Navigation – Plan du site
Notes de lecture

El Mouhoub Mouhoud et Dominique Plihon, Le savoir et la finance. Liaisons dangereuses au cœur du capitalisme contemporain, Paris, La Découverte, 2009.

Laurent Cordonnier

Texte intégral

  • 1  Thomas L. Friedman, The World is Flat. A Brief History of the Twenty-first Century, Farrar, Straus (...)

1L’ouvrage de El Mouhoub Mouhoud et Dominique Plihon est une tentative ambitieuse pour articuler les trois caractéristiques essentielles du capitalisme contemporain : la financiarisation de l’économie ; le rôle croissant joué par la connaissance et les nouvelles technologies ; la reconfiguration de la division internationale du travail dans le cadre d’un système de libre échange quasi-généralisé. L’ambition et l’apport principal du livre ne consistent pas tant à produire du neuf au sujet de chacun de ces piliers du capitalisme contemporain (les auteurs y ont contribué par ailleurs), qu’à réussir l’intégration de ces trois mouvements dans une synthèse explicative visant à faire apparaître les relations d’engendrement, d’influence, de codétermination… ainsi que les contradictions entre ces différents termes, en vue de dégager une interprétation de la manière dont le capitalisme a « fonctionné » durant ce dernier quart de siècle. Si le propos est ambitieux, c’est donc parce qu’il exige une connaissance fine de ces différents éléments (biens, technologies, acteurs, marchés, institutions), qu’il requiert une vision spectrale de l’ensemble des interactions entre ces divers éléments, et qu’il mobilise des analyses empruntant à des registres forcément variés : économie de la connaissance, économie de l’innovation, stratégies industrielles, finance, théorie des institutions, macroéconomie financière, etc. La prise de risque est donc à l’avenant : même Véronèse peignant les Noces de Cana ne peut s’exonérer de quelques faiblesses dans le dessin des orteils, des drapés, ou des nuages, en prétextant la commande d’une fresque grandiose. L’académie ne regarde bien souvent que les orteils. Maîtrisant ce risque, les auteurs parviennent à dégager une topologie de cette soi-disant « nouvelle économie » qui ressemble assez peu au « monde plat » parfois prophétisé par les commentateurs1 et dans lequel le destin du savoir et de la connaissance ressemble assez peu à une errance bucolique fécondant la terre, les hommes et les peuples sur son passage. C’est au contraire la vision d’un monde polaire, dual, concentré qui s’en dégage, un monde essentiellement animé par les contradictions que soulève l’impératif de domestiquer la connaissance pour la faire entrer dans le giron du capitalisme actionnarial. Ce dernier, poursuivant le sempiternel travail d’alchimiste (pour partie couronné de succès) visant à transformer les biens communs (ici : le savoir) en marchandises, contribue à dessiner « le scénario noir », selon l’expression des auteurs, d’un capitalisme en mal d’eldorados, croupissant dans son vieil atelier : privatisation et captation des connaissances par quelques oligopoles mondiaux, polarisation des connaissances et des financements au Nord, renforcement des logiques productives tayloriennes à travers la sous-traitance et les délocalisations, approfondissement des déséquilibres macroéconomiques (entretenant une économie de la dépression), déclin des territoires insuffisamment compétitifs, égoïsmes nationaux, protectionnisme, crises financières à répétition, etc. Les auteurs prennent cependant la peine d’avancer quelques propositions sérieuses – et fort intéressantes – pour esquisser l’itinéraire d’une sortie par le haut. Ce n’est pas la partie la moins développée de l’ouvrage, comme il arrive souvent, et elle contribue à renforcer la cohérence du diagnostic précédemment établi en montrant les points d’applications possibles d’une réorientation du cours des choses.

  • 2  Michael Hardt, Antonio Negri, Empire, Exils, Paris, 2000.

2Le propos central de l’ouvrage est à gros traits le suivant. Le savoir, et surtout les connaissances formalisables dans des technologies, des procédés et des produits, n’ont jamais eu un rôle aussi important qu’aujourd’hui dans la compétition économique, à la fois entre les firmes et entre les territoires. Ces savoirs ont trouvé, grâce au développement des nouvelles technologies (auquel ils participent), les outils qui permettent leur formalisation et leur application à la production ; ils y ont trouvé également un vecteur de diffusion efficace. La production et la formalisation accélérée des savoirs, ainsi que leur téléportation a priori sans limite, ne conduit pas pour autant à la création d’un monde de plus en plus décentralisé, dans lequel la production, de moins en moins territorialisée, serait le fait d’unités mises en réseau, dont le produit serait d’ailleurs lui-même principalement de la communication et de l’information (thèse du « capitalisme cognitif »)2.

3Loin de voir se développer un « monde idéalisé » où la communication entre les acteurs et la diffusion des savoirs seraient facilités, de manière horizontale et peut-être démocratique, dans un « village global » unifié par les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), les auteurs voient au contraire se profiler un monde polaire, dual, concentré, en proie à de nombreuses contradictions dues aux relations ambivalentes entre la finance et le savoir.

4Au niveau des entreprises, l’économie de la connaissance se traduit de la manière la plus évidente par une accumulation de capital productif constitué de plus en plus de biens intangibles, issus pour une grande part de la recherche & développement. Ces actifs représentent l’ensemble des connaissances, individuelles et collectives, mobilisables pour produire et vendre. Or ces moyens de production, tout comme les produits qui en découlent, incorporant une grande part de savoirs à toutes les étapes de leur réalisation (conception, production, vente), présentent des spécificités qui les rendent au premier abord peu dociles pour se plier à la logique de la marchandise. Les biens cognitifs et immatériels soulèvent des problèmes en termes d’évaluation (comment comptabiliser ce stock de capital productif intangible à l’actif des firmes ?), en termes d’appropriation (le savoir présente a priori le caractère d’un bien collectif, du fait qu’il n’entraîne pas de rivalité d’usage), en termes de structure de coût (le coût marginal des produits qui sont fabriqués à partir de ce capital intangible est fortement décroissant et ne permet pas, de ce fait, de sécuriser les marges des producteurs par le mécanisme habituel de la rareté relative… rareté due ordinairement à la croissance du coût marginal), et en termes de risques et d’incertitude (les investissements en R&D ne garantissent pas le succès à travers des applications rentables et se déploient dans un horizon assez long). La thèse principale des auteurs est que la finance moderne a pour fonction (entre autres) d’apporter des réponses à ces problèmes de marchandisation de la connaissance… des réponses qui créent de nouvelles contradictions, aboutissant finalement à freiner l’accumulation et la diffusion du savoir.

5C’est sûrement l’apport majeur de l’ouvrage que de proposer un engrenage clair et « fonctionnel » entre savoir et finance, en rapportant chaque cran de la crémaillère financière à une dent du problème particulier de la marchandisation du savoir. On trouve l’essentiel de cette articulation au chapitre 6, et dans ce résumé (p. 135) : « […] les institutions clés du capitalisme financier – la Bourse, l’entreprise actionnariale et les nouvelles normes comptables – se sont développées et transformées pour répondre aux besoins fondamentaux de l’économie du savoir. Ces institutions clés de la finance ont une triple fonction de gestion du risque, d’évaluation des actifs et d’appropriation de la richesse crée au profit de leurs actionnaires. » S’agissant du traitement de l’incertitude, la finance de marché (la Bourse et les organismes d’épargne collective, le capital risque…) est plus à même que la finance bancaire d’orienter l’épargne vers le financement de projets risqués, en assurant la liquidité de ces placements. La bourse résout ensuite, à sa manière, le problème de l’évaluation de ces actifs intangibles, pour lesquels la comptabilisation au coût historique est pratiquement impossible. Les « investisseurs » sur les marchés financiers, en valorisant la firme à travers la série des profits futurs escomptés, enjambent le problème de l’incertitude comptable qui pèse sur son bilan. Et les normes comptables internationales (IFRS) valident en retour cette façon de faire, en quelque sorte, puisqu’elles encouragent la comptabilisation des actifs à leur valeur de marché… une manière de résoudre le problème de la comptabilisation des actifs intangibles assez circulaire, puisqu’elle tend aux investisseurs le miroir comptable de leurs propres estimations, auto-validant de ce fait leurs jugements. Les auteurs n’insistent peut-être pas assez sur le côté absurde de cette réponse que la finance se donne à elle-même. Bien qu’ils invoquent Keynes et le rôle de l’opinion, ils ne vont pas jusqu’à conclure au caractère tautologique de la solution par la valeur de marché : une solution qui de ce fait n’en est pas une… la finance ne faisant que lire une carte qui reproduit l’itinéraire de sa propre déambulation. Mais une solution qui en est tout de même une, puisqu’elle permet de poursuivre la déambulation (jusqu’au prochain précipice). La finance permet enfin l’appropriation des produits de cette économie de la connaissance. D’un côté, les nouvelles règles de la gouvernance d’entreprise ne laissent planer aucun doute sur les propriétaires de jure de ces actifs intangibles : ce sont les actionnaires. D’un autre côté, les acteurs financiers et les producteurs de cette économie de la connaissance se sont entourés d’un système de droits de plus en plus verrouillé destiné à protéger la propriété intellectuelle, un droit au service des grands oligopoles de la connaissance. Au total, les institutions de la finance moderne et les droits de la propriété intellectuelle constituent des instruments adaptés à leur objet : domestiquer la connaissance comme marchandise.

6Si ces institutions sont jusqu’à un certain point fonctionnelles, elles exercent cependant sur le développement de l’économie de la connaissance un couple de forces jugé profondément ambivalent par les auteurs. Car, tout en apportant certaines réponses aux problèmes de la gestion de l’incertitude, de la structure des coûts, de l’évaluation, de l’appropriation, elles brident son développement. « Tel Janus, la finance à deux faces », précisent les auteurs. « Grâce au développement des institutions et des marchés financiers, les entreprises peuvent faire face aux exigences particulières de l’économie du savoir », mais cette finance là a des effets déstabilisants sur les entreprises. Elle considère l’entreprise comme un pur actif financier et transforme ses managers en gestionnaires d’un portefeuille d’activités susceptibles de se valoriser, suivant une logique spéculative fort éloignée du rôle de l’entrepreneur. La Bourse de son côté soumet l’évaluation de ces actifs intangibles aux soubresauts de ses engouements chaotiques (en particulier s’agissant des écarts d’acquisition résultant des mouvements de fusion-acquisition), mettant les entreprises à la merci de brutales dépréciations d’actifs. Mais, plus fondamentalement, la logique financière heurte de front une condition essentielle à la mise en œuvre des innovations issues de l’économie de la connaissance : l’exigence d’un horizon de long terme pour rentabiliser les actifs cognitifs et immatériels issus de la recherche & développement. Ce n’est certes pas une nouveauté, insistent les auteurs : les grandes innovations ont toujours suscité, depuis le xviiie siècle, des booms et des krachs boursiers sans rapport avec le temps long dans lequel ces innovations technologiques peuvent produire leurs effets (gains de productivité attendus, développement escomptés des marchés). Les « investisseurs » soumettent les entreprises à une contrainte de rentabilité à court terme qui entre presque en contradiction avec la nature des projets qu’ils prétendent financer. En pratique, leurs actions incitent les entreprises à se cantonner aux investissements qui promettent sur le papier le rendement le plus élevé (escompté sur un horizon assez court) et qui sont les moins risqués… Bref, tout l’inverse des dépenses de R&D. Il faut ajouter à cela que la sécurisation des retombées économiques de ces investissements cognitifs, au moyen des droits de la propriété intellectuelle, est elle-même coûteuse (en dépôts de brevets, contentieux, bluffs et autres chantages) et ralentit la diffusion des connaissances en augmentant les obstacles et les coûts de son acquisition.

7Au terme de cette analyse, il apparaît que la finance et le savoir entretiennent plus que « des liaisons dangereuses ». Des liaisons perverses faudrait-il dire, puisque le capitalisme financier est à la fois ce qui prétend réunir les conditions de possibilité d’une économie de la connaissance et ce qui l’étouffe.

8Les conséquences en aval de ce couple infernal sont abondamment explicitées : sur l’organisation des entreprises, la reconfiguration des logiques productives, la répartition géographique des activités, le partage des revenus. Loin d’aboutir à une homogénéisation des conditions de production et des revenus sur la planète, l’économie du savoir sous le joug de la finance divise et polarise. Les firmes combinent deux types de division du travail (cognitive et taylorienne) qu’elles répartissent différemment sur la planète : concentration, d’un côté, des activités à fort contenu immatériel et cognitif – pour bénéficier des externalités de connaissance – et externalisation et délocalisation des opérations de production, de l’autre, en partie en fonction des coûts salariaux, imposant de ce côté là un mode de production plus que jamais taylorien. Le couple finance-savoir fonctionne surtout au profit de quelques grands monopoles de la connaissance, freinant la diffusion des savoirs et tenant à l’écart du mouvement les pays du Sud – pompant au passage leurs cerveaux – ainsi que les travailleurs les moins qualifiés des pays du Nord.

9L’un des grands mérites du livre est d’en terminer par un effort conséquent pour tirer de ce sombre diagnostic (parfois présenté de manière un peu trop rhétorique comme « nuancé » ou « ambivalent ») un certain nombre de propositions visant à « mettre la finance au service du savoir » et à « désenclaver la connaissance, au Nord comme au Sud ». Ce travail est particulièrement soigné et recèle des axes de réforme relativement précis et opérationnels pour tenter de desserrer le joug de la finance de marché qui étrangle la production de connaissance et pour tenter de rendre à la recherche fondamentale son caractère de bien commun de l’humanité. Ce ne serait pas rendre justice à ce travail de réflexion approfondi que d’en balayer à trop gros traits les propositions. Gageons que le lecteur trouvera dans cette ellipse une raison supplémentaire de se procurer l’ouvrage. Mais signalons tout de même la perspective dans laquelle se déploie cette entreprise. Il s’agit, pour les auteurs, d’encourager les investisseurs de long terme pour remettre en phase les temporalités de la finance avec l’horizon long sur lequel se manifestent les bienfaits de l’innovation. L’exercice consiste donc à rechercher les institutions adéquates à cet objectif. Mais, dans ce raccord entre la finance et le savoir, il ne s’agit pas seulement de lâcher la bride à l’économie de la connaissance, il s’agit d’en maîtriser le contenu et les modalités. C’est là un angle d’approche des problèmes tout à fait intéressant… et pour tout dire une échappée assez remarquable au regard des développements qui fondent le diagnostic initial. Citons assez longuement le passage (p. 196) qui donne cette impulsion : « Une autre voie de réflexion prometteuse porte sur les investisseurs de long terme, qui développent des stratégies en phase avec les exigences de l’économie du savoir. Cette approche de l’investissement doit reposer sur une prise en compte explicite de l’ensemble des facteurs (positifs ou négatifs) contribuant au développement économique et à la création de valeur : le potentiel d’innovation d’une entreprise, sa capacité à mobiliser et à valoriser ses ressources humaines, les dimensions sociétales (par exemple, l’égalité des genres) et environnementales. Elle est fondée sur une conception partenariale, et non exclusivement actionnariale, de l’entreprise. Sont ainsi pris en compte le rôle et les intérêts des différentes « partie prenantes » de l’entreprise : les actionnaires, les managers, les salariés, les clients, la société, la puissance publique, etc. Ce qui implique une nouvelle forme de responsabilisation des managers, basée sur une logique de pouvoir finalisée sur des objectifs élargis ne se limitant pas à la maximisation du rendement des fonds propres, le fameux ROE. »

10La sortie par le haut, selon les auteurs, passe donc par des dispositifs visant à redonner du contenu (disons, social et environnemental) à l’économie de la connaissance, à ses investissements autant qu’à ses productions, pour que le savoir apporte des éléments de progrès qualitatifs, et non seulement de la valeur pour l’actionnaire. La solution passe donc par le contenu.

11Mais alors, a-t-on envie de se demander, si c’est une partie de la solution, pourquoi ce point n’est-il pas explicitement abordé comme faisant partie intégrante du problème traité ? Il n’est pas impossible, en effet, que l’économie de la connaissance vienne aussi buter sur une question de contenu… pas seulement de contenu social et environnemental des productions, mais de contenu en termes très classiques : en termes de valeur d’usage. Dès lors, la question qui aurait pu être posée, pour la formuler de manière abrupte, est la suivante : l’économie de la connaissance est-elle intéressante ? On comprend, certes, qu’on puisse répugner à se poser ce type de questions : la science doit se garder des jugements de valeur, dit-on, et cette interrogation pourrait être jugée superflue pour traiter de l’objet en question. La marche en avant du capitalisme ne serait pas conditionnée par le contenu des biens qui sont produits et vendus pour mettre en valeur le capital, mais par les moyens mis en œuvre et les stratégies déployées par le capital pour transformer ces biens en marchandise (qu’importe le contenu…). La dynamique du capitalisme financiarisé, faisant son fonds de commerce de la connaissance, pourrait ainsi être décrite à travers la relation fonctionnelle-dysfonctionnelle entre la finance et le savoir (qu’importe le contenu…). Et pour ce qu’il permet d’en dire, ce traitement a certainement l’heur d’une certaine efficacité et participe du sens de l’économie : voyez déjà tout ce que l’on peut expliquer sans tomber dans le registre des jugements de valeur. Et pourtant, les chapitres de conclusion montrent que l’on ne saurait aborder les solutions seulement en réglant des problèmes d’ordre fonctionnel ou dysfonctionnel. La sortie de l’impasse dans laquelle se trouve l’économie de la connaissance sous le joug actionnarial passe nécessairement par des transformations institutionnelles visant à donner un contenu social et environnemental à ses investissements et ses produits. Les auteurs n’ont pas voulu éluder cet impératif. Car, même si l’équivoque est parfois entretenue, il ne s’agit visiblement pas dans leur esprit de débloquer simplement l’économie de la connaissance telle quelle est, pour lui laisser enfin accomplir sa destinée. C’est bien la perspective d’une production, d’une diffusion et d’une utilisation de la connaissance intéressante du point de vue économique, social et environnemental qui est recherchée. Dès lors, pourquoi ce qui participe de la solution n’est pas mis également au compte des problèmes : c’est-à-dire de ce qui bride l’expansion de l’économie de la connaissance et de ce qui en dissipe les promesses ?

  • 3  Les auteurs reprennent à leur compte la thèse de Philippe Azkenazy et Christian Gianella, « Le par (...)
  • 4  Pour les firmes cotées. Les auteurs renvoient au Centre d’analyse stratégique, “Evaluation et valo (...)

12Ce n’est pas que les auteurs aient complètement évité le sujet, c’est plutôt qu’ils l’ont évincé d’une curieuse façon. Ils semblent d’accord pour dire que jusqu’ici les nouvelles technologies issues de l’économie de la connaissance n’ont pas produit des résultats formidables (p. 148) : les gains de productivité que l’on aurait pu en attendre se sont surtout manifestés dans le secteur producteur des NTIC plutôt que dans le secteur utilisateur. On peut donc faire à leur sujet, et plus largement au sujet de l’économie cognitive ou immatérielle, le même diagnostic que pose Solow au sujet des ordinateurs : ils (ou elles) sont partout, sauf dans les statistiques de productivité. Or, à quoi les auteurs attribuent-ils ce paradoxe de Solow appliqué à l’économie de la connaissance ? Pour une part au fait que les gains de productivité potentiels liés au savoir ne peuvent devenir effectifs qu’à condition que les firmes se réorganisent pour les mettre à profit.3 Question à cet endroit : pourquoi ne le font-elles pas, alors que leurs actifs immatériels sont supposés représenter entre 75 % et 90 % de leurs actifs productifs ?4 Pour une autre part, le paradoxe de Solow est expliqué par le fait que la diffusion des innovations est lente, « en raison de phénomènes d’inertie inévitables ». Pour faire passer l’idée, la comparaison est menée avec la machine à vapeur et le moteur électrique : deux inventions qui ont mis entre quarante et cinquante ans à se diffuser. Mais précisément, la comparaison n’est pas convaincante, puisqu’il ne s’agit plus ici de patienter en attendant la diffusion d’une invention : les NTIC et les actifs cognitifs sont déjà partout ! L’hypothèse de la diffusion lente est contradictoire avec le fait (qui vient d’être rappelé) que la connaissance représente déjà le principal facteur de production immobilisé. Autrement dit, le drame du paradoxe de Solow ne se déroule pas en attendant Godot. Ce dernier est déjà là mais sa présence ne change rien à la pièce.

  • 5  On devrait être plus prudent en avançant ce type de conjecture, pour se garder du syndrome de Rica (...)

13La question n’est donc pas une provocation frivole : pourquoi l’économie de la connaissance n’a rien produit jusqu’ici de formidable, tant en termes de valeur ajoutée produite que de gains de productivité enregistrés ? L’une des explications plausibles (c’est une conjecture) est que les biens issus de cette économie de la connaissance entrent dans la sphère des marchandises en bénéficiant déjà des technologies qui permettent de hisser leur production sur la ligne de taille du progrès technique qui leur est adapté. Ces produits (les nouveaux médicaments, les nouvelles puces, les écrans plats, les téléphones portables, les nouvelles chaînes de télévision, etc…) ne refont pas, comme à l’ère de la locomotive à vapeur ou de la Renault 4, tout le cycle de vie du produit, lequel permettrait à leur histoire d’enregistrer les gains de productivité continus liés à l’amélioration progressive du système de production qui les fabrique. Ils sont d’emblée produits au mieux de ce que permet leur constitution et l’environnement technique qui a permis cette constitution. On force bien entendu le trait en disant cela (surtout si l’on pense aux ordinateurs) pour se faire comprendre. Bénéficiant déjà, et pour ainsi dire dès le départ, de la majeure partie des gains de productivités dont ils pourraient être l’objet, sous forme de gains incorporés dans leur conception, ils n’ont pas une valeur ajoutée importante une fois mis sur le marché, et ils ne font pas l’objet de gains de productivité historiques très significatifs. C’est déjà une manière de dire qu’au niveau de la valeur ajoutée produite, ces biens sont moyennement intéressants.5

  • 6  On peut remarquer que les biens de la période fordiste étaient raccordés à notre imaginaire social (...)

14Mais s’il leur manque de la valeur ajoutée, c’est peut-être aussi qu’il leur manque de la valeur d’usage. La comparaison vaudrait d’être menée à cet endroit avec les biens qui ont structuré la norme de consommation de la période fordiste. Où sont les marchandises grandioses de l’ère immatérielle et cognitive ? Où sont ses voitures, ses avions, ses trains, ses réseaux et ses centrales électriques, ses frigos, ses congélateurs, ses machines à laver, ses robots ménagers, ses tables en formica ? Où sont ses aspirines, ses pinces à linge en plastique, ses plats préparés, ses pommes golden, ses postes de télévision de style Louis Philippe, ses bas nylon, ses jouets à ampoules électriques ? Dans les écrans plats, les téléphones portables, les consoles de jeu, les seringues jetables (peut-être un peu dans les biens médicaux qui font augmenter le coût de la santé) ? Mais ce sont justement ces biens là qui sont soumis à la fatalité du pas grand-chose que l’on vient de décrire. Si l’art de l’entrepreneur est de transformer en marchandises l’idée que ses concitoyens se font du bonheur, où sont les splendides productions nouvelles de l’ère immatérielle, ces productions capables de substituer du vénal aux bienfaits et au sens de la vie que génère notre imaginaire social historique ?6 Bref où sont les nouveaux eldorados capables de mettre en branle l’accumulation du capital sous la houlette d’entrepreneurs hardis, flairant le qui pro quo rentable – cet interstice fragile ouvert à la marchandisation – entre la fureur de vivre et la résignation à en vivre ? Si l’économie de la connaissance y peut quelque chose, le moins que l’on puisse dire est qu’elle cache bien son jeu.

15Les eldorados de la période contemporaine, on le sait, sont en Chine (ou dans les BRIC). Ils n’ont rien de nouveau. Ils consistent en kilomètres d’autoroutes, en barrages, en centrales au charbon, en cinémas, en stations de ski et en voitures. C’est ce que le capital sait faire depuis longtemps, et il s’y vautre avec la délectation d’un pluri-centenaire qui y voit la possibilité de refaire sa vie.

16Les territoires qui restent à conquérir sont pourtant d’un autre ordre. Si l’ère des catastrophes lui en donne le temps, notre imaginaire social institué, vouant un nouveau culte aux générations futures, endossera vraisemblablement l’impératif de prendre la nature à sa charge, faute d’être parvenu à s’en rendre maître et possesseur. Cela pourrait l’occuper un moment (peut-être à jamais). Mais, pour certaines raisons qui sont clairement entrevues par les auteurs, parmi lesquelles les sources et les modes de financement, ces territoires ne se présentent pas aussi aisément que par le passé comme de nouveaux eldorados. Le développement économique et social est désormais suspendu à l’articulation improbable entre nos productions et cet impératif lié au surgissement de la question écologique (alors que la question sociale n’est toujours pas réglée). Comme l’ont bien analysé les auteurs, les « réformes » à mettre en œuvre pour frayer une voie à cette autre économie de la connaissance réclament des transformations institutionnelles profondes, suffisamment profondes pour remettre la société – comprise comme un être ensemble de nature partenariale – aux commandes des choix d’investissement. Si c’est bien la solution, c’est que c’est aussi pour partie le problème de l’économie de la connaissance.

Haut de page

Notes

1  Thomas L. Friedman, The World is Flat. A Brief History of the Twenty-first Century, Farrar, Strauss and Giroux, New York, 2005.

2  Michael Hardt, Antonio Negri, Empire, Exils, Paris, 2000.

3  Les auteurs reprennent à leur compte la thèse de Philippe Azkenazy et Christian Gianella, « Le paradoxe de la productivité : les changements organisationnels, facteur complémentaire à l’informatisation », Economie et Statistique, n° 339-340, 2000.

4  Pour les firmes cotées. Les auteurs renvoient au Centre d’analyse stratégique, “Evaluation et valorization financière de la propriété intellectuelle : nouveaux enjeux, nouveaux mécanismes”, La note de veille, n° 111, octobre 2008.

5  On devrait être plus prudent en avançant ce type de conjecture, pour se garder du syndrome de Ricardo, lequel pensait qu’à son époque l’agriculture avait déjà accompli sa révolution productive et avait engrangé tous les gains de productivité imaginables pour ce secteur. L’avantage pour qui s’aventure dans la même voie aujourd’hui est que le risque de souffrir du même syndrome, compte tenu du caractère illustre de son auteur, ne saurait être vécu comme une maladie honteuse.

6  On peut remarquer que les biens de la période fordiste étaient raccordés à notre imaginaire social-historique au moins sur deux plans: ils donnaient fort habilement dans le registre de la liberté et du gain de temps. La voiture, ou les appareils électroménagers, par exemple, étaient censés accroître nos domaines d’action et nous faire gagner du temps. S’agissant des biens de la période actuelle (le téléphone portable, les contenus internet, la télévision, les jeux vidéo, etc.), ils se trouveraient plutôt en compétition les uns avec les autres pour s’accaparer un temps d’usage forcément limité du côté du consommateur (ils encombrent le temps) et ils n’apportent pas clairement une extension de nos possibilités d’action (si ce n’est le pouvoir de les dé-coordonner).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Cordonnier, « El Mouhoub Mouhoud et Dominique Plihon, Le savoir et la finance. Liaisons dangereuses au cœur du capitalisme contemporain, Paris, La Découverte, 2009. », Revue de la régulation [En ligne], 6 | 2e semestre / Autumn 2009, mis en ligne le 17 décembre 2009, consulté le 22 mai 2017. URL : http://regulation.revues.org/7673

Haut de page

Auteur

Laurent Cordonnier

membre du Clerse-Ifresi, Université Lille 1, Laurent.Cordonnier@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page