Navigation – Plan du site
Opinions - débats

Délocalisations : de quoi parle-t-on ?
De la quantification des opérations à la qualification des processus

Relocations: what are we talking about?
From quantifying operations to qualifying processes
Deslocalización : de que hablamos ?
De la cuantificación de operaciones a la calificación de los procesos.
Christophe Carrincazeaux, Marie Coris et Alain Piveteau

Résumés

La croissance des mouvements de délocalisation s’interprète souvent comme une manifestation de la globalisation des économies. Or, leur récente évolution qualitative révèle une transformation du phénomène qui en bouscule les perceptions courantes. « Les délocalisations : de quoi parle-ton ? » revient sur les problèmes de définition et de quantification pour insister sur la nécessité de reformuler le phénomène en termes de processus de mobilité et d’interroger la rationalité des choix de localisation. Il met ensuite en discussion quelques pistes analytiques visant à comprendre et rendre compte de ces nouveaux enjeux aux niveaux des firmes et des industries.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le phénomène des délocalisations n’est pas nouveau. D’après Michalet (2007), on commence à en parler dans les années 1960 pour désigner les implantations productives visant à desservir les marchés locaux en contournant les coûts de transport et les réglementations protectionnistes. Dans les années 1980, apparaissent les délocalisations motivées par la réduction des coûts salariaux. Leur croissance quantitative s’interprète depuis comme une manifestation de la globalisation des économies associée à la géographie du fordisme ou au cycle de vie des produits. Les délocalisations ne se posent alors pas en tant que « problème » mais en tant que solution à la gestion de la concurrence internationale par les firmes des pays développés.

2Selon les théories traditionnelles du commerce international, les délocalisations font ainsi partie d’un processus normal et globalement bénéfique pour la croissance. Les choix de localisation s’effectuent sur la base d’un calcul rationnel, en fonction des dotations factorielles dont disposent les espaces. Les firmes des pays développés sont ainsi amenées à délocaliser les productions de faible niveau technologique arrivées à maturité. Peu innovants, les pays en développement se saisissent de ces productions tandis que les pays développés, continuant à innover, ont avantage à se spécialiser dans la production de biens à plus forte valeur ajoutée. Les spécialisations réciproques autorisent ainsi un échange bénéfique à l’ensemble des partenaires. Cet effet, dit de « substitution/compensation », se produit dans le temps : les délocalisations sont, à court terme, porteuses de destruction des emplois peu qualifiés au niveau local (certaines régions) dans le pays d’origine, mais ces pertes se compensent au niveau macro (pays) à plus long terme car l’amélioration de la compétitivité des entreprises engendre un accroissement des parts de marché et la création de nouveaux emplois, plus qualifiés. Les délocalisations s’inscrivent ainsi dans le jeu normal d’une économie mondialisée et, selon les études de l’OCDE (2007), ce schéma se vérifie au niveau empirique.

3Ce postulat fonde les recommandations de politique économique en la matière qui se limitent à une série d’accompagnements s’imposant d’eux-mêmes pendant la phase de transition (minimisation des coûts sociaux et économiques des délocalisations) mais qui supposent de procéder à un ajustement structurel des économies à plus long terme. Il est ainsi recommandé de flexibiliser l’économie, notamment les marchés des produits et du travail, et de faciliter l’adaptation des économies aux nouvelles spécialisations productives que leur réserve la mondialisation (pour les économies développées : effort de recherche développement et innovation).

4En plaçant la focale sur les effets de court terme, les délocalisations sont instrumentalisées par les politiques pour, in fine, justifier un programme d’ajustements structurels par la flexibilité. Cette instrumentalisation est particulièrement visible en temps de crise économique. On pense, dans le cas de la France, au récent déchaînement médiatique et politique autour de l’affaire de la délocalisation de la Clio, à la charte que le gouvernement a fait signer en janvier 2009 aux constructeurs automobiles français par laquelle ils s’engagent à cesser d’exiger de leurs fournisseurs qu’ils s’implantent dans les pays low cost ou encore à l’annonce début 2010, suite aux États généraux de l’Industrie, d’une prime à la relocalisation. Médiatisation et instrumentalisation politique des délocalisations en font une question d’actualité, un enjeu politique et un objet social de cristallisation des peurs.

  • 1  Les Échelles Spatiales de la Coordination des Activités Productives et dElocalisations, CCRRDT rég (...)
  • 2  Anciennement DRIRE Aquitaine. Pour l’étude, ont été réalisés une cinquantaine d’entretiens auprès (...)

5Il existe ainsi une demande sociale relative aux délocalisations. Dans le cadre du projet de recherche ESCAPE1, elle nous a été exprimée par la DIRECCTE Aquitaine2 qui souhaitait, à l’occasion des États généraux de l’Industrie et sur la base d’une étude des délocalisations dans la région Aquitaine, dégager des pistes d’action politique afin de « limiter les délocalisations et favoriser les relocalisations ». Répondre à cette demande sociale ne pouvait se faire en explicitant la dynamique de l’effet de compensation. En effet, cette lecture se fonde sur une appréhension trop restrictive des délocalisations conduisant, d’une part, à mésestimer les enjeux de ces restructurations économiques et, d’autre part, à diaboliser ces mêmes dynamiques en sur-médiatisant des opérations pourtant peu nombreuses. L’étude pour la DIRECCTE a nettement fait apparaître la nécessité de reformuler la problématique des délocalisations en termes de mobilité. L’objet de ce papier est ainsi de défendre l’idée que, pour dire des choses sur les délocalisations, il est impératif de dépasser la question de la mesure du phénomène pour privilégier une analyse des processus de délocalisation et de leur rationalité. Cela ne pouvant se faire sans la mobilisation d’une grille de lecture permettant de réarticuler les dimensions temporelle, spatiale et politique de la décision de délocaliser des firmes, les deux dernières parties de l’article proposent de mettre en discussion quelques pistes analytiques.

1. Des opérations aux processus de délocalisation : une reformulation par la mobilité

  • 3  Parmi les plus significatives, celle de l’OCDE (2007), du CAE (Fontagné et Lorenzi, 2005), de l’IN (...)

6La diabolisation médiatico-politique des délocalisations s’appuie sur une première idée reçue : les délocalisations sont un important facteur de destruction d’emplois. Or, d’après les différentes évaluations statistiques3 et pour autant qu’on puisse le mesurer, l’impact direct des délocalisations sur le niveau d’emploi reste marginal au niveau macroéconomique. Bien que les tendances récentes montrent une accélération du phénomène, celui-ci pèserait finalement peu en termes d’emplois. Ces estimations statistiques semblent à première vue confirmer le jeu de l’effet de substitution.

7Or, nul n’est besoin de rappeler combien la notion de délocalisation est floue et pose des problèmes de mesure (Arthuis, 2005 ; Aubert et Sillard, 2005 ; Bouba-Olga, 2006 ; Mouhoud, 2006). La quantification suppose le repérage du phénomène et les seules opérations de délocalisation identifiables (et donc mesurées !) sont celles qui renvoient à la définition stricto sensu considérant qu’il y a délocalisation si un espace de production « étranger » se substitue totalement à un espace de production national : une délocalisation se définit comme la fermeture d’une unité de production sur le territoire national suivie de sa réouverture à l’étranger, en vue de réimporter sur le territoire national les biens produits et/ou de continuer à fournir les marchés d’exportations à partir de cette implantation (Fontagné et Lorenzi, 2005). L’objet n’est pas ici de rappeler que cette vision sous-estime le phénomène en entrant dans le détail des biais propres à chaque tentative de mesure (Chanteau, 2008 ; Coris et alii, 2010) et que, par conséquent, les recommandations et les mesures politiques ne devraient pas se fonder exclusivement sur cette quantification. L’OCDE (2007) elle-même insiste sur le fait qu’« en l’absence d’enquête systématique sur les délocalisations, aucune tentative de mesure ne peut fournir une appréhension satisfaisante du phénomène ». Le défaut de mesure ne nous dit rien, dans un sens comme dans l’autre, sur le jeu de l’effet de substitution.

  • 4  La fermeture de l’usine d’Arena dans le libournais illustre cette problématique : les salariés n’o (...)

8Il est d’autant plus difficile de procéder à une évaluation des délocalisations que l’échelle d’analyse retenue, celle de la nation, n’est pas forcément celle de leurs impacts. Une tendance forte ressort de l’ensemble des études menées sur la question (notamment de celle de l’INSEE) : les impacts et les enjeux des délocalisations sont locaux. Ainsi que le soulignent d’ailleurs Fontagné et Lorenzi (2005) à la fin de leur rapport, les délocalisations posent avant tout une question d’aménagement du territoire.Lesimpacts positifs et négatifs sur l’emploi et sur le tissu productif, qu’ils se compensent ou non au niveau national, sont ressentis différemment, et peuvent perdurer au niveau local (les délocalisations touchent différemment les classes de travailleurs, les moins qualifiés ne pouvant pas toujours faire l’objet d’une reconversion professionnelle vers des emplois plus qualifiés4).

9L’intérêt d’une approche purement quantitative menée à l’échelle globale de la nation est relativisé. Mais au-delà de la remise en cause de la vision strictement quantifiable des délocalisations, c’est la mécanique même de l’effet de substitution/compensation, dans l’association faite entre délocalisations et industries de basse technologie, qui se trouve contredite. Trois tendances récentes relativise cette mécanique : les nouvelles formes de délocalisations qui touchent les activités à forte valeur ajoutée et les emplois qualifiés (laboratoires de R&D, centres de décision, etc.) ; la montée des émergents qui viennent concurrencer les firmes des pays développés sur des marchés et des fonctions (conception) qu’elles croyaient protégés (Coris et Rallet, 2008) et les mouvements de relocalisation d’activité de production du Sud vers le Nord. Contrairement à ce que le sens commun suggère, les délocalisations sont plus complexes que de simples transferts d’activités de basse technologie motivés par les différentiels de coûts salariaux.

10La deuxième idée reçue qui « tombe » d’ailleurs à la lecture des analyses empiriques des délocalisations est celle qui associe pays destinataires des délocalisations et pays low cost puisque, d’après l’INSEE (Aubert et Sillard, 2005), une légère majorité (53 %) des délocalisations se fait entre pays développés. Nous retenons l’idée, certes contre-intuitive, que les délocalisations se font autant à destination des pays développés que des pays low cost.

  • 5   Une synthèse de ces études est proposée dans Coris et alii, 2010. Les principales sont celles de (...)
  • 6  Ces résultats sont confirmés par notre étude : l’argument du coût (dans une acception plus général (...)

11Mais c’est surtout l’explication des délocalisations par les différentiels de coûts salariaux qui se trouve particulièrement contrariée par les diverses enquêtes5 directement menées auprès des firmes. Si la motivation est prégnante dans la décision, la hiérarchie des critères énoncés par les entreprises pour justifier leur choix de « délocalisation » ne permet pas d’attester de la prédominance de la motivation par les coûts salariaux, y compris quand elles se font à destination des zones low cost et qu’elles renvoient à la logique de substitution totale6. Elles montrent au contraire qu’il existe un large éventail de déterminants dont le recentrage sur le cœur de métier et la recherche de compétences complémentaires externes. Apparaissent surtout en proportion significative les délocalisations réalisées sous contraintes des parties-prenantes de l’entreprises, actionnaires et clients (donneurs d’ordres et clients finals). Ce dernier constat invite déjà à interroger la rationalité des délocalisations plutôt que de focaliser l’attention sur les strictes opérations de délocalisation (visibles et médiatisées).

12Sur la base des constats qui viennent d’être dressés, deux raisons justifient la reformulation des délocalisations en termes de processus de mobilité.

13Premièrement, les opérations de délocalisation sont non seulement difficilement repérables mais elles ne représentent, dans leur appréhension au sens strict, qu’une petite partie du phénomène. Une définition large et ouverte des délocalisations doit être privilégiée, à l’exemple de celle de la Commission des Finances française (Arthuis, 2005) : sur un plan micro-économique, la délocalisation regroupe tous les arbitrages réalisés par les entreprises dans un sens défavorable à la localisation des activités et/ou des emplois sur le territoire national. Cette définition (dite extensive) ne fait cependant que renforcer le problème de mesure car il devient plus que difficile de quantifier ce qui relève réellement des délocalisations dans les stratégies d’internationalisation des firmes. Mais elle offre l’avantage indéniable de refléter la complexité du phénomène, autrement dit de resituer le phénomène dans l’ensemble du processus décisionnel de l’entreprise.

14Deuxièmement, il convient justement d’interroger ce processus décisionnel, en considérant que les délocalisations ne sont qu’un temps de la mobilité des firmes, souvent le résultat d’un long processus temporel (externalisation partielle, implantations locales…). Il devient impossible de tenter de les comprendre par un raisonnement mené sur les strictes opérations de délocalisations. Les refus de délocalisation, les projets avortés, les relocalisations, les délocalisations « masquées » par sous-traitance, sont tout autant de manifestations d’un même phénomène. C’est bien alors l’ensemble du processus de décision qui doit être analysé.

15Du point de vue analytique comme de celui de la recommandation politique, une implication directe de ce qui précède est qu’il faut interroger la rationalité du processus de décision. La question de l’action publique ne doit pas simplement se poser en amont de l’opération (sous la forme de l’interdiction ou plus généralement de la condamnation) ou en aval de la délocalisation (sous la figure des primes à la relocalisation) mais au niveau du processus qui conduira, ou non, à la délocalisation. Une délocalisation « rationnelle » n’implique pas nécessairement de relocalisation mais, dans le sens inverse, la prime à la relocalisation ne résout rien dans le cas d’une délocalisation qui se révélerait un échec puisqu’elle n’évite ni les coûts de la délocalisation ni ceux de la relocalisation. Mais ce n’est pas au seul niveau individuel de la firme que la question doit être posée. Si certaines délocalisations sont « rationnelles » du point de vue individuel, elles peuvent, dans leur agrégation à l’échelle d’un territoire, d’un secteur ou d’une filière d’activités, conduire à la désindustrialisation ou à la perte de compétences. On pense particulièrement ici aux effets d’entraînement sur les réseaux de sous-traitants souvent mésestimés, car indirects, dans les analyses quantitatives.

16Les délocalisations n’étant qu’un temps du choix de localisation, c’est dans la mobilité des firmes qu’il convient de les inscrire et de les analyser. Il faut alors s’abstraire de la vision purement allocative et rationnelle de la firme pour privilégier une vision plus productive, renvoyant à la question de la coordination des entités engagées dans l’action économique, et plus politique, permettant la prise en compte du jeu concurrentiel et des rapports de force dans les décisions de (dé)localisation. La nécessité de changer d’échelle géographique nous amène à positionner l’analyse au niveau infranational car c’est à ce niveau que se manifestent les effets des délocalisations et que se contextualisent les décisions des entreprises.

17La grille d’analyse que nous proposons de mobiliser se revendique d’une visée compréhensive puisqu’il s’agit d’élucider les comportements des firmes par la reconstruction de leurs trajectoires, dans l’espace et dans le temps (l’avant et l’après des opérations de délocalisations). Cet objectif nécessite de croiser les trois « espaces » que nous venons de suggérer : l’espace physique (ou géographique), l’espace relationnel (coordination) et l’espace politique (des rapports de force et de contrôle).

2. Une entrée par la coordination : la vision productive des processus de délocalisation

  • 7  Pour des synthèses récentes voir Bouba-Olga, Coris et Carrincazeaux (2008) ou Carrincazeaux, Lung (...)

18L’Économie de la Proximité7 répond au premier enjeu d’un croisement entre espace physique et espace relationnel et pallie ainsi les deux principaux écueils de l’approche purement allocative : la réduction de la question de la coordination spatiale à un choix de localisation fondé sur la minimisation des coûts factoriels ; la prise en compte de l’espace comme une variable neutre, simple réceptacle des stratégies des acteurs.

19En articulant les deux dimensions de la coordination, spatiale (proximité géographique) et organisationnelle (proximité relationnelle), l’Économie de la Proximité permet l’analyse de la coordination d’agents spatialement et organisationnellement localisés, le rôle et le poids du local et du non-local se déduisant de l’analyse de l’activité. Deux notions, proximité géographique et proximité relationnelle sont mobilisées : la première correspond aux conditions objectives de localisation des agents et la seconde renvoie aux conditions nécessaires à leur coordination (Pecqueur et Zimmermann, 2004).

  • 8  Tout simplement, le jugement porté en termes de proximité n’est pas le même selon qu’il s’agit de (...)

20Intégrant les dotations factorielles des espaces (vision allocative), la proximité géographique traduit la distance kilométrique qui sépare deux entités (individus, organisations…) tout en étant pondérée par les temps et coûts de transport. Elle est en même temps un construit social (Gilly et Torre, 2000), dépendant notamment des politiques mises en œuvre en vue de modifier les temps d’accès physiques (infrastructures de transport) et virtuels (infrastructures TIC), mais elle est surtout relative aux types d’activités concernés8. La proximité relationnelle est déclinée selon deux dimensions (Kirat et Lung, 1995) : la proximité institutionnelle, définie comme « l’adhésion d’agents à un même espace commun de représentations, de règles d’actions et de modèles de pensée » ; la proximité organisationnelle, faisant référence au mode de coordination au sein d’une organisation entendue comme un « espace de définition des pratiques et des stratégies des agents à l’intérieur d’un ensemble de règles porté par les institutions ».

21Une première proposition peut être formulée : les facteurs de relâchement des besoins de proximité géographique favorisent les délocalisations qui doivent cependant être supportées par une proximité organisationnelle et une proximité institutionnelle afin d’assurer la coordination effective des entités et des individus (Coris, 2008). Très schématiquement, la proximité géographique va principalement répondre à la question du « quoi ? » (quelles activités sont ou pourraient être délocalisées ?) quand les proximités organisationnelle et institutionnelle vont répondre à celle du « où ? » (quel est le lieu de la délocalisation ?) et du « comment ? » (quelle est la forme organisationnelle prise par la délocalisation ?).

22Il apparaît effectivement que quatre facteurs de coordination à distance, jouant différemment selon les secteurs et les fonctions considérés, facilitent a priori le découplage entre choix de localisation et proximité géographique :

  • l’usage des TIC, qui fait qu’une partie importante des interactions nécessaires à la coordination peut être assurée à distance ;

  • la mobilité (physique) des agents, en tenant compte de la complexité du contenu des interactions, est un des déterminants dans le choix entre relation à distance et relation en face à face (Carrincazeaux, Lung, Rallet, 2001) ;

  • la modularité, qui favorise la coordination à distance puisque la décomposition des produits en modules indépendants tant au niveau de la conception que de la production autorise une disjonction spatiale des équipes en charge du développement des produits et de leur réalisation (Moati et Mouhoud, 2005 ; Frigant, 2005).

  • l’existence de normes et de certifications internationales facilitent la division du travail entre sites de production et le contrôle à distance par leur évaluation sur la base de critères objectivés.

23Si à travers la prise en compte des dotations factorielles, la proximité géographique donne déjà des indications sur le choix du lieu de la délocalisation, celui-ci peut aussi être guidé par au moins trois séries de facteurs renvoyant à l’espace relationnel de la coordination :

  • les localisations historiques des firmes ou des relations préexistantes, au sens où les firmes vont délocaliser au sein de leurs filiales préexistantes (en générale implantées en vue de desservir le marché local) où les proximités organisationnelle et institutionnelle préexistent à la coordination à distance ;

    • 9  Il faut en effet noter la tendance à l’agglomération des délocalisations de certaines activités (p (...)

    les normes et certifications orientent le choix de localisation en certains lieux spécifiques, la proximité organisationnelle s’identifiant alors au partage de ces normes9 ;

  • la proximité institutionnellepeut orienter les choix de localisation des nouveaux sites de production ou des partenaires. Par exemple, un système éducatif et de formation similaire facilite la coordination à distance : les salariés mobilisent un même catalogue de compétences qui leur permet d’interagir à distance puisque chacun agit et évalue l’action de l’autre selon ce cadre commun, sans avoir à l’expliciter en cours de l’action.

24Le choix de la forme organisationnelle de la délocalisation dépend, elle, principalement de trois facteurs :

    • 10  Ceci explicite le constat souvent dressé selon lequel les tâches d’exécution (sous-traitance inter (...)

    le degré d’externalisation de la fonction considérée : plus les routines organisationnelles sont spécifiques à la firme et moins les actes de travail peuvent être coordonnés à « distance organisationnelle »10 ; 

  • les enjeux en termes de contrôle des technologies et des connaissances (la proximité organisationnelle au sens de ce qui doit rester « interne » à la firme et n’être partagé que par ses membres) constituent un frein aux délocalisations de certaines activités ou fonctions potentiellement délocalisables que le contrôle patrimonial peut permettre de dépasser ;

  • la proximité institutionnelle favorise la coordination au sein de la firme et dans ses relations externes, et aide à sa pérennité en ce qu’elle est porteuse de référents communs (langages, règles, objectifs…) particulièrement nécessaires au passage de compromis.

25Ces deux derniers points suggèrent une introduction de l’espace politique des rapports de force et de contrôle à l’analyse. C’est d’ailleurs tout l’objet des récents travaux de Talbot (2010) sur la notion de proximité institutionnelle. Mais l’« économie de la proximité » n’est pas suffisante à sa prise en compte car, si la question est bien institutionnelle, elle ne peut se réduire à une vision en termes de « proximité ». La grille des proximités n’offre pas les moyens de répondre à la question pourtant fondamentale du « pourquoi ? », autrement dit, de la rationalité des délocalisations.

3. Une entrée plus institutionnelle : la rationalité des processus de délocalisation

26Les délocalisations sont le fait des firmes et il convient d’autant plus de répondre à la question des « motivations/raisons » aux délocalisations que l’on a précédemment vu que le choix ne résultait pas nécessairement d’un calcul rationnel de minimisation des coûts de production. Le processus de décision est plus probablement imparfait, inabouti, révisable et enchâssé dans des contextes productifs et territoriaux. Pour en rendre compte, il est nécessaire d’en appeler aux approches plus institutionnalistes, au sens régulationniste, de la firme.

27Les questions de localisation sont indissociables des stratégies des firmes. Or, pour qu’une stratégie soit efficace, il faut qu’elle soit mise en œuvre avec profit dans son contexte socio-économique. La viabilité d’une stratégie se traduit par la capacité à faire face aux deux incertitudes fondamentales auxquelles la firme est confrontée : l’incertitude de marché, relevant de la vente effective des biens et services offerts, et l’incertitude de travail, concernant la production des biens et services aux conditions requises (Boyer et Freyssenet, 2000 et 2002). La mise en œuvre de cette stratégie (le modèle productif de la firme) s’appréhende à travers trois éléments structurants : la politique-produit qui détermine les segments de marché sur lesquels la stratégie doit être rentable, l’organisation productive (gestion de la conception, de l’approvisionnement, des méthodes de production et de distribution etc.) et la relation salariale, constituée par les systèmes de recrutement, d’emploi, de classification, de rémunération directe et indirecte, de promotion, d’horaires, d’expression et de représentation des salariés. La complémentarité de ces trois composantes repose sur l’établissement du compromis de gouvernement d’entreprise entre les différentes parties prenantes de l’entreprise, actionnaires, salariés, banques, fournisseurs, siège social et établissements etc.

  • 11  L’objet de cette contribution à la rubrique « Opinions débats » de la revue de la Régulation n’est (...)

28La grille des modèles productifs de Boyer et Freyssenet articule ainsi les rôles productifs et politiques des quatre catégories de « pourvoyeurs de ressources » (les parties-prenantes) de la firme, dont il est possible d’offrir une vision synthétique à travers quatre relations fondamentales (figure 1) : la relation salariale (marché du travail), la relation d’approvisionnement (avec les fournisseurs et les sous-traitants), la relation commerciale (avec les clients finals ou les donneurs-d’ordres) et la relation avec les financeurs. Le schéma présenté en figure 1 s’inspire des apports de Jullien et Smith (2008) à l’analyse sectorielle institutionnaliste. Bien que plutôt conçue pour appréhender la dynamique du changement institutionnel que pour analyser le processus concurrentiel en lui-même, l’approche Jullien-Smith a l’avantage de permettre de situer les stratégies des firmes, et donc les décisions de délocaliser, dans les dynamiques sectorielles dans lesquelles les firmes s’inscrivent : les quatre relations sont à la fois définies au niveau de la firme (dans les relations qu’elle entretient avec ses partenaires) et au niveau sectoriel puisqu’elles définissent les structures du jeu concurrentiel11.

Figure 1. Un champ concurrentiel structuré autour de 4 piliers

Figure 1. Un champ concurrentiel structuré autour de 4 piliers

Source : Jullien et Smith (2008)

29L’entrée institutionnaliste se croise avec celle des proximités puisque la question de la coordination peut directement être posée au niveau de chacune des relations. Elle nous offre surtout la possibilité de compléter le schéma d’analyse par l’intégration de l’espace politique des rapports de force et de contrôle entre les parties prenantes de l’entreprise, à l’instar de la relation financière, et de la question de l’autonomie décisionnelle locale (dans le compromis de gouvernement d’entreprise), absents d’une seule analyse en termes de proximités.

  • 12  Les principaux déterminants des choix de délocalisation sont regroupés selon un nombre limité de c (...)

30La prise en compte de la dimension plus politique de la construction des choix de localisation éclaire la diversité des « motivations » en situation de rationalité limitée. Le tableau 1 propose une première synthèse de l’ensemble des facteurs de délocalisation12 selon la dimension (ou relation) à laquelle ils se réfèrent.

31Ces facteurs ne sont pas des données structurelles des espaces, mais se construisent et évoluent par le jeu des acteurs. Ils se doivent donc d’être lus et lisibles selon leurs dimensions spatiales et temporelles. C’est bien dans la temporalité des processus de délocalisation que l’on voit apparaître en quoi les choix stratégiques de localisation de la firme peuvent être influencés par ses parties-prenantes et, réciproquement, que les choix de localisation de la firme ont des impacts sur ceux de ses partenaires. Au delà d’un choix rationnel d’optimisation des coûts de production et de coordination (supposant une anticipation dans le temps de l’ensemble des coûts directs et indirects), la délocalisation peut effectivement être vécue par la firme comme une contrainte plus ou moins imposée par ses partenaires. Elle peut être guidée par la pression des donneurs d’ordres ou des clients comme elle peut tout aussi bien naître de la pression des actionnaires de la firme à la recherche d’un maintien ou d’une amélioration de la rentabilité financière à plus ou moins court terme. Mais inversement, on se doit de penser aux impacts des délocalisations sur la relation salariale (création de chômage local, notamment dans le cas d’une délocalisation au sens strict) et/ou sur le réseau initial des sous-traitants (y compris dans les cas, masqués, de délocalisation par « sous-traitance »). Les facteurs présentés dans le tableau 1 peuvent aussi se lire en tant que freins aux délocalisations (s’ils sont révélés à la firme en amont de la délocalisation) ou en tant que moteurs à la relocalisation (s’ils se révèlent dans le temps).

Tableau 1. Principaux facteurs de délocalisation selon les quatre relations de la firme

Relation commerciale

Relation d’approvisionnement

Relation salariale

Relation financière

Pression des clients
(finals ou donneurs d’ordres, y compris pour les cas de délocalisation temporaire liée aux exigences des appels d’offre)

Coûts d’approvisionnement
(matières, logistiques, coût total d’achat dans le cas des délocalisations par sous-traitance)

Coûts du travail
(pas seulement le salaire horaire mais productivité, coûts de licenciement…)

Accès au financement

Positionnement sur le marché
(prix, qualité, délais)

Caractéristiques produit/process
(qualité, délais, taille des séries…)

Compétences
(accès aux compétences, mais au sens large incluant les enjeux de dépendance et de perte des compétences)

Aides publiques

Suivi des clients à l’étranger

Suivi des sous-traitants à l’étranger

Taille et disponibilité du bassin de main d’œuvre
(y compris turnover, poids des syndicats…)

Pression actionnariale

32L’ensemble des facteurs précités n’agissent pas uniquement au niveau de la firme mais à l’échelle du secteur. Ils jouent alors sur les décisions de l’ensemble des firmes d’un secteur. Parallèlement, les firmes peuvent aussi être influencées par les prescriptions des cabinets de consulting (benchmark par exemple) ou par le mythe du « c’est mieux ailleurs » parfois véhiculé par les médias. L’espace est ainsi directement réintégré dans l’analyse à travers la capacité d’attractivité de certains lieux qui deviennent, à terme, des « normes » de localisation (Silicon Valley) ou de délocalisation (Bangalore). La littérature sur le sujet (Suire et Vicente, 2007) souligne que les normes de (dé)localisation sont globalement générées par deux types de comportement :

  • un comportement mimétique (on parle d’« effet pingouin ») qui résulte de l’incapacité des agents économiques à recueillir toute l’information nécessaire à la prise de décision. L’agglomération constatée des activités économiques agit comme un signal positif dans les choix d’implantation. Le mimétisme est le principal facteur de localisation et il est souvent question d’attractivité sans ancrage a priori. Le nomadisme des call centers semble illustratif de cet effet dans le cas des délocalisations.

  • un comportement lié à la présence d’externalités positives de localisation, ou compétences spécifiques qui se développement avec la présence des firmes sur un territoire. Plus le nombre de firmes augmente, plus les effets positifs sont importants : disponibilité d’une main d’œuvre spécialisée, possibilités de coopération entre les firmes (partage d’informations) et présence de fournisseurs spécialisés, relations science-industrie, image locale et d’une façon générale, présence de ressources partagées. Dans le secteur du logiciel, la configuration indienne renvoie à cette logique (Coris et Rallet, 2008).

33Cette grille d’analyse a été mobilisée sous la forme de grille d’entretien puis de grille d’analyse. L’un des résultats les plus significatifs de l’analyse qualitative menée en Aquitaine se traduit par la mise au jour de trajectoires types de délocalisations-relocalisations représentatives de la variété des situations. Nous ne présentons pas ici le travail empirique et renvoyons le lecteur intéressé au rapport final (Coris et alii, 2010). Une illustration est cependant proposée en annexe.

Conclusion

34La reformulation des délocalisations dans le cadre plus large de la mobilité des firmes et des activités économiques interroge le cadre conceptuel (théories de la firme) pour en rendre compte. Quelques intuitions, qu’il conviendra de développer ou non, ont été rapidement présentées ici. Cette reformulation permet aussi un retour direct sur la question des politiques publiques présentées en introduction car, dans sa mobilisation, la grille met au jour la diversité des situations et leur complexité.

35De ce point de vue, l’un des principaux apports de l’étude réalisée pour la DIRECCTE et la Région Aquitaine consiste à présenter les délocalisations comme un processus de décision incertain qui ne correspond pas à l’image habituelle d’une décision binaire (délocaliser vs ne pas délocaliser). Le choix (ou l’obligation) de mobilité est en fait question de degré : jusqu’à quel point certaines activités peuvent-elles être délocalisées en fonction du poids des différentes relations structurantes ? Cette incertitude laisse la place à l’intervention publique locale. Elle ne doit pas être pensée en négatif (« lutter conter les délocalisations »), en considérant que le raisonnement se fait à périmètre constant d’activité (mobilité d’un stock d’activités donné entre les régions et les nations), mais plutôt dans une dynamique de création d’activités nouvelles. Si les aides publiques restent logiquement saluées par les entreprises, elles ne sont qu’un des éléments d’une politique locale qui cherche à renforcer la singularité et la compétitivité de l’espace régional (passage d’une logique d’attraction à une logique d’attractivité).

Haut de page

Bibliographie

Arthuis J., (2005), « La globalisation de l’économie et les délocalisations d’activité et d’emplois », Rapport au Sénat.

Aubert P., Sillard P., (2005), « Délocalisations et réduction d’effectifs dans l’industrie française », Insee. http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ecofra05b.pdf.

Bouba-Olga O., (2006), Les nouvelles géographies du capitalisme, Comprendre et maîtriser les délocalisations, Seuil 

Bouba-Olga O., Coris M., Carrincazeaux C. (coord.), (2008), « La proximité : 15 ans déjà ! », Revue d’Économie régionale et urbaine, n° 3 (numéro spécial).

Boyer R., Freyssenet M., (2000), Les Modèles productifs, La Découverte, collection « Repères » n° 298, Paris.

Boyer R., Freyssenet M., (2002), « Entre innovations historiques et contraintes structurelles : éléments d’une théorie des modèles productifs », Couverture Orange CEPREMAP n° 2002-05.

Brunel C., 2006, « Les délocalisations », rapport d’informations à l’Assemblée nationale.

Carrincazeaux C., Lung Y., Rallet A., (1999), “Proximity and Location of R&D Activities”, Research Policy, 2001, vol. 30, No. 5, p. 777-789.

Carrincazeaux C., Lung Y., Vicente J., (2008), “The scientific trajectory of the French school of proximity: Interaction and Institution-based approaches to Regional Innovation Systems”, European Planning System 16, 5, 613-616.

Chanteau J.-P., (2008), « Quantification et analyse stratégique des délocalisations : une étude empirique sur données d’entreprises », Revue d’économie industrielle, n° 124, p. 23-50.

Coris M., (2008), « Proximités et délocalisations. Évidences à partir du cas du logiciel », Revue d’Économie régionale et urbaine, 3.

Coris M., Carrincazeaux C., Frigant V., Piveteau A., (2010), « Délocalisations, Relocalisations : Mise en perspective et enjeux pour la Région Aquitaine », rapport pour la DIREC CTE, http://gretha.u-bordeaux4.fr/delocalisations-relocalisations.

Coris M., Rallet A., (2008), « Les pays émergents à la conquête des marchés mondiaux », Revue de la régulation, n° 2, http://regulation.revues.org/index2583.html.

ERM, (2007), “European restructuring monitor quarterly” – Issue 2, summer 2007.

Fontagné L., Lorenzi J.-H., (2005), « Désindustrialisation, Délocalisations », rapport du Conseil d’analyse économique.

Frigant V., (2005), “Vanishing Hand versus Systems Integrators. Une revue de la littérature sur l’impact organisationnel de la modularité”, Revue d’économie industrielle, n° 109, 29-52.

Jullien B., Smith A. (2008), eds., Industries and Globalization. The Political Causality of Divergent Responses, Palgrave, London.

Gilly J.-P., Torre A., (2000), “On the analytical dimension of proximity dynamics”, Regional Studies, vol. 34 (2), p. 169-180.

Kirat T., Lung Y. (1995), « Innovation et proximités : le territoire, lieu de déploiement des ressources d’apprentissage », in Lazaric N., Monnier J. M., coord., Coordination économique et apprentissage des firmes, Economica, Paris, p. 206-227.

Lung Y., (2008), « Modèles de firme et formes du capitalisme : penser la diversité comme agenda de recherché pour la TR », Revue de la régulation, n° 2, http://regulation.revues.org/index2052.html.

Michalet, C. A., (2007), « De la délocalisation à la relocalisation, une évolution fatale ? », Revue d’économie financière , n° 90, p. 15-22.

Moati P., Mouhoud E. M., (2005), « Décomposition internationale des processus productifs, polarisations et division cognitive du travail », Revue d’économie politique, 5, 573-590.

Mouhoud el M., (2006), Mondialisation et délocalisation des entreprises, Repères, La Découverte.

Pecqueur B., Zimmermann J.-B., (2004), Économie de proximité, Hermès, Paris, p. 13-41

Rallet A., Torre A., (2005) “Proximity and Localization”, Regional Studies, 9, 47-59.

OCDE, (2007), Les délocalisations et l’emploi : tendances et impacts, Emploi, OCDE.

Talbot D., (2010), « La dimension politique dans l’approche de la proximité », Géographie, Économie et sociétés, (12), p. 125-144.

Vicente J., Suire R., (2007), “Informational cascades versus network externalities in locational choice: evidence of ‘ICT clusters’ formation and stability”, Regional Studies, 41(2), p. 173-184.

Haut de page

Annexe

Une illustration par la narrative de l’entreprise Machette : les impacts d’une « non-délocalisation »

Les études de cas ont révélé la très grande variété des cas de mobilité (en Aquitaine) : délocalisation pure, relocalisation, double délocalisation (infranationale et partielle), délocalisation partielle de la R&D, ancrage (plus ou moins incertain) par la ressource, etc. Cette diversité nous a conduits à proposer des figures idéales-typiques construites à l’aide de la grille de lecture mobilisée et présentées dans le rapport sous la forme de six narratives de mobilité.

Le cas de Machette illustre les conséquences d’une non-délocalisation des activités de production. Il illustre l’intérêt d’une approche ouverte des délocalisations perçues en termes de processus productif et politique. La figure A résume les principaux impacts de la décision sur la stratégie et les partenaires de la firme. La narrative est directement issu du rapport remis à la DIRRECTE Aquitaine.

Figure A : Machette et ses partenaires, avant et après la « non-délocalisation »

Figure A : Machette et ses partenaires, avant et après la « non-délocalisation »

Présentation de l’entreprise

Machette est une PME localisée en Aquitaine. Sur ce site, elle conçoit, produit (assemblage) et assure la maintenance de machines d’usage spécifique. La fabrication des différents éléments est externalisée auprès des sous-traitants, exception faite de la pièce « maîtresse » du système (« c’est le savoir-faire de l’entreprise »). Machette est représentée dans le monde entier à travers ses nombreuses entités commerciales (filiales). La firme agit au sein d’un secteur oligopolistique (deux acteurs dominent le marché) et son principal concurrent est d’origine américaine. Les « coûts matières » sont prégnants dans ce secteur (environ 85 % du coût total), d’où l’importance de la politique d’achat et du besoin de synchronisation des pièces pour l’assemblage. La synchronisation repose sur la flexibilité/réactivité des fournisseurs.

La question de la délocalisation

En 200X, les actionnaires de Machette sont majoritairement des fonds de pension. Ils demandent à l’entreprise de délocaliser son activité de production en Chine. Deux raisons motivent ce choix : l’impératif de réduction des coûts de production sur lequel s’accordent tous les acteurs de l’entreprise et la conjoncture qui laisse supposer un décollage à très court terme de la demande chinoise pour le type de machines produites par Machette. Une étude révèle que le gain théorique attendu de la délocalisation de la production, la conception devant rester en Aquitaine, serait de l’ordre de 20 %. Conscients qu’une telle décision conduirait, à terme, à la délocalisation des activités de R&D en Chine (« Il y a un trop fort besoin de proximité entre R&D et production dans notre métier pour qu’il en soit autrement»), les dirigeants ne souhaitent pas délocaliser. Une étude est menée en France qui montre qu’avec une re-conception totale des machines, la réduction des coûts pourrait être, de l’ordre de 20 à 25 %. Machette reste en Aquitaine.

Dans le même temps, le principal concurrent de Machette décide, lui, de délocaliser l’ensemble de ses activités de conception et de production en Chine.

Les impacts du maintien de la production sur le site Aquitain

Trois ans plus tard, Machette et son concurrent « sortent » leur nouvelle machine. Alors que Machette rencontre un véritable succès, son concurrent fait face à des problèmes de qualité. Le maintien de l’entreprise en Aquitaine n’est pas sans conséquence. Cette décision s’accompagne d’une modification de trois des quatre relations fondamentales de l’entreprise.

La modification de la relation financière : Les dirigeants ont choisi d’augmenter leur prise de participation dans le capital de Machette afin de détenir la minorité de blocage (33 %).

La relation d’approvisionnement : le renforcement des liens au niveau local, des délocalisations « par procuration ». La re-conception totale des machines s’est faite en partenariat avec le réseau préexistant de sous-traitants locaux. Une majorité des 300 sous-traitants de Machette est localisée en France et environ 50 % du chiffre des achats est réalisé en région dans un rayon de 200 à 300 km autour de l’entreprise. L’activité de Machette repose donc sur un fort besoin de proximité entre conception, production et sous-traitance. Dans ce cas de figure, le partenariat avec les fournisseurs permet de répartir l’effort de baisse des coûts et confirme le positionnement de l’entreprise sur le « haut de gamme » et la vente de solution à haute valeur ajoutée.

En revanche, la recherche d’économies de coûts de production n’aurait pas été possible sans un approvisionnement partiellement « low cost ». Plutôt que d’avoir exclusivement recours à de la sous-traitance étrangère, Machette « pousse » ses propres sous-traitants à créer des filiales à l’étranger, en fait à délocaliser une partie de leur activité dans des pays géographiquement proches, au Maghreb et en Europe de l’Est. Du point de vue du donneur d’ordres, il s’agit d’une « délocalisation par procuration ». L’équation pour les fournisseurs devient la suivante : d’un côté, des implantations nearshore vont permettre de rester dans le catalogue d’autres acteurs industriels que Machette (celle-ci refusant de peser « plus de 40 % » dans le CA de ses fournisseurs) ; de l’autre, le donneur d’ordres offre une visibilité à 15 ou 20 ans, élément majeur de sécurisation de l’activité.

Remontée en gamme, réactivité et services : les trois mots clefs de la relation commerciale. La re-conception des machines a conduit l’entreprise à se différencier de son concurrent. Alors que ce dernier continue de privilégier une stratégie « prix », Machette s’inscrit dans une stratégie « qualité ». La remontée en gamme passe non seulement par la qualité des machines (haut de gamme) mais aussi par la réactivité, fondant le choix d’un réseau de sous-traitants flexibles localisés « à proximité », et par le développement, ces dernières années, des services (maintenance et pièces détachées).

In fine, seule la relation salariale de départ n’a pas été modifiée. Si le coût relatif de la main d’œuvre reste plus élevé en France, la productivité du travail peut permettre de compenser tout ou partie du différentiel salarial. Certains travaux démontrent que les rapports de coûts entre pays développés et low cost s’inversent lorsqu’il est tenu compte de la productivité du travail. Cet argument est défendu par les dirigeants de Machette.

Ancrage et fragilité de Machette face à la crise

Avec la crise, le maintien de l’activité demeure très dépendant des aides publiques, en particulier du versement du crédit impôt-recherche qui ne peut être, tout comme le recours au chômage partiel, qu’une solution à court terme. Pour autant, le contexte de crise ne conduit donc pas l’entreprise à « aller autant vers le low cost que ce que l’on aurait pu croire» alors que la nécessité de réduire le nombre de fournisseurs a été clairement posée. Si elle conduit bien à un arbitrage entre deux sources d’approvisionnement existantes – l’une occidentale et l’autre low cost –, dans la plupart des cas le maintien de la source occidentale se fait au détriment de la source « délocalisée ». « Les coûts sont certes moins élevés dans les pays low cost mais les sous-traitants occidentaux offrent une flexibilité que les low cost ne peuvent pas offrir». Dans l’équation globale « coût-qualité-délais », les fournisseurs occidentaux et locaux sont pour l’instant les mieux placés.

L’ancrage dans le territoire tient ici à la proximité constitutive de la relation d’approvisionnement. Machette aurait plus à craindre d’une délocalisation totale ou de la fermeture de ses sous-traitants aquitains, ceux-ci faisant face aux mêmes difficultés. Compte tenu des besoins de proximité signalés, une délocalisation par « suivi des sous-traitants » pourrait dès lors s’envisager.

Haut de page

Notes

1  Les Échelles Spatiales de la Coordination des Activités Productives et dElocalisations, CCRRDT région Aquitaine, 2010-2013, coordonné par le GREThA, Université de Bordeaux. http://escape.gretha.u-bordeaux4.fr/

2  Anciennement DRIRE Aquitaine. Pour l’étude, ont été réalisés une cinquantaine d’entretiens auprès de responsables d’entreprises ayant eu ou envisagé une expérience de mobilité, d’acteurs institutionnels et d’experts sectoriels. Le rapport et sa synthèse sont téléchargeables à l’adresse : http://gretha.u-bordeaux4.fr/delocalisations-relocalisations.

3  Parmi les plus significatives, celle de l’OCDE (2007), du CAE (Fontagné et Lorenzi, 2005), de l’INSEE (Aubert et Sillard, 2005), de l’ERM (2007) et du Sénat (Arthuis, 2005).

4  La fermeture de l’usine d’Arena dans le libournais illustre cette problématique : les salariés n’ont pu être reconvertis faute de qualifications adaptées au tissu productif local (les emplois précaires et temporaires fournis par la présence de la vigne permettent toutefois, de compenser en partie la destruction d’emplois).

5   Une synthèse de ces études est proposée dans Coris et alii, 2010. Les principales sont celles de l’AFCCI en 2005, de KPMG en 2003, 2004 et 2005, d’A.T. Kearney (OCDE, 2007), ou d’Ernst and Young en 2009.

6  Ces résultats sont confirmés par notre étude : l’argument du coût (dans une acception plus générale que le coût salarial) est systématiquement évoqué ou invoqué par les responsables d’entreprises… mais il s’accompagne d’une imprécision chronique du calcul « ex ante ».

7  Pour des synthèses récentes voir Bouba-Olga, Coris et Carrincazeaux (2008) ou Carrincazeaux, Lung et Vicente (2008).

8  Tout simplement, le jugement porté en termes de proximité n’est pas le même selon qu’il s’agit de considérer, par exemple, l’accessibilité à une boulangerie (proximité immédiate) ou à une grande surface spécialisée (banlieue).

9  Il faut en effet noter la tendance à l’agglomération des délocalisations de certaines activités (par exemple le développement de logiciel au Bangalore) dans certaines zones (clusters) réputées et indentifiables selon ces normes.

10  Ceci explicite le constat souvent dressé selon lequel les tâches d’exécution (sous-traitance internationale) sont plus facilement et fréquemment délocalisées que les activités de conception (création de filiales)

11  L’objet de cette contribution à la rubrique « Opinions débats » de la revue de la Régulation n’est pas d’entrer dans les débats et dialogues entre les deux approches précitées. Il convient peut-être de rappeler avec Lung (2008) que l’approche en termes de modèle productif, appréhendant l’industrie comme l’ensemble les firmes qui sont en concurrence directe sur un marché, négligeait les relations verticales, notamment les relations d’approvisionnement alors qu’il convient d’appréhender l’ensemble de la filière, de la chaîne de valeur pour tenir compte du caractère systémique de la compétitivité.

12  Les principaux déterminants des choix de délocalisation sont regroupés selon un nombre limité de classes de facteurs. Par exemple, la classe « positionnement sur le marché » englobe les délocalisations ayant pour objectif d’améliorer (ou de maintenir) les parts de marché de l’entreprise qu’elle joue, pour le faire, sur les prix, la qualité (y compris les services) ou encore les délais

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Un champ concurrentiel structuré autour de 4 piliers
Crédits Source : Jullien et Smith (2008)
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9002/img-1.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure A : Machette et ses partenaires, avant et après la « non-délocalisation »
URL http://regulation.revues.org/docannexe/image/9002/img-2.png
Fichier image/png, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Carrincazeaux, Marie Coris et Alain Piveteau, « Délocalisations : de quoi parle-t-on ?
De la quantification des opérations à la qualification des processus », Revue de la régulation [En ligne], 8 | 2e semestre / Autumn 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://regulation.revues.org/9002

Haut de page

Auteurs

Christophe Carrincazeaux

GREThA, UMR CNRS 5113, Université de Bordeaux, carrinca@u-bordeaux4.fr

Marie Coris

GREThA, UMR CNRS 5113, Université de Bordeaux, marie.coris@u-bordeaux4.fr

Articles du même auteur

Alain Piveteau

IRD – UMR Prodig, affilié au GREThA, Alain.Piveteau@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page