l’emploi (1970-2010)

Vincent Gayon

Résumé

If the OECD’s publications are often referred to or criticized, very few academic efforts have actually tried to analyze their elaboration. Based on the organization’s archives, the objective of this thesis is to fill in this gap by analyzing the production of OECD expertise on unemployment and employment, from the beginning of the 1970s to nowadays. The OECD is an institution marked by political and scientific power struggle, and influenced by political evolutions in its key member countries. Through this expertise, it is more largely the evolution of economic policy models that is questioned in an international framework: the assertion of a « monetarist consensus » overtaking the post-war « Keynesian consensus » in the 1970-1980s, and the promotion of « active » social policies in the 1990-2000s. This transformation of economic policies redefines the role of the state in the economic system, the political nature of unemployment and solutions that can be brought to this issue, and the forms of international economic cooperation itself (through benchmarking). The OECD is directly related to the transformations it tries to anticipate,provoke or rationalize.

Haut de page

Texte intégral

1Soutenue le 30 novembre 2010
Sous la direction de Brigitte Gaïti
Michel Dobry, professeur à l’université Paris I Panthéon Sorbonne
Frédéric Lebaron, professeur à l’université de Picardie Jules Verne (rapporteur)
Bruno Théret, directeur de recherches CNRS, université Paris Dauphine
Bénédicte Zimmermann, directrice de recherches CNRS, EHESS (rapporteure)

Question(s) de recherche

2Si ses statistiques, ses palmarès et ses recommandations de politiques publiques sont parfois utilisés ou critiqués dans le monde de la recherche, peu de travaux ont tenté d’explorer la complexité interne de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Cette thèse de sociologie politique souhaite combler cette lacune en analysant la production de l’expertise océdéenne sur le chômage et l’emploi depuis le début des années 1970. La question du chômage à l’OCDE sert d’analyseur de l’évolution de l’organisation, de l’évolution des savoirs économiques et sociaux sur le chômage mais aussi – et c’est là la dimension intégrative la plus générale – de l’évolution de la « coopération économique internationale ».

Méthode

3La question de l’emploi et du chômage à l’OCDE est analysée à la manière de la sociohistoire des catégories d’action publique et des problèmes publics. Sur la base des archives de l’organisation et d’entretiens rétrospectifs, l’enquête défend trois positions méthodologiques et épistémologiques. La première normalise cet objet d’étude fléché « international » en considérant qu’il n’est soumis a priori à aucune « extraterritorialité » sur le plan des outils d’analyse sociologiques utilisés pour l’étudier. La deuxième aborde une telle institution, non dans une perspective strictement monographique, mais bien dans une perspective relationnelle en considérant ses prises de position dans un champ de relations organisationnelles qui en déterminent la teneur. La troisième constitue l’écriture collective des « rapports » comme un analyseur pertinent du jeu institutionnel de ce type d’organisation structurellement placée en situation d’expertise.

Résultat(s)

4Notre recherche dessine une institution traversée de rapports de force politiques et savants, perméable aux évolutions politiques de ses principaux pays membres. À travers l’expertise développée sur le chômage et l’emploi, c’est plus largement la structuration des univers de la négociation internationale et l’évolution des modèles de politique économique qui se trouvent interrogés : l’affirmation d’un « consensus monétariste » supplantant le « consensus keynésien » d’après-guerre au tournant des années 1970-1980, et la promotion d’un État social « actif » dans les décennies 1990 et 2000. Cette transformation des politiques économiques et sociales redéfinit tout à la fois le rôle de l’État dans l’économie, la nature politique du chômage et des solutions à lui apporter, ainsi que les modalités de la coopération économique internationale elle-même (par le benchmarking). L’OCDE a partie liée avec ses transformations qu’elle cherche à anticiper, à faire advenir ou à rationaliser.

5Deux configurations idéal-typiques se dégagent de l’analyse : une première configuration « keynésienne », une seconde « néolibérale ou monétariste ». Ces deux configurations, qui n’ont rien d’original, ne se juxtaposent pas, elles s’interpénètrent ou s’enchâssent en partie. Tout le propos de la thèse est de montrer d’une part, quels sont les déplacements, parfois incrémentaux, d’autres fois plus massifs, qui impriment une tendance à l’ensemble du mode de coopération à l’OCDE, et d’autre part, comment l’expert océdéen s’ajuste, rationalise et promeut sous contraintes cette évolution.

6Dans la configuration « keynésienne », qui occupe la première partie de la thèse, une place essentielle était laissée aux États dans l’ajustement négocié de leurs économies. Un des groupes de travail de l’organisation de l’OCDE était alors réputé pour servir de lieu pour ce type de négociation routinière. Ces négociations agissaient en bien des cas comme une coordination des politiques économiques visant le « plein emploi » comme objectif prioritaire. Elles passaient par des discussions sur les taux de change et les taux d’intérêt pertinents entre les économies, voire par des politiques de relance concertée en matière fiscale, budgétaire et monétaire. Ces différents instruments d’action macroéconomiques des États, qui monopolisaient l’essentiel des discussions sur le chômage et l’emploi, vont se voir progressivement disqualifiés au profit d’une coopération économique « par le marché ». Focalisée sur la « désinflation compétitive » et le « chômage structurel », cette coopération passe par l’organisation de la mise en concurrence des performances des États selon un cahier des charges néolibéral et une technique managériale d’émulation (le benchmarking). Cette plateforme politique circulera dans les cercles technocratiques bruxellois qui installeront la Stratégie européenne pour l’emploi dans la décennie 1990. La thèse documente ces transformations successives et ces circulations transnationales.

Haut de page

Bibliographie

Allison G. T., Essence of Decision. Explaining the Cuban Missile Crisis, Boston (Mass.), Little Brown, 1971.

Bourdieu P., Boltanski L., « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, n° 2-3, 1976, p. 4-73.

Bourdieu P., Christin R., « La construction du marché », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 81 (1), 1990, p. 65-85.

Bourdieu P., La noblesse d’État. Grandes écoles et esprits de corps, Paris, Minuit, 1989.

Bourdieu P., Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1998 [1992].

Brian E., « Calepin. Repérage en vue d’une histoire réflexive de l’objectivation », Enquête. Anthropologie, histoire, sociologie, n° 2, 1995, p. 193-222.

Dezalay Y., Garth B. G., La mondialisation des guerres de palais. La restructuration du pouvoir d’État en Amérique latine, entre notables du droit et “Chicago Boys”, Paris, Seuil, 2002.

Dobry M., Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la FNSP, 2009 [1986].

Foucault M., L’ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971.

Gaïti B., « Entre les faits et les choses. La double face de la sociologie politique des institutions », in A. Cohen, B. Lacroix, P. Riutort (dir.), Les formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique. xviiiexxe siècles, Paris, PUF, 2006, p. 39-64.

Gingras Y., « Un air de radicalisme », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 108, 1995, p. 3-18.

Gusfield J., La culture des problèmes publics : l’alcool au volant. La production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009 [1981].

Hall P. A., “Policy Paradigms, Social Learning and the State. The Case of Economic Policymaking in Britain”, Comparative Politics, vol. 25, n° 3, April 1993, p. 275-296.

Helleiner E., States and the Reemergence of Global Finance: From Bretton-Woods to the 1990s, Ithaca, Cornell University Press, 1994.

Veyne P., Comment on écrit l’histoire : essai d’épistémologie, Paris, Seuil, 1970.

Widmaier W. W., “The Social Construction of the ‘Impossible Trinity’: the Intersubjective Bases of Monetary Cooperation”, International Studies Quarterly, vol. 48 (2), June 2004, p. 433-453.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Gayon, « Vincent Gayon, L’OCDE au travail. Contribution à une sociologie historique de la « coopération économique internationale » sur le chômage et l’emploi (1970-2010) », Revue de la régulation [En ligne], 9 | 1er semestre / Spring 2011, mis en ligne le 20 juin 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/9305

Haut de page

Auteur

Vincent Gayon

Université Paris Dauphine, IRISSO, chercheur associé, vincent.gayon@dauphine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page