Navigation – Plan du site
Dossier : RSE, régulation et diversité du capitalisme

Polanyi contre Freeman

Polanyi against Freeman
Polanyi contra Freeman
Nicolas Postel et Richard Sobel

Résumés

L’approche dominante de la RSE est celle menée en termes de « parties prenantes » (R. E. Freeman). Davantage qu’une théorie, elle est un slogan qui irrigue autant le discours scientifique que les discours managérial et politique. On peut en faire deux lectures. La première, pour nous réductrice, est celle d’une déconstruction de l’entreprise comme institution et son remplacement par une forme de représentation marchande fondée sur des échanges bilatéraux entre individus rationnels. La seconde, plus prometteuse s’agissant d’identifier les potentialités de la RSE en termes de régulation du capitalisme, revient à armer la notion de partie prenante d’une théorie de l’acteur et de l’institution. C’est la position que nous défendons en mobilisant l’institutionnalisme de Karl Polanyi.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié d’une aide de l’Agence nationale de la recherche portant la référence ANR-09-JCJC-0132-01.

Texte intégral

  • 1  On peut dater l’officialisation de ce thème du premier Livre vert européen sur la question, en 200 (...)
  • 2  Cet article s’intéresse à la question de la régulation du capitalisme à partir des conceptualisati (...)
  • 3  C’est la question que Benoit Frydman (Frydman et alii, 2007) pose lorsqu’il désigne par l’expressi (...)

1Le thème de la responsabilité sociale de l’entreprise (désormais RSE) a émergé il y a une dizaine d’années et est désormais extrêmement débattu par les pouvoirs publics qui l’envisagent comme une nouvelle forme de régulation, voire une nouvelle source réglementaire (Daugareilh, 2007)1. Cet article se pose la question du cadre théorique, socio-économique, le mieux à même de saisir ce phénomène et d’en proposer une analyse critique sous l’angle de sa capacité à inaugurer un nouveau mode de régulation des activités productives2. Cette question se justifie par le fait que le développement des injonctions faites aux entreprises à « être responsables » est concomitant d’une dérégulation croissante des économies abandonnées à la seule logique marchande. Le recul des régulations nationales, propres au mode de régulation fordiste, laisse ainsi place à cette forme encore floue d’autorégulation du capitalisme portée par les entreprises. Jauger de la capacité qu’ont les processus de RSE à porter une forme de régulation économique3 est donc essentiel pour saisir de quelle manière, et jusqu’à quel point, le recul des anciennes formes de régulation publique est partiellement compensé par le développement de la logique de l’entreprise responsable. Plus encore, une bonne compréhension du phénomène est nécessaire pour éviter que l’engouement pour la RSE, qui libère les États de la question de la régulation, ne serve de cheval de Troie au libéralisme le plus sauvage, la RSE agissant alors comme arme contre toute autre forme de régulation.

2En matière d’analyse de la RSE, l’approche dominante est celle menée en termes de « parties prenantes » (stakeholders) qui lui est réellement coextensive. On doit à R. E. Freeman (1984) la popularisation de ce concept efficace lui permettant de décrire l’émergence d’une forme de contre-pouvoir à la toute puissance des actionnaires (Shareholders). La malléabilité de ce concept a cependant un revers… qui est son imprécision. Davantage qu’une théorie, la notion de partie prenante est devenue un slogan qui irrigue autant le discours scientifique que le discours managérial et politique (Bonnafous-Boucher et Pesqueux [dir.], 2005). Or, ce slogan abrite deux possibilités de développement qui tiennent au fond à la représentation de l’acteur qui sous-tend la notion de partie prenante. La première est celle d’une déconstruction de l’entreprise comme institution et son remplacement par une forme de représentation marchande fondée sur des contrats bilatéraux entre individus rationnels. La théorie des parties prenantes joue alors le rôle d’une annexion du champ de la gestion par l’approche contractualiste néoclassique bien connue des économistes. Une telle analyse alimente la tendance à la délégitimation de la question de la régulation des économies capitalistes (puisque l’accord marchand est censé être suffisant pour assurer l’équilibre économique et social). La seconde, bien plus incertaine, revient à armer le concept de partie prenante d’une véritable théorie de l’acteur… et donc d’une véritable théorie de l’institution. Karl Polanyi et sa représentation de l’activité économique humaine peuvent nous y aider. Cette perspective théorique met alors en évidence, au contraire, la nécessité d’un cadre institutionnel pour armer les dispositifs RSE.

  • 4  L’approche de Freeman entre en résonance avec les réflexions de Fukuyama sur, d’une part, la fin d (...)

3Ces deux conceptions, opposées, de la notion floue de « parties prenantes », portent deux analyses différentes, et même opposées, de ce à quoi pourrait mener la RSE. Dans le cadre d’une approche « à la Freeman », la RSE est un aboutissement, le rêve réalisé d’un capitalisme autogéré et d’une entreprise dépassant le conflit capital/travail4. Au contraire, une conception critique héritée de Karl Polanyi nous conduit à voir dans la RSE une transition institutionnelle préfigurant un mode de régulation transnational, qui fait actuellement défaut. L’aboutissement de la RSE serait alors, précisément, la réinvention d’institutions publiques et de règles transnationales adaptées à la mutation du capitalisme. Autorégulation d’un côté, transition vers une nouvelle forme de régulation publique de l’autre, tel est au fond l’aboutissement du débat que nous mettons en scène entre l’approche de Freeman et celle de Polanyi.

4Dans une première partie, nous développerons une analyse critique de l’approche en termes de parties prenantes en indiquant qu’elle procède d’une forme de sous-socialisation de l’acteur minorant le conflit structurel entre capital et travail inhérent à nos sociétés. Dans une deuxième partie, nous chercherons à montrer comment les analyses institutionnalistes de Polanyi peuvent nous aider à mieux qualifier les acteurs de l’entreprise, et l’entreprise elle-même. Dans une troisième partie, nous défendons une analyse de la RSE comme forme institutionnelle transitoire.

1. Les lacunes de l’approche contractualiste de la RSE

  • 5  Gond et Mercier font remonter cette idée à Berle et Means (1932) et attribuent la première utilisa (...)

5La théorie des parties prenantes, devenue la structure théorique dominante de la conceptualisation de la RSE (Capron et Quairel-Lanoizelée, 2010, p. 36), est née au confluent de plusieurs traditions. Son promoteur le plus actif est sans conteste Freeman, bien qu’il ne soit pas à strictement parler son inventeur5. Freeman, qui est d’abord un auteur de philosophie morale, est sans doute l’auteur contemporain le plus influent du courant dit Business Ethics. Son manuel de management est associé à la définition la plus connue de la notion de partie prenante : « individu ou groupe d’individus qui peut affecter ou être affecté par la réalisation des objectifs organisationnels » (Freeman, 1984, p. 46). Cette définition est vague, imprécise et a donné lieu à de très nombreux commentaires et appendices critiques (voir par exemple la synthèse classique de Donaldson et Preston, 1995 et Jones et Wicks, 1999). Mais elle demeure extrêmement symbolique de l’ouverture opérée par Freeman dans la représentation de l’entreprise, menée tout à la fois contre une représentation dominante en termes de Sharehoder value qui suppose que l’entité entreprise soit en fait réductible aux détenteurs d’actions, et contre la représentation économique dominante considérant l’entreprise comme une « boîte noire ». Freeman repose se faisant la question des « acteurs » de l’entreprise, en élargissant le spectre des acteurs pertinents au-delà des seuls actionnaires, et en soulignant l’existence d’une dimension non instrumentale dans l’action économique. Cependant, comme nous le montrons dans cette première partie, il le fait dans un cadre contractualiste, cadre qui minore l’importance des arrangements institutionnels nécessaires à l’expression véritable d’un accord éthique entre acteurs. Le cadre théorique qu’il construit enserre donc les processus de RSE dans la stricte limite des contrats bilatéraux, et leur ôte toute dimension collective et institutionnelle.

1. 1. Le fond contractualiste de la théorie des parties prenantes

6On reconnait généralement trois origines à la théorie des parties prenantes (Mercier, 2006 et Cazal, 2008) : une philosophie néokantienne (inspirée de Rawls – revendiqué par Evan et Freeman, 1988 et Freeman, 1994), une approche contractualiste (inspirée de Coase, cité par Freeman et Evan, 1990), et la théorie des coûts de transaction d’Oliver Williamson (discutée par Freeman et Evan, 1990). Contre notamment les distinctions nettes opérées par Donaldson et Preston (1995) qui revendiquent une approche « positive » et non normative de la question, il revient à Freeman d’avoir le plus systématiquement cherché à produire une représentation synthétique, abstraite et normative de cette représentation de l’entreprise en termes de parties prenantes. L’approche de Freeman, que nous discutons ci-dessous, ne se veut pas simplement descriptive : elle porte un idéal qu’il faudrait faire advenir.

7La synthèse qu’opère Freeman peut se lire comme une généralisation de l’approche de Coase (1960) à l’entreprise : « The Coase theorem is important to any theory of the firm » (Freeman et Evan, 1990, p. 352). Cette généralisation est au cœur de sa conception « libertarienne » (Freeman et Phillips, 2002) de la société et de l’entreprise, où tout doit pouvoir être réglé par contrat entre acteurs libres, égaux et moraux.

8Pour cette dimension morale, Freeman s’inspire des travaux de Norman Bowie (1998a, 1998b, 1999) développant l’idée d’un capitalisme kantien. C’est là son point de contact avec la théorie de la justice de John Rawls. Mais, de cette théorie, Freeman ne retient finalement que le concept « opératoire » de « voile d’ignorance ». Nulle trace dans son approche de revendication du principe d’égalité et de ses conditions institutionnelles dans les sociétés contemporaines où domine le capitalisme (Sobel, 2008). Nulle trace non plus de la dimension fictionnelle du voile d’ignorance, qui occupe chez Rawls un rôle métaphorique dans le cadre de l’évocation d’une procédure juste devant permettre d’énoncer les célèbres principes rawlsien. Freeman souhaite simplement conserver l’idée selon laquelle les parties prenantes parviendraient à se détacher de leurs propres intérêts pour accéder à un point de vue supérieur. Il oublie ainsi que le voile d’ignorance de Rawls n’est pas un dispositif « concret » de décision en matière de justice, mais une représentation abstraite du détachement nécessaire à une délibération juste. En aucun cas, pour Rawls (1987), le voile d’ignorance ne peut être postulé comme existant réellement dans les négociations entre acteurs de l’entreprise. Sa théorie, qui relève de la philosophie morale, cherche, à la manière de Habermas (1983), à définir les règles d’organisation d’une discussion juste qui permettrait de faire émerger des principes collectifs de justice. Elle ne dispose d’aucun contenu positif visant à supposer que ces règles procédurales sont effectivement respectées. En ce sens, Freeman « actualise » une réflexion morale qui ne visait qu’à définir un idéal de délibération. Il ne suit pas Rawls, mais l’instrumentalise.

9De même, Freeman se réfère à Williamson à qui il reconnait le mérite d’avoir posé une réflexion sur l’entreprise. Mais, là encore, Freeman ne reprend pas la dimension institutionnelle de l’approche de Williamson qui forme précisément sa spécificité. Williamson en effet propose une véritable théorie de l’entreprise comme institution. Il se distingue sur ce point des travaux fidèles à la théorie néoclassique comme ceux de la théorie des droits de propriétés (Coase, 1960 ; Alchian et Demsetz 1972) et de la théorie de l’agence qui s’en inspire (Jensen et Meckling, 1976 ; Pratt et Zeckhauser, 1985). L’objectif de ces deux courants de recherche est en effet de parvenir à intégrer l’idée d’institution exclusivement par le biais de contrats marchands complexes. Cette stratégie d’intégration interprète donc l’institution, et les organisations, comme des ensembles de contrats sans spécificité particulière par rapport au marché. Comme l’indiquent Alchian et Demsetz dans leur article fondateur :

10« Il est courant de caractériser l’entreprise à travers le pouvoir qu’elle aurait de régler des conflits en imposant une solution, en s’appuyant sur l’existence d’une relation d’autorité ou encore en prenant des mesures disciplinaires supérieures à celles disponibles sur le marché classique. C’est une illusion. L’entreprise ne dispose pas de tous ces inputs. Elle n’a pas le pouvoir de décréter, pas d’autorité, pas de mesures disciplinaires différents à quelque degré que ce soit d’un contrat marchand ordinaire entre deux individus ». (Alchian et Demsetz, 1972, p. 777).

11Au contraire, tout l’effort théorique de Williamson revient à démontrer que la hiérarchie est indispensable à partir d’hypothèses anthropologiques et historiques (Postel, 2003, chap. 4). D’une certaine manière, Williamson revitalise la grande tradition hobbesienne du contrat social en substituant la question de l’entreprise à celle de l’État. Sa théorie comporte les mêmes apories que la théorie de Hobbes concernant la genèse de ce contrat, mais dispose des mêmes vertus clarificatrices en ce qui concerne la légitimation de la relation d’autorité, fondée pour surveiller, punir et coordonner sur le plan cognitif les acteurs de l’entreprise. On peut faire maints reproches à cette « défense » de la nécessité (du point de vue de l’efficacité sociale) de l’organisation capitaliste… mais elle est très explicite et revendique la dimension coercitive de l’institution-entreprise. C’est dans cet esprit que Williamson défend la gouvernance actionnariale (Williamson, 1985, chap. 12) fondée sur l’identité d’intérêt entre actionnaires et « l’entité entreprise ». Freeman et Evan (1990) vont précisément attaquer cet aspect de l’approche williamsonnienne en revendiquant la possibilité des agents de se passer d’une structure de gouvernance hiérarchique, au bénéfice de contrats bilatéraux ne privilégiant aucune des parties prenantes. On ne peut trahir plus nettement la longue tradition de la théorie de l’analyse en termes de « coûts de transaction » qui insiste précisément sur l’inefficience des contrats bilatéraux…

12Reste donc la dernière référence, en fait essentielle, aux thèses défendues par Coase à partir de son article de 1960. Ce « second » Coase – relativement à celui qui, en 1937, cherchait à légitimer l’organisation non marchande –, Freeman va précisément s’en servir contre Williamson et contre, au fond, le « premier » Coase – celui de l’article de 1937. En effet, Freeman discute puis évacue la prudente (et décisive) clause suspensive que Coase (1960) pose comme préalable à sa défense de l’arrangement contractuel contre la réglementation publique : celle qui suppose l’absence de coûts de transaction. Freeman et Evan (1990, p. 350) s’acharnent à montrer que cette hypothèse est « logically impossible, not just empirically false ». Dès lors, le raisonnement de Coase peut être étendu à toute situation, par delà l’hypothétique existence de coûts de transaction. Le concept de coût de transaction est ainsi enterré, et avec lui, l’ensemble de l’approche qui, de Coase (1937) à Williamson (1985), s’en inspire. Reste uniquement le principe coasien de la supériorité de l’arrangement contractuel sur la réglementation. On sait en effet que Coase, en 1960, critique vigoureusement l’approche des choix publics sous-tendue par la réflexion pigouvienne en termes de taxe permettant d’internaliser les externalités. Contre Pigou, Coase va affirmer, avec force et pertinence, que dans un univers où les individus sont souverains et où les décisions se prennent sur le critère du maximum d’utilité subjective, il est tout simplement impossible de connaître la bonne valeur d’une taxe, car il est impossible de connaître la bonne valeur d’une externalité et de tout ce que, précisément, le marché ne « révèle » pas. Sans ce fondement « cognitif », il est impossible de calculer le montant adéquat de la taxe, et, pour cette raison, Coase plaide pour la recherche d’arrangements contractuels… rendus possibles par une meilleure définition et répartition des droits de propriété sur les biens prétendument dits « publics ». La solution de Coase (1960) consiste donc en une extension du règne de la régulation marchande par distribution de droit de propriété… et non en sa suspension (comme c’est le cas dans l’article de Coase, 1937) ou sa distorsion (comme c’est le cas lors du recours à des taxes suggéré par Pigou).

  • 6  Position d’autant plus remarquable que l’on pourrait penser qu’avec la mise en lumière des parties (...)

13Freeman transpose cette solution à l’entreprise. Ainsi, loin de penser, avec Rawls ou Williamson, que le principe d’une régulation marchande fondée sur des négociations bilatérales peut connaître des limites (en l’occurrence, celle de l’action collective ou de l’institution qu’est l’entreprise), il affirme au fond l’inverse. Sa réflexion théorique l’entraîne même à retourner littéralement Coase contre lui-même. Dans l’article de 1937, Coase défend en effet la spécificité de la gestion organisationnelle contre la gestion marchande… en raison de l’existence de coûts de transaction liés à la durée, l’incertitude, la complexité des transactions liées au travail productif. En généralisant les principes de la supériorité de l’arrangement contractuel à l’entreprise elle-même, Freeman subvertit avec une certaine habileté la critique que propose Coase de l’intervention publique, en l’appliquant à la suspension de la régulation marchande dans les organisations… que Coase lui-même avait initialement défendue. La défense par Freeman de la notion de partie prenante est donc très profondément marquée par une perspective contractualiste et individualiste. Elle se situe contre une vision de l’entreprise comme institution6.

1. 2. La défense d’un « capitalisme des parties prenantes » contre la régulation publique et le primat de l’actionnaire

  • 7  Précisons que c’est là l’interprétation que propose Freeman de ces auteurs. Il n’entre pas dans l’ (...)

14L’approche contractualiste entraîne, chez Freeman, une représentation précise – qui est de l’ordre de la philosophie politique – de la forme que doit prendre le capitalisme. Conscient du poids des représentations dans la régulation effective des pratiques économiques, Freeman (Freeman, Martin et Parmar, 2007) développe en effet une critique de l’ensemble des représentations passées du capitalisme (de Marx, Keynes, Berle et Means, Schumpeter, Friedman) pour leur substituer une nouvelle représentation qu’il qualifie de « capitalisme des parties prenantes ». L’article, court et extrêmement habile, passe en revue les différentes représentations et dénonce leur caractère systématiquement déséquilibré. Il renvoie ainsi dos à dos des auteurs traditionnellement mis en opposition au sujet de l’intervention de l’État comme Marx ou Keynes, d’une part, Friedman et Schumpeter, de l’autre. De la longue liste de types de capitalisme établie par Freeman (dans un sens finalement proche de Boltanski et Chiapello, 1999) émerge une thèse simple : ces diverses représentations normatives pointent systématiquement l’existence d’un déséquilibre de pouvoir que l’État se doit de corriger. Elles sont en ce sens, toujours, des formes de justification de la puissance publique assises sur l’identification d’une inégalité structurelle. Marx et son capitalisme prolétarien, Keynes et son capitalisme d’État, Berle et Means et leur capitalisme managérial, Schumpeter et son capitalisme entrepreneurial forment, en réalité, une première mouture fondée sur la mise en avant, d’une part, de la spécificité de l’entreprise relativement au marché, et, d’autre part, de la nécessité de contrecarrer le pouvoir « mécanique » de l’actionnaire dans le capitalisme. Selon Freeman, ces auteurs supposent tous l’existence d’un rapport de force favorable aux détenteurs de capitaux au sein du capitalisme et prétendent ainsi établir la nécessité d’un État ayant pour objet de contrebalancer ce pouvoir et de rééquilibrer le rapport de force à la faveur de ceux qu’ils estiment lésés : les salariés (Marx), une cause morale plus ou moins claire (Keynes), l’entrepreneur (Schumpeter) ou l’esprit managérial (Berle et Means)7. C’est le capitalisme fordiste qui est ainsi mis en scène et défendu par ces auteurs. Mais il a une terrible tare aux yeux de Freeman : celui de mettre en avant un groupe dominant contre les autres. Un groupe qui accapare l’État et l’oblige à agir dans ses intérêts. Le gouvernement est alors censé « résoudre les conflits, légiférer moralement, et redistribuer » (Freeman et alii, 2007, p. 310). Cependant, compte tenu de sa faute originelle : « Un gouvernement qui remplit son rôle perpétue le problème plutôt que de le résoudre. Il est auto entretenu » (ibid, p. 310). Autrement dit, le problème de ces représentations qui font apparaître un groupe dominant est de créer « un grand État toujours plus intrusif dans un système fondé sur la démocratie libérale» (ibid, p. 311). La thèse de Freeman relaye au fond simplement ici la thèse libérale critiquant le poids trop grand pris par l’État, un poids qui procède d’une erreur d’optique conduisant à identifier, à tort, l’existence de rapports de force favorables aux détenteurs du capital et défavorables aux autres acteurs.

15Il en va cependant nécessairement différemment pour la critique de la vision monétariste du capitalisme que Freeman associe à Milton Friedman. Elle est certes plus timide et Freeman rend hommage à Milton Friedman en le citant pour indiquer « qu’en matière de politique fiscale et monétaire nous ne savons tout simplement pas assez pour opérer des changements dans les cours ou le niveau de production […] en agissant ainsi nous sommes à peu près sûr de faire pire que mieux» (ibid, p. 312). Toutefois, on comprend à la lecture que deux problèmes subsistent dans cette représentation monétariste : sa défense de la concurrence et son insistance sur la dimension amorale de l’accumulation du capital dont il juge responsable l’investisseur. Ces deux problèmes sont liés et se font jour dans les remarques dévastatrices que Milton Friedman (1970) adresse à la notion de RSE dans le New York Time Magazine : « la seule responsabilité dans les affaires consiste à s’employer à utiliser les ressources et déployer les activités de l’entreprise en vue d’en accroître les profits». Friedman ne moralise pas les agents économiques. Il accepte au contraire de vanter leur avarice, et, dans une certaine tradition classique, revendique le miracle marchand consistant à transformer l’avarice en bienfait. Mais cela implique, bien sûr, l’existence d’un État. Dans la plus pure tradition néolibérale (décrite par exemple par Foucault, 2004), l’État est indispensable pour veiller, précisément, au bon respect des règles de la concurrence et déployer et étendre le principe de la régulation marchande lorsque cela s’avère possible (en définissant et attribuant des droits de propriété). Ce rôle structurel de l’État est assumé par Friedman. Il est lié à une raison finalement simple : Friedman ne prend pas en compte le fait que, dans la négociation bilatérale, les individus peuvent porter des valeurs de justice et choisir, en toute légitimité, de s’abstraire des règles de la concurrence (par exemple, en acceptant de payer plus pour une bonne cause). Il se focalise sur la seule figure du shareholder appliquant une vision instrumentale et intéressée à l’entreprise.

16C’est ce que va lui reprocher Freeman et c’est bien sûr ici que la théorie des parties prenantes croise la thématique de la RSE. D’une part, sur la vision de l’entreprise, Freeman propose de substituer à la notion de shareholder la notion de stakeholder (partie prenante) mettant en évidence la diversité des acteurs de l’entreprise. D’autre part, Freeman, contre une vision standard de l’homo oeconomicus, met l’accent sur les capacités éthiques des agents. L’acteur économique est ainsi censé être capable de s’élever au dessus de son propre intérêt pour chercher à être juste dans une négociation bilatérale. On reconnait ici, en creux, la figure smithienne du spectateur impartial qui renvoie à une forme de justice commutative. Pour Freeman, l’existence de cette capacité éthique qui se fait jour dans les transactions bilatérales rend tout à fait inutile l’existence d’un tiers. De là découle l’inutilité, et le caractère potentiellement nuisible, d’un État qui se substituerait à l’arbitrage privé. La logique de Freeman est donc clairement une logique de l’ajustement individuel, par le contrat, sans autre médiation. Il se situe donc clairement dans la filiation libérale, mais d’un libéralisme qui, d’une part, ne survalorise pas l’importance de l’actionnaire et refuse son primat, et, d’autre part, prête à chaque individu une dimension éthique qui tranche avec la vision instrumentale du comportement économique que défend l’analyse néoclassique (et monétariste). Il est, en ce sens, plus proche des libertariens que des libéraux monétaristes (Freeman et Phillips, 2002).

1. 3. Un capitalisme sans rapport salarial

  • 8  Ce qui ne préjuge pas de la taille de l’endroit où la production est effectivement effectuée bien (...)
  • 9  C’est le sens de la critique que lui adresse Corlet (1998).

17Freeman, en survalorisant l’efficacité et la justice de l’arrangement contractuel, se situe en définitive dans une veine très proche de Smith. Mais il oublie les points aveugles de cette première théorisation de l’efficacité du marché. Dans une très fine analyse d’histoire de la pensée, Hervé Defalvard (1994) a ainsi souligné que la notion de marché chez Smith était entachée d’une certaine naïveté en ce qu’elle se représentait le capitalisme comme un jeu entre artisans. Smith confond capitalisme et économie de marché et cette confusion se prolonge dans la représentation walrassienne qui repose toute entière sur l’hypothèse d’atomicité et de libre négociation des agents. Or ce qui caractérise notre univers productif n’est pas, à proprement parler, l’artisanat… mais la firme multinationale qui se caractérise par une très forte concentration du capital8. Que Smith n’ait pas vu clairement naître, sous l’apparence marchande, l’existence des structures capitalistes est parfaitement compréhensible. Mais qu’une analyse du fonctionnement de nos économies puisse encore aujourd’hui faire des hypothèses similaires dans sa représentation des capacités de négociation des agents est difficile à admettre. Freeman dénonce en effet l’existence de représentations du capitalisme marquées par l’identification de groupes dominants… sans jamais s’interroger sur la nature structurelle, dans le capitalisme, de la domination des détenteurs du capital sur les travailleurs9. L’idée qu’il puisse y avoir une inégalité structurelle dans le capitalisme, des différences de pouvoirs systémiques entre acteurs de la firme selon qu’ils possèdent le capital ou le travail… est simplement évacuée. Comment comprendre et légitimer cette évacuation du trait dominant de nos économies capitalistes ?

18Chez Freeman, la réponse se trouve sans doute dans le recours au concept de voile d’ignorance de Rawls, lequel est assez ambigu sur le statut du rapport salarial (Sobel, 2008). Pour Freeman, au fond, peu importent les positions des uns et des autres puisque chacun peut, en son for intérieur, délibérer sur la justice en toute objectivité :

« De la valeur peut être créée, vendue et maintenue dans le temps, parce que (1) des stakeholders peuvent joindre de manière satisfaisante leur besoins et leurs désirs en passant des accords volontaires entre eux qui sont pour la plupart tenus, (2) parce que toutes les transactions impliquent des clients, des fournisseurs, des employés et des financiers, (3) parce que les stakeholders acceptent leur responsabilité, (4) parce que les humains ont des motivations et des valeurs différentes, (5) parce que les stakeholders sont motivés par leur valeurs». Freeman, Martin, Pamar, p. 311.

  • 10  Dans le quatrième chapitre de son ouvrage, Oliver Williamson décrit avec précision les fondements (...)

19Pour Freeman, la dimension morale (kantienne) de l’être humain explique sa capacité à s’élever au dessus des circonstances pour atteindre l’impératif catégorique et juger en toute impartialité de ce qui doit être fait. C’est en ce sens qu’il défend une vision, non pas positiviste, mais « morale » ou « éthique » du concept de stakeholder. Il pointe vers une théorie complète de l’action, découplant la question de la maximisation des intérêts de celle des fins de l’action. Il cherche ainsi à rompre avec une représentation étroitement conséquentialiste du comportement des individus économiques, s’inscrivant clairement en opposition à la représentation standard incarnée par l’homo oeconomicus. C’est aussi là, sans doute, l’origine de sa distance à l’égard de la représentation que propose Williamson (1995) de « l’homme tel qu’il est », c’est-à-dire opportuniste, cognitivement limité, et incertain10. Pour Freeman, ce présupposé « anthropologique » de ce que Williamson qualifie de « contractual man » n’est pas acceptable. Il n’y a pas lieu de réduire l’être humain à un atome utilitariste. Il doit pouvoir accéder à une représentation du juste et agir en accord avec cette conception.

20Cette représentation de l’acteur par Freeman relie sa théorie au « tournant herméneutique » dans les sciences sociales (Dosse, 1995). Il est sur ce point assez proche des travaux menés dans le champ de l’économie des conventions (Eymard-Duvernay, 2006). Mais il ne pose pas la question, pourtant centrale, des conditions de possibilité de l’expression d’une démarche éthique. C’est cependant cette question des conditions institutionnelles de l’existence d’un comportement éthique qui est au centre des travaux d’Habermas (1985), Arendt (1960) ou Jonas (1979). Elle suppose de définir les conditions de possibilité d’un déploiement de l’éthique dans la société capitaliste. En faisant abstraction de cette dimension institutionnelle, Freeman transpose directement les réflexions abstraites kantiennes à la représentation des pratiques marchandes. Le marché est ainsi perçu comme étant une nouvelle « agora » : c’est, au fond, pour reprendre la terminologie d’Habermas (1983), le lieu de l’agir communicationnel réalisé !

21Un pas de côté est cependant nécessaire ici. Peut-on vraiment considérer que les salariés ont librement choisi de jouer au jeu capitaliste ? La crise récente, qui nait des excès de la finance et se traduit par du chômage, de la modération salariale et des plans de rigueur, ne démontre-t-elle pas l’inégalité des acteurs ? Freeman choisit de nier l’existence d’un rapport salarial, inégalitaire, entre salariés et capitalistes. C’est une possibilité théorique. Mais elle est sans doute contradictoire avec l’utilisation même du concept de capitalisme qui suppose l’existence d’une telle distinction, structurelle, entre détenteurs de capitaux et travailleurs. Au delà, en rabattant, de fait, capitalisme sur économie de marché, Freeman prend le risque de l’idéalisme. Un idéalisme qui, même s’il conserve sa cohérence théorique, tourne à vide pour ce qui est de sa capacité à décrire les conditions concrètes dans lesquelles s’élaborent les contrats entre agents dans le capitalisme. Il manque à sa représentation des parties prenantes une dimension institutionnaliste qui lui permettrait de s’ouvrir à la réalité des rapports productifs, qui ne sont pas marqués du sceau de l’égalité. Au contraire, son enracinement contractualiste lui interdit de voir, analyser, peser les conditions institutionnelles nécessaires à l’existence de formes de négociations justes au sein de notre univers économique. À quelle condition, dans notre univers économique, la « libre » négociation est-elle possible ? De quoi dépend l’exercice réel de la liberté ? C’est précisément à cette question, celle des ressorts institutionnels de la possibilité d’agir dans le capitalisme, que l’analyse de Polanyi peut nous permettre de répondre.

 2. Polanyi : la nécessité des institutions

22Polanyi propose – sans que cela soit toujours bien perçu, notamment parce que Polanyi ne l’explicite jamais vraiment et systématiquement –, une théorie institutionnaliste des tenants et aboutissants du capitalisme. Cette théorie macro-sociale peut s’articuler sans problème avec les deux grandes représentations macroéconomiques du capitalisme (de Marx et de Keynes) mais leur adjoint une dimension environnementale qui leur fait défaut. Cette complétude de l’analyse polanyienne, pour ce qui est des rapports entretenus entre la logique du capital et celle de la vie sociale (sous ces aspects politiques, sociaux et environnementaux), constitue pour nous un cadre heuristique permettant de mettre en perspective critique les analyses de Freeman et, partant, de comprendre les enjeux sociopolitiques véritables de la RSE.

2. 1. Le mythe du marché autorégulateur

  • 11  Pour une analyse approfondie de la généalogie de la pensée de Polanyi : Maucourant (2005).
  • 12  Soulignons que ce que Karl Polanyi va appeler la « grande transformation » n’est rien d’autre que (...)

23L’objet principal de l’œuvre de Karl Polanyi est cette grande rupture socio-économique qu’il identifie dans l’histoire récente des sociétés occidentales11. Dans toutes les sociétés humaines jusqu’au xixe siècle, le domaine économique est resté confiné dans un statut social finalement subordonné aux systèmes des besoins. Quelles que soient leurs formes historiques – lesquelles pouvaient donner lieu à des relations de domination et à des inégalités – ces activités se déployaient sous des formes encadrées et encastrées dans une existence sociale, maîtrisées et régulées par des institutions d’ordre juridique ou politique. Les sociétés, jusqu’à la Révolution industrielle, avaient mis en place des dispositifs sociaux complexes pour empêcher que la recherche du profit ne devienne une fin en soi et, surtout, une fin socialement dominante faisant courir à la cohésion sociale un danger qu’Aristote avait déjà repéré (Polanyi, 1957). Mais, à la suite de bouleversements, de relâchement des protections et/ou de forces endogènes, l’économie marchande a fini par se désencastrer12.

24Karl Polanyi (1983) a essayé d’analyser ce désencastrement à partir de la fiction du marché autorégulateur, que l’idéologie libérale met en scène. Pour lui, le marché désigne le lieu abstrait – théorisé par les économistes classiques et néoclassiques – où se forment les prix. Ceux-ci sont entendus comme la résultante objective et autonome – par rapport aux forces sociales et politiques – d’une confrontation entre deux flux anonymes, offre et demande, relevant de désirs hétérogènes. À cette conception du marché est associé le principe d’autorégulation, au sens où l’on peut y constater l’existence d’une loi mécanique, la loi de l’offre et de la demande, permettant à tout instant d’équilibrer ces deux flux, pour un prix qualifié de prix d’équilibre. Le corollaire de ce principe d’équilibration est que toute autre forme de régulation des flux d’offre, de demande ou du prix est inutile et néfaste. C’est pourquoi ce domaine économique s’autonomise du reste de la société régi par des lois d’origines humaines.

25Ce marché autorégulateur est proche de ce que la théorie économique dite néoclassique appelle le marché de concurrence pure et parfaite. Bien avant l’avènement du marché autorégulateur, il existait déjà des marchés, mais la plupart d’entre eux étaient socialement régulés (Braudel, 1979) et ne produisaient pas un prix autonome de chacun des acteurs en présence, comme le veut la règle de la concurrence. La première spécificité du marché autorégulateur comme mode générale d’organisation de l’économique est donc précisément d’établir comme dogme le principe d’émergence d’un prix « concurrentiel » ne dépendant d’aucun des acteurs en présence (qui sont donc price-takers). Ce principe concurrentiel entraîne une autre caractéristique bien plus essentielle : la mise en concurrence suppose en amont une accumulation du capital productif permettant précisément de gagner en efficacité concurrentielle. L’arrière-plan du principe de marché autorégulateur est donc l’existence d’un primat de la production sur l’échange proprement dit, ce dont les classiques avaient parfaitement conscience, comme en témoigne leur attachement au principe de la valeur travail. Ce primat de la production signe pour Polanyi le primat du capital qui, avec le marché autorégulateur, impose son rythme et ses nécessités productives à l’ensemble de la société. Aiguillonnée par le principe concurrentiel, celle-ci se trouve ainsi subordonnée au marché, entièrement soumise à l’impératif de rentabilisation/accumulation du capital. Voici au fond l’origine de la spécificité du capitalisme et de ce que Polanyi qualifie de « désencastrement » de l’économique. Ce processus n’est jamais mené à terme. Le principe du marché autorégulateur est un idéal impossible à atteindre. L’économie ne se désencastre jamais complètement et la société résiste aux principes de la marchandisation. Mais cette résistance même est un phénomène nouveau et essentiel en ce qu’il revient à conditionner un mouvement social à un principe économique, celui de la rentabilité, ne serait-ce que pour y résister. En ce sens, l’émergence du mythe du marché autorégulateur est en soi une réalité qui modifie profondément le fonctionnement de la société. Le concept le plus approprié pour voir ce complexe phénomène de soumission/résistance est celui de marchandise fictive.

2. 2. La marchandisation nécessaire de la terre, du travail et de la monnaie

26Pour que le marché autorégulateur se mette en place, il est nécessaire que les facteurs de production, qui alimentent en continu la production soient eux aussi gérés par un dispositif marchand. La relative autonomisation de la sphère économique grâce au développement du marché concurrentiel survient ainsi dans une société particulière, dont l’évolution socio-historique a permis progressivement le désencastrement, notamment, la construction d’une force de travail « libre » dans le cadre du rapport salarial. Cependant, la société ne peut pas devenir spontanément auxiliaire du marché, puisque le « marché » n’est pas une réalité naturelle sui generis et que ce sont forcément toujours des dispositifs politico-juridiques particuliers qui constituent les conditions de possibilité du marché (droit de propriété, respect de la concurrence, monnaie pour la mesure et les transactions, Defalvard, 1994). Les travaux postérieurs de Michel Foucault (2004) permettent d’accentuer encore la position polanyienne : le marché autorégulateur est un construit politique très instrumenté, qui forme l’alpha et l’oméga de la politique libérale, laquelle ne se contente donc pas de « déréguler » mais fonde les institutions nécessaires à la mise en place de cette fiction de marché.

27Le cœur de cette construction réside dans la mise en place de trois marchés qui permettent le fonctionnement d’une activité de production « gérée » par le marché. Dans le sillage de la Révolution industrielle, l’exigence de valoriser et d’accumuler le capital productif sans interruption et sur une longue période nécessite que l’on puisse fournir à l’industrie, de manière continue, un flux de travail, de matières premières naturelles, et de possibilité de financement des biens de production. Produire cela signifie, au fond, modifier des matières premières par l’application de travail humain et d’outils. Trois éléments sont donc indispensables pour la formation d’une activité de production tournée vers le marché : un marché des matières premières (associant à tout moment des éléments naturels à un prix), un marché du travail (dans lequel il est possible de puiser en permanence le nombre d’heures de travail nécessaires en fonction du prix associé à cette heure), un marché de la monnaie de crédit (sur lequel il est possible d’acquérir, par l’emprunt, des biens de production afin de produire). La construction politique de ces trois marchés est la condition sine qua non de l’apparition d’un marché autorégulateur et donc d’un processus de production déterminé par trois prix : celui des matières premières, du travail et du capital. Or ces trois éléments ne sont pas des marchandises au sens très simple que Polanyi donne à ce terme :

« Le point fondamental est le suivant : le travail, la terre et l’argent sont des éléments essentiels de l’industrie ; ils doivent eux aussi être organisés en marchés ; ces marchés forment en fait une partie absolument essentielle du système économique. Mais il est évident que travail, terre et monnaie ne sont pas des marchandises ; en ce qui les concerne, le postulat selon lequel tout ce qui est acheté et vendu doit avoir été produit pour la vente est carrément faux. En d’autres termes, si l’on s’en tient à la définition empirique de la marchandise, ce ne sont pas des marchandises. » (Polanyi, 1983, p. 107-108).

  • 13  Le concept de marchandise fictive et sa discussion à partir de ces deux critères font l’objet d’un (...)

28Pour Polanyi, une marchandise est un élément « produit pour être vendu ». Deux critères se font donc jour dans cette définition sommaire mais robuste : un critère de production et un critère de validation marchande13. Or ni le travail, ni la terre (comprise ici comme « environnement naturel ») ni l’argent (en fait la monnaie de crédit) ne respectent ces deux critères. Le travail et l’environnement naturel ne sont évidemment pas « produits » (en dehors de l’esclavage pour ce qui concerne le travail). Le travail est l’autre mot mis pour l’être humain, et sa présence ne s’explique donc pas par les nécessités productives. L’environnement naturel est antérieur à l’humanité elle-même. Le premier critère ne peut donc pas leur être appliqué. Ce sont deux éléments essentiels qui témoignent qu’il y a du donné irréductible dans toute forme humaine de vie sociale. Le travail échappe également au second critère (validation marchande). Le « marché » du travail n’est pas à proprement parler un marché d’achat/vente, mais un marché sur lequel se négocient des contrats de louage… du fait même que le travail n’est pas séparable de la personne humaine qui l’exerce. L’environnement naturel peut lui faire l’objet d’échange marchand, dans lequel le prix se détermine par la rareté du bien (cas particulier souligné bien sûr par les classiques) ou par le travail humain exercé pour l’extraire (auquel cas le prix n’est pas tout à fait lié à l’environnement, qui est lui-même supposé  donner gratuitement ces bienfaits). Il est à noter que l’extension d’une validation marchande des ressources environnementales est cependant coextensive du développement du capitalisme et donc de la raréfaction de ces ressources longtemps conçues comme « sans valeur » puisqu’abondantes et libre d’accès. En tout état de cause ni le travail, ni l’environnement naturel ne sont des marchandises…

29S’agissant de la monnaie, son impossibilité à être considérée comme une vraie marchandise ne se situe pas au niveau fondamental précédent, mais à un niveau secondaire : la monnaie n’est pas une condition naturelle (« terre ») ou anthropologique (« travail ») de toute économie, mais la condition sociale d’une forme particulière d’économie : l’économie de marchés (c’est-à-dire, en fait, le capitalisme). On sait en effet que l’émergence du capitalisme est conditionnée par la possibilité du prêt, donc d’une monnaie de crédit fondée sur la possibilité de tirer profit du « temps » ce que les scolastiques condamneront longtemps. Mais la monnaie est aussi condition de possibilité de cette forme économique particulière en raison du lien collectif qu’elle supporte. La monnaie relève en effet toujours d’un pouvoir politique ou étatico-politique (le pouvoir de « battre monnaie », comme on disait jadis), elle témoigne en fait de la nécessité d’une intervention et d’une régulation socio-politique minimale de toute économie de marché (Cartelier, 1996 ; Aglietta, Orléan, 1998).

  • 14  Les écrits de Malthus (notamment son Essai sur le principe de population (1798)), et son instance (...)

30Monnaie, Travail et Terre ne sont pas des marchandises… mais doivent être traités comme des marchandises. Tel est le paradoxe fondamental du capitalisme, qui lui donne sa tension et son ressort dynamique sur le plan sociopolitique. En effet, l’application d’une logique marchande à des éléments ne relevant pas du marché créé forcément des tensions et nécessite une certaine violence sociale. On sait ainsi que le mouvement des enclosures, pour ce qui concerne la terre, ou celui de la mise au travail des paysans anglais à la suite du système de Speenhamland décrit par Polanyi (et avant lui par Malthus), se sont faits par la violence et sous le coup de la nécessité14. Mais, plus généralement, l’application continue de la logique marchande à ce qui constitue des éléments de vie, d’environnement et de mesure propre à toute société sape littéralement la possibilité de vie sociale : « aucune société ne pourrait supporter, ne fut-ce que pendant le temps le plus bref, les effets d’un pareil système fondé sur des fictions grossières, si sa substance humaine et naturelle comme son organisation commerciale n’étaient pas protégées contre les ravages de cette fabrique du diable » (Polanyi, 1983, p. 107-109). Derrière la fiction et l’artifice, ce que Polanyi entend désigner est le caractère insoutenable de cette fiction pour la société humaine, sous l’effet de laquelle elle se disloque. C’est l’histoire de cette dislocation que Polanyi décrit dans son ouvrage majeur « la grande transformation ».

2. 3. Disparition de l’altérité et dégénérescence totalitaire

31La dislocation sociale à laquelle pense Polanyi, et qui découle donc du coup de force institutionnel que représente l’affirmation du caractère marchand des trois piliers de la vie sociale que sont le capacité de créer, l’environnement naturel commun et la manière de compter la valeur (y compris du temps), prend très précisément la forme d’une « crise de l’action » qui nous renvoie à la discussion de la théorie des parties prenantes.

  • 15  On reconnait là aussi les règles d’une authentique communication pour reprendre les termes d’Haber (...)

32La société n’est pas pour Polanyi une entité douée d’une vie propre. Elle désigne simplement le commun qui permet à l’homme d’agir. On sait depuis Aristote – et c’est ce que rappelle Arendt (1983) – que l’action ne peut se dérouler que dans un environnement collectif. Cet environnement collectif doit avoir quelques caractéristiques : il doit s’inscrire dans la durée, être fondé sur la reconnaissance de la différence et de l’égalité15. C’est en ce sens que la notion de société est indéfectiblement liée à celle d’action. Or la possibilité d’agir, avec comme horizon commun la justice, disparait lorsque chaque individu, piégé par la fiction marchande, se voit renvoyé à son animalité et son égoïsme. C’est la faiblesse d’une économie capitaliste : « La véritable critique que l’on peut faire à l’économie de marché n’est pas qu’elle était fondée sur l’économique – en un sens toute société quelle qu’elle soit doit être fondée sur lui – mais que son économie était fondée sur l’intérêt personnel. » (Polanyi, 1983, p. 320). On pourrait prêter sans trop de difficulté cette thèse à R. E. Freeman, tant la proximité des deux auteurs est ici flagrante pour ce qui concerne la critique de la figure de l’homo oeconomicus. Cependant, l’arrière-plan de cette critique est bien différent, car Polanyi pointe ici la faille d’un système qui en pratique ne s’appuie que sur l’égoïsme là où Freeman évoquait une théorie ou une représentation qui s’articulait autour de l’égoïsme.

33Il convient donc d’approfondir cette remarque sibylline de Polanyi et l’exploitation de ses « essais » récemment publiés en France (Polanyi, 2002) est ici précieuse. Pour Polanyi en effet, le problème de la société capitaliste n’est pas qu’elle provienne originellement d’une recherche d’efficacité productive, mais qu’elle se soit progressivement pliée à l’objectif d’efficacité productive jusqu’à en faire le fondement du comportement humain. L’homme est renvoyé exclusivement à son instrumentalité et perd sa « raison pratique ». Il est pris entièrement dans la thématique d’une utilisation efficace des moyens… et perd complètement prise sur la question des « fins », y compris sociales, de cette accumulation. Polanyi évoque cette situation au passé lorsqu’après la seconde guerre mondiale il se retourne vers un symptôme qui lui semble appartenir au passé :

« On croyait que l’homme avait deux composantes : une part de lui apparentée à la faim et au gain, l’autre à l’honneur et au pouvoir ; une part “matérielle” l’autre “idéale” ; la première “économique”, l’autre “non économique” ; la première “rationnelle” l’autre “irrationnelle”. Les utilitaristes allèrent si loin qu’ils identifièrent les deux séries de terme attribuant dès lors l’aura de rationalité au côté économique du caractère de l’homme. Ainsi, celui qui aurait refusé de reconnaître qu’il agissait seulement par amour du gain serait passé non seulement pour un être immoral mais aussi pour un fou. » (Polanyi, 2002 [1947], p. 513).

  • 16  Ainsi peut-il être parfaitement rationnel de tuer son voisin opulent si notre fonction d’utilité c (...)

34On ne saurait, pourtant, faire constat plus actuel sur l’inadéquation patente entre ce que les économistes qualifient spontanément de rationnel, et la définition que recouvre normalement ce terme pour désigner un comportement socialement adapté, pour lequel on ne peut plus guère qu’utiliser le terme « raisonnable » afin de préciser que l’on ne souhaite pas renvoyer à la seule définition « instrumentale » de la rationalité16. Ce recouvrement du raisonnable par le rationnel est pathologique. Or c’est une pathologie qui est propre à un univers social dominé par la marchandisation et l’impératif d’efficacité qu’elle induit. Polanyi est clair sur ce point : « La fiction de la marchandisation consigne le destin de l’homme et de la nature au fonctionnement d’un automate qui suit sa routine et est régi par ses propres lois » (ibid., p. 507). L’effet de la marchandisation fictive de la vie humaine (le travail), de l’environnement naturel de l’être humain (la terre) et de ce qui constitue la grammaire sociale commune dans un univers marchand (la monnaie) est donc de renvoyer l’individu à sa seule instrumentalité, à son mécanisme, à la loi des besoins.

  • 17  On retrouve finalement ici ce que Kenneth Arrow formulera de manière analytique dans les années qu (...)
  • 18  Il faut ici remarquer bien sûr que dans un système où les marchés sont conçus comme des lieux d’éc (...)

35Cet instrumentalisation de l’être humain a une conséquence immédiate : elle dissout le lien social. L’anomie qui en découle provoque de fortes tensions sociales. L’histoire du xixe siècle est, pour Polanyi, l’histoire de la résistance à la marchandisation, en particulier pour le travail et la monnaie. Cette histoire est aussi celle d’un échec, qui est consommé dans l’entre-deux guerres, période d’effondrement des sociétés occidentales. Cet effondrement est bien sûr une « image ». De même que la société ne peut-être entièrement marchandisée, de même que le marché ne peut être parfaitement désencastré, la société ne « meurt » pas. Mais, arrivée au point de rupture, elle se refonde de la pire des manières, en réunissant les individus, par delà leur diversité, en un seul modèle ou une seule personne. Sous une forme dite « totalitaire ». En ce sens le fascisme des années 1930 est l’aboutissement de la société libérale qui se déploie durant le xixe siècle. Le fascisme est « l’autre » de la marchandisation libérale selon Polanyi : « C’est la réalité d’une société de marché que l’on perçoit dans le totalitarisme » (Polanyi, 2002 [1932], p. 386)17. Le lien qui s’opère ici entre totalitarisme et marchandisation est clair. Fondamentalement l’univers marchand est, en concurrence pure et parfaite, un univers sans altérité18. Il ne laisse pas de place à la raison qui fonde la possibilité de vivre ensemble. Cette suppression de la raison pratique conduit la société à des formes politiques totalitaires : ce sont en effet les seules qui prétendent faire société autrement que par le débat politique, au-dessus et à la place du recours démocratique à une discussion « raisonnable » sur ce qu’il convient de faire.

36L’analyse de Polanyi nous permet de poser deux hypothèses fortes qui nous paraissent indispensables pour jauger le phénomène RSE. Première hypothèse : le déploiement d’une forme de raison pratique permettant de maintenir l’unité de la société et des formes politiques démocratiques nécessite la présence d’institutions préservant la capacité éthique des acteurs de l’instrumentalité marchande. Polanyi pointe ici la codétermination des institutions collectives et de la raison pratique dans le cadre du capitalisme. Les institutions, on le sait, sont le fruit d’une élaboration éthico-politique des acteurs (qui suppose l’exercice de la raison pratique)… mais cette capacité éthique est en permanence menacée par la logique marchande et le primat de la rationalité instrumentale (l’injonction à être efficace) qu’elle charrie. Il faut donc qu’existent et soient préservées des institutions collectives pour éviter que la raison pratique ne soit en quelque sorte écrasée par le raisonnement instrumental (chemin qui mène non pas à la liberté mais au totalitarisme). Seconde hypothèse : dans le capitalisme, les institutions fondamentales sont celles qui gèrent le rapport qu’entretiennent le travail, la terre (environnement naturel) et la monnaie (y compris de crédit) avec le principe capitaliste/instrumental de l’accumulation. Ces institutions doivent en effet gérer la double contrainte qui pèse sur l’activité humaine (travail), le cadre naturel (terre) et la convention de base de l’activité économique (monnaie) : prendre nécessairement la forme de marchandises en vue de l’accumulation du capital… tout en étant préservé de la logique marchande car ce sont les piliers fondamentaux de la société qui permettent le vivre ensemble. C’est dans ce cadre qu’il faut, selon nous, envisager la question de la responsabilité sociale des entreprises. Responsabilité à évaluer à l’aune du rapport entretenu à l’égard du travail, de la terre, de la monnaie. Responsabilité qui pose évidemment la question éthique du rapport à l’autre (Jonas, 1979) et ne peut donc s’épanouir que dans un cadre structuré institutionnellement et préservant les entreprises de la logique concurrentielle leur imposant le primat de l’efficacité.

37Ce cadre analytique s’oppose à celui de Freeman, qui, précisément, dilue la notion de rapport au travail ou à la nature dans le concept englobant de parties prenantes, les points nodaux de la constitution de lien social sont ainsi potentiellement confondus avec des relations beaucoup plus anecdotiques (de voisinage, de service après vente, d’externalité au sens large…). Il s’oppose aussi, et de manière plus profonde, à l’approche contractualiste de Freeman, en ce qu’elle récuse le rôle des institutions collectives transcendant les acteurs et suppose au fond possible de régler par le seul jeu du contrat les tensions structurelles entre logique instrumentale de l’accumulation du capital et logique éthico-politique du rapport social (au travail humain, à la nature, à la monnaie). Sans institution collective de ce rapport social, il n’y a tout simplement pas de place pour l’éthique. C’est dans cette perspective que nous envisageons dans la partie suivante la RSE comme une convention en attente d’institutionnalisation.

3. Pour une approche institutionnaliste de la RSE

38La confrontation entre les thèses de R. E. Freeman, qui a popularisé une conception contractualiste de la RSE, et celle de Polanyi nous amène dans cette dernière partie à défendre une analyse de la RSE comme transition institutionnelle (dans une perspective proche et nous semble-t-il complémentaire de Bodet et Lamarche, 2007). Dans cette optique, nous situons la RSE dans la perspective historique de l’entrée en crise du compromis social fordiste correspondant à un primat de la sphère financière, nous proposons ensuite le concept de convention pour qualifier ce moment institutionnel particulier d’émergence d’une nouvelle forme d’institution, et nous suggérons vers quelle forme d’institutions stabilisées il pointe.

3. 1. Une démarchandisation partielle menée sous le régime d’une monnaie marchandise

  • 19  Sur les liens ente RSE et compromis social fordiste : Postel, Rousseau, Sobel (2006) ; Boidin, Pos (...)
  • 20  D’une certaine manière, la RSE s’inscrit dans la perspective néo-libérale qui conçoit la régulatio (...)

39À l’aune d’une perspective institutionnaliste polanyienne, le mouvement de la RSE peut apparaître comme une réponse à la re-marchandisation du « travail », d’une part, et aux effets visibles de la marchandisation de la « terre », d’autre part, qui ont été menées dans le sillage de la révolution néolibérale des années soixante-dix19. Toutefois, la manière dont sont saisis les enjeux de cette double re-marchandisation fictive est pour le moins complexe. La RSE ne remet en effet formellement en cause ni le principe d’une marchandisation accrue de la monnaie (Aglietta, Rébérioux, 2004) abs de la biblio), ni celui d’une gestion par le marché du travail et des matières premières du « travail » et de la « terre ». Elle compte simplement sur les différents acteurs concernés – ce qu’il est désormais convenu d’appeler « les parties prenantes » – pour élaborer des conventions de mise sur le marché qui garantissent qu’au-delà de leur évaluation marchande, les éléments de la nature et du travail humain soient mobilisés par le marché dans des conditions « légitimes »20. En ce sens, elle choisit une voie étroite dont l’ouverture suppose l’activation de soutiens institutionnels à ce processus en opposition à la logique contractualiste qui l’a popularisé.

40La mise en place, lors de la conférence de Bretton Woods en 1944, d’une gestion politique institutionnalisée (et donc non marchande) de la monnaie qui formera le Système monétaire international, constitue l’un des éléments fondateurs du modèle d’accumulation fordiste. C’est aussi d’abord à cet endroit que le modèle d’accumulation fordiste entre en crise dans les années 1970, à partir de la suspension de la convertibilité or du dollar qui enclenche l’entrée progressive dans un régime de change flottant. Or, étrangement, le phénomène de la RSE n’entend nullement revenir sur ce cadre macroéconomique général qui voit la marchandisation de la monnaie permettre aux détenteurs de capitaux de disposer d’un formidable levier sur les États et les entreprises. Au contraire, on peut penser que la RSE apparaît aux yeux de ses promoteurs comme la solution sociale et environnementale à adopter dans un capitalisme financiarisé se caractérisant par la réduction des marges de manœuvre des États. De fait la question de la régulation monétaire et financière nécessite, comme l’actualité récente nous le démontre, la mise en place de solutions à la fois coordonnées internationalement et situées à l’échelon macroéconomique. Elle se situe bien au-delà des capacités des acteurs individuels.

  • 21  Ce point est discutable, mais nous considérons qu’aucune réforme profonde de démarchandisation de (...)

41Là se situe, précisément, le premier pari sur lequel reposent les mouvements de RSE : parvenir à réintroduire des préoccupations éthiques, sous l’égide d’une finance dont la puissance n’est nullement remise en cause (jusqu’à une période récente et encore bien incertaine)21. La logique de ce pari consiste à faire en sorte que les acteurs auxquels la marchandisation de la monnaie donne le principal pouvoir économique, c’est-à-dire les détenteurs de capitaux, modifient leur comportement et agissent en intégrant dans leurs évaluations des préoccupations « éthiques » (portant sur la préservation des ressources naturelles et des équilibres sociaux). Les premiers travaux sur l’une des mises en application de ce pari, dans le champ de l’investissement socialement responsable, font montre d’un certain pessimisme (Déjean, 2005). Il semblerait donc que l’espoir de voir, par les mouvements de RSE, triompher une forme de « démocratie actionnariale » soit illusoire, ce qui a déjà été dénoncé par Lordon (2000) et plus récemment par Pesqueux (2009) ou Gomez (2009).

42Cependant, cette pression directement exercée sur les actionnaires n’est en fait qu’un des deux niveaux d’action que comprennent les phénomènes de RSE. Le second prend acte de la domination de la sphère financière et fait le pari d’une sensibilité de cette sphère à celle des biens et services, et, plus précisément, à l’attention que portent les détenteurs de capitaux aux désirs et attachements des consommateurs. C’est dans cette instrumentalisation de l’échange à des fins éthiques que réside le pari de la RSE. Il s’agit pour les acteurs de la RSE de contrecarrer le pouvoir de la finance (et donc de la logique instrumentale de l’accumulation) par la mise en place de critères sociaux et environnementaux de mise sur le marché.

3. 2. Une démarchandisation menée… dans le jeu même de l’échange

43C’est en effet paradoxalement à travers l’échange même que la RSE porte l’espoir d’une préservation des piliers de la vie sociale que sont l’environnement naturel et le travail humain. La RSE ne prétend jamais sortir entièrement du marché la relation au travail et à la nature. Elle suppose que l’on ne réduise pas la relation salariale à une pure relation marchande… mais ne remet pas pour autant en cause ni le principe d’une évaluation marchande de la valeur du travail, ni le principe de la flexibilité qui caractérise la re-marchandisation du travail. De même, en matière environnementale, les processus de RSE ne dénoncent jamais le principe de la propriété privée ou la libre circulation des marchandises agricoles… mais pousse à une meilleure prise en compte de la préservation des ressources et de la biosphère.

  • 22  Le commerce équitable est en fait partagé entre promoteurs d’une gestion « par labels » et partisa (...)
  • 23  Ainsi on pourrait proposer de désigner par « mode de production responsable » la mise en place, en (...)
  • 24  Postel (2003) définit les conventions comme étant des règles sociales ayant trois caractéristiques (...)
  • 25  On retrouve ici les intuitions de Kenneth Arrow qui indique fréquemment dans ses travaux l’idée se (...)

44Pour ce faire, le mouvement de la RSE compte sur une forme de réactivation des enjeux éthiques de l’échange marchand. Le principe est de mobiliser une forme d’accord entre acteurs sur le pré-requis existant à la mise sur le marché. On connait les normes de qualités sanitaires, les règles en matière de concurrence ou de qualité, la RSE suppose possible d’élargir encore les attentes en la matière en intégrant des critères sociaux et environnementaux. Cela est flagrant dans le champ du commerce équitable qui pousse à une moralisation de l’acte de consommation. Dans ce cadre, cependant, les acteurs du commerce équitable comptent davantage sur un contact direct que sur la mobilisation de labels et normes communes22. Les processus RSE supposent, eux, l’existence de repères collectifs attestant du caractère responsable de l’activité de production23. Le concept de convention de qualité (Eymard-Duvernay, 1989, 2006) nous semble particulièrement adapté pour décrire la nature de ces repères. Dans le prolongement – sur ce point – des analyses antinaturalistes et constructivistes de Polanyi, l’économie des conventions a en effet largement investi le champ de la mise à disposition des biens et services en démontrant la faiblesse théorique du concept de marchandise, lorsqu’il ne renvoie qu’à des processus d’achat et de vente (Favereau O., Biencourt O., Eymard-Duvernay F., 2002). La production d’un bien suppose un investissement de forme (Thévenot, 1986) permettant de valider un accord social de mise sur le marché. Cet accord social est de nature conventionnelle au sens où il peut rester tacite, ne tranche pas un différend entre acteurs mais identifie un consensus possible qui est souhaité par tous, et qui est nécessaire. Nécessaires, contingentes, auto-renforçantes, ces conventions sont aussi signifiantes24 : elles traduisent une visée éthique commune à l’ensemble des acteurs, dans la mesure bien sûr de l’information dont ils disposent. Ainsi les démarches de RSE naissent-elles du vide laissé par le recul de la régulation fordiste qui fragilise les salariés mais aussi les entreprises soumises à plus forte concurrence ou les États bousculés par la puissance retrouvée de la finance. Elles naissent du « besoin de régulation ». Consensuelles, les démarches de RSE se font avec l’accord des entreprises (à la recherche d’une fidélisation des clients), des représentants de salariés (qui voient là un possible contre-pouvoir au capital), des clients (qui souhaitent pouvoir consommer des produits correspondant à ce qu’ils pensent être leur valeur), des pouvoirs publics (qui constatent leur incapacité à réguler efficacement le comportement des firmes multinationales par le seul biais de législations nationales). Une fois mis en place, les engagements responsables qui sont visibles et fixent la clientèle font l’objet de processus mimétiques : chaque entreprise cherchant à afficher un profil similaire à celui des concurrents apparaissant responsables. On a bien là un phénomène d’auto-renforcement. Enfin, le choix des critères de responsabilité fait l’objet d’une intense négociation car l’éventail des possibles est large, comme en témoignent les négociations actuelles sur l’ISO 26000 (Igalens, 2009). Finalement, les normes choisies ne sont pas « purement techniques » ; elles disent un certain état d’esprit, une certaine conception éthique, de ce que les acteurs du processus considèrent comme étant « juste ». C’est en ce sens que les conventions RSE sont légitimées socialement. Elles s’appuient sur ce que l’on suppose être un accord de représentation concernant ce qui est juste en matière sociale et environnementale. D’une certaine manière, on peut dire que la RSE vise à jouer l’échange marchand contre le principe capitaliste lui-même. Son mode opératoire consiste à outiller les participants à l’échange de repères institutionnels incarnant des valeurs et références communes (composant une certaine vision du monde) qui leur permettent de conditionner le déroulement de l’échange aux respects de ces principes25. C’est ainsi de la qualité de ces ressorts institutionnels qui se manifestent dans l’échange que dépend le potentiel de régulation de la RSE. Or, cette qualité est encore difficile à évaluer aujourd’hui mais se lira dans leur possible institutionnalisation dans des accords régionaux explicites, des règles de droit, une évolution législative.

3. 3. Le devenir de la RSE

45La question du devenir des pratiques RSE est trop complexe pour recevoir une réponse rapide sous forme de propos conclusif. Mais notre défense d’une conception polanyienne des rapports entre éthique et efficacité au sein du capitalisme nous permet d’affirmer que l’avenir des processus de RSE se joue nécessairement dans leur institutionnalisation. Ils ne forment pas un moment « stable » de la régulation du capitalisme mais une transition. En ce sens, considérer les processus RSE comme un nouveau mode de régulation serait naïf. D’une part, les processus de RSE entraînent avec eux très peu de contraintes réelles, et d’autre part les régulations les plus puissantes encore à l’œuvre sont celles qui ont perduré, même affaiblies, après l’entrée en crise du fordisme (le droit du travail ou la protection sociale, par exemple). Ce moment transitionnel prend une forme conventionnelle, ce qui est sans doute souvent le cas lors des changements de type de régulation. Mais il doit, pour devenir véritablement solide, déboucher sur des dispositifs contraignants de type législatif. On peut ainsi espérer que les processus de RSE initient une refonte de la comptabilité, contre les principes dévastateurs de la juste valeur, développent une représentation du travail impliquant des conditions dignes au contenu assez large (comme le suggèrent les principes de BIT) menant à une extension du droit du travail au niveau européen, permettent de pousser une législation environnementale stricte et cohérente avec le fonctionnement des entreprises, ou bien préfigurent un droit des sociétés ne laissant pas tout pouvoir aux actionnaires. Ce sont sans doute les futures règles de droit qui s’inventent dans les processus de RSE (Daugareilh, 2007), des règles de droit contre la seule logique (autodestructrice) de l’accumulation du capital. La particularité de ce moment transitionnel est alors de procéder d’une forme d’accord tacite entre managers, salariés, défenseurs de l’environnement contre le seul primat de l’actionnaire. Mais la RSE peut aussi ne déboucher sur rien de tangible et demeurer un leurre. Dans ce cas de figure, les « engagements responsables » demeureront imprécis, tacites et peu contraignants, les actionnaires parvenant, au fond, à préserver leurs intérêts immédiats contre un réencastrement du capitalisme. C’est le risque d’une conception contractualiste fondée sur le principe de l’émergence spontanée de la régulation par la RSE. Au cas où les pouvoirs publics, convaincus qu’il est désormais inutile d’intervenir pour consolider les accords RSE, se reposeraient entièrement sur des accords contractuels, la RSE tournerait très rapidement à vide. Car, sans un tiers permettant de consolider l’idée de justice contre celle d’efficacité, ce sont les principes instrumentaux qui s’imposeront dans les contrats. La RSE n’aura alors été qu’un moment transitionnel vers l’assèchement complet des principes de régulation hérités du fordisme, qu’un paravent au retour du primat du contrat sur toute forme d’arrangements institutionnels collectifs. La RSE, dans cette version contractualiste, nous renverrait alors au féodalisme évoqué par Supiot (2007, p. 34) : « Il faut donc se défaire des illusions du “tout contractuel”. Loin de désigner la victoire du contrat sur la loi, la “contractualisation de la société” est bien plutôt le symptôme de l’hybridation de la loi et du contrat et de la réactivation des manières féodales de tisser le lien social ».

46Tel est finalement l’éventail des possibles en matière de RSE. Croire à l’autosuffisance des arrangements contractuels et accélérer le désengagement des pouvoirs publics : dans ce cas, la RSE ne sera qu’un leurre mis pour masquer le primat du capital. Savoir avec Polanyi que seules des institutions collectives peuvent nous permettre de contrecarrer la logique du capital : dans ce cas, la RSE est un laboratoire de nouvelles règles transnationales que les pouvoirs publics doivent accompagner et armer pour les transformer en règles de droit. Une RSE effective ne se situe pas contre la régulation publique, mais au contraire la préfigure et la réinvente.

Conclusion

47Les conditions de possibilité de la réussite de la RSE dépendent de la capacité des parties prenantes à s’extirper du jeu marchand pour devenir véritablement acteurs. Cette capacité suppose que ces acteurs puissent mobiliser des repères et des institutions collectives. Les conventions RSE forment des institutions collectives embryonnaires qui n’ont pas la force suffisante pour résister à la logique instrumentale. Une analyse polanyienne de la RSE nous permet donc de mettre en évidence le fait que les processus de RSE doivent être pensés avec les institutions de régulation existantes et non pas contre elles. Les pouvoirs publics doivent être un point d’appui, avec les partenaires sociaux, au niveau européen, pour supporter ce phénomène et lui donner un débouché législatif concret. C’est à cette condition que les dispositifs RSE déboucheront sur des vraies modalités d’encastrement social du capitalisme, ou, ce qui revient au même, renforceront l’institutionnalisation fragile des marchandises fictives que sont le travail et l’environnement naturel.

48C’est là tout le contraire du rêve contractualiste que l’on trouve en particulier exposé, pour ce qui concerne les processus RSE, dans les approches de Freeman. Il est en ce sens important de penser les processus RSE avec Polanyi et contre cette conception contractualiste défendue par Freeman. Si la RSE n’est vue et défendue que comme une manière de repousser – ce que  suppose la théorie de Freeman – toute dimension de régulation collective, alors le risque est élevé que le développement la RSE achève de supprimer toute régulation collective. Faire appel à la RSE contre l’existence de régulations collectives, c’est ainsi non pas seulement prendre le risque que la RSE ne soit qu’un faible mouvement sans contenu… mais surtout réunir les conditions pour que la RSE serve de prétexte à l’élimination des derniers verrous qui tiennent encore le travail et la terre hors d’une régulation « purement » marchande. En ce sens, selon qu’on l’analyse comme un processus institutionnel transitoire pouvant donner naissance à de nouvelles institutions collectives, ou comme le phénomène fondateur d’une nouvelle forme de capitalisme débarrassé de toute médiation collective transcendant les acteurs, la RSE donc peut ouvrir au meilleur comme au pire.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M., (1997 [1976]), Crise et régulation du capitalisme, Odile Jacob, Paris.

Aglietta M. et Orléan A., (1998 [1982]), La violence de la monnaie, Paris, Presses universitaires de France.

Aglietta M. et Brender A., (1984), Les métamorphoses de la société salariale, Calmann-Lévy, Paris.

Aglietta M. et Reberioux A., (2004), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

Alchian A. et Demsetz H. (1972), “Production, Information, Costs, and Economic Organisation”, American Economic Review, vol. 62, n° 5, p. 77-795.

Ansoff I. (1968), Stratégie du développement de l’entreprise, éditions Hommes & Techniques.

Arendt H. (1983 [1961]), La condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy, Paris.

Arrow K. J., (1963), Social Choice and Individual Values, New Haven, Yale University Press. Seconde édition d’Arrow [1951b] avec une annexe supplémentaire.

Arrow K. J., 1973, “Information and Economic Behavior”, lecture to the Federation of Swedish Industries. Publié dans The Collected Papers, vol. 4, p. 136-152.

Ballet Jérôme, Carimentrand Aurélie, 2007, Le commerce équitable, Ellipses, collection « Transversale Débats », Paris.

Berle A. A. et G. Means, (1932), The Modern Corporation and the Private Property, New York.

Bodet C. et T. Lamarche, (2007), « La Responsabilité sociale des entreprises comme innovation institutionnelle. Une lecture régulationniste », Revue de la régulation, Varia, n° 1, juin (http://regulation.revues.org/index1283.html).

Boidin B., N. Postel , S. Rousseau, 2009, La responsabilité sociale des entreprises, une perspective institutionnaliste, éditions du Septentrion, Lille.

Boltanski, L. et Chiapello, E., (1999), Le nouvel esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

Bonnafous-Boucher M. et Y. Pesqueux (dir), (2005), Décider avec les parties prenantes, coll. « recherche », Paris La Découverte.

Boyer, R., (1986), Théorie de la régulation. Une analyse critique, La Découverte, Paris.

Boyer, R., (1989), « Justice sociale et performances économiques : de la synergie au conflit », in Affichard J., De Foucauld J. B. (eds), Justice sociale et inégalités, Seuil, Paris.

Boyer, R., (1995), « Vingt ans de recherches sur le rapport salarial : un bilan succinct », La théorie de la régulation, l’état des savoirs, (sous la direction de Robert Boyer et Yves Saillard), La Découverte, Paris.

Boyer, R., (2004), « Une théorie des crises », chapitre IV de Théorie de la régulation 1. Les fondamentaux, Repères, La Découverte, Paris, p. 75-103.

Boyer, R., Saillard, Y. (1995), La théorie de la régulation L’état des savoirs, La Découverte, Paris.

Bowie, N. (1998a), “A Kantian Theory of Meaningful Work”, Journal of Business Ethics, 17 (9-10), 1083-1092.

Bowie, N. (1998b), “A Kantian Theory of Capitalism”, Business Ethics Quarterly, The Ruffin Series, special issue, n° 1, 37-60.

Bowie, N. (1999), Business Ethics A Kantian Perspectives, Blackwell Publishers.

Braudel, F., (1979), Civilisation matérielle, économie et capitalisme xv-xviiie siècle – Tome 2 les jeux de l’échange, Armand Colin, Paris.

Capron, M. et Quairel-Lanoizelée, F., (2004), Mythes et réalités de l’entreprise responsable, Paris, La Découverte.

Capron, M. et Quairel-Lanoizelée, F. (2010), La responsabilité sociale de l’entreprise, Repères, La Découverte, Paris.

Carroll A. B., 1989, Business and Society, South Western Publishing, Cincinnati.

Cartelier, J., (1996), La monnaie, Dominos, Flammarion, Paris.

Castel, R., (1995), Les métamorphoses de la question sociale, Fayard, Paris.

Castel, R., (2003), L’insécurité sociale, Le Seuil, Paris.

Cazal D., (2008), « Parties prenantes et RSE : des enjeux sociopolitiques au-delà des contrats », Revue de l’organisation responsable, n° 6.

Clerc, D. et Lipietz A. et Satre-Buisson J., (1985), La crise, Syros Alternatives, Paris.

Coase Ronald, (1937), “The nature of the firm”, Economica, 4, 386-405.

Coase Ronald, (1960), “The problem of social cost”, Journal of Law and Economics, 3, oct., p. 1-44.

Corlet A., (1998), “A Marxist Approach to Business Ethics”, Journal of Business Ethics, vol. 17, p. 99-103.

Daugareilh, (2007), « La dimension internationale de la responsabilité sociale des entreprises européennes : observations sur une normativité à vocation transnationale », in M. A. Moreau, F. Caffagi, F. Francioni, (2007) La dimension pluridisciplinaire de la responsabilité sociale d’entreprise, éd. PUAM, Aix-Marseille, p. 275-307.

De Vroey, M., (1984), « Marchandise, société marchande, société capitaliste : un réexamen de quelques définitions fondamentales », Cahiers d’économie politique, n° 9, p. 109-134.

Defalvard H., (1994), Essais sur le marché, Paris, Syros.

Déjean, F. (2005), L’Investissement socialement responsable – Étude du cas français, Paris, Vuibert.

Deleplace G. (1979), Théorie du capitalisme : une introduction, Grenoble, PUG Maspero.

Donaldson T. et L. E. Preston, (1995), “The Stakeholder Theory of the Corporation: concept evidence and implications”, Academy of Management Review, 20(1), p. 65-91.

Dosse François, (1995), L’empire du sens, le tournant herméneutique dans les sciences humaines, Paris, Seuil.

Esping-Andersen, G., (1999), Les trois mondes de l’État-providence, PUF, Paris.

Evan, W. M. et R. E. Freeman (1988), “A Stakeholder Theory of the Modern Corporation: Kantian Capitalism”, in Ethical Theory and Business, T. Beauchamp et N. Bowie (dir.), Englewood Cliffs, NJ: Prentice Hall.

Eymard-Duvernay F., (1989), « Convention de qualité et formes de coordination », L’économie des conventions, Revue économique, p. 329-359.

Eymard-Duvernay F. (2006) (Sous la direction de), L’économie des conventions : méthodes et résultats, tome 1 Débats, La Découverte, Paris.

Favereau O., Biencourt O., Eymard-Duvernay F., (2002), “Where do market come from? From (quality) conventions!”, in Conventions and Structures in Economic Organization: Markets, Networks, and Hierarchies, Favereau O., Lazega E. (eds), Cheltenham, Edward Elgar Publishing.

Foucault M. (2004), Naissance du biopolitique, Paris, Seuil.

Freeman R. E. (1984), Strategic Management: A Stakeholder Approach, Pitman, Boston.

Freeman R. E. (1994), “The politics of stakeholder theory: some future directions”, Business Ethics Quaterly, 4 (4), p. 409-421.

Freeman R. E. and R. A. Phillips, (2002), “Stakeholder theory: a libertarian defence”, Business Ethics Quarterly, vol. 12, n° 3, p. 331-349.

Freeman R. Edward, Martin Kirsten, Parmar Bidhan (2007), “Stakeholder capitalism”, Journal of Business Ethics, 74, 303-314.

Freeman E. R., Evan W. M. (1990), “Corporate Governance: a Stakeholder Interpretation”, The Journal of Behavioral Economics, 19 (4), 337-359.

Friedman M. (1970), “The social responsability of business is to increase its profits”, New-York Times Magazine, September 13, p. 11.

Frydman Benoît, Berns Thomas, Docquir Pierre-François, Hennebel Ludovic, Lewkowicz Gregory, (2007), Responsabilités des entreprises et corégulation, Bruxelles, coll. « Penser le droit », n° 6, Bruylant, 230 p.

Fukuyama, F. (2000), The Great Disruption. Human Nature and the Reconstitution of Social, New York, The Free Press.

Giraudet (2010), « La théorie institutionnelle de l’entreprise », dans Mazuyer (dir), Regards croisés sur le phénomène de la RSE, Paris, La Documentation française, p. 61-73.

Gomez P. Y., « La gouvernance actionnariale et financière, une méprise théorique », Revue française de gestion, 2009/8-9 (n° 198-199).

Gond, J.-P. et Mercier, S. (2004), « Les théories des parties prenantes : une synthèse critique de la littérature », dans G. Simard et G. Lévesque (éd.), La GRH mesurée (actes du 15e congrès annuel de l’AGRH), Montréal, QC : AGRH-ESG UQAM, tome 1, p. 379-399.

Guttman, R. (1995), « Monnaie et crédit dans la théorie de la régulation », in Théorie de la régulation, l’état des savoirs, sous la direction de R. Boyer et Y. Saillard, La Découverte, Paris, p. 85-104.

Habermas, J., (1983), Théorie de l’agir communicationnel, (trad. de J. M. Ferry), Paris, Fayard.

Husson, M., (2003), Les casseurs de l’État social. Des retraites à la Sécu : la grande démolition, Paris, La Découverte.

Igalens J., 2009, « Norme de responsabilité et responsabilité des normes : le cas d’ISO 26 000 », Management & Avenir, 2009/3 (n° 23).

Jensen M. et W. H. Meckling, 1976, “Theory of the firm, managerial behaviour, agency cost, and ownership structure”, Journal of Financial Economics, (3), p. 304-360.

Jonas, H., 1990 [1979]. Le Principe responsabilité. Une éthique pour la civilisation technologique, trad. de l’all. par J. Greisch, Paris, Flammarion.

Jones T. M., Wicks A. C. 1999, “Convergent Stakeholder Theory”, Academy of Management.

Ladrière Jean, 2004, L’espérance de la raison, éditions de l’institut supérieur de philosophie de Louvain-la-neuve, éditions Peeters, Louvain.

Larrère, C., (2000), Philosophie de l’environnement, PUF, Paris.

Lascoumes, P., (1993), « La “nature” comme intérêt protégé par le droit pénal. Les trois étapes d’un parcours incertain », in Image set usages de la nature en droit, Gérard P., Ost F., van de Kerchove M. (Ed.), publications des facultés universitaires Saint Louis, Bruxelles, p. 209-230.

Latouche, S. (1994), « Le Rationnel et le raisonnable. Les antinomies du postulat métaphysique de la raison économique », À qui se fier ? La Revue du MAUSS semestrielle, n° 4, 2e semestre, p. 134-158.

Lavoie, M., (2004), L’économie post-keynésienne, La Découverte, Paris.

Lengaigne B.,(2009), « Les usages contemporains de la notion de partie prenante : entre contrat, risque et responsabilité » In Boidin Bruno, Nicolas Postel, Sandrine Rousseau (dir), 2009, La responsabilité sociale des entreprises, une perspective institutionnaliste, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq.

Lordon F. (2000), Fonds de pension : piège à con ?, Liber / Raison D’agir.

Maucourant, J., Servet J.-M. et Tiran, A., (1998), « La réception de la pensée de Karl Polanyi », in Maucourant J., Servet J.-M., Tiran A. (dir.), La modernité de Karl Polanyi, Paris, L’Harmattan, p. 385-398.

Maucourant J. (2005), Avez-vous lu Polanyi ?, La Dispute, Paris.

Mercier, S. (2006), « La théorie des parties prenantes : une synthèse de la littérature », in Bonnafous-Boucher M., Pesqueux Y., p. 157-172.

Michon, F. et Petit, S., (coord.) (2007), Is the concept of labour market segmenation still accurate ?, n° spécial, Économies et sociétés, série « socio-économie du travail », 28, juin.

Moulier-Boutang, Y., (1999), De l’esclavage au salariat, économie historique du salariat bridé, Paris, PUF.

Ost, F., (1995), La nature hors la loi, l’écologie à l’épreuve du droit, éd. La Découverte, textes à l’appui, série « Écologie et société ».

Pesqueux Y. (2009), « La RSE ou l’épuisement d’un thème de gestion », in Meier Olivier, et Schier Guillaume (dir.) Gouvernance, éthique et RSE, Lavoisier. Paris.

Plihon, D. (2004), Le nouveau capitalisme, Repères, La Découverte, Paris.

Polanyi K. (1935), “The essence of fascism”, dans Lewis L., Polanyi K. et Kitchin D. D., dir. (1972), Christianity and Social Revolution, éd. Books for Business, Boston. (traduit dans Polanyi, 2002).

Polanyi K. [1944], The Great Transformation, Beacon Press, Boston (2002).

Polanyi K. (1947), « Our Obsolete Market Mentality », p. 59-77, dans Dalton G., dir. (1968), Primitive, Archaic and Modern Economies – Essays of Karl Polanyi, Beacon Press, Boston.(1968), (traduit dans Polanyi, 2002).

Polanyi, K., (1957), « L’économie en tant que procès institutionalisé », in Polanyi K., Arensberg C. M., Pearsons H. W. (eds), p. 239-260.

Polanyi, K., (1983), La Grande Transformation, Aux origines politiques et économiques de notre temps (1re édition anglaise, The Great Transformation, 1944).

Polanyi, K., (1986), « La fallace de l’économie », bulletin du MAUSS, n° 18, p. 11-26 (traduit par Antoine Deville).

Polanyi, K., (2002), Essais, Seuil, Paris.

Polanyi, K., Arensberg C. M., Pearson H. W. (eds) (1957), Trade and Market in the Early Empires, New York, The Free Press. Traduction de Claude et Annie Rivière Les systèmes économiques dans l’histoire et la théorie, Paris, Larousse (1975).

Postel N. (2003), Les règles dans la pensée économique contemporaine, Cnrs éditions.

Postel N., Rousseau S. et Sobel R., (2006), « La responsabilité sociale et environnementale des entreprises : une reconfiguration potentielle du rapport salarial fordiste ? », Économie appliquée, n° 4, p. 77-84.

Postel N. et Rousseau S. (2008), « RSE : La nécessité des institutions », M@n@gement, 11 : 2, 137-160.

Postel N., Sobel R. (2008), « Économie et rationalité : apports et limites de l’approche polanyienne », Cahiers d’économie politique, n° 54.

Postel N. et Sobel R. (2010), « Le concept de marchandise fictive, pierre angulaire de l’institutionnalisme de Karl Polanyi ? », Revue de philosophie économique, vol. 11, n° 2, p. 3-35.

Pratt John et Richard Zeckhauser (eds), (1985), Principal and Agent: The Structure of the Business, Harvard Business School Press.

Ramaux, C., (2006), Emploi : éloge de la stabilité, l’État social contre la flexicurité, Paris, Mille et une nuits.

Rawls J. (1987 [1971]), Théorie de la justice, Seuil, Paris.

Rousseau, S., (2006), « Mondialisation et concurrence des rapports à l’environnement », mondialisation : enjeux, périls et alternatives (sous la direction de Claude Serfati), éditions PIE-Peter Lang, Bruxelles.

Rubinstein, M., (2006), « Le développement de la responsabilité sociale de l’entreprise : une analyse en termes d’isomorphisme institutionnel », Revue d’économie industrielle, n° 113, 1er trimestre, p. 83-105.

Servet, J.-M., (1993), « L’institution monétaire de la société selon Karl Polanyi », Revue économique, n° 6, novembre, p. 1127-1149.

Sobel, R., (dir.) (2007), Penser la marchandisation du monde avec Karl Polanyi, Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n° 47, L’Harmattan, Paris.

Sobel R. (2008), « Le rapport salarial : impensé institutionnel de la Théorie de la justice de John Rawls ? » Économie appliquée, vol. 61, n° 1, p. 37-70.

Supiot, A., (1995), Critique du droit du travail, PUF, Paris.

Supiot, A., (2007), « les deux visages de la contractualisation : déconstruction du droit et renaissance féodale », in Sandrine Chassagnard-Pinet et David Hiez (dir.), Approche critique de la contractualisation. Paris, Droit et société, LGDJ, 2007, p. 19-38.

Thévenot L., 1986, « Les investissements de forme », in Thévenot, L., (éd.), Conventions économiques, Paris, presses universitaires de France (Cahiers de Centre d’étude de l’emploi), 21-71.

Williamson Oliver E., 1985, The Economic Institutions of Capitalism, New York, The Free Press.

Zuindeau B. (2007), “Régulation School and environment: Theoretical proposals and avenues of research”, Ecological Economics, n° 62 (2), p. 281-290, 2007.

Zuindeau B et Rousseau S., (2007), « Théorie de la régulation et développement durable », Revue de la régulation, n° 1, Varia, juin, http://regulation.revues.org/index1298.html.

Haut de page

Notes

1  On peut dater l’officialisation de ce thème du premier Livre vert européen sur la question, en 2001. En France, la reconnaissance de l’importance de ce mode de régulation par les pouvoirs publics date de la loi sur les « Nouvelles Régulations économiques » (2002).

2  Cet article s’intéresse à la question de la régulation du capitalisme à partir des conceptualisations régulationnistes (telles que précisées par Boyer, 2004, encadré p. 7) et reprend donc à cette théorie, de manière libre, le concept de mode de régulation comme étant « l’ensemble des mécanismes économiques impliqués [dans le fait que] des entités a priori indépendantes (les formes institutionnelles) impliquent une évolution d’ensemble compatible avec leur coexistence, et persistance, bref, forment système » (Boyer, 2004, p. 41). C’est en ce sens précis que le concept de régulation et ses dérivés sémantiques (potentiel de régulation, mode de régulation, forme de régulation, type de régulation, question de la régulation) doivent être entendus ici.

3  C’est la question que Benoit Frydman (Frydman et alii, 2007) pose lorsqu’il désigne par l’expression « co régulation » les processus de RSE.

4  L’approche de Freeman entre en résonance avec les réflexions de Fukuyama sur, d’une part, la fin de l’histoire (et donc du conflit) et, d’autre part, la nécessité de retrouver une morale fédératrice dans les sociétés occidentales (Fukuyama, 2000).

5  Gond et Mercier font remonter cette idée à Berle et Means (1932) et attribuent la première utilisation de cette expression à Ansoff (1968). Capron et Quairel-Lanoizelée (2010) soulignent l’importance des travaux de Caroll (1989) dans l’application de la théorie des parties prenantes à l’analyse de la RSE.

6  Position d’autant plus remarquable que l’on pourrait penser qu’avec la mise en lumière des parties prenantes, Freeman renoue précisément avec la vision d’une entreprise comme action collective et donc comme institution selon la tradition juridique rappelée par Giraudet (2010).

7  Précisons que c’est là l’interprétation que propose Freeman de ces auteurs. Il n’entre pas dans l’objet de cet article de critiquer cette interprétation… même si elle nous parait largement discutable (ne serait que parce que Marx, par exemple, ne pense en fait l’État que comme force dédiée à la reproduction de la classe dominante…).

8  Ce qui ne préjuge pas de la taille de l’endroit où la production est effectivement effectuée bien sûr. Le jeu de la concentration financière et de la déconcentration productive faisant précisément coexister des petits centres de production et une très forte concentration du capital.

9  C’est le sens de la critique que lui adresse Corlet (1998).

10  Dans le quatrième chapitre de son ouvrage, Oliver Williamson décrit avec précision les fondements anthropologiques de son analyse des organisations qui reprend, au fond, comme le montre Postel (2003), une anthropologie hobbesienne dans laquelle « l’homme est un loup pour l’homme ».

11  Pour une analyse approfondie de la généalogie de la pensée de Polanyi : Maucourant (2005).

12  Soulignons que ce que Karl Polanyi va appeler la « grande transformation » n’est rien d’autre que la nécessité devant laquelle vont se trouver, à un moment donné, les nations capitalistes avancées de ré-encastrer « leur économie » dans « leur » société : le développement d’institutions de régulation sociale, notamment concernant l’usage et la reproduction de cette marchandise fictive qu’est le travail (Castel, 1995, 2003 ; Ramaux, 2006). La grande transformation, ce n’est donc pas le désencastrement au moment de la Révolution industrielle mais ce qui est d’une certaine manière son indispensable corollaire : le ré-encastrement après la seconde guerre mondiale.

13  Le concept de marchandise fictive et sa discussion à partir de ces deux critères font l’objet d’un développement autonome par Postel et Sobel (2010).

14  Les écrits de Malthus (notamment son Essai sur le principe de population (1798)), et son instance sur « l’aiguillon nécessaire » que représente la peur de mourir pour pousser les individus à vivre en vendant leur travail, demeurent exemplaires du point de vue de l’idéologie qui préside à la marchandisation du travail.

15  On reconnait là aussi les règles d’une authentique communication pour reprendre les termes d’Habermas. Pour une étude plus précise de ces conditions : Postel et Rousseau (2008).

16  Ainsi peut-il être parfaitement rationnel de tuer son voisin opulent si notre fonction d’utilité contient une aversion à l’obésité (à condition de ne pas se faire prendre, étant donné notre désutilité pour la prison, et en supposant donc que nous ne sommes pas trop allergiques au risque), en revanche est-ce une manière de se comporter qui est raisonnable ? Sur la distinction rationnel/raisonnable et la critique du primat de la rationalité instrumentale : Ladrière (2004, chap. 4 p. 76-84) et Latouche (1994).

17  On retrouve finalement ici ce que Kenneth Arrow formulera de manière analytique dans les années qui suivent immédiatement la parution de l’ouvrage de Polanyi, et sans que des contacts directs existent entre eux : « Les seules méthodes de passage des préférences individuelles aux préférences collectives qui soient satisfaisantes et définies pour un très grand nombre d’ensembles d’ordres individuels, sont soit imposées, soit dictatoriales » (Arrow, 1963, p. 151).

18  Il faut ici remarquer bien sûr que dans un système où les marchés sont conçus comme des lieux d’échange bilatéraux entre acteurs différents, le marché est au contraire lieu de rencontre. Mais ce n’est pas de ce type de marché dont il est ici question. Pour plus de précision : Postel (2003).

19  Sur les liens ente RSE et compromis social fordiste : Postel, Rousseau, Sobel (2006) ; Boidin, Postel, Rousseau (2009).

20  D’une certaine manière, la RSE s’inscrit dans la perspective néo-libérale qui conçoit la régulation en amont du marché, mais pousse cette logique le plus loin possible en dénaturalisant la marchandise « terre » et la marchandise « travail ».

21  Ce point est discutable, mais nous considérons qu’aucune réforme profonde de démarchandisation de la monnaie n’est en cours. Les quelques réformes sont censées accroître la transparence des marchés. On peut considérer en revanche que la proposition chinoise de monnaie mondiale serait, elle, porteuse d’une modification profonde qui pourrait donner plus de force aux processus RSE.

22  Le commerce équitable est en fait partagé entre promoteurs d’une gestion « par labels » et partisans d’une relation directe producteurs-consommateurs. C’est ce qui se joue dans les relations RSE-commerce équitable (Ballet et Carimentrand, 2007).

23  Ainsi on pourrait proposer de désigner par « mode de production responsable » la mise en place, en amont et en aval de l’entreprise, de modalités institutionnelles de contrôle de l’activité productive permettant de rendre celle-ci compatible dans le long terme avec la préservation d’un équilibre écologique et social.

24  Postel (2003) définit les conventions comme étant des règles sociales ayant trois caractéristiques : contingente, nécessaire, autorenforçante, et signifiante.

25  On retrouve ici les intuitions de Kenneth Arrow qui indique fréquemment dans ses travaux l’idée selon laquelle : « des éléments éthiques entrent en jeu dans toute transaction, sans eux aucun marché ne pourrait fonctionner » (Arrow, 1973, p. 150).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Postel et Richard Sobel, « Polanyi contre Freeman », Revue de la régulation [En ligne], 9 | 1er semestre / Spring 2011, mis en ligne le 20 juin 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://regulation.revues.org/9187

Haut de page

Auteurs

Nicolas Postel

Maître de conférences en économie, Clersé (UMR 8019), université Lille 1, nicolas.postel@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Richard Sobel

Maître de conférences en économie, Clersé (UMR 8019), université Lille 1, richard.sobel@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page