Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Eveline Baumann, Laurent Bazin, Pepita Ould-Ahmed, Pascale Phélinas, Monique Sélim, Richard Sobel (Dir.), L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes, Paris, L’Harmattan, 2008.

Les sciences sociales au défi de l’argent : les enjeux d’un ouvrage récent
Ramine Motamed-Nejad

Texte intégral

  • 1  Marcel Mauss, 1969 (1ère édition : 1914), p. 106-112.
  • 2  Ibid.
  • 3  Ibid.

1La question monétaire, comme on sait, constitue l’un des objets majeurs des clivages internes aux sciences sociales : des clivages ‘intradisciplinaires’, d’abord, entre économistes hétérodoxes et économistes orthodoxes – qui réduisent la monnaie au rang d’un simple instrument d’échange, dépouillé de toute substance politique et sociale ; des clivages interdisciplinaires, ensuite, opposant ces derniers à la sociologie et à l’anthropologie, lesquelles, à l’instar de Marcel Mauss, ont en commun (pour la plupart des approches qui les fondent en discipline) d’entrevoir dans la monnaie « un fait social1 », « une institution2 », ou encore « une foi3 ».

2Cet ouvrage vise à soustraire l’analyse de la monnaie à ces barrières disciplinaires. C’est pourquoi il réunit des économistes hétérodoxes, des anthropologues et des sociologues, afin de percer à jour les divergences, mais aussi les affinités et les complémentarités, qui s’affirment entre leurs perceptions respectives relatives à la médiation et à l’emprise de l’argent dans les sociétés contemporaines.

3Le chapitre introductif de Pepita Ould-Ahmed explicite, en les problématisant, les enjeux théoriques du dialogue interdisciplinaire noué dans ce livre. Pour ce faire, celle-ci se focalise sur une interrogation centrale qui structure l’ensemble de l’ouvrage : quelles sont, en effet, les différences et les similitudes qui existent entre la notion d’argent privilégiée le plus souvent par les anthropologues et la notion de monnaie employée par les économistes ? Selon Pepita Ould-Ahmed, à un premier niveau d’analyse, les anthropologues et les économistes hétérodoxes se rapprochent pour appréhender la monnaie comme « un flux » et l’argent comme « un stock » (en d’autres termes, comme des signes monétaires accumulés dans le temps) – une distinction, entre monnaie et argent (ou encore entre monnaie et capital), que l’on retrouve, entre autres, chez Karl Marx, comme le rappelle à juste titre l’auteur. Cependant, ce qui sépare les deux disciplines, c’est la hiérarchie inverse qu’elles établissent entre ces deux notions : « Là où les anthropologues voient la « monnaie » comme une sous-catégorie de l’« argent », les économistes, à l’inverse, voient dans l’« argent » un sous-ensemble de la « monnaie » » (p. 12). À un niveau plus fondamental toutefois, cette différence d’approche, de même que les complexes hétérogènes de vocables mis en avant par les deux disciplines, forment surtout « un moyen de distinction disciplinaire » (p. 13). Par-delà cet effet de distinction véhiculé par des options terminologiques dissemblables, la monnaie, comme l’argent, désigne, en réalité, un même objet d’investigation « saisi sous des angles différents » (Ibid., souligné par moi). Une communauté d’objet qui se double d’une affinité de perspective basée sur un même rejet de la conception des économistes orthodoxes qui proclament bien haut la neutralité de la monnaie pour l’étudier sous un angle purement fonctionnel et instrumental. Des convergences qui sont appelées à se renforcer à mesure que l’« unidisciplinarité » gagne du terrain au sein des sciences sociales. En somme, Pepita Ould-Ahmed parvient à forger une grille d’interprétation qui jette une lumière vive sur les raisons qui fondent la possibilité, et la nécessité, de poursuivre le dialogue ainsi engagé autour de la monnaie, une grille que sa conclusion récapitule très clairement : « C’est comme si une caméra saisissait ce même objet d’étude mais dans des rapports espace-temps spécifiques : tantôt la monnaie est saisie ‘en régime’, tantôt elle l’est en crise ou en création ; tantôt elle est observée au plan serré (analyse microéconomique), tantôt avec la profondeur de champ de l’analyse macroéconomique, institutionnelle et historique ; elle est observée avec un filtre tantôt ethnologique ou socioanthropologique, tantôt sociopolitique ou écopolitique. Si par essence la monnaie revêt une triple dimension – sociale, politique et économique –, la question monétaire ne peut pas être observée par le regard exclusif de l’économiste mais à travers un ‘kaléidoscope unidisciplinaire’ (p. 25, souligné par l’auteur).

Derrière les rapports d’argent : des usages différenciés de la monnaie fondés sur des affects, des valeurs et des représentations spécifiques, ainsi que des contextes sociaux situés

4En un sens, les chapitres suivants de l’ouvrage sont un développement des propositions de Pepita Ould-Ahmed. Ils peuvent être regroupés autour de deux axes essentiels à partir desquels on expose et discute leur contenu respectif, en bousculant légèrement l’ordre qui commande à leur succession dans le livre. Le premier axe, examiné dans cette partie, consiste à aborder les pratiques monétaires et les rapports d’argent au prisme du contexte social, mais aussi des affects, des valeurs, des mœurs, des croyances, de l’imaginaire collectif et, plus généralement, de l’ordre symbolique qui les sous-tend.

  • 4  Sur cette question, voir Moshe Lewin, 2003, ainsi que Ramine Motamed-Nejad et Pepita Ould-Ahmed, 2 (...)

5Ainsi, le texte de Jérôme Blanc se situe à un niveau théorique dans le dessein de démêler les principaux éléments au fondement du « cloisonnement » des circuits monétaires. A cet effet, l’auteur place la question de la fongibilité au cœur de sa réflexion, en « déconstruisant », dans le sillage de Karl Polanyi et de Viviana Zelizer, cette notion. Analysant les « pratiques budgétaires, financières et monétaires » des agents (p. 28), Jérôme Blanc précise que la fongibilité est « limitée » par des facteurs « de type socio-économique, réglementaire, cognitif et moral » (p. 38, souligné par moi). C’est à l’aune de ces critères qu’il édifie alors cinq « modèles de fongibilité limitée », qui correspondent à cinq formes d’usage d’instruments monétaires et cinq types de « cloisonnement » des circuits monétaires (p. 38-46). Cette élaboration, qui a le mérite indubitable de rompre avec les approches dominantes (et donc restrictives) de la monnaie en matière de fongibilité, en mettant au jour la diversité des usages de la monnaie en fonction de critères et de ‘valeurs’ le plus souvent pertinents, soulève une interrogation capitale : pourquoi, en effet, l’auteur fait-il abstraction d’un autre critère, fort important, de séparation des circuits monétaires, le critère politique ? Il s’agit là d’un critère qui fut notamment à l’œuvre dans l’ex-URSS, où, dès le début des années 1930, le système monétaire fut dominé par la disjonction entre deux circuits monétaires : celui du ‘rouble scriptural’ destiné au règlement des dettes interentreprises nées des échanges de moyens de production entre firmes étatiques ; celui du ‘rouble fiduciaire’ voué au règlement (en liquidité) des salaires et à leur dépense en biens de consommation. Un dualisme monétaire dont la vocation ultime était de dépouiller la ‘monnaie salariale’, et donc les salariés, de tout pouvoir d’achat général (via l’impossible conversion du rouble fiduciaire en droit – de propriété – sur les entreprises publiques), afin de perpétuer, ce faisant, le monopole de la gestion, de la détention et, de fait, de la propriété du capital étatique entre les mains de l’oligarchie politique, administrative et économique en place4. Un cloisonnement politique des sphères monétaires dont on peut se demander s’il ne persiste pas de nos jours, certes sous d’autres formes, dans nombre de pays issus du de la dislocation de l’empire soviétique, comme l’atteste, au demeurant, la contribution de Laurent Bazin à cet ouvrage consacrée à la médiation de la monnaie en Ouzbékistan.

6Prenant appui sur les enquêtes de terrain qu’il y a réalisées, Laurent Bazin, en effet, signale que ce pays – où l’économie (et donc le système monétaire) demeure « assujettie » au pouvoir politique – se spécifie par une « pénurie d’argent liquide (qui) imprègne le fonctionnement de toute l’économie » (p. 302, souligné par moi). Il s’agit, en réalité, d’une pénurie organisée, puisqu’en dépit de la fin du système socialiste, on y assiste, comme avant, à la polarisation du corps social (et politique) autour de l’argent : l’État, et les groupes dominants qui le soutiennent et l’instrumentalisent à la fois, s’emparant du monopole de la confiscation et de la redistribution de l’argent, précipitant ainsi l’immense majorité du corps collectif vers un contexte dominé par « le manque d’argent » (p. 302). Ce clivage entre les détenteurs de l’imperium et la société, qui a donc pour corollaire la segmentation politique des circuits monétaires, façonne, en retour, l’imaginaire des groupes sociaux défavorisés quant aux rapports que l’État et les instances de pouvoir entretiennent avec l’argent. D’où le constat de l’auteur : « De fait, les représentations de l’État sont construites sur la base de la pénurie d’argent : il n’apparaît en effet dans l’imaginaire ni comme une institution redistributrice des richesses, ni comme le dépositaire d’une gestion des ressources naturelles (…) mais véritablement comme une figure prédatrice qui tente de s’accaparer l’argent, de le retenir et de faire obstacle à sa circulation » (p. 306, souligné par moi).

  • 5  Voir, entre autres, Michel Foucault, 2004.
  • 6  Sur le sens respectif des notions de ‘dispositif de contrôle’ et de ‘dispositif disciplinaire’, et (...)
  • 7  On fait évidemment référence, en reprenant ses termes, à l’analyse de Foucault relative au pastora (...)
  • 8  On reprend ici la notion élaborée par Foucault dans ses cours de 1977-1978 au Collège de France (2 (...)
  • 9  On emprunte l’expression de Deleuze (2007), ainsi que la logique consubstantielle à l’idée de ‘cod (...)
  • 10  Via la production et la vente, à crédit, de biens de consommation destinés aux plus démunis, sur d (...)
  • 11  En particulier, la spéculation sur les crédits consentis aux ‘pauvres’, ainsi que sur le prix des (...)

7La contribution des sociologues, Gilles Lazuech et Pascale Moulévrier, est également centrée sur la relation des « démunis » à l’argent (p. 55). Ils se proposent de déchiffrer les comportements monétaires des groupes sociaux frappés, comme en Ouzbékistan, mais cette fois dans le cas de la France, par des « états de manque (d’argent) » et des « logiques du manque » (Ibid.). Cependant, à l’inverse de Laurent Bazin, les auteurs se focalisent, non sur la place des puissants dans l’imaginaire des « pauvres » (p. 56), mais plutôt sur l’image que ces derniers renvoient à certains groupes dominants, en particulier aux banquiers. Une image qui varie profondément selon les banquiers interrogés par Gilles Lazuech et Pascale Moulévrier : « D’un banquier qui commente la file d’attente au guichet en précisant que « ceux qui sont le plus souvent ici ne sont pas forcément ceux que l’on voudrait voir », à l’autre qui ne « fonctionne pas par rapport au niveau de revenu » et parle de « vécu » avec ses clients, « avec des familles qui ont parfois besoin qu’on leur tende la main », nous retenons que le contrat, même financier, dépasse largement la logique contractuelle » (p. 63). Pour les auteurs, l’une des fonctions essentielles des banques est « d’encadrer les conduites économiques des pauvres, tout particulièrement leur rapport à l’argent », en tentant de les initier à « des conduites économiques considérées comme raisonnables », dans le dessein d’en faire de « bons pauvres » (p. 56-57, souligné par moi). C’est pourquoi Gilles Lazuech et Pascale Moulévrier évoquent un « processus de normalisation des conduites, engagé par les banques » (p. 67). Cette analyse stimulante pourrait être élargie si l’on consent à mobiliser la perspective théorique tracée par Michel Foucault, notamment dans ses travaux consacrés à la question de la gouvernementalité5, pour réfléchir non seulement à la signification sociale (comme c’est le cas dans cette étude) de la relation banques-débiteurs ‘pauvres’ scrutée par les auteurs, mais, corrélativement, aux enjeux de pouvoir sous-jacents à celle-ci. Effectivement, on pourrait se demander si, dans le procès d’‘encadrement’ et de ‘normalisation’ invoqué, et éclairé, à juste titre dans ce texte, l’intervention ‘éducative’ (‘initialisation’ des pauvres à la ‘rationalité économique’) et ‘punitive’ des banques (application de sanctions strictes à l’encontre des pauvres, en cas de non remboursement de leurs dettes) ne recouvre pas un autre phénomène, crucial, formant l’une des coordonnées majeures (mais aussi l’un des modes d’exercice), dans le champ monétaire et financier, de la gouvernementalité (en tant que modalité de pouvoir) conceptualisée par Foucault : en d’autres termes, un dispositif de pouvoir et de ‘contrôle’ social, politique et économique (bien plus qu’un ‘dispositif disciplinaire6’) mis en mouvement par ces nouveaux ‘pasteurs des âmes’ et des ‘conduites7’ que sont visiblement devenues les banques. Un dispositif de pouvoir fondé sur des intérêts et des calculs (à commencer par la recherche de la rentabilité), un discours (conjuguant la promotion des ‘conduites’ monétaires jugées ‘conformes’ aux ‘normes en vigueur’ et la dénonciation/stigmatisation des ‘contre-conduites8’ rebelles à ces normes monétaires et financières), des institutions (les banques, les institutions financières non bancaires, ou encore l’État), et, enfin, des règles et des contraintes (guidées par la codification des logiques et des pratiques monétaires des ‘pauvres’, et le ‘codage9’ des espaces de dettes investis par ces derniers) qui aurait le crédit bancaire (et son corollaire, l’endettement, en particulier l’endettement des ‘pauvres’) pour ‘technique’ de mise en dépendance et d’assujettissement des débiteurs ‘pauvres’ envers les diverses classes de prêteurs et de créanciers (parmi lesquelles les banques et les différentes strates du capital financier, de même que l’État et les institutions qui s’y attachent). Un dispositif de pouvoir dont l’une des finalités sociales et politiques, par-delà ses finalités économiques (la matérialisation de l’impératif de rentabilité du capital et, plus fondamentalement, la sauvegarde de la stabilité du système capitaliste), serait de garantir, via l’action sur le crédit, l’accès des ‘démunis’ aux biens de consommation élémentaires nécessaires à leur survie, dans le but notamment de contenir l’irruption de mouvements de contestation sociale et politique, tout en donnant corps à de nouveaux foyers de valorisation, productive10 et spéculative11 et, par suite, à de nouvelles sources de profit ,pour le capital industriel et le capital financier. Un dispositif, en somme, dont la signification, pour les ‘bons pauvres’, tiendrait en quelques mots : vivre, ou survivre, à crédit, dans le cadre d’un rapport de dépendance indépassable, et, par là, perpétuer l’empire du capital.

8Pascale Absi s’attache à élucider les comportements monétaires des mineurs (andins) de Potosi (en Bolivie) en prenant pour point de départ l’ordre symbolique (et mythique) qui préside au rapport de ces derniers à l’argent. Selon l’auteur, pour les populations andines, « les galeries minières constituent l’antichambre de l’inframonde mythique : la force obscure du monde » (p. 101). Les mineurs y sont gouvernés par « une divinité tutélaire (…) ce diable un peu particulier appelé Tio (…) l’intermédiaire entre la divinité féminine de la montagne qui féconde et fait mûrir les filons en son sein, et le travail des hommes » (Ibid.). Cette croyance est lourde d’implications, car, d’un côté, aux yeux des mineurs, le métal arraché à la mine se trouve doté d’une dimension « diabolique », parce que projeté sous l’emprise de cette divinité (diabolique) qu’est Tio. Mais, d’un autre côté, il en va de même d’une fraction du salaire monétaire acquis en contrepartie de leur travail. Certes, dans un premier temps, ce salaire, une fois perçu par les mineurs, est transmis à leurs épouses. Celles-ci se trouvent alors investies du « pouvoir de retenir l’argent, de le faire durer et de le destiner à des choses utiles » (p. 104). Mais ce pouvoir de disposition et de gestion de l’argent conféré aux épouses ne suffit guère pour dépouiller celui-ci de sa nature potentiellement ‘diabolique’ : « En revanche, dès que les bénéfices économiques de la mine se font visibles, dès qu’ils permettent non plus seulement la reproduction mais la promotion sociale, le concept d’argent diabolique refait surface » (p. 104, souligné par moi). C’est que ceux qui possèdent une richesse nullement indexée sur leur origine sociale « sont invariablement soupçonnés d’avoir passé un pacte avec le diable » (p. 112). C’est pour cette raison que « l’argent du pacte avec le diable » doit être dépensé, voire entièrement liquidé(p. 104). D’où la propension des mineurs de Potosi à « dilapider » leur argent dans des « dépenses festives et rituelles » (p. 112). Derrière cette enquête passionnante relative aux pratiques monétaires des mineurs andins, c’est la question du pouvoir (réel et symbolique) de l’argent qui affleure. Or, sur ce point, il y a des résonances étroites entre l’interprétation de Pascale Absi et celle mise en avant par Keynes, autour du statut et de la signification de l’argent dans le monde ‘sous-terrain’ d’une part, dans le monde ‘céleste’ d’autre part. Si, en effet, dans ‘l’inframonde mythique’ des mineurs de Potosi, l’argent se trouve doté de propriétés ‘diaboliques’, donc d’un pouvoir corrosif sur les ‘âmes’ – propriétés et pouvoir que sa remontée à la surface de la terre ne parvient guère à dissoudre entièrement –, Keynes, symétriquement, insiste sur les attributs (et le pouvoir) ‘sacrés’ de l’argent dans le monde céleste, lesquels se désagrègent à mesure que celui-ci reflue sur terre. Cette double dynamique de l’argent, ascendante et descendante, recèle deux enjeux fondamentaux. D’un côté, suivant Pascale Absi, le procès d’ascension du métal vers le monde terrestre est aussi celui de la rémanence du mythe de l’argent (ou de la monnaie). D’un autre côté, pour Keynes, la descente sur terre de la monnaie – qui induit sa désacralisation  – semble avoir pour corollaire l’affermissement de sa puissance profane et, partant, la consolidation de son autorité temporelle (Keynes comparant la monnaie à ‘un autocrate’) : une souveraineté monétaire, toutefois, qui n’est jamais acquise une fois pour toutes (l’auteur évoquant la régression, toujours possible, de la monnaie ‘au rang’ de ‘monarque constitutionnel’). C’est là, en tout cas, une interprétation possible de la pensée de Keynes lorsqu’il écrit : « Tel serait le résultat de l’alchimie moderne. Ainsi l’or, initialement placé au ciel avec son consort l’argent comme le sont le soleil et la lune, après s’être dépouillé de ses attributs sacrés pour venir sur la terre comme un autocrate, pourrait bien descendre dans un proche avenir au rang prosaïque de monarque constitutionnel » (Keynes, 1971, p. 82, souligné par moi). Il se pourrait que, dans leur articulation, ces deux procès, ascendant et descendant, de mythification/désacralisation de l’argent ne soient jamais rien d’autre que la matrice du complexe symbolique constitutif de la souveraineté de la monnaie.  

  • 12  Terme que l’auteur rend par un néologisme : « ambianceur » (p. 116).
  • 13  Sur cette question, voir, en particulier, Frédéric Lordon, 2006.

9Le texte de Nicolas Puig se tourne vers « les fêtes de mariage de rue au Caire », afin de dévoiler la signification et les enjeux des relations de don/contre-don qui s’y tissent, et qui ont l’argent pour opérateur. Dans ces cérémonies, dont l’acteur central est le nabatchi12, on assiste à une véritable « mise en scène de l’argent » (p. 123, souligné par moi). D’une part, l’exhibition, par le nabatchi, de l’argent offert par les invités est une « ficelle », elle-même fondée sur la croyance d’après laquelle « l’argent appelle l’argent » (Ibid.). Il en est ainsi puisqu’à la vue des sommes d’argent, par lui exhibées, les autres convives s’estimeront comme tenus « de manifester davantage de générosité » (Ibid.). D’autre part, la mise en scène publique de l’argent des invités contraint le bénéficiaire à un « contre-don au moins équivalent au don initial ou, si possible, plus élevé » (p. 123). En résumé, l’auteur montre en quoi ces cérémonies – où, à la faveur de dons d’argent ostentatoires, se constituent des réseaux d’obligations réciproques – perpétuent des rites, notamment celui des « salutations publiques » en l’honneur des donateurs, qui entérinent la « reconnaissance sociale » de ces derniers et leur confèrent un véritable « statut social ». Il faut noter, au passage, que les investigations de Nicolas Puig entrent en écho avec la perspective théorique tracée par les recherches récentes de Frédéric Lordon, puisqu’elles révèlent qu’au sein de ces cérémonies – où « le prestige de donner et l’art de recevoir se combinent pour donner forme et substance à la relation entre le donateur et le nabatchi » –, le don est tout sauf ‘désintéressé13. Car il est permis de penser que, par-delà l’‘obligation de rendre’ – ‘subie’ par le bénéficiaire des dons et, surtout, escomptée par les convives/donateurs –, ces dons d’argent,expression d’un rapport à soi et d’un rapport aux autres, sont aussi le vecteur d’un ‘mensonge à soi’ et d’un ‘mensonge aux autres’, des mensonges mus par des intérêts et des calculs irréductibles au seul espoir de ‘recevoir plus que l’on n’a offert’. Quoiqu’il en soit, les cérémonies analysées par Nicolas Puig se déroulent dans un contexte particulier entamé depuis les années 1970. Il s’agit d’un procès de transition qui s’affirme par le déclin des structures traditionnelles en Égypte, l’« appauvrissement généralisé des habitants » (du Caire) et l’émergence d’une « nouvelle classe d’entrepreneurs proches du pouvoir », laquelle entretient un nouveau rapport à l’argent et à la richesse (p. 130). Une évolution qui risque, à terme, de remettre en cause la forme, les usages et les finalités de ces cérémonies festives.

  • 14  Sur le rapport des femmes à l’argent, mais dans des cadres nationaux distincts de celui de la Chin (...)
  • 15  À cet égard, l’auteur évoque une « logique de protection tant de la femme que des intérêts mêmes d (...)

10La réflexion de Thierry Pairault entre en résonance avec les contributions de Pascale Absi et de Nicolas Puig. Dans son texte consacré aux conduites monétaires des femmes chinoises14, en effet, l’auteur s’efforce d’identifier les raisons pour lesquelles, contrairement aux mineurs de Potosi, celles-ci accumulent de l’argent, pour, ensuite, jeter un voile sur son existence, à la différence des habitants du Caire évoqués ci-dessus : « Que ce soit comme femmes, comme mères ou encore comme épouses, les femmes chinoises détiennent un pouvoir économique que renforce à l’évidence le rôle important que joue le patrimoine des épouses (…) Les femmes s’investissent énormément dans la gestion de cette cassette dont elles taisent l’importance à la famille lignagère, d’où des conflits tant avec le mari qu’avec leur belle-mère » (p. 74, souligné par moi). Ce comportement d’accumulation/dissimulation de l’argent est avant tout dicté par une quête d’autonomie. Pour les femmes chinoises, avides de sécurité (entre autres, matérielle), parce que habitées par ce que l’on pourrait désigner comme un affect de protection de soi15, l’argent incarne un instrument de pouvoir apte à leur conférer cette autonomie (p. 75). Ce rapport singulier à l’argent, toutefois, déborde l’ordre domestique pour manifester également ses effets au sein de l’ordre social. Ainsi, nombre d’annonces relatives à l’offre de crédit, émanant de sociétés financières diverses et surtout destinées à une « clientèle féminine », soulignent, comme pour rassurer celle-ci, le fait que l’entreprise est « gérée par une femme » (p. 86). Comme si, dans l’imaginaire social (en particulier celui des femmes en quête d’argent), la ‘qualité de femme’ des prêteurs était un gage de sécurité et de protection pour les emprunteuses. En tout cas, la contribution de Thierry Pairault est riche d’enseignements en ce qu’elle montre que le rapport des sociétaires (dont les femmes) à l’argent n’est pas seulement surdéterminé par les institutions et les règles prévalentes au sein de chaque formation sociale, il est aussi sous-déterminé par un complexe tissé par les affects, les mœurs, les croyances et l’imaginaire collectif.

Monnaie, rapports de pouvoir et ordre politique

11Le deuxième axe qui cimente l’ouvrage réside dans la centralité de la monnaie comme enjeu de pouvoir, mais aussi comme forme de médiation entre l’État et l’ordre politique d’un côté, le champ social de l’autre.

  • 16  Sur le thème de la souveraineté de la monnaie, on peut également consulter Bruno Théret, 2008, 200 (...)
  • 17  Sur ce point, les auteurs indiquent, à travers une heureuse formule : « La monnaie n’a donc pas d’ (...)
  • 18  On fait ici référence au religieux en écho à l’égalité « des croyants face à une divinité » invoqu (...)
  • 19  Sur ces deux expériences monétaires, voir Pepita Ould-Ahmed, 2003, 2008, Ramine Motamed-Nejad et P (...)
  • 20  Frédéric Lordon et André Orléan, 2008, p. 166.
  • 21  Frédéric Lordon et André Orléan, dont on reprend ici l’expression, mettent en lumière, au plan log (...)

12Le texte de Jean-Michel Servet, Bruno Théret et Zeynep Yildrim, qui se situe à un niveau essentiellement conceptuel, élabore un cadre d’analyse destiné à réfléchir au phénomène monétaire dans sa généralité, comme dans ses spécificités (notamment historiques). L’ampleur de leur propos, la diversité des disciplines mobilisées (l’histoire, l’anthropologie, la sociologie, la politique et, bien entendu, l’économie), ainsi que la multiplicité des exemples historiques « situés » (pour reprendre leur expression) ne permettent guère de rendre compte de l’ensemble des thèses que les auteurs y défendent. Pour cette raison, de manière plus restrictive mais sans doute plus utile, les lignes suivantes se polarisent-elles sur deux séries de propositions mises en avant par ces derniers. En premier lieu, Jean-Michel Servet, Bruno Théret et Zeynep Yildrim plaident pour la thèse de l’universalité du fait monétaire ; une universalité qui est « d’ordre anthropologique et non pas historique » (p. 168). En ce sens, « la monnaie occidentale moderne, en tant que monnaie historique parmi d’autres, ne saurait donc prétendre à l’universalité et être porteuse de la vérité ultime de toute monnaie » (p. 169). Par ailleurs, l’universalité de la monnaie ne signifie guère « une convergence historique vers une unité du phénomène » (Ibid.). Plus généralement, s’inscrivant dans le sillage de Marcel Mauss et de François Simiand, les auteurs proposent une définition de la monnaie « en relation avec la dette de vie et la souveraineté16 », avant de préciser : « La monnaie est bien un principe anhistorique17, c’est-à-dire un invariant anthropologique de même niveau que le tabou de l’inceste » (p. 175). En second lieu, les auteurs défendent la thèse selon laquelle l’universalité du fait monétaire a pour corollaire la pluralité des monnaies. Cette proposition repose sur un double constat. D’une part, dans le cadre des « États modernes », la centralisation des systèmes monétaires n’abolit pas la multiplicité de monnaies nationales distinctes, pas plus qu’elle n’impulse, au niveau des relations monétaires internationales, un dépassement de la concurrence entre monnaies d’État vers une « monnaie universelle » (p. 187). D’autre part, et au surplus, « même dans les États-Nations les mieux constitués et les plus stables », l’unicité de la monnaie ne prévaut guère. Car la diversité des émetteurs implique la pluralité des moyens de paiement. Tout au plus, donc, peut-on parler « d’unicité de l’unité de compte » (Ibid.). De fait, pour les auteurs, et c’est là une interprétation à laquelle on ne peut que souscrire, l’unité de compte puise sa stabilité, et la confiance qu’elle inspire, dans l’adhésion du corps social, bien plus que dans son imposition par « l’arbitraire de l’État souverain » : un double procès d’adhésion/imposition de la monnaie de compte où se jouent des conflits de pouvoir (parmi lesquels des conflits redistributifs) et des conflits de valeurs (opposant les différents groupes sociaux) dont l’unité de compte forme la synthèse toujours fragile, parce que tributaire du mode d’exercice de la souveraineté politique et monétaire. Cette élaboration, dont l’apport et la portée sont irrécusables, suscite, cependant, une réserve lorsque les auteurs établissent une relation de détermination et de causalité entre « égalité des sujets », « circulation plus ou moins durable d’un instrument pensé comme unique » et « représentation unitaire de la monnaie » : « Notre hypothèse (…) est que c’est l’égalité potentielle des sujets face au souverain, puissance monétaire émettrice, ou des croyants face à une divinité (…) qui permet la circulation plus ou moins durable d’un instrument pensé comme unique. Une des conditions essentielles de la représentation unitaire de la monnaie (…) serait donc que ses usagers (…) puissent, d’un certain point de vue, se penser comme égaux, même si, par ailleurs, la monnaie fonctionne comme un instrument de constitution, de reconnaissance ou de validation de différences » (p. 200, souligné par moi). Il s’agit là d’une analyse discutable, dès lors que l’on quitte le niveau d’abstraction où se situent les auteurs pour revenir au fonctionnement plus concret du monde social (dans la diversité de ses formes historiques et nationales), afin d’évaluer le bien-fondé de leur hypothèse. Car, sans remonter très loin dans l’histoire, et par-delà la question de la nature des régimes politiques (monarchique, aristocratique, démocratique, absolutiste…), on peut invoquer l’histoire monétaire récente de formations sociales, telles que la Russie soviétique et post-soviétique ou encore l’Iran post-révolutionnaire, qui donnent à voir des entités nationales régies par des systèmes de pouvoir de type patrimonial rappelant indéfectiblement aux ‘sujets’ qu’ils ne peuvent guère se penser, même ‘potentiellement’, comme égaux (ni entre eux, ni face aux différentes figures de la souveraineté) dans leur rapport au politique comme dans leur rapport au monétaire, pas plus d’ailleurs que dans leur rapport au religieux18. Or, en dépit de cette absence radicale de ‘sentiment d’égalité’, il peut y régner (comme c’est le cas en Russie soviétique et post-soviétique, de même qu’en Iran) une « circulation durable d’un instrument pensé comme unique19 ». Et l’on est autorisé à former l’hypothèse qu’il en est ainsi car, dans certains contextes historiques singuliers dominés par l’incapacité (ou le manque de volonté) des sociétaires à élire et à faire triompher une monnaie alternative à la monnaie émise par le pouvoir souverain, ceux-ci, sans pour autant forger de représentation unitaire autour de la monnaie officielle (et, parfois, espérant même l’émergence de monnaies alternatives à celle-ci, plus conformes à leurs ‘intérêts’ économiques), peuvent, néanmoins, se résoudre – par intérêt (symbolique, social ou politique, bien davantage que par intérêt économique) ou par résignation (due à l’insuffisante résistance du corps social dans son ensemble dans la défense de ses « droits monétaires naturels20 ») – à l’employer, même durablement, comme unité de compte et comme moyen de paiement de référence. Dans de tels contextes, dominés par la faiblesse, voire l’inexistence, de mouvements de « rébellion monétaire21 », le facteur majeur qui garantit la stabilité et la permanence de la monnaie officielle, en particulier dans les circuits de transaction, est son acceptation en tant que moyen ultime de règlement des créances/dettes. Une acceptation ‘forcée’ qui ne fait que traduire l’adhésion par défaut de la société à la monnaie émise par le souverain politique.

  • 22  De fait, soumis à l’ampleur de la crise inflationniste des années 1980, les deux pays instaurent, (...)

13Jaime Marques-Pereira propose une analyse comparative des politiques monétaires déployées au Brésil et en Argentine, afin de cerner, entre autres, les liens unissant souveraineté monétaire et souveraineté politique. L’auteur rappelle qu’avec l’épuisement, dans les années 1970, de « l’ancien modèle de développement par substitution des importations » c’est la dette publique qui devient l’opérateur central du bouclage de la balance des paiements dans ces deux pays (p. 213). D’où, dans les années 1980, une crise inflationniste (voire hyperinflationniste), qui n’a pu être soldée que « par une crise déflationniste à la fin des années 1990 » (Ibid.). Explicitant les racines de cette déflation, Jaime Marques-Pereira examine les principes sous-jacents aux trajectoires monétaires et politiques divergentes de ces deux pays. En Argentine (contrairement au Brésil), au cours de la décennie 1990, les réformes furent réalisées « d’une traite », à la faveur d’un nouveau régime monétaire fondé sur la « caisse d’émission », qui favorisa une croissance soutenue, laquelle, en retour, a réussi à entretenir et à consolider les nouvelles règles monétaires inhérentes au Currency Board22. Ces enchaînements macroéconomiques y ont alors renforcé la souveraineté politique. En sens contraire, la « rupture monétaire du pacte fédéral », au début des années 2000, couplée à la récession financière, y ont donné corps à une crise monétaire radicale qui déclencha, à son tour, une crise sociale aiguë doublée d’une « crise brutale de la souveraineté politique » (p. 224). Une crise politique à laquelle le Brésil a réussi à se soustraire durant les moments de tension monétaire (en particulier lors de la remise en cause de l’ancrage du change en 1998) et politique (perspective de l’élection, à partir de 2000, de Lula). L’une des causes de cette singularité brésilienne réside dans le fait que, pendant la crise monétaire et financière de la fin des années 1990, la dette des « entités de la fédération » a pu être maîtrisée, à la faveur d’un compromis noué avec l’État fédéral : un compromis monétaire et financier en vertu duquel ces entités renonçaient à leur pouvoir d’émission monétaire, en contrepartie d’une totalisation de leurs dettes respectives sur l’État central. D’où le recul des tensions monétaires et financières, qui a eu pour corollaire le maintien de la « stabilité politique de l’État ». Les indications précédentes attestent que l’un des apports essentiels du texte de Jaime Marques-Pereira est d’éclairer d’un jour nouveau l’homologie indépassable qui unit (‘en régime’, comme ‘en situation de crise’) la souveraineté monétaire et la souveraineté politique.

14Esquisser une anthropologie de la monnaie, bâtie autour de quatre propositions principales, tel est le but que s’assigne Keith Hart. En premier lieu, selon l’auteur, en tant que lien social, la monnaie désigne le mode de connexion des agents à la communauté, et, par là, le médium de leur appartenance au corps collectif. Appréhendée sous cet angle, elle est l’opérateur de la différenciation des sociétaires en fonction de leur statut et de leur richesse respectifs. En second lieu, la monnaie condense à la fois une « idée » et un « objet » (p. 244). Cette distinction s’inscrit dans le prolongement du Traité de la monnaie de Keynes (1930), où celui-ci opère une nette disjonction entre deux formes monétaires : la ‘monnaie de compte’, qui exprime les prix et les dettes des agents, d’où sa dimension idéelle selon Keith Hart, et la ‘monnaie proprement dite’ (‘Proper Money’), en d’autres termes la monnaie en tant que moyen de règlement des créances/dettes (qui est la liquidité par excellence). En troisième lieu, la monnaie s’affirme par sa dualité. D’une part, en effet, elle est le symbole et la cristallisation de l’autorité politique ; d’autre part, elle est la condition de possibilité des « économies de marché » contemporaines. La monnaie, enfin, incarne, du point de vue du corps social, le moyen de tendre vers une « démocratie économique ». En ce sens, il s’agit de la « monnaie du peuple » (p. 246-247).

  • 23  On reprend ici l’expression forgée en 1985 par Christine Pérez (p. 121), dans un texte passionnant (...)

15La contribution de Jean-François Ponsot se penche sur les transformations monétaires déployées en Équateur au tournant des années 2000. Il y explore, entre autres, les raisons qui ont conduit ce pays à élire (en 2000) un substitut à la monnaie nationale (le sucre) : le dollar. Chemin faisant, l’auteur rappelle que la dollarisation intégrale fut une réponse à la potentialité, voire à l’imminence, de l’hyperinflation. Cette réforme monétaire fut le produit d’un compromis politique autour d’une « convergence d’intérêts et d’objectifs » associant deux groupes sociaux (et politiques) : d’un côté, le « lobby exportateur de la côte pacifique » qui fut, dès le départ, favorable à la dollarisation ; de l’autre, les « élites administratives, politiques et intellectuelles de la capitale Quito » (p. 259). Cette étude, qui a le mérite de mettre en lumière les arrière-plans politiques de ce procès de substitution monétaire, soulève, toutefois, une interrogation. Elle concerne l’interprétation de Jean-François Ponsot relative au rapport des « populations indigènes quechuas » au dollar. D’une part, l’auteur insiste sur le pouvoir symbolique, parmi celles-ci, des pièces de un dollar Sacagawea mises en circulation en Équateur. Il souligne alors la naissance, au sein de ces populations, d’une confiance éthique, elle-même due à un processus d’identification à la figure Sacagawea : « En s’identifiant à la figure Sacagawea présente sur la pièce de un dollar, les populations rurales quechuas ont (…) actionné le levier le plus puissant de la confiance, celui de la confiance d’ordre éthique, inspirée par l’image de la femme indigène. Cette réaction a spontanément fait émerger la confiance de type hiérarchique et surtout la confiance méthodique. En acceptant d’être payés sur les marchés avec des pièces de un dollar Sacagawea, et en s’attendant à ce que tous les autres membres de la communauté l’acceptent également, les paysans quechuas ont définitivement laissé le dollar s’infiltrer dans les circuits monétaires » (p. 265, souligné par moi). D’autre part, pourtant, l’auteur écrit, en conclusion de son texte : « Le troisième étage (de la légitimité de la dollarisation) est celui de l’opposition au dollar des couches les plus défavorisées, au premier rang desquelles les populations indigènes. La légitimité du dollar n’est donc pas approuvée par l’ensemble des équatoriens » (p. 266, souligné par moi). En résumé, d’après Jean-François Ponsot, les populations indigènes vouent, dans un même élan et au même moment, une ‘confiance éthique, hiérarchique et méthodique’ vis-à-vis du dollar, en lui manifestant, cependant, une opposition inébranlable. Une relation duale, sinon contradictoire, à l’argent que l’auteur saisit comme l’indice d’un ‘paradoxe’.Or peut-on, précisément, se contenter d’invoquer un paradoxe, lorsque l’on sait qu’acquiescer à l’hypothèse du surgissement concomitant de la confiance et de l’opposition envers une même monnaie – de la part des mêmes groupes sociaux, et ce au sein d’un même espace économique – reviendrait à reconnaître la coexistence (parmi ces couches sociales) de deux ‘sentiments’ (et de deux affects), mais aussi de deux postures, a priori antinomiques et inconciliables : en d’autres mots, une impossibilité logique bien plus qu’un paradoxe ? Afin d’éliminer cette difficulté, il est possible de porter un regard différent sur le rapport des populations indigènes à l’argent si l’on admet qu’accepter une monnaie (en l’occurrence le dollar) en tant que moyen de règlement des créances/dettes, ce n’est pas, nécessairement, faire preuve d’une confiance quelconque à son égard. Armé de ce présupposé, on peut alors réinterpréter les enchaînements exposés par Jean-François Ponsot selon une perspective distincte où l’acceptation du dollar peut parfaitement s’accommoder de la contestation du statut de monnaie de référence qui lui fut institutionnellement octroyé : effectivement, il est permis de penser que c’est la manipulation/fabrication (par les autorités) de ce que l’on pourrait désigner comme l’imaginaire monétaire des populations indigènes de l’Équateur – à travers l’instrumentalisation de la figure Sacagawea (ou encore via une ‘propagande monétaire23’) – qui a fini par conduire celles-ci à se plier au dollar (sans l'épouser pour autant) en tant que moyen de règlement ultime de leurs créances/dettes, et, ce faisant, à l’accepter et à l’intérioriser comme tel. Le rapport de ces populations au dollar reposant ainsi sur une adhésion politiquement (et symboliquement) construite, instituée et imposée, à l’origine d’une acceptation subie (et non d’une relation de confiance), cela n’exclut en aucun cas, bien au contraire, leur hostilité envers cette même monnaie.

16Ludovic Desmedt étudie les conditions qui, aux États-Unis, ont présidé à l’émergence et au couronnement du dollar en tant que monnaie de référence. Au travers de cette ‘généalogie’, c’est le procès d’intégration monétaire et financière de ce pays que l’auteur entend mettre en relief. Insistant, dans le sillage de François Simiand, sur le « caractère continûment fiduciaire de la monnaie », et s’inscrivant, entre autres, dans la perspective inaugurée par Gilles Deleuze et Félix Guattari (d’où l’usage des notions de ‘capture’ et de ‘codage territorial’ dans son texte), Ludovic Desmedt conçoit la monnaie comme réceptacle des « tensions sociales », mais aussi comme « projet territorial » (p. 273). Sur un tel socle, il montre en quoi, à l’origine, alors que le territoire des États-Unis est encore le foyer et l’enjeu de conflits aigus, déchirant, entre autres, les puissances européennes (notamment la Grande-Bretagne et la France), le dollar constitue une « monnaie nomade », circulant entre « univers symboliques hétérogènes » (pp. 269 et 285). Quant à ces puissances (en particulier la Grande-Bretagne), elles tentent, à travers leurs initiatives monétaires, d’opérer un « codage » des territoires placés sous leur égide. Après la fin, en 1783, de la guerre d’indépendance aux États-Unis, l’un des moments fondateurs, dans l’histoire monétaire de ce pays, fut l’adoption (le 6 juillet 1785), par le Congrès, du dollar comme monnaie officielle (p. 284) – le Coinage Act de 1792 instituant définitivement le dollar en tant que monnaie nationale. Par la suite, la question monétaire se trouve propulsée au centre de conflits d’intérêt et de luttes de pouvoir qui parcourent l’ensemble du corps social, pour atteindre, de manière récurrente, le sommet de la société politique. De ce point de vue, Ludovic Desmedt rappelle que Thomas Jefferson était un défenseur acharné des « intérêts agricoles », et, par là, un militant ardent de l’« expansion de la monnaie-papier » (conformément aux exigences des ‘provinces agricoles’, p. 284). D’où son opposition ouverte vis-à-vis des « marchands urbains, connectés aux marchés extérieurs, qui plaidaient pour la stabilité monétaire ». S’agissant de Hamilton, il appréhendait le système monétaire et financier comme « le socle de l’activité manufacturière », là où Jefferson (comme Madison d’ailleurs) se rangeait aux côtés des défenseurs de la propriété foncière. Au total, la contribution de Ludovic Desmedt a le mérite de procéder à l’articulation des dimensions symbolique, sociale et politique de la monnaie. C’est fort d’une telle démarche que, d’une part, il met au jour l’emprise du dollar dans la centralisation des créances/dettes et dans la régulation des circuits fisco-financiers. D’autre part, on l’a vu, il  dévoile les modalités selon lesquelles les conflits d’intérêts polarisés autour de la question monétaire font invinciblement retour sur l’ordre politique, pour impliquer les détenteurs des pouvoirs (y compris les détenteurs de la souveraineté politique) dans les antagonismes monétaires en cours. Notons que, ce faisant, c’est le mythe de l’extériorité du pouvoir souverain à l’égard des intérêts partisans, mais aussi à l’égard du phénomène monétaire, que l’auteur contribue à ruiner.

Pratiques monétaires et souveraineté de l’argent : une articulation

17Le texte de Laurent Fontaine procède à l’articulation des deux objets d’investigation de l’ouvrage examinés dans les deux parties précédentes : celui de l’ordre des pratiques monétaires d’un côté ; de l’autre celui de l’ordre des pratiques (et des rapports) de pouvoir dont l’enjeu ultime réside, on l’observera ci-après, dans la question de la souveraineté de la monnaie. C’est en raison de cet effort d’articulation que l’on a choisi d’aborder la recherche de l’auteur à la fin de la présente synthèse. Dans sa contribution, en effet, Laurent Fontaine tente de disséquer les comportements monétaires des Yucuna d’Amazonie Colombienne, afin d’identifier la médiation des deux formes monétaires principales en vigueur dans les deux régions où ils vivent (celle du Miriti-Parana et celle du Bas Caqueta). Sur un tel sol, il entend accéder aux « conflits de souveraineté » consubstantiels à la coexistence des deux monnaies en question (p. 136). De fait, en Amazonie du Nord-Ouest, la première forme monétaire, présente dans l’ensemble des transactions, est la coca à mâcher. Mais la coca déborde la sphère des seules transactions pour investir « toutes les relations sociales » (p. 138). Au surplus, la coca à mâcher est un élément clef des deux institutions traditionnelles qui, hormis la parenté, jouent un rôle central dans cette région : il s’agit de la maloca et du chamanisme, lesquels gouvernent « des formes d’échange spécifiques » (p. 140). La maloca désigne une « institution symbolisée par une enceinte résidentielle plurifamiliale et cérémonielle régissant les échanges à l’intérieur de chaque famille nucléaire et entre familles » (Ibid.). Le chamanisme, quant à lui, est « symbolisé par des pratiques rituelles régissant les échanges entre humains par l’intermédiaire d’êtres non humains (plantes, arbres, animaux, démons…) supposés aptes à penser par eux-mêmes et à détenir des pouvoirs spécifiques » (Ibid.). Ainsi, dans la plupart des échanges régentés par ces deux institutions, la coca à mâcher est un « médiateur symbolique incontournable ». En somme, « ce n’est ni la nourriture, ni n’importe quel autre bien matériel qui est censé être ‘à l’origine’ de l’ordre social au sein du groupe. C’est toujours la coca, à condition qu’elle soit utilisée à bon escient, c’est-à-dire en étant continuellement redistribuée avec des paroles » (p. 143, souligné par moi). Le deuxième instrument monétaire circulant en Amazonie du Nord-Ouest est la monnaie nationale (le Peso), qui s’y est répandue à partir des années 1930. Une période qui coïncide avec l’arrivée des ‘corregidores’, les « premiers représentants locaux de l’État chargés d’inspecter la région », lesquels obligèrent « Olivero Cabrera et les autres patrons du caoutchouc à payer en argent ce qu’ils devaient aux Indiens » (p. 152, souligné par moi). Ce qui altéra radicalement les relations de créances/dettes nouées entre patrons et collecteurs, en enfantant de nouveaux conflits de pouvoir entre eux : des luttes, depuis lors, de plus en plus concentrées autour de l’argent. Quoi qu’il en soit, quatre séries d’enseignements peuvent être dressées au terme de l’étude passionnante de Laurent Fontaine. En premier lieu, l’auteur montre que la diffusion de la monnaie nationale a favorisé la naissance de nouvelles ‘règles’, lesquelles entrent « en confrontation » avec celles qui « encadrent le partage de la coca » (p. 157). En second lieu, cependant, le Peso a un rôle « encore périphérique » dans les communautés Yucuna, puisque, si, « entre natifs et colons », l’argent est un moyen de transaction, entre indigènes, en revanche, il n’est « pas un moyen d’échange adapté » (Ibid.). Une évolution qui porte témoignage du rapport différentiel de ces derniers aux deux formes monétaires prééminentes au sein de leur territoire. La troisième conclusion, qui perce au terme de cette recherche, concerne le rapport ambivalent des Indiens à l’argent, une ambivalence que manifestent avec éclat la propension de ceux-ci à l’accumulation/rétention du Peso d’une part, leur tendance à son partage d’autre part. D’un côté, en effet, l’argent est « rarement exhibé au grand jour, à la vue de tous, car il ne manquerait pas d’attirer les convoitises ». C’est pourquoi « la monnaie reçue n’est jamais montrée ou comptée devant les autres » (p. 158). Une telle conduite, selon Laurent Fontaine, est le symptôme « d’un comportement tendant vers l’individualisme » (p. 158-159). D’un autre côté, néanmoins, « si quelqu’un gagne de l’argent, il n’a pas à le garder uniquement pour lui, tout le monde doit en profiter » (p. 158). Ce rapport dual à l’argent est, d’après l’auteur, l’indice de la « confrontation » entre « deux ‘idéologies’ opposées » parmi les Indiens, « l’une relevant de l’holisme traditionnel et l’autre de l’individualisme moderne » (p. 158, souligné par moi). Le quatrième enseignement, enfin, de cette recherche a trait au conflit de souveraineté qui oppose la coca à mâcher au Peso, et dont l’un des enjeux, au moins, est la survie et la sauvegarde (du point de vue de la souveraineté de la coca) – et/ou l’imposition et le triomphe (au regard de la souveraineté du Peso) – des valeurs, des règles, et, partant, des pratiques qui sous-tendent ces deux monnaies et que celles-ci sécrètent à la fois. Dans ce conflit de souveraineté monétaire, qui renferme, en conséquence, un conflit de valeurs, de croyances, d’institutions et d’‘idéologies’, aucune des deux monnaies, jusqu’ici, n’a réussi à asseoir son empire définitif sur l’espace monétaire de l’Amazonie du Nord-Ouest. C’est un tel constat qui fonde la conclusion de l’auteur relative aux promesses de coexistence, pour un temps au moins, entre la coca et le Peso : « Un certain équilibre ‘plurimonétaire’ peut alors durer et se reproduire » (p. 164).  

  • 24  Sur cette dimension duale de la souveraineté, on peut se référer notamment à l’article fort instru (...)

18Pour clore le présent texte, deux séries de conclusions se dégagent de cet ouvrage. En premier lieu, les développements précédents illustrent avec force l’importance des médiations symboliques (les rites, les mythes et les croyances) et des contextes (sociaux, politiques et économiques) qui sous-tendent et déterminent les conduites monétaires des agents. Mais ils montrent aussi en quoi, en retour, les ordres de pratiques symboliques, sociales, politiques et économiques sont ordonnés à la monnaie. En ce sens, ce livre fournit une grille de compréhension précieuse de l’influence normalisatrice de l’ordre monétaire sur les univers social, politique, économique et symbolique. En second lieu, cet ouvrage offre une clef de lecture éclairant d’un jour nouveau la question de la souveraineté de la monnaie. En partant, pour l’essentiel, des pratiques monétaires des sociétaires plutôt que de la monnaie érigée d’emblée en système (l’organisation monétaire, le système monétaire…), la plupart des auteurs de ce livre révèlent que la question de la souveraineté de la monnaie ne peut être uniquement saisie sous l’angle de la verticalité, donc sur le mode exclusif de l’imposition, en d’autres mots au prisme de la seule autorité du souverain politique. Car, comme le spécifient à juste titre Jean-Michel Servet, Bruno Théret et Zeynep Yildrim, l’unité de compte est « moins décrétée qu’élue » (p. 194). Il importe, en conséquence, de discerner, corrélativement, la souveraineté de la monnaie au plan de l’horizontalité24, autrement dit, comme le produit et la synthèse des affects, des coutumes, des habitudes, des mœurs, des valeurs, des représentations, des règles et des actions qui façonnent et ‘travaillent’ le corps social, en scandant le procès de convergence de la majorité de ses membres vers une norme monétaire commune : une monnaie de référence qui reflète et condense, au terme de ce procès d’élection/adhésion majoritaire, le pouvoir constituant de la communauté, ou encore la monnaie souveraine.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Bove L. (2005), « Politique : ‘j’entends par là une vie humaine’. Démocratie et orthodoxie chez Spinoza », Multitudes, n° 22, automne, p. 63-76.

Deleuze G. (2007), Pourparlers, 1972-1990, Paris, Éditions de Minuit, Collection « Reprise ».

Foucault M. (2004), Sécurité, Territoire, Population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Gallimard-Seuil, Collection « Hautes Études ».

Guérin I. (2008), « L’argent des femmes pauvres : entre survie quotidienne, obligations familiales et normes sociales », Revue Française de Socio-économie, n° 2, p. 59-78.

Keynes J. M. (1971), Essais sur la monnaie et l’économie, Paris, Petite Bibliothèque Payot.

Lewin M. (2003), Le siècle soviétique, Paris, Fayard/Le monde diplomatique.

Lordon F. (2006), L’intérêt souverain. Essai d’anthropologie économique spinoziste, Paris, La découverte.

Lordon F. (2007), « Quand la finance prend le monde en otage », Le Monde diplomatique, septembre.

Lordon F. (2009), La crise de trop. Reconstruction d’un monde failli, Paris, Fayard. 

Lordon F., Orléan A. (2008), « Genèse de l’État et genèse de la monnaie : le modèle de la Potentia Multitudinis », dans Yves Citton et Frédéric Lordon (ed.), Spinoza et les sciences sociales. De la puissance de la multitude à l’économie des affects, Paris, Éditions Amsterdam, Collection « Caute ! », p. 127-170.

Mauss M. (1914), « Les origines de la notion de monnaie », Communication à l’Institut Français d’Anthropologie, texte reproduit dans Marcel Mauss, Œuvres, Tome 2 : Représentations collectives et diversité des civilisations,1969, Paris, Éditions de Minuit, Collection « Le sens Commun », p. 106-112.

Motamed-Nejad R. (2007), « Ordre monétaire, pouvoir patrimonial et crises de paiement en Russie post-socialiste », dans Bruno Théret (ed.), La monnaie dévoilée par ses crises. Crises monétaires en Russie et en Allemagne au XXème siècle, vol. II, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 117-151.

Motamed-Nejad R. (2008), « Économie politique de l’ordre monétaire en Iran », dans Frédéric Lordon (dir.), Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme, Paris, Presses de Sciences Po, p. 175-220.

Motamed-Nejad R., Ould-Ahmed P. (2007), « Monnaie et pouvoir en URSS et en Russie », dans Bruno Théret (ed.), La monnaie dévoilée par ses crises. Crises monétaires en Russie et en Allemagne au XXème siècle, vol. II, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 45-50.

Orléan A. (2002), « La monnaie contre la marchandise », L’Homme, n° 162, p. 27-48.

Ould-Ahmed P. (2003), « Les transitions monétaires en URSS et en Russie : une continuité par-delà la rupture ? », Annales, Histoire, Sciences Sociales, n° 5, septembre-octobre, p. 1107-1135.

Ould-Ahmed P. (2008), « Transformations bancaires et mobilité des élites. Le cas de la transition libérale soviétique (1986-1991) », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 175, p. 98-115.

Pérez C. (1985), « Images monétaires et pratiques sémiologiques », Dialogues d'histoire ancienne, vol. 11, n° 1, p. 110-140.

Théret B. (2008), « Les trois états de la monnaie. Approche interdisciplinaire du fait monétaire », Revue économique, vol. 59, n° 4, p. 813-842.

Théret B. (2009), « Monnaie et dettes de vie », L’Homme, n° 190, p. 153-179.

Zelizer V. (1994), « The Creation of Domestic Currencies », The American Economic Review, vol. 84, n° 2, p. 138-142.

Haut de page

Notes

1  Marcel Mauss, 1969 (1ère édition : 1914), p. 106-112.

2  Ibid.

3  Ibid.

4  Sur cette question, voir Moshe Lewin, 2003, ainsi que Ramine Motamed-Nejad et Pepita Ould-Ahmed, 2007.

5  Voir, entre autres, Michel Foucault, 2004.

6  Sur le sens respectif des notions de ‘dispositif de contrôle’ et de ‘dispositif disciplinaire’, et, plus généralement, sur la signification différentielle des notions de ‘société de contrôle’ et de ‘société disciplinaire’, voir Gilles Deleuze, 2007, p. 229-247.

7  On fait évidemment référence, en reprenant ses termes, à l’analyse de Foucault relative au pastorat en tant qu’arrière-plan, ou encore comme le ‘sol’, à partir duquel, au tournant du 18ème siècle, la gouvernementalité a pu s’épanouir en occident (Michel Foucault, 2004).  

8  On reprend ici la notion élaborée par Foucault dans ses cours de 1977-1978 au Collège de France (2004, p. 199-234).

9  On emprunte l’expression de Deleuze (2007), ainsi que la logique consubstantielle à l’idée de ‘codage’ des territoires et des espaces (y compris des espaces de circulation des dettes, des marchandises, du capital…) mise en avant par celui-ci.

10  Via la production et la vente, à crédit, de biens de consommation destinés aux plus démunis, sur des marchés organisés à cette fin.

11  En particulier, la spéculation sur les crédits consentis aux ‘pauvres’, ainsi que sur le prix des biens et des actifs (comme l’immobilier) vendus, à crédit, à ces derniers – un procès d’endettement/spéculation au cœur de la régulation et de la dynamique du capitalisme occidental (notamment durant les années 2000), mais aussi au fondement de la crise financière récente qui a achevé de briser le régime d’accumulation immanent à ce mode de régulation, en même temps qu’elle ruinait une grande partie des débiteurs pauvres qui en furent les principaux ‘otages’ et victimes à la fois (cf. Frédéric Lordon, 2007, 2009).

12  Terme que l’auteur rend par un néologisme : « ambianceur » (p. 116).

13  Sur cette question, voir, en particulier, Frédéric Lordon, 2006.

14  Sur le rapport des femmes à l’argent, mais dans des cadres nationaux distincts de celui de la Chine, on peut également se référer au texte de Isabelle Guérin (2008) qui analyse la relation des ‘femmes pauvres’ à l’argent (en Inde du Sud et au Sénégal), ainsi qu’à l’article de Viviana Zelizer (1994) qui explicite le rapport (au début du vingtième siècle) des femmes (notamment américaines) à la monnaie, au sein de l’ordre domestique comme dans le champ social.

15  À cet égard, l’auteur évoque une « logique de protection tant de la femme que des intérêts mêmes du foyer » (p. 91).

16  Sur le thème de la souveraineté de la monnaie, on peut également consulter Bruno Théret, 2008, 2009, ainsi que André Orléan, 2002.

17  Sur ce point, les auteurs indiquent, à travers une heureuse formule : « La monnaie n’a donc pas d’histoire, elle a des histoires multiples » (p. 176).

18  On fait ici référence au religieux en écho à l’égalité « des croyants face à une divinité » invoquée par les auteurs (cf. supra).

19  Sur ces deux expériences monétaires, voir Pepita Ould-Ahmed, 2003, 2008, Ramine Motamed-Nejad et Pepita Ould-Ahmed, 2007, et Ramine Motamed-Nejad, 2007, 2008.

20  Frédéric Lordon et André Orléan, 2008, p. 166.

21  Frédéric Lordon et André Orléan, dont on reprend ici l’expression, mettent en lumière, au plan logique et conceptuel, les conditions qui président à l’émergence de tels mouvements de « sédition monétaire » (op. cit., p. 165-166).

22  De fait, soumis à l’ampleur de la crise inflationniste des années 1980, les deux pays instaurent, durant la décennie suivante, de nouvelles règles monétaires conformes au Consensus de Washington (p. 224).

23  On reprend ici l’expression forgée en 1985 par Christine Pérez (p. 121), dans un texte passionnant où celle-ci aborde la question monétaire sous un angle sémiologique, pour entrevoir dans les ‘images monétaires’, notamment celles véhiculées par les pièces métalliques, un mode de communication reliant les institutions (en particulier les institutions politiques) à  la société : des ‘images monétaires’ à la fois ‘programmées’ et orientées (au niveau symbolique, politique et social, p. 118).

24  Sur cette dimension duale de la souveraineté, on peut se référer notamment à l’article fort instructif de Laurent Bove, où l’auteur, dans une optique spinoziste, distingue « le droit commun ou la « souveraineté de l’État», en tant que ce droit est détenu absolument par un pouvoir institué, lui-même appelé souverain », et « la « souveraineté », que possède inaliénablement la multitude dans l’exercice de la puissance de son droit commun naturel » (2005, p. 66, souligné par l’auteur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ramine Motamed-Nejad, « Eveline Baumann, Laurent Bazin, Pepita Ould-Ahmed, Pascale Phélinas, Monique Sélim, Richard Sobel (Dir.), L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes, Paris, L’Harmattan, 2008. », Revue de la régulation [En ligne], 6 | 2e semestre / Autumn 2009, mis en ligne le 18 décembre 2009, consulté le 17 août 2017. URL : http://regulation.revues.org/7691

Haut de page

Auteur

Ramine Motamed-Nejad

Université Paris I – Centre d’Économie de la Sorbonne : r.motamed.nejad@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page