Navigation – Plan du site
Opinions - débats

« Économistes atterrés » : l’heure de l’engagement ?

Thomas Coutrot

Texte intégral

  • 1  Thomas Coutrot, « Carcan ou cocon ? », Le Monde, 15/01/1999.

1La crise de la zone euro montre à l’évidence que les choix qui ont présidé à la construction européenne depuis l’Acte unique de 1986, proposé par Jacques Delors et accepté par Margaret Thatcher, ne définissaient pas un modèle européen soutenable. Libéralisation des flux de capitaux, mise en concurrence de modèles socio-productifs par ailleurs très hétérogènes – source de chocs asymétriques nombreux –, faible mobilité des travailleurs entre pays, refus obstiné de construire un budget européen significatif : si chacun de ces facteurs constituait un risque pour la monnaie unique, leur cumul ne pouvait guère déboucher à terme sur autre chose qu’une crise majeure. Il ne fallait pas être grand clerc ni Prix Nobel pour le prévoir, malgré l’europhorie qui a présidé au lancement de la monnaie unique. « Lorsqu’un choc économique affectera l’“Euroland”, la priorité accordée aux revenus financiers imposera de nouveaux sacrifices aux populations. Salaires et protection sociale seront à nouveau attaqués, au nom cette fois-ci de la sauvegarde de l’euro. L’éclatement du projet signifierait un échec grave qui renforcerait des dynamiques politiques populistes et nationalistes »1.

1. Le pari dangereux du néo-fonctionnalisme

2Certes, les tenants de l’approche néo-fonctionnaliste connaissaient ces risques, mais pariaient sur les désajustements et les crises provoquées par l’intégration incomplète pour contraindre l’Europe à des bonds successifs vers une intégration plus poussée. Nous y voilà : le jeu de massacre organisé sur les marchés financiers, qui vont faire chuter un à un les dominos européens, nous place devant l’alternative entre le sursaut vers une Europe solidaire ou l’effondrement xénophobe. Mais les institutions édifiées depuis vingt ans laissent peu de chances au sursaut, par un effet classique de « dépendance du sentier ». Les verrous institutionnels mis en place dans les traités et les institutions européennes, et les verrous idéologiques implantés dans les cerveaux, ferment la voie aux innovations radicales qui seraient nécessaires. Le spectacle de ces plans d’austérité incroyablement brutaux, décidés en catastrophe pour sauver les banques et « rassurer les marchés » au prix d’une dépression européenne, donne froid dans le dos : l’irresponsabilité des élites européennes, et des dirigeants français en premier lieu, est stupéfiante. Certes Angela Merkel a compris qu’il ne serait pas possible d’épargner totalement les créanciers lors des inéluctables défauts sur dette souveraine et des prochaines faillites bancaires. Mais les dirigeants allemands ne veulent rien lâcher sur leur excédent commercial insoutenable, sur le budget européen ni sur l’indépendance de la BCE vis-à-vis des instances démocratiques. De son côté, Dominique Strauss-Kahn orchestre avec le FMI l’austérité européenne. Il prône certes la création d’impôts européens (taxe carbone) pour renforcer le budget de l’Union, mais propose dans la foulée la « création d’une autorité budgétaire centralisée, aussi indépendante politiquement que la Banque centrale européenne »2 : un Ministère européen du budget indépendant des élus du peuple. Et il veut bien sûr préserver la liberté totale de circulation des capitaux et l’obligation faite aux États de se financer sur les marchés. Quant au Parti socialiste, son silence assourdissant sur la crise européenne démontre son désarroi face à une situation qu’il n’a pas voulu voir venir, empêtré dans son adhésion à des Traités européens aujourd’hui en faillite.

2. « Gâcher la crise » ?

  • 3  Shaun French, Andrew Leyshon, “‘These f@#king guys’ : the terrible waste of a good crisis”, Enviro (...)
  • 4  Maintenant un véritable succès de librairie (aux éditions Les liens qui libèrent) quoique libremen (...)

3“A crisis is a terrible thing to waste”, a dit Paul Romer3. À défaut de profiter de la crise pour rejeter des dogmes dépassés, les dirigeants européens l’utilisent pour approfondir l’offensive contre les compromis sociaux concédés après la deuxième guerre mondiale. La gravité de la situation couplée à l’obstination dogmatique des élites explique la réceptivité sociale à notre Manifeste d’économistes atterrés4. Beaucoup de citoyens aujourd’hui sont atterrés, mais tout particulièrement parmi les économistes, qui constatent tous les jours combien leur discipline est instrumentalisée pour justifier des décisions injustifiables et accélérer la course au désastre. Notre profession, où les tenants des approches dogmatiques néolibérales tiennent toujours le haut du pavé, porte collectivement une lourde responsabilité dans la légitimation des politiques menées. Dans le contexte actuel, où une parcelle de capital symbolique est (malheureusement ?) attachée à la profession d’économiste, se répand chez de nombreux collègues le sentiment que se taire c’est être complice.

4La crise financière de 2007-2008 n’avait pas suffi à déclencher cette réaction. Après l’effondrement de Lehman Brothers, on avait vu les gouvernements et les institutions financières adopter des politiques « non conventionnelles » (déficits budgétaires, nationalisations, rachat de titres de la dette souveraine par la BCE…), et les éditorialistes de The Economist ou du Wall Street Journal se livrer à des autocritiques spectaculaires. Les dogmes semblaient pour le moins écornés. Mais le transfert des dettes privées vers les budgets publics a débouché sur une radicalisation inédite de l’agenda néolibéral en Europe. L’atterrement ne touche pas seulement – signe que les lignes commencent à bouger – des hétérodoxes, marxistes ou keynésiens, hostiles de longue date aux préceptes libéraux, mais aussi nombre d’économistes plus mainstream qui partagent cette indignation, ou du moins – pour ceux qui n’ont pas été jusqu’à signer le Manifeste – ce malaise.

3. Rouvrir le débat

5Le Manifeste a été rédigé pour rouvrir le débat entre économistes, mais aussi entre les économistes et la société, sur les alternatives à ces politiques aberrantes. On a assumé la triple contrainte de produire un texte pertinent, pédagogique et rassembleur. La contrainte de pertinence dictait de centrer le texte sur le cœur de la doctrine néolibérale – l’hypothèse d’efficience des marchés, et tout particulièrement des marchés financiers. Elle incitait également à concentrer l’analyse sur la crise européenne, tant les choix opérés à ce niveau surdéterminent les situations nationales.

6La contrainte de pédagogie poussait à éviter les références trop techniques et à centrer le propos à quelques domaines – les déficits publics, la dette, les marchés financiers – au cœur de l’actualité, renvoyant au second plan d’autres thèmes tout aussi importants – l’emploi, les salaires, la précarité, les inégalités, la mondialisation… Les propositions avancées en matière de politiques alternatives, au nombre d’une vingtaine, ne recueillent pas nécessairement un accord unanime des signataires, mais constituent de premières contributions au débat. Pour rassembler largement, le choix a été fait de ne pas adopter le langage d’un paradigme théorique particulier, en restant sur un plan analytique qu’on pourrait qualifier d’infra-théorique quoique pas purement descriptif.

7Est-ce à dire que le Manifeste n’a pas de fondements théoriques précis ? Disons plutôt qu’il comporte des références à divers paradigmes théoriques, sans exclusivité. Ainsi l’insistance sur le caractère autoréférentiel des marchés financiers rappelle l’analyse keynésienne du « concours de beauté » et les développements conventionnalistes sur la logique financière. L’analyse des dysfonctionnements de la zone euro fait appel à un raisonnement macroéconomique de type euro-keynésien, alors que l’insistance sur les choix institutionnels, les conflits et les rapports de force renvoie à une analyse régulationniste ou marxiste. Mais les tenants d’approches néoclassiques élargies (comme Joseph Stiglitz) pourraient tenir des propos pas très éloignés… Par opposition à l’idéal standard des marchés autorégulateurs, ces conceptions supposent toutes des acteurs situés, dotés de logiques hétérogènes, déterminés par des contraintes cognitives ou historiques spécifiques, équipés d’institutions qui cadrent et supportent leur action.

8La diversité des fondements théoriques renvoie aussi à l’impasse volontairement faite sur les questions stratégiques. Nous sommes d’accord sur la nocivité intrinsèque de la logique financière. Mais faut-il mieux réguler le système financier ou le socialiser ? Faut-il domestiquer les marchés financiers ou les marginaliser ? Faut-il viser une sortie du néolibéralisme – seul explicitement visé dans le Manifeste – ou bien le capitalisme est-il lui-même en question ? Doit-on rester dans un paradigme de la croissance – fût-elle dite « soutenable » – ou faut-il renouveler plus radicalement les conceptions du bien-être social et des finalités de l’économie ? « Croissance verte » ou décroissance, keynésianisme écolo-global ou éco-socialisme ? Chacun a bien sûr son point de vue, mais trancher dans ces débats aurait inévitablement clivé la communauté des économistes critiques, d’autant plus qu’elle est simultanément en voie d’élargissement substantiel. Il nous a semblé plus fructueux d’essayer de créer un espace collectif de débat entre économistes et avec les acteurs sociaux, sans préjuger de la dynamique des débats ultérieurs. Celle-ci dépendra largement des rebondissements de la crise financière et bancaire et des réactions de la société, qui continueront à faire bouger les lignes.

9Le mouvement social contre la réforme des retraites, et les résistances qui s’expriment en Europe contre les plans d’austérité, soulèvent un paradoxe. D’une part, ils montrent que les politiques néolibérales n’ont jamais été aussi peu légitimes aux yeux des populations, qui voient clairement le lien entre l’austérité et les privilèges de la finance. D’autre part, l’impuissance de ces mouvements à modifier – pour l’instant – le cours des choses confirme que les décideurs politiques n’ont aucunement l’intention de desserrer l’étau de la finance, qu’ils ont eux-mêmes passé autour du cou des États.

  • 5  Voir par exemple l’excellent rapport d’économistes critiques britannique sur les dérives du systèm (...)
  • 6  Pour reprendre l’expression de Cédric Durand, lors de son intervention au colloque d’Économistes a (...)

10Comment s’extirper de ce paradoxe ? Nous refusons la posture de l’observateur désabusé qui assiste passivement à l’effondrement, avec l’espoir très réduit que des alternatives émergeront peut-être spontanément du chaos. Les Économistes atterrés pourraient contribuer, à leur modeste place, à la refondation d’un projet européen. Cela suppose sans doute, au plan social, la constitution d’alliances larges, incluant les diverses composantes du mouvement syndical et associatif. Mais on ne saurait négliger l’importance de l’appui de communautés scientifiques apportant leur expertise et leur capital symbolique dans le pot commun de la société civile5. Ces alliances doivent être d’emblée conçues à l’échelle européenne et internationale, pour contrer les risques de dérives xénophobes. Si cette Union européenne se disloque – hypothèse qu’on ne peut plus écarter pour la décennie qui vient –, il pourrait être décisif de disposer d’outils scientifiques, de repères programmatiques et de convergences sociales pour dessiner l’Europe d’après. La RSE (« responsabilité sociale des économistes »6) est ici en jeu. C’est dire l’enjeu qu’il y a pour nous tous à faire vivre notre initiative aux plans national et européen.

Haut de page

Notes

1  Thomas Coutrot, « Carcan ou cocon ? », Le Monde, 15/01/1999.

2  http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20101119trib000574546/le-plaidoyer-choc-de-dsk-pour-plus-d-europe-et-une-tva-commune.html

3  Shaun French, Andrew Leyshon, “‘These f@#king guys’ : the terrible waste of a good crisis”, Environment and Planning, 2010, vol. 42, p. 2549-2559.

4  Maintenant un véritable succès de librairie (aux éditions Les liens qui libèrent) quoique librement téléchargeable sur le web.

5  Voir par exemple l’excellent rapport d’économistes critiques britannique sur les dérives du système bancaire, CRESC, 2009, “An alternative report on UK banking reform”, ESRC Centre for Research on Socio-Cultural Change, University of Manchester.

6  Pour reprendre l’expression de Cédric Durand, lors de son intervention au colloque d’Économistes atterrés le 9 octobre 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Coutrot, « « Économistes atterrés » : l’heure de l’engagement ? », Revue de la régulation [En ligne], 8 | 2e semestre / Autumn 2010, mis en ligne le 09 décembre 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://regulation.revues.org/8978

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page