Navigation – Plan du site
Présentations de thèses

Gaëlle Courtaux-Kotbi, Transformation postsocialiste des industries automobiles est-allemandes et tchèques : une application de la théorie des modèles productifs

Gaëlle Courtaux-Kotbi

Résumé

Studying East-German and Czech automotive industries, we question the nature of the firms’ transformation from socialism to post-socialism, as well as the logic of these changes. The objective is to determine to what extent the macroeconomic evolution and its impact within the context will affect the firms. Taking into account the contributions and the limits of organizational theory, the application of the theory of productive models is justified to test these hypotheses. In spite of the homogenization factors which influence the East-German and Czech automotive industries, the diversity of productive models remains at the micro level. Subsequently, we demonstrate that the main results of GERPISA‘s are confirmed in a situation of historical change such as in the transition from socialism to post-socialism.

Haut de page

Texte intégral

1Soutenue le 16 mai 2008 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris)
Sous la direction de M. Jacques Sapir, Directeur d’études à l’EHESS

2Jury : M. Bernard Chavance, Professeur à l’Université Paris VII Denis Diderot (Président), Mrs. Eric Godelier, Professeur à l’Ecole Polytechnique et Yorgos Rizopoulos, MCF-HDR à l’Université de Picardie Jules Verne (Rapporteurs), M. Michel Freyssenet, Directeur de recherche au CNRS.

3Mots clé : économie industrielle, économie des institutions, industrie automobile, RDA, République tchèque, théories de la firme, théorie des modèles productifs, socialisme, transition.

4Keywords : industrial organization, institutional economics, automotive industry, east-germany, Czech Republic, theories of the firm, productive models, socialism, transition.

Question(s) de recherche

5La question de recherche est triple : comparer les trajectoires des industries automobiles est-allemandes et tchèques, avant et après le changement systémique ; séparer ce qui relève, dans leur transformation de la trajectoire nationale propre aux deux pays considérés, de ce qui se comprend par la transition au système capitaliste ; tester enfin, la capacité de la théorie des modèles productifs à rendre compte des cas observés.

Méthode  

6La théorie des modèles productifs privilégie les caractéristiques endogènes des entreprises étudiées comme facteurs explicatifs de leur dynamique, en lien avec leurs environnements institutionnels. L’analyse en termes d’hybridation géographique appliquée au changement systémique offre la possibilité d’une lecture comparative des industries automobiles est-allemandes et tchèques (Wartburg-Opel, Trabant- et Skoda-Volkswagen) sur près d’un siècle.

Résultat(s)

7La notion de « transition » comme élément central d’explication est discutée : si les transformations institutionnelles induites par le démantèlement du système économique de type soviétique sont indiscutables, il se pourrait qu’elles n’aient pas l’ensemble des effets que l’on tend à leur prêter. La notion de « modèle productif » s’avère pertinente dans la période soviétique, tout comme le maintien d’une forte identité de l’entreprise. Après la transition, on retrouve des éléments de la période antérieure qui se présentent non comme des « survivances » mais comme des caractéristiques fonctionnelles bien enracinées dans les organisations productives. La démarche comparative souligne la pertinence du modèle d’entreprise au sein d’une trajectoire nationale et insiste sur le partage entre trajectoire nationale et trajectoire d’entreprise faisant écho aux travaux des soviétologues des années 1920-30 (Granick, Berliner). Elle montre à leurs suites que l’entreprise industrielle conserve son identité spécifique dans le système économique de type soviétique. L’absence d’entreprise en Allemagne de l’Est ou en Tchécoslovaquie est alors mise en cause. Ces organisations ne sont en effet pas de simples rouages administratifs d’un État centralisé et planificateur. La résilience de la culture technique et technologique de Skoda à travers les changements et les drames qui affectent son cadre national de 1938 à 1990 est un résultat essentiel. L’identité entrepreneuriale de Skoda semble devoir résister à tous les changements. Finalement, il y a une variété de formes organisationnelles au sein d’un même secteur, variété qui doit être mise en rapport avec les environnements institutionnels dans lesquels agissent les entreprises. Les hypothèses de convergence des firmes vers un modèle optimal, d’isomorphisme mais aussi l’idée de singularité des firmes caractérisant les approches évolutionnistes sont mises en cause.

Haut de page

Bibliographie

BERLINER J. (1957), Factory and Manager in the USSR, Cambridge Mass.: Harvard University.

BOYER R., E. CHARRON, U. JÜRGENS, S. TOLLIDAY (eds.) (1998), Between Imitation and Innovation: The Transfer and Hybridization of Productive Models in International Automobile Industry, Oxford : Oxford University Press.

BOYER R. & M. FREYSSENET (2000), Les Modèles Productifs, Paris : La Découverte, coll. Repères.

CHANDLER A.D. (1962), Strategy and Structure : Chapters in the History of the Industrial Enterprise, Cambridge : MIT Press.

CHAVANCE B. (1999), « Le capitalisme et le socialisme comme espèces systémiques : formation, co-évolution, transformation » in Chavance B. & alii, Capitalisme & socialisme en Perspective, Paris : La Découverte.

DIMAGGIO P.J. & W.W. POWELL (1983),« The Iron Cage Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields », American Sociological Review, vol. 48, 2 (Apr.), pp. 147-160.

GRANICK D. (1959), The Red executive: a study of the organization man in Russian industry, Garden City, N.Y., Doubleday.

KORNAI J. (1992), The Socialist System, Oxford University Press.

LUNG Y. (2005), « The Link between the Diversity of Productive Models and the Variety of Capitalisms : a Review of the Literature and Contextualisation using the car industry as a Case Study », Les Actes du GERPISA, 38, octobre, pp. 109-139.

NELSON R.R. & S.G. WINTER (1982), An Evolutionary Theory of Economic Change, Cambridge: Belknap Press of Harvard University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Courtaux-Kotbi, « Gaëlle Courtaux-Kotbi, Transformation postsocialiste des industries automobiles est-allemandes et tchèques : une application de la théorie des modèles productifs », Revue de la régulation [En ligne], 6 | 2e semestre / Autumn 2009, mis en ligne le 16 décembre 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://regulation.revues.org/7688

Haut de page

Auteur

Gaëlle Courtaux-Kotbi

Institut Polytechnique LaSalle de Beauvais et CEMI-EHESS, Enseignant-Chercheur en Stratégie et Organisation, gaelle.kotbi@lasalle-beauvais.fr,

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page