Navigation – Plan du site

Éditorial
De la financiarisation de l’économie à l’évaluation des économistes

Traduction(s) :
From financialization of economies to evaluation of economists

Texte intégral

1Contrairement aux récentes livraisons de la revue, ce numéro ne propose pas un dossier thématique. Il est en revanche parcouru par le rapprochement de deux thématiques : la gouvernance de la finance d’une part, et d’autre part l’importance des classements pour l’évaluation et la dotation de la recherche.

2Les deux premières contributions traitent des conditions de production des classements de l’activité de recherche et de la qualification – ou plutôt la quantification – du savoir. Ces classements prennent place dans une mise en concurrence des chercheurs et des universités. Le fameux classement de Shanghai décrypté ici finement par Jean-Charles Billaut, Denis Bouyssou et Philippe Vyncke est révélateur des nombreux biais et travers de tels classements. L’étude méticuleuse de David Pontille et Didier Torny sur la genèse des classements des revues en économie-gestion est le premier d’une série d’articles, de sociologie notamment, portant sur la construction sociale de la profession d’économiste. Cet article témoigne également de l’ouverture affirmée de la Revue aux autres sciences sociales. Ces articles participent en outre d’une réflexion plus générale sur l’évolution et la crise de la pensée économique, suite à notre appel à contributions qui irrigue ce numéro et ceux à venir.

3Il est frappant de constater par ailleurs que la logique de benchmarking qui sous-tend ces instruments de disciplinarisation de la science économique est également très présente dans le domaine de la finance. Or la financiarisation constitue de longue date une problématique majeure et récurrente de la Revue. David Bourghelle et Pauline Hyme reviennent sur l’origine du krach pour abonder une critique forte de l’efficience des marchés. Toujours dans le domaine de la finance, Esther Jeffers traite de la question du prêteur en dernier ressort et de son actualité dans la crise. Ces articles, de même que celui de Jean-François Vidal sur les crises et transformations du modèle social-démocrate suédois, correspondent à un premier ensemble de contributions issues du Forum de la régulation de 2009. C’est un autre modèle social-démocrate, le modèle allemand qui est au cœur du propos de Christopher Lantenois. Ce dernier, en étudiant les élites managériales allemandes, met au jour un processus de financiarisation du capitalisme rhénan.

4Crise de la finance et crise de la pensée économique ne sont pas sans liens. La responsabilité des économistes dans le processus de financiarisation et dans les politiques économiques d’avant et d’après-crise se pose. Le manifeste des économistes atterrés exprime avec vigueur cette remise en question. Son succès – plus de 2300 signataires – témoigne aussi de ce que la discipline économique n’est pas un bloc monolithique délivrant des diagnostics et des remèdes aussi objectifs que consensuels. En dépit de la domination du mainstream, c’est bien plus un champ de forces socialement et politiquement construit, traversé de multiples lignes de fracture. C’est pourquoi, nous proposons un entretien croisé de Philippe Askenazy et André Orléan — qui est aussi président de l’AFEP –, deux des initiateurs de l’appel. C’est l’occasion de revenir sur le sens de cet appel, d’examiner comment se pose la question de l’unité et de la pluralité de la discipline, y compris au sein des « atterrés » (quel pluralisme pour produire une pensée vivante, innovante et en adéquation avec les problèmes du temps ?). Un autre instigateur de l’appel, Thomas Coutrot, revient quant à lui sur l’origine de l’appel et les modalités d’un travail commun à l’échelle européenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Éditorial
De la financiarisation de l’économie à l’évaluation des économistes », Revue de la régulation [En ligne], 8 | 2e semestre / Autumn 2010, mis en ligne le 02 décembre 2010, consulté le 22 mai 2017. URL : http://regulation.revues.org/8880

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page