Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Robert Delorme (2010), Deep Complexity and the Social Sciences – Experience, Modelling and Operationality, Cheltenham & Northhampton, Edward Elgar, 464 p.

The proof of the pudding is in the making
Agnès Labrousse

Résumé

L’ouvrage de Robert Delorme sur la « complexité profonde » permet d’aller au-delà de la complexité comme complication stérile, il ouvre des voies de recherches praticables et fructueuses venant appuyer la recherche et l’action. Paru dans la série « New Horizons in institutional and evolutionary economics », il est à marquer d’une pierre blanche. Il correspond à la fois à une théorie générale de la complexité ouvrant sur un nouveau paradigme et à une trajectoire de recherche incarnée et personnifiée. S’il s’appuie de remarquable manière sur des recherches interdisciplinaires, le recours aux sciences sociales autres que l’économie reste cependant limité alors que ces mêmes sciences sociales pourraient fournir des procédures de recherche opératoires à peine esquissées dans ce livre.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteure remercie les membres du comité de rédaction de la revue pour leur relecture et leurs suggestions, en particulier Julien Vercueil, ainsi qu’Alain Desrosières. Les insuffisances qui demeurent sont bien entendu de son entière responsabilité.

Texte intégral

Introduction : Complexité, vous avez dit complexité ? Comme c’est compliqué !

1À la faveur de la crise, la notion de complexité semble avoir connu un léger regain d’intérêt. Ainsi Philip Mirowski (2010) dans un article récent voit la « crise comme un effondrement de la complexité du marché » (« The crisis as a collapse of market complexity »). Mais comme le remarquait Geoffrey Hodgson lors de la dernière conférence de l’EAPE à Bordeaux, l’évocation de la notion de complexité suscite surtout agacement ou indifférence. Si complexité rime pour beaucoup avec perplexité, c’est parce que la notion est assimilée à des assertions du type « les choses ne sont pas si simples, c’est beaucoup plus compliqué qu’il n’y paraît » et à un jargon difficilement compréhensible, usant et abusant de notions abstruses comme « entropie » ou « autopoïèse ». Complexité est alors synonyme de complications superflues et d’un constat de difficulté empêchant aussi bien la recherche que l’action. Bref, penser en termes de complexité ne déboucherait finalement que sur un stérile constat d’impuissance pour le chercheur comme pour l’homme d’action.

2L’ouvrage de Robert Delorme sur la « complexité profonde » permet d’aller au-delà de la complexité comme complication, il ouvre des voies de recherches praticables et fructueuses. Paru dans la série « New Horizons in institutional and evolutionary economics » dirigée par Geoffrey Hodgson, il est à marquer d’une pierre blanche. Comme nous le verrons, il correspond à la fois à une trajectoire de recherche personnelle et à une théorie générale de la complexité ouvrant sur un nouveau paradigme (1). S’il s’appuie de remarquable manière sur des recherches interdisciplinaires, l’appel aux sciences sociales autres que l’économie reste cependant limité alors que ces mêmes sciences sociales pourraient fournir des procédures de recherche opératoires à peine esquissées dans ce livre (2).

1. La complexité profonde, un parcours et une somme

3Cet ouvrage constitue un véritable tour de force. Il combine dans un cadre d’une cohérence et d’une systématicité impressionnantes les apports des sciences « dures », de la philosophie et de l’économie-gestion. Par rapport à ce constat premier d’un ouvrage d’envergure et de premier ordre, les remarques et les critiques qui suivent sont de second ordre. Ce sont des codicilles mineurs à un ouvrage majeur.

1. 1. Un ouvrage et un itinéraire atypiques

4À n’en pas douter, il s’agit là d’un ouvrage atypique. Depuis la parution de son livre sur l’État et l’économie (Delorme & André, 1983), Robert Delorme s’est presque exclusivement consacré, un quart de siècle durant, à la conception et à la rédaction de son opus magnum. Au point d’apparaître comme « non publiant » au regard des critères actuels d’évaluation de la recherche, les livres et les contributions dans des ouvrages collectifs étant aujourd’hui considérés comme négligeables. On l’aura compris, cet opus est tout sauf un ouvrage de circonstance, écrit à la hâte : il a été au contraire longuement mûri et affiné avant de nous être enfin livré.

  • 1  « L’espèce d’ubiquité et la nature plurielle de l’État opposent un obstacle résistant à la tentati (...)

5Cet ouvrage fondamental s’inscrit dans un parcours personnel dont il est l’aboutissement. Faisant ses premières armes en économie avec une thèse relativement technique sur le taux d’actualisation du plan (Delorme, 1976), Robert Delorme aborde ensuite, de conserve avec Christine André, la question de l’évolution à long terme des dépenses de l’État. Profondément insatisfait des explications théoriques existantes qui ne permettent pas d’éclairer son objet1, il est amené à développer un cadre conceptuel alternatif autour de la notion de « régimes de relations entre l’État et l’économie » (Delorme & André, 1983). Cadre qui constitue une contribution importante à la théorie de la régulation (Delorme, 1995) et aux approches de la diversité des capitalismes. Percent également à cette occasion les premières réflexions sur la complexité et la méthodologie correspondante. Robert Delorme s’est ainsi trouvé confronté à un cas de complexité profonde, à savoir « des situations problématiques tellement “mal structurées” qu’elles ne peuvent être saisies avec les concepts et outils traditionnels de la science ». Cette dimension personnelle n’est pas antithétique d’une théorie générale de la complexité, bien au contraire. Elle l’ancre dans l’expérience vécue, elle est en accord majeur avec l’approche pragmatique de la science, avec l’accent mis sur la réflexivité. C’est pourquoi, il revient sur cette expérience fondatrice de la complexité profonde dans le chapitre 1 et tout au long de l’ouvrage (cf. le sommaire traduit du livre figurant en annexe). À partir du milieu des années 1980, la réflexion épistémologique et méthodologique devient primordiale dans ses recherches. La dimension empirique n’est certes pas absente de ses travaux ultérieurs, notamment ceux portant sur la transformation post-socialiste (Delorme, 1996) et la sécurité dans les transports (Delorme & Lassarre, 2005). Mais ces objets apparaissent d’abord comme des illustrations fécondes de la complexité et un moyen de faire progresser son programme de recherche, en étroite collaboration avec des chercheurs spécialistes de ces terrains (en particulier Bernard Chavance et Jacques Sapir pour les pays de l’Est et Sylvain Lassarre pour les transports).

1. 2. Une carte et des territoires

6L’ouvrage rassemble une riche somme de lectures dans des domaines aussi divers que la théorie de l’information, l’intelligence artificielle, les philosophies aristotélicienne, pragmatique et herméneutique, la physique quantique, la biologie, le management et bien sûr l’économie. Il est manifeste que ces approches et ces auteurs ne sont pas convoqués pour verser dans l’érudition factice ou facile à l’âge d’Internet mais à chaque fois pour apporter une nouvelle pierre à l’édifice conceptuel. On devine aussi tout le travail d’épure et de condensation auquel l’auteur a dû se livrer pour aboutir à ces 470 pages d’une rare densité et dénuées de développements superflus. L’épure est parfois telle qu’un concept central comme l’abduction est ramassé en un paragraphe p. 40, ce qui peut désarçonner un lecteur peu familier de ce mode d’inférence, pour être néanmoins repris bien plus loin, p. 301 à 304 (mais sans renvoi préalable en p. 40). Delorme nous permet de nous repérer dans le maquis des approches existantes de la complexité et d’en saisir les différentes dimensions et acceptions chez Foster, Weaver, Ashby, Morin etc. Il faut absolument lire (p. 53-109) ces développements clairs et fondamentaux sur les notions parentes mais différenciées d’irréductibilité, d’indécomposabilité (Weaver), d’incompressibilité, d’incontrôlabilité (Ashby), d’insolubilité (intractability), de crypticité, sur les différentes composantes de l’incertitude et de l’ignorance. Dans la galerie des économistes de la complexité figurent aux côtés d’usual suspects comme Hayek, Simon ou Georgescu-Roegen, des auteurs moins attendus ici comme Keynes dont Delorme revisite la théorie des probabilités d’éclairante manière. On y trouve également von Neuman et ses travaux pionniers sur les automates et la « deterministic unpredictability ». L’ouvrage inclut en outre les apports récents de Brian Arthur sur la complexité dans l’approche de Santa Fe (p. 78-80). On apprendra au passage (p. 86) que Mickaël Jackson a contribué aux analyses managériales de la complexité. Certes, on pourra toujours trouver des auteurs absents de ce panorama alors qu’ils auraient amplement mérité de figurer dans le panthéon de la complexité profonde, comme le Kornai de l’anti-équilibrium (1971) par exemple. On saura au contraire gré à l’auteur d’éviter le name-dropping et de n’avoir pas inclus des auteurs comme Parsons qui se réclament de la systémique mais ne raisonnent pas en terme de systèmes complexes mais selon une logique fonctionnaliste et disjonctive. Est également absent un héritier de ce dernier, Niklas Luhman (1997) dont l’approche, très en vogue dans certaines branches du droit ou de la sociologie allemande, n’est de fait que partiellement complexe. L’index des noms et des concepts est extrêmement utile pour se repérer dans l’ouvrage, les territoires et les figures marquantes de la complexité. On notera cependant qu’il n’est pas tout à fait exhaustif. Ainsi, Tinbergen ou Edgeworth qui apparaissent notamment p. 66 et suivantes ne figurent pas dans l’index. En outre, cet ouvrage est bien plus qu’un guide compilant les approches de la complexité dans diverses sciences et selon différents auteurs. Robert Delorme propose des critères permettant de les comparer systématiquement, d’en tracer une cartographie précise et de faire affleurer de nouveaux territoires.

1. 3. Un nouveau paradigme

7Cette profonde systématicité est révélatrice de l’objectif de l’auteur. L’ouvrage a l’ambition forte et largement tenue de développer un nouveau paradigme, loin de l’éclectisme incontrôlé ou de l’essayisme qui caractérise nombre d’approches de la complexité. Comme il est dit dans la préface, « l’auteur développe un cadre alternatif qui ne rejette pas mais limite et subsume le cadre classique sous un cadre d’analyse plus large. Le produit de cette approche nouvelle est la “complexité profonde effective”. Elle recouvre trois aspects : un cadre alternatif, qui offre une réponse à la question des implications de l’incertitude radicale pour le raisonnement scientifique ; une théorie behaviouraliste des situations profondément complexes ; et un système de décision et action en situation profondément complexe ». Le terme de paradigme est employé par l’auteur lui-même dans un sens bien plus fort que celui de théorie ou d’école de pensée auquel il se réduit quelquefois en sciences sociales. Pour en donner une illustration, les trois grands axiomes de l’organon d’Aristote (identité, non-contradiction et tiers exclus) sont remplacés ou plus précisément subsumés sous ceux, plus généraux, de la complexité profonde. Plutôt que d’en faire un résumé caricatural nous préférons renvoyer le lecteur à ces excellents développements (p. 197 et suivantes).

8Dans ce paradigme, la construction de l’objet participe elle-même d’une situation complexe. L’observateur s’inscrit dans un processus d’interaction avec son objet. Robert Delorme distingue à la suite de Jean-Louis Le Moigne (1990) la complexité de premier ordre (complexité de l’objet) et la complexité de second ordre (complexité liée au regard de l’observateur). Les modèles de rationalité limitée, subjective et procédurale développés par Simon, appliqués communément aux firmes et aux ménages, peuvent alors être transposés à l’acteur-observateur qu’est le chercheur. Il s’agit là d’un point fondamental et d’une implication majeure de l’incertitude radicale pour le raisonnement scientifique. Cette approche, bien que basée sur des concepts simoniens, relèverait selon Robert Delorme d’une lecture post-simonienne (p. 29). Pour lui en effet, Simon se serait refusé à franchir le pas de la réflexivité du chercheur. L’affirmation est peut-être exagérée car si Simon n’a pas développé cette application de sa théorie de la rationalité, il en a néanmoins ouvert la voie, si l’on en croit Pat Langley, l’un de ses disciples : « En 1966, Herb Simon publia un chapitre “Découverte scientifique et la psychologie de la résolution des problèmes” dans lequel il eut l’audace de suggérer que l’on pouvait expliquer et modéliser la découverte scientifique – qui comprenait souvent une perspicacité créatrice – en termes de processus cognitifs usuels, suivant des mécanismes similaires à ceux qui sont à la base de la résolution des problèmes humains quotidiens » (Langley, 2004, p. 463).

9La complexité de second ordre ou profonde met fin à la séparation étanche entre observateur et objet de recherche qui est à la base du « paradigme classique » dans les sciences. Une pluralité de points de vue sur un même objet est possible, le regard subjectif de l’observateur joue dans la construction de l’objet de recherche. Dans ce cadre, la complexité n’est pas qu’une caractéristique de l’objet, elle est aussi le fruit du regard de l’observateur. Delorme reprend (p. 115 et suivantes), pour le dépasser, l’exemple donné par Ashby de l’objet « cerveau » pour un neurobiologiste et pour un boucher : « to the neurobiologist the brain, as a feltwork of fibers and a soup of enzymes, is certainly complex ; and equally the transmission of a detailed description of it would require much time. To a butcher the brain is simple, for he/she has to distinguish it from inly about thirty other “meats”, so not more than log230 ; i.e. about 5 bits, are involved ». Pour autant, il ne faut pas sombrer dans ce que Delorme appelle la « loose complexity ». La réduction opérée par l’observateur doit être mise en regard avec son niveau d’aspiration et avec des normes professionnelles rigoureuses : elle est nécessaire mais elle doit être opérée selon des procédures clairement établies et pertinentes par rapport à l’objet étudié. Toutes les réductions ne se valent pas et la complexité profonde ne relève donc en rien d’un post-modernisme relativiste qui dissout les sciences dans la rhétorique et aboutit à un « anything goes ». Une telle approche permet de sortir de l’ornière consistant à conclure que « tout problème relève d’une irréductible complexité » pouvant conduire à fuir toute modélisation. Elle évite également l’ornière symétrique, très fréquente en économie, qui consiste à dire que « notre modèle est certes hautement simplificateur mais tout modèle n’est-il pas réduction ? ». Il importe fondamentalement d’éviter les réductions arbitraires (ou plus précisément de « réduire le degré relatif d’arbitraire par rapport à un problème donné », p. 44) où il n’est pas précisé ce qui est omis et simplifié, où les conséquences de la réduction sur ce qui peut être dit ou non de l’objet ne sont pas tirées. Robert Delorme opère (p. 15) une distinction fondamentale entre réduction ex ante et réduction ex post : « Thus reduction is necessary but it neeeds to be constructed. There is a difference between reduction done ex post, after having constructed the whole from which the reduction is performed, and a reduction done trough an immediate assumption without reference to a previously constructed whole. In sum, the reduction from a constructed whole is a priori different from the spontaneous reduction from an unconstructed whole in economics. The former is a priori more informed and less arbitrary than the latter ».

1. 4. Une cyberlangue ?

  • 2  CTSP : Critical Transactional Systemic Process, DCX1 : Deep complexity, ADCX : Anchored Deep Compl (...)

10Il est cependant un revers à cette brillante médaille. Du fait de sa haute densité, l’ouvrage est une somme parfois indigeste, comme peut l’être un repas trop riche. Sa compréhension réclame du lecteur un effort soutenu et une familiarisation avec de nouveaux concepts qui peuvent s’avérer au premier abord hermétiques, l’auteur le concède bien volontiers (p. 220). Et ce d’autant plus que les raisonnements récursifs de la complexité profonde s’accommodent souvent mal de la nécessaire linéarité de l’exposé. C’est parfaitement légitime et indispensable car une pensée systémique et novatrice est toujours plus exigeante qu’une collection d’idées convenues et disparates. L’appel à la « bonne volonté du lecteur » (p. xxii) est donc tout à fait justifié. Mais comprendre le livre exige en sus l’apprentissage d’un curieux idiome. La langue naturelle choisie n’est pas en cause : Robert Delorme adopte – et il faut l’en remercier – un anglais concis et précis, formé de phrases simples et brèves à l’anglo-saxonne. En revanche, le langage artificiel déployé s’avère problématique. L’usage généralisé d’acronymes idiosyncrasiques formant une nomenclature technique hermétique constitue un obstacle réel et évitable à l’intelligence de la complexité profonde. L’ouvrage est truffé de CTSP, DCX1-5, ADCX, OP6, GPm, PEWmm, SODCX, R4, CX62 évoquant le catalogue de véhicules d’un constructeur français ou faisant basculer le lecteur dans une « 9e dimension » bien différente de celle décrite p. 63-69. Peu parlants, ces sigles cryptiques excèdent largement les capacités de mémorisation du lecteur. Pour un auteur qui se réclame d’une approche simonienne de la rationalité et qui fait à juste titre de la « communicabilité » un critère de scientificité (p. 43), c’est pour le moins paradoxal et surtout contreproductif : cette cyberlangue forme un voile opaque qui éclipse trop souvent les lumières de la complexité. Dans le cadre d’une critique qui se veut avant tout constructive, il est temps à présent, d’évoquer d’autres limites de cet ouvrage ; limites dont beaucoup pourraient là aussi être aisément surmontées et qui dessinent autant de prolongements et de pistes à explorer.

2. Économie, sciences sociales et opérationnalité : pistes et prolongements

11Deux faits stylisés notables se dégagent à la lecture de l’ouvrage : la présence des sciences sociales autre que l’économie et la gestion est quasi-inexistante et la partie consacrée à l’opérationnalisation de l’approche est très réduite (une vingtaine de pages sur un total de près de 500). Il s’agit là de deux faits saillants et surprenants. Surprenants parce que l’ouvrage est intitulé « Complexité profonde et sciences sociales » et son sous-titre « expérience, modélisation et opérationnalité ». Cela élève le « niveau d’aspiration » du lecteur pour reprendre un concept simonien et produit par contrecoup une frustration pour ce dernier qui n’atteint pas ici le « satisficing ». Notre propos est de montrer que ces deux faits stylisés sont intimement liés : se priver de l’apport des autres sciences sociales, c’est aussi se priver de procédures permettant de rendre opératoire la complexité profonde. Il s’agit donc de muer cette insatisfaction initiale en force de proposition pour suggérer ici quelques pistes d’opérationnalisation de la complexité.

2. 1. Complexité et opérationnalité : des réponses partielles à une question cruciale

12Renversant la proposition usuelle selon laquelle « the proof of the pudding is in the eating », Robert Delorme avance que « the proof of the pudding is in the making » (p. 44). Il s’agit là d’une idée fondamentale. Les critères de la scientificité reposent tout autant sur la cohérence interne de la théorie, la capacité de celle-ci à éclairer le réel que sur des procédures rigoureuses de construction de l’objet. Le « making of » de la science doit être exposé clairement et à la critique (p. 204), avec ses tâtonnements créatifs et ses chemins de traverse. Ce troisième critère de scientificité passe souvent à la trappe en économie du fait de la prégnance explicite ou implicite de l’instrumentalisme friedmanien (cf. Friedman, 1954 ; Mäki, 1998). Mettre ainsi en avant la fabrique de la science au quotidien (« the daily work of scientists », p. 408), sa cuisine ordinaire, suppose d’accorder une importance fondamentale au caractère opérationnel de l’approche. « The challenge is to build a bridge between the rich philosophical thinking about complexity and the work being done in empirical research » (p. xx).

13Or l’ouvrage fait la part belle à la modélisation générale de la complexité (partie II, p. 109-364, l’essentiel de ces développements relevant de la sous-partie sur la « généralité » de l’approche, p. 207-361). Si le titre de la partie III est « opérationnalité », la sous-partie portant directement sur cette question (p. 365 à 379) correspond bien plus à une synthèse des parties précédentes qu’à une opérationnalisation de la complexité. La sous-partie « applications » (p. 383-430) relève d’illustrations importantes mais néanmoins partielles de la complexité profonde (développements sur les systèmes de sécurité routière, les transformations post-socialistes à l’Est, la globalisation, la construction européenne et la crise financière). Paradoxalement, ces thématiques ne sont pas traitées en mettant en œuvre l’intégralité des principes et des niveaux de la complexité profonde – du CX1 au CX6 – qui ont fait l’objet des deux premières parties. Dans les applications à l’économie, c’est souvent la complexité de l’objet et l’insuffisance des théories dominantes qui est soulignée à partir de (très bons) travaux existants pour reformuler une théorie alternative. Même l’opus fondamental de 1983 sur l’État et l’économie sur lequel s’appuie la première partie ne mettait en œuvre que partiellement les principes de la complexité profonde. Et ce, pour la raison simple que ces travaux sont à l’origine de la complexité profonde mais qu’ils n’en sont pas la mise en pratique « intégrée ».

14En ne consacrant que peu de pages aux routines de recherche permettant de pratiquer la complexité profonde, Robert Delorme laisse le lecteur au milieu du gué (ou du « pont entre philosophie et recherche empirique »). Imaginons un instant un jeune doctorant brillant et ouvert qui a la chance de lire cet ouvrage fondamental sur la complexité, sort enthousiasmé de cette lecture et décide sur le champ de la mettre en action dans sa thèse. Cela ne sera pas chose facile. L’ouvrage nous livre un cadre général. Si les principes généraux de recherche envisagés sont des plus utiles, ils restent cantonnés à un niveau élevé d’abstraction, sans médiations intermédiaires et appliquées. Or, comme le répète Robert Delorme à de multiples reprises, cet ouvrage n’est pas d’essence philosophique et ne relève pas de l’épistémologie pure (« our standpoint is scientific practice. It differs from pure thinking about complexity », p. 267). Notre vaillant doctorant n’y trouvera cependant pas les heuristiques concrètes à même de le guider dans son entreprise. À titre d’exemple, Robert Delorme souligne la nécessité de prendre en compte la relation entre le chercheur-observateur et l’objet observé, en dégage les principes abstraits mais ne développe pas de procédure tangible permettant de les mettre en pratique. Nous entendons par là des exemples, des savoir-faire évolutifs pouvant être transmis, enseignés et remis sur le métier et non un kit d’opérations clé-en-main, complet et définitif. L’objectif de Robert Delorme, nous l’avons souligné, est de construire un nouveau paradigme. Il en a établi les fondements mais il néglige la dimension « exemplaire » du paradigme : « qu’il soit procédé de recherche ou procédé de combat, [le] rôle [du paradigme] est toujours d’exercer l’élève à une méthode et de lui faire découvrir une vérité » (Nouvel, 1999, p. 718). On pourrait avancer en forme de clin d’œil que « the proof of the paradigm is in the making » : l’instrumentation ne constitue-t-elle pas un sous-ensemble essentiel du paradigme d’après Kuhn ? Robert Delorme est lui-même conscient de ce problème. Lorsqu’il traite de la complexité chez Edgard Morin, il remarque avec pertinence qu’il est « nécessaire de passer de la Méthode avec un grand M à la méthode avec un petit m » (p. 260) et plus loin (p. 270), il observe que « The paradigm of complexity still lacks the case studies, the examplars, the theorising which could be contrasted with those of the classical frame ». Si the proof of the pudding is indeed in the making, pour faire un bon pudding, il est besoin de routines sur l’art et la manière de travailler les ingrédients, sur le bon usage des ustensiles de cuisine, le timing des opérations etc. Robert Delorme nous fournit une remarquable théorie générale de l’art culinaire mais ni recette, ni tour de main, comme un chef qui aurait quitté depuis longtemps les fourneaux, le stress des coup-de-feu et la gestion d’une brigade au quotidien pour méditer sur l’alchimie complexe de la cuisine moléculaire. Bien entendu, chaque « recette », chaque heuristique doit être interprétée, retravaillée et accommodée par le cuisinier-chercheur. Chaque chef et chaque apprenti en proposera une version faisant appel à son expérience et à sa créativité. Mais il est nécessaire de commencer avec un ensemble de recettes provisoires, par des techniques éprouvées qui peuvent être améliorées par essais-erreurs. En d’autres termes, il manque ici des pistes sur l’usage des statistiques, la conduite d’études de cas approfondies, à savoir des méthodes et des techniques d’enquêtes tant qualitatives que quantitatives qui soient en adéquation avec la complexité. Dans quelles conditions est-il possible d’intégrer les régressions en coupe internationale à une approche par la complexité (McCartney, 2006) ? La notion de faits stylisés telle qu’elle est développée par Kaldor (1963) est-elle un bon point de départ dans une démarche combinant abduction, déduction et induction ? Il manque pour le moment une instrumentation armant le chercheur dans son entreprise de reconnaissance et de connaissance du réel. Cette question n’est ni anodine, ni accessoire car les instruments loin d’être neutres, sont « chargés de théories » ainsi que nous l’enseigne la philosophie des sciences.

2. 2. Les autres sciences sociales : faible systématicité, richesses en routines complexes et opératoires

15Les autres sciences sociales sont susceptibles de fournir de tels instruments. Or la place qui leur est accordée est essentiellement cantonnée à l’apport de la gestion. La transdisciplinarité à laquelle il est fait appel se tourne d’abord – et ce, de remarquable manière – vers les sciences exactes et du vivant, à la notable exception de la gestion. On saluera à ce propos la place conséquente qui est justement accordée aux sciences de gestion. Trop d’économistes regardent encore de haut cette discipline, considérée comme sous-théorisée et ne produisant que des « recettes de cuisine ». Or la gestion s’avère souvent plus ouverte aux apports d’autres sciences sociales et plus innovante que l’économie. Il faut dire qu’un chercheur en gestion comme Jean-Louis Le Moigne a fortement contribué au développement des théories de la complexité et à la réception de Simon en France. Néanmoins, en dehors de brèves références à la sociologie, d’une allusion à l’historien allemand Dilthey (p. 236), l’histoire, l’anthropologie, la géographie, la sociologie ou la science politique sont les grandes absentes de l’ouvrage.

16Il est vrai qu’en dehors du sociologue assez atypique qu’est Edgard Morin, les chercheurs appartenant à ces disciplines ont rarement théorisé la complexité au niveau d’abstraction et de généralité proposé par Delorme. La plupart de ces disciplines, histoire en tête, se caractérisent par un plus faible degré de systématicité théorique que l’économie. En revanche, elles ont su développer des métathéories poussées et des méthodologies appliquées qui nous semblent en adéquation avec la complexité profonde. Elles en ont acquis une compréhension intuitive parce qu’elles y sont confrontées au quotidien, bien plus que l’économie mainstream. Ce sont des sciences « where real life pushes his problem upon us », comme le note Robert Delorme à propos de la gestion (p. 276). Elles accordent en effet une place de choix à l’observation empirique des « real world problems » comme point de départ de l’analyse, loin du schéma déductif-nomologique qui peut être à la source d’une clôture par rapport à ces problèmes.

17En conséquence, ces sciences ont déployé, à des degrés divers, des procédures pour contrôler la relation observateur-objet et les ont institutionnalisées dans leurs « standards of operation » (p. 127). Elles ont ainsi produit des outils utiles pour intégrer la complexité de second ordre (liée au regard de l’observateur et à son interaction avec l’objet). En effet, il est évident pour l’ethnographe que « l’enquête est une interaction sociale d’un type particulier et non seulement une technique de recueil des données » (Weber, 1996, p. 19). Le journal d’enquête, « carnet de bord de l’observation directe où sont consignés au jour le jour les évènements tels que mon regard les perçoit, les trie, les choisit », permet d’exposer l’évolution du regard de l’enquêteur et de mettre à jour les perturbations du « milieu » qu’apporte le chercheur, de mieux comprendre l’interaction enquêteur/enquêté (ibid.). Des guides d’enquête (cf. par exemple le désormais classique Beaud & Weber, 2003) fournissent des protocoles, des savoir-faire et des tours de main permettant de pratiquer et d’enseigner la complexité de second ordre. L’auto-analyse, à savoir l’« analyse réflexive des pré-notions de l’ethnographe en tant qu’il est l’indigène d’une culture liée à sa position sociale et à son appartenance au monde savant » est un autre outil permettant d’intégrer cette dimension cruciale de la complexité profonde. L’observation participante et l’approche clinique de certains gestionnaires auraient également pu être mentionnées. L’histoire n’est pas en reste avec l’égo-histoire. De plus en plus institutionnalisée en France depuis les années 1980, l’égo-histoire conduit l’historien à retracer son itinéraire, à analyser les inflexions, les détours, les tâtonnements, les abandons qui ont jalonné ses recherches ainsi que les arènes, les réseaux, les influences qui ont façonné sa production scientifique. Or Robert Delorme s’est en quelque sorte livré à un exercice d’égo-économie dans cet ouvrage. Pensons en outre à la Begriffsgeschichte (Koselleck, 1986), « histoire langagière des concepts, attentive aux échanges incessants entre langue et société et aux écarts entre des usages actuels et des usages passés d’un même concept, étant entendu que tout maniement actuel d’un objet d’étude passé implique une histoire des concepts qui ont permis de le nommer » (Hartog, 1997). Il en est de même pour l’histoire des statistiques (Desrosières, 2008). On pourrait ajouter également la géographie qui a développé des savoirs essentiels pour saisir la structure feuilletée du social liée à son caractère multi-scalaire (Labrousse, 2006). En retour, les chercheurs en sciences sociales gagneraient beaucoup à lire l’ouvrage profondément cohérent et systématique de Robert Delorme, même si cela implique pour eux un véritable dépaysement dans les modes de narration et les auteurs de référence.

2. 3. De Weber à Ostrom, des auteurs « profondément complexes » à mobiliser

18Deux auteurs majeurs, tous deux à la charnière entre l’économie et les autres sciences sociales, sont absents de l’ouvrage : Max Weber et Elinor Ostrom. Il serait pourtant fructueux de les mobiliser car ils apportent des outils fondamentaux à la complexité profonde. Weber tisse des liens entre l’irréductibilité du réel au regard de l’observateur, la singularité historique, le refus du déductivisme et la notion d’imputation causale singulière. Il fait de l’idéal-type un outil fondamental. « La présupposition d’un “hiatus irrationalis” irréductible entre concept et réalité […], est sans aucun doute le présupposé le plus fondamental de l’épistémologie wébérienne. […] Ce hiatus, soit l’impossibilité de rendre compte exhaustivement de tous les éléments qui ont contribué à produire un événement donné, tient à la multiplicité des causalités impliquées en cette production. […] La défiance de Weber à l’égard de toutes les variétés de déductivisme est l’envers critique de son pluralisme causal. L’explication historienne ou sociologique doit accepter, si elle veut éviter le dogmatisme, de confesser son caractère inévitablement partiel. L’infinité inépuisable des causalités impliquées dans tout phénomène historique, aussi circonscrit soit-il, oblige à reconnaître que la connaissance de la réalité ne peut jamais être autre chose que celle d’un “fragment limité” de celle-ci (Essais sur la théorie de la science, p. 153). » (Colliot-Thélène, 2006, p. 27). La notion d’idéal-type – bien qu’elle ait donné lieu à des récupérations douteuses – est une façon de procéder à une réduction contrôlée de l’objet, sans réductionnisme a priori. De plus, la critique webérienne du “monisme naturaliste”, « c’est-à-dire de la conception selon laquelle le but de toute science devrait être de formuler des lois générales, représente un moment fondamental de l’épistémologie wébérienne » (Colliot-Thélène, 2006, p. 19). Penser le singulier n’implique pas d’abdiquer de tout concept de causalité, loin de là. Weber parle à ce propos d’imputation causale singulière, une notion qui pourrait être, elle aussi, aisément mobilisée par les approches complexes.

  • 3  La notion de holon développée par A. Koestler est mentionnée par Delorme p. 217.

19Il est peut-être encore plus regrettable que la prix Nobel d’économie 2009 Elinor Ostrom ne soit pas même mentionnée dans cet ouvrage. Son « institutional analysis and development (IAD) framework » (Ostrom, 2005) constitue un formidable exemple de complexité profonde intégrée sur les plans théoriques, méthodologiques et appliqués. Ses études de terrain approfondies l’ont amenée à réaliser que la théorie dominante de « la tragédie des communs » de Garett Hardin (1968) était profondément insatisfaisante (Ostrom, 1999). En termes delormiens, Ostrom faisait face à une « ill-structured problem-situation » qui l’a conduite à formuler une approche alternative des communs, une méthodologie en termes de « multilevel complex systems », de phénomènes émergents et de processus de feed-back. Les notions de « holons »3, d’arènes d’action comme unités d’analyse focales, de systèmes polycentriques sont des concepts opératoires pour pratiquer la complexité. L’observation joue un rôle fondamental dans son approche qui comprend une dimension ethnographique forte. Elle est associée à une conceptualisation et une théorisation poussée. La théorie, construite au travers d’aller-retour successifs avec les matériaux empiriques, apparaît comme le « framework » de l’enquête. Sources de cartes conceptuelles (conceptual maps), elle est d’abord une théorie exploratoire qui aide à identifier les configurations et variables clé (il est d’ailleurs étonnant que Robert Delorme n’emploie pas le terme de théorie exploratoire alors même qu’il qualifie bien sa démarche et celle de nombreux régulationnistes). Ostrom propose une combinaison originale et opératoire entre études de cas approfondies (avec des procédures de comparaison inter-cas), économie expérimentale, formalisation (théorie des jeux, modèles multi-agents etc.). Par exemple, la théorie des jeux n’y est pas une fin en soi, elle n’entre pas dans une démarche hypothético-déductive mais elle constitue un outil heuristique qui permet d’adresser de nouvelles questions au terrain. À l’instar des pragmatistes, la recherche est chez elle un processus collectif et évolutif nécessitant la collaboration d’équipes de chercheurs pluridisciplinaires (Ostrom et alii, 2010). L’association de leurs compétences dans un cadre commun est une façon de répondre à la complexité de premier et de second ordre. Les acteurs étudiés et les chercheurs y apparaissent comme des « faillible learners ». De telles innovations ne sont pas sans rencontrer des résistances. Elinor Ostrom narre ainsi dans un entretien (Aligica, 2003) la réaction de ses collègues adeptes de la formalisation pure : « Then, as I dug into institutions and recognized their complexity, some of my formal-theory colleagues called me “stupid” for analyzing rule systems that involved multiple types of rules. They argued that this level of complexity was unnecessary and made analysis of institutional structures and results too difficult ». Des approches comme celles d’Ostrom montrent qu’une autre méthodologie intégrant l’ensemble des dimensions de la complexité est possible. Elles fournissent des heuristiques précieuses et des exemples à suivre, sans lesquels la complexité profonde resterait lettre morte.

Conclusion : Un ouvrage indispensable en attente d’une vulgarisation

20Robert Delorme nous livre ici un ouvrage majeur dont l’austérité ne doit pas décourager le lecteur. Il faut faire l’effort de s’initier à cette complexité profonde car il s’agit d’un détour hautement productif pour tout économiste. Hautement productif et surtout indispensable : ne pas faire de la complexité profonde, c’est se condamner à mutiler l’économie. Mutiler la science économique en une posture scientiste (p. 406 et suivantes) faisant de l’économiste un expert tout puissant détaché du réel, imitateur servile d’une conception fantasmée et datée des sciences exactes en général et de la physique en particulier (Mirowski, 1989). Mutiler les économies et les hommes qui la font (et la subissent) car les théories économiques sont agissantes pour le meilleur parfois et pour le pire souvent. Les effets délétères de nombreuses politiques d’ajustement structurel, des thérapies de choc à l’Est et de la crise actuelle nous le montrent. Faire avec la complexité profonde, c’est de manière positive, insérer l’économiste dans le monde social et dans les sciences sociales, en faire un contributeur humble (Orléan, 2001) et faillible au débat démocratique. Un contributeur mieux outillé pour comprendre et appuyer l’action politique, économique et sociale.

21Espérons qu’après avoir aussi solidement ancré les fondements de la complexité profonde, Robert Delorme pourra s’atteler à un petit ouvrage complémentaire de vulgarisation qui rende habitable ce bel édifice, ouvre portes et fenêtres sur des champs de recherche féconds. Un ouvrage de vulgarisation qui exposerait en 128 pages les lignes directrices et les voies d’application de la complexité profonde et serait susceptible de rencontrer le large public que cette approche hautement innovante, fructueuse et profonde mérite.

Haut de page

Bibliographie

Aligica P. D. (2003), “Rethinking Institutional analysis : The Bloomington School. Rethingking Governance Systems and Challenging Disciplinary Boundaries”, Interview with Elinor Ostrom, 7 novembre 2003, p. 7-15, Mercatus Center, George Mason University.

Beaud S. & Weber F. (2003), Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte.

Colliot-Thélène C. (2006), La sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte.

Delorme R. (1976), « À propos du taux d’actualisation du plan », Revue économique, vol. XXVII, n° 1, p. 1-30.

Delorme R. (1995), « L’état relationnel intégré complexe », in Boyer R. & Saillard Y. dir. (1995), Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 180-188.

Delorme R. (dir.) (1996), À l’Est du nouveau. Changement institutionnel et transformation économique, Paris, L’Harmattan.

Delorme R. (2010), Deep Complexity and the Social Sciences – Experience, Modelling and Operationality, Cheltenham & Northhampton, Edward Elgar, 464 p.

Delorme R. & André C. (1983), L’État et l’économie. Un essai d’explication de l’évolution des dépenses publiques en France (1970-1980), Paris, Seuil.

Delorme R. & Lassarre S. (dir.) (2005), L’insécurité routière en France dans le miroir de la comparaison internationale. Comparaison entre la France et la Grande-Bretagne, Arcueil, INRETS.

Desrosières, A. (2008), L’argument statistique, tome I et tome II, Paris, Presse de l’École des Mines.

Friedman M. (1953), “The Methodology of Positive Economics”, Essays in Positive Economics, Chicago, Chicago University Press, p. 3-43.

Hardin G. (1968), “The tragedy of the commons”, Science, 162, p. 1243-1248.

Hartog F. (1997), « Reinhart Koselleck, lumineux théoricien de l’Histoire », Le Monde des livres, 28 novembre 1997.

Kaldor N. (1963), “Capital accumulation and economic growth” in : Lutz F. (1963), The Theory of Capital, London, Macmillan, p. 127-222.

Kornai J. [1971], Anti-equilibrium. A gazdasági rendszerek elméleteiröl és a kutatás feladatairó, trad. all. : Anti-Äquilibrium. Über die Theorien der Wirtschaftssyteme und die damit verbundenen Forschungsaufgaben, Berlin, Springer-Verlag (1975).

Koselleck R. (1986), « Sozialgeschichte und Begriffsgeschichte », in Schieder W. & Sellin V. (dir.), Sozialgeschichte in Deutschland, Goettingen, vol. I., p. 89-109.

Labrousse, A. (2006), « Éléments pour un institutionnalisme méthodologique–autonomie, variation d’échelles, réflexivité et abduction », Économie et institutions, n° 8, p. 5-53.

Langley, P. (2004), “Heuristics for scientific discovery: The legacy of Herbert Simon”,in Augier M. E. & J. G. March (dir.) (2004), Models of a Man: Essays in Memory of Herbert A. Simon. Cambridge (Ma.), MIT Press, p. 463.

Le Moigne J.-L. (1990), La théorie du système général, Paris, PUF.

Luhman N. (1997), Die Gesellschaft der Gesellschaft, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag, 2 Bde.

Mäki U. (1998), “As if”, in Davis J.B., Wade Hands D. & Mäki U. Ed., (dir.) (1998), The Handbook of Economic Methodology, Cheltenham, Edward Elgar, p. 156-160.

McCartney M. (2006), “Can a Heterodox Economist Use Cross-country Growth Regressions ?”, Post-autistic economics review, issue no. 37, 28 April 2006, p. 45-54.

Mirowski P. (1989), More Heat Than Light, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press.

Mirowski P. (2010), “Inherent vice: Complexity versus behavioral explanations of the economic crisis of 2007-*: Minsky, markomata, and the tendency of markets to undermine themselves”, Journal of Institutional Economics, Issue 6(4), December 2010.

Nouvel P. (1999), « Paradigme », in Lecourt D. Ed. (1999), Dictionnaire d’histoire et philosophie des sciences, Paris, PUF, p. 717-721.

Orléan A. (2001), “Humility in Economics”, Post-Autistic Economics Newsletter, n° 5, mars, article 2.

Ostrom E. (1999), “Coping With Tragedies of Commons”, Annual Review of Political Science, 2, p. 493-535.

Ostrom E. (dir.), (2005), Understanding Institutional Diversity, Princeton, Princeton University Press.

Ostrom E., Poteete A. R. & Janssen M. A. (2010), Working Together: Collective Action, the Commons, and Multiple Methods in Practice, Princeton, Princeton University Press.

Weber, F. (1996), « Métier d’historien, métier d’ethnographe », Cahiers Marc Bloch, 4/1996, p. 6-24.

Liens utiles :

La traduction en français de la brève préface de l’ouvrage par Jean-Louis Le Moigne (révisée par R. Delorme) :
http://www.mcxapc.org/cahier.php?a=display&ID=749

La quatrième de couverture de l’ouvrage sur le site de la maison d’édition :
http://www.e-elgar.co.uk/bookentry_main.lasso?id=13888

Haut de page

Annexe

Sommaire (traduction en français par la bibliothèque du RIC, modifiée par A. L.)

Préface

Remerciements

-I- Expérience

Chapitre 1 - Heuristique
1.1. Introduction
1.2. Une expérience de complexité profonde
1.3. La construction d’un chemin
1.4. Conclusion

Chapitre 2 - Originalité
2.1. Introduction
2.2. L’hypothèse de complexité profonde ancrée (CXPA)
2.3. La complexité profonde en théorie économique
2.4. La complexité profonde en théorie du management
2.5. Autres sources et formes transdisciplinaires
2.6. Conclusion

-II- Modélisation

Chapitre 3 - Relativité
3.1. Introduction
3.2. La complexité n’est pas propre aux objets
3.3. La question de la subjectivité
3.4. Mesure et irréductibilité
3.5. L’irréductibilité endogénéisée
3.6. Huit dimensions élémentaires de la complexité
3.7. D’un objet complexe à une situation complexe
3.8. Conclusion

Chapitre 4 - La complexité profonde comme produit
4.1. Introduction
4.2. Une irréductibilité quantitative
4.3. La neuvième dimension
4.4. Une irréductibilité qualitative
4.5. Conclusion

Chapitre 5 - La complexité profonde comme processus
5.1. Introduction
5.2. Un processus imbriqué
5.3. Cinq principes d’organisation
5.4. Conclusion : la notion CX5 de complexité

Chapitre 6 - Généralité
6.1. Introduction
6.2. À la recherche d’une fondation pour CX5
6.3. L’autonomie de CX5
6.4. De l’autonomie à la reconnaissance de situation
6.5. La mise en œuvre de la complexité profonde
6.6. La Complexité Profonde Effective (CXPE ou CX6)
6.7. Conclusion

-III- Opérationnalité

Chapitre 7 - Synthèse
7.1. Introduction
7.2. Les morceaux recollés du puzzle
7.3. La triple nature de la Complexité Profonde Effective
7.4. La Complexité Profonde Effective et le monde extérieur

Chapitre 8 - Applications
8.1. Introduction
8.2. La gouvernance de la sécurité routière
8.3. Les problèmes économiques contemporains
8.4. Conclusion

Conclusion générale

Références bibliographiques

Index analytique

Haut de page

Notes

1  « L’espèce d’ubiquité et la nature plurielle de l’État opposent un obstacle résistant à la tentation de vouloir saisir cet enchevêtrement complexe dans un schéma unifié d’emblée. […] Dans ce domaine le meilleur juge de paix est la comparaison internationale. Elle offre un bon antidote aux extrapolations ethnocentrées de cas nationaux et aux facilités de l’usage non qualifié et non circonscrit des stéréotypes multiples dont l’habitude a été prise d’affubler l’État (Providence, gendarme, interventionniste, libéral, etc.). […] Contextualiser et se donner une représentation unifiée de l’hétérogénéité des relations entre l’État et l’économie résument notre propos » (Delorme, 1995, p. 181).

2  CTSP : Critical Transactional Systemic Process, DCX1 : Deep complexity, ADCX : Anchored Deep Complexity, OP6 : autonomy of CX5, GP: generative principle meta-level, PEWmm : the generic process of enquiry into the world W at the meta-meta-level, SODCX : second-order deep complexity, R4 : road risk regulation regime, CX6 : complexity level 6.

3  La notion de holon développée par A. Koestler est mentionnée par Delorme p. 217.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Labrousse, « Robert Delorme (2010), Deep Complexity and the Social Sciences – Experience, Modelling and Operationality, Cheltenham & Northhampton, Edward Elgar, 464 p. », Revue de la régulation [En ligne], 8 | 2e semestre / Autumn 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://regulation.revues.org/9034

Haut de page

Auteur

Agnès Labrousse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page