Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Elsa Lafaye de Micheaux, Eric Mulot et Pepita Ould-Ahmed, La fabrique institutionnelle et politique des trajectoires de développement, Presses universitaires de Rennes, 2007.

Mickaël Clévenot

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est issu des réflexions ayant pris place au sein du séminaire Institutions et développement du Matisse-CNRS entre 2001 et 2006. Au-delà la variété des sujets abordés et des méthodes utilisées (réflexion théorique, monographie, économétrie ou modélisation), certains concepts récurrents constituent le fil rouge de l’ouvrage en même temps qu’une boîte à outils pertinente pour tout chercheur s’intéressant aux processus de développement. Cette démarche s’inscrit dans l’institutionnalisme historique et vise à se prémunir de quelques travers fréquents en économie standard du développement :

2- Le déterminisme technologique/scientifique est dangereux, car il fait fi de la détermination sociale et politique des besoins. Une technique peut exister sans que le besoin correspondant s’en fasse sentir. Dans le domaine scientifique, c’est souvent le besoin social qui fait émerger les innovations et pas toujours le mouvement autonome des idées, cette autonomie étant toujours relative ;

3- Le finalisme est réducteur, car il nie la dimension systémique des institutions, leur complémentarité et la multiplicité des injonctions souvent contradictoires auxquelles les institutions permettent de répondre. En d’autres termes, les institutions ne sont pas mises en place pour obtenir un optimum social, mais pour assurer la stabilité politique sous la contrainte des conflits de répartition en faveur d’un bloc politique jusqu’à ce que la dérive du régime apparaisse et conduise à une crise institutionnelle ;

4- Le fonctionnalisme nie les conflits distributifs ;

5- Les sciences économiques font partie intégrante des sciences humaines, les « lois » qui gouvernent les comportements sont toujours ancrées dans des environnements sociaux. Elles ne relèvent pas de lois naturelles mais sont le produit de compromis sociopolitiques. Cette grille de lecture caractérise l’ensemble de l’ouvrage qui se décline en deux parties. La première partie est théorique, la seconde étudie des cas concrets. Trois faits stylisés importants traversent l’ouvrage : la mondialisation libérale, le maintien de la diversité des trajectoires de développement et la reconnaissance du fait institutionnel dans les trajectoires de développement.

6La prise en compte de la complexité et des phénomènes d’interdépendances dans les processus de transition et de développement constitue l’intérêt majeur de cet ouvrage. Ces aspects sont souvent minorés par l’approche dominante en économie qui adopte volontiers une position homogénéisante dans l’analyse et le traitement des questions de développement. Est plus particulièrement visée ici la Nouvelle Économie institutionnelle qui se trouve à la base du second consensus de Washington.

7Cette approche prend son essor à partir du début des années 1990, avec les travaux de D. North (1990). Le virage institutionnaliste constitue le nouveau paradigme dominant en économie. Cette composante de l’institutionnalisme est dénommée Nouvelle Économie institutionnelle (NEI) en opposition à l’ancien institutionnalisme.

8L’Old Institutionnal Economics (OEI) trouve son origine principale au sein de l’École historique allemande de la fin du xixe siècle en Allemagne avec comme représentants principaux Schmoller (1902) et Sombart (2001) et a ensuite essaimé aux États-Unis (Veblen, 1898) dans la première moitié du xxe siècle avec l’ouvrage phare de K. Polanyi, The great transformation (1944). Si les deux approches placent l’institution au cœur de leur argumentaire, leur conception des institutions s’avère extrêmement différente.

  • 1  Pour plus de détails voir Théret, B. (2000), « Nouvelle économie institutionnelle, théorie des con (...)

9La Nouvelle Économie institutionnelle (encore appelée institutionnalisme du choix rationnel1), en raison du fonctionnalisme et de l’utilitarisme qui y prévalent, considère l’institution soit comme un instrument de réduction des coûts de transactions, soit comme une règle diminuant les coûts de coordination. Ainsi, les institutions constituent des règles qui fixent les comportements. Ces règles peuvent être changées dans un objectif précis afin d’améliorer le fonctionnement de l’économie. Pour l’institutionnalisme historique, l’institutionnel peut également/surtout ressortir de l’ordre politique et symbolique et produire des effets pour lesquels il n’a pas été pensé/conçu. Ceci implique que les institutions sont le produit de l’Histoire, et que leurs justifications sont hétérogènes. Elles peuvent relever de logiques contradictoires et être le résultat d’un compromis qui éloigne de l’optimum économique, du développement, mais permet la stabilité politique et/ou le maintien en place d’un bloc politique dominant. Par conséquent, les institutions ne peuvent donc être considérées comme des règles à optimiser mécaniquement, car tout changement implique des modifications de l’ordre sociopolitique qui ouvrent de nouveaux conflits aux dénouements incertains. Les effets produits par ces réformes institutionnelles restent donc largement indéterminés.

10Après avoir pris acte des échecs des politiques d’ajustements structurels, les institutions internationales en charge du développement ont produit une doctrine nettement inspirée par les travaux de la NEI. Dans la pratique, elles continuent à mener des politiques centrées sur les grands équilibres en imposant de surcroît un benchmarking institutionnel où les institutions marchandes sont sensées partout et toujours favoriser le développement économique. Cette perspective a conduit le plus souvent à un blocage du développement par un affaiblissement de l’État et un manque de moyens pour financer l’investissement. L’approche dans laquelle s’inscrivent les contributeurs de cet ouvrage étant très différente de celle véhiculée par le courant néo institutionnel, le livre possède une tonalité manifestement critique à l’égard du second consensus de Washington.

11Cette conception des institutions implique une revalorisation du Politique, une reconsidération des capacités réelles de choix de développement et la prise en compte des conflits de répartition que cela entraîne. Cette perspective riche qui tente de rendre compte de la complexité de la réalité est moins efficace du point de vue de la rhétorique politique. Les conseils en termes de politiques économiques seront en effet beaucoup moins simples et uniformes que les traitements prescrits par le premier puis le second consensus de Washington. De surcroît, ils tendent à souligner les blocages induits par des problèmes de rentes de situations des blocs politiques dominants, ce qui est par définition moins susceptible de produire du consensus. On se trouve bien en présence d’une perspective d’économie politique au sens fort du terme.

12Finalement, cet ouvrage constitue un plaidoyer pour la pluralité des méthodes et des disciplines contre le monisme méthodologique de l’approche institutionnaliste du choix rationnel. Cette posture pluraliste rapproche les contributeurs encore un peu plus de l’Old Institutional Economics. Toutefois, il ne faut pas être naïf, la pluridisciplinarité est un programme de recherche fructueux mais ardu comme le rappelle justement E. Mulot dans la conclusion de l’ouvrage, en raison : « … à la fois de l’organisation et aux modes de fonctionnement des champs académiques des différentes spécialités des sciences sociales, mais aussi à leur contenu théorique et méthodologique [...] L’expérience du séminaire Institutions et développement aura donc montré que l’interdisciplinarité ne peut être que le fruit d’un travail collectif patient et méthodique, devant systématiquement faire face à de lourdes tendances centrifuges » (p. 305). 

Penser les institutions

13Dans le premier chapitre S. Treuillet opère une critique détaillée de l’approche post-moderne du développement : l’anti-développement. Selon elle, la décroissance constitue une forme de postmodernité induite par un sentiment fataliste d’impossibilité de changer les choses sans les rendre pires qu’auparavant. Les problèmes soulignés par l’approche de l’anti-développement (l’ethnocentrisme de certaines perspectives développementalistes et l’échec des politiques de développements mises en œuvre par les institutions internationales) ne sauraient masquer les faiblesses intrinsèques de cette perspective où l’on observe une naturalisation des rapports sociaux : « cette occultation des rapports sociaux aboutit également, dans le thème de la décroissance, à une conception où la population du Nord est considérée comme responsable, par son niveau de vie, de la pauvreté du Sud, sans que les groupes économiquement dominants du Nord comme du Sud (pas plus que les firmes multinationales) ne soient jamais évoqués. » (p. 56). Ils ignorent délibérément les éléments politiques et autres qui permettent d’éclairer ces échecs. La distinction entre croissance et développement n’est pas réalisée ce qui constitue une faiblesse majeure de l’approche de la décroissance puisque cette question constitue l’un des éléments fondateurs de l’économie hétérodoxe du développement. En adoptant cette posture, ils se trouvent acculés à dénoncer le « développement » et finissent en définitive par adopter une définition du développement qui est encore plus fermée que celle véhiculée par le consensus de Washington. Finalement, la radicalité de ces positions finit, en un retour paradoxal, par produire un discours réactionnaire, figeant et idéalisant les sociétés « primitives » et remettant en cause toute perspective réelle de développement. Au contraire, pour S. Treillet, il est possible de former une pensée positive du développement à condition cependant de revenir sur les échecs passés et de tenir compte de la nouvelle donne induite par la mondialisation libérale.

14J. M. Servet réalise une critique à plusieurs niveaux des objectifs du millénaire. Les objectifs du millénaire ambitionnent de réduire de moitié la population vivant avec moins de un dollar par jour et souffrant de la faim d’ici 2015. Une multitude de dispositions visent à améliorer l’éducation, la santé, l’accès à l’eau et à un habitat décent, la protection de l’environnement et à réduire les inégalités entre les sexes. Cette politique affichée comme une politique de lutte contre la pauvreté a rencontré un large soutien politique avec un accord aux plus hauts niveaux des institutions internationales, des États et des gouvernements bénéficiaires. Cela n’est guère surprenant car, selon J. M. Servet, ils ont intérêt à se conformer au discours des bailleurs de fonds, leurs subsides étant conditionnés à ces objectifs. Les acteurs du développement, les Organisations non gouvernementales et les Organisations de la Société civile suivent ce mouvement consensuel pour des raisons similaires malgré les réserves qu’elles pourraient formuler en raison des échecs antérieurs : « Du sommet des organisations à la base des agents de terrain, chacun a un intérêt fort à faire semblant » (p. 67).

15L’idée principale défendue par l’auteur est que, faute d’être accompagné d’objectifs de réduction des inégalités, l’objectif de réduction de la pauvreté restera inatteignable, et ce, en dépit des progrès réalisés par rapport au consensus de Washington. En effet, les inégalités n’ont pas toutes une origine strictement économique. Elles ont même très souvent des origines ethniques, politiques et culturelles : « Au-delà des différences de revenus, les inégalités doivent être comprises comme exclusion, marginalisation, discrimination entre groupes sociaux » (p. 79). Pour J. M. Servet, sans prise en compte des inégalités dans les dispositifs de développement, le « développement » entraîne nécessairement une augmentation des inégalités réelles et/ou perçues. Autrement dit, le finalisme économiste consistant à lutter contre la pauvreté pour réduire la pauvreté est voué à l’échec. Mais, comme le souligne l’auteur, il est plus aisé de créer le consensus sur cette question que de remettre en cause les modes de structuration et de différenciation des sociétés.

16En dehors de l’introduction de l’ouvrage, la contribution de J. Maucourant et S. Plociniczakest la plus théorique du corpus. Ils soulignent les difficultés de l’approche néo-classique des institutions introduite par les travaux de North à la fin des années 1970 en valorisant au contraire la fertilité de l’approche polanyienne des institutions. Pour la Nouvelle Histoire économique : « Les institutions sont comprises d’un point de vue essentiellement fonctionnaliste, même si leur inertie, dommageable d’un point de vue de l’évolution sociale, est mise en exergue. Un fondement de la démarche est de montrer le caractère optimal de certaines institutions anciennes, comme si, de fait, celles-ci avaient pour vocation naturelle de minimiser les “coûts de transaction” » p. 90. Les difficultés de cette conception proviennent de la non-prise en compte de la complexité et de l’hétéronomie des institutions : « Or, pour Polanyi, il est impossible de comprendre la société, l’économie et l’histoire humaine dans la perspective de la théorie économique dominante, car “rétrécir la sphère du genre économique spécifiquement aux phénomènes marchands revient à éliminer la plus grande partie de l’histoire de l’homme de la scène” » p. 91.

17Les relations économiques doivent au contraire être replacées dans un contexte beaucoup plus large où les déterminations des comportements relèvent de différents registres : sociaux, politiques, culturels, et religieux ; c’est le concept d’encastrement polanyien. La détermination des comportements économiques est multiple et ne relève pas exclusivement de l’économique. Elle dépend des lieux et des endroits étudiés, ce qui interdit, sauf à des niveaux d’abstraction très élevés, de définir des concepts généraux. Dans cette perspective, le travail de l’économiste va consister à démêler les différentes déterminations des comportements économiques ne relevant pas exclusivement de facteurs économiques. Pour étayer cette proposition les auteurs prennent l’exemple du marché qui avant d’apparaître nécessite la présence d’institutions, dont les finalités originelles n’étaient pas d’emblée orientées vers la réalisation d’échanges marchands. C’est particulièrement le cas de la monnaie, dont les usages anciens, parfois très spécifiques, ont longtemps été cantonnés à une seule fonction et sur un espace très limité.

18Pour Bruno Tinel, les prétentions microéconomiques de l’économie néoclassique traditionnelle pour expliquer le fonctionnement des entreprises sont sans rapport avec les facteurs qui entrent effectivement dans les décisions opérationnelles prises au sein des unités de production. Les choix opérés au sein de l’entreprise dans la théorie standard sont exclusivement déterminés par la fonction de production et le prix des facteurs. Les conditions techniques externes s’imposent mécaniquement à l’entrepreneur individuel dans ses choix techniques. La dimension sociale de l’entreprise est ignorée si bien que cette représentation ne permet pas de comprendre comment est effectivement réalisée la production. Pour autant, ce n’est pas le manque de congruence entre la théorie et les faits qui se trouve à l’origine de la crise de la théorie standard selon l’auteur. Ce n’est pas l’accroissement de la taille des entreprises qui a conduit à une remise en cause de la représentation néoclassique traditionnelle de la firme, pas plus que les améliorations conceptuelles des sciences économiques : d’une part, la taille des entreprises était déjà loin de correspondre à l’idéal-type de l’entreprise unipersonnelle à la fin du xixe siècle. D’autre part, les nouvelles approches ne nécessitent pas de nouveaux concepts. La notion de coût de transaction est disponible depuis la fin des années 1930 (Coase, 1937). Ainsi, pour B. Tinel : « … ce n’est pas l’amour de la science et de la vérité qui a poussé des auteurs néoclassiques de différentes sensibilités à proposer de nouvelles théories de l’entreprise au début des années 1970. Un tel changement est au contraire imputable à des événements sociopolitiques. L’entreprise capitaliste, en tant que manière particulière d’organiser la production, était mise en cause, non seulement dans la société, mais aussi de manière scientifique au sein même de l’académie par les radicaux » (p. 121). De surcroît, l’auteur montre que le déterminisme technique se retrouve dans les « nouvelles » théories de l’entreprise et que les tentatives pour évacuer le social à travers des fondements microéconomiques raffinés sont vouées à l’échec : « Cherchant à expliquer la société à partir de l’individu, la théorie néoclassique fait en même temps apparaître en creux les mille et une ramifications par lesquelles le tout social conditionne chaque individu ». (p. 130).

19Pour J. Verceuil : « Changer les institutions, c’est modifier les moyens de la coordination économique […] mais aussi les dispositifs collectifs qui produisent ces règles » (p. 133). À cet égard, l’expérience russe constitue une configuration « idéale » pour le chercheur étudiant le poids des institutions dans les trajectoires économiques. Pour cerner ces modifications importantes, il est nécessaire de mobiliser les aspects historiques, politiques et techniques. La seule entrée par l’économique serait insuffisante. À partir de la chute du régime, l’État et le cadre institutionnel global est fortement affaibli produisant un hiatus institutionnel : « Insuffisamment légitimes, pilotées sans discernement, les institutions produisent alors des incitations contradictoires et manquent une autre de leurs fonctions : la coordination des anticipations et des actions » (p. 135). Cela se traduit par une réduction des horizons temporels des agents économiques et une déliquescence du système de paiement pour conduire à la crise monétaire de 1998. L’ouverture croissante aux échanges extérieurs à partir de 1992 avait également participé à la déstabilisation du cadre institutionnel en produisant un choc schumpétérien induisant une réduction considérable de l’investissement. C’est pourquoi, malgré l’amélioration de la situation économique et institutionnelle au tournant du siècle, l’auteur reste pessimiste quant aux possibilités d’émergence de la Russie. Le handicap technologique pris dans la phase de transition risque d’être difficilement réversible : « …l’expérience accumulée en matière d’analyses empiriques et théoriques des trajectoires technologiques nationales suggère que certains retards initiaux sont difficilement rattrapables, même en plusieurs décennies ». (p. 152).

20La nouvelle économie institutionnelle s’est imposée dans le débat économique avec l’idée que les politiques de libéralisation devaient s’accompagner d’une réflexion sur la qualité des institutions des pays, le marché sans les institutions conduisant manifestement à des échecs. Le nouveau consensus de Washington a donc porté sur l’exigence de l’adoption des institutions favorisant le bon fonctionnement du marché. Les droits des propriétés figurent alors tout en haut de l’agenda institutionnel. Dans ce diagnostic, une nouvelle erreur s’est glissée concernant la confusion entre les fonctions et les institutions. Le one-best-way économique s’est rapidement mué en one-best-way institutionnel. Dès lors, un nouveau débat est apparu en lien avec la persistance de la diversité institutionnelle. C’est précisément la question à laquelle se propose de répondre E. Ernst.

21La diversité institutionnelle constitue-t-elle une faiblesse destinée à disparaître ou au contraire est-elle le support possible de régimes de croissance différenciés, viables et performants ? La recherche est conduite à travers la grille de lecture de la croissance endogène. Il apparaît que : « Différents équilibres peuvent alors émerger, correspondant à différents régimes de croissance. » (p. 180). Il est même possible d’envisager une dynamique institutionnelle à travers des phénomènes de cycles entre les différentes sources de complémentarité institutionnelles.

22Cette contribution propose un cadre d’analyse formalisé autorisant un dialogue avec des approches institutionnalistes plus orthodoxes. Toutefois, il perd en historicité ce qu’il gagne en rigueur formelle car, s’il est possible de transcrire théoriquement les phénomènes de complémentarité comme dans la période fordienne (salaires élevés en contrepartie d’une intensification du travail), la formalisation ne rend pas compte en l’état des dynamiques politiques propres au concept de hiérarchie institutionnelle. Mais il faut bien reconnaître que la recherche d’un équilibre entre les enjeux que l’on souhaite éclairer et la complexité de la formalisation dans ce genre d’exercice est toujours problématique. Néanmoins, ce type de travail constitue une voie de recherche indispensable, en complément d’approches plus proches du terrain. C’est l’objet de la seconde partie de l’ouvrage.

Politique économique, changement institutionnel et transformations sociales

23Les auteurs R. Lucas, K. Radojcic et F. Rivière s’intéressent à la formation et aux évolutions de l’enseignement supérieur à la Réunion du début du xixe siècle à la fin du xxe. Le papier est composé de trois parties organisées chronologiquement : à partir de la monarchie de Juillet jusqu’à la seconde guerre mondiale, puis la départementalisation d’après-guerre, enfin de 1982, avec les lois de décentralisation, jusqu’à nos jours. L’analyse de longue période permet de mettre en relief les diverses dimensions qui vont influencer la construction de l’enseignement supérieur à la Réunion. En s’appuyant sur de nombreux documents d’archives ainsi que des entretiens, l’étude se rapproche d’une méthodologie d’enquête historique et/ou sociologique. La démarche monographique dévalorisée dans les sciences économiques contemporaines au profit des approches formalisées montre dans ce cas précis qu’elle peut être utile pour éclairer la complexité des enchaînements à l’œuvre : « Notre hypothèse est qu’il existe un système d’interactions complexes se déployant sur plusieurs scènes, et combinant plusieurs niveaux, qui va agir sur la construction de l’enseignement universitaire à la Réunion. » (p. 185). Les conflits inhérents à la colonisation et au processus de décolonisation ont influencé très fortement le degré d’indépendance dévolue au système d’enseignement à la Réunion. Sur ce conflit majeur ce sont greffés des intérêts contradictoires entre les différentes strates de la bourgeoisie locale, mais également, l’autonomie relative du champ de l’enseignement supérieur. Enfin, les questions d’efficacité économique ont pu apparaître pendant très longtemps comme largement subalternes en termes de développement local. Dans le texte suivant, l’auteur fait également bien apparaître dans le cadre de l’Iran, le degré d’enchâssement social, religieux et politique des relations économiques.

24R. Motamed-Nejad qualifie le régime iranien de patrimonial au sens de clientéliste. Ce clientélisme place au cœur des conflits l’ordre monétaire qui permet l’accès privilégié au crédit et au monopole de l’émission monétaire. Cette situation conduit à des déséquilibres importants dans la distribution de crédits susceptibles d’entraîner un éclatement de l’ordre monétaire, voire de l’ordre politique. C’est sous cet angle que l’auteur retrace l’histoire économique et politique de l’Iran des trente dernières années. Ainsi, la dynamique historique, politique, religieuse et économique permet de dévoiler de quelle façon la monnaie constitue un instrument de distribution de revenus aux mains des classes dirigeantes, ce qui implique des conflits de répartition entre les différents secteurs (marchand, commerçant, industriel. Le régime monétaire comme instrument de pouvoir utilisé par le groupe dominant peut, en raison de la dynamique d’économie politique qu’il imprime, conduire à la perte du pouvoir de ceux dont il avait favorisé et renforcé la position dominante : « Mais l’histoire récente de l’Iran démontre, simultanément, que le mode, un temps dominant, de séparation et de partition de la société autour de la monnaie n’est jamais acquis, et donc figé, une fois pour toutes : toujours de nouveaux usages (économiques, sociaux et symboliques) de la monnaie, qui sont en dernier ressort des usages politiques, peuvent jaillir des corps politique et/ou social. » (p. 228). Les combats politiques internes au sein de la classe dirigeante sont menés et contraints par le régime monétaire en liaison avec l’état de développement des forces productives. Le régime monétaire et les conditions d’accès au secteur financier formel sont des éléments déterminants de la différenciation sociale de la société iranienne. Motamed-Nejad considère que c’est cette inégalité très forte qui a été rejetée par le peuple iranien en 2005, avec l’élection des néoconservateurs.

25L’hétéronomie institutionnelle est mise en avant par J. F. Ponsot à travers l’analyse de la dollarisation de l’Équateur intervenue en 2000. Au début des années 1990, l’Équateur s’engage dans un processus de libéralisation financière afin d’améliorer le fonctionnement du système financier interne. Cette réforme se heurte aux intérêts des grandes familles industrielles proches du pouvoir qui vont tout de même en tirer bénéfices en contribuant à déstabiliser le système financier interne par un comportement de prédation. La crise économique durant la seconde moitié des années 1990, renforcée par le phénomène climatique El Niño, ainsi que le recul des recettes pétrolières engendre une grave crise bancaire en 1998. Les solutions mises en œuvre à la hâte contribuent à renforcer la crise. Face à cette situation inextricable, le gouvernement décide la suspension unilatérale du paiement de la dette en 2000 qui entraîne une fuite massive de capitaux et une dévalorisation substantielle de la monnaie nationale, le sucre, dont la valeur est divisée par cinq par rapport au dollar entre 1998 et 2000. Au-delà des aspects purement macroéconomiques, la question de la souveraineté et de la légitimité de la monnaie se trouve posée à plusieurs niveaux soulignant les aspects sociopolitiques et institutionnels de la monnaie. On assiste donc à une instrumentalisation de la transformation institutionnelle en matière monétaire dans une perspective politique : « Si la rationalité économique de l’adoption du régime de dollarisation paraît difficile à cerner, c’est parce qu’il faut comprendre cette décision à la fois comme faillite des élites équatoriennes et un procédé visant à reproduire le pouvoir de ces élites dans une nouvelle configuration » (p. 236). On retrouve ici un des aspects soulignés par la contribution de R. Motamed-Nejad, mais ici comme ailleurs, le contrôle de l’institution monétaire reste imparfait, car inscrit dans une multitude de contraintes.

26À partir de la théorie néokeynésienne du rationnement de crédit, K. Nubukpo souligne la faiblesse du mécanisme des prix pour assurer la coordination des agents au sein de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA) en raison de la trop faible information induite par le caractère semi-formel de ces économies et à l’absence d’un instrument statistique efficace : « La prise en compte de l’impact des asymétries informationnelles sur le fonctionnement des marchés conduit à relativiser les vertus supposées de ces derniers. En effet, il ne suffit pas de libéraliser l’économie, de rendre les marchés plus fluides ou les prix plus flexibles pour rétablir la croissance. » (p. 269). Ce texte illustre bien les problèmes liés au plaquage institutionnel. Malgré les spécificités de l’UEMOA, les autorités monétaires – la BCEAO – tentent de favoriser l’émergence de mécanismes de marché dans le domaine monétaire alors que le niveau d’information disponible sur ces marchés n’atteint pas le niveau requis pour que ces mécanismes puissent fonctionner. La BCEAO, inspirée par le principe de crédibilité, tente d’obtenir la stabilisation des prix et du change. Depuis l’abandon du contrôle de crédit, c’est principalement les taux de l’intérêt qui sont utilisés pour piloter la politique monétaire. À cette fin, le marché monétaire a été renforcé en 1996 par des mécanismes de prise en pension, d’appel d’offres, de réserves obligatoires, le taux de prise en pension de la BCEAO servant de taux directeur. La Banque intervient directement sur le marché monétaire afin d’orienter les taux. Globalement le modèle empirique présenté par l’auteur semble démontrer une efficacité limitée de la politique monétaire. Les pays réagissent à des vitesses différentes, voire de manière divergente, ce qui peut entraîner une asymétrie entre les pays de la zone défavorable au pilotage macroéconomique.

27M. Camara souligne les écarts entre le modèle théorique promu par le premier consensus de Washington et la réalité dégradée de la situation du Mali. Le Mali considéré comme un modèle en la matière par les institutions internationales voit pourtant sa situation se dégrader depuis 30 ans. Pour l’auteur : « le Mali se trouve pris : dans une concurrence internationale déloyale qui sape les revenus et l’épargne intérieure ; dans le carcan d’une dette extérieure qui ruine ses ressources financières et hypothèque son avenir » (p. 281), c’est-à-dire une situation qui interdit tout processus de décollage économique. Cette configuration semble illustrer les critiques du plaquage institutionnel précédemment observé dans le cas de l’UEMOA. On ne rend pas suffisamment comptes des spécificités économiques, politiques et sociales des pays pour assurer le consensus politique et l’efficacité économique. Globalement, selon M. Camara, le Mali va plus mal qu’il y a trente ans. Après avoir subi le régime colonial fondé sur un échange inégal où quelques matières premières étaient échangées exclusivement avec l’empire, la décolonisation a permis au Mali de tenter une politique plus intégrée fondée sur une planification économique avec centralisation des surplus sur le poste d’investissement. Cette politique est déstabilisée par la crise de la dette en 1982. Dès lors, les politiques d’ajustement structurel reconduisent le Mali à une situation coloniale avec le retour aux exportations des quelques produits de base, coton, or et bétails.

28Loin des prêts-à-penser et des solutions clé en main, cet ouvrage, par la boîte à outils théoriques et méthodologiques qu’il propose, par la variété des situations qu’il présente, s’avère utile pour le chercheur attentif à la complexité et la diversité des processus de développement ou de non-développement. En effet, dans la plupart des cas, il s’agit de situations de blocage ou de trappe à pauvreté qui sont décrites en soulignant les origines institutionnelles et politiques de ces situations. Cet angle permet de conserver un optimisme modéré mais réel sur les possibilités de sortie du sous-développement en rappelant que nombre de ces situations ressortent de choix politiques et non de causes exclusivement naturelles extérieures à l’intervention humaine.

Haut de page

Bibliographie

Coase, R (1937), “The Nature of the Firm”, 4(16) Economica p. 386-405 version électronique http://www.scribd.com/doc/2530438/COASEThe-Nature-of-the-Firm

North, D. (1990), Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge: Cambridge University Press.

Polanyi, K. (1944), The Great Transformation: The Political and Economic Origins of Our Time. Boston: Beacon Press by arrangement with Rinehart & Company, Inc. Pour l’édition française : Polanyi, K. (1983), La grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard.

Schmoller, G. (1902), Politique sociale et économie politique (Questions fondamentales). Paris, V. Giard. Une édition électronique réalisée par Serge D’Agostino, bénévole, professeur de sciences économiques et sociales en France.

Sombart, W. S. (2001), Economic Life in the Modern Age, Nico Stehr and Reiner Grundmann, eds. New Brunswick: Transaction. Nouvelle traduction anglaise d’articles et de chapitres majeurs de l’auteur.

Veblen, T. (1898), “Why is Economics not an Evolutionary Science?” Quaterly Journal of economics, July 1898, p. 373-397.

Haut de page

Notes

1  Pour plus de détails voir Théret, B. (2000), « Nouvelle économie institutionnelle, théorie des conventions et théorie de la régulation : vers une synthèse institutionnaliste » dans la Lettre de la Régulation n° 35

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickaël Clévenot, « Elsa Lafaye de Micheaux, Eric Mulot et Pepita Ould-Ahmed, La fabrique institutionnelle et politique des trajectoires de développement, Presses universitaires de Rennes, 2007. », Revue de la régulation [En ligne], 7 | 1er semestre / Spring 2010, mis en ligne le 11 juin 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/7932

Haut de page

Auteur

Mickaël Clévenot

Chercheur associé au CEPN – Centre d’Économie de Paris Nord, clevenot.mickael@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page