Navigation – Plan du site
Opinions - débats : Institutions, régulation et développement

Théorie de la régulation : la perspective oubliée du développement

Noureddine El Aoufi

Résumés

L’article tente dans un premier temps de revisiter la théorie de la régulation en prenant comme marqueur la place réservée dans le corpus à la problématique du sous-développement et du développement.
L’examen de l’évolution du programme de recherche sur trente ans fait apparaître une orientation occidentalo-centrée plus affirmée des travaux récents et une tendance progressive à la restriction du champ d’analyse à la variété canonique du fordisme, en l’occurrence celle des pays occidentaux.
Cette auto-référentialité est plus que territoriale dans la mesure où elle participe d’une démarche de substantialisation du capitalisme allant chercher au centre du système les lois fondamentales, tandis que les périphéries constituent de simples configurations ad hoc et surdéterminées.
Sur un second plan la perspective du développement est mise en évidence comme une généralité constitutive du capitalisme se déclinant dans des trajectoires spécifiques de la variété sous-fordienne. En performant les fonctionnements économiques et marchands au sein des économies en voie de développement, l’activité symbolique, même sous sa forme archaïque, n’est pas sans liens réflexifs avec la composante rationnelle de la dynamique capitaliste dominante au centre.
Enfin le texte plaide en faveur d’un rééquipement théorique (notamment à partir d’A. Sen) et empirique du programme de recherche de la théorie de la régulation étendue au processus de sous-développement. Cette orientation pourrait avoir pour objectif, outre d’accroître le contenu analytique et critique de la théorie de la régulation, d’instituer une cohérence normative autour d’une pragmatique de réformes combinant, dans les pays en voie de développement, régulation et développement humain.

Haut de page

Texte intégral

1La théorie de la régulation s’est constituée au milieu des années 1970 en rupture avec la théorie standard (Aglietta, 1976 ; Benassy, Boyer, Gelpi, Lipietz, Mistral, Munoz, Ominami, 1978).

2L’élaboration conceptuelle a enregistré sur une trentaine d’années un développement à la fois extensif et intensif. Plusieurs résultats théoriques, économétriques et empiriques forment aujourd’hui un savoir acquis et les différentes approches en termes de régime d’accumulation, de mode de développement et de formes institutionnelles ont été rejointes par d’autres programmes de recherche néo-institutionnalistes (Social Structure, Varieties of Capitalism).

3D’entrée de jeu la théorie de la régulation s’est présentée comme une analyse critique (Boyer, 1986) contribuant à rééquiper les controverses théoriques et méthodologiques autour des transformations du capitalisme et du rôle joué par l’architecture institutionnelle dans la diversité des trajectoires nationales. Un vaste champ analytique définissant les conditions d’émergence d’un nouveau paradigme en économie a pu ainsi être balisé.

4Dédiée à l’origine à l’analyse des institutions du fordisme et à sa crise, la première génération de la théorie de la régulation n’a pas été sans connaître quelques difficultés ayant trait au cadrage des « applications » liées aux concepts génériques et aux conditions de validation des « bons usages » (Lipietz, 1985 ; Ominami, 1986) contre les « mauvais usages » de la théorie de la régulation. De telles difficultés n’ont pas manqué de réduire à la portion congrue la thématique du développement dans les « classiques » de la théorie de la régulation (Aglietta, 1976 ; Boyer, 1986, 2004b ; Boyer, Saillard, 1995).

5Dès lors, un rééquipement théorique et empirique d’un programme de recherche de la théorie de la régulation étendue aux pays en voie de développement peut avoir un double objectif :

  • accroître le contenu analytique de la théorie de la régulation et renforcer sa composante empirique en élargissant le champ d’investigation aux périphéries du capitalisme avancé ;

  • prolonger sur le terrain du développement la critique du modèle standard et des politiques économiques préconisées pour les pays en développement par les organismes financiers internationaux (Banque mondiale et FMI).

6L’hypothèse suggérée dans la présente contribution est que les pays en voie développement mettent en jeu, en interaction étroite avec les modes capitalistes de production et d’échange, des fonctionnements surdéterminés par les facteurs non marchands et domestiques et sont adossés à des registres culturels, cultuels et symboliques (croyances religieuses, superstitieuses, rites, etc.) que l’anthropologie a abondamment mis en évidence (Lévi-Strauss, 1958 ; Godelier, 1971 ; Meillassoux, 1975 ; Berque, 1955). Loin de tout culturalisme, la prise en compte de l’effet structurant produit par la mobilisation de ces ressources sur le comportement des agents n’est pas sans cohérence avec la théorie de la régulation dont le présent texte se limite à réaffirmer, pour ainsi dire en « lecture symptômale » (Althusser, 1965), la tonalité à la fois historique et institutionnaliste, c’est-à-dire non-économiciste.

1. À l’origine une théorie générale du capitalisme avancé

7La théorie de la régulation concerne les régularités macro-économiques et institutionnelles et les grandes crises qui caractérisent, dans la longue période, le développement du capitalisme. À l’origine, les premiers travaux fondateurs (Aglietta, 1996) ont porté sur les transformations du capitalisme aux USA (Bowles, Gordon, Weisskopf, 1983 ; Reich, 1983 ; Piore et Sabel, 1984) et ont donné lieu à des « études de cas » relatives aux pays européens (Boyer dir, 1986 ; Leborgne, 1982). Il faut dire que le travail de M. Aglietta se place d’emblée dans la perspective d’une théorie générale du capitalisme. Le choix de l’exemple américain revêt, en l’occurrence, un caractère heuristique dans la mesure où « les États-Unis constituent un modèle de référence pour toutes les nations capitalistes contemporaines » (Aglietta, 1976, p. 20). C’est même « la généralisation de ce modèle, c’est-à-dire le degré d’universalisation des formes structurelles créées aux États-Unis » qui fut « un processus décisif de la domination mondiale du capitalisme américain après la Seconde Guerre mondiale » (Aglietta, 1976, p. 20). Dans la même optique le Capital de Marx ne suggère pas moins une « généralisation » des éléments irréductibles du mode de production capitaliste (le rapport marchand et le rapport salarial), ou de sa « nature intime », aux mouvements particuliers des variétés de capitalismes réels au xixe siècle.

8Il est un truisme de rappeler que le rapport salarial est à l’œuvre dans les interstices des économies en voie de développement, voire qu’il est au cœur des rapports sociaux dès lors qu’il occupe au sein de l’articulation des modes de production la place dominante. Mais il faut aussi souligner que la configuration du rapport salarial, coextensive à la « périphérie » du capitalisme mondial, n’est pas moins radicalement différente de celle caractéristique des économies du « centre ». C’est même cette différence immanente qui est cruciale dans l’analyse du « procès du sous-développement » (Salama, 1976). Paradoxalement, l’approche historique du sous-développement n’a, à vrai dire, jamais porté sur la problématique du rapport salarial (sa configuration, sa dynamique de transformation, ses modes de régulation) comme problématique focale. Et lorsque la théorie du sous-développement s’intéresse au rapport salarial pour expliquer l’échange inégal (Emmanuel, 1969 ; Amin, 1973) c’est en général à des aspects adjuvants et spécifiques de ce rapport (taux d’exploitation, niveau des salaires, etc.) qu’elle se réfère. Cette démarche, qui prévaut dans les années 1960 et 1970, semble trouver une justification dans le besoin d’approfondir la théorie canonique de l’impérialisme (Amin, 1973, 1986 ; Frank, 1968, 1969). L’examen des formes du rapport salarial et des modes de sa régulation dans les pays en voie de développement renvoie, bien entendu, aux déterminations de l’économie mondiale (transfert de la valeur, des capitaux et de la technologie entre le centre et la périphérie), mais c’est à l’intérieur du procès de production se déroulant sur un territoire national qu’il prend racine. Ses déterminations principales sont logées au sein des fonctionnements locaux du capital (Aglietta, Brender, 1984). Dès lors la périphérie n’est plus appréhendée comme un espace « mou et indifférencié » (Courlet, Judet, 1982 ; Lacoste, 1980) avec une configuration homogène du rapport salarial, mais tout à l’inverse, comme un ensemble éclaté, hétérogène et fractionné impliquant une diversité de formes institutionnelles et de règles de codification. C’est donc sur une nouvelle interprétation des régimes du sous-développement en liaison étroite avec les variétés du capitalisme au centre que, de notre point de vue, l’analyse en termes de régulation doit déboucher et infléchir son programme de recherche générique.

2. Le sous-développement en termes de régulation

9C’est l’émergence du phénomène de la « semi-industrialisation » en pleine crise du régime d’accumulation intensive au centre qui a mis en évidence l’ampleur des écarts existant entre les « nouveaux pays industriels » (NPI) et les autres pays sous-développés, en particulier les « pays les moins avancés » (PMA). Cette évolution au sein des pays en voie de développement, en liaison étroite avec les changements intervenus au niveau de la division internationale du travail, semble avoir révélé, au début des années 1980, la problématique du « sous-développement inégal » (El Aoufi, 1984) centrée sur l’analyse des effets différenciés produits par la crise sur les systèmes productifs, industriels notamment. Et il est intéressant de constater que les premiers travaux portant sur la semi-industrialisation se sont surtout attachés à montrer l’impact de la crise sur le procès de travail et sur d’autres composantes du rapport salarial (Salama, Tissier, 1982). Le phénomène dont le siège principal demeure les pays d’Amérique latine (Brésil, Mexique) et d’Asie du Sud-Est (Corée du Sud, Hong Kong, Singapour, Taiwan, Philippines) a eu pour corollaire la remise en cause des représentations traditionnelles concernant la division internationale du travail. De nouvelles fractures, de nouvelles spécialisations sont apparues permettant aux NPI d’exporter des produits manufacturés vers les pays du centre. Ces nouvelles hiérarchisations doivent être situées dans le cadre du processus de délocalisation de segments productifs induit par la crise du fordisme au centre (Mistral, 1982). Mais l’observation directe des procès de travail dans la plupart de ces pays (en particulier en Asie du Sud-Est) n’a pas manqué de mettre en évidence le rôle crucial joué par le type de rapport salarial en vigueur au sein des économies semi-industrialisées. C’est dans le cadre de cette problématique qu’il convient de situer la première perspective d’extension du programme de recherche de la TR1 en direction de la problématique du sous-développement et/ou du développement (Lipietz, 1985 ; Ominami, 1986 ; Haussmann et Marquez, 1986 ; Gutierrez Garcia, 1983 ; Saboia, 1987 ; Lanzarotti, 1986 ; El Aoufi, 1990). La caractéristique essentielle de ces travaux réside non seulement dans le fait qu’ils mettent l’accent, en termes de trajectoires spécifiques, sur les fonctionnements locaux réels du rapport salarial et, au-delà, sur les formes institutionnelles et les modes de développement propres aux pays sous-développés, mais elle réside surtout dans l’incorporation des relations externes au bouclage en interne du régime fordiste comme composante constitutive du développement inégal du capitalisme. Dans cette perspective, loin d’être une épure, le modèle fordiste se déploie dans une variété de formes spécifiques plus ou moins élaborées et plus ou moins achevées.

10L’émergence de l’économie d’endettement international (L’Hériteau, 1986 ; Salama, 1984) constitue un autre curseur de la crise du développement comme crise du fordisme. Le passage, à partir des années 1980, de la plupart des pays sous-développés sous les fourches caudines du Fonds Monétaire International (FMI) se traduit par l’adoption par ces pays de politiques orthodoxes d’ajustement structurel entraînant la plupart du temps une remise en cause du rapport salarial (gel des recrutements et des salaires dans la fonction publique, émergence de formes d’emploi non salarial, développement de l’informel de survie, etc.) Parallèlement, on assiste, notamment en Amérique latine, à des politiques macro-économiques visant à amortir l’impact des programmes d’ajustement structurel et à retarder l’effondrement du rapport salarial sous-fordiste (Plan « Austral » en Argentine et Plan « Cruzado » au Brésil) (Ikonicoff, Salama, 1987) qu’il convient maintenant de définir.

3. Le sous fordisme : une variété générique du capitalisme

  • 1 Soit un programme de recherche – qui reste à formuler – comportant une extension de la théorie de l (...)

11La macro-économie sous-fordiste est décrite dans les années 1970-1980 en référence notamment au Brésil, à la Corée du Sud, etc. (Lipietz, 1985 ; Ominami, 1986 ; Lanzarotti, 1986). Elle renvoie à un régime d’accumulation où la norme de consommation de masse (faible composante en biens durables) est trop faible pour pouvoir impulser une dynamique de production de masse. Une telle discordance, étroitement liée à une structure très inégalitaire des revenus, correspond à une configuration à dominante concurrentielle du rapport salarial (faible niveau des salaires, emploi salarié limité, chômage de masse, etc.). Les trajectoires sous-fordistes observées au sein des pays en voie de développement font ressortir qu’une telle macro-économie n’est pas nécessairement remise en cause par la détérioration des conditions d’existence des salariés et, au-delà, des classes populaires. Pour expliquer ce paradoxe on peut tout d’abord renvoyer à la théorie de la régulation faisant prévaloir une permanence des déséquilibres et… une stabilité des modes de régulation. Notons au passage qu’une problématique centrée sur les crises des économies périphériques, et en particulier sous-fordistes, implique une élaboration théorique, en termes de trajectoires spécifiques, fondée sur une prise en compte des fonctionnements locaux macro et micro-économiques1.

12La stabilité de la configuration sous-fordiste peut s’expliquer, ensuite, eu égard aux modes d’insertion des pays en voie de développement au sein du régime international : il s’avère en effet que le rôle attribué au marché intérieur est tout sauf déterminant dans le bouclage de la production domestique sur la demande sociale. Enfin, on peut poser le principe, associé à la variété sous-fordiste, de la « salarisation restreinte » (Lautier, 1987 ; El Aoufi, 1992) qui, à lui seul, pourrait expliquer le défaut de contrainte par la demande sociale.

13Mais si le sous-fordisme peut se montrer capable de fonctionner durablement sur la base d’enchaînements macro-économiques régressifs et vicieux, force est de constater cependant que sa reproduction ne va pas de soi. Trois invariants semblent fonder les modes de régulation observés en longue période dans les pays en voie de développement ayant mis en œuvre, à des degrés divers, une modalité de la variété sous-fordienne du capitalisme (El Aoufi, 1992 ; Lipietz, 1985 ; Ominami, 1986) :

  • une dynamique de la demande externe assurant la validation d’une part importante de la production domestique ;

  • un maintien des dispositifs de soutien de la demande sociale (subventions alimentaires, services rendus aux ménages en matière d’éducation, de santé, de logement) ;

  • une conservation des mécanismes de reproduction domestique, hors rapport salarial et/ou marchand, des conditions d’existence des populations.

14Plusieurs indices laissent apparaître une forte tendance, notamment depuis le début des années 1980, à l’altération de ces différents invariants : d’une part, les politiques protectionnistes mises en œuvre au sein des pays avancés ont des effets particulièrement néfastes sur les modalités d’insertion des pays en voie de développement dans le régime international. D’autre part, les formes assistancielles et les mécanismes correcteurs en faveur de la demande sociale mis en place au cours des années 1960 commencent à se déliter au profit d’une régulation accordant aux forces du marché un rôle prépondérant. Enfin, la reproduction de la force de travail tend à devenir une fonction à la charge quasi-totale du rapport salarial, conséquence d’une perte de cohérence de plus en plus grande des configurations traditionnelles non salariales.

15L’analyse en termes de régulation conduit à considérer de façon fonctionnelle le régime de consommation de masse. De fait, le bouclage des enchaînements macro-économiques suppose que soit assuré de façon permanente un synchronisme entre évolution de l’offre et évolution de la demande ou de la consommation. Une telle relation fondamentale dans la définition d’un régime d’accumulation auto-centrée a été mise en évidence dans le livre II du Capital, précisément pour montrer que l’équilibre est tributaire d’une dynamique de la section 2, autrement dit de la consommation des salariés. Cette approche est plus explicite chez Keynes qui fait reposer sa macro-économie sur la notion de demande effective justifiant et orientant directement la politique économique: la croissance de l’après-guerre est marquée du sceau de la Théorie générale.

16On considère que la première génération de la théorie de la régulation appelée TR1 (élaboration dans les années 1970-1980 des fondamentaux théoriques, TR2 étant celle de l’approfondissement/positionnement institutionnaliste à partir des années 1990), laquelle incorpore à la fois les schémas de la reproduction et la détermination par la demande salariale, propose une analyse originale prenant en compte les formes institutionnelles encadrant le régime d’accumulation et le mode de développement et en particulier le rapport salarial. De fait la problématique en termes de rapport salarial présente l’avantage d’appréhender la relation production-consommation aux plans macro et micro-économique de façon indissociable. Dans cette optique le concept de fordisme implique une cohérence entre conditions de production et conditions d’existence des salariés. Cette cohérence se construit au niveau des firmes mais ne se conçoit guère sans une institutionnalisation de l’ensemble des rapports sociaux.

17Le modèle fordiste a donné lieu à un formidable synchronisme entre progression des gains de productivité et progression du niveau du revenu salarial. Par ailleurs si la crise des années 1970 ne s’est pas traduite au centre par un processus dépressif cumulatif c’est, en large part, grâce au maintien du rôle de la consommation, celle-ci s’étant révélée un incontournable filet de sécurité.

18De toute évidence, le schéma fordiste de la croissance tirée par la consommation se réfère à un régime d’accumulation intensive associé à une configuration du rapport salarial de type monopoliste (Aglietta, 1976 ; Boyer, 1979, 1886). Il suppose donc une cohérence structurelle en termes de sections productives (Bertrand, 1983) et se fonde sur des enchaînements macro-économiques éminemment auto-centrés, autrement dit sur des mécanismes permanents de validation interne, c’est-à-dire par la demande sociale, de la production.

19Rien de tel en effet n’est concevable dès lors qu’on envisage une économie sous-fordiste. Loin s’en faut.

20En effet les enchaînements sous-fordiens mettent en exergue deux faits stylisés : le premier suggère une forte altération de l’enchaînement cumulatif proposé par Kaldor (1987) et par Salter (1960). Il s’agit en fait d’une situation paradoxale où l’atonie de la productivité se combine avec une faible mobilisation extensive ou absolue de la main-d’œuvre. Le second fait ressortir une configuration de relations professionnelles de type anomique traduisant une situation structurelle de désinstitutionalisation du rapport salarial (plusieurs dimensions de la relation d’emploi et de travail ne sont pas codifiées par la loi) et de « déconnexion légale » (Ominami, 1986) ou de non application de la législation du travail. De fait l’examen de la construction institutionnelle dédiée aux relations de travail au sein de la variété sous-fordiste du capitalisme met en évidence, outre la porosité des règles juridiques, une faible incarnation du droit dans les faits et dans les comportements des entreprises, notamment des petites et moyennes entreprises, et des partenaires sociaux. Loin de favoriser les gains de productivité des entreprises, ainsi que le soutiennent les organismes financiers internationaux, la flexibilité du travail plutôt connivente, dans ces conditions, de phénomènes de « législation sanguinaire » (Marx) et de « chaos des rapports sociaux » (Lipietz, 1985) pose le problème de la « dette primordiale » (Malamoud, 1988), de l’Etat à l’égard de la communauté, en termes non seulement de droits négatifs ou formels (promulgation d’une législation de travail par exemple) mais de droits positifs ou réels (mise en œuvre par les salariés de la législation du travail). La survie, hors rapport salarial, des catégories les plus défavorisées de la population est imputable aux multiples modes informels de « débrouille » sociale et de mobilisation des ressources domestiques (familiales, tribales, etc.) mettant en jeu un « réseau d’obligations » et une « dépendance réciproque » (Durkheim, 1911) que condense l’activité symbolique (Mauss, 1923), prégnante dans les pays en voie de développement, face aux situations de « démesure de la pauvreté » (Destremau, Salama, 2002).

4. Où le symbolique surdétermine l’économique

4.1. L’économique dans ses limites

21La théorie standard a tendance à limiter, au plan théorique et méthodologique, le champ de l’économique à la dimension rationnelle des comportements et des interactions, individuels et collectifs, des agents. Dans les pays en voie de développement cette théorie a pu imposer son hégémonie dans le champ intellectuel, pour ainsi dire, par défaut. Il n’y a pas lieu ici, évidemment, de revenir sur les conditions, historiques et institutionnelles, ayant favorisé l’offensive du néo-libéralisme à l’échelle mondiale. Dans les pays avancés ces mêmes processus n’ont pas, pour autant, réussi à désarmer la critique et les tensions autour de (et pour) l’hégémonie théorique, voire intellectuelle (au sens de l’intellectualité de Simmel, 1986).

22L’approche normative est performative des croyances, des représentations et des anticipations des agents, mais les axiomatiques qui lui sont constitutives l’affranchissent du principe de falsifiabilité et de réfutabilité propre à la science. La pensée positive et fonctionnaliste a tendance, quant à elle, à expulser du champ des sciences économiques les croyances, les valeurs, l’éthique, le sacré, etc. sous prétexte que l’économie n’est pas une science morale. La problématique, à l’œuvre au sein de la philosophie économique, connaît aujourd’hui un regain d’intérêt imputable, au-delà des dérives du capitalisme financier (Aglietta, Rebérioux, 2005), à l’impact produit sur les firmes et sur les États par les nouvelles médiations que constituent la société civile, les ONG, etc. Sans entrer dans le débat qu’on ne fait que signaler, il importe de mettre en évidence non seulement la part du symbolisme dans les sociétés composites (Pascon, 1967) au sein des pays en voie de développement, mais aussi son efficace dans la performation des comportements individuels et collectifs et des anticipations des agents. De même, l’économie des pays en voie de développement, y compris dans sa composante dite moderne, étant irréductible à la sphère marchande, il serait fallacieux de considérer comme non création de valeur l’ensemble des processus liés au don/contre don et l’ensemble des structures fonctionnant à la réciprocité et à l’altruisme.

23Repousser radicalement l’anthropologie morale et l’ordre symbolique loin du champ de l’économie revient à réduire les relations sociales aux transactions marchandes et l’individu, tout à la fois agent économique et acteur dans la cité, à la vulgate de l’Homo oeconomicus et, en dernière analyse, à vouloir expurger l’économique de la « scorie politique » (Amable, Palombarini, 2005). Le déterminisme économique, réactivé par la « contre-révolution libérale », tend à subordonner l’action collective à la logique inexorable des contraintes, des phénomènes d’hystérésis et des processus irréversibles. On doit, en revanche, à la théorie hétérodoxe (Sen, 1989, 1999 ; Eymard-Duvernay, 2001 ; Eymard-Duvernay, Favereau, Orléan, Salais, Thévenot, 2003) la mise en avant du principe constructiviste et la prééminence du rôle attribué au politique, aux architectures institutionnelles et à l’action publique (au sens de Hannah Arendt, 1958) dans la (re)fondation sociale. La perspective suggérée est que, sans constituer une surdétermination, l’action politique est l’ultime procédure permettant de rendre réversibles les irréversibilités et d’opérer un infléchissement des trajectoires économiques par rapport à la dépendance du chemin liée aux politiques d’ajustement structurel mises en œuvre dans les années 1980 au sein de la plupart des pays en voie de développement. La rhétorique de l’ajustement structurel n’étant pas sans lien avec les représentations fatalistes et le façonnage des comportements et de l’habitus par rapport à l’impuissance publique et son corollaire l’ « individualisme informel » : l’État ne pouvant s’engager au-delà de l’équilibre budgétaire, la planche de salut pour plusieurs catégories sociales semble résider dans les activités informelles et/ou illicites. L’équilibre financier ayant été érigé en norme, les secteurs sociaux ont dû subir la loi d’airain des restrictions budgétaires et leurs effets sur les indicateurs du développement humain n’en ont été que plus dévastateurs.

24En effet, la contrainte externe a été inlassablement présentée, tout au long des années 1980, comme la traduction d’un déterminisme économique alors qu’il s’agit d’une hypothèse ad hoc qui, en l’occurrence, ne peut qu’être sujette à caution. De même, faisant l’impasse sur la complexité des statuts fonciers (terres collectives, indivision) et sur la nature hybride des modes d’exploitation des terres, les politiques de libéralisation de l’agriculture menées en Afrique et en Amérique latine, à titre d’exemple, ont débouché sur des situations de pauvreté et de vulnérabilité sans précédent ajoutant aux déséquilibres économiques et financiers des déficits d’ordre social et humain. De même, la non prise en compte des positions culturelles et cultuelles des communautés villageoises par rapport au crédit et à la monnaie n’est pas sans lien avec l’échec des stratégies volontaristes de mécanisation de l’agriculture et de modernisation du monde rural. En effet, il y a lieu d’observer que le décryptage des ordres institutionnels traditionnels prévalents au sein des pays en voie de développement (croyances, mythes, coutumes, systèmes de parenté, etc.) aurait pu (et dû) inspirer, à moindres frais et sans tomber sous les conditionnalités des organismes financiers internationaux, les politiques de retour aux équilibres fondamentaux

25Sans plaider en faveur d’une élaboration théorique spécifiquement domestique et locale, c’est-à-dire propre aux fonctionnements spécifiques aux pays en voie de développements, nous pensons néanmoins qu’il importe de réactiver les fondements institutionnels de la théorie de la régulation au-delà des formes canoniques propres aux pays avancés.

4.2. Le symbolique en creux dans la théorie de la régulation

26Issue des recherches rassemblées dans un numéro de Revue économique (1989) publié un peu plus de dix ans après la naissance de la théorie de la régulation, l’Économie des conventions se positionna d’entrée de jeu, à l’instar de la théorie de la régulation d’ailleurs, sur le terrain de l’hétérodoxie, mais à la différence de cette dernière, la critique de la théorie de l’équilibre général procède plutôt de l’individualisme méthodologique. Olivier Favereau (2004) a tenté de résumer les « points de désaccord » entre la théorie de la régulation et l’économie des conventions (EC par la suite) : d’une part sur le niveau de coordination (macro et holiste pour théorie de la régulation, micro et individualiste pour EC), et d’autre part sur le fonctionnement des institutions ou le sens de la règle de droit (ensemble de contraintes pour la théorie de la régulation, règle interprétée pour EC).

27L’Économie des conventions conjugue dans son approche trois registres disciplinaires correspondant au « pluralisme des modes légitimes de coordination » (Eymard-Duvernay, Favereau, Orléan, Salais, Thévenot, 2003) : le droit ou la théorie de la justice, la sociologie ou les régimes d’interprétation, enfin la philosophie morale, l’éthique et la critique politique.

28À cette économie politique fondée sur la rhétorique du bien commun, la tendance dite néo-réaliste de la TR2 (Amable, Palombarini, 2005) oppose une théorie du changement institutionnel et de la régulation des conflits d’intérêts entre dominants et dominés pour ainsi dire séparée de sa gangue morale.

29Cette divergence autour de l’efficace du symbolique entre l’EC et la TR nous paraît pour le moins secondaire dès lors que le périmètre de l’analyse articule les deux sphères marchande et non marchande du capitalisme et qu’il s’étend aux sociétés traditionnelles des pays en voie de développement. De fait, comme le suggèrent les travaux fondateurs de la régulation, une théorie du capitalisme est incomplète sans une prise en compte de l’inconnaissable ou de la métaphysique du capital, c’est-à-dire de l’ensemble des croyances, des valeurs et des mythes qui le structurent et fondent ses formes expérimentales. L’analyse menée par Michel Aglietta et André Orléan en termes de rivalités mimétiques et de processus victimaires, en référence à René Girard (1972), pour expliquer les phénomènes de violence par et autour de la monnaie, constitue, en l’occurrence, une sorte de réhabilitation du sacré dans le champ référentiel de la théorie de la régulation.

30Dans la même optique, les tonalités « économiciste » et « agnostique » de la théorie de la régulation ont été atténuées de façon explicite par Robert Boyer (2005) :

« la TR2 se caractérise aussi par de significatives inflexions du programme de recherche. En premier lieu, la viabilité d’un mode de développement ne s’analyse plus seulement dans l’espace économique comme le faisait TR1 mais aussi et plus encore dans l’espace politique […]. De façon plus exploratoire encore, certains régulationnistes, tel Frédéric Lordon se sont attaqués à la grande question de la formation des représentations légitimes (les quadratures de la politique économique, Année de la régulation 2004-2005) et même du rôle du symbolique (parfois de l’archaïque) dans la légitimation des politiques économiques et des réformes institutionnelles (Année de la régulation 1999) ».

31Si la théorie de la régulation tend à privilégier l’instance politique dans la genèse des institutions par rapport aux valeurs « des institutions réputées injustes [pouvant] persister et gouverner un mode de régulation, [la théorie de la régulation] devrait s’affranchir de tout jugement de valeur, même si de tels jugements ont été considérés comme implicites dans l’analyse du fordisme ». Cependant « cela ne signifie pas que les régulationnistes doivent se désintéresser du rôle des représentations. En effet, les analyses de la monnaie par Michel Aglietta et André Orléan dans La monnaie souveraine qui succède à La violence de la monnaie, font ressortir l’importance de la légitimité et des croyances dans la viabilité d’un régime monétaire. Pareillement, lorsque Frédéric Lordon analyse la formation des politiques économiques, il retrouve le rôle des référentiels, déjà mis en évidence par les politologues. Dans certains cas, il mentionne même le rôle de l’archaïque et du sacré dans l’efficacité de la politique monétaire. Enfin, les travaux de Bruno Théret abordent la question du symbolique dont la puissance peut contrebalancer le caractère déséquilibré et contradictoire d’un mode de régulation analysé dans sa seule dimension économique » (Boyer, 2005).

5. Pour une théorie de la régulation étendue à la problématique du développement 

5.1. Le développement, une problématique déclassée

32L’approche standard procède, dans son principe, de la croyance que la recherche de la croissance économique entraîne dans le même mouvement celle du développement économique et social. Bien plus, la croissance économique serait une condition nécessaire et suffisante de l’amélioration du niveau de vie des populations. L’échec des modèles de développement mis en œuvre tout au long de la seconde moitié du xxe siècle (substitution des importations dans les années 1960, promotion des exportations à partir de la décennie 1980) traduit, par ailleurs, les limites des politiques de lutte contre la pauvreté fondées exclusivement sur les mécanismes de redistribution des revenus en faveur des populations les plus défavorisées (subventions aux produits de première nécessité notamment). Une telle conception de la justice sociale, outre qu’elle est conditionnée par l’existence d’un surplus économique et monétaire disponible, est à la fois inefficiente à long terme et neutralisée dans son impact par les inégalités associées aux conditions de base et aux dotations premières des différentes catégories de population.

33À l’opposé de cette causalité, la théorie de la régulation prend en compte les enchaînements vertueux liés à une évolution synchrone entre un régime de croissance et une configuration de demande. Parallèlement, la légitimité politique de l’État résulte de sa capacité à élaborer des compromis institutionnalisés sur des bases conjuguant principe d’efficacité économique et valeur de justice sociale. De ce point de vue, une théorie générale du capitalisme (Boyer, 2004a) en termes de régulation impliquerait, outre la prise en compte déjà soulignée du référentiel symbolique, une extension de l’analyse aux champs de reproduction du développement/sous-développement.

34Mais force est de constater que la TR2 a enregistré un net retrait sur le terrain de l’économie du développement, les problématiques de pauvreté, d’endettement, d’émigration, de développement humain y occupant une place pour le moins secondaire.

35Alors que le modèle standard s’est emparé, depuis les années 1980 de l’ensemble de ces nouvelles problématiques, contribuant ainsi à équiper théoriquement l’essentiel des politiques d’ajustement structurel mises en œuvre au sein des pays en voie de développement par les organismes financiers internationaux (Banque mondiale et FMI), il semble que la théorie de la régulation ait tendance à se focaliser sur les trajectoires propres aux pays développés ayant connu le fordisme et ses métamorphoses, c’est-à-dire en gros les USA, les pays de l’Union européenne et le Japon. Il y aurait même, sous ce point de vue, un recul de TR2 par rapport à TR1, cette dernière ayant exploré – comme on l’a rappelé plus haut – quelques pistes de recherche et tenté un renouvellement des théories du sous-développement (Lipietz, 1985 ; Ominami, 1986) et se rapprochant « sur bien des points de la démarche de la théorie du développement en son âge d’or des années cinquante, illustrée par des auteurs comme Myrdal, Hirschman, Perroux » (Vernières, 2000). Mais peut-on appréhender le capitalisme, son évolution, sa dynamique, ses transformations, ses crises, etc. en faisant abstraction des formes prises par l’accumulation au sein des périphéries ? Peut-on élaborer, à l’échelle des capitalismes du centre, des politiques d’investissement, de relocalisation industrielle, d’emploi, des stratégies de développement durable, etc. sans prendre en compte la variable démographique ou, plus fondamentalement, la relation entre capitalisme, démocratie et développement dans les pays du Sud ?

36En termes d’économie politique du développement, les déterminations réflexives entre croissance économique et démocratie ne sont pas impensables en dehors des pays développés et à tradition démocratique. La liberté n’étant pas « une invention de l’Occident », la « démocratie des autres » (Sen, 2005) est aussi une valeur essentialiste à la fois constitutive et instrumentale du développement.

5.2. Refonder le développement sur la démocratie

37La perspective de recherche qui vient d’être suggérée constitue un infléchissement fondamental de trajectoire de développement et un renversement stratégique de régime de croissance et de politique économique : il s’agit, pour les pays en voie de développement, de refonder le développement sur les libertés, c’est-à-dire sur la démocratie. L’argumentaire en faveur d’une telle perspective est à la fois théorique et empirique :

38Tout d’abord, la pertinence de la « perspective de la liberté » (Sen, 1999) réside dans la distinction qu’elle permet d’opérer entre « libertés négatives » ou formelles et « libertés positives » ou réelles : ces dernières englobent, outre les droits politiques et civiques liés à la démocratie (droit de vote, d’expression, participation, etc.), les possibilités qu’ont les individus à mettre en œuvre leurs droits et libertés, à faire fonctionner les ressources dont ils disposent. En d’autres termes, les libertés positives traduisent une situation de capacité réelle (et non pas seulement juridique) des individus ou des communautés à traduire leurs positions formelles en dispositions réelles, en fonctionnements. Dans cette optique les libertés sont à prendre à la fois comme processus et comme possibilités (de développer les facultés individuelles).

39Ensuite, il s’agit d’une perspective essentialiste du développement mettant en jeu et articulant trois valeurs ou « importances » de la liberté : une valeur intrinsèque, instrumentale et constitutive.

40En effet les libertés publiques, la participation politique, les droits démocratiques doivent être considérés du point de vue de leur importance intrinsèque, comme des « biens premiers » et « sans chercher à les justifier par leurs effets positifs sur le développement » (Sen, 1999). Mais la composante pratique et instrumentale de la liberté n’est pas moins importante dans le développement : les droits démocratiques constituent autant d’incitations politiques favorisant les initiatives des individus, leur engagement à compter sur leurs propres forces et leur implication positive dans le développement. Dans la même optique, les opportunités économiques, la justice sociale, la sécurité protectrice et la durabilité accroissent la capacité d’un individu de vivre librement. Bref, les libertés fondamentales politiques et sociales ne sont pas de simples « conducteurs » ou catalyseurs de processus d’amélioration des capabilités économiques. Elles sont constitutives du développement.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M. (1998), « Le capitalisme de demain », Note de la fondation Saint Simon, Novembre.

Aglietta M. (1976), Régulation et crises du capitalisme, Calmann-Lévy, Paris.

Aglietta M., Brender A. (1984), Les métamorphoses de la société salariale, Calmann-Lévy, Paris.

Aglietta M., Rebérioux A. (2004), Dérives du capitalisme financier, Albin Michel, Paris.

Aglietta M., Orléan A. (1998), La monnaie souveraine, Odile Jacob, Paris.

Aglietta M., Orléan A. (1982), La violence de la monnaie, Presses universitaires de France, Paris.

Althusser L. (1965), Lire le Capital, François Maspéro, coll. « Théorie », Paris.

Amable B. (2005), Les cinq capitalismes. Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Seuil, Paris.

Amable B., Palombarini S. (2005), L’économie politique n’est pas une science morale, Seuil/Raisons d’agir, Paris.

Amin S. (1973), Le développement inégal, Les Éditions de Minuit, Paris.

Amin S. (1986), La déconnexion, La Découverte, Paris.

Année de la régulation, Paris, La Découverte, n° 3, 1999.

Aoki M. (2001), Towards a Comparative Institutional Analysis, The MIT Press, Cambridge, Massachussetts.

Arendt H. (1956), Condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy, Paris, 1961 ;

Benassy J.-P., Boyer R., Gelpi R.-M., Lipietz A., Mistral J., Munoz J., Ominami C. (1978), Approches de l’inflation : l’exemple français, Recherches économiques et sociales (CORDES), La Documentation française n° 12, octobre, p. 7-59.

Berque J. (1955), Structures sociales du Haut-Atlas, PUF, Paris.

Bertrand H. (1983), « Accumulation, régulation, crise : un modèle sectionnel théorique et appliqué », Revue économique, 34(2).

Billaudot B. (1996), L’ordre économique de la société moderne, L’Harmattan, Paris.

Boltanski L., Chiapello, E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris.

Boyer R. (2005), « Théorie de la régulation : un point théorique », Critique économique, n° 13 (entretien Noureddine El Aoufi).

Boyer R. (2004a), Une théorie du capitalisme est-elle possible ?, Odile Jacob, Paris.

Boyer R. (2004b), Théorie de la régulation. Les fondamentaux, La Découverte, coll. « Repères », Paris.

Boyer R. (2003), « Variété du capitalisme et théorie de la régulation », L’Année de la régulation, n° 6, Presses de Science Po, Paris.

Boyer R. (2001), « L’après consensus de Washington : institutionnaliste et systémique ? », L’Année de la régulation, vol. 5, 2001-2002, repris dans Critique économique, n° 6, été-automne 2001.

Boyer R. (1986), La théorie de la régulation. Une analyse critique, La Découverte, coll. « Agalma », Paris.

Boyer R. (dir.) (1986), La flexibilité du travail en Europe, La Découverte, Paris.

Boyer R. (1979), « La crise actuelle : une mise en perspective historique. Quelques réflexions à partir d’une analyse du capitalisme français en longue période », Critiques de l’Économie politique, nouvelle série, n° 7-8, avril-septembre, p. 3-113.

Boyer R. (1978), Approches de l’inflation : l’exemple français, Recherches économiques et sociales (CORDES), La Documentation française n° 12, octobre, p. 7-59. (en collaboration avec J. P. Benassy, R. M. Gelpi, A. Lipietz, J. Mistral, J. Munoz, C. Ominami).

Boyer R., Saillard Y. (dir.) (1995 ; 2002), La Théorie de la régulation. État des savoirs, La Découverte, Paris.

Boyer R., Mistral J. (1978 ; 1982), Accumulation, inflation, crises, PUF, Paris

Bowles S., Gordon D. M., Weisskopf T. E. (1983), L’économie du gaspillage. La crise américaine et les politiques reaganiennes, La Découverte, Paris.

Courlet C., Judet P. (1982), « Industrialisation et développement. La crise des paradigmes », Revue Tiers-Monde, n° 107, juillet-septembre. 

Destremau B., Salama P., (2002), Mesures et démesure de la pauvreté, PUF, Paris.

Durkheim E. (1911), De la division du travail social, Alcan, Paris.

El Aoufi N. (1995, 2002), « Trajectoires nationales au Maghreb » in Boyer Robert, Yves Saillard (dir.), La Théorie de la régulation. État des savoirs, La Découverte, Paris.

El Aoufi N. (1992), La régulation du rapport salarial au Maroc, éditions de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales, Rabat.

El Aoufi N. (1990), La Marocanisation, éditions Toubkal, Casablanca.

El Aoufi N. (1984), « Le sous-développement inégal », Lamalif, n° 155, avril-mai, Casablanca.

El Aoufi N., Herzenni A., Bensaid M. (2006), Croissance économique et développement humain, Cinquante ans de développement humain au Maroc et Perspectives 2025.

Emmanuel A. (1969), L’échange inégal, Maspero, coll. « Economie et socialisme », Paris. 

Eymard-Duvernay F. (2004), Économie politique de l’entreprise, La Découverte, coll. « Repères », Paris.

Eymard-Duvernay F. (2001), « L’économie des conventions a-t-elle une théorie politique ? », in P. Batifoulier (dir.), Théorie des conventions, Economica, Paris.

Eymard-Duvernay F., Favereau O., Orléan A., Salais R., Thévenot L. (2003), « Valeurs, coordination et rationalité. L’économie des conventions ou le temps de la réunification dans les sciences , sociales et politiques », contribution au colloque Conventions et institutions : approfondissements théoriques et contributions au débat politique, organisé par FORUM et Capitalisme(s) et Démocratie(s), Paris, La Grande Arche de la Défense, 11-12-13 décembre.

Favereau O. (2004), « Économie des conventions : un point théorique », Critique économique, n° 12, Rabat (entretien Mohammed Bensaid).

Frank A.-G. (1968), Capitalisme et sous-développement en Amérique latine, Maspero, coll. « Textes à l’appui », Paris.

Frank A.-G. (1969), Le développement du sous-développement, Maspero, coll. « Textes à l’appui », Paris.

Girard R. (1972), La violence et le sacré, Grasset, Paris.

Godelier M. (1971), Rationalité et irrationalité en économie, François Maspéro, Paris.

Gutierrez Garcia E.-M. (1983), L’accumulation du capital et le mouvement ouvrier au Mexique : 1950-1960, thèse, université Paris VIII.

Hall P., Soskise D. (eds) (2001), Varieties of Capitalism : The Institutional Foundations of Comparative Advantage, Oxford University Press, Oxford.

Hardt M., Negri A. (2000), Empire, Exils, Paris.

Hardt M., Negri A. (2004), Multitude, La Découverte, Paris.

Haussman R., Marquez G. (1986), « Venezuela, du bon côté du choc pétrolier », dans Boyer (ed), Capitalisme fin de siècle, PUF, Paris, p. 141-163.

Ikonicoff M., Salama P. (1987), « Les politiques d’ajustement : orthodoxie ou hétérodoxie », Revue Tiers-Monde, n° 109, janvier-mars.

Kaldor N. (1987), Économie et instabilité, Economica, Paris.

Kalecki M. (1954), Théorie de la dynamique économique, Gautier-Villard, Paris.

Keynes J. M. (1936), Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Payot, Paris, 1975.

Lacoste Y. (1980), Unité et diversité du Tiers-monde, Maspero, Paris.

Lautier B. (1987), « Fixation restreinte dans le salariat, secteur informel et politique d’emploi en Amérique latine », Revue Tiers-Monde, n° 110, avril-juin.

Lanzarotti M. (1986), « L’industrialisation en Corée du Sud : une analyse en sections productives », Revue Tiers-Monde, n° 107, juillet-septembre. 

La revue du MAUSS (1998), Plus réel que le réel, le symbolisme, n° 12, 2semestre, Paris.

Leborgne D. (1982), « 1930-1980 : 50 ans de croissance extensive en URSS », Critiques de l’économie politique, n° 19, avril-juin.

Lévi-Strauss C. (1958), Anthropologie structurale, Librairie Plon, Paris.

L’Hériteau M.-F. (1986), Le Fonds Monétaire International et les pays du Tiers-Monde, PUF-IEDES, coll. « Tiers-Monde », Paris.

Lipietz A. (1979), Crise et inflation, pourquoi ?, Maspéro, Paris.

Lipietz A. (1985), Mirages et miracles, La Découverte, Paris.

Lordon F. (2006), L’intérêt souverain. Essai d’anthropologie économique spinoziste, La Découverte, coll. « Armillaire », Paris.

Lordon F. (1997), Les quadratures de la politique économique, Albin Michel, Paris.

Lordon F. (1999), « Croyances économiques et pouvoirs symbolique », Année de la régulation, État et politique économique, vol. 3, La Découverte, Paris, p. 169-210.

Malamoud C. (éd.) (1988), Lien de vie, nœud mortel. Les représentations de la dette en Chine, au Japon et dans le monde indien, éditions de l’EHESS, Paris

Marx K. (1867), Le Capital, Éditions sociales, Paris.

Mauss M. (1923), « Essai sur le don », in Sociologie et anthropologie, PUF, coll. « Quadrige », Paris, 7e édition 1999.

Meillassoux C. (1975), Femmes, greniers et capitaux, François Maspéro, Paris.

Mistral J. (1982), « La diffusion internationale inégale de l’accumulation intensive et sa crise », in J.-J. Reiffers (éd.), Économie et finances internationales, Dunod, Paris.

Ominami C. (1986), Le Tiers-Monde dans la crise, La Découverte, Paris.

Palombarini S. (2001), La rupture du compromis social italien, Presses du CNRS, Paris.

Pascon P. (1967), « La formation de la société composite », BESM, Rabat.

Piore M.-J., Sabel C. (1984), The Second Industrial Divide : Possibilities of Prosperity, Basic Books, New York (traduction française : Les chemins de la prospérité. De la production de masse à la spécialisation souple, Hachette, coll. « Mutations », Paris, 1989).

Polanyi K., Arensberg C. W., Pearson H. W. (éd.) (1957), Les systèmes économiques dans l’histoire et dans la théorie, Larousse, Paris, 1975 (Préface de M. Godelier).

Reich M. (1983), America’s Next Frontier, Times Book, New York.

Saboia J. (1987), « Le plan “Cruzado” et le rapport salarial au Brésil », Revue Tiers-Monde, janvier-mars. 

Salama P. (1976), Un procès de sous-développement, Maspero, coll. « Critiques de l’économie politique », Paris.

Salama P. (éd.) (1984), « La dette du Tiers-Monde », Revue Tiers-Monde, n° 99, juillet-septembre.

Salama P., Tissier P. (1982), L’industrialisation dans le sous-développement, Maspero, Paris.

Salter W. E. G. (1960), Productivity and Technological Change, Cambridge University Press.

Sen A. (2005), La démocratie des autres. Pourquoi la liberté n’est pas une invention de l’Occident, Payot et Rivages, coll. « Manuels Payot », Paris.

Sen A. (1999), Le nouveau modèle économique. Développement, justice, liberté, Odile Jacob, Paris.

Sen A. (1987), Éthique et économie, PUF, Paris.

Simmel G. (1986), La sociologie et l’expérience du monde moderne, PUF, Paris.

Stiglitz J. (2003), La grande désillusion, Fayard, Paris.

Théret B. (1992), Régimes économiques de l’ordre politique, PUF, Paris.

Vernières M. (2000), « Théorie de la régulation et analyse des pays du tiers-monde », Working Papers, Recherche et Régulation, série ID.

Haut de page

Notes

1 Soit un programme de recherche – qui reste à formuler – comportant une extension de la théorie de la régulation vers une seconde variété générique du capitalisme renvoyant à l’ensemble des trajectoires nationales à l’œuvre au sein des pays en voie de développement. Variété générique indissociable de – et en correspondance de phase avec – celle, canonique ou centrale, que figurent précisément les différentes variétés du capitalisme avancé et leur évolution (Hall et Soskise, 2001 ; Boyer, 2003, 2004a ; Amable, 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noureddine El Aoufi, « Théorie de la régulation : la perspective oubliée du développement », Revue de la régulation [En ligne], 6 | 2e semestre / Autumn 2009, mis en ligne le 14 février 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://regulation.revues.org/7641

Haut de page

Auteur

Noureddine El Aoufi

Université Mohammed V, Rabat, elaoufi@menara.ma

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page