Navigation – Plan du site

Le rapport salarial en Europe. État des lieux

S’il est un trait spécifique de la crise actuelle comparée notamment à celle de 1929, c’est bien celui de l’ajustement de l’emploi et des salaires, dont les profils d’évolution, en Europe tout au moins, mettent en lumière une grande variété de configurations : rigidité des salaires couplée à destruction massive d’emplois en Espagne et à un dualisme marqué en France ; baisse des salaires et maintien des emplois par un recours massif à la flexibilité interne en Allemagne ; statu quo au Royaume-Uni et en Italie.

Si le droit et la politique économique des États sont un facteur explicatif essentiel pour appréhender la diversité de ces ajustements, il importe également de mentionner qu’une part importante des régulations à l’œuvre relève du niveau communautaire, tant sur un plan juridique qu’économique. De fait, en participant activement à la redéfinition des rapports salariaux nationaux, la législation européenne influe sur la nature et l’évolution des différents compromis sociopolitiques élaborés à l’échelle des États-membres. En retour, si l'Union monétaire a permis d'éviter une crise de change dévastatrice dans le sillage de la crise actuelle, son action s'est néanmoins caractérisée à plus long terme par un manque d’initiative et de réactivité chronique à l'origine d'un sous emploi durable. Nombreux, en effet, sont les économistes ayant pointé les défaillances de la gouvernance économique de la zone Euro.

Vingt cinq ans après la parution de « La flexibilité du travail en Europe » (R. Boyer), la crise financière actuelle est l’occasion de faire le point sur les transformations du rapport salarial survenues depuis le début des années 2000. En particulier, dans le contexte d’un régime d’accumulation tiré par la finance, le paysage macroéconomique et institutionnel s’est profondément transformé, qu’il s’agisse du droit du travail, des politiques publiques, de la place et du rôle de la négociation collective ou encore de la stratégie des acteurs dans le champ des relations professionnelles. Ces évolutions amènent également à s’interroger sur l’influence des facteurs politiques et sociaux sur la dynamique de recomposition des rapports salariaux nationaux et plus largement sur les hiérarchies et les complémentarités institutionnelles qui font la cohérence des modes de régulation des différentes économies membres de l’UE. Les transformations du rapport salarial en Europe sont aussi l’occasion de poser la question de la consolidation du modèle social européen (convergence, divergence, hybridation) tant au regard de la stratégie des firmes multinationales déployée à l’échelle du continent qu’au vu des politiques d’activation ou de flexisécurité menées à l’initiative de l’UE. Ces évolutions invitent enfin à une réévaluation de la place et du rôle du rapport salarial dans le processus de différenciation des capitalismes en Europe, dans un contexte d’accentuation des disparités économiques et sociales nées du passage de l’UE à 27 membres.

Afin de faciliter l’organisation du dossier, cet appel à communication privilégiera trois thèmes de réflexion :

  • Droit du travail, stratégies syndicales et politiques des firmes

  • Modèle social européen et politique économique des États-membres

  • Rapport salarial, mutations du travail, changement institutionnel et variété des capitalismes en Europe

Les contributions retenues devront proposer un cadre d'analyse permettant de mieux appréhender la place et le rôle de l’UE dans les transformations du rapport salarial en Europe. Elles devront préciser le thème de réflexion choisi et mentionner les coordonnées électroniques statutaires. Elles pourront être rédigées en anglais ou en français.

Les contributions devront être transmises à regulation@revues.org
Date limite de réception des contributions : 15 avril 2011