Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Bernard Chavance, Marx et le capitalisme. La dialectique d’un système, Armand Colin « Cursus », 2009 (2e édition).

Bruno Tinel

Texte intégral

1Peu nombreux sont les ouvrages, publiés au cours des vingt dernières années, ayant pour objet de présenter la pensée économique de Marx à ceux qui ne l’on pas lu. À ma connaissance, il n’en existe aucun en langue française qui prenne suffisamment l’ignorance du lecteur au sérieux pour être vraiment à la portée d’un(e) jeune intellectuel(le) en herbe, ou simplement d’un étudiant de première ou deuxième année ! Le travail de remise à plat d’une pensée très élaborée et inachevée est particulièrement difficile, d’autant plus difficile que des traditions intellectuelles différentes ont interprété Marx de manière parfois très spécifique. L’enjeu est donc de s’extraire de ces spécificités interprétatives pour revenir à une forme de lecture immédiate et, éventuellement, irrésolue. L’ouvrage de Bernard Chavance est sans doute un peu difficile pour un débutant mais il constitue une lecture précieuse et éclairante qui montre toute l’actualité de la pensée économique de Marx pour toute personne qui dispose déjà de quelques repères en ayant, par exemple, suivi un cours sur Marx.

2Les deux premiers chapitres, l’un sur la méthode et l’autre sur la production marchande, sont peut être moins bien réussis que le reste de l’ouvrage, constitué de quatre autres chapitres extrêmement bien faits. Le chapitre sur la méthode ne fait qu’une douzaine de pages, ce qui est heureux car certains exégètes se croient obligés de disserter interminablement sur la méthode de Marx. On pourra être surpris, et peut être regretter, de constater que la catégorie de « matérialisme historique » n’est pas discutée en tant que telle dans le premier chapitre alors même que des termes comme « évolutionnisme » ou « théorie de la connaissance » sont employés sans signaler que Marx ne s’est jamais référé à ces notions. Mais surtout, Bernard Chavance risque de dérouter quelque peu le lecteur dès ce premier chapitre : il fait de Marx un utopiste et, presque, un intellectuel hors du monde. Le second point s’explique sans doute parce que la biographie politique de Marx n’est tout simplement pas l’objet du livre. En revanche, concernant l’aspect utopique de la pensée de Marx, ce qui résonne presque comme une provocation en début d’ouvrage est amené avec beaucoup de détail dans le sixième et dernier chapitre, consacré au communisme. Ce thème central dans la vie de Marx est finalement mal connu et donc rarement traité dans les ouvrages qui présentent ses idées économiques. Pour Bernard Chavance le thème du communisme chez Marx est très important car il vient mettre en perspective la compréhension non seulement des trois livres du Capital mais aussi du reste de son œuvre. Il reprend ici l’interprétation de Charles Bettelheim pour qui la base économique du capitalisme repose sur une double séparation, séparation des producteurs entre eux fondant le rapport marchand et séparation entre travailleurs et moyens de production fondant le rapport salarial. Le communisme serait précisément caractérisé par l’abolition de cette double séparation fondatrice du capitalisme et Bernard Chavance y voit finalement « une réunification de ce qui avait été séparé. […] [L]’écho lointain du mythe chrétien de la rédemption, après avoir été sublimé dans la philosophie hégélienne de l’histoire, se fait encore entendre dans cette représentation économique de Marx » (p. 135). L’utopisme de Marx se situerait ainsi dans le retour caché du mythe chrétien de la rédemption par le communisme. Le sixième chapitre se termine sur l’idée que le communisme de Marx dans sa phase supérieure n’est pas, contre toute attente, l’égalité mais en réalité son dépassement pour qu’advienne enfin le fameux principe énoncé dans La critique du programme de Gotha (« De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins ! »), cette section est particulièrement bien faite.

3Le second chapitre s’intitule « La production marchande ». Il présente la base de la théorie de la valeur travail à partir de la circulation simple en insistant sur les notions de marchandise et de forme. Ce chapitre, un peu long et discursif, n’est pas très facile d’accès. Par exemple, était-il vraiment nécessaire de passer tant de temps sur « la forme de la valeur et son développement » ? Une fois la théorie de la valeur exposée, les trois chapitres suivants donnent une idée très bien agencée du système de Marx. Bernard Chavance reconstruit à sa façon le schéma d’ensemble, en mobilisant les livres I, II et III du Capital et aussi quelques autres textes, sans chercher à tout prix à reproduire l’ordre dans lequel Marx – et Engels – nous ont laissé les trois ouvrages.

4Le chapitre 3 arbore un beau titre : « le capitalisme profond ». Il porte sur la théorie de l’exploitation et présente donc la plus-value (ou survaleur) absolue et relative. Bernard Chavance ne néglige pas ici de restituer dans une très bonne synthèse l’analyse, trop souvent ignorée, de la coopération, de la division manufacturière du travail et de la grande industrie qui occupent une place si importante dans le livre I. La dernière section du troisième chapitre analyse, de manière très pédagogique, la reproduction simple et élargie du capital et se clôt sur « le renversement du mode d’appropriation » qui survient dans le passage de la production marchande simple à la production capitaliste, Bernard Chavance parle même d’une « négation dialectique ». Il écrit : « Le jeu de la loi de la valeur dans le contexte du salariat aboutit […] à un renversement du mode d’appropriation : le principe d’équivalence se retourne en non équivalence. L’exploitation résulte paradoxalement de l’application même de la norme marchande égalitaire à la marchandise-force de travail » (p. 77).

5Le chapitre 4 porte lui aussi un titre un peu énigmatique : « le capitalisme manifeste ». Alors que le précédent donnait une présentation abstraite et générale du capital, présente surtout dans le livre I, ce quatrième chapitre vise quant à lui à remonter vers le concret, vers les manifestations visibles du capitalisme. Il porte essentiellement sur la concurrence entre les capitalistes et le passage de la valeur aux prix, salaires, profits et rente. L’enchevêtrement des circuits du capital industriel et du capital porteur d’intérêt sont notamment décrits. Surtout, la transformation des valeurs en prix de production et la controverse sur les prix de production sont présentés de manière simple et didactique. Le chapitre se termine sur une discussion intitulée « Fétichisme et Sainte Trinité » : pour Marx, la structure de classe n’est pas fondée sur la répartition comme le prétendent les classiques mais sur les rapports de production.

6Enfin, le cinquième chapitre de l’ouvrage se concentre sur l’évolution du système présenté dans les deux chapitres précédents. Il comprend les grands thèmes que sont l’accumulation primitive ou originaire du capital, la soumission formelle et réelle du travail au capital. Par ailleurs, Bernard Chavance revient ici sur la reproduction du capital à travers les schémas de reproduction. La dernière section du chapitre 5 s’intitule « dynamique et autodestruction du système », elle expose la nécessité du mouvement permanent pour le capital, la loi générale de l’accumulation, les crises et enfin la baisse tendancielle du taux de profit sans omettre de présenter les contre-tendances.

7Quelques indications de lecture sont données en fin d’ouvrage.

8Au total, une lecture à recommander à ceux qui veulent approfondir la découverte de l’œuvre économique de Marx, surtout pour la lecture des chapitres 3 à 5, lesquels donnent en 80 pages un excellent condensé de la théorie de celui qui reste l’un des plus grands penseurs de l’économie comme science sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Tinel, « Bernard Chavance, Marx et le capitalisme. La dialectique d’un système, Armand Colin « Cursus », 2009 (2e édition). », Revue de la régulation [En ligne], 8 | 2e semestre / Autumn 2010, mis en ligne le 07 décembre 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/8901

Haut de page

Auteur

Bruno Tinel

Maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre du CES, btinel@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page