Navigation – Plan du site
Opinions - débats : Institutions, régulation et développement

Douglass North : hétérodoxie néo-institutionnelle versus néolibéralisme ?

Éléments pour un débat sur les réformes institutionnelles dans les PVD
Douglass North: new institutionalism versus neoliberalism? Some arguments for a critical assessment of institutional adjustment in developing countries
Heterodoxia neo institucional versus neoliberalismo ? Elementos para un debate sobre las reformas institucionales en los países en vías de desarrollo
Benoît Prevost

Résumés

Les travaux récents de Douglass North montrent une radicalisation de sa critique à l’encontre de l’orthodoxie néoclassique. Cela le conduit à refuser l’idée que la théorie économique puisse soutenir la construction volontariste et rationnelle d’institutions efficaces dans les pays en développement. En d’autres termes, l’ajustement institutionnel soutenu par la Banque mondiale et le FMI ne correspondrait pas à une application de la nouvelle économie institutionnelle telle que North la conçoit. North propose les voies d’une hétérodoxie néo-institutionnelle basée sur le rejet à la fois des hypothèses et des postures de l’analyse économique standard.

Haut de page

Texte intégral

JEL : B25, B5, O1

1La définition que North donne des institutions a peu changé depuis le début des années 1990 et sert aujourd’hui encore de référence fondatrice à de nombreux développements théoriques contemporains :

  • 1  Nous retenons la définition de 1994, en suivant Straub (2000) et Chavance (2006) dont nous utiliso (...)

« Les institutions sont les contraintes établies par les hommes qui structurent les interactions humaines. Elles se composent des contraintes formelles (comme les règles, les lois, les constitutions), de contraintes informelles (comme les normes de comportement, des conventions, des codes de conduite imposés) et des caractéristiques de leur application » (North, 1994, p. 361)1.

  • 2  L’abandon de l’hypothèse de rationalité et l’incapacité de la théorie standard à traiter de questi (...)
  • 3  Notamment à propos du rôle de l’idéologie, l’élaboration des connaissances, la diversité instituti (...)

2En revanche, son dernier ouvrage (Norh, 2005) marque une inflexion dans ses principaux résultats et ses rapports avec l’orthodoxie néo-classique. L’abandon de l’hypothèse de rationalité standard a conduit North à radicaliser progressivement ses positions, non seulement sur la capacité de l’économie standard à traiter des questions historiques2 mais aussi, et surtout, sur la manière de penser les réformes dans les pays en développement. La perspective développée par North, par son rejet de l’hypothèse de rationalité néoclassique et par son anti-constructivisme institutionnel, invite ainsi à suivre la piste de rapprochements avec la tradition autrichienne et plus précisément avec Hayek qu’il cite régulièrement3.

3Nous proposons de voir dans quelle mesure cette démarche peut servir de base à une critique du néolibéralisme qui a guidé les plans d’ajustement structurel et qui perdure à travers les réformes de seconde génération. Il s’agira ainsi de contribuer au débat non seulement sur les liens entre institutions et développement, mais aussi sur les liens entre analyse économique et stratégies de développement.

4Le néolibéralisme ne saurait être réduit à l’application de réformes conservatrices à partir des années 1980. Nous suivons en cela Audard (2009, en part. p. 813) et partons de l’hypothèse d’une diversité des libéralismes contemporains dont le terme néolibéralisme ne saurait rendre compte qu’au prix de simplifications et de confusions empêchant, fondamentalement, un travail critique approfondi. En revanche, on peut associer au néolibéralisme le renouveau d’un discours sur la « naturalité » du marché et, par extension, des institutions les plus « naturellement » performantes qu’il convient de mettre en place, notamment dans les pays en voie de développement (Prévost, 2005 et 2008). Le discours réformateur s’appuie ainsi, en fait, sur un néo-institutionnalisme expurgé de ses propositions les plus radicales comme celles soutenues par North. Nous montrerons que la logique suivie dans Le processus du changement économique entre en conflit avec l’idée que des réformes s’appuyant sur la théorie économique puissent vraiment mettre en place des institutions efficientes et efficaces pour le développement des pays pauvres.

5Nous procéderons en deux temps : nous verrons d’abord les liens entre la conception des institutions, le rôle de l’hypothèse de rationalité et la nature des théories économiques ; puis nous analyserons les implications de cette conception sur la pensée du développement et des possibilités de réformes institutionnelles.

1. Quelle analyse des institutions ?

6Jütting (2003) différencie trois grandes typologies dans l’approche économique des institutions : la première fondée sur l’opposition entre formel et informel ; la deuxième fondée sur un ordre hiérarchique des institutions ; la troisième fondée sur la distinction de plusieurs « aires » (économie, politique, légale et sociale). L’analyse de North englobe ces différentes catégories.

  • 4  C’est le « meta game » dont parle Aoki pour distinguer l’approche des auteurs comme North (rules o (...)
  • 5  On peut mettre cette hiérarchie en parallèle avec celle proposée par Guery (2001, p. 30) : une « h (...)

7La première est une référence classique de son œuvre. La seconde se retrouve dans l’idée qu’il y a plusieurs niveaux de structures, par exemple lorsqu’il écrit : « une structure, qu’elle soit celle de marchés individuels ou d’un système politico-économique entier, est une création humaine dont le fonctionnement n’est jamais automatique ni naturel » (North, 2005, p. 207). En fait, il existe un niveau englobant4, une « matrice institutionnelle » façonnée par « les croyances dominantes », « celles des entrepreneurs politiques et économiques en mesure d’instaurer des lignes d’action » (North, 2005, p. 21), qui « conduisent à la longue à l’accrétion d’une structure d’institutions élaborée qui détermine le fonctionnement de l’économie et de la politique » (North, 2005, p. 21). Il convient alors, effectivement, de distinguer la structure globale des sous-structures particulières5 (la structure globale, à un moment donné, par exemple, détermine la structure de la concurrence, autrement dit les règles de fonctionnement des marchés – North, 2005, p. 20). Cette hiérarchisation renvoie également à la partition en différentes aires dont North défend la combinaison analytique :

« L’environnement humain est une construction humaine comprenant des règles, normes, conventions et façons de faire qui définissent le cadre des relations entre humains. Les sciences sociales découpent cet environnement en disciplines distinctes – économie, science politique, sociologie – mais les constructions dont l’esprit humain a besoin pour raisonner sur son environnement ne coïncident pas avec ces catégories artificielles. Si nous voulons comprendre le processus du changement, nos cadres analytiques doivent intégrer des observations issues de ces disciplines artificiellement séparées. » (North, 2005, p. 30)

  • 6  North (1990, p. 27) explique que comprendre le rôle des institutions implique de combiner trois th (...)

8Ce passage permet de mettre en lumière la démarche de North. Pour lui, les institutions sont le résultat d’un effort intentionnel des hommes pour maîtriser leur environnement, pour le rendre « davantage prévisible » (North, 2005, p. 32) avec ce paradoxe essentiel : en tant qu’artefacts permettant de maîtriser (plus ou moins) l’environnement naturel, les institutions constituent un environnement qui, lui-même, échappe pour partie aux hommes. La clef de cette démarche est l’importance accordée à l’incertitude, associée à une théorie spécifique du comportement6.

9North reprend la terminologie de Franck Knight, dans laquelle le risque est la « condition dans laquelle il est possible de calculer une distribution probable des résultats de manière à pouvoir s’assurer contre la survenue de cette condition » et l’incertitude, la « condition dans laquelle une telle distribution des probabilités n’existe pas » (North, 2005, p. 32). North note que le langage économique classique tend à utiliser le terme incertitude pour le terme risque et ambiguïté pour incertitude… Pour couper court aux confusions possibles, il utilise les concepts d’ergodicité et de non-ergodicité, et reprend la définition de Davidson (1991),

« ergodique : qui implique ou se rapporte à la probabilité qu’un état quelconque se reproduise, et spécialement à la probabilité qu’un état quelconque ne se produise jamais. Ainsi, “un processus stochastique ergodique signifie simplement que les moyennes calculées d’après les observations passées ne peuvent être durablement différentes de la moyenne à long terme des observations futures” (Davidson, 1991) » (North, 2005, p. 38).

10En d’autres termes, encore, et c’est là l’essentiel pour North, un monde non-ergodique est un monde dans lequel on ne peut pas probabiliser le futur en projetant les connaissances (statistiques) antérieures. Ce qui revient à dire que le futur est par essence incertain (au sens de Knight).

11Pour North, il est essentiel de saisir que « l’incertitude n’est pas une condition exceptionnelle : c’est la condition sous-jacente qui est responsable de la structure de l’organisation humaine tout au long de l’histoire et de la préhistoire » (North, 2005, p. 32). Et ce sont les efforts constamment déployés par les êtres humains pour rendre « leur environnement davantage prévisible » (North, 2005, p. 32) qui sont à l’origine des institutions. Celles-ci ont en effet pour objectif de réduire l’incertitude « en diminuant le nombre de choix possibles », ce qui permet d’améliorer l’aptitude de l’agent à maîtriser l’environnement » (North, 2005, p. 32). North s’inspire ici des travaux de Heiner Ronald (1983) pour qui la question de l’incertitude réside dans l’écart entre la compétence de l’agent et la difficulté du problème décisionnel, la réduction de l’incertitude correspondant à la réduction de cet écart.

  • 7  « La plupart des économistes, avec quelques exceptions importantes comme Friedrich Hayek, ignorent (...)

12North déploie ici une théorie de la connaissance et du comportement dans des termes qui ne peuvent manquer d’évoquer les travaux de Hayek (Butos and McQuade, 2002, Cubeddu, 2002, Cass, 2003), et d’une tradition (libérale) très particulière. Cette tradition se caractérise par une interrogation sur les structures mentales de l’homme très éloignée de l’hypothèse de rationalité propre à l’économie standard7. Elle conduit également à remettre en question la possibilité d’une connaissance scientifique du monde social au sens où les économistes l’entendent aujourd’hui : théoriser le réel revient simplement à des constructions mentales qui permettent de faire face à l’incertain et non des constructions scientifiques susceptibles d’étayer un quelconque constructivisme social grâce à l’élaboration de lois universelles certaines.

13North va donc bien au-delà du simple rejet de l’hypothèse de rationalité individuelle en tant que fondement de la compréhension des comportements individuels. Ce rejet doit en effet se comprendre dans son lien avec toute connaissance en général et fonde la critique d’un scientisme constructiviste. Cette critique concerne également ce qu’est la théorie économique elle-même et conduit à des mises en garde sans aucune ambiguïté :

« La théorie néoclassique est statique. De ce fait, elle tend à imposer des œillères aux décideurs qui y puisent leur inspiration. Cela les conduit trop souvent à formuler des prescriptions qui produisent des résultats fort éloignés des intentions. En effet, dans un contexte dynamique, une politique dérivée d’une théorie statique produira des effets imprévus (et déplorables). Il devrait être clair à présent que la présente étude ne propose aucune théorie dynamique du changement – et tout aussi clair, je l’espère, que l’apparition d’une théorie utile de ce type est improbable. » (North, 2005, p. 163)

14L’analyse historique est une analyse des transformations des structures mentales et des institutions qu’elles produisent, tout en gardant à l’esprit que la dynamique historique suppose également une amélioration de la condition humaine à travers des progrès lents et graduels, mais tangibles, dans la maîtrise de l’environnement. Comprendre le processus de développement économique du point de vue institutionnel de North suppose donc une rupture avec l’économie orthodoxe.

2. Développement et réformes institutionnelles

15« Pour un historien de l’économie […] l’hypothèse ergodique est cependant anhistorique » (North, 2005, p. 38). Les termes du débat sont clairs : l’économie néoclassique, en partant des hypothèses de rationalité et d’information parfaites (incertitude nulle), construit des modèles universels hors du réel. Non que ces modèles n’aient pas d’utilité : mais ils sont inaptes à rendre compte à la fois du fonctionnement statique réel de l’économie (car l’incertitude est le cas général et non l’exception), mais encore moins de la dynamique économique de long terme.

« (La théorie néoclassique) présente trois déficiences fondamentales qu’il est nécessaire de surmonter pour comprendre le processus du changement économique. Elle est sans friction, elle est statique et elle ne tient pas compte de l’intentionnalité humaine. » (North, 2005, p. 95)

  • 8  « Mais cet effort même entraîne des altérations continuelles de l’environnement et par conséquent (...)

16Le processus du changement économique correspond aux « efforts incessants accomplis par les hommes pour devenir davantage maîtres de leur existence en affrontant constamment des problèmes inédits » (North, 2005, p. 20). On l’a dit, ces efforts conduisent à l’élaboration de structures institutionnelles, des « échafaudages » complexes qui, eux-mêmes, produisent de l’incertitude : les « problèmes inédits » proviennent ainsi tout autant de l’environnement naturel que de l’environnement artificiel dans lequel les hommes doivent prendre des décisions8.

  • 9  Sur la dimension historique des travaux de Smith, voir Prévost (2002). Sur Hayek, voir Berthoud (2 (...)

17La première rupture avec l’orthodoxie consiste à dénaturaliser l’économique, dans le sens où il n’est plus question ici que d’un simple rapport de besoins que l’homme entretient avec une nature caractérisée par la rareté, et où le rapport social se limite à la concurrence pour l’obtention de ces ressources rares. Le marché, en tant que lieu d’échanges impersonnels, n’est pas la forme naturelle ou canonique de la lutte contre la rareté (l’allocation des ressources). Le marché est, chez North comme chez Hayek, une construction historique qui suppose « le passage des échanges personnels aux échanges impersonnels » (North, 2005, p. 200). On trouve ici les questions qui fondent l’économie politique de Smith ou de Hayek, une interrogation sur l’émergence de sociétés de marchés ordonnées9 : « établir et maintenir l’ordre social dans un contexte de changement dynamique a de tout temps été un dilemme des sociétés, et reste un problème central du monde moderne » (North, 2005, p. 137). Le marché et l’économie ne peuvent être abordés d’un point de vue statique. La meilleure justification en est que « le changement économique est un terrain fertile pour le désordre puisqu’il provoque des changements dans le revenu absolu et relatif, le statut économique et la sécurité des individus et des groupes dans une société » (North, 2005, p. 137). Autrement dit, une analyse des institutions qui se bornerait à définir quelles sont les meilleures institutions pour permettre le développement économique serait incapable de comprendre pourquoi la mise en place de telles institutions (si tant est qu’il soit possible de les définir) est presque certainement vouée à l’échec ou du moins à des difficultés fortes.

  • 10  « Tout au long du présent travail, le mot efficience sera utilisé pour désigner une condition dans (...)

18Certes, il est essentiel de comprendre, comme l’a fait North lui-même (North, 1980 et 1990), dans quelles conditions certaines institutions ont pu favoriser le développement de marchés efficaces10. Il va de soi, pour North, que « la structure créée par les humains pour organiser leur environnement politico-économique est le déterminant essentiel des performances d’une économie », puisqu’elle fournit les incitations qui orientent les choix des humains (p. 74). C’est ainsi que les institutions garantissant les droits de propriété permettent de réduire les coûts de transaction et d’accroître la productivité et donc d’améliorer les performances économiques (North, 2005, p. 20). Mais la perspective historique permet de comprendre que la mise en place d’institutions se heurte à divers problèmes.

19En premier lieu, les nouvelles institutions génèrent du désordre social. On peut se référer au passage ci-dessus sur le changement des statuts. Fondamentalement, la mise en place de nouvelles institutions correspond toujours à la capacité de certains individus à imposer leur représentation du monde ; elles consacrent donc et en même temps renforcent une modification dans les relations hiérarchiques (entendues ici comme capacités des individus à faire valoir leurs représentations du monde). Autrement dit, même si le changement institutionnel peut permettre une amélioration générale de la vie sociale, il n’en reste pas moins qu’il se réalise au détriment de certains groupes d’individus. Cette perte ne touche pas seulement les individus anciennement dominants devenus trop peu influents pour continuer de faire valoir leur perception. Elle peut également toucher d’autres catégories plus faibles. On trouve une bonne illustration de ce phénomène dans l’idée suivant laquelle la mise en place, par exemple, de droits formels de propriété foncière peuvent exclure ceux qui pouvaient jouir informellement de l’usage de certaines terres ; la réduction d’incertitude des uns se traduit par un accroissement d’incertitude des autres (North, 2005, p. 33). On est alors face à un dilemme de justice sociale, et au cœur des nouvelles stratégies de réduction de la pauvreté. Néanmoins, North ne donne aucune clef en la matière : il ne propose pas de théorie du juste. Et cette absence soulève nécessairement des interrogations fortes sur la légitimité à convoquer ses travaux dans le cadre de réflexions sur les liens entre institutions, performances économiques et justice sociale comme c’est le cas dans de très nombreux travaux contemporains et dans les cadres stratégiques des institutions internationales (Prévost, 2005, 2008).

20L’obstacle pratique à la mise en place de « bonnes » institutions est donc lié à la nature même du processus de développement, entendu comme « les efforts incessants accomplis par les hommes pour devenir davantage maîtres de leur existence en affrontant constamment des problèmes inédits » (North, 2005, p. 20). Au cours de ce processus, comme on l’a dit, s’élaborent progressivement des matrices institutionnelles qui permettent de répondre, pour partie, à l’incertitude, notamment parce que les institutions permettent de limiter les possibilités de choix. Mais, du coup, cette matrice limite les possibilités d’innovation et crée des pesanteurs et déterminismes forts (il y a une « path dependence »). Qui plus est, les institutions génèrent « des altérations continuelles de l’environnement et par conséquent de nouvelles difficultés à le comprendre » (North, 2005, p. 24). Cela n’empêche pas le changement, mais celui est « incrémental » bien qu’il y ait parfois des changements soudains ; le changement est « continuel » « car les entrepreneurs mettent en œuvre des politiques visant à améliorer leur position concurrentielle » (North, 2005, p. 21). Il en résulte « des altérations de la matrice institutionnelle ». À leur tour, ces transformations modifient les perceptions de la réalité, etc. « Le tout prend la forme d’un processus de changement incessant » (North, 2005, p. 21). Et North de conclure :

« La clé de l’analyse du processus du changement est l’intentionnalité des acteurs du changement institutionnel et leur compréhension des problèmes rencontrés. Si la croissance économique est et a toujours été épisodique, c’est parce que les acteurs ne visaient pas le bien-être de la société ou comprenaient si mal les problèmes que les conséquences de leurs actes s’éloignaient beaucoup de leurs intentions. » (North, 2005, p. 22)

21Et contre cet état de fait, il n’est rien que la théorie économique puisse faire.

22En réalité, la question des obstacles pratiques à la mise en place de « bonnes institutions » relève, en quelque sorte, de la pure rhétorique. Encore une fois, comme on l’a vu, « une structure, qu’elle soit celle de marchés individuels ou d’un système politico-économique entier, est une création humaine dont le fonctionnement n’est jamais automatique ni naturel » (North, 2005, p. 207). Ainsi, non seulement « on ne peut constituer (une) matrice institutionnelle et organisationnelle d’un jour à l’autre » (North, p. 207), mais surtout :

« Des institutions adoptées pour une époque particulière, même si elles sont optimales (c’est-à-dire qu’elles procurent une perception correcte) pour cette époque, peuvent ne pas l’être du tout quand l’environnement humain change dans le temps. » (North, 2005, p. 42)

23C’est pour cette raison que pour qu’une structure institutionnelle « fonctionne bien (quelle que soit la manière dont on définit ce “bien”) il faut l’altérer continuellement en fonction de l’évolution des paramètres essentiels de la technique, des informations et du capital humain » (North, 2005, p. 207).

  • 11  « Tout effort délibéré visant à élargir le capital humain des économies peu efficaces doit évidemm (...)

24Et l’on ajoutera à cette problématique du changement temporel celle du changement culturel11, pour paraphraser North :

L’environnement humain change dans l’espace et, du coup, des institutions adoptées pour une société particulière, même si elles sont optimales pour cette société, peuvent ne pas l’être du tout quand l’environnement humain change dans l’espace…

25La boucle est bouclée : le constructivisme social qui s’appuierait sur la théorie économique est bel et bien voué à l’échec, non seulement parce qu’il est par nature inefficace, mais, surtout, parce qu’il n’a pas de sens. Les institutions sont et ne peuvent être que le résultat d’un processus historique aléatoire (dans un monde non ergodique) qui appartient, en propre, à chaque société.

Conclusion

26Si les travers constructivistes d’une part importante de l’économie contemporaine du développement ne peuvent que conduire à une impasse comme North le laisse entendre, y a-t-il d’autres voies possibles ? Le pessimisme qui marque de nombreux passages de Understanding the Process of Economic Change, en particulier concernant l’Afrique subsaharienne, ne semble pas devoir trouver d’échappatoire dans la théorie northienne telle qu’elle peut se lire aujourd’hui. Du moins les seules raisons d’espérer résident dans une amélioration continue de notre connaissance des conditions réelles du développement économique. La démarche qui semble alors la plus pertinente est celle d’une « ingénierie sociale » (North, 2005, p. 207) qui procède par expérimentations, essais et erreurs, bien loin de l’application de principes universels et naturels (ibid.). Cette amélioration suppose de sortir du cadre analytique de l’orthodoxie néoclassique et d’élaborer une théorie pluridisciplinaire du développement qui sache saisir la complexité, chaque fois contextuelle, des processus du changement économique. Mais ce progrès scientifique sera limité nécessairement par les structures incitatives des institutions qui déterminent nécessairement les questions que se pose la science et les manières d’y répondre. Qui plus est, il se heurtera nécessairement à des structures institutionnelles rétives aux bouleversements que le changement implique, en particulier dans la distribution des pouvoirs économiques et politiques : de la conception à la réalisation du changement les obstacles s’accumulent aussi sûrement que les facteurs de progrès.

27Les institutions réduisent l’incertitude : elles ont donc besoin et produisent nécessairement des sciences qui prétendent réduire l’incertitude. Les institutions sont en même temps un moyen de production et de reproduction du pouvoir. L’économie est, dans cette perspective, un instrument essentiel des institutions modernes. Et l’on ne peut s’empêcher de penser, avec McCloskey, que « ce qui limite le pouvoir de l’homme, c’est précisément la science économique qu’il utilise afin de faire des prédictions » (McCloskey, 1983).

Haut de page

Bibliographie

Aoki Masahiko (2001), “What are Institutions ?”, Background Papers for the WDR 2001/2, Washington, World Bank.

Audard Catherine (2009), Qu’est-ce que le libéralisme ? Éthique, politique, société, Paris, Gallimard.

Bensaid Mohamed (2002), « Limites organisationnelles du libéralisme hayekien », Cahiers d’Économie politique, n° 43, p. 69-90.

Berthoud Arnaud (2000), « Anti-constructivisme et libéralisme : Hayek lecteur de Hume et de Kant », Revue de Philosophie économique, n° 2, 2000/2, p. 47-65.

Birner Jack, Garrouste Pierre, Aimar Thierry éd. (2002), F. A. Hayek as a Political Economist, New York, Routledge.

Butos William and McQuade Thomas J. (2002), “Mind, market and institutions : the knowledge problem in Hayek’s thought”, in Birner et al. éd., p. 113-133.

Cass Ronald A. (2003), “Property rights systems and the rule of law”, ICER Working Paper, n° 29, International Center for Economic Research.

Chabaud Didier, Parthenay Claude, Perez Yannick (2005), « Évolution de l’analyse northienne des institutions, La prise en compte des idéologies », Revue économique, vol. 56, n° 3, mai 2005, p. 691-704.

Chavance Bernard (2007), L’économie institutionnelle, Paris, La Découverte.

Commons John R. (1931), “Institutional Economics”, The American Economic Review, vol. XXI, n° 4, p. 648-657, traduit dans Cahiers d’Économie politique (2001) n° 40-41, par Bazzoli Laure et Dutraive Véronique, p. 287-301.

Cubedu Raimondo (2002), “Uncertainty, institutions and order in Hayek”, in Birner et al. éd., p. 134-152.

Denzau Arthur D. and North Douglass C. (1994), “Shared Mental Models : Institutions and Ideology”, Kyklos, vol. 47, p. 3-31.

Frobert Ludovic (2004), McCloskey et la rhétorique des économistes, Paris, ENS éditions.

Guery Alain (2001), « Propriété, droit et institution dans l’institutionnalisme américain », Cahiers d’Économie politique, 40-41, p. 9-38.

Heiner Ronald (1983), “The Origin of Predictable Behavior”, American Economic Review 73(4), p. 560-595.

Jütting Johannes (2003), “Institutions and development : a critical review”, OECD Technical Papers, n° 210, OECD Development Center.

McCloskey Deirdre N. (1983), “The Rhetorics of Economics”, Journal of Economic Litterature, vol. 31, p. 482-517.

Ménard Claude (2003), « L’approche néo-institutionnelle : des concepts, une méthode, des résultats », Qu’a-t-on appris sur les institutions ?, numéro spécial des Cahiers d’économie politique, n° 44, p. 103-118.

Ménard Claude (2005), « Préface » in North Douglass C. (2005), Le processus du développement économique, Paris, Éditions d’Organisation.

Nemo Philippe (2002), « Ordre spontané et ordre organisé chez Hayek », Cahiers d’Économie politique, n° 43, p. 47-68.

North Douglass (1980), L’essor du monde occidental, Paris, Flammarion.

North Douglass (1981), Structure and change in economic history, New York, Norton & Cie.

North Douglass (1990), Institutions, institutional change and economic performence, Cambridge, Cambridge University Press.

North Douglass C. (1991), “Institutions”, Journal of Economic Perspectives, 5:1, winter 1991, p. 97-112.

North Douglass C. (1992), “Institutions and Economic Theory”, American Economist, 36 :1, spring 1992, p. 3-6.

North Douglass C. (1993), “What Do We Mean by Rationality ?”, Public Choice, 77 :1, p. 159-162.

North Douglass C. (1994), “Economic Performance Through Time”, The American economic review, june 1994, 84:3, p. 359-368.

North Douglass C. (2005), Understanding the Process of Economic Change, Princeton University Press, traduction française, (2005), Le processus du développement économique, Paris, Éditions d’Organisation.

Prévost Benoît (2002), « Adam Smith précurseur des philosophies de l’Histoire », Revue de Philosophie économique, n° 6, p. 57-81.

Prévost Benoît (2005), « Les fondements idéologiques et philosophiques du nouveau discours sur le développement », Économies et Sociétés, série F, n° 43, 3/2005, p. 477-96.

Prévost Benoît (2008), « Nouvelle économie institutionnelle et réformes de seconde génération », Économies et Sociétés, série F, n° 44, 4/2008, p. 713-736.

Straub Stéphane (2000), “Empirical Determinants of Good Institutions: Do We Know Anything?”, Inter-American Development Bank Working Paper #423.

Williamson Oliver (2000), “The new institutional economics : Taking stock, looking ahead”, Journal of Economic Literature, 38:3, p. 595-613.

Haut de page

Notes

1  Nous retenons la définition de 1994, en suivant Straub (2000) et Chavance (2006) dont nous utilisons d’ailleurs la traduction (Chavance, 2006, p. 65).

2  L’abandon de l’hypothèse de rationalité et l’incapacité de la théorie standard à traiter de questions historiques ne sont pas des éléments nouveaux dans l’œuvre de North, puisque ils sont présents dès 1981 (North, 1981, p. 46 notamment). Nous plaidons ici pour une hypothèse de radicalisation de la pensée de North.

3  Notamment à propos du rôle de l’idéologie, l’élaboration des connaissances, la diversité institutionnelle et la démocratie (voir en particulier North, 2005, p. 24, 54-55, 67, 83, 103-104, 207, 208). Cette utilisation importante d’Hayek tranche avec les ouvrages précédents parmi les plus cités de North, et en particulier North (1981) et North (1990).

4  C’est le « meta game » dont parle Aoki pour distinguer l’approche des auteurs comme North (rules of the game view), de la sienne : « However, by that I do not mean the rules exogenously given or conditioned by the polity, culture, or a meta game, as the rules-of-the-game theorists do. » (Aoki, 2001, p. 1)

5  On peut mettre cette hiérarchie en parallèle avec celle proposée par Guery (2001, p. 30) : une « hiérarchisation des institutions en fonction de leur niveau d’abstraction. »

6  North (1990, p. 27) explique que comprendre le rôle des institutions implique de combiner trois théories : une théorie du comportement humain, une théorie des coûts de transaction, et une théorie de la production. Il est intéressant de noter que, depuis Commons, le débat sur la théorie du comportement joue un rôle central dans l’économie des institutions : « l’économie institutionnaliste étant une science comportementale, le comportement en question n’étant rien d’autre que celui d’individus participant à des transactions, celle-ci se doit d’analyser le comportement économique des individus. » (Commons, 1931)

7  « La plupart des économistes, avec quelques exceptions importantes comme Friedrich Hayek, ignorent le rôle des idées dans les décisions. Le postulat de rationalité, qu’ils invoquent utilement (comme d’autres spécialistes des sciences sociales) pour un certain nombre de questions de micro-théorie, ne suffit pas pour traiter les questions centrales de la présente étude. L’acceptation sans esprit critique du postulat de rationalité est désastreuse pour la plupart des sujets étudiés par les sciences sociales et constitue un obstacle majeur au progrès. Ce n’est pas que ce postulat soit faux, mais l’accepter ainsi empêche d’aller plus loin dans la compréhension du processus de décision face aux incertitudes du monde complexe que nous avons créé. » (p. 24). Chabaud et alii (2006) insistent sur cette prise en compte croissante de l’idéologie dans la théorie de North.

8  « Mais cet effort même entraîne des altérations continuelles de l’environnement et par conséquent de nouvelles difficultés à la comprendre. Pour comprendre le processus du changement économique, on doit donc commencer par explorer les tentatives permanentes des êtres humains pour affronter et traiter l’incertitude dans un monde non ergodique » (p. 24)

9  Sur la dimension historique des travaux de Smith, voir Prévost (2002). Sur Hayek, voir Berthoud (2000, numéro de la Revue de philosophie économique consacré à Hayek), Nemo (2002), Bensaid (2002), Dumouchel (2002).

10  « Tout au long du présent travail, le mot efficience sera utilisé pour désigner une condition dans laquelle, étant donné l’état des techniques et des coûts d’information, le marché présente les coûts de production et de transaction les plus bas possibles. Le terme est presque toujours utilisé dans un sens relatif et non absolu » (North, 2005, p. 33)

11  « Tout effort délibéré visant à élargir le capital humain des économies peu efficaces doit évidemment s’appuyer sur une compréhension explicite de leur héritage culturel » (North, 2005, p. 206). La question du sous-développement s’organise, chez North, autour de la compréhension des « trois dilemmes essentiels du processus du changement économique », à savoir : « le passage des échanges personnels aux échanges impersonnels, la structure institutionnelle interdépendante complexe qui caractérise l’environnement humain moderne, et le monde non ergodique » (North, 2005, p. 200).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Prevost, « Douglass North : hétérodoxie néo-institutionnelle versus néolibéralisme ? », Revue de la régulation [En ligne], 7 | 1er semestre / Spring 2010, mis en ligne le 18 juin 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://regulation.revues.org/7719

Haut de page

Auteur

Benoît Prevost

MCF Sciences économiques université Montpellier 3, LASER université Montpellier 1, prevost.cemi@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page