Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jules Falquet, De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute, 2008.

Bruno Tinel

Texte intégral

1L’ouvrage de Jules Falquet, publié dans la collection « Le genre du monde » chez La Dispute, analyse en une dense synthèse le rôle des femmes dans la mondialisation dite « néolibérale ». Il est à la fois scientifique, par la méthode, et texte de combat par la volonté de transformation dont il est porteur. Ce second élément est l’un des fils rouges qui parcourent l’ouvrage : comment agir en faveur de l’émancipation des femmes sans trahir l’élan et la radicalité dont certains mouvements féministes sont porteurs à la base ? L’originalité et la force de ce texte riche, très bien écrit et vivant, résident dans l’effort déployé par l’auteure pour rassembler un grand nombre d’éléments, parfois présents ailleurs mais de manière disparate, concernant le rôle économique et social des femmes dans un monde à la fois très internationalisé et aussi très fragmenté : coupures Nord/Sud, coupures de classes, coupures « raciales », coupures de genres. Les dominations, étudiées fréquemment en sciences sociales sans référence de genre, sont systématiquement aggravées au détriment des femmes.

2L’exposition des femmes aux formes de travail les plus précaires, et les plus exploitées, constitue l’un des ressorts par lesquels s’est développée la mondialisation néolibérale : à la fois internationalisation et illégalisation croissante du marché du travail. Par une approche matérialiste, Jules Falquet tente de montrer qu’ensemble les transformations, qui ont affecté à la fois le Nord et le Sud au cours des dernières décennies, font système. L’essor, d’un côté, de quelques emplois hautement qualifiés, éventuellement occupés par des femmes, conjugué au vieillissement des pays du Nord et à l’inaction des hommes concernant les « basses tâches » conduit, d’un autre côté, à ce que des femmes pauvres et non blanches de peau, souvent issues de zones rurales du Sud, prennent en charge ces différentes tâches de reproduction sociale laissées vacantes par le retrait de l’État. Plus fondamentalement encore, le travail des femmes est lié à celui des hommes. L’auteure décrit le nouveau marché du travail international comme fondé sur deux archétypes de genre. D’un côté, conséquence de l’accroissement du nombre de guerres, lesquelles revêtiraient une forme désormais hybride que l’auteure qualifie d’« anti/terroriste », la planète verrait proliférer toutes sortes d’hommes en armes (troupes « régulières », forces d’opposition, d’interposition, mercenaires, etc.). De l’autre, l’essor de l’homme en armes serait facteur à la fois d’offre et de demande de « femmes de services », en particulier dans le domaine du sexe. L’interventionnisme militaire et humanitaire n’est d’ailleurs pas étranger à ce processus, notamment à la faveur des considérables inégalités de revenus qu’il induit. Les institutions internationales et les ONG sont aussi à l’origine d’une demande de main d’œuvre féminine pour le travail domestique. Ce sont les mêmes femmes, en situation de migration, qui occupent une place de plus en plus importante dans la prostitution de nombreux pays européens. Toutefois, il ne faut pas non plus sous-estimer le rôle économique que joue le tourisme sexuel pour certains pays, particulièrement en Asie du Sud-Est. Le tourisme étant envisagé par certains organismes internationaux et certains gouvernements comme une réelle alternative de développement, sa composante « tourisme sexuel », loin d’être combattue, est bien au contraire instrumentalisée, plus ou moins complaisamment, pour attirer de nouveaux consommateurs.

3Les femmes sont par ailleurs manipulées dans la construction de l’opposition entre l’Orient et l’Occident : l’Autre est diabolisé et décrit comme celui qui traite mal « ses » femmes. Le lecteur est ainsi invité à réfléchir au rôle que jouent les discours sur les intérêts des femmes comme moyen de les diviser : le mouvement féministe est en effet pris entre deux feux qui pour l’instant limitent sa capacité d’action. Les féministes du Sud sont ainsi soupçonnées de « s’occidentaliser » tandis que les féministes « occidentales » feraient diversion en cautionnant les guerres impériales ce qui revient à « nier aux femmes dans leur ensemble la possibilité d’être en désaccord à la fois avec le gouvernement du pays dont elles sont ressortissantes et avec les ennemis de ces gouvernements » (p. 75). Au-delà de la violence exercée plus ou moins directement par les hommes en armes pour imposer le néolibéralisme aux femmes et aux autres fractions de la population laborieuse, Jules Falquet montre comment les institutions internationales ont récupéré et détourné la vitalité du mouvement féministe en faveur du néolibéralisme par la mobilisation d’un discours en apparence émancipateur. Les ONG deviennent ainsi de véritables sous-traitantes de l’ONU en faveur de l’ordre néolibéral. On appréciera notamment l’analyse critique de l’usage foucaldien et post-moderniste de la notion de pouvoir par certains courants féministes à propos de la notion d’empowerment. Le pouvoir n’étant plus analysé comme un rapport de forces s’exerçant au détriment de quelqu’un mais comme « quelque chose que l’on peut partager et multiplier sans difficulté majeure » (p. 131), on en vient alors à « une sorte de naturalisme idéaliste qui veut que les femmes ne puissent faire qu’un “bon usage” (féminin c’est-à-dire altruiste et bienveillant) du pouvoir » (ibid.).

4Le dernier chapitre est particulièrement stimulant. Il met les mouvements sociaux, se considérant comme progressistes, face à leurs contradictions dans trois domaines. Tout d’abord, malgré un discours mettant en avant la participation des femmes au processus révolutionnaire, par exemple au Salvador, les groupes révolutionnaires de la fin du xxe siècle n’ont-ils pas reproduit la division sexuelle des tâches dans le cours même de la révolution ? Ensuite, les mouvements sociaux qui, tels les zapatistes du Chiapas ou les sans-terre du Brésil, prônent une agriculture familiale, remettent-ils en cause la famille patriarcale ? Enfin, le troisième point porte moins directement sur le rôle des femmes que sur celui des identités et des cultures : « Quelles cultures défendre ? » se demande l’auteure. L’analyse est ici moins matérialiste et, parfois, moins convaincante. Par exemple concernant les dilemmes des femmes afro-latino-américaines, des groupes militants tentent en réaction au souvenir de l’esclavage et de la colonisation d’affirmer une « culture orgueilleusement afro » (p. 176). Jules Falquet met en question la pertinence d’une telle stratégie en s’interrogeant à bon escient sur ce qu’il faut revendiquer des cultures africaines. Toutefois, on peut s’étonner de la facilité avec laquelle l’auteure accepte de naviguer entre couleur de peau et « culture », comme s’il devait y avoir une relation entre l’un et l’autre relevant de la nécessité. D’ailleurs, qu’est-ce que la culture « blanche-occidentale » à laquelle se réfère fréquemment l’auteure ? L’essentialisation d’une culture, elle-même reconstruite a posteriori, affirmée par certains groupes ne consiste-t-elle pas au remplacement d’une idéologie raciste par une autre, qui ne le serait pas moins puisque fondée sur la couleur de peau ? Par ailleurs, la culture se décrète-t-elle ? Et, au passage, que signifie « revendiquer une culture », si ce n’est rejeter celle des autres ? Ces tendances réactionnaires ne sont d’ailleurs pas niées par l’auteure, par exemple p. 180, lorsqu’elle note que les femmes indiennes entendent préserver leur culture « des attaques du monde métis ». Très finement, l’auteure écrit p. 181 que « la préservation de la “diversité culturelle” est de plus en plus rapprochée de la préservation de la diversité biologique. […] Mais dans ce parallélisme […] surgit un double problème politique de fond : le naturalisme et le relativisme culturel ». Ce sont les deux faces d’une même fraction réactionnaire des mouvements sociaux « anti-(alter-)mondialistes ». Mais que gagnent les progressistes à s’associer à eux dans la lutte ? Finalement quel est le pire ennemi : le mondialisme capitaliste occidental ou l’anti-mondialisme patriarcal ? Et peut-on les renvoyer dos à dos ?

5Dernière remarque, plus générale, sur la méthode : l’auteure défend l’idée d’une « dénaturalisation » du sexe, lequel n’existerait pas comme réalité biologique mais uniquement comme rapport social. Il est visiblement répandu dans les études féministes d’adopter ce point de vue, mais il faut tout de même admettre que cela ne va pas de soi. Dans un livre qui se veut quelque peu généraliste comme celui-ci, un peu de pédagogie serait utile pour montrer (aux « ignorants » qui ne sont pas forcément des réfractaires) en quoi il n’est pas à la fois l’un plus l’autre. Ceci conduit parfois l’auteure à employer le terme « femmes » pour désigner aussi des hommes dominés socialement et/ou exploités économiquement. Au-delà de l’effet rhétorique, quel est alors l’apport de l’emploi du mot « femme » comme synonyme de « dominé » ou « exploité » ? Surtout, cet usage ne contribue-t-il pas à essentialiser l’inégalité hommes/femmes en l’assimilant à l’opposition dominants/dominés, compromettant ainsi l’idée même d’égalité des sexes ?

6Autant de questions qui font de ce livre de Jules Falquet une contribution utile à bien des domaines de la vie intellectuelle et militante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Tinel, « Jules Falquet, De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute, 2008. », Revue de la régulation [En ligne], 9 | 1er semestre / Spring 2011, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://regulation.revues.org/9087

Haut de page

Auteur

Bruno Tinel

Maître de conférences, université Paris 1, centre d’économie de la Sorbonne, Bruno.Tinel@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page