Navigation – Plan du site
Dossier : Institutions, régulation et développement

Les « clubs de troc » argentins :
un microcosme monétaire Credito dépendant du macrocosme Peso

The Argentinian Barter clubs: a monetary microcosm Credito dependent of the monetary macrocosm Peso
Los clubes de trueque argentinos: un microcosmos monetario. Crédito dependiente del macrocosmos Peso
Pepita Ould-Ahmed

Résumés

Cet article s’intéresse à un cas concret de système monétaire local, celui des « clubs de troc » développés en Argentine à partir de 1995. Contrairement à ce que leur nom laisse penser, les « clubs de troc » désignent des espaces marchands communautaires, à l’intérieur desquels les transactions économiques sont réglées en credito, monnaie-papier interne et non convertible avec la monnaie officielle. La question que pose ce type d’expérience monétaire parallèle est de savoir pourquoi et sous quelles conditions cette monnaie privée non convertible avec la monnaie officielle parvient à être acceptée. Est-ce que ce micro-système monétaire peut fonctionner de manière indépendante et cloisonnée, ou bien a-t-il besoin de nouer des rapports avec le macro-système monétaire officiel ? Telles sont les questions auxquelles cet article se propose de répondre.

Haut de page

Texte intégral

JEL : A14, B52, E02, O17

  • 1  Le taux de chômage est passé de 8,5 % en 1990 à 18,4 % en 1995 pour grimper à 21,5 % en 2002. En o (...)
  • 2  On assiste non seulement à une privatisation des services publics, une réduction drastique du nomb (...)
  • 3  Pour une analyse des origines de la dette argentine, se reporter à Damill M. et al. (2005), et Sga (...)

1L’Argentine plonge en décembre 2001 dans une crise extrême dont les manifestations multiples peuvent être énumérées ici brièvement pour rappeler son ampleur : une crise sociale caractérisée par une désalarisation de la société et une explosion du chômage, de la pauvreté et des inégalités1 ; un État insolvable qui se désengage2 de sa fonction sociale au profit d’une privatisation de tous ses secteurs d’intervention ; une crise financière alimentée par la dérégulation du système financier, l’insoutenabilité de la dette publique3 et la sortie massive de capitaux étrangers ; une crise monétaire (voir Marques-Pereira, 2007, 2008 ; Roïg, 2007) liée à un ancrage nominal du peso au dollar socialement très coûteux qui s’est traduit à la fois par une crise de liquidité, une crise bancaire et par des ajustements macroéconomiques récessifs ; une crise économique (voir Boyer et Neffa, 2001 ; Fanelli et Keifman, 2002) marquée par une destruction de l’appareil industriel, affaibli par une appréciation du dollar pesant sur la compétitivité des entreprises, provoquant alors un processus de déflation et des ajustements sévères sur le facteur travail ; enfin, une profonde crise politique ouverte.

  • 4  L’utilisation de guillemets et d’italiques pour mentionner les « clubs de troc » signifie qu’il s’ (...)
  • 5  Les fondateurs donnent la liste de ces clubs dans Covas et al. (1998) : y figurent l’adresse de ce (...)

2L’importance de la crise est telle qu’aucune couche sociale n’est épargnée. Au plus haut de la crise (2000-2002), l’urgence alimentaire devient une préoccupation nationale. Les pouvoirs publics tentent d’y répondre par l’augmentation des dépenses allouées aux cantines scolaires et communautaires et au Programme d’Urgence alimentaire (Fizbein et Giovagnoli, 2004). En parallèle, les agents privés se mobilisent pour développer des solutions de secours. Outre les cantines de quartier, on assiste dès 1995 à l’émergence de ce que les argentins ont appelé les « clubs de troc4 » (« clubes de trueque »). Contrairement à ce que leur nom laisse penser, ils désignent des espaces d’échanges marchands au sein desquels les biens et les services sont réglés à l’aide d’une monnaie-papier interne, le « credito », émise par les fondateurs de ces clubs, et non convertible avec la monnaie officielle. Si les « clubs de troc » étaient initialement fréquentés par la classe moyenne salariée précarisée ou ayant perdu son emploi qui y voyait un moyen d’échanger sa force de travail contre des biens et des services utiles ; avec l’intensification de la crise, des couches sociales plus pauvres (travailleurs informels, femmes au foyer et retraités) vont également y avoir recours pour accéder aux biens de première nécessité. Les « clubs de troc » vont connaître un franc succès et leur monnaie alternative va être utilisée à l’échelle nationale de 2001 à 2003. Il n’existe pas de quantification précise du nombre de ces clubs, ni encore moins de celui de ces participants, sur la période 1995-2008. Les seules données globales qui circulent sont celles divulguées par les fondateurs et les responsables des clubs, relayées par les médias, et ont tendance à être surgonflées. La quantification réalisée par les chercheurs lors de leur monographie, concernant un club précis à un moment donné, reste la seule information fiable mais n’offre qu’une vision très partielle du phénomène. Cependant, si les données des responsables des clubs ne fournissent pas de quantification exacte, elles nous indiquent néanmoins l’ordre de grandeur et les grandes tendances de ce phénomène social. Ainsi, selon ces sources, si le premier « club de troc » apparaît en mai 1995 et concerne une trentaine de personnes, deux ans plus tard, on recensait déjà 50 clubs, comptant 40 000 participants aux échanges5. À partir de 2000, le nombre de ces clubs croît rapidement : les fondateurs parlent alors de 320 000 adhérents, répartis dans 400 « clubs de troc ». À la mi-2002, ces espaces marchands alternatifs atteignent leur niveau de fréquentation le plus haut : on recenserait alors plus de 2,5 millions d’adhérents et 4 500 clubs. Comparé aux autres systèmes monétaires alternatifs recensés jusque-là tels que, pour ne citer que les plus médiatisés, les LETS, mais aussi le « Time dollar» et l’« Ithaca hour » aux États-Unis, ou encore le « Saltspring », le « Toronto dollar » et le « Calgary dollar » au Canada, le cas argentin correspond ainsi à l’expérience la plus importante en termes d’ampleur.

3D’un point de vue théorique, l’essor de ce type de monnaie (privée et inconvertible), à une telle échelle, soulève de nombreuses interrogations. En particulier, il pose la question suivante : est-ce qu’un système de paiement privé peut se fermer sur lui-même sans avoir besoin de se rattacher à une monnaie officielle pour avoir une existence propre ? Il ne s’agit pas de répondre à cette question en toute généralité. En effet, si dans l’ensemble tous les systèmes monétaires alternatifs (dont certains ont été rappelés plus haut) partagent un objectif économique et social proche, à savoir le soutien d’une dynamique économique de développement local et d’intégration sociale, il importe de souligner leur grande diversité, reposant sur un projet politique, une conception monétaire, une logique économique, ou encore des relations avec les autorités publiques, à chaque fois spécifiques (Blanc, 2002, 2006 ; Lietaer et Kennedy, 2008 ; Rizzo, 2003 ; Schuldt, 1997). Ce qui est proposé ici est de soumettre cette question théorique à un cas concret, celui des « clubs de troc »et de voir si, en dépit de l’absence de convertibilité officielle, il existe des rapports entre la monnaie alternative des clubs et la monnaie officielle et, si oui, de quelle nature. Autrement dit, est-ce que les « clubs de troc » peuvent fonctionner réellement comme des espaces monétaires privés cloisonnés et indépendants, ou bien ont-ils besoin de nouer, malgré tout, un certain type de rapport avec le système monétaire officiel ?

4Dans ce qui suit, on montrera que, malgré la volonté des fondateurs des « clubs de troc » de créer des espaces monétaires autonomes au système monétaire officiel, en réalité, la monnaie privée ne peut pas se passer de la monnaie officielle. Tant pour justifier la création du credito et son acceptation que pour le rendre opérationnel dans ces espaces marchands privés, le micro-système monétaire credito est fondamentalement arrimé au macro-système monétaire officiel peso. Le credito noue, on le verra, avec le peso quatre types de rapports : un rapport idéologique, un rapport politique, un rapport symbolique, et, enfin, un rapport de dépendance avec le peso pour la pratique des échanges au sein des « clubs de troc ». Chacun de ces rapports fera l’objet d’une section. Les résultats de ce travail sont le fruit, d’une part, d’une analyse des discours des principaux acteurs des « clubs de troc » concernés (fondateurs, médias, institutions publiques, participants…) depuis 1995 ; d’autre part, d’une enquête de terrain menée dans une vingtaine de clubs dans la province de Buenos Aires, pendant la période 2005-2008, qu’il s’est agi de comparer ensuite avec les résultats d’enquêtes et les conclusions d’autres chercheurs, obtenus en lieux et périodes distincts sur l’ensemble du territoire national.

1. Quand la monnaie « abondante » chasse la monnaie « excluante »

  • 6  Les fondateurs et responsables de clubs présentent la dimension solidaire de leur projet dans Hint (...)

5Le premier rapport qui lie la monnaie privée au peso est de type idéologique. L’analyse de la genèse du credito révèle en effet que sa création est justifiée par les fondateurs des « clubs de troc » comme une alternative aux limites de la monnaie officielle qu’ils jugent « excluante ». La monnaie privée va ainsi être définie par ses fondateurs dans un rapport d’opposition radicale (ou de rupture) à la monnaie nationale. Et ce rapport de différenciation idéologique est d’autant plus marqué que cette nouvelle monnaie est au cœur de leur projet de construction d’un système économique alternatif dit « solidaire »6.

  • 7  Ravera dans Clarín, Ecos del Mar, août 2000.

6Le projet des trois fondateurs des « clubs de troc » – Horacio Covas (chimiste), Rubén Ravera (bibliothécaire) et Carlos de Sanzo (psychologue) – part d’une critique du capitalisme actuel qui ne laisserait libre cours qu’au développement de rapports marchands et monétaires mus par la concurrence, l’intérêt, la cupidité et l’égoïsme. Ainsi, nous explique Horacio Covas : « Le système dominant a fait des ressources les plus élémentaires, travail, nature et symbole cohésif (argent originel), des marchandises qui servent pour gagner de l’argent, grâce à l’empire de la valeur d’échange sur la valeur d’usage. Prolifèrent ainsi l’ambition, l’avarice, l’égoïsme et la loi du plus fort » (Covas, 1999, p. 2). Ce système économique, régi par le Marché qui ne cesse de dévaloriser la force de travail, conduirait alors à l’exclusion sociale et à l’extension de la pauvreté du plus grand nombre. La monnaie telle qu’elle s’exprime dans les économies capitalistes contemporaines est présentée par les fondateurs comme l’un des principaux maux de la société, l’objet qui corrompt les « valeurs humaines ». Le projet des « clubs de troc » consiste alors à construire d’autres types d’échanges marchands qui respecteraient pleinement la valeur travail et d’autres valeurscomme la « solidarité », la « self-esteem », le « partage », la « réciprocité » (cf. annexe 1). Pour ce faire, le credito joue un rôle de premier plan pour les fondateurs, puisqu’il est présenté comme l’opérateur du changement des rapports économiques. En effet, nous disent-ils : « Le credito est l’unité qui nous permet de reconceptualiser la valeur que nous donnons à chaque produit, c’est une monnaie dont l’adossement n’a rien à voir avec l’argent, l’argent a son propre adossement et sa propre logique, le credito, lui, a un adossement lié à la dignité, la vertu et la production des milliers de personnes qui aujourd’hui échangent dans le réseau global de troc7». Aussi, à l’inverse du Marché, les « clubs de troc », grâce aux valeurs qui y sont véhiculées et notamment à la prise en compte de la valeur travail dans la fixation des prix des biens, conduiraient à l’abondance économique et au bien-être social. C’est pourquoi, à l’opposé de la monnaie officielle jugée « excluante », le credito serait une monnaie « accessible à tous ».

7L’accessibilité de cette monnaie privée est en effet liée, selon les fondateurs, à trois caractéristiques spécifiques qui la distinguent de la monnaie nationale. La première de ses caractéristiques serait d’être une monnaie « donnée » dès le départ. Lors de leur adhésion au « club de troc », les nouveaux membres reçoivent une dotation de 50 creditos. Cette dotation correspondrait à une avance gratuite en capital nécessaire pour lancer le processus de production. En effet, nous expliquent-ils : « Les creditos entrent dans le système à travers une distribution équitable entre les membres du réseau comme un prêt sans intérêt, avec pour obligation de fournir comme minimum des biens et des services pour un montant équivalent à celui reçu et de rendre ce montant en cas d’abandon du système8». Néanmoins, les fondateurs oublient de préciser que pour recevoir ces premiers creditos, les nouveaux membres doivent verser une certaine cotisation en pesos lors de leur adhésion au club. Ce n’est qu’en contrepartie de ces frais d’inscription qu’ils reçoivent leur carte de membre et les creditos initiaux. Aussi, si la monnaie privée est « donnée » au départ, elle l’est moyennant un paiement en monnaie officielle !

8Si l’on fait abstraction de la soi-disant gratuité des premiers creditos, par la suite, nous disent-ils, il est très facile de s’en procurer davantage. Il suffit pour cela de produire des biens ou de proposer des services aux clubs. La vente de ces biens ou services permet alors d’obtenir de nouveaux creditos. Autrement dit, il suffirait d’activer sa force de travail pour créer de la richesse et en tirer de la monnaie credito. La monnaie étant l’expression des richesses produites, la règle monétaire se déduit de ce qui précède : « le circulant et la liquidité augmentent en fonction de l’augmentation de la richesse individuelle et collective » (Pautas, 1999, p. 3). Néanmoins, pour que la monnaie soit vraiment accessible à tous, encore faut-il ajouter une condition, nous précisent les fondateurs. Les participants doivent être à la fois des producteurs et des consommateurs. Ce double comportement économique est illustré par le terme « prosommateur » (dérivé de producteur-consommateur) que les fondateurs reprennent à Alvin Toffler (1980), pour qualifier les membres des « clubs de troc ». Ce double comportement impose, poursuivent-ils, que la monnaie circule et ne soit pas stockée. Autrement dit, et on en vient à la deuxième caractéristique du credito, contrairement au peso, elle doit être considérée par les membres des clubs seulement comme un moyen et non comme une fin des échanges. En effet, affirment-ils, dans une nuance subtile, le credito est « unité de valeur mais pas une valeur » (Covas et al., 1998, p. 13). La seule valeur que détient cette monnaie, qualifiée de « bon d’escompte » (Covas et al., 1998, p. 18) ou de « valoir », serait celle d’être un intermédiaire des échanges : « Les valoirs sont une expression numérique pour ordonner et quantifier les échanges non lucratifs, n’ayant pas plus de valeur en soi que celle de faciliter les relations de solidarité dans la production et la distribution des biens et des services » (Pautas, 1999, p. 10). C’est d’ailleurs pour remplir la fonction d’intermédiaire des échanges qu’elle aurait été créée. Le volume des transactions et le nombre de participants dans les « clubs de troc » étaient devenus trop importants, rendant alors impossible la poursuite des échanges qui se déroulaient jusque-là en nature (Covas et al., 1998). D’où l’appellation originelle de ces espaces comme clubs de « troc ». À partir de 1997, le credito n’est plus seulement une unité de compte mais devient aussi un intermédiaire des échanges à travers l’émission d’une monnaie-papier.

  • 9  On pense en particulier aux modèles de prospection monétaire et aux travaux de Kiyotaki and Wright (...)
  • 10  Il faut citer en particulier les travaux suivants : Aglietta et Orléan (1982), Innes (1913), Davie (...)

9D’un point de vue théorique, il est frappant de constater que la conception monétaire des fondateurs rejoint celle de la théorie économique classique et néoclassique sur deux points, et ce alors que la première approche se veut aux antipodes idéologiques de la seconde. Le premier point en commun est de considérer la fonction d’instrument des échanges comme étant la fonction la plus importante de la monnaie. Aussi, la seule valeur qui lui est reconnue est celle de faciliter les échanges. Outre cette même conception instrumentale de la monnaie, le deuxième point commun entre ces deux approches repose sur la manière de justifier historiquement l’invention de la monnaie : au commencement était le troc, la monnaie serait ensuite apparue afin de dépasser le fameux problème de la double coïncidence des besoins. Autrement dit, la monnaie serait une invention de l’économie marchande permettant de dépasser les échanges en troc. Il faut bien voir qu’une telle genèse de la monnaie est parfaitement conforme à leur conception préalable de la monnaie. Si la monnaie est définie comme un pur objet économique, un instrument des échanges, alors sa genèse répond à un modèle entièrement fonctionnaliste : il y a un problème pour ainsi dire logistique à régler, on invente le dispositif adéquat. Ce dépassement de la double coïncidence des besoins est un classique en économie pour expliquer l’apparition de la monnaie. Il est déjà présent chez Smith (1776) et persiste aujourd’hui dans les modèles standards de théorie monétaire9, et ce malgré un large consensus entre historiens, anthropologues, économistes et sociologues de la monnaie pour réfuter cette genèse historique de la monnaie10.

  • 11  Silvio Gesell (1862-1930) écrit L’ordre économique naturel en 1906. Son portrait est dessiné sur l (...)
  • 12  La Nacion, 23 août 2002. Les mêmes propos sont tenus par Carlos de Sanzo dans (Cronica, 23 août 20 (...)
  • 13 Clarín, Ecos del Mar, août 2000. Les fondateurs parlent dès 2000 de ce projet d’oxydation du credit (...)

10La référence maintenue au terme de « troc » pour qualifier les clubs et les échanges marchands (« troc multiréciproque ») qui s’y déroulent, malgré l’utilisation des billets creditos comme intermédiaire des échanges, peut être interprétée comme une volonté de la part des fondateurs d’insister sur le fait que la finalité des échanges dans les clubs est bien d’échanger des biens contre d’autres biens et non des biens contre de la monnaie. Aussi, le credito ne doit pas être désiré pour lui-même mais pour faciliter les échanges. Son accumulation est d’ailleurs sanctionnée dans la pratique, à partir de 2003. En effet, s’inspirant de l’approche monétaire de l’économiste Silvio Gesell11, les fondateurs des « clubs de troc » soumettent leur monnaie privée au principe de l’oxydation monétaire. Ce principe est explicité sur le dos des billets creditos, et fonctionne de la manière suivante : tous les ans, de nouveaux billets sont émis, les anciens étant échangés contre les nouveaux mais avec une décote annuelle progressive et variant avec le montant des creditos à échanger. Ainsi, pour un montant de billets supérieur à 50 creditos, la décote est de 12 % ; mais pour un montant de 1 000, la décote passe alors à 33 %. Celle-ci peut aller jusqu’à 90 % pour ceux qui souhaitent échanger plus de 5 000 creditos. La finalité recherchée est simple, nous explique Rubén Ravera, l’un des fondateurs des clubs : « décourager l’accumulation des creditos et ainsi promouvoir la circulation des bons12». Compte tenu de cette règle monétaire, le prosommateur devra faire un choix : « ou consommer ce que les autres produisent et activer ce marché, ou perdre la valeur de son credito, alors les gens vont préférer être solidaires et consommer ce que les autres produisent13».

  • 14  Horacio Covas, Su dinero personal, 10 janvier 1997.
  • 15  Journal « Réseau global de troc », p. 9, 8 mars 2002.

11La troisième caractéristique du credito découle de tout ce qui vient d’être dit. Selon les fondateurs, comme chaque participant consomme autant qu’il produit, les échanges sont dits « réciproques ». La réciprocité serait donc le principe qui régit les rapports marchands dans les « clubs de troc ». Horacio Covas n’hésite pas à parler même de don : « En réalité, c’est un modèle de don, on l’appelle troc pour le présenter d’une certaine manière mais c’est un échange multiréciproque ; la réciprocité est le soutien de tout cela. Ici il n’y a pas de lucre démesuré, ni de chefs, ni de concurrence, chacun a besoin de l’autre […] notre éthique est que tous peuvent participer, il n’y a pas d’exclusions14 ». Parce qu’il n’exclue personne et profite à tous, le « club de troc » correspondrait à « un marché social. […] C’est un marché dans lequel ce qui est recherché est que tous gagnent15». Le caractère social de ce marché serait intrinsèquement lié à la spécificité de la monnaie credito elle-même qualifiée de « sociale ». En effet, nous expliquent les fondateurs, le credito « est une monnaie sociale parce qu’elle bénéficie à tous et évite les déviations faisant souffrir notre société à travers l’inflation et les intérêts, et qui sont le produit de l’accumulation monétaire» (Pautas, 1999, p. 4). Sur ce point, il importe de souligner que cette conception monétaire est proche de celle des partisans des monnaies communautaires telle qu’elle s’exprime au sein du mouvement politique du guild socialism au début du xxe siècle en Grande-Bretagne et parmi les communautaristes (Ingham, 2002). En effet, pour ces derniers, la monnaie communautaire permettrait de libérer le capital humain des individus, opprimé dans les économies capitalistes.

  • 16  Lire Powell (2002), Leoni (2003), González Bombal and Leoni (2003).

12On peut se demander si les « clubs de troc » ont été perçus par les participants comme une alternative sociale militante. En réalité, la majorité des membres rejoint les clubs d’abord par nécessité économique. Plusieurs éléments conduisent à soutenir une telle conclusion. Un premier indicateur de cette faible adhésion au projet idéologique tient au fait que la croissance du nombre de participants est exponentielle au moment même où les désaccords internes aux clubs, entre les dirigeants, atteignent leur niveau paroxysmique (2001-2002). En outre, l’évolution du nombre de participants dans les clubs est corrélée à la conjoncture économique : la forte croissance des nouveaux adhérents correspond à la période où la crise atteint son plus haut niveau. À l’inverse, on observe qu’à mesure que la conjoncture économique s’améliore, les acteurs retournent sur le marché formel, pour ceux qui le peuvent, et se détournent définitivement des clubs. Enfin, un dernier élément doit être mentionné : l’ensemble des entretiens et des monographies réalisées par les chercheurs à propos de clubs et de périodes distincts, convergent pour montrer la faible adhésion, voire l’absence totale d’adhésion dans certains cas, des participants aux discours des fondateurs16. Les « clubs de troc » sont ainsi essentiellement perçus comme des espaces d’échanges économiques de biens et de services payés en creditos par défaut d’un accès au marché formel.

2. Des puissances monétaires privées en quête d’un pouvoir monétaire privé officiel

13Il faut aborder à présent un deuxième type de rapport qui se noue entre le credito et la monnaie officielle, à savoir un rapport politique, c’est-à-dire un rapport d’affirmations contradictoires de puissances monétaires. Par l’acte de créer leur propre monnaie, les « clubs de troc » désignent en effet un espace de contestation du monopole de la souveraineté monétaire par une puissance unique. Autrement dit, ils correspondent à un espace d’affirmations de puissances monétaires privées qui s’imposent pour affirmer que leur monnaie credito est l’expression absolue de la valeur au sein des clubs. Davantage encore : on verra qu’une confrontation de puissances autour de la monnaie s’observe à un double niveau : d’une part, une contestation en quelque sorte externe de la souveraineté monétaire officielle, celle du peso, par la monnaie des clubs, le credito ; mais également, d’autre part, une contestation interne à travers le rejet du credito comme unique monnaie des clubspossible. Aussi, d’un point de vue théorique, la création de cette monnaie privée peut être analysée comme l’expression de ce que Frédéric Lordon et André Orléan appellent « la conflictualité primaire » (Lordon et Orléan, 2008) dans leur modèle spinoziste de la genèse agonistique de la monnaie, à savoir « le fait que constamment certains groupes, y compris à l’intérieur des espaces nationaux, vont chercher à encourager une expression autonomisée de la valeur économique pour échapper aux contraintes que la norme monétaire centrale propage » (Orléan, 2009, p. 39).

14Par l’utilisation de leur propre monnaie, alternative au peso, les fondateurs revendiquent avec les « clubs de troc » un espace de souveraineté monétaire privé. Néanmoins, ils ont conscience qu’indépendamment de tout projet, de tout contenu idéologique, l’apparition d’une puissance monétaire privée est un problème pour le pouvoir monétaire officiel. Cependant, pour pouvoir exister, les fondateurs, émetteurs de cette monnaie privée, ont besoin d’une reconnaissance officielle, fusse sous la forme minimale de la tolérance. Comment vont-ils alors se comporter dans ce rapport de puissance ?

15Pour légitimer leurs pratiques auprès des institutions publiques officielles, ils vont d’abord chercher à convaincre que les « clubs de troc » correspondent à des espaces marchands complémentaires au marché formel. Ainsi, nous dit Horacio Covas : « Sans aucun doute, l’image qui me plaisait le plus était un diagramme de flux avec l’interaction entre le club, les autres institutions et les organismes comme les municipalités, les entreprises, les producteurs agraires, les commerçants, l’État et le marché extérieur […] Un club intégré au reste de la société qui ne provoquait pas d’impact adverse sur les autres acteurs économiques et sociaux » (Covas et al., 1998, p. 17). Ils affichent leur volonté d’interagir avec les autres institutions publiques et les entreprises, et refusent d’être assimilés à un mouvement utopique contestataire : « Nous devons optimiser les relations que nous établissons avec les différentes institutions pour que ne se développe pas le mensonge que le Réseau global de troc est un mouvement alternatif, hippie ou New Age » (Covas et al., 1998, p. 13). Les fondateurs s’appuient sur une argumentation très économique pour convaincre : « Le marché formel semble s’être rendu compte qu’il n’y avait pas de concurrence déloyale, mais bien tout le contraire : ce n’est pas un jeu à “somme nulle” mais un jeu “gagnant-gagnant”, puisque ce que les gens économisent “en troquant” dégage une quote-part disponible à utiliser sur le marché formel » (Covas et al., 1998, p. 5).

16Parallèlement à cette quête de légitimité, les fondateurs prouvent leur sérieux en se lançant dans un processus d’institutionnalisation des « clubs de troc ». Ces derniers sont structurés autour du « Réseau global de troc» (RGT) – « global » car le RGT, nous précisent-ils, se veut une réponse à la « globalisation »… En outre, l’institution RGT rédige sa « Déclaration de principes » (cf. annexe 1) qui stipule les principes moraux et pratiques que tout membre du Club doit respecter. Le Réseau global de troc propose en outre une formation aux nouveaux membres afin de les informer des règles de fonctionnement internes et leur communiquer ce que l’on pourrait appeler « l’esprit » de la pratique. Cette institution se dote, enfin, d’une direction centrale nommée le « Conseil consultatif du PAR17 » (avec à la tête les trois fondateurs des clubs), chargée de l’émission du credito. Les foires, qui correspondent aux lieux où se réunissent les participants des clubs pour procéder aux échanges, elles aussi, reposent sur un dispositif très structuré : avec personnel, horaires et lieu fixes, cartes d’adhérent, règles d’échange, etc. L’accroissement du nombre de clubs dans la province de Buenos Aires devient si important que le RGT sera contraint de s’organiser, à son tour, en réseaux, selon les zones géographiques. La province de Buenos Aires est alors découpée en quatre zones : le Sud, l’Ouest, le Nord et la capitale. À partir de 1999, les responsables du PAR mettront également en place ce qu’ils appellent une « franchise sociale18 » : il s’agit, selon eux, d’un « kit » pour les personnes souhaitant ouvrir un club, comprenant, pour l’essentiel, les éléments suivants : les gilets et les manuels de formation pour les coordinateurs des clubs, et les cartes d’adhérents au RGT, et surtout les billets creditos émis par le RGT.

17Cependant, à partir de 2000, l’institution RGT ne fait plus l’unanimité. Une contestation interne est également à l’œuvre concernant le monopole local de l’émission monétaire au sein des clubs par le « Conseil consultatif du PAR ». En effet, certains responsables de clubs souhaitent, eux aussi, devenir des puissances monétaires privées et disposer de leur propre monnaie. Les responsables du PAR commencent à être critiqués pour leur gestion monétaire (trop de billets seraient en circulation). En outre, les coûts de seigneuriage sont jugés trop élevés : les coûts d’entrée aux foires sont, à cette époque, d’un à deux pesos par participant, et serviraient à financer les frais d’impression des billets. Or les coûts réels sont estimés à vingt centimes par participant. Enfin, la franchise sociale est perçue, quant à elle, comme ce qu’on pourrait qualifier de « négoce » monétaire rentable puisque les 50 creditos acquis auprès du RGT pour 2,2 pesos par les coordinateurs de clubs seraient par la suite revendus aux participants jusqu’à cinq pesos selon les clubs.

  • 19  Dans Hintze (2003), certains fondateurs des nouveaux Réseaux reviennent sur les raisons de leur ru (...)
  • 20  Ces quatre expériences sont présentées notamment dans Plasencia et Orzi (2007).

18Ces désaccords profonds sur la question monétaire précipitent la rupture institutionnelle d’un grand nombre de clubs avec le Réseau global de troc19. L’ancienne zone ouest du RGT prend son indépendance en 2000 pour former le « Club de troc de la zone ouest» (Sampayo, 2003) ou « Réseau de Troc de la Zone Ouest » (RTZO), avec Fernando Sampayo à sa tête. En avril2001, les clubs encore affiliés au RGT se scindent en deux groupes : certains restent rattachés au RGT ; d’autres rejoignent le nouveau « Réseau de Troc solidaire » (RTS), avec pour chef de file Heloisa Primavera. Quant aux clubs de provinces, ils opteront progressivement pour leur autonomie : de nouveaux clubs et des Réseaux indépendants, de taille beaucoup plus modeste (en termes de nombre de participants), voient le jour, reposant par ailleurs sur des projets hétérogènes, et connaîtront un certain succès. On pense par exemple au « Réseau Mar y Sierras du Troc solidaire» à Mar de Plata dans la province de Buenos Aires ; à l’expérience du groupe d’économie naturelle de Venado Tuerto (Abramovich et Vázquez, 2007) dans la province de Santa Fe ; au Centre eucuménique Poriajhú à Capitan Bermúdez dans la province de Santa Fe ; ou encore à l’expérience de la Coopérative scolaire et de la banque d’heures communautaire à Capilla del Monte dans la province de Cordoba20. On voit ainsi fleurir des « clubs de troc » et des réseaux, indépendants et hétérogènes, mus par le projet de construire un marché d’échanges et un système monétaire local, et qui seraient régis par des règles et des principes de fonctionnement reposant sur une base davantage « sociale », « solidaire » ou encore davantage « démocratique » que celle du RGT. Ce délitement de l’institution RGT s’accompagne de la création d’une multitude de monnaies, émises par les responsables de ces nouveaux réseaux et clubs indépendants. Néanmoins, la prolifération de ces monnaies appelle deux remarques : d’une part, même si les responsables des clubs rompent avec le RGT, les creditos anciennement émis par cette institution continuent le plus souvent à y être acceptés, au moins à court terme. D’autre part, il importe de souligner que les nouvelles monnaies, créées par les réseaux ou les clubs, conservent pour la plupart la même appellation (« credito »), même s’il s’agit de monnaies différentes (billets différents) et non convertibles entre elles, tentant par là de conserver quelque chose du capital symbolique de la « première » monnaie des clubs. La rivalité entre les réseaux (RGT, RTZO, RTS…) va être proportionnelle à l’activisme de certains d’entre eux pour se faire reconnaître, officiellement, comme puissance monétaire privée par le champ politique institutionnel. En mai 2002, le RGT et le Club de troc de la zone ouest déposent en effet un projet de loi de réglementation du troc « visant à établir les bases juridiques et institutionnelles pour l’organisation, la promotion et l’encouragement des réseaux de troc» (Congreso, 2002). L’article 12 de ce projet de loi propose la création d’un « Registre des réseaux » qui sera géré par un organisme désigné par le pouvoir exécutif et chargé de réglementer les réseaux reconnus. L’article 13, lui, propose la mise en place d’un « Registre de la monnaie sociale » dans laquelle les réseaux, qui devront désormais se constituer comme personnalité juridique, auront pour obligation d’inscrire et d’enregistrer l’entité responsable de l’émission monétaire. Dans ce projet de loi, le nom générique donné à la monnaie des clubs est le « credito », excluant alors toutes celles qui se dénommeraient autrement. Sans surprise, les autres réseaux, notamment le Réseau de Troc solidaire, percevront ce projet de loi comme une menace de marginalisation ou d’absorption par les réseaux porteurs de cette initiative.

  • 21  Article 30 de la carte organique de la Banque centrale de la république d’Argentine. Cette référen (...)

19D’un point de vue monétaire, les fondateurs chercheront à rassurer les autorités monétaires officielles et à ne pas se mettre hors la loi. Ainsi, écrivent-ils dans le manuel officiel donné aux membres lors de leur adhésion au Réseau global de troc : « L’utilisation des creditos pour faciliter les opérations d’échanges de biens et de services au sein du Réseau global de troc est une initiative responsable et respectueuse des lois en vigueur » (Pautas, 1999, p. 10). Il faut rappeler en effet que seule la Banque centrale de la république d’Argentine détient le monopole de l’émission monétaire sur le territoire national, et interdit explicitement la possibilité à d’autres puissances, privées ou publiques (provinces, municipalités), d’émettre des moyens de paiement susceptibles d’être utilisés comme monnaie : « Aucun autre organe du gouvernement national, ni les gouvernements provinciaux, les municipalités, les banques et toutes autres institutions, ne pourront émettre des billets ni des monnaies métalliques ni d’autres instruments susceptibles de circuler comme monnaie21». Dans la réalité, ce monopole va être contesté par l’émission de deux types de monnaies alternatives – les monnaies provinciales (Théret et Zanabria, 2009 ; Zanabria, 2007), les monnaies creditos. Néanmoins, seules les monnaies provinciales vont être ex post reconnues comme légitimes par la Banque centrale puisque celle-ci procèdera à leur rachat en été 2003, reconnaissant par cet acte leur convertibilité officielle. Les creditos, quant à eux, ne feront l’objet d’aucune attention de la part de la Banque centrale ni de la part des autorités publiques. Plus généralement, il importe de préciser que les « clubs de troc » ne recevront qu’une reconnaissance assez limitée de la part des autorités publiques. Ils sont essentiellement perçus comme une alternative économique dans un contexte où l’État n’a pas les moyens de gérer la profonde crise sociale du moment. Leur reconnaissance, exclusivement de nature symbolique (et non matérielle ni ouvrant à des droits quelconques), de la part des pouvoirs publics, se mesure très concrètement par des actions telles que l’organisation des « Journées du troc multiréciproque » (une en 1997, l’autre en 1998), à l’initiative du Secrétariat de la promotion sociale et du RGT, et la mise en place d’un Programme d’aide au troc. Les clubs vont être également reconnus d’ « intérêt municipal » dans certaines villes ou villages comme à Quilmes, Palpala, San Salvador, voire même d’ « intérêt provincial » dans les provinces de Cordoba, Mendoza, Jujuy... On peut également mentionner l’accord signé en décembre 2000 entre le secrétariat aux PME et le RGT pour promouvoir les « clubs de troc » sur tout le territoire national comme outil pouvant soutenir les petits entrepreneurs.

  • 22  Extrait du projet de loi est accessible dans le journal « Club del trueque zona oeste », n° 12, av (...)
  • 23  Malgré le changement d’unité de compte, les participants continuent de parler et de fixer leurs pr (...)
  • 24  Pour qualifier la nature du credito, les fondateurs des clubs parleront tantôt de « monnaie » tant (...)

20Dans ces conditions, on comprend que les fondateurs adoptent un profil bas devant les pouvoirs publics… quitte à nier, quand il le faut, le caractère monétaire du credito. Ainsi par exemple, ils n’hésitent pas à déclarer que le credito n’est pas un moyen de paiement et n’a aucune validité juridique : « Les creditos utilisés dans le Réseau global de troc […] n’ont aucune validité ni de conséquences juridiques. Ils ne sont pas non plus une promesse ni un moyen de paiement, n’ont pas de force compensatoire » (Covas et al., 1998, p. 13). Ceci sera à nouveau spécifié en mai 2002 dans le projet de loi de réglementation du troc qu’ils soumettent au Parlement visant à établir les bases juridiques et institutionnelles des « clubs de troc » (Congreso, 2002). L’article 3 de ce projet qualifie le credito de « valoir » : « le valoir […] est un signe représentatif de valeur seulement pour les adhérents des clubs de troc, non convertible avec la monnaie en circulation22». Les changements opérés sur les billets, à partir de 2004, témoignent par leur tonalité, beaucoup plus formelle, de leur souci de se protéger juridiquement. En effet, sur les billets sera supprimée à présent toute référence monétaire pour qualifier le credito, et seront mentionnées ses restrictions d’usage. Si sur les billets édités en 2003 le credito était qualifié de « monnaie sociale », ce ne sera plus le cas à partir de l’année suivante où il sera défini dorénavant comme « bon d’escompte » (« bono de descuento »). En outre, il sera à présent formellement mentionné sur les billets que le credito n’est pas convertible ni négociable contre une monnaie de cours légal. Son caractère soit disant non monétaire sera poussé davantage à l’explicite, à partir de 2005, par le changement du nom de l’unité de mesure sur le billet : à la place de « credito », on parle désormais de « troc » pour désigner la nouvelle unité conventionnelle d’escompte23. Ainsi, sur le verso du billet d’un credito, on ne lit plus « ceci vaut un credito » mais «ceci vaut un troc ». Mais il ne faut pas s’y tromper. Le terme « valoir », « bon d’escompte » au lieu de celui de « monnaie » a clairement pour finalité, de ménager le statut et les prérogatives de la monnaie officielle, contrepartie difficilement évitable d’une reconnaissance légale24.

3. Une confiance dans le credito gagée sur la monnaie officielle

21Si pour faire être tolérés par les autorités officielles, les fondateurs des « clubs de troc » sont contraints de dissocier le credito du peso et d’aller jusqu’à nier son caractère monétaire ; pour fonder la confiance dans leur monnaie et faciliter son acceptation auprès des participants, au contraire, ils ne cessent d’opérer, comme on va le voir, des rapprochements entre ces deux monnaies. En effet, le système monétaire credito est dépendant du système monétaire national et va, pour persister dans son être, jusqu’à capter la puissance symbolique de cet ordre. Et, ce besoin de la monnaie privée d’emprunter aux référents de la monnaie officielle se manifeste autant en régime qu’en période de crise.

22En régime, tout d’abord, l’emprunt au peso renvoie à la relation d’équivalence qu’établissent les fondateurs entre ces deux monnaies, dès le départ, pour décréter la valeur du credito : ils posent en effet que celui-ci vaut un peso. Il ne s’agit nullement d’une convertibilité officielle, légale, puisque la convertibilité est une pratique formellement prohibée par les règles du club. Cette relation d’équivalence entre le credito et le peso n’est donc pas un rapport de convertibilité mais plutôt un simple rapport de conversion, donc limité au registre de l’unité de compte, et par laquelle les participants ramènent la valeur de leur credito au référent peso. Au demeurant, il importe de préciser que ce rapport de conversion entre unités de compte, initialement fixé à la parité par les fondateurs, a connu par la suite des variations et même dans des proportions considérables, à partir de 2001. Le rapport en vigueur dans les clubs va en effet évoluer selon la dépréciation progressive du credito et la qualité et quantité variables des biens proposés dans les foires. À titre d’exemple, en novembre 2005, dans le club « El comedero », où sont majoritairement proposés à l’échange des biens d’occasion et trop peu de produits alimentaires de base, le rapport entre ces deux unités de compte était de un à mille (1 peso = 1000 creditos). À l’inverse, dans les clubs proposant des produits de base et des biens neufs, le rapport entre le credito et le peso était moins distendu.

23On l’aura compris : cette relation d’équivalence entre ces deux monnaies n’implique pas de convertibilité légale mais une convertibilité symbolique. Les fondateurs prennent d’ailleurs le soin de le préciser à de multiples occasions, comme sur le dos des billets à partir de 2004, ou encore dans le manuel officiel du troc du RGT : «Bien qu’il y ait des coïncidences avec des étalons de mesure externes dans le calcul des équivalences dans les échanges, le parallélisme nominal n’implique aucune convertibilité avec un quelconque type d’argent ou de valeur » (Pautas, 1999, p. 10). Cependant, même si cette convertibilité n’est que symbolique, elle s’avère, d’un point de vue pratique, indispensable. Elle permet, de donner des repères aux participants, pour fixer les prix et échanger dans les clubs. C’est ainsi d’ailleurs que les fondateurs des « clubs de troc » justifient l’utilisation de cette relation d’équivalence qu’ils instaurent : «L’utilisation d’un étalon externe ou d’une référence à une monnaie donnée a pour seul but d’avoir un indicateur servant de guide pour assurer l’équité dans les échanges » (Covas et al., 1998, p. 14). Ce rapport entre les deux monnaies joue effectivement dans les têtes de tous les participants. Ceci ressort notamment dans les entretiens réalisés dans les différents clubs étudiés. Quand on leur demande comment ils font pour fixer le prix d’un bien, les participants expliquent qu’ils se basent sur son prix en monnaie officielle qu’ils transforment ensuite selon la règle de conversion credito/peso du moment, avec en plus une prise en charge de la rareté de ce bien dans ces espaces marchands privés. Aussi, d’un point de vue théorique, seule la monnaie officielle demeure la véritable unité de compte pertinente au sein de ce micro-système monétaire, le credito ne constituant qu’une unité de compte subordonnée.

  • 25  Clarín, 24 juin 2002.
  • 26  Un village à 200 km de Mendoza Capitale.
  • 27 Atlantico, 4 octobre 2002, Mar de Plata.

24L’emprunt symbolique au peso est indispensable en régime, il le sera davantage encore pour surmonter la crise de confiance qui s’abat durement sur la monnaie privée au moment même où la fréquentation des « clubs de troc » atteint son niveau le plus haut. À partir de juin 2002, des problèmes de falsification des billets creditos commencent en effet à être recensés ici et là. De l’aveu même des responsables du RGT, 30 % des creditos qui circulent au sein des « clubs de troc » seraient faux25. Deux premiers cas de falsification parviennent à être démantelés, au cours de ce mois, par la brigade du département de recherche des fraudes économiques de la police fédérale : le premier concerne l’arrestation de cinq personnes à San Martin (province de Buenos Aires), en possession de 550 planches de billets du RGT, pour une valeur de 168 000 creditos ; une deuxième arrestation a lieu à Desaguadero (province de Mendoza26), impliquant deux hommes avec cette fois un million de faux creditos. Un troisième cas sera révélé, un mois plus tard à peine, le 6 juillet 2002, par la Délégation des délits complexes de la police fédérale de Buenos Aires : celle-ci procèdera à l’arrestation de six personnes qui possédaient 2 250 000 creditos falsifiés. Mais ces arrestations ne vont pas suffire à contenir le problème. Une très grande quantité de billets falsifiés circule déjà au sein des clubs. La situation se dégrade en effet terriblement en l’espace de quelques mois : en octobre, les fondateurs estiment que 90 % des creditos en circulation seraient faux à présent27. Les conséquences ne se font pas attendre. La surabondance de liquidités, dans un tel contexte de discrédit porté à la valeur nominale de cette monnaie, a un double effet qui enferme les clubs dans un cercle vicieux : d’une part, elle conduit au retrait massif du nombre de ses participants, provoquant alors une contraction du volume des biens sur ce marché ; d’autre part, la surabondance de circulant, doublée d’une chute de l’offre de biens, engendrent alors, à leur tour, une hausse très importante des prix et une fuite encore plus prononcée des participants.

  • 28  Clarín, 13 juin 2002.
  • 29  Le journal Clarín datant du 22 août 2002 relate cette réunion officielle.

25Pour tenter de faire face à cette crise de confiance dans la valeur du credito, les fondateurs réagissent, dès les premières arrestations, en annonçant leur intention de remédier à la falsification des billets. Ils procèderont disent-ils le plus rapidement possible « en l’espace de 20 jours28 », à l’échange de l’ensemble des billets par de nouveaux qui seront dorénavant infalsifiables. Et, pour rétablir la confiance dans ce nouveau billet, les fondateurs cherchent une nouvelle fois à arrimer le credito au peso. Ils multiplient en effet les déclarations dans la presse nationale et provinciale pour informer que le nouveau billet sera doté de nouvelles normes de sécurité similaires en matière d’impression à celles de la monnaie officielle (cf. annexe 2) : marque d’eau ; microlettres ; impression dans une teinte invisible (seulement visible à la lumière ultraviolette) ; fil de sécurité ; teinte optique variable (les points de couleur changent de couleur à la lumière ultraviolette) ; numérotation, etc. Le nouveau billet est présenté, le 10 juillet 2002, dans le journal national Clarín, puis dans les autres principaux journaux du pays. Il est commenté à la loupe afin de montrer toutes les nouvelles normes de sécurité qu’il respecte : tous les aspects techniques le rendant infalsifiable sont longuement explicités au lecteur. Pour rassurer davantage, les fondateurs informent, le 22 août 2002 lors d’une conférence de presse29 qu’ils tiennent au célèbre café Tortoni de Buenos Aires, que chaque participant pourra lui-même, en cas de doute, s’assurer de l’authenticité des billets grâce à la distribution gratuite d’un « validateur » (« validador ») qui lui permettra de lire sur le dos du billet les deux bandes ayant une trame codifiée : dans la première, on pourra y lire « sert à produire », la deuxième indiquera l’année d’édition du billet. En plus de la création d’un nouveau billet, de nouvelles dispositions devraient être prises pour sécuriser également les échanges dans les « clubs de troc ». En effet, ils annoncent qu’ils procéderont à la réinscription de tous les membres des clubs. Lors de l’échange de billets, un carnet d’identification (une sorte de passeport) sera donné à chaque membre sur lequel figureront photo et informations personnelles. Par la suite, nous disent les fondateurs, cette carte devra passer dans un lecteur optique à l’entrée de la foire (précisons que ce projet de haute technologie ne verra pas le jour). Cependant, tout ceci ne suffira pas à convaincre les participants de rester dans les « clubs de troc ». La falsification des creditos, couplée avec l’hyperinflation, fait fuir rapidement et définitivement la majorité des participants. Seuls ceux qui n’ont pas d’autre alternative, continuent d’y recourir mais par nécessité (Lescaro et al., 2001 ; Luzzi, 2005 ; Pearson, 2003).

4. La monnaie officielle dans la pratique des échanges au sein des clubs

26On a examiné le rapport credito/peso, d’abord, au travers du projet idéologique spécifique et explicite porté par la monnaie alternative, puis au travers des rapports politique et symbolique qui s’établissent nécessairement entre ces deux monnaies. Mais ceci n’épuise pas les types de rapports qui les lient. Les rapports entre ces deux monnaies se donnent à voir enfin dans le fonctionnement même du microcosme monétaire credito, c’est-à-dire dans les foires où se déroulent les échanges. En effet, malgré la volonté des fondateurs des clubs de construire un système marchand et monétaire indépendant, le peso est en arrière plan omniprésent dans l’espace marchand credito.

  • 30  Ce club a cessé de fonctionner au printemps 2007 mais a été remplacé par un autre, le club « Verce (...)

27La monnaie officielle est indispensable dans les « clubs de troc ». Elle conditionne tout d’abord l’accès aux foires. Outre les droits d’adhésion au club, on l’a vu, réglés en pesos en contrepartie de quoi les nouveaux membres reçoivent leurs premiers creditos (2 pesos en contrepartie des 50 creditos en moyenne), les participants doivent également payer des coûts d’entrée libellés en peso et en monnaie alternative, chaque fois qu’ils se rendent à une foire pour réaliser des échanges. Le montant de ces coûts varie selon les clubs et les périodes étudiés. On peut néanmoins dire que le ticket d’entrée réglé en pesos n’a cessé d’augmenter depuis le début de la formation de ces clubs, et se situe dans une fourchette de 2 à 9 pesos. À titre d’exemple, dans le club « El Comedero », alors que les coûts d’entrée étaient de 3 pesos en 2005, ils s’élevaient, en septembre 2007, à 9 pesos30.

28Une fois l’accès aux foires rendu possible, le pouvoir de la monnaie officielle ne s’arrête pas là. Le peso va également exercer une influence sur la structuration même des échanges et sur la formation des prix.La monnaie officielle permet en effet à ceux qui en détiennent d’acheter sur les marchés formels les produits les plus recherchés (alimentation) et de les utiliser dans les clubs, soit pour les vendre directement comme produits finis, soit comme inputs pour réaliser des produits à vendre ensuite. Aussi, il apparaît une différence importante entre le peso et le credito : la monnaie privée manque d’autonomie par rapport à la monnaie officielle car elle ne concerne qu’un sous-ensemble trop restreint de la division du travail. Seul le peso donne accès à la division du travail dans son intégralité.

29Compte tenu de la rareté des produits alimentaires qui sont les plus désirés, les détenteurs de ces biens disposent alors d’un véritable pouvoir sur la formation des prix au sein du club. À partir de 2002, on assiste ainsi, dans les clubs où le prix se fixe selon la loi de l’offre et de la demande, à une hausse des prix des biens liée, d’une part, à l’insuffisance des biens les plus désirés ; et, d’autre part, à la répercussion de la hausse des coûts de production sur le prix de vente. Si bien qu’un certain nombre de clubs se trouve pris dans un cercle vicieux avec une pénurie de biens auto-alimentée : la rareté des biens les plus recherchés engendre, comme on vient de le voir, une hausse généralisée des prix ; celle-ci décourage les acheteurs, or le propre des « clubs de troc » est que les acheteurs doivent avoir préalablement vendu leur marchandise. Ainsi au total, et paradoxalement, l’augmentation des prix des biens les plus demandés va déprimer les ventes globales. Cette désincitation à vendre se traduit alors inévitablement par une pénurie accrue de biens dans les clubs.

  • 31  « Plan Jefes y Jefas de Hogar Desocupados». Il s’agit de plans sociaux qui allouent une subvention (...)

30Les agents économiques qui disposent de pesos sont principalement les travailleurs sur les marchés formel et informel, les retraités et les bénéficiaires de plans sociaux (en particulier du « Plan chefs de famille sans emploi31 »). À cela s’ajoute ceux que l’on qualifie ici de « salariés » de clubs. Par « salariés » des clubs, il faut entendre toutes les personnes qui travaillent à l’organisation des foires, à savoir les fondateurs, les coordinateurs, les caissiers, les responsables de la sécurité sanitaire etc., en contrepartie d’une rémunération en pesos ou/et en creditos selon les clubs. Les « salariés » des clubs disposent d’un capital monétaire en peso et en credito. Ils peuvent ainsi accéder dans les clubs aux biens et aux services grâce à la validation sociale de leur force de travail, et s’y présentent exclusivement comme acheteurs. En revanche, pour les « non salariés » des clubs, qui représentent la majorité des participants, la situation est bien différente. Pour pouvoir consommer, et donc détenir un pouvoir d’achat, ils doivent préalablement effectuer le saut périlleux de la marchandise pour reprendre la formule de Karl Marx. Autrement dit, ils sont contraints de répondre à l’obligation de validation sociale de leur marchandise pour se constituer un pouvoir d’achat. Ainsi, ils sont confrontés à la contrainte monétaire, c’est-à-dire en reprenant la définition proposée par Michel Aglietta : « La contrainte monétaire signifie que chaque participant aux échanges doit vendre sa marchandise, c’est-à-dire prouver en obtenant de la monnaie qu’il disposait avec cette marchandise particulière d’une fraction du travail global de la société. Ayant satisfait à cette obligation, il dispose d’un pouvoir d’achat social sur l’ensemble des marchandises grâce auquel il peut acheter toute valeur d’usage de son choix dans la limite des relations d’équivalence, c’est-à-dire toute valeur d’usage qui représente une fraction identique de travail social » (Aglietta, 1976, p. 279). Dans le contexte spécifique des « clubs de troc », ceci revient à dire que les « non salariés » des clubs ont à prouver, par l’obtention de creditos, qu’ils disposaient avec leur marchandise d’une fraction du travail du Réseau. Aussi, contrairement aux « salariés » des clubs, ils doivent d’abord être des vendeurs pour pouvoir être ensuite des acheteurs. Et, cette contrainte monétaire est différente selon les biens vendus, sachant que les biens les plus recherchés sont les produits alimentaires.

31Aussi, les « clubs de troc » reposent sur une structure de domination économique liée à la différence entre les participants face à la règle monétaire peso. Néanmoins, pour contrecarrer cette inégalité, des stratégies d’échanges se développent, en particulier de la part des plus dépourvus de capital monétaire, afin de préserver malgré tout un certain pouvoir dans la formation des prix et un accès aux biens. On peut en citer brièvement deux. La première consiste à échanger à prix mixtes (en peso et en credito), permettant ainsi d’acheter à l’extérieur des clubs et vendre ensuite à l’intérieur. Mais cette solution est discriminante à son tour pour tous ceux qui ne disposent pas d’un pouvoir d’achat en peso. Une autre stratégie repose sur la constitution d’une sorte de « capital de socialisation ». Il faut souligner en effet qu’il existe un intérêt économique rationnel à socialiser à l’intérieur des clubs. En témoignent les deux exemples suivants de pratiques observées : d’une part, même si la réglementation interdit tout échange avant de rentrer dans les foires, force est de constater que pendant la file d’attente un grand nombre d’arrangements est déjà passé entre habitués de connaissance mutuelle. D’autre part, le troc direct constitue une formule très efficace entre échangistes de confiance pour accéder aux biens. Cette pratique présente en effet deux avantages importants : l’échange est réalisé sans avoir recours à la monnaie comme moyen de paiement ; en outre, les échangistes s’assurent une certaine stabilité des prix, fort appréciable dans un contexte d’inflation endogène.

  • 32  Concernant les perspectives de développement économique et social des clubs pour les femmes, lire (...)

32Les inégalités monétaires entre les participants, l’hyperinflation qui en découle et la falsification des billets sont autant de facteurs qui conduisent les membres à se détourner des clubs et de la monnaie credito. Seuls les participants n’ayant aucune autre alternative (en particulier les femmes32 avec famille nombreuse et les retraités) continuent de participer aux « clubs de troc ». Les échanges s’y opèrent aujourd’hui non plus exclusivement en creditos, mais aussi en troc direct et sur la base de prix mixtes.

Conclusion

33L’analyse de cette monnaie privée, inconvertible avec la monnaie officielle, et circulant dans des espaces marchands cloisonnés, permet de dégager un résultat principal. En dépit de la volonté des fondateurs des « clubs de troc » de créer un système monétaire autonome, ce système de paiement privé ne peut pas se fermer sur lui-même et a besoin de se rattacher à la monnaie officielle pour avoir une existence propre. En effet, la monnaie officielle s’avère indispensable dans ce système monétaire privé comme moyen de paiement, non seulement pour accéder à l’espace marchand privé (tickets d’entrée, frais d’adhésion) mais aussi pour régler les transactions économiques (prix mixtes), ou bien pour constituer un avantage compétitif lié à la possibilité d’acquérir (en peso) des intrants permettant de produire les biens les plus désirés dans le club. En outre, et plus fondamentalement, la monnaie officielle représente la seule unité de compte pertinente dans les « clubs de troc » pour fixer les prix des biens. Les prix étant ensuite convertis en credito, la monnaie privée ne constitue alors qu’une unité de compte subordonnée. À cet égard, le maintien permanent d’un rapport de conversion entre le credito et le peso par les fondateurs sonne comme un aveu de leur impossibilité de se passer de l’unité de compte officielle. Enfin, la référence au peso est essentielle, on l’a vu, pour fonder la confiance dans cette monnaie privée et son acceptation. En effet, à la fois en régime mais surtout en période de crise, les fondateurs des « clubs de troc » mobilisent les référents de la monnaie officielle, et n’hésitent pas à créer des homologies symboliques, voire imaginaires, avec le peso (normes de sécurité des billets, rapport d’équivalence).

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

Abramovich, A.-L. ; Vázquez, G., (2007), “Experiencias de Economia Social y Solidaria en la Argentina”, Revista de Estudios Fronterizos, 8(15), 121-145.

Aglietta, M., (1976), Régulation et crises du capitalisme. L’expérience des États-Unis, Calmann-Lévy, Paris.

Aglietta, M. ; Orléan, A., (1982), La violence de la monnaie, PUF, Paris.

Aglietta, M. ; Orléan, A., (eds) (1998), La monnaie souveraine, Odile Jacob, Paris.

Altimir, O. ; Beccaria, L. ; González Rozada, M., (2002), “La distribución del ingreso en Argentina, 1974-2000”, Revista de la CEPAL, n° 78, 55-85.

Arcidiacono, P., (2004), “Trueque y plan jefas y jefes de hogar desocupados : dos estrategias de contención social ante la crisis del 2002”, Lavboratorio, 14, 22-26.

Beccaria, L. ; Esquivel, V. ; Maurizio R., (2007), « Crise et reprise : les effets sur le marché du travail et sur la distribution du revenu », in Hernandez, V. ; Ould-Ahmed, P. ; Papail, J. ; Phelinas, P., Turbulences monétaires et sociales. L’Amérique latine dans une perspective comparée, L’Harmattan, Paris, 173-208.

Blanc, J., (2002), « Formes et rationalités du localisme monétaire », Actualité économique, 78(3), 347 -369.

Blanc, J., (éd.) (2006), Exclusion et liens financiers. Monnaies sociales, Rapport 2005-2006, Economica, Paris.

Bogani, E. ; Parysow, J., (2005), “Perspectivas de desarrollo económico y social para las mujeres pobres y empobrecidas en los clubes de trueque. Estudio de caso: ‘La Bernalesa’”, in: Mallimaci, F. ; Salvia, A., Los nuevos rostros de la marginalidad, Biblos, Buenos Aires, 151-173.

Boyer, R. ; Neffa, J., (eds) (2001), La economia argentina y su crisis (1976-2001): visiones institucionalistas y regulacionistas, Miño y Davila, Buenos Aires.

Boyer R. ; Neffa J., (eds) (2007), Salidas de crisis y estrategias alternativas de desarollo. La experiencia argentina, Miño y Davila, Buenos Aires.

Congreso, (2002), Proyecto de Ley del Trueque- Expte.: 8444-D-01, Buenos Aires.

Covas, H., (1999), Nuevo simbolo de integracion: la moneda social, Ediciones del Programa de Autosufisiencia Regional, Buenos Aires.

Covas, H. ; de Sanzo, C. ; Primavera, H., (eds) (1998), Reinventado el mercado. La experiencia de la Red Global de Trueque en Argentina, Ediciones del Programa de Autosufisiencia Regional, Buenos Aires.

Damill, M. ; Frenkel, R. ; Rapetti, M., (2005), “La deuda argentina : historia, default y restructuración”, Desarrollo Económico, 45 (178), 187-233.

Davies, G., (1994), A History of Money: From Ancient Times to the Present Day University of Wales Press, Cardiff.

Fanelli, J. M. ; Keifman, S., (2002), “Finance et Changing Trade Patterns in Developing Countries”, in Fanelli, J. M. ; Medhora, R., Finance and Competitiveness Developing Countries, Routledge, London.

Féliz, M., (2003), Pluralidad de monedas en la Argentina en crisis, thèse de doctorat, Universidad Nacional de San Martin, Buenos Aires.

Fiszbein, A. ; Giovagnoli, P., (2004), “Hambre en Argentina”, Desarrollo Economico, 43 (172), 637-656.

Galasso, E. ; Ravallion, M., (2004), “Social Protection in a Crisis: Argentina’s Plan Jefes y Jefas”, The World Bank Economic Review 18(3), 367-399.

Gesell, S., (1958), The Natural Economic Order, Peter Owen Ltd, Londres.

Gómez, G. M., (2008), Making Markets. The institutional rise and decline of the Argentina Red de Trueque, thèse de doctorat, Institute of Social Science, The Hague.

González Bombal, I. ; Leoni, F., (2003), “Sociabilidad en clases medias en descenso: experiencias en el trueque” in Hintze, S., Trueque y economía, Prometeo Libros, Buenos-Aires, 279-309.

Hintze, S., (ed.) (2003), Trueque y economia solidaria, Prometeo Libros, Buenos Aires.

Ingham, G., (2000), “Babylonian Madness: On the Historical and Sociological Origins of Money”, in Smithin, J., What is Money?, London, Routledge, 16-41.

Ingham, G., (2002), « De nouveaux espaces monétaires ? », in OCDE, L’avenir de l’argent, éditions de l’OCDE, Paris, 139-164.

Innes, M., (1913), “What is Money?” Banking Law Journal30, 377-407.

Kiyotaki, N. ; Wright, R., (1991), “A Contribution to the Pure Theory of Money”, Journal of Economic Theory, 53(2), 215-235.

Leoni, F., (2003), Ilusión para muchos, alternativa para pocos. La practica del trueque en los sectores populares, thèse de doctorat, Universidad Nacional de General Sarmiento, Buenos Aires.

Lescaro, P. ; Altschuler, B. ; Sánchez, M., (2001), Estrategias de superviviencia y redes sociales: Informe de investigación, Nodo Capital – Calle Perú, Rapport, Fundación El Prosumidor, Mendoza.

Lietaer, B. ; Kennedy, M., (2008), Monnaies régionales. De nouvelles voies vers une prospérité durable, éditions Charles Léopold Mayer.

Lordon, F. ; Orléan A., (2008), “Genèse de l’État et genèse de la monnaie : le modèle de la potentia multitudinis”, in Citton, Y. ; Lordon, F., Spinoza et les sciences sociales. De l’économie des affects à la puissance de la multitude, Éditions Amsterdam, Paris, 127-170.

Lo Vuolo, R., (1999), « Stabilisation, marché du travail et protection sociale, Argentine/Brésil », Cahiers des Amériques latines, Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, n° 31.

Lo Vuolo, R., (2006), Falsas Promesas. Sistema de Previsión Social y Régimen de Acumulación, Ciepp/Miño y Dávila, Buenos Aires.

Luzzi, M., (2005), Réinventer le marché ? Les clubs de troc face à la crise en Argentine, L’Harmattan, Paris.

Marques-Pereira, J., (2007), « Crecimiento, conflicto distributivo y soberania monetaria en Argentina », in Boyer, R. ; Neffa, J., op.cit., 177-207.

Marques-Pereira, J., (2008), « Théorie et réalité de sorties de crise : crédibilité et légitimité de la politique monétaire, une comparaison Argentine/Brésil », in Baumann E. ; Bazin L. ; Ould-Ahmed P. ; Phelinas, P. ; Selim M. ; Sobel R. (eds) L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes, L’Harmattan, Paris, 209-236.

Orléan, A., (2009), « La sociologie économique de la monnaie », in Vatin, F. ; Steiner, P., Traité de sociologie économique, PUF, à paraître.

Ould-Ahmed, P., (2009), « Les formes du politique dans les “clubs de troc” en Argentine », in Borgeaud-Garciandia, N. ; Lautier, B. ; Penafiel, R. ; Tizziani, A., Penser le politique en Amérique latine. La recréation des espaces et des formes du politique, Karthala, Paris, 231-247.

Ostroy, J. M. et Starr, R. M., (1990), “The Transactions role of Money”, in Friedman, B. F. ; Hahn F. H., Handbook of Monetary Economics, vol. 1, North Holland, New-York, 4-62.

Pautas. Principios, Tradiciones, Franquicia. Manual de consulta con las preguntas y respuestas fundamentales para conocer la Red Global de Trueque (1999), Editions del Programa de Autosufisiencia, Buenos Aires.

Pearson, R., (2003), “Argentina’s Barter Network: New Currency for new times?”, Bulletin of Latin American Rersearch, 22(2), 214-230.

Plasencia, M. A. ; Orzi, R., (eds) (2007), Moneda social y mercados solidarios. Potencial emancipador y pedagógico de los sistemas monetarios alternativos, Ediciones Ciccus Buenos Aires.

Plasencia, M. A., (2008), La oxidación monetaria y la moneda social. Aportes teóricos y análisis de un caso: la moneda social oxidable de Venado Tuerto, provincia de Santa Fe, thèse de doctorat, Universidad Nacional de General Sarmiento, Buenos Aires.

Powell, J., (2002), “Petty Capitalim, Perfecting Capitalism or Post-Capitalism? Lessons from the Argentinian Barter Network”, Review of international Political Economy, 9(4), 619-649.

Toffler, A., (1980), The Third Wave, Collins, London.

Rizzo, P., (2003), L’économie sociale et solidaire face aux expérimentations monétaires. Monnaies sociales et monnaies multilatérales, L’Harmattan, Paris.

Roïg, A. (2007), « La création d’une “monnaie éternelle”. Genèse de la convertibilité en Argentine (1991) », in Lordon, F., Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Presses de Sciences Po, Paris, 91-142.

Sampayo, F., (2003), “Club del Trueque Zona Oeste” in Hintze, S., Trueque y economía solidaria, Prometeo libros, Buenos-Aires, 197-206.

Schuldt, J., (1997), Dineros alternativos: para el desarrollo local, Universidad del Pacífico, Lima.

Sgard, J., (2002), L’Économie de la panique, faire face aux crises financières, La Découverte, Paris.

Smith, A. (1995) [1776], Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations, Presses universitaires de France, Paris.

Testard, A., (2001), Aux origines de la monnaie, éditions Errance, Paris.

Théret, B., (2007) (éd), La monnaie dévoilée par ses crises. Crises monétaires d’hier et d’aujourd’hui, 2 volumes, EHESS, Paris.

Théret, B. et Zanabria, M., (2009), « Recherche fédéralisme désespérément. Les monnaies provinciales dans la case de convertibilité », Économie et institutions, à paraître.

Wray, R., (1999), Understanding Modern Money, Edward Elgar, Cheltenham.

Zanabria, M., (2007), « Les monnaies parallèles d’État. Un mariage de convenance », in Hernandez, V. ; Ould-Ahmed, P. ; Papail, J. ; Phelinas, P., Turbulences monétaires et sociales. L’Amérique latine dans une perspective comparée, Paris, L’Harmattan, 51-73.

Sources de presse nationale et locale :

Journaux :

La Nacion (Buenos Aires, Argentine)

Clarín (Buenos Aires, Argentine)

Página 12 (Buenos Aires, Argentine)

Crónica, Section Spécial “Cronitrueque” (Buenos Aires, Argentine)

El Día (La Plata, Argentine)

Quilmes (Buenos Aires, Argentine)

*

Club del Trueque Zona Oeste

Haciendo ecologia practica

Perspectiva Sur

Su dinero personal

Impacto

Diario del viajero

Haut de page

Annexe

Annexe 1 - Déclaration de principes du Réseau global de troc

Annexe 2 - Nouvelles normes de sécurité des billets creditos

Source : Constanza Durán, Clarín, 23 août 2002.

Haut de page

Notes

1  Le taux de chômage est passé de 8,5 % en 1990 à 18,4 % en 1995 pour grimper à 21,5 % en 2002. En outre, le taux des ménages se situant en dessous du seuil de pauvreté passe de 16,2 % en 1990 à 25,2 % en 2000. Pour une analyse des effets de la crise sur le marché du travail et sur la distribution des revenus, lire Altimir et al. (2002) ; Beccaria et al. (2007) ; et Lo Vuolo (1999, 2006).

2  On assiste non seulement à une privatisation des services publics, une réduction drastique du nombre de fonctionnaires et à un programme de décentralisation administrative, mais aussi à une dérégulation du système de santé publique (2001), une libéralisation du marché du travail (se traduisant par une flexibilité du marché du travail, une précarisation de l’emploi, un temps partiel forcé, une baisse des salaires réels), et à l’abandon du système de retraites par répartition au profit du système par capitalisation.

3  Pour une analyse des origines de la dette argentine, se reporter à Damill M. et al. (2005), et Sgard (2002).

4  L’utilisation de guillemets et d’italiques pour mentionner les « clubs de troc » signifie qu’il s’agit de l’appellation originelle donnée à ces clubs par leurs fondateurs et leurs participants.

5  Les fondateurs donnent la liste de ces clubs dans Covas et al. (1998) : y figurent l’adresse de ces clubs et les noms des responsables.

6  Les fondateurs et responsables de clubs présentent la dimension solidaire de leur projet dans Hintze (2003) ; et Plasencia et Orzi (2007).

7  Ravera dans Clarín, Ecos del Mar, août 2000.

8  Citation tirée du site officiel du Réseau global de troc : www.truequeclub.com.ar.

9  On pense en particulier aux modèles de prospection monétaire et aux travaux de Kiyotaki and Wright (1991); Ostroy and Starr (1990).

10  Il faut citer en particulier les travaux suivants : Aglietta et Orléan (1982), Innes (1913), Davies (1994), Ingham (2000), Testard (2001), Théret (2007) et Wray (1999).

11  Silvio Gesell (1862-1930) écrit L’ordre économique naturel en 1906. Son portrait est dessiné sur les murs du club « El comedero ». Les fondateurs font explicitement référence à lui également en 2005 dans les fiches éditées par le PAR et données au moment de l’échange de billets.

12  La Nacion, 23 août 2002. Les mêmes propos sont tenus par Carlos de Sanzo dans (Cronica, 23 août 2002) et par Horacio Covas dans (Uno, 17 août 2002).

13 Clarín, Ecos del Mar, août 2000. Les fondateurs parlent dès 2000 de ce projet d’oxydation du credito mais celui-ci ne verra le jour qu’à partir de 2003.

14  Horacio Covas, Su dinero personal, 10 janvier 1997.

15  Journal « Réseau global de troc », p. 9, 8 mars 2002.

16  Lire Powell (2002), Leoni (2003), González Bombal and Leoni (2003).

17  Le PAR est l’acronyme de Programme d’Autosuffisance régional. Il s’agit d’une ONG, créée en 1989 par Carlos de Sanzo et Rubén Ravera, avec pour objectif, au départ, de développer de nouvelles technologies permettant de concilier environnement et utilisation optimale des ressources disponibles. Elle est également par la suite l’institution officielle à laquelle se rattache le Réseau global de troc.

18  Pour plus de détails, voir www.autosuficiencia.com.ar/img/Edit_PAR_OrgClubtrueque.htm

19  Dans Hintze (2003), certains fondateurs des nouveaux Réseaux reviennent sur les raisons de leur rupture avec le RGT.

20  Ces quatre expériences sont présentées notamment dans Plasencia et Orzi (2007).

21  Article 30 de la carte organique de la Banque centrale de la république d’Argentine. Cette référence est tirée de Féliz (2003).

22  Extrait du projet de loi est accessible dans le journal « Club del trueque zona oeste », n° 12, avril-juin 2002.

23  Malgré le changement d’unité de compte, les participants continuent de parler et de fixer leurs prix en creditos.

24  Pour qualifier la nature du credito, les fondateurs des clubs parleront tantôt de « monnaie » tantôt de « non monnaie » selon les champs (académique, politique, ou médiatique) auxquels ils s’adressent. Ceci est développé dans Ould-Ahmed (2009).

25  Clarín, 24 juin 2002.

26  Un village à 200 km de Mendoza Capitale.

27 Atlantico, 4 octobre 2002, Mar de Plata.

28  Clarín, 13 juin 2002.

29  Le journal Clarín datant du 22 août 2002 relate cette réunion officielle.

30  Ce club a cessé de fonctionner au printemps 2007 mais a été remplacé par un autre, le club « Vercelli », inauguré le 15 septembre 2007.

31  « Plan Jefes y Jefas de Hogar Desocupados». Il s’agit de plans sociaux qui allouent une subvention mensuelle aux intéressés de 150 à 200 pesos pendant une période de six mois renouvelable en contrepartie d’un travail de quatre heures par jour. Sur l’impact de ce plan au niveau économique et social, voir Arcidiacono (2004) ; et Galasso et Ravallion (2004).

32  Concernant les perspectives de développement économique et social des clubs pour les femmes, lire Bogani et Parysow (2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pepita Ould-Ahmed, « Les « clubs de troc » argentins :
un microcosme monétaire Credito dépendant du macrocosme Peso », Revue de la régulation [En ligne], 7 | 1er semestre / Spring 2010, mis en ligne le 14 juin 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://regulation.revues.org/7799

Haut de page

Auteur

Pepita Ould-Ahmed

Institut de Recherche pour le Développement, UMR 201 « Développement et Sociétés » (Université Paris 1 - IRD), pepita.ould@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page