Navigation – Plan du site
Opinions - débats : Institutions, régulation et développement

Émergence, l’économie du développement interpellée

Economic emergence: a new challenge for development economics
La emergencia. La economía del desarrollo interpelada
Alain Piveteau et Éric Rougier

Résumés

Cet article prend prétexte de l’imprécision de la catégorie et de l’apparente nouveauté des traits caractérisant les pays qui émergent pour questionner la notion d’émergence, au-delà de la logique financière qui avait présidé à sa genèse. Sous un angle critique, il s’agit d’envisager l’intérêt et les conditions de possibilité d’un programme de recherche sur l’émergence à partir d’un double questionnement transversal. Le premier concerne l’effectivité de changements économiques, sociaux et/ou politiques d’un ordre différent de ceux que qui ont été observés jusqu’alors dans les nouveaux pays industrialisés ou dans les pays en transition. Le second, plus provocateur, renvoie à la capacité des approches et théories habituelles du développement à rendre compte des changements en cours.

Haut de page

Texte intégral

JEL : F43, F59, O24, O53, O54.

Introduction

  • 1  Ce sont les banques d’affaires et les agences de notation qui les premières désignent les marchés (...)

1À l’heure où les grandes économies émergentes se distinguent des vieilles économies industrialisées par une reprise précoce, la réactivation de la thèse du découplage invite à interroger la réalité et la nouveauté de cette évolution. Les économies émergentes sont-elles en passe de bousculer le club très fermé des économies industrielles ? L’émergence, comme référence pratique, s’est en effet généralisée au point qu’elle semble parfois s’être substituée à un autre référent, le développement, pour se transformer en notion performative jusque dans les discours de mobilisation économique de quelques pays africains encore classés parmi les moins avancés. Pourtant, la notion d’émergence, récente1, reste peu discutée dans la littérature académique : d’un côté, des « pays émergents » clairement nommés ; de l’autre, un renvoi implicite vers un « être » mal identifié, l’émergence. Si l’émergence est seulement un moment du développement, articulant une sortie de trappe de pauvreté et une séquence de croissance élevée suffisamment longue pour converger vers le club des pays industrialisés, les NPI (Nouveaux pays industrialisés) asiatiques après les années soixante ou le Chili pendant les années soixante-dix sont déjà passés par là ou furent en voie de le faire sans que l’on parle alors d’émergence. Mais la «visibilité » croissante de la Chine, de l’Inde ou du Brésil dans les échanges, le produit mondial, les flux financiers mondiaux ou les instances internationales de régulation semblent aujourd’hui constituer un trait distinctif par rapport aux NPI. Un autre trait distinctif, souligné par un économiste chinois aujourd’hui économiste en chef de la Banque mondiale, est la grande autonomie de la trajectoire de développement de certains de ces pays émergents (Chine, Inde, Vietnam) par rapport au dogme ou à la pensée économique dominante (Lin, 2009 : 17-19 et 91). J. Sgard (2008) définit ainsi les économies émergentes comme celles qui ont su affirmer et autonomiser leur capacité à mener des politiques publiques efficaces (à la différence des pays durablement assujettis au corset du consensus de Washington) dans le cadre d’une économie concurrentielle (contrairement aux pays rentiers).

  • 2  Pour une présentation de la genèse du terme d’émergence, voir Gabas et Losch (2008). Nous continue (...)

2L’apparente nouveauté des traits caractérisant ces pays qui émergent comme l’imprécision qui l’entoure interpellent les sciences sociales du développement et incitent à questionner la notion d’émergence, bien au-delà de la seule logique financière qui avait présidé à sa genèse2. Sous un angle critique, il s’agit d’envisager l’intérêt et les conditions de possibilité d’un programme de recherche sur l’émergence à partir d’un double questionnement transversal. Le premier concerne l’effectivité de changements économiques, sociaux et/ou politiques d’un ordre différent de ceux qui ont été observés jusqu’alors dans les nouveaux pays industrialisés ou dans les pays en transition. Autrement dit, c’est la singularité des changements qui transforment aujourd’hui les sociétés et les économies des pays dits « émergents » qui demande à être confirmée, infirmée ou nuancée. Le second questionnement, plus provocateur, renvoie à la capacité des approches et théories habituelles du développement à rendre compte des changements en cours. C’est finalement la force analytique du concept de développement face aux changements en cours qui se trouve être interrogée.

3Les réflexions qui suivent forment un premier prolongement des débats qui ont eu lieu à l’université de Bordeaux IV à l’occasion du colloque international sur le thème « Émergence : des trajectoires au concept ? ». Plus qu’une synthèse, il s’agit ici de livrer dans le domaine de l’analyse économique quelques postulats et attendus d’une recherche qui porterait sur « l’émergence » de nouvelles puissances économiques dans des termes nouveaux. Cette réflexion, organisée suivant les deux questionnements transversaux retenus, prend ici la forme de six propositions.

1. Les faits d’émergence : singularité ou banalité ?

  • 3  Voir l’articulation des classifications dans C. Jaffrelot (2008).
  • 4  D’ailleurs, suivant la période retenue, le groupe des pays les moins avancés peut enregistrer des (...)

4Si il devient relativement courant de désigner des pays émergents, force est de constater la diversité et la labilité des critères mobilisés pour délimiter de façon rigoureuse cet ensemble et pour identifier non seulement ce qui les distingue des « non émergents »3, mais également ce qui les distingue entre eux. Toutefois, l’hétérogénéité fondatrice de cet ensemble de pays n’empêche pas d’identifier des faits qui paraissent constitutifs de l’émergence. Si le repère factuel le plus courant de l’émergence tient à la croissance macroéconomique – bien que la croissance ne soit pas significativement et systématiquement plus élevée chez les émergents que dans d’autres groupes de pays4 –, d’autres repères relatifs à un rapport singulier et nouveau à l’économie-monde, au poids des trajectoires nationales et des contextes régionaux dans les modèles d’émergence et à la capacité croissante à peser sur de nouvelles normes, voire à les prescrire, doivent être mobilisés conjointement.

Proposition 1. L’émergence désigne des trajectoires de changements économiques et sociaux étroitement articulées à la globalisation

  • 5  La crise actuelle démontre en tout cas la capacité des grandes économies émergentes à questionner (...)

5Des changements structurels profonds, concomitants à des phases de croissance élevée et soutenue, s’opèrent dans les pays émergents sans, toutefois, que la causalité entre les deux soit clairement établie. Ainsi, associée à une entrée remarquée dans l’économie globalisée, l’émergence signale une dynamique d’ouverture et d’internationalisation et tend à désigner ce que J. Sgard (2008) et J. Ruet (2008) qualifient de croissance de globalisation. Toutefois comme le signale R. Boyer (2008), les succès économiques des émergents reposent sur la synchronisation entre des stratégies politiques nationales et une configuration favorable de l’économie mondiale, qui n’est bien souvent que fortuite. Elle est ainsi susceptible de disparaître du fait notamment de changements dans les conditions externes déclenchant des crises de régulation que les pays émergents doivent être en capacité d’absorber, si ce n’est pleinement, au moins partiellement5. La croissance de globalisation ne se laisserait donc pas enfermer dans l’étroitesse d’une approche en terme de rattrapage ou de convergence puisqu’elle poserait la question plus fondamentale de l’émergence de « nouveaux régimes de la production et de la circulation des biens, des ressources et services, de nouveau régimes administratifs et politiques du développement, et d’un renouvellement de l’État et des sociétés, civile comme politique » (Ruet, 2008).

  • 6  Voir par exemple M. Coris et A. Rallet (2008) dans le cas des industries du logiciel indiennes.

6Le développement rapide de firmes compétitives et se globalisant constitue un premier niveau d’observation de l’émergence économique. Les stratégies de globalisation des firmes émergentes, leurs logiques de localisation et d’organisation ont également été présentées comme des éléments constitutifs de la croissance de globalisation. Ainsi, les dynamiques de changement économique engagées par l’Inde et la Chine depuis la fin des années quatre-vingt peuvent-elles être abordées comme une « économie politique de la transition vers de nouveaux régimes de développement pris dans une dynamique de globalisation de l’appareil industriel » (op. cit.)6. L’émergence donnerait donc à voir une des issues, incertaine, de la confrontation des enjeux du développement national aux contraintes et opportunités de la globalisation et des problèmes importants qu’elle pose aux économies en développement. Le régime de forte concurrence qui se met en place sur les marchés des biens peut ainsi être associé à une grande vulnérabilité des firmes tributaires de capitaux mobiles et hautement agressifs – on pense par exemple au rôle des Fusions&Acquisitions dans les économies émergentes – et rendre instable et précaire le développement même de ces firmes sur le long terme. Simultanément, les crises économiques et financières de 1997 et de 2008 montrent combien les firmes émergentes peuvent être sensibles aux fluctuations de l’offre et de la demande mondiale, surtout lorsqu’elles s’accompagnent de crises de change ou de crédit dans les pays d’origine.

  • 7  Les travaux de M. Lanzarotti (1992) sur la Corée du Sud ont rendu compte de cette possibilité de c (...)

7À un niveau plus agrégé, les contraintes de compétitivité et d’attractivité pesant sur les systèmes ouverts qui émergent posent en des termes renouvelés la vieille question de la dépendance. Se dessine un premier trilemne (triangle d’incompatibilité) entre trois pôles : l’intégration économique, la productivité/flexibilité du système productif et les politiques sociales (inclusion sociale). L’enjeu associé à l’organisation de l’ouverture vis-à-vis de l’extérieur remet à l’agenda des économistes du développement la problématique de la conquête de l’autonomie7. La grande mobilité des biens et des capitaux productifs pèse par exemple sur la capacité des pays à mener des politiques d’inclusion sociale et peut limiter leur capacité d’expérimentation politique si ils ne possèdent pas d’avantages économiques autres que les coûts relatifs de la main d’œuvre. Au regard de la trajectoire des NPI, la compétitivité par les coûts des facteurs a paru devoir être rapidement dépassée par la mise en œuvre d’un système de production suffisamment réactif, productif et innovant. Les gains de productivité et la vitesse du rattrapage salarial générés par ces changements structurels ont ensuite facilité la poursuite des réformes sectorielles en garantissant un support de plus en plus large à la stratégie de développement grâce à une répartition de plus en plus équitable des gains de la croissance (Ranis, 1995 ; World Bank, 1993 ; Lin, 2009). Un pays dont les conditions initiales en terme de productivité sont plus modestes et dont les structures productives sont rigides du fait d’un fort dualisme et d’une faible diversification productive subira probablement bien plus fortement le dictat de la contrainte externe, ce qui peut pousser à des politiques de dumping social ou fiscal afin de maintenir l’avantage concurrentiel.

  • 8  Au début des années 1990, on dénombre moins de 10 entreprises issues de pays émergents dans le cla (...)

8Toutefois, les grandes économies émergentes pourraient échapper à cette contradiction du sous-développement, puisqu’elles semblent en mesure de combiner sur le long terme des bas salaires relatifs et de hautes capacités technologiques ce qui, en soi, constituerait un véritable bouleversement de l’ordre économique mondial. Là où les NPI n’ont été qu’une secousse vite amortie (Giraud, 1996), les biais concurrentiels introduits par les grands émergents seraient de plus long terme8. Samuelson (2004) souligne d’ailleurs que l’émergence d’une économie comme la Chine dotée d’un spectre d’avantages comparatifs allant des productions intensives en travail aux productions intensives en qualifications et technologie est susceptible de bouleverser les conclusions des modèles standards du commerce international, les gains théoriques à l’échange pouvant disparaître pour les pays développés.

9Même si l’avenir reste indécis, la taille des marchés et l’importance des réservoirs de main d’œuvre confèrent aux grands émergents une forte attractivité sans besoin d’incitations particulières. Une propriété de l’émergence des économies de grande taille pourrait donc tenir à cette capacité à concilier les impératifs de la compétitivité et une grande autonomie de la politique sociale comme en témoignent, dans le cas de la Chine, le relèvement des impôts sur les bénéfices des filiales étrangères en 2007, ou l’annonce de la mise en place d’un grand programme de protection sociale en 2009. En revanche, pour les petits émergents non asiatiques comme la Tunisie ou le Maroc, les objectifs de la politique sociale restent plus difficilement articulables à une intégration internationale croissante et une faible flexibilité ou productivité. Les trajectoires de ces économies sont contraintes du fait qu’elles ne disposent ni d’avantages technologiques décisifs, ni d’un marché domestique de taille suffisante, ni même de la capacité d’élargir cumulativement la base sociale des bénéficiaires de la politique économique et industrielle.

10La force de la contrainte externe est donc relative à la taille du pays qui la subit. Mais, elle n’est toutefois pas la seule explication au constat de trajectoires d’émergence ouvertes et surtout variées qui continuent de dépendre de modes originaux de transformation interne des rapports sociaux.

Proposition 2. L’émergence reste liée aux contextes nationaux, qu’il s’agisse du particularisme des configurations institutionnelles ou de la nature des politiques publiques poursuivies.

  • 9  Ce qu’illustrent les travaux issus de la New Comparative Economics de l’Université d’Harvard autou (...)

11Une idée couramment répandue est que pour s’insérer efficacement dans la compétition mondialisée, il convient d’en adopter les règles du jeu supposées préétablies. La globalisation contraint la construction institutionnelle interne en imposant tout un corpus de normes à l’activité économique (Sgard, 2008). Si les formes et les rythmes d’adaptation dans les pays émergents peuvent différer dans une économie mondiale globalisée, les politiques fiscales, les institutions et les régulations nationales s’orientent depuis une quinzaine d’années vers l’attractivité du territoire et la maximisation des échanges, ceci dans tous les pays, ce qui peut conduire à une convergence des politiques et des institutions9.

12Rodrik (1997, 2005) décrit ainsi un second trilemne dans lequel maintenir des préférences politiques et institutionnelles fixées de façon autonome impose de limiter l’exposition à l’économie mondiale et aux normes internationales ou à s’inscrire dans un fédéralisme régional permettant de faire coïncider frontières du marché et frontières institutionnelle et politique. Dans la plupart des petits pays en développement, cette autonomie est faible et la capacité d’expérimentation souvent sacrifiée au profit de politiques et configurations institutionnelles orthodoxes à spectre réduit.

  • 10  Lin (2009) insiste sur un autre facteur d’autonomisation des politiques suivies par la Chine, l’In (...)

13Si la croissance de globalisation paraît être le socle commun de l’émergence, elle est tout de même loin d’aboutir à un modèle politico-économique unique et normé. Les grands pays émergents peuvent limiter l’emprise des normes globales sur les transformations internes du fait de la taille du marché et de l’épargne domestique qui limitent la vulnérabilité à la contrainte externe10. L’Inde relativement fermée aux pressions de la concurrence extérieure, pourrait articuler ouverture progressive, autonomie des politiques publiques et souveraineté de l’État-nation. Le Brésil, en revanche, fournirait l’exemple d’un pays ayant transitoirement renoncé à une partie de son autonomie politique en sacrifiant depuis bientôt plus de dix ans aux réformes de stabilisation et de libéralisation imposées par une stratégie d’insertion internationale soutenable et crédible. Toutefois, le contexte démocratique dans lequel ces deux pays définissent leurs politiques les oblige à procéder graduellement en ménageant les intérêts des parties de leur population qui pourraient avoir à subir les effets négatifs de ces choix et pourraient être amenés à s’organiser pour les bloquer. En revanche, en Chine, des réformes peu conventionnelles (Rodrik, 2003 ; Lin, 2009) mettent l’attractivité et la compétitivité au service d’une croissance tirée par les exportations et les investissements étrangers, mais l’administration de l’économie, forte et même croissante, y reste le premier mécanisme de réduction des risques inhérents à la recherche d’une croissance maximale, faisant de la Chine une nouvelle expérience de capitalisme sans marché (Artus, 2008).

  • 11  En Amérique latine, par exemple, de nouvelles politiques relèvent le défi d’associer simultanément (...)
  • 12  À terme, il est possible d’envisager une convergence vers la position indienne, une fois atteints (...)

14Quelles que puissent être les évolutions effectives de ces grandes économies émergentes, l’économiste se trouve en présence d’une fabrication inédite et en cours de formes singulières de capitalismes, c’est-à-dire d’une diversité de modèles de fait. L’hybridation marquée des systèmes socio-économiques qui émergent, les particularités qui s’y donnent à voir, ainsi que les transformations profondes qui s’y opèrent, le plus souvent en dehors des prédictions de la prospective économique standard, offrent ainsi un matériau empirique inattendu dont se saisissent différents courants d’analyse (Rodrik, 2003 ; Hausmann, 2008). Les stratégies nationales se multiplient, loin parfois des recommandations des prescripteurs habituels du développement comme le FMI ou la Banque mondiale (Boyer, 2008)11. Une telle diversité de scénarii et de capacités d’expérimentation politique est fonction, comme on l’a souligné, de la taille des pays, mais également de leur mode d’insertion internationale. Elle met en évidence deux éléments propres à l’émergence : d’une part, la plus ou moins grande indépendance de la régulation de l’économie au rapport de confrontation entre forces structurelles internes et externes ; d’autre part, le caractère incertain des trajectoires en cours de formation12. En d’autres termes, la globalisation engage la régulation nationale plus que ne l’avaient fait les mondialisations passées et la capacité d’un pays émergent à continuer à croître et à s’insérer internationalement dépendrait in fine de la capacité de sa régulation à satisfaire la demande externe de normalisation de l’activité économique en l’articulant positivement à la demande interne de normalisation de la dynamique socio-économique. Manifestement, la globalisation ne détermine ni la forme, ni la force de cette régulation. L’innovation sociale et économique, du ressort des États-nations au sein desquels se nouent l’essentiel des rapports de pouvoirs, continue de forger les systèmes économiques qui émergent dans la mondialisation.

  • 13  Les économies d’Asie de l’Est avaient ainsi limité les coûts sociaux des ajustements en mettant en (...)
  • 14  Ce déplacement méthodologique s’observe bien dans les travaux rassemblés par Rodrik (2003) qui par (...)

15Le fait nouveau, signalé plus haut, dans l’analyse économique de la normalisation des économies tient à une double reconnaissance, d’une part celle du rôle de l’État et de la politique publique dans ce mouvement13, d’autre part, celle d’une certaine rigidité des cultures et institutions politiques héritées qui entraînent des adaptations (Lin, 2009). Ces deux concessions faites au schème idéal d’une concurrence internationale, facteur de la convergence mécanique des systèmes nationaux de règles et de l’adoption de bonnes politiques publiques, autorisent à penser des configurations institutionnelles hybrides et à proposer des politiques publiques ajustées aux contextes nationaux. Les solutions de second best deviennent donc, en pratique, les plus efficaces14. Il en résulte, comme chez J. Sgard (2008), la possibilité d’une lecture économique des pratiques non conformes aux normes mondialisées – comme l’informalité persistante dans les systèmes économiques émergents du fait de coûts d’ajustements excessifs –, ou une justification de même nature du développement de politiques sociales ciblées dans les pays pauvres à l’image de celle mise en place au Brésil.

Proposition 3. L’émergence signale de nouveaux rapports aux règles et aux normes du jeu international, tant en terme de capacité d’adaptation que de capacité de production.

  • 15  À l’exception récente de P. Hugon (2008) ; pour une approche plus politiste, voir C. Jaffrelot (20 (...)
  • 16  J. Sgard (2008).

16Une dernière caractéristique des faits d’émergence est qu’ils engagent la notion de puissance. Or, cette dernière renvoie d’abord à une dimension politique et reste peu analysée par les économistes15. D’échelle nationale, elle se déploie le plus souvent sur une base régionale. Par exemple, il est admis que la Chine n’aurait jamais été émergente sans l’intégration commerciale et productive croissante de toute l’Asie16. Depuis lors, les orientations économiques de la Chine ont un impact croissant sur les dynamiques économiques de pays situés en dehors de la région, en particulier les pays en développement. Par son poids économique, elle est en mesure de modifier les prix mondiaux compte tenu du volume de son offre et de sa demande, indicateur manifeste de cette puissance économique potentielle. La Chine est même pour certains devenue le nouveau moteur de l’économie mondiale détrônant les États-Unis, car elle a une influence à la fois sur les économies industrialisées et sur les économies en développement, ce qui n’était pas forcément le cas de l’économie américaine.

17En outre, au niveau industriel, la Chine avec d’autres pays asiatiques s’est faite acteur d’une intégration croissante des chaînes de production à l’échelle de la région entière (Humphrey and Schmitz, 2007). Les firmes multinationales asiatiques organisées en réseaux de production et de distribution par des intégrateurs, prescrivent les normes techniques, commerciales et financières à l’ensemble des firmes de la chaîne de valeur. La notion d’Asian Drivers of global change (Kaplinsky, 2006), met l’accent sur une cette nouvelle forme de puissance qui passe par la capacité normative des pays émergents. Des faits de prescription de normes relatives aux produits ou à l’environnement commencent à se diffuser depuis des économies émergentes situées pour l’essentiel en Asie (op. cit.). L’économie politique internationale devrait pouvoir aider, à ce titre, à la construction de cadres d’analyses nouveaux permettant de saisir les mécanismes et les enjeux de ces nouveaux rapports de pouvoir dans le développement des économies.

  • 17  Cf. Le Monde (23 mai 2009).

18La crise économique internationale actuelle fournit un contexte propice à l’observation, et donc à l’analyse, de ces rapports de pouvoir dans la dynamique économique globale. Les pays émergents paraissent vouloir peser sur la hiérarchie des biens publics globaux. Leur contribution à la croissance mondiale, significative et en hausse, ou la reprise précoce des BRICs, leur donne un avantage inattendu sur les pays mûrs, notamment pour ce qui concerne les formes et les priorités à donner à une régulation internationale. Récemment, le Brésil affirmait que le G8 n’était plus l’enceinte pertinente pour discuter des efforts de relance de l’économie mondiale. Des commentateurs vont jusqu’à y voir l’opportunité donnée à de nouveaux pays de prendre le commandement de la régulation commerciale internationale sous condition, probablement, d’une ouverture plus importante de leurs économies. L’intérêt global paraît devoir compter avec celui des émergents. Réaffirmer aujourd’hui que la priorité n’est pas à la lutte contre le réchauffement climatique17 mais à la réduction de la pauvreté et à la poursuite de la croissance, manifeste concrètement cette capacité insoupçonnée à peser sur la définition et hiérarchie des biens publics mondiaux.

2. L’analyse de l’émergence : continuité ou rupture dans l’analyse du développement ?

19Force est de reconnaître que les rapports de causalité entre réformes et performances dans les pays émergents sont soit ténus, soit mal connus, au regard du jeu complexe des facteurs externes et internes. Ils ne sont ni la simple expression « mécanique » d’une extension mondiale des marchés, ni la reproduction tardive des expériences capitalistes passées mais à grande vitesse compte tenu des avantages de la globalisation de l’économie mondiale, ni non plus la traduction de transitions accélérées vers des économies de marché. S’il y a probablement de tout cela dans l’émergence, il y a bien autre chose : des réalités institutionnelles et des réformes dissonantes par rapport à l’orthodoxie des stratégies promues dans les années 1990, des trajectoires peu présentes dans les prédictions de la « nouvelle économie du développement », la fabrication en cours de rapports indéterminés entre changement institutionnel et dynamique économique. La singularité des dynamiques désignées par l’émergence invite en conséquence au déploiement d’une économie politique comparée capable de tenir compte, jusque dans sa méthodologie, de la temporalité des faits de changement en cours.

Proposition 4. L’émergence se situant du côté des énoncés de faits, l’analyse économique de l’émergence a une visée positive.

  • 18  On songe, par exemple, à la présence d’économistes du développement dans les services de planifica (...)
  • 19  Sur les liens entre théorie sociale, stratégie de développement et leadership politique dans le ca (...)

20Par l’origine et la géographie de son objet initial, l’économie du développement s’est construite sur un projet normatif (Rist, 1996). Dans les pays du Sud nouvellement indépendants, elle rencontrait, lorsqu’elle n’y contribuait pas directement18, un projet mobilisateur de transformation sociale et des organisations politiques pour le porter. Elle assumait donc une partie de la charge de cette transformation, celle qui revient à la connaissance scientifique et à l’expertise19. En paraphrasant F. Braudel (1984 : 57) au sujet des économistes, l’économie du développement « courait au service de l’actuel, au service des gouvernements » et produisait à cette fin les recommandations et dispositifs évaluatifs correspondants (Piveteau et Rougier, 2007) Si pour d’autres disciplines des sciences sociales le développement est une forme particulière du changement social, pour l’économie du développement il s’agit d’une forme souhaitée et souhaitable. Sa finalité peut varier d’une société à l’autre jusqu’au point où elle revêt un caractère universel (Guillaumont, 1985 : 31-56) permettant aujourd’hui encore des classements de pays par niveaux de développement.

  • 20  Par exemple, la rapidité à laquelle les firmes des grands pays émergents sortent de leur marché do (...)

21L’émergence réfère à un autre registre à la fois conceptuel et temporel. Elle ne fait l’objet d’aucune mobilisation sociale explicite. Il n’y aurait donc que peu d’intérêt à se demander si les pays émergents sont ou non les nouveaux lieux du développement, cette question relevant du registre de l’évaluation sociale plus que de celui des sciences sociales. Si une économie de l’émergence reste à faire, elle n’a vocation ni à remplacer ni même à concurrencer l’économie du développement. Se situant du côté des énoncés de faits, mais aucunement du côté d’une « évaluation des états du monde » (Blaug, 1994), l’émergence recouvre un faisceau de changements contradictoires dont l’issue, même provisoire, reste incertaine20.

22En conséquence, l’analyse de l’émergence doit pouvoir rendre compte, en dehors même d’énoncés de valeurs contraignants, des changements économiques à l’œuvre. Elle rejoint le programme de l’économie du développement lorsque celui-ci porte sur l’étude positive de processus endogènes renvoyant à des trajectoires plurielles et interdépendantes, sans référer aux modèles occidentaux de capitalisme mais, au contraire, à une diversité due aux potentialités internes aux sociétés et à leur mode d’insertion dans l’économie mondiale (Hugon, 2006 : 12). Avec l’importance accordée à l’industrialisation, elle retrouve également une des préoccupations d’origine de l’économie du développement. Elle s’en éloigne toutefois, par la nature des relations sud-nord et sud-sud (proposition 3) qui modifie significativement le contenu et le sens de l’asymétrie de puissance et de richesse inhérent aux travaux d’origine de l’économie du développement.

Proposition 5. S’il existe des modèles d’émergence, c’est par distinction avec les pays qui n’émergent pas, l’analyse devenant comparatiste.

23La profondeur des mutations qui s’opèrent dans un système socio-économique qui émerge du « sous-développement » ne s’élucide qu’ex post, comme l’ont été d’autres dynamiques historiques du capitalisme. Ce préalable admis, on comprend que les tentatives d’explication de ces émergences par des causes simples et sur un temps court resteront fragmentaires et bien en deçà de l’objectif d’élucidation. La recherche peut en revanche se concentrer sur les processus d’accumulation qui s’enclenchent, identifier et décrire les complexes multifactoriels qui les soutiennent, et tenter de les caractériser en les comparant par rapport à d’autres groupes de pays et entre eux.

24Une première proposition développée par J. Sgard (2008 : 52-53) sépare l’économie politique des émergents de trois autres modèles. Dans le cas « des pays qui n’émergent pas du tout », situés principalement en Afrique, l’échec est lié aux faillites multiples de l’État : financière, institutionnelle et politique. Les économies rentières, quant à elle, se caractérisent par une désarticulation du financement et du gouvernement de l’État d’avec l’économie privée et concurrentielle. Enfin, un troisième groupe de pays, dont le Venezuela, l’Équateur ou l’Argentine, resté bloqué dans le tournant libéral des années 1980, se montre incapable de conduire des politiques publiques dans une économie concurrentielle et penche logiquement vers des « formes traditionnelles d’intervention publique, moins rationnelles formellement et donc moins efficaces » (op. cit.). Le modèle des pays émergents correspondrait à une forme d’économie mixte, tant ces pays ont su raisonnablement s’éloigner des règles libérales du consensus de Washington après que ces dernières aient fait leur travail minimal d’institution de l’agent privé, des règles du marché et de sape des régimes corporatistes. Ce qui frappe alors dans l’étude des cas nationaux, c’est le fort contenu d’improvisation des stratégies de croissance (Hausmann,2008 ; Lin, 2009 ; Rodrik, 2003). Le résultat final sur les institutions ou sur les performances n’est pas prévisible puisqu’il n’est pas déterminé par une norme importée. Les contextes nationaux, historiques et institutionnels continuent de peser et ils conditionnent largement les contenus et les effets des politiques économiques, même lorsque celles-ci sont menées sous injonction internationale.

  • 21  À y regarder de près, le socle de facteurs clefs d’une stratégie de croissance de long terme demeu (...)

25Pourtant, les approches de J. Sgard ou de D. Rodrik, ne sont jamais loin de transformer les phénomènes d’émergence économique en normes de marché, de politiques et d’environnement institutionnel comme cela fut le cas lorsque les stratégies de croissance industrielle des premiers NPI ont été érigées en modèle reproductible21. Pourtant, chaque expérience, c’est le cas de l’Inde, de la Chine et de la croissance économique ultra-rapide en Asie de l’Est dans les années 1950, montre que la théorie peine à prévoir les formes du développement économique et que celles-ci échappent aux normes. K. Pistor (2000 : 137) rappelle ainsi que le miracle de l’Est asiatique a bouleversé la croyance théorique usuelle quant au rôle de l’implantation du droit formel.

  • 22  R. Boudon (1984 : 93).
  • 23  P. Bairoch (1995 : 224).

26L’analyse comparative et empirique vise justement une meilleure identification des singularités et permanences du développement économique dans les pays émergents. En aucun cas, elle ne participe d’une conception nomologique ou nomothétique du changement social, la sociologie du changement22 ou l’histoire économique23 concluant l’une et l’autre à l’impossibilité d’énoncer des lois du changement absolu ou de portée universelle.

Proposition 6. Une économie politique de l’émergence pousse à déplacer l’analyse vers des niveaux « locaux » et vers la mise à jour des institutions transitionnelles.

27Analyser l’émergence oblige à traiter d’un moment particulier de la construction institutionnelle. Celui du changement où se défait pour se refaire une configuration forcément instable. Apparaissent et sont saisissables, comme dans les situations de crise, des mécanismes fondamentaux, des « coups de force inauguraux » qui « concentrent comme jamais la charge politique des institutions » selon l’expression de F. Lordon (2008 : 17).

  • 24  S. Djankov et al. (2003).
  • 25  Voir D. Lal et H. Myint (1996) ou D. Rodrik (2003) pour des tentatives limitées toutefois par une (...)

28L’économie standard considère le critère d’efficience comme un principe sélectif unique qui finit par s’imposer à tous, des agents représentatifs aux organisations en passant par les institutions. Elle est alors amenée à penser le changement institutionnel comme la convergence des économies vers un petit nombre de configurations institutionnelles24. Résulte de cette hypothèse une recherche des « bonnes pratiques » et la production de prescriptions et de règles valables en tous temps et en tous lieux. Même dans cette perspective, l’analyse de l’émergence ne peut consister à identifier ce qui fait qu’à politiques économiques similaires (objectifs similaires, instruments similaires) certains pays enregistrent des résultats durablement supérieurs aux autres. Le focus pourrait alors se faire sur les éléments qui échappent à l’analyse quantitative économétrique agrégée. Dans ce registre d’analyse, il reste probablement à explorer les analyses contrefactuelles : quelles auraient été les conséquences si tel pays avait mené la politique de tel autre, compte tenu de ses caractéristiques ? Or ces éléments, déterminants dans la compréhension des dynamiques spécifiques, sont de nature probablement institutionnelle mais au sens le plus large du terme. Qu’est ce qui dans les relations État-marché ou dans les compromis socio-politiques est singulier, facteur de performance supérieure et plus durable25 ?

29À la différence des approches causalistes, d’autres travaux mettent l’accent sur la variété constatée des modes de régulation. Les institutions inscrites dans l’histoire, la culture et les structures sociales sont le produit de rapports de force, de rapports sociaux endogènes, plus que d’une sélection optimale. L’hétérogénéité des formes de mise au travail, l’informalisation articulée à l’insertion internationale de pans entiers de l’économie, les comportements de dissidence économique, la nature fonctionnelle plus qu’institutionnelle du rapport à l’État, les pratiques rentières et les rapports clientélistes, l’imbrication particulière du public et du privé, la nature néo-patrimoniale de l’État, l’incomplétude des structures industrielles, le maintien dans certains domaines d’une dépendance technologique et la trace encore active d’une insertion internationale subordonnée, sont quelques uns des traits singuliers des pays en développement dont il convient de faire grand cas dans l’analyse de l’émergence économique.

30L’indétermination finale du rapport entre dynamiques institutionnelles et dynamiques économiques conduit à déplacer le regard vers des niveaux « locaux » où se contextualisent les stratégies mises en œuvre par les acteurs et les conflits d’intérêts au sein desquels, et par lesquels, opère le changement institutionnel. L’inscription spatiale de l’émergence en donnant lieu à des concentrations et de fortes inégalités invite elle aussi au déplacement des niveaux d’analyse. En Inde et en Chine, J. Ruet (2008) signale que la croissance de globalisation, « se manifeste, à l’inverse de celle de rattrapage, par des effets de différentiels (spécialisation dans des « niches »), d’agglomération (production en réseau et présence simultanée sur un territoire de compétences et de savoir-faire complémentaires), et par un caractère résolument stratégique (technologique et organisationnel) ». Constat que l’on peut étendre à bien d’autres pays, y compris chez les « petits émergents » (Piermay et Piveteau, 2009). Dans ces cas de figure, les indicateurs de performances macroéconomiques peineront à restituer la dynamique et les phénomènes pourtant bien concrets de l’émergence.

31L’émergence s’avère donc au moins autant, voire plus, un phénomène micro et mésoéconomique qu’un phénomène macroéconomique. L’étude des dynamiques et stratégies d’acteurs semble alors décisive, ce qu’illustre, par exemple, le rôle des diasporas dans l’investissement et le développement industriel chinois. La question posée par l’émergence diffère de celle du choix d’une stratégie de développement. Il s’agit in fine d’identifier par l’analyse comparative et empirique, les mécanismes de formation de nouveaux modèles de capitalisme en s’appuyant sur une variété d’expérience qui va des grands émergents aux plus petits soumis à des contraintes et des opportunités différentes.

Conclusion

  • 26  Cette asymétrie d’usage tranche avec ce qui se passe en philosophie et dans d’autres champs de réf (...)

32Peu discutée dans la littérature économique et dans les sciences sociales plus généralement, l’émergence ne tient lieu ni de nouvelle théorie du changement et du développement, ni de concept, ni de notion26. Plus qu’à une rupture d’avec les canons théoriques de l’analyse du développement, la compréhension des trajectoires d’émergence récentes invite l’économiste du développement à un certain déplacement des approches et outils qui lui sont familiers afin d’ajuster ses méthodes à la singularité de ce nouvel objet. Il ne s’agit pas de proposer un modèle déterministe, ni de chercher à produire de nouvelles prescriptions de croissance ou de développement, mais d’observer et de comprendre « un état de chose » en cours de fabrication.

33Une économie politique de l’émergence prétendant à une certaine autonomie dans le champ des sciences sociales du développement pourrait alors s’appuyer sur trois composantes. La spécificité de l’objet en premier lieu : elle se découvre dans les processus de changement sociaux et institutionnels, endogènes et induits par la globalisation, qui transforme de façon inédite la dynamique économique et en modifie le résultat. La problématique en second lieu : elle participe des débats contemporains sur la croissance, le développement économique, sa régulation et la variété des formes de capitalismes. La méthodologie enfin qui reste probablement la composante la plus ouverte : d’essence institutionnaliste, elle adopte un certain empirisme méthodologique pour pouvoir épouser la temporalité singulière de son objet, ne se satisfait pas d’un niveau d’analyse macroscopique mais cherche à combiner plusieurs niveaux d’appréhension et de compréhension de ce qui émerge.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Amable B., (2005), Les cinq modèles de capitalisme, Seuil, Paris.

Arthur W. B., Durlauf S. et Lane D., (1997), The economy as an evolving complex system II, Addison-Wesley, Redwood City, CA.

Artus P., (2008), La Chine, PUF, Paris.

Bairoch P., (1995), Mythes et paradoxes de l’histoire économiques, La Découverte, Paris.

Blaug M., (1994), La méthodologie économique, Economica, Paris.

Boudon R, (1984), La place du désordre, PUF, Paris.

Boyer R., (2008), « Les formes du capitalisme en pays émergents, entretien avec Robert Boyer », in Jaffrelot C., L’enjeu mondial, les pays émergents, Les Presses de Sciences Po-L’Express, Paris, p. 55-66.

Braudel F., (1984), Écrits sur l’Histoire, PUF, Paris.

Coris M. et Rallet A., (2008), « Les pays émergents à la conquête des marchés mondiaux », Revue de la régulation, n° 2, janvier 2008, Varia, [En ligne], mis en ligne le 1er février 2008. URL : http://regulation.revues.org/document2583.html.

Dessillons S., Maurisse T. (2007), Les nouveaux conquérants. Qui a peur des entreprises des pays émergents ?, Les Presses de Mines Paris – ParisTech, Paris, Collection Libres Opinions.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Djankov S., Glaeser E., La Porta R., Lopez-de-Silanes F. et Shleifer A., (2003), “The New Comparative Economics”, Journal of Comparative Economics, 31(4): p. 595-619.
DOI : 10.1016/j.jce.2003.08.005

Gabas J. J. et Losch B., (2008), « La fabrique de l’émergence en trompe-l’œil », in Jaffrelot C., L’enjeu mondial, les pays émergents, Les Presses de Sciences Po, Paris, p. 25-40.

Giraud P.-N., (1996), L’inégalité du monde, Économie du monde contemporain, Gallimard, Paris, Folio essais.

Guillaumont P., (1985), Économie du développement, Thémis, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hausmann R., (2008), “The Other Hand: High Bandwidth Development Policy”, CID Working Paper No. 179, University of Harvard.
DOI : 10.2139/ssrn.1314799

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hausman R., Rodrik D., Velasco A., (2005), Growth diagnostic, John Kennedy School, Harvard University.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780199534081.003.0015

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hugon P., (2006), « Préface », in Berr E. et Harribey J.-M., Le développement en question(s), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux,.Bordeaux, p. 9-12.
DOI : 10.1016/0169-7552(96)90001-X

Hugon P., (2008),« Les liens entre les pays émergents et les pays les moins avancés », Conférence « L’émergence : des trajectoires au concept ? » GREThA-Université Bordeaux IV, 27-28 novembre 2008.

Humphrey J., Schmitz H., (2007), “China: its impact on the developing asian economies”, IDS Working Paper 295, IDS, Brighton.

Jaffrelot C., (2008), L’enjeu mondial, les pays émergents, Les Presses de Sciences Po, Paris.

Kaplinsky R., (2006), “Asian Drivers: Opportunities and threats”, IDS Bulletin, 37(1).

Lanzarotti M., (1992), La Corée du Sud : une sortie du sous-développement, IEDES, PUF, Collection Tiers-Monde, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lal D., Myint H., (1996), The political economy of poverty, equity and growth. A comparative study, Clarendon Press, Oxford.
DOI : 10.1093/0198294328.001.0001

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lin J. Y., (2009), Economic development and transition, Cambridge University Press, Cambridge.
DOI : 10.1017/CBO9780511805622

Lordon F., (2008), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Les Presses de SciencesPo, Paris.

Nicet-Chenaf D., Piveteau A. et Rougier E., (2009), Les pays émergents dans la crise, Séminaire international « émergents et crise », Collegio de Mexico, novembre 2009.

Piermay J.-L., Piveteau A., (2009), « L’impensé du local dans le Programme Émergence du Maroc, Le cas de Tanger », in Mezouaghi M., Les localisations industrielles au Maghreb, attractivité, agglomération et territoires, IRMC-L’Harmattan, Paris, p. 209-232.

Pistor K, (2000), « Évolution des institutions légales et changement de régime économique », Revue d’économie du développement, 1-2, p. 133-144.

Piveteau A., Rougier E., (2007), « Nouveau discours expert et politique publique : L’exemple du mémorandum économique pays de la Banque mondiale sur le Maroc », XXIIIe journées du développement de l’association tiers-monde : L’État malgré tout ? Acteurs publics et développement, Mons, mai 2007.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ranis G., (1995), “Another look at the East Asian Miracle”, The World Bank Economic Review, 9(3), p. 509-534.
DOI : 10.1093/wber/9.3.509

Rist G., (1996), Le Développement. Histoire d’une croyance occidentale. Presses de Sciences-Po, Paris.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rodrik D., (1997), Has globalization gone too far?, Institute for International Economics, Washington DC.
DOI : 10.2307/41165897

Rodrik D., (1999), The new global economy and developing countries: making openness work, ODC, Policy Essay N°24.

Rodrik D., (2003), In Search of Prosperity. Analytic Narratives on Economic Growth, Princeton University Press, Princeton and Oxford.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rodrik D., (2005), “Feasible Globalizations,” in M. Weinstein, ed., Globalization: What’s New?, Columbia University Press, New York.
DOI : 10.2139/ssrn.349021

Rodrik D., (2008), One Economics, Many Recipes: Globalization, Institutions, and Economic Growth, Princeton University Press, Princeton and Oxford.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rodrik D., Subramanian A. et Trebbi F., (2002), Institutions rule: the primacy of institutions over geography and integration on economic development, NBER Working Papers, 9305.
DOI : 10.1023/B:JOEG.0000031425.72248.85

Ruet J., (2008),Penser la figure du capitalisme d’émergence industrielle en Inde et en Chine, mimeo.

Samuelson P. A., (2004), “Where Ricardo and Mill Reboot and Confirm Arguments of Mainstream Economics Supporting Globalization”, Journal of Economic Perspectives, vol. 18, n° 3.

Sgard J., (2008), « Qu’est-ce qu’un pays émergent ? », in Jaffrelot C. (éd.), L’enjeu mondial, les pays émergents, Paris, Presses de Sciences Po-L’Express, p. 41-54.

World Bank, (1993), The East Asian Miracle: Economic Growth and Public Policy, Oxford University Press, The World Band, Washington D. C.

Haut de page

Notes

1  Ce sont les banques d’affaires et les agences de notation qui les premières désignent les marchés émergents par leur niveau de capitalisation boursière, leur degré de liquidité et la qualité de la gouvernance qui s’y exerce. L’origine du label renvoie donc à la présence d’opportunités de marchés pour les opérateurs des économies mûres. C’est probablement avec The East Asian Miracle publié en 1993 par la Banque mondiale qu’est proposée, sans être nommée, une première version « intégrée » des caractéristiques d’une économie émergente. À la suite des ces travaux, dès la fin des années 1990, les pays émergents sont définis à partir d’indicateurs de performances macroéconomiques dynamiques et d’une appréciation générale des changements structurels en cours qui renvoient généralement à l’instauration d’une économie de marché et à la création d’opportunités financières de diversification sur de nouveaux marchés caractérisés par un début d’industrialisation, à une croissance rapide et à un contexte macro-institutionnel moins risqué que dans les pays moins avancés.

2  Pour une présentation de la genèse du terme d’émergence, voir Gabas et Losch (2008). Nous continuerons à parler d’économie émergente, malgré les origines particulières de ce terme, faute de meilleure alternative.

3  Voir l’articulation des classifications dans C. Jaffrelot (2008).

4  D’ailleurs, suivant la période retenue, le groupe des pays les moins avancés peut enregistrer des taux de croissance moyen du PIB et des taux d’ouverture moyens équivalents, voire supérieurs, à ceux des pays classés parmi les d’émergents.

5  La crise actuelle démontre en tout cas la capacité des grandes économies émergentes à questionner et faire évoluer leur modèle de régulation (Nicet-Chenaf et al., 2009).

6  Voir par exemple M. Coris et A. Rallet (2008) dans le cas des industries du logiciel indiennes.

7  Les travaux de M. Lanzarotti (1992) sur la Corée du Sud ont rendu compte de cette possibilité de conquérir de l’autonomie à partir d’une dépendance externe.

8  Au début des années 1990, on dénombre moins de 10 entreprises issues de pays émergents dans le classement annuel « Fortune Global 500 » des 500 plus grandes entreprises mondiales selon leur chiffre d’affaires pour 45 en 2006, localisées principalement dans les BRICs (Dessillons et Maurisse, 2007 : 16). De plus, le cantonnement initial des entreprises émergentes dans l’industrie gazière et pétrolière ainsi que dans le secteur financier tend à se relâcher. Surtout, de nouveaux acteurs mondiaux s’affirment en réalisant une part significative de leurs activités en dehors du marché domestique, commençant à bouleverser l’ordre mondial de la concurrence.

9  Ce qu’illustrent les travaux issus de la New Comparative Economics de l’Université d’Harvard autour de Djankov et la base de données Doing Business dont la logique est celle d’un benchmarking institutionnel (Djankov et al., 2003).

10  Lin (2009) insiste sur un autre facteur d’autonomisation des politiques suivies par la Chine, l’Inde ou le Vietnam qui est qu’elles n’ont pas suivi les pensées dominantes (industrialisation lourde capital-intensive avec substitution aux importations puis consensus de Washington) sur le développement dont la succession violente a produit des défaillances institutionnelles souvent irréversibles.

11  En Amérique latine, par exemple, de nouvelles politiques relèvent le défi d’associer simultanément des objectifs de croissance, de lutte contre la pauvreté et de réduction des inégalités.

12  À terme, il est possible d’envisager une convergence vers la position indienne, une fois atteints certains niveaux de développement des marchés domestiques. Mais il est tout aussi possible qu’émergent d’autres économies « clonées » dont l’ouverture aux exportations et aux mouvements de capitaux notamment, impose un socle commun de réformes.

13  Les économies d’Asie de l’Est avaient ainsi limité les coûts sociaux des ajustements en mettant en place, volontairement ou par accident, des mécanismes qui assuraient à une large partie de la population un partage des gains de la croissance rapide notamment à travers la mise en place de mesures sociales – éducation, protection – tout en répondant aux besoins changeants de l’économie et des entreprises, bâtissant ainsi un consensus autour de la nécessité et de la justesse des changements [World Bank (1993), Ranis (1995)]. Comme l’illustrent la Corée du Sud hier ou la Chine aujourd’hui, l’autoritarisme a pu être utilisé pour pousser de façon transitoire des changements socio-économiques non consensuels, mais l’expérience historique de la première laisse à penser que l’adhésion sociale, in fine, est nécessaire à la soutenabilité du mode d’accumulation.

14  Ce déplacement méthodologique s’observe bien dans les travaux rassemblés par Rodrik (2003) qui partent d’études de cas, mais également dans les approches plus systématisées des diagnostics de croissance (Hausman, Rodrik and Velasco, 2005).

15  À l’exception récente de P. Hugon (2008) ; pour une approche plus politiste, voir C. Jaffrelot (2008).

16  J. Sgard (2008).

17  Cf. Le Monde (23 mai 2009).

18  On songe, par exemple, à la présence d’économistes du développement dans les services de planification des pays nouvellement indépendants.

19  Sur les liens entre théorie sociale, stratégie de développement et leadership politique dans le cadre de la Chine et de l’Inde notamment, voir Lin (2009).

20  Par exemple, la rapidité à laquelle les firmes des grands pays émergents sortent de leur marché domestique bousculent les théories classiques de l’internationalisation (Dessillons et Maurisse, 2007).

21  À y regarder de près, le socle de facteurs clefs d’une stratégie de croissance de long terme demeure peu éloigné des prescriptions standards des institutions internationales (Hausman, Rodrik, Velasco, 2005). Rodrik (2008) continue à apprécier la singularité de chaque trajectoire nationale à l’aune de normes maintenues comme la croissance du PIB par tête et des exportations, l’augmentation des excédents, la réduction de la pauvreté et des inégalités, etc.

22  R. Boudon (1984 : 93).

23  P. Bairoch (1995 : 224).

24  S. Djankov et al. (2003).

25  Voir D. Lal et H. Myint (1996) ou D. Rodrik (2003) pour des tentatives limitées toutefois par une approche très standard de la dimension socio-politique.

26  Cette asymétrie d’usage tranche avec ce qui se passe en philosophie et dans d’autres champs de réflexion où la question de l’émergence fait l’objet d’importantes et récentes controverses. Chez les physiciens, elle donne lieu à des travaux novateurs qui bousculent la compréhension de la matière et de ses lois. La doctrine réductionniste consistant à rendre compte de la grande variété des phénomènes naturels par un petit nombre d’unités élémentaires et de lois fondamentales se voit en effet contestée par le projet « émergentiste » qui, à l’opposé, fonde l’explication sur des principes d’organisation à différents niveaux et des comportements d’ensemble qu’il convient d’étudier empiriquement indépendamment des objets élémentaires et des lois qui en déterminent le comportement. Pour des travaux d’économistes sur les phénomènes émergents, voir W.-B. Arthur et alii (1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Piveteau et Éric Rougier, « Émergence, l’économie du développement interpellée », Revue de la régulation [En ligne], 7 | 1er semestre / Spring 2010, mis en ligne le 03 juin 2010, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://regulation.revues.org/7734

Haut de page

Auteurs

Alain Piveteau

Économiste, chargé de recherche, Institut de recherche pour le développement, UMR 8586 PRODIG, associé au GREThA, Alain.Piveteau@ird.fr

Articles du même auteur

Éric Rougier

Économiste, maître de conférences université de Bordeaux, GREThA UMR 51-13, eric.rougier@u-bordeaux4.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page