Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Cyrille Ferraton, « Les valeurs guident et accompagnent notre recherche ». L’institutionnalisme de Myrdal, ENS éditions, Lyon, 2009, 85 p.

Un institutionnalisme ouvert et généreux
Elsa Lafaye de Micheaux

Texte intégral

1L’excellente collection « Feuillets, économie politique moderne » des ENS éditions propose la traduction d’un article célèbre accompagné d’un appareil critique synthétique permettant de le lire au regard de l’œuvre de l’auteur et des débats de son temps. Le dernier petit livre paru, « Les valeurs guident et accompagnent notre recherche » comble une lacune en économie du développement institutionnaliste contemporaine : proposer une vue d’ensemble du travail de Myrdal et dégager les principaux aspects de son institutionnalisme. En effet, véritable monument dans la discipline, l’auteur de The Asian Drama (1968) est pourtant peu enseigné aujourd’hui, et relativement peu cité par rapport à K. Polanyi, A. O. Hirschmann – sur lequel C. Ferraton avait produit une thèse remarquée – ou encore F. Perroux. Ce livre offre donc une occasion de remettre Myrdal (1898-1987), ici magistral avocat de la méthode institutionnaliste en économie du développement, au goût du jour.

2Myrdal, loin de poser des tabous méthodologiques ou épistémologiques, comme le fait parfois une hétérodoxie aux abois, laisse très ouvertes les portes du travail de recherche institutionnaliste. La distance avec l’économie néoclassique, approfondie par ailleurs dans son œuvre, est posée de manière définitive dans ce texte-manifeste : en quelques phrases, il rejette les modes de raisonnement étriqués et les descriptions irréalistes qui n’ont pas de sens face aux problèmes qui se posent. Ainsi la notion d’équilibre, inutile et déplacée : « il n’y a pas généralement d’équilibre en vue », mais aussi conservatrice ; l’illusion de disposer d’une connaissance précise et quantifiée des conditions sociales ; les concepts inadaptés pour décrire la réalité des pays en développement ; l’utilisation négligente des statistiques ; l’incapacité à comprendre les nouveaux problèmes politiques ; son isolement croissant à l’égard des autres sciences sociales, « isolement qui rendait possible par exemple qu’un groupe d’économistes dans les années 1950 puisse revendiquer pratiquement comme une découverte l’idée selon laquelle l’éducation pouvait être considérée comme importante pour le développement »(p. 73).

3La notion de causalité circulaire, qu’il avait adoptée contre celle d’équilibre stable, désigne les situations où le résultat d’un changement est largement supérieur à l’impulsion donnée, en raison d’une succession d’effets cumulatifs engendrés par différents facteurs économiques, mais aussi non-économiques, mutuellement interdépendants. Derrière la causalité circulaire se trouve l’idée que l’économie ne commence, ni ne finit là où le prévoit la discipline dans sa version standard : « Dès lors, de manière définitive, je constatais qu’il n’y a pas de problèmes économiques, sociologiques ou psychologiques, mais juste des problèmes et qu’ils sont tous interdépendants et hétérogènes. Dans la recherche, la seule frontière acceptable est celle qui sépare les conditions pertinentes des conditions non pertinentes » (p. 72).

4À parcourir l’ouvrage, on comprend que derrière les postures méthodologiques, il y a d’abord un chercheur, homme de son temps, désireux de penser le monde contemporain, qui a éprouvé qu’il le faisait mieux s’il levait certaines contraintes théoriques et méthodologiques : c’est ce qu’il a fait en abandonnant l’économie conventionnelle et son cortège d’impensable. Evoquée en quelques lignes dans un article qui fut au départ une conférence devant les étudiants de l’université du Wisconsin en 1977, cette prise de distance est émouvante. Mais elle ne fait pas de Myrdal un de ces nouveaux convertis qui doivent prouver leur nouvel attachement par leur radicalisme et leur sectarisme : au contraire, la liberté intellectuelle qu’il a choisi d’embrasser le rend très débonnaire dans l’expression de la méthode qu’il préconise. « Reconnaître comme devoir du chercheur la transgression des limites disciplinaires héritées, créées et conservées par la tradition, et, pour des raisons pratiques de spécialisation, soutenues par l’enseignement et la recherche, est devenu l’essence de ma conversion à l’économie institutionnaliste […] Cette transgression n’entraîne nullement une plus faible expertise scientifique. Je n’ai jamais ressenti cette difficulté écrasante. Les règles pour la recherche de la vérité sont identiques, quel que soit le problème étudié. Mais ces règles rendent certainement la recherche institutionnaliste plus difficile et plus longue. » (p. 72-73).

5On peut trouver parfois Myrdal confus, à nouveau sur la causalité circulaire, ou peu clair notamment sur le statut des valeurs, qui pourtant donnent son titre à l’ouvrage, et qui étaient au centre d’An American Dilemma, étude sur la question noire en 1944. En effet, ni lui, ni son exégète ne distinguent précisément la place qu’il leur confère dans le travail de chercheur qui choisit ses terrains, ses interlocuteurs, sa problématisation et dans l’économie même de l’analyse. Même s’il s’agit dans tous les cas de valeurs, « les valeurs qui nous guident » en tant que chercheur, n’ont pas le même contenu que celles qui animent les acteurs – hommes politiques, groupes sociaux –, dont on étudie les sociétés et les actes. Mais le lien entre les deux, comme ce que l’on en fait, n’est pas ici complètement exposé. Pour autant il approfondit l’analyse du registre des idées et des symboles en séparant les croyances, issues d’un processus cognitif et relevant du registre intellectuel, auxquelles on peut appliquer le critère du vrai et du faux, des valeurs (sentimentales, affectives, émotionnelles), qui peuvent renvoyer au domaine du politique, de la normativité, et pour lesquelles les mêmes critères vrai/faux n’opèrent pas.

6Or, nous dit Myrdal, dans leurs opinions les individus – que ce soit les chercheurs ou les personnes qu’ils prennent comme objet d’étude – mélangent croyances et valeurs. Ainsi les phénomènes sociaux sont-ils délicats et longs à étudier, ainsi les sciences sociales sont-elles forcément normatives, et l’économie une science morale. À la « rationalisation », processus par lequel l’individu transforme ses valeurs en croyances sur la réalité, Myrdal ajoute ce qu’il nomme « l’opportunisme du savoir », qui se révèle lorsque les connaissances (ou l’ignorance) sont favorables aux valeurs et aux intérêts individuels, donc qui ramène aux conditions politiques et sociales de la production scientifique et de sa diffusion : « La recherche désintéressée n’a jamais existé et ne peut pas exister. Avant les réponses il doit y avoir les questions. Il ne peut pas exister de vue sans point de vue […] En demeurant inconscients du système de valeur de notre recherche, nous continuons de raisonner avec une prémisse manquante, ce qui entraîne une indétermination ouvrant la voie à tous les biais » (p. 80).

7Myrdal a donc ouvert de larges étendues d’investigation sur les transformations sociales et les politiques menées comme pour la réflexivité voire l’auto-analyse du chercheur. « L’élargissement de la perspective, impliquée par cette approche institutionnaliste, anéantira régulièrement la simplicité soignée à la fois des analyses et des conclusions de l’économie conventionnelle » (p. 75).

8C’est incontestablement par son caractère suggestif, stimulant et libérateur que vaut le court article de Myrdal. Tous ceux qui, en économie du développement, ont eu besoin de temps pour emprunter des chemins de traverse afin d’aborder leur objet d’une manière oblique mais parfois plus féconde, savoureront ce petit opuscule et salueront un travail éditorial qui tombe à point nommé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Lafaye de Micheaux, « Cyrille Ferraton, « Les valeurs guident et accompagnent notre recherche ». L’institutionnalisme de Myrdal, ENS éditions, Lyon, 2009, 85 p. », Revue de la régulation [En ligne], 6 | 2e semestre / Autumn 2009, mis en ligne le 09 décembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://regulation.revues.org/7663

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page