Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’appel à contributions pour le dossier Institutions, régulation et développement a rencontré un grand intérêt. Aussi, les articles retenus seront-ils proposés dans le présent numéro et dans le suivant pour un dossier en deux volumes (numéros 6 et 7). Les propositions reçues puis les contributions retenues se rapportent principalement aux débats en cours et aux perspectives qui animent la recherche académique autour des institutions, de la régulation et du développement.

2Le volet rétrospectif, consistant à opérer un retour critique sur les travaux de Théorie de la régulation dans l’étude du développement, est ici abordé avec la contribution de Noureddine El Aoufi (n° 6). L’auteur s’interroge sur les rapports entre une école de pensée – l’École de la régulation – et un champ d’investigation – l’économie du développement.

3Le succès rencontré par l’appel à contributions a fait émerger des contributions davantage orientées vers les enjeux théoriques et empiriques actuels, ce dont témoignent notamment les contributions dans la rubrique Opinions-débats dont la place dans ce dossier est particulièrement importante.

4La diversité des points d’entrée retenus par les auteurs illustre le large panorama couvert par le champ contemporain des études en développement. Mais les différentes contributions ont en commun d’apporter un éclairage novateur et original sur la thématique du développement, en inscrivant le dossier dans une double perspective : une perspective critique et une perspective pluridisciplinaire.

Une perspective critique et institutionnaliste

  • 1  L’institutionnalisme historique a investi de très longue date le champ du développement comme proc (...)

5Les contributions contenues dans le numéro 6 se rejoignent à un double niveau : 1) elles procèdent à une investigation du champ de l’économie du développement contemporaine ; 2) elles confèrent une dimension fortement institutionnaliste à la démarche critique adoptée par les auteurs. Véronique Dutraive (n° 6) souligne ainsi l’influence considérable exercée récemment par l’économie institutionnelle sur l’économie du développement et fournit une interprétation particulièrement éclairante sur les apports, mais aussi les limites de cette démarche. La note d’Elsa Lafaye de Micheaux (n° 6) sur une récente réédition d’un article de Myrdal vient également nous rappeler fort à propos l’antériorité1 et l’actualité des approches institutionnalistes du développement, bien au-delà du succès récent d’un néo-institutionnalisme qui a souvent la mémoire courte. Celle de Michaël Clévenot sur l’ouvrage Institutions et développement (n° 7) montre la vivacité de ces courants institutionnalistes dans le renouveau de l’économie du développement. Isabelle Hillenkamp (n° 6) s’intéresse quant à elle au déploiement actuel de l’économie populaire en Amérique du sud, aux institutions qu’elles mobilisent et à son efficacité en matière de développement et de réduction de la pauvreté. Muriel Périsse (n° 6) s’arrête sur les risques associés au rapport salarial apparu en Chine avec les réformes. Elle montre que la principale caractéristique de ce rapport salarial est d’être soumis au seul rapport de forces du fait du manque d’institutions intermédiaires sur le marché du travail. Enfin, Pepita Ould Ahmed (n° 7) apporte un éclairage sur la dimension institutionnaliste de la monnaie en revenant sur l’expérience du credito, monnaie communautaire apparue en Argentine en 1995 pour une partie de la population privée de ressources financières. Elle montre qu'en dépit de la volonté des fondateurs des « clubs de troc » de créer des espaces monétaires autonomes et alternatifs au système monétaire officiel, cette monnaie privée n’a pu se détacher complètement de la monnaie officielle.

6Cette dimension critique caractérise également les contributions du n° 7, même si elle est moins uniforme. L’approche de Jean-Michel Servet s’appuie sur une critique radicale de son objet, à travers une lourde charge portée à la rhétorique de l’aide au développement (n° 7). Gautier Pirotte (n° 7) établit un bilan plus mesuré des succès et ambiguïtés de la notion de société civile dans les politiques et pratiques de développement. Alain Piveteau et Éric Rougier (n° 7, rubrique opinions-débats) s’inscrivent dans une autre démarche encore. Ils nous invitent à dépasser les analyses actuelles en économie du développement et proposent de fonder un nouveau programme de recherche autour de la notion d’émergence.

7La contribution de Benoît Prévost (n° 7 rubrique opinions-débats) se situe à l’interface de l’histoire de la pensée et de l’économie du développement. Elle révèle la contribution de l’analyse de Douglas North à une meilleure appréhension du lien entre institutions et développement économique.

Une perspective pluridisciplinaire

8La dimension pluridisciplinaire est particulièrement évidente dans le numéro 7. Trois des contributions sont des versions révisées de communications présentées au colloque pluridisciplinaire « Les mots du développement » qui s’est tenu les 13 et 14 novembre 2008.

9La lecture croisée des différentes contributions donne lieu à une forme de dialogue stimulant entre sciences humaines et sociales. Ainsi la contribution de l’anthropologue Agnès Bergeret (n° 7) invite-t-elle les économistes à porter un autre regard sur la question de la sécurité alimentaire et de la paix au Guatemala. La longue note de lecture de Ramine Motamed-Nejad sur l’ouvrage L’argent des anthropologues, la monnaie des économistes met en lumière l’intérêt majeur d’une approche croisant anthropologie et économie (n° 6). Cette dimension pluridisciplinaire est par ailleurs présente dans le compte-rendu de Thierry Kirat sur l’ouvrage L’économie de la corruption (n° 7).

10L’appel à la pluridisciplinarité est également revendiqué par le Président équatorien Rafael Correa dans l’interview qu’il accorde à la Revue de la régulation (n° 6). Économiste de formation, Rafael Correa explique sa frustration à l’égard des travaux de l’économie standard. Il préconise un rapprochement entre science économique, sociologie et anthropologie, afin de mieux appréhender les dimensions institutionnelles, culturelles et politiques des problèmes économiques rencontrés aujourd’hui par les économies en développement. Dans cette interview, le président équatorien expose plus largement les motivations et les modalités des réformes entreprises actuellement dans son pays et en Amérique latine. Ces réformes ont pour objet commun de mettre fin aux politiques néolibérales héritées du Consensus de Washington et d’engager les pays latino-américains vers un « nouveau modèle de développement » dont il dessine les contours.

11Ce témoignage d’un acteur politique de premier rang vient conforter l’impression générale qui découle de la lecture des travaux de recherche académique publiés dans ce dossier : l’économie du développement connaît actuellement un profond renouvellement. Gageons que ce dossier y contribuera et suscitera la production de nouvelles générations de travaux.

12Marie Coris, Agnès Labrousse, Elsa Lafaye de Micheaux, Thomas Lamarche, Sabine Montagne et Jean-Francois Ponsot ont été, au sein du comité de rédaction les principaux artisans de ce dossier.

Haut de page

Notes

1  L’institutionnalisme historique a investi de très longue date le champ du développement comme processus socioéconomique et institutionnel complexe, et ce, bien avant la seconde moitié du xxe siècle. En témoignent par exemple les travaux de List ou de l’école historique allemande de Schmoller à Weber.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Introduction », Revue de la régulation [En ligne], 6 | 2e semestre / Autumn 2009, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/7690

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page