Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Philippe Steiner et François Vatin, (dir.), Traité de sociologie économique, Presses universitaires de France, 2009, 816 p.

Les traiteurs de la sociologie économique : un festin bon marché
Bernard Chavance

Texte intégral

  • 1  Les PUF ont publié au cours des années récentes des dictionnaires de sciences sociales à des prix (...)

1Si les Belges revendiquent l’invention des prétendues french fries, tandis que dans l’hexagone on a longtemps affirmé que les french letters des Anglais nous seraient en fait venues de l’autre côté du Channel, il y a sans ambigüité une sociologie économique française, dont la vivacité est illustrée par le Traité coordonné par Steiner et Vatin, rendu accessible à un large public dans la collection « Quadrige. Manuels » des Presses universitaires de France1.

  • 2  Selon Littré, un traité (du latin tractatus) est « un ouvrage où l’on traite de quelque art, de qu (...)

2L’intérêt pour la sociologie économique n’a cessé de croître au cours de la période récente, stimulé par la multiplication de travaux français menés sous cette bannière et par le courant américain de la « nouvelle sociologie économique » ; cet intérêt s’est traduit par l’apparition d’enseignements universitaires consacrés à ce domaine depuis une quinzaine d’années, on relève également la création de la Revue française de socio-économie (2008). Le Traité de sociologie économique exprime, sous un titre qui semblait désuet depuis Gurvitch (Traité de sociologie, 1958)2, le dynamisme d’un champ de recherche en expansion.

3La caractéristique du Handbook anglo-saxon est une publication de référence qui couvre l’ensemble d’un domaine ou d’une sous-discipline. C’est un recueil de diverses contributions qui effectuent une revue générale du domaine, y compris certains thèmes nouveaux ou recherches originales. Les auteurs peuvent comprendre des autorités reconnues et des chercheurs plus jeunes. Le fameux Handbook of economic sociology de Neil Smelser et Richard Swedberg (1994, 2e éd. 2005) en est une bonne illustration. Le Traité répond assez bien à cette définition, mais une french touch manifeste lui donne une couleur spécifique ; sauf erreur, tous les auteurs sont issus de l’hexagone. Bien organisé, tel un jardin à la française, il a cinq parties, 1. Le fait économique comme fait social, 2. Les représentations économiques, 3. La construction des marchés, 4. La concurrence comme relation sociale, 5. L’économie comme pratique ordinaire. Il présente en 19 chapitres un tour d’horizon d’un champ du savoir dont il révèle en même temps l’étendue et la consistance. Pour le prix assez modique de 816 pages à 25 €, il montre qu’il peut exister une independence of quality on price. Son apport est très original au regard des ouvrages existants, en français, dont la plupart ne sont pas sans mérite : Swedberg (1994), Levesque et al. (2001), Trigilia (2002), Benamouzig et Cusin (2004), Dufy et Weber (2007), le « Repères » de référence de Steiner (1999, dernière éd. 2007).

4Deux aspects du livre peuvent être soulignés : le Traité remplit son rôle d’ouvrage de référence, faisant le point sur un champ de la recherche ; il révèle la vitalité d’une tradition française spécifique.

  • 3  Ne sont ainsi pas traités comme tels, par exemple, l’entreprise, la protection sociale, l’État, le (...)

5Certains chapitres illustrent l’apport d’un courant ou d’une école : Robert Boyer pour la théorie de la régulation, Alain Caillé pour le mouvement anti-utilitariste, François Eymard-Duvernay pour l’économie des conventions, Fabian Muniesa et Michel Callon pour les recherches sur la performativité des sciences économiques ; Lucien Karpik a droit à un chapitre sur l’économie des singularités. D’autres sont consacrés à la sociologie économique de différents objets : la monnaie avec André Orléan, la formation des économistes avec Frédéric Lebaron, la gestion comme technologie économique avec Ève Chiapello et Patrick Gilbert, les associations avec Jean-Louis Laville, les entrepreneurs avec Pierre-Paul Zalio, les marchés financiers avec Olivier Godechot, la consommation avec Sophie Dubuisson-Quellier. D’autres chapitres encore traitent de thèmes spécifiques ou originaux : Florence Weber analyse le calcul économique ordinaire, Patrice Flichy comment Internet est devenu un marché, Philippe Steiner la marchandisation de l’humain, Emmanuel Lazega la coopération entre concurrents, Jérôme Blanc les usages de l’argent, Alexandra Bidet et François Vatin la mesure et l’acteur au travail. Sans être exhaustif3, l’espace couvert est considérable ; le lecteur a en main une petite encyclopédie des travaux de sociologie économique et de nombreuses pistes pour s’y orienter, notamment les bibliographies fournies de chaque chapitre, ainsi qu’un index des noms très détaillé.

  • 4 Divorce analysé dans une vaste littérature ; voir en particulier Gislain, Steiner (1995) ou Swedber (...)
  • 5  C’est Granovetter (1985) qui a remémoré la comparaison désormais célèbre de Duesenberry, selon laq (...)

6Le livre comporte principalement des contributions de sociologues, mais aussi de quelques économistes et gestionnaires. Le divorce entre la sociologie et l’économie, vieux d’environ un siècle4, est dans la période contemporaine contesté des deux côtés de la barrière disciplinaire. Cette séparation, consécutive à la montée du courant néoclassique en économie, avait laissé en héritage une division du territoire longtemps acceptée par les courants dominants des deux disciplines. À l’économie (néoclassique) l’étude – volontiers formalisée – du comportement rationnel et autonome de l’homo oeconomicus dans le champ des activités « économiques », autrement dit la sphère de l’échange et du marché, à la sociologie l’exploration des comportements socialement conditionnés de l’homo sociologicus, dans les domaines « non économiques » de l’activité5.

7La muraille disciplinaire est aujourd’hui mise en cause de deux côtés. Pour les économistes du mainstream qui voient leur discipline comme la « grammaire universelle des sciences sociales » (Hirschleifer) ou prônent l’ « approche économique du comportement humain » dans tous les domaines du social (Becker, 1976), l’ « impérialisme économique » consiste à coloniser les espaces auparavant concédés aux sociologues (Fine and Milonakis, 2009). Comme on le sait, le rational choice individualiste et utilitariste des économistes néoclassiques donne lieu à de nombreuses appropriations en sociologie, en sciences politiques, en droit, en histoire… qui relèvent d’une sorte de servitude disciplinaire volontaire. La sociologie économique de son côté, affirme au contraire que les traditions et les méthodes sociologiques ont beaucoup à dire sur la sphère de l’économie autrefois occupée par la seule économie standard, et revendiquent une pertinence dont l’économicisme néoclassique est selon cette lecture dépourvue.

  • 6  André Orléan (2004) reproche ainsi à la « nouvelle sociologie économique » son auto-définition com (...)

8Si certaines limites de la sociologie économique ont parfois été soulignées dans le camp même des opposants à l’impérialisme économique6 (Orléan, 2004), il reste que l’extension de son domaine possède un potentiel critique certain, recoupant par bien des côtés l’espace des courants économiques hétérodoxes. Or les coordinateurs de l’ouvrage rappellent dans un excellent chapitre initial « Sociologie et économie en France depuis 1945 » une particularité historique française, les liens entre la sociologie durkheimienne et une fraction des économistes, notamment François Simiand, qui explique le maintien après-guerre d’une tradition active chez certains économistes et de nombreux sociologues, rétive au grand partage disciplinaire et le contestant en partie dans ses travaux, une mise en cause dans laquelle l’histoire comme discipline a eu une influence particulière. Une saga où l’on rencontre des économistes comme André et Jean Marchal, Charles Bettelheim, Jean Lhomme, Jean Weiller, François Perroux, Georges Luftalla... Une brève généalogie des courants hétérodoxes de la pensée économique française (régulation, conventions) et des courants sociologiques qui peuvent en être rapprochés (anti-utilitarisme, performativité) est ici esquissée. Steiner et Vatin soulignent que si le renouveau de la sociologie économique française est certes lié à un mouvement international d’origine anglo-saxonne, la « nouvelle sociologie économique », son dynamisme « prend sa source, d’une part, dans la tradition sociologique française et notamment le durkheimisme, d’autre part dans celle de l’économie politique française marquée par l’institutionnalisme, enfin, dans une tradition de science sociale critique, volontiers interdisciplinaire. » (p. 45) Un chapitre introductif qu’il sera désormais bon de recommander aux étudiants d’économie (mais aussi, bien sûr, de sociologie), dès leur première année, comme apéritif à la dégustation du Traité dans son ensemble afin de tracer leur chemin d’apprentissage et d’y trouver des exemples bienvenus de réflexivité disciplinaire, que les cursus existants ne distillent que tardivement et souvent au compte-goutte.

9Le Traité de sociologie économique de Steiner et Vatin est sans aucun doute une contribution significative à la diffusion et à l’expansion de l’apport des chercheurs français aux sciences sociales contemporaines. Sa parution est opportune, au moment où la « standardisation » des économistes universitaires français connaît une accélération problématique avec l’imposition de normes d’évaluation et d’une structuration de la recherche qui élargit et élève encore le mur de Berlin disciplinaire. Cette « normalisation » va de pair avec un appauvrissement considérable de la capacité des économistes ainsi formatés à dire des choses pertinentes sur le monde contemporain. Avec la défense et l’illustration d’une économie politique moderne, qui puise en partie aux mêmes sources, la sociologie économique a un rôle important à jouer dans le retour nécessaire de l’économie dans la famille des sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

Becker, Gary (1976), The Economic Approach to Human Behavior, Chicago, University of Chicago Press.

Benamouzig, Daniel ; Cusin, François (2004), Économie et sociologie, PUF, « Quadrige ».

Boudon, Raymond ; Bourricaud, François (1982), Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, PUF.

Bourdieu, Pierre (2000), Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil.

Dufy, Caroline ; Weber, Florence (2007), L’ethnographie économique, La Découverte, « Repères ».

Fine, Ben ; Milonakis, Dimitris (2009), From Economics Imperialism to Freakonomics. The Shifting Boundaries between Economics and other Social Sciences, London, Routledge.

Gislain, Jean-Jacques ; Steiner, Philippe (1995), La sociologie économique 1890-1920, Paris, PUF.

Granovetter, Mark (1985), « Economic action, social structure. The problem of embeddedness », American Journal of Sociology, 91(3).

Lévesque, Benoît ; Bourques, Gilles ; Forgues, Éric (2001), La nouvelle sociologie économique. Originalité et diversité des approches, Paris, Desclée de Brouwer.

Mesure, Sylvie ; Savidan, Patrick (2006), Dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF.

Orléan, André (2004), « La sociologie économique et la question de l’unité des sciences sociales », L’année sociologique, 55(2), 2005, p. 279-306.

Passeron, Jean-Claude (1991), Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan.

Smelser, Neil ; Swedberg, Richard (2005), Handbook of economic sociology, Princeton, Princeton University Press, 2nd ed.

Steiner, Philippe (2007), La sociologie économique, Paris, La Découverte, « Repères ».

Swedberg, Richard (1994), Une histoire de la sociologie économique, Paris, Desclée de Brouwer.

Swedberg, Richard (1998), Max Weber and the Idea of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press.

Trigilia, Carlo (2002), Sociologie économique. État, marché et société dans le capitalisme moderne, Paris, Armand Colin.

Haut de page

Notes

1  Les PUF ont publié au cours des années récentes des dictionnaires de sciences sociales à des prix abordables dans la collection de poche « Quadrige », par exemple l’excellent Dictionnaire des sciences humaines (S. Mesure, P. Savidan, dir., 2006). Le Dictionnaire critique de sociologie de R. Boudon et F. Bourricaud, certes théoriquement éloigné du présent Traité mais néanmoins ouvrage de référence, était demeuré absolument inaccessible depuis sa parution en 1982, jusqu’à sa republication en « Quadrige » (PUF, 2000).

2  Selon Littré, un traité (du latin tractatus) est « un ouvrage où l’on traite de quelque art, de quelque science, de manière particulière », l’on pourrait ajouter : et systématique.

3  Ne sont ainsi pas traités comme tels, par exemple, l’entreprise, la protection sociale, l’État, les réseaux sociaux, le développement. Si Pierre Bourdieu est souvent cité, sa sociologie de l’économie (2000) est aussi quelque peu absente. Mais on ne peut trop demander, même à un Traité de 800 pages.

4 Divorce analysé dans une vaste littérature ; voir en particulier Gislain, Steiner (1995) ou Swedberg (1998).

5  C’est Granovetter (1985) qui a remémoré la comparaison désormais célèbre de Duesenberry, selon laquelle l’homo oeconomicus ne fait que des choix, tandis que l’homo sociologicus n’a aucun choix à faire, l’ironie implicite étant qu’il s’agit en principe du même personnage.

6  André Orléan (2004) reproche ainsi à la « nouvelle sociologie économique » son auto-définition comme la partie de la sociologie qui s’intéresse au faits économiques, – qu’il considère comme limitative. L’ambition de la sociologie économique est à ses yeux « le dialogue entre économie et sociologie et, conséquemment, la réaffirmation du fait que l’économie appartient au champ des sciences historiques » (au sens de Passeron, 1991).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Chavance, « Philippe Steiner et François Vatin, (dir.), Traité de sociologie économique, Presses universitaires de France, 2009, 816 p. », Revue de la régulation [En ligne], 7 | 1er semestre / Spring 2010, mis en ligne le 04 juin 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/7901

Haut de page

Auteur

Bernard Chavance

LADYSS, Université Paris Diderot, chavance@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page