Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Slim Thabet, L'économie politique du capitalisme raisonnable. Essai sur les fondements institutionnalistes de la pensée économique de John Maynard Keynes

Slim Thabet

Résumé

In the second volume of the monumental biography R. Skidelsky established on J. M. Keynes, we can find an enigmatic, if not strange, passage. According to R. Skidelsky, J. R. Commons was “an important, if unacknowledged influence on Keynes”. This feeling of strangeness is even stressed by the remarks expressed by J. M. Keynes himself in a letter that remained to J. R. Commons.
In that letter indeed, dated from the 26th April 1927, Keynes was writing, “there seems to me to be no other economist with whose general way of thinking I feel myself in such a genuine accord”. R. Skidelsky’s passage, as well as J. M. Keynes’ epistolary sentiments, raise a lot of questions to which this thesis is attempting to answer: First of all, when, and how did the relationship between J. M. Keynes and J. R. Commons begin? Then, if there actually was an influence by J. R. Commons on J. M. Keynes, at which level must it be situated? Eventually, insomuch as J. R. Commons represents one of the central figures of the American Historical Institutionalism and beyond the relationship between J. R. Commons and J. M. Keynes, can one consider that not only the institutions play a fundamental role in J. M. Keynes’ economic thought, but also that his conception of institutions is itself peculiar?
In order to answer these questions, one must now seriously reconsider the evolution of J. M. Keynes’s economic thought in the light of J. R. Commons influence. We suggest to call this influence “the Commons Hypothesis”. Accordingly, J.M. Keynes’ economic thought is revisited through the concept of collective action as one among the incontrovertible ways of the resolution of modern capitalism “Economic Problem” that leads to a Reasonable capitalism. That way, which acknowledges the dynamics of conflicts and compromises, necessarily goes through the institutions as entities of mediation both between the micro and macroeconomic levels and between the groups of economic agents and the State.

Haut de page

Texte intégral

1Thèse soutenue le 30 novembre 2009 à l’université de Picardie Jules Verne
Sous la direction de Patrick Maurisson, professeur émérite à l’université de Picardie Jules Verne

2Jury* :M. Arnaud Berthoud, professeur à l’université de Lille I
M. Edwin Le Héron, maître de conférences HDR à l’IEP de Bordeaux
M. Patrick Maurisson, professeur à l’université de Picardie Jules Verne
M. Bruno Théret, directeur de recherche au CNRS, IRISSO Paris Dauphine
*Le Professeur Gilles Dostaler de l’Université du Québec à Montréal avait donné son accord pour participer au jury et être l’un des rapporteurs. Il n’a malheureusement pas pu le faire pour des raisons de santé.

Question(s) de recherche

3Cette thèse vise à mettre en évidence l’importance des institutions et de la théorie de l’action collective dans l’évolution de la pensée économique de John Maynard Keynes [1883-1946] à travers les rapports étroits qu’il a noués avec l’une des figures centrales de l’Institutionnalisme historique américain, John Rogers Commons [1862-1945].

Méthode

4Notre travail s’inscrit dans le champ de l’Histoire de la pensée économique conçue, non comme un discours sur un savoir mort mais comme la ré-interrogation de l’économie contemporaine à la lumière des auteurs du passé. Ceci explique notre inclination, du point de vue méthodologique, pour la démarche herméneutique moderne (H. G. Gadamer et R. Rorty). Elle permet, en effet, d’articuler horizon (le capitalisme raisonnable) et vision (l’action collective) autour de l’idée de l’accord chez les deux auteurs, et de relier le passé et le présent d’une façon originale. Car le sens d’un texte n’est jamais figé ; il est en perpétuelle évolution en fonction des questions que le lecteur, se métamorphosant ainsi en interprète, se pose au moment de la relecture. L’adoption d’une telle démarche impose nécessairement un double détour : historique, d’un côté, analytique, de l’autre. Historique au sens où il faut restituer la complexité des rapports entre J. M. Keynes et J. R. Commons par l’étude notamment des archives, de la correspondance méconnue et des productions de ces auteurs ; tout en précisant la généalogie des relations entre J. M. Keynes et le progressisme américain dont l’Institutionnalisme historique fut une composante essentielle. Mais aussi analytique dans la mesure où c’est justement au contact de J. R. Commons que J. M. Keynes prend pleinement conscience de l’importance de l’action collective comme voie incontournable pour résoudre « le problème économique » (chômage de masse, inégalité dans la répartition des revenus et du patrimoine… etc.).

Résultat(s)

5Sur la base de ce que nous avons nommé l’Hypothèse Commons, nous établissons très nettement que la pensée économique de J. M. Keynes a connu au milieu des années 1920, une inflexion notable vers l’action collective. La lecture par J. M. Keynes notamment de certains textes préparatoires à l’opus magnum de J. R. Commons (Reasonable Value) ainsi que la teneur de leurs échanges épistolaires plaident fortement en faveur de l’idée d’un « tournant institutionnaliste ». Si dans le Treatise on Probability, il en était resté à la souveraineté de la rationalité de l’action individuelle en situation d’incertitude, dans les textes politiques du milieu des années 1920 (La fin du laissez-faire, Suis-je liberal ?... etc. qualifiés aussi d’écrits visionnaires [Crotty, 1999]), il intègre progressivement l’action collective en termes d’institutions comme formes de médiation. Il en résulte un hiatus entre la théorie de l’action et la doctrine économique des « Klassiques ». Dès lors, les efforts de J. M. Keynes vont se déployer dans deux directions complémentaires : d’une part, la recherche d’une infrastructure économique conforme à l’action collective, de l’autre, la poursuite d’une quête incessante des institutions les plus propices au capitalisme raisonnable. L’Hypothèse Commons ouvre par conséquent la voie à une relecture des écrits postérieurs au tournant des années 1920 à la lumière des outils forgés par J. R. Commons (conflits, transactions, institutions, valeur raisonnable…). Nous suggérons ainsi des éléments novateurs de relecture du Treatise on Money et de la Théorie générale.

6Tout en confirmant un certain nombre d’intuitions fortes soulignées notamment par les fondateurs de la théorie de la régulation, cette thèse se veut en même temps une contribution au développement et à l’approfondissement du dialogue entre les traditions postkeynésienne et institutionnaliste (y compris régulationniste) autour de l’impératif de la construction d’une « véritable » macroéconomie à fondements institutionnels. Ce n’est qu’en renouant les fils du dialogue entre les fondateurs qu’il serait possible de renouveler et de mieux éclairer la problématique de l’intervention publique. Tout en intégrant le rôle crucial joué par les entités intermédaires, celle-ci ne peut se réduire aux seules politiques économiques, mais implique nécessairement la réforme institutionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Bazzoli, L. [2000], L’Économie politique de John R. Commons. Essai sur l’institutionnalisme en sciences sociales, Paris, l’Harmattan.

Berthoud, A. [1998], « Économie et action politique dans la Théorie générale de Keynes », Cahiers d’Économie politique, n° 30-31, p. 265-279.

Commons, J. R.[1996], Selected Essays, Edited by Rutherford, M. and Samuels, W. J., New York, Routledge, (2 volumes).

Commons, J. R. [1925], Reasonable Value, Ann Arbor, Edward Brothers.

Crotty, J. [1999], “Was Keynes a Corporatist? Keynes’s Radical Views on Industrial Policy and Macro Policy in the 1920s”, Journal of Economic Issues, 33(3), p. 555-577.

Keynes, J. M. [1936], Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Payot, 1936 pour l’édition anglaise originale.

Keynes, J. M. [1971-89], The Collected Writings of John Maynard Keynes, London, Macmillan, New York, Cambridge University Press, pour la Royal Economic Society, 30 volumes.

Keynes, J. M. [2002], La Pauvreté dans l’abondance, Paris, Gallimard.

Minsky, H. [1996], “Uncertainty and the Institutional Structure of Capitalist Economies”, Journal of Economic Issues, 30(2), p. 357-368.

Skidelsky, R. [1983-1992], John Maynard Keynes, London, Macmillan: vol. 1, Hopes Betrayed: 1883-1920, [1983]; vol. 2, The Economist as Saviour: 1920-1937, [1992].

Skidelsky, R. [2009], Keynes, the Return of the Master, New York, PublicAffairs.

Théret, B. [2001], « Saisir les faits économiques : la méthode J. R. Commons », Cahiers d’Économie politique, n° 40-41, p. 79-137.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Slim Thabet, « Slim Thabet, L'économie politique du capitalisme raisonnable. Essai sur les fondements institutionnalistes de la pensée économique de John Maynard Keynes », Revue de la régulation [En ligne], 7 | 1er semestre / Spring 2010, mis en ligne le 02 juin 2010, consulté le 15 août 2017. URL : http://regulation.revues.org/7746

Haut de page

Auteur

Slim Thabet

CRIISEA, Université de Picardie Jules Verne, slim.thabet@u-picardie.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page